Souvent, les patients présentant des signes de faible taux d'endocrinologues aux hormones thyroïdiennes se voient prescrire des tests d'hypothyroïdie.

Considérez les problèmes liés au prélèvement de sang pour cette maladie - les règles à suivre pour l'analyse et la signification des résultats obtenus.

Quels tests pour l'hypothyroïdie?

La liste standard des tests qui doivent être passés pour déterminer la maladie est la suivante:

  • numération globulaire complète sans formule leucocytaire ni ESR;
  • analyse biochimique.

Analyses qui confirment les faibles taux d'hormones thyroïdiennes:

  • TSH - hormone stimulant la thyroïde;
  • T3 - triiodothyronine commune et libre;
  • T4 - thyroxine totale et libre;
  • analyse des autoanticorps.

Une analyse générale est nécessaire pour déterminer le nombre de cellules sanguines différentes, leurs paramètres.

L'analyse biochimique montre des violations de l'équilibre eau-sel et gras. Une diminution du sodium, une augmentation de la créatinine ou des enzymes hépatiques indiquent avec précision l'hypothyroïdie.

TTG - le plus important des indicateurs. L'hormone stimulant la thyroïde est produite par l'hypophyse. Une augmentation du taux de TSH indique une diminution de la fonction thyroïdienne et peut entraîner son augmentation. L’hypophyse stimule la glande à synthétiser une grande quantité d’hormones thyroïdiennes.

Lors du test de TSH, il est nécessaire de savoir que son niveau se situe au milieu de la plage le matin, diminue pendant la journée et augmente le soir.

La glande thyroïde produit 7% de triiodothyronine T3 et 93% de thyroxine T4.

T4 - forme hormonale inactive, éventuellement convertie en T3. La thyroxine totale circule avec la protéine globuline à l'état lié. La T4 libre (0,1%) est la plus active et a un effet physiologique. Il est responsable de la régulation du métabolisme plastique et énergétique dans le corps.

Des taux élevés de T4 libre entraînent une augmentation de la production d'énergie dans les cellules, un métabolisme accru et l'apparition de l'hypothyroïdie.

L’activité biologique de la T3 ou de la triiodothyronine est supérieure à celle de T4 3 à 5 fois. La plus grande partie est également liée aux protéines plasmatiques et seulement 0,3% est à l'état libre et non lié. La triiodothyronine apparaît après la perte d'un atome d'iode par la thyroxine à l'extérieur de la glande thyroïde (dans le foie, les reins).

L'étude T3 visant à déterminer l'hypothyroïdie est prescrite dans de tels cas:

  • avec une diminution du niveau de TSH et du taux de T4 libre;
  • en présence de symptômes de la maladie et du taux normal de thyroxine libre;
  • avec des indicateurs de TSH et de T4 supérieurs ou inférieurs à la norme.

La cause la plus fréquente de déséquilibre hormonal thyroïdien est l’atteinte auto-immune de la glande, qui est la production d’autoanticorps destinés à lutter contre ses propres tissus. Ils nuisent au patient en attaquant les cellules de la glande et en perturbant son fonctionnement normal.

Un test d'anticorps est le meilleur moyen de détecter des maladies telles qu'une maladie déclarée ou la thyroïdite de Hashimoto.

La préparation

Pour des résultats précis, suivez ces instructions:

Quels tests l'hypothyroïdie: un test sanguin pour les hormones

Ces dernières années, les statistiques médicales ne sont pas particulièrement réjouissantes car nos compatriotes ont commencé à souffrir de problèmes thyroïdiens.

En règle générale, nous parlons de violation des fonctions de cet organisme et de production insuffisante d'hormones. La cause principale de ce phénomène est une importante carence en iode et une détérioration rapide de la situation environnementale.

Une des maladies les plus courantes peut être appelée hypothyroïdie. Dans cette maladie, les hormones sont produites pendant longtemps en quantités insuffisantes.

En dépit de la régularité et du caractère secret du développement de la maladie, les médecins affirment que ses formes négligées ne sont pas si souvent causées par des symptômes éclatants, ce qui oblige le plus tôt possible à demander de l'aide.

Qui est à risque de tomber malade?

Des problèmes similaires avec la glande thyroïde peuvent survenir indépendamment du sexe et de l'âge. Le groupe à risque comprend les patients qui ont souffert ou sont malades:

  1. goitre endémique;
  2. thyroïdite auto-immune;
  3. thyroïdite subaiguë.

L'hypothyroïdie augmente considérablement avec le dysfonctionnement de l'hypothalamus et de l'hypophyse. Si, au cours d’un examen médical, une diminution du taux d’hormones était établie, il faudrait alors en déterminer la cause et effectuer des tests sanguins supplémentaires pour les hormones.

Contexte de l'hypothyroïdie

La médecine connaît l'hypothyroïdie primaire et secondaire.

Primaire

Dans ce cas, la destruction ne se produit que dans la glande thyroïde. Ce processus pathologique déclenche une diminution progressive de la production d'hormones.

Il peut y avoir plusieurs raisons.

Tout d'abord, divers types de néoplasmes, de maladies infectieuses, de tuberculose et d'inflammation dans le corps doivent être notés.

En outre, les complications des mesures correctives résultant de:

  • une chirurgie;
  • thérapie du goitre toxique avec l'utilisation d'iode radioactif;
  • utilisation de trop de médicaments à base d'iode;
  • utilisation de la radiothérapie pour le cancer des organes situés près du cou.

Très souvent, les hormones ne sont pas suffisamment produites en raison d'une hypoplasie. La maladie se caractérise par un sous-développement de la thyroïde dû à des défauts même pendant le développement intra-utérin. Cette pathologie survient chez les enfants de la naissance à l'âge de 2 ans.

L'hypothyroïdie peut être une cause de diabète!

Secondaire

Parlant d'hypothyroïdie secondaire, impliquent des perturbations de l'activité de l'hormone stimulant la thyroïde. Il peut acquérir une structure inadéquate ou ne pas être développé en principe. Dans tous les cas, l'organe inchangé de façon anatomique ne peut pas fournir de thyroxine au corps.

Les lésions des cellules hypophysaires peuvent être causées par des troubles intracérébraux:

  • les blessures;
  • les néoplasmes;
  • circulation sanguine insuffisante;
  • destruction auto-immune.

La principale différence entre l'hypothyroïdie primaire et l'hypothyroïdie secondaire réside dans l'adhésion au tableau clinique des symptômes d'atteinte à d'autres organes de la sécrétion interne, tels que les glandes surrénales et les ovaires. De ce fait, des violations plus graves sont observées:

  1. intelligence réduite;
  2. troubles de la sphère sexuelle;
  3. pilosité excessive;
  4. perturbations électrolytiques.

Il est important de savoir que l'hypothyroïdie peut se cacher derrière une multitude de «masques». Avec un déficit en hormones, les femmes, par exemple, deviennent déprimées, elles sont tourmentées par l’insomnie et d’autres troubles du sommeil.

Si la maladie n'est pas traitée, le syndrome d'hypertension intracrânienne se développe avec le temps et des migraines permanentes sont observées.

L'hypothyroïdie cachée survient souvent sous le couvert d'ostéochondrose thoracique et cervicale.

Les «masques» cardiaques de la maladie sont les plus fréquents: augmentation significative du cholestérol sanguin de basse densité et de la pression artérielle.

Quels tests sont nécessaires?

En règle générale, l'hypothyroïdie est associée à un déficit en hormone thyroïdienne. Cette condition provoque un épuisement rapide des réserves d'énergie. Par conséquent, le premier besoin de passer des tests pour les hormones.

Une telle recherche médicale aide à établir le diagnostic correct et à commencer un traitement complet. Ce dernier dépendra des facteurs suivants:

  • l'état général du patient;
  • catégorie d'âge;
  • négligence de la maladie.

Il ne sera pas superflu de faire un test spécial qui aidera à déterminer le degré de fonctionnement de la glande thyroïde et le niveau de ses dommages.

Pour commencer, le médecin recommande l’apport de sang veineux pour analyse. S'il y a une pathologie, les hormones qu'elle contient seront nettement inférieures au niveau des normes admissibles. Pour un homme en bonne santé, un indicateur acceptable est de 9 à 25 ml et pour une femme de 9 à 18 ans.

Pas moins informatif sera l'échographie (échographie). Selon ses résultats, le médecin sera en mesure d'identifier le degré de déviation de la glande thyroïde par rapport à la norme et d'établir la négligence de l'hypothyroïdie.

Il faut garder à l'esprit que le corps peut être légèrement augmenté pendant la puberté et la ménopause. Un tel indicateur est considéré comme la norme.

Les tests pour les hormones peuvent différer dans chaque cas. On peut prescrire au patient un don de sang pour la TSH (hormone stimulant la thyroïde de l'hypophyse). Avec son taux accru, on peut parler d'une fonction thyroïdienne réduite. Dans cette situation, le patient devra subir une étude supplémentaire sur la triiodothyronine (T3) et la thyroxine (T4).

Sur la base des données obtenues, l’endocrinologue prescrira le traitement médicamenteux approprié, auquel le patient devra se conformer à la lettre. Sinon, le déficit hormonal deviendra chronique. Dans les stades avancés, le myxoedème peut se développer.

Quand l'analyse sera-t-elle fiable?

Pour obtenir le résultat le plus précis possible 30 jours avant le jour du prélèvement sanguin, il faut exclure la prise d’hormones si le médecin ne lui recommande pas d’autres recommandations. En outre, il faut au moins 2-3 jours pour abandonner:

  • l'utilisation de médicaments contenant de l'iode;
  • activité physique active;
  • fumer et l'alcool.

Il faut se rappeler que le sang des hormones passe à jeun. De plus, le patient doit rester au repos pendant au moins une demi-heure.

Quel est le danger de l'hypothyroïdie?

Le fonctionnement normal de nombreux organes et de pratiquement tous les systèmes du corps dépend du bon fonctionnement de la glande thyroïde. C'est pourquoi il est extrêmement important de surveiller régulièrement la glande thyroïde et, en cas de symptômes alarmants, d'être examiné rapidement par un endocrinologue.

L'hypothyroïdie est dangereuse pour les personnes susceptibles au diabète et à l'insuffisance cardiaque. Les femmes enceintes doivent faire particulièrement attention.

Des niveaux hormonaux réduits nuisent au développement du fœtus et peuvent même provoquer une fausse couche ou une naissance prématurée.

En outre, des troubles de la glande thyroïde peuvent provoquer une infertilité.

Plus le cours de cette maladie endocrinienne dure longtemps, plus le risque de modifications irréversibles du corps associées à un déséquilibre hormonal dans le sang est élevé. Pour cette raison, il est important de faire un test sanguin pour les hormones à temps.

L'hypothyroïdie

L'hypothyroïdie est une maladie de la glande thyroïde, l'une des étapes d'une attaque généralisée du système immunitaire sur le corps de la glande. Parfois, la maladie se déroule en monophase, sans entrer dans d'autres pathologies. L’une des méthodes de diagnostic de l’hypothyroïdie consiste à effectuer des tests de sang sur la concentration d’hormones dans le sang.

Les symptômes

L’hypothyroïdie ne peut pas se manifester longtemps et il ne peut donner un tableau clinique saisissant que dans un cas avancé. La plus grande influence sur le diagnostic final a précisément l'analyse de l'hypothyroïdie.

Parmi le tableau clinique prononcé de l'hypothyroïdie, il convient de noter:

  • Faiblesse, léthargie;
  • Indifférence à tout ce qui se passe;
  • Fatigue rapide, diminution des performances;
  • Somnolence;
  • Absent-mindedness, mauvais souvenir;
  • Gonflement des mains, des pieds;
  • Peau sèche, ongles cassants, cheveux.

Tout cela - les conséquences d'un manque d'hormones thyroïdiennes de la glande thyroïde dans le corps. En plus des diagnostics de laboratoire, une échographie de la glande est prescrite et une biopsie peut être prescrite pour les nodules malins suspectés. Examinons plus en détail ce que montrent les analyses d'hypothyroïdie.

Hormone stimulant la thyroïde

La plupart des endocrinologues se fient au niveau d'hormone stimulant la thyroïde dans le sang du patient, ou TSH. Cette hormone est produite par la glande pituitaire et est conçue pour stimuler la glande thyroïde.

Avec un taux élevé d'une telle hormone dans le sang, on peut en conclure que l'hypophyse travaille sur l'activation de la glande, respectivement, le corps n'a pas assez d'hormones thyroïdiennes.

Les niveaux d'hormone stimulant la thyroïde varient selon les pays. La gamme est la suivante:

  • Pour la Russie, le taux normal de TSH dans le sang du patient varie de 0,4 à 4,0 mUI / L.
  • Les endocrinologues américains ont adopté une nouvelle gamme, selon les résultats de leurs recherches, ce qui correspond à une image plus réaliste - 0,3 à 3,0 mIU / l.

Auparavant, la plage de TSH était normalement comprise entre 0,5 et 5,0 mUI / L. Cet indicateur a été remplacé par celui d’il ya 15 ans, ce qui a entraîné une augmentation du nombre de diagnostics d’anomalies thyroïdiennes.

Dans notre région, il convient de se concentrer sur le premier indicateur. TSH supérieure à quatre mIU / L parle d'hypothyroïdie et d'hyperthyroïdie inférieure.

D'autre part, la concentration de TSH dépend de nombreux autres facteurs. Par exemple, on observe de faibles concentrations d'hormone stimulant la thyroïde dans le cancer de la glande pituitaire, car celle-ci n'est pas capable de produire des hormones. Une tendance similaire est observée après un accident vasculaire cérébral ou une blessure affectant l'hypothalamus.

Une grande influence sur le résultat de l'étude a une durée de prélèvement sanguin. Tôt dans la matinée, le niveau de TSH dans le sang est moyenné, diminue au dîner et remonte le soir au-dessus de la moyenne.

L'hormone T4 peut être étudiée sous les formes suivantes:

  • Total T4 - la concentration des formes liées et libres de l'hormone T4;
  • Libre - une hormone qui n'est pas associée à une molécule de protéine et qui est disponible pour être utilisée dans le corps.
  • Bound - la concentration de l'hormone T4, qui est déjà liée à une molécule de protéine et ne peut pas être utilisée par l'organisme. La plupart des T4 dans le corps sont dans un état lié.

Un diagnostic de laboratoire complet de l'hypothyroïdie ne peut être basé uniquement sur l'étude de la concentration, car il n'éclaire le problème que d'un côté - à quel point le cerveau stimule la fonction thyroïdienne. Pour une étude à part entière, des tests pour les formes libres des hormones T3 et T4 sont prescrits.

Le total de T4 dépend directement du T4 associé. Mais dernièrement, on lui a accordé moins d'attention, car la liaison de la molécule de protéine T4 dépend également de la quantité de protéine elle-même dans le sang. Et comme la concentration en protéines peut augmenter en cas de maladies du rein et du foie, pendant la grossesse et l’allaitement, la mesure de la T4 totale n’est pas toujours suffisamment efficace.

Une plus grande attention est accordée à la T4 libre - il s'agit d'une forme d'hormone, qui doit ensuite pénétrer dans les cellules et se transformer en T3. Ce dernier est une forme active d'hormone thyroïdienne.

Si la T4 libre - thyroxine - est inférieure à la normale, alors que la TSH est élevée, le tableau pousse vraiment l'endocrinologue à l'hypothyroïdie. Ces indicateurs sont souvent considérés conjointement.

Comme mentionné ci-dessus, la T3 est formée dans les cellules du corps à partir de la T4. Cette hormone est appelée triyothyronine et est une forme active de l'hormone thyroïdienne.

Comme dans le cas de T4, les formes communes, libres et liées de la triiodothyronine sont examinées. La T3 totale n'est pas un indicateur précis de l'hypothyroïdie, mais peut compléter le tableau diagnostique.

La T3 libre a une plus grande importance pour le diagnostic, bien que l'hypothyroïdie la maintienne souvent dans les limites de la normale. Cela est dû au fait que, même en cas de déficit en thyroxine, le corps produit plus d'enzymes qui transforment la T4 en T3 et, par conséquent, les concentrations résiduelles de thyroxine sont converties en triiodothyronine, maintenant le niveau de T3 à la normale.

AT-TPO

Toute maladie dans le corps provoquée par une infection, une bactérie ou un virus, provoque une réponse instantanée du système immunitaire sous forme de sécrétion d'anticorps devant détruire un corps étranger - cause de la maladie.

Dans le cas de l'hypothyroïdie auto-immune, le système immunitaire identifie de manière quelque peu incorrecte l'agent pathogène, endommageant la glande thyroïde humaine avec des anticorps.

Dans le processus d'attaque auto-immune de la glande, des anticorps spécifiques et non spécifiques sont produits. Anticorps spécifiques de la thyroïde peroxydase, ils sont également AT-TPO.

De tels anticorps attaquent les cellules de la glande, les détruisant. Comme les cellules ont une structure folliculaire, après leur destruction, les membranes pénètrent dans le sang. Le système immunitaire détecte les corps étrangers dans le sang - les membranes - détermine leur source et recommence l'attaque - ainsi, la production d'AT-TPO se produit dans un cercle.

Déterminer ces anticorps dans le sang est assez simple et ce sont eux qui deviennent la référence en matière de diagnostic de la thyroïdite auto-immune. Si les résultats du test montrent une augmentation de la quantité d'AT-TPO dans le sang, l'hypothyroïdie est probablement l'une des phases de la thyroïdite et cette phase peut durer des années.

Autres indicateurs

Ces indicateurs sont complexes et sont souvent vérifiés ensemble et, lorsqu'ils sont déchiffrés, ils sont associés les uns aux autres. En outre, le médecin peut vous prescrire un immunogramme, une biopsie de la glande et une analyse d’urine générale.

  • L'analyse d'urine reste sans s'écarter de la norme.
  • L'immunogramme montre une diminution de la concentration de lymphocytes T en dessous des limites normales, une augmentation de la concentration d'immunoglobulines, un tableau similaire et une biopsie: de nombreux anticorps sont présents dans les cellules de la glande.
  • Numération sanguine complète - montre une augmentation du taux de sédimentation des érythrocytes, une lymphocytose relative - une diminution du nombre de lymphocytes.
  • Les recherches en biochimie montrent une diminution de la fraction albumine de la protéine, une augmentation de la concentration en triglycérides et en cholestérol, des globulines et des lipoprotéines de basse densité.

Pour déchiffrer les résultats des diagnostics de laboratoire, un médecin endocrinologue s'est référé à cette étude. Aucun laboratoire n’assume la responsabilité de l’auto-traitement des patients, car les résultats des tests d’hypothyroïdie, même si l’image décrite coïncide avec celle obtenue, ne constituent pas un diagnostic clinique, mais seulement une aide à cet égard.

Quels tests faut-il prendre pour l'hypothyroïdie?

Dans cet article, vous apprendrez:

Si vous soupçonnez les symptômes de la maladie, la question se pose de savoir quels tests sont effectués pour l'hypothyroïdie. Cet article vous expliquera ce que vous devez savoir lorsque vous passez des tests et mettra également en évidence les principaux points de cette maladie.

Il est nécessaire de faire un don de sang pour l'analyse de l'hypothyroïdie afin d'établir le contenu quantitatif en hormones thyroïdiennes (T3 et T4), TSH, TRH et anticorps anti-peroxydase thyroïdienne.

Les tests d’hypothyroïdie peuvent répondre à trois questions principales:

  1. Une personne a-t-elle une hypothyroïdie?
  2. Quelle est la gravité de l'hypothyroïdie?
  3. Qu'est-ce que l'hypothyroïdie: thyroïde, hypophyse, hypothalamus ou système immunitaire?

Détection de toute forme d'hypothyroïdie

Alors, quel type d'hypothyroïdie devrait être testé pour le détecter? Le contenu de T3 et T4, ainsi que celui de TSH répondent à la première question. L'hypothyroïdie est une affection dans laquelle la glande thyroïde produit des hormones insuffisantes ou ne les produit pas du tout. Fait intéressant, l’activité biologique du T3 est supérieure à celle du T4, mais l’iode est moins nécessaire à sa production. C'est ce que le corps utilise quand il n'y a pas assez d'iode - T4 devient inférieur, mais T3 augmente.

Une personne peut vivre dans un tel état pendant un temps assez long, cela n'affectera pas sensiblement son état de santé. Des symptômes très non spécifiques sont possibles: diminution des performances, cheveux cassants, ongles, léthargie... Hypovitaminose ordinaire ou fatigue, n'est-ce pas? Cette forme d’hypothyroïdie n’interfère pas avec la vie d’une personne; elle ne s’adresse donc pas à un médecin et ne reçoit pas de traitement, respectivement.

Si T3 et T4 sont tous deux réduits, l’hypothyroïdie est déjà totale. Sa sévérité peut être déterminée par la gravité des symptômes et le niveau d'hormones dans l'analyse.

La classification classique divise l'hypothyroïdie en:

  • Latente - subclinique, latente, légère).
  • Manifest - correspond à une gravité modérée.
  • Compliqué - le plus difficile, peut-être même le coma. Ce formulaire comprend le myxoedème, le myoedème (myxoedème + coma provoqué par une hypothyroïdie) et le crétinisme infantile.

De quoi parlent TTG et TRG?

Mais même des taux normaux d'hormones thyroïdiennes dans toutes les analyses ne garantissent pas qu'une personne ne présente pas d'hypothyroïdie! Pour le diagnostic précoce ou la détection de l'hypothyroïdie infraclinique, il est nécessaire de passer une analyse de la TSH. Cette hormone, également appelée thyrotrope, produit l'hypophyse afin de stimuler l'activité des hormones thyroïdiennes. Si la TSH est élevée, le corps manque d'hormones thyroïdiennes. Dans ce cas, même les concentrations normales de T3 et T4 selon les analyses ne répondent pas aux besoins de l'organisme. Une telle hypothyroïdie est aussi appelée cachée.

Pour une hypothyroïdie latente subclinique et précisément, la TSH dans l’analyse devrait être comprise entre 4,5 et 10 mIU / L. Si la TSH est supérieure, il en va de même de l'hypothyroïdie, mais elle est déjà plus grave. À propos, la norme à 4 mIU / l est ancienne et, dans les nouvelles recommandations sur l'hypothyroïdie pour les médecins, elle a été réduite à 2 mIU / l.

TSH produit la glande pituitaire. Pour ce faire, l'hypothalamus le stimule via TRG. Les médecins utilisent ce fait pour prouver / exclure les maladies de l'hypophyse comme cause d'hypothyroïdie. Une préparation TRG est administrée à une personne présentant un faible taux de TSH et des modifications sont apportées aux tests. Si l'hypophyse répond à la commande TRG d'augmenter la concentration d'hormone stimulant la thyroïde et le fait avec le temps, la cause de l'hypothyroïdie n'y est pas. S'il n'y a pas d'analyse sur l'entrée de la réaction TRG, alors vous devriez rechercher la cause de l'inopérabilité de l'hypophyse - en règle générale, l'IRM est prescrite.

Indirectement, une maladie de l'hypophyse est indiquée par une concentration insuffisante de ses autres hormones, qui peuvent être testées plus avant.

Le taux de TRG, ou thyrolibérine, indique l'activité de l'hypothalamus.

Anticorps anti-thyroperoxydase et autres tests

Thyroperoxydase, thyroperoxydase, thyroïde peroxydase, TPO - tous ces noms sont différents pour une enzyme. C'est nécessaire pour la synthèse de T3 et T4. Les anticorps détruisent l'enzyme peroxydase, respectivement, si vous donnez du sang pour les hormones thyroïdiennes, il en résulte leur manque. Si ces anticorps sont présents dans le sang, cela implique un processus auto-immunitaire dans le corps, l'hypothyroïdie étant causée par une auto-dépression du système immunitaire.

Le processus auto-immunitaire est également une inflammation, de sorte que des phénomènes inflammatoires dans le sang en sont souvent caractéristiques. Une numération globulaire complète normale indique au moins une augmentation de la RSE, ce qui est tout à fait possible, mais la leucocytose n'est pas nécessaire. Cela dépend de l’activité du processus auto-immunitaire.

Le niveau significatif d'anti-TPO sur le plan diagnostique est de 100 U / ml et plus.

L'hypothyroïdie est une affection de tout l'organisme, même l'hypothyroïdie asymptomatique est nocive pour la santé.

  • Ainsi, le cholestérol et les triglycérides augmentent - cela cause l'athérosclérose, qui contracte les vaisseaux sanguins et perturbe la circulation sanguine.
  • L'hypothyroïdie provoque diverses formes d'anémie. Anémie hypochrome avec manque d'hémoglobine, normochrome avec nombre insuffisant de globules rouges.
  • La créatinine est augmentée.
  • Le mécanisme d'augmentation des enzymes AST et ALT dans l'hypothyroïdie n'a pas été établi de manière fiable, mais cela se produit chez presque toutes les personnes atteintes d'un tel diagnostic.
  • L'hypothyroïdie englobe également d'autres composants du système endocrinien, provoquant des troubles sexuels chez les deux sexes, plus souvent chez les femmes. La quantité de prolactine augmente, ce qui réduit l'efficacité des hormones gonadotropes.

Hypothyroïdie périphérique ou à récepteurs

Forme rare. En raison de changements au niveau des gènes depuis la naissance chez l'homme, les récepteurs des hormones thyroïdiennes sont défectueux. Dans ce cas, le système endocrinien tente de fournir au corps des hormones de bonne foi, mais les cellules ne sont pas capables de les percevoir. La concentration d'hormones augmente pour tenter de "toucher" les récepteurs, mais en vain.

Dans ce cas, la thyroïde, les hormones thyroïdiennes dans le sang sont élevées, l'hypophyse tente de stimuler la glande thyroïde déjà active, mais les symptômes de l'hypothyroïdie ne disparaissent pas. Si tous les récepteurs des hormones thyroïdiennes sont défectueux, cela est incompatible avec la vie. Il y a peu de cas où seulement une partie des récepteurs est changée. Dans ce cas, nous parlons de mosaïcisme génétique, lorsque certaines cellules du corps ont des récepteurs normaux et des génotypes normaux, et d’autres - avec des génotypes défectueux et modifiés.

Cette mutation intéressante se produit rarement et son traitement n’a pas encore été mis au point. Les médecins doivent donc suivre un traitement symptomatique.

Toutes les nuances du diagnostic d'hypothyroïdie

Ces dernières années, le nombre de personnes souffrant de maladies de la thyroïde a augmenté. Les maladies les plus courantes chez les femmes incluent l’hypothyroïdie - la production d’hormones thyroïdiennes en quantité insuffisante.

Chez les hommes, cette maladie survient également, mais beaucoup moins fréquemment. Dans cette publication, nous décrivons comment le diagnostic différentiel de l'hypothyroïdie. Nous décrivons en détail les tests à réussir et comment bien s'y préparer.

Quels types d'hypothyroïdie sont

L'hypothyroïdie survient lorsque la glande thyroïde reproduit ses hormones en quantités insuffisantes pendant une longue période. Selon le niveau des dommages à la glande thyroïde, il existe plusieurs types d'hypothyroïdie.

Considérez la différence entre eux et les causes qui conduisent à cette maladie.

Hypothyroïdie primaire

Cela se produit à la suite de la perturbation de la structure et du fonctionnement de la glande thyroïde, ce qui conduit au développement d'une quantité insuffisante d'hormones thyroïdiennes.

La cause du développement de pathologies peut être une infection après une pneumonie, une amygdalite ou d’autres maladies présentes le long du sang dans la thyroïde. Une autre raison est le développement de tumeurs dans la glande thyroïde ou la présence de métastases dans celle-ci.

De telles mesures thérapeutiques peuvent provoquer le développement de la maladie:

  1. À la suite d'une opération chirurgicale, une partie de la glande thyroïde a été retirée.
  2. Le goitre toxique a été traité avec de l'iode radioactif.
  3. La radiothérapie a été appliquée en cas de cancer d'organes situés près du cou.
  4. Le patient a pris trop de médicaments contenant de l'iode.

L'hyperplasie est un autre provocateur de l'hypothyroïdie primaire: le sous-développement de la glande thyroïde au cours du développement intra-utérin de l'enfant. Cette pathologie est observée chez les enfants de la naissance à 2 ans.

Traitement en temps opportun donne un résultat rapide. Alors que le manque de thérapie conduit à de graves problèmes, y compris des changements irréversibles de l'intellect.

Hypothyroïdie secondaire

Cette espèce est associée à des dommages à la glande pituitaire, qui synthétise la thyréostimuline (TSH).

Les processus pathologiques intracérébraux suivants conduisent à la défaite de l'hypophyse:

  • blessures à la tête;
  • troubles circulatoires dans les artères cérébrales après un AVC;
  • développement de tumeurs hypophysaires.

Il existe également une hypothyroïdie tertiaire, associée à des troubles de l'hypothalamus - une partie du cerveau. Dans l'hypothalamus, l'hormone synthétisée est la thyrolibérine, qui régule l'activité de la production d'hormones de la TSH par l'hypophyse.

Dans le cas de l'hypothyroïdie tertiaire, une telle chaîne est observée: l'hypothalamus ne synthétise pas la thyrolibérine - l'hypophyse ne produit pas de TSH - la glande thyroïde ne reproduit pas les hormones thyroïdiennes.

Comment diagnostiquer la maladie

Pour effectuer un diagnostic différentiel entre tous les types d'hypothyroïdie et confirmer un diagnostic préliminaire (par exemple, une hypothyroïdie secondaire), l'endocrinologue aura besoin de:

Même la ménopause la plus "effrayante" peut être vaincue à la maison! Il suffit de ne pas oublier deux ou trois fois par jour.

  1. Données cliniques - les résultats de l'examen et les symptômes identifiés de la maladie.
    Dans l'hypothyroïdie primaire, un examen révélera, par exemple, que la glande thyroïde est agrandie et difficile à avaler par le patient.

Ces ultrasons de la glande thyroïde, IRM, ainsi que le diagnostic radio-isotopique.
Un tel examen permet d'identifier les modifications structurelles dans les tissus de la glande thyroïde et de détecter les modifications fonctionnelles de l'activité de l'organe.

  • Les résultats des tests sanguins.
    Quels tests vous devez passer lorsque l'hypothyroïdie est décidée par le médecin. Les femmes reçoivent des diagnostics de laboratoire standard sous forme de tests sanguins généraux et biochimiques. Sur la base de leurs résultats, le médecin sera en mesure de détecter la présence d'une infection (nombre de leucocytes élevé), ainsi que des signes d'inflammation auto-immune (augmentation du nombre de protéines ESR et C-réactives). Les plus précieux sont les tests hormonaux. Le taux d'hormones dans le sang peut déterminer le type d'hypothyroïdie chez la femme et le stade de développement de la maladie.
  • Pour établir un diagnostic précis, ne négligez aucun des points ci-dessus. Nous allons nous attarder sur eux en détail.

    Quels sont les symptômes de la maladie

    Tous les symptômes de la maladie peuvent être combinés en groupes, en tenant compte de leur influence sur un système particulier du corps de la femme:

    1. Nerveux: somnolence, oubli, une certaine inhibition apparaît. La dame est sujette à la dépression fréquente. Il n'est pas résistant aux effets du stress et souvent apathique. Aux derniers stades de la maladie, la parole ralentit, il semble à une femme qu'elle a la "langue tirée".
    2. Cardiovasculaire: maux de tête fréquents, pouvant devenir permanents, diminution de la pression artérielle (moyenne 100/60 mm Hg), douleur à la gauche du sternum, qui ne disparaissent pas après la prise de nitroglycérine.
    3. Digestif - diarrhée possible ou retard des selles, foie hypertrophié, nausée.
    4. Couvrant - la peau devient sèche et sujette à la desquamation, les ongles s’exfolient, les cheveux tombent intensément.
    5. Reproduction - une diminution de la libido se produit, le cycle menstruel est perturbé, une mastopathie est possible. L’infertilité est un déficit important en hormones thyroïdiennes.

    En plus de l'effet désigné sur l'activité de l'organisme, les symptômes se manifestent par l'apparition d'une femme. Le visage devient bouffi et les paupières gonflées. La couleur de la peau devient jaunâtre. Membres qui coule.

    L'hypothyroïdie secondaire ne présente aucun symptôme d'atteinte des organes de la sécrétion interne (ovaires et glandes surrénales) - il s'agit d'un trait distinctif du type primaire de la maladie. La dame aura les symptômes suivants: pilosité excessive, intelligence réduite, troubles de la sphère intime, apparition d'insomnie et d'autres.

    Quels tests seront nécessaires?

    Si vous soupçonnez une hypothyroïdie, quels tests doivent être pris en premier? Un médecin vous enverra une référence pour des tests après l'examen.

    Cependant, il existe une liste de tests standard à effectuer pour confirmer un diagnostic préliminaire.

    Tests d'hormones

    Il est nécessaire de passer les tests suivants pour l'hypothyroïdie:

    TTG.
    Le taux de TSH pour une femme est limité à ces chiffres: 0,4–4,0 mIU / l. Les indicateurs de taux d'hormones supérieurs et inférieurs à la limite indiquée indiquent une maladie de la thyroïde. Lorsque les taux de TSH sont bas, la glande thyroïde produit une quantité insuffisante d'hormones. On peut en conclure que le taux de TSH dans l'hypothyroïdie est toujours abaissé. Mais ce n'est pas. Une femme qui a eu un accident vasculaire cérébral ou une blessure de l'hypothalamus, le niveau de TSH peut être normale et la glande thyroïde produit également une quantité réduite de ses propres hormones. Par conséquent, dans l'hypothyroïdie secondaire, la TSH est réduite ou normale. Si le niveau de TSH est élevé, l'hypophyse stimule la thyroïde à produire plus d'hormones thyroïdiennes. Dans l'hypothyroïdie primaire, le taux de TSH peut être élevé.

  • T4 général et libre (hormones thyroxine).
    Si les taux de T4 libre et global sont bas, cela indique une hypothyroïdie. Aux premiers stades de l'hypothyroïdie, la TSH peut être élevée et les taux de T4 libre peuvent être normaux ou inversement.
  • T3 général et libre (hormones triiodothyronine).
    Analyse du T3 total - diagnostic. Il montre le niveau de l'hormone dans le sang. En règle générale, chez les patients atteints d'hypothyroïdie, les indicateurs T3 correspondent dans la plupart des cas à la norme. Bien que l’analyse de T3 libre soit prescrite aux patients périodiquement. Ses résultats aident le médecin à déterminer quels changements se produisent dans la glande thyroïde et s'il est nécessaire de prescrire un traitement.
  • Lorsqu'un médecin établit un diagnostic d'hypothyroïdie, il vous prescrira tous les tests sanguins indiqués ci-dessus.

    Analyse très nécessaire

    Le système immunitaire humain au cours de la maladie produit des anticorps. Dans les maladies auto-immunes, les auto-anticorps sont reproduits, ce qui détruit les propres tissus du corps. En cas d'hypothyroïdie, ils "attaquent" les cellules de la glande thyroïde.

    La réponse de l'immunité des dames sera la production d'anticorps.

    Nous préparons la livraison des tests selon toutes les règles.

    Pour faire un don de sang pour des tests, vous devez vous préparer à l'avance.

    Les experts ont mis au point les règles appropriées:

    1. Trois jours avant le don de sang, vous devez arrêter de prendre les médicaments contenant de l'iode.
    2. La veille de la prise de sang, ne buvez pas d’alcool, de café et ne fumez pas.
    3. Si une femme prend des médicaments, vous devriez consulter votre médecin. Si possible, la veille de l'analyse, arrêtez de prendre des médicaments, y compris un traitement hormonal substitutif. Lorsqu'une femme ne peut pas refuser de prendre des médicaments, le médecin en tient compte lors de l'étude des résultats des tests.
    4. La veille de l'analyse, une femme devrait abandonner le sport, les efforts physiques intenses, ainsi que les contacts sexuels.
    5. Ne donnez du sang que dans un état calme. Par conséquent, il est nécessaire d'exclure toutes les situations stressantes, au moins un jour avant la procédure.
    6. Une femme devrait bien dormir.
    7. L'analyse passe l'estomac vide le matin. La recommandation des médecins de ne pas manger au moins 12 heures avant le prélèvement de sang.
    8. Si, au cours de l'hypothyroïdie, le niveau de TSH est à nouveau déterminé, le sang doit alors être donné à la même heure de la journée. Le témoignage permettra donc au médecin de choisir la dose optimale de médicament.

    La fiabilité des résultats affecte le jour du cycle menstruel. En règle générale, la date du don de sang pour l'analyse est prescrite de 4 à 7 jours du cycle. Pour obtenir des données plus fiables, le médecin peut ordonner à une femme de procéder à une analyse les autres jours du cycle.

    Les analyses doivent être passées en respectant des règles spécialement développées. Les résultats seront alors extrêmement fiables et le médecin sera en mesure de choisir les meilleurs médicaments pour le traitement. Nous vous souhaitons une bonne santé!

    Et que savez-vous des nuances du diagnostic d'hypothyroïdie?

    TSH fluctuations de l'hypothyroïdie

    L'hypothyroïdie est une affection dans laquelle une personne souffre d'un manque aigu ou chronique d'hormones thyroïdiennes.

    Les modifications du contenu en hormones dans le corps entraînent une panne du travail de tous les organes et systèmes.

    Dans l'hypothyroïdie, l'analyse de la TSH est très informative et permet de diagnostiquer la maladie au stade infraclinique, c'est-à-dire avant l'apparition des symptômes indésirables.

    Etude informative - analyse sur TSH

    La TSH est produite dans la glande pituitaire, la fonction principale de cette hormone est de stimuler la glande thyroïde.

    Sous l'action de la TSH, les follicules thyroïdiens synthétisent:

    Il existe des fluctuations quotidiennes normales de ces hormones.

    Le niveau d'hormone stimulant la thyroïde est étroitement lié au niveau de T3 et de T4. Lorsque T3 et T4 augmentent, la production de TSH est suspendue.

    Les substances chimiquement actives produites par la thyroïde affectent des processus vitaux tels que:

    • libération d'énergie des cellules;
    • régulation du métabolisme des graisses;
    • le travail du coeur et l'état des vaisseaux;
    • taux métabolique;
    • activité nerveuse;
    • thermorégulation et plus.

    Le taux normal de TSH dans le sang est compris entre 0,4 et 4 mMe / L.

    L’hypothyroïdie infraclinique peut être suspectée par des taux élevés de TSH.

    Tableau clinique complet

    Un endocrinologue compétent sera repoussé non seulement par le niveau de TSH.

    En outre, le médecin vous prescrira un test sanguin pour détecter les hormones sans T3 ni T4.

    Dans l’hypothyroïdie primitive subclinique, les indicateurs T3 et T4 peuvent rester normaux pendant longtemps, car la TSH augmente et tente de stimuler la glande thyroïde pour les produire.

    Mais dans les cas avancés et sans traitement approprié, les taux de T3 et de T4 diminuent progressivement, l'hypothyroïdie primaire progressant.

    Comment le niveau de TSH est-il mesuré?

    À son arrivée au cabinet du médecin, le patient reçoit une recommandation pour un test sanguin.

    De nombreuses personnes sont mal testées et obtiennent des résultats qui ne correspondent pas à la situation réelle.

    4 règles à respecter pour que l'analyse affiche des informations fiables:

    1. Si le patient prend de la thyroxine, elle ne peut pas être annulée. Un comprimé de thyroxine doit être pris après le test.
    2. Les préparations d'iode, qui sont souvent prescrites pour l'hypothyroïdie, n'ont pas non plus besoin d'être annulées.
    3. Une semaine avant le don de sang n'est pas souhaitable de boire de l'alcool.
    4. 90 minutes avant l'étude ne peuvent pas être fumés.

    La plupart des endocrinologues recommandent de faire un don de sang le matin à jeun, mais certains experts estiment que manger ne modifie pas les résultats.

    Il est préférable de demander à l'avance à votre médecin si vous pouvez prendre votre petit-déjeuner avant l'analyse.

    Dans ce cas, l'endocrinologue assumera la responsabilité de l'exactitude du diagnostic.

    Il est important de se rappeler que le stress affecte l’état de tous les organes et systèmes et peut aggraver l’état de la glande thyroïde. Vous devez donc bien dormir avant le test.

    Résultats d'analyse

    Selon les résultats de l'étude, l'endocrinologue aurait une idée de l'état des hormones du patient et du fonctionnement de la glande thyroïde.

    Les résultats de recherche suivants sont possibles:

    1. Hypothyroïdie primaire. Le volume TSH dépasse la valeur normale. Les volumes de T3 et de T4 restent normaux pendant un certain temps puis diminuent.
    2. Hypothyroïdie secondaire. Cette condition est caractérisée par un faible niveau de T3 et T4, tandis que la TSH est également abaissée.
    3. L'hyperthyroïdie. Il se caractérise par un niveau accru de T3 et de T4, tandis que le volume de TSH diminue jusqu'à zéro. Cette image du sang est due au fait que l'hormone stimulant la thyroïde n'est pas produite en permanence, mais uniquement lorsque les niveaux de T3 et de T4 diminuent.

    Les symptômes associés à une déficience et à un excès d'hormones thyroïdiennes étant différents, il est donc rare que le patient subisse un test de dépistage de l'hypothyroïdie et reçoive un diagnostic d '"hyperthyroïdie".

    Le tableau montre les T3 et T4 normaux pour les adultes.

    Quels tests faut-il prendre pour l'hypofonction de la thyroïde?

    Le plus souvent, pour identifier la pathologie, il suffit de déterminer des indicateurs tels que la TSH (thyrotropine) et la T4 libre (thyrotoxine). Si la maladie est confirmée, des tests supplémentaires de l'hypothyroïdie, ainsi que des études complémentaires sont prescrits par l'endocrinologue. Ils sont nécessaires pour déterminer le degré de progression de la maladie et sa source.

    Importance des indicateurs

    Un contenu insuffisant en substances biologiquement actives produites par la thyroïde provoque des lésions irréparables pour tout le corps. Les taux sanguins de triglycérides et de glycérol augmentent. Cela conduit à la manifestation de l'athérosclérose. Le corps peut diminuer la quantité d’androgènes et d’œstrogènes. Perturbation du système reproducteur. Il y a un risque d'infertilité.

    Il est important de diagnostiquer l'hypothyroïdie à un stade précoce. Pour cela, le contenu quantitatif de l'hormone stimulant la thyroïde est d'abord déterminé. La détection du niveau des indicateurs restants est effectuée avec un écart anormal de la TSH par rapport à la norme.

    Pour le diagnostic complet de la maladie, il est nécessaire de définir les indicateurs suivants:

    • Substance thyroïdienne T3 (triiodothyronine) et T4 (tétraiodothyronine, thyroxine). La teneur totale et les fractions non associées aux protéines porteuses sont déterminées - exemptes de T3 et de T4. Norme T3 libre de 2,6 à 5,7 pmol / l. Les indications d'absence de thyroxine ne doivent pas dépasser 22 pmol / l, mais pas moins de 9 pmol / l;
    • hormone stimulant la thyroïde (TSH), produite par la glande pituitaire. Sous son influence, le nombre de T3 et de T synthétisés augmente ou diminue. La valeur de l'indicateur peut varier de 0,4 à 4,0 mU / l;
    • TRG - une substance produite dans l'hypothalamus. Thyreiberin provoque une production accrue de TSH;
    • thyréoglobuline (TG) et thyroperoxydase (TPO);
    • anticorps (AT) - anti-TG (anti-thyroglobuline, normalement pas plus de 18 U / ml), anti-anti-TPO (thyroperoxydase, normalement inférieur à 5,6 U / ml), et AT à rTTG (au récepteur de la TSH);
    • protéines liant la thyroxine;
    • La calcitonine est un marqueur tumoral important, il est nécessaire de la déterminer chez tous les patients présentant des nœuds dans la glande thyroïde pour détecter le cancer.

    Quels indicateurs doivent être déterminés dans l'hypothyroïdie dans l'analyse, le médecin indique dans la direction.

    L'interconnexion de la production de substances

    Les substances T4 et T3, produites par la thyroïde, sont interconnectées avec la TSH synthétisée par l'hypophyse (thyrotrophine, thyrotrophine). Le principal régulateur du fonctionnement de la glande thyroïde est l'hormone stimulant la thyroïde. La thyrotropine a pour fonction principale d’influencer la production de T3 et de T4.

    Ces derniers sont les hormones de croissance du corps. Sous leur gestion, la production d'énergie se produit, ils sont responsables de l'équilibre des graisses et des protéines. Dans le même temps, la thyrotropine régule l'iode dans la glande thyroïde. Cela vous permet d'améliorer le processus de fractionnement des graisses.

    Le contenu de la thyroxine et de la triiodothyronine dans l'analyse sanguine est inversement proportionnel à la quantité d'hormone stimulant la thyroïde. L'augmentation de la concentration de substances biologiquement actives produites par la glande thyroïde, un effet déprimant sur le contenu quantitatif de la TSH. Avec une diminution des niveaux d'hormones thyroïdiennes, la concentration de thyrotropine augmente.

    Pourquoi autant d'indicateurs sont-ils étudiés?

    Lors du diagnostic de l'hypothyroïdie, la plupart des endocrinologues sont guidés par l'indicateur TSH. Un taux élevé d'hormone hypophysaire signale une pathologie se manifestant dans la glande thyroïde. La thyréotropine indicatrice ne donne pas toujours une image fidèle. Cela se produit lors d’une tumeur hypophysaire, d’une lésion hypothalamique ou d’un accident vasculaire cérébral. Dans ces cas, la TSH peut montrer des taux normaux, mais les taux d'hormones thyroïdiennes sont faibles.

    À cet égard, pour le diagnostic correct des maladies sont utilisés et autres indicateurs énumérés ci-dessus. Cela est nécessaire pour exclure d'autres maladies et déterminer la cause de l'hypothyroïdie.

    Lors des tests d'hypothyroïdie, la thyroxine et la triiodothyronine sont des valeurs réduites confirmant la présence de la maladie. Dans ce cas, la T3 n'est que dans certains cas significative dans la détection de la maladie.

    Le contenu accru de l'analyse de l'hormone hypophysaire - la thyrotropine peut indiquer que certains changements pathologiques se produisent dans le corps:

    • hypothyroïdie d'origines diverses;
    • troubles mentaux ou somatiques;
    • pathologie de l'hypophyse (thyréotropinome);
    • tumeur hypophysaire;
    • insuffisance surrénale.

    Cette liste peut être complétée par un certain nombre de maladies.

    Formes d'hypothyroïdie et leur identification

    L'activité biologique de la triiodothyronine est significativement supérieure à celle de la thyroxine. Mais pour la synthèse de T3, l'iode nécessite beaucoup moins que pour la T4. À cet égard, dans certains cas, le corps peut s'adapter.

    En cas de manque d'iode dans le corps, la thyroxine diminue et la quantité de triiodothyronine augmente. Cet état du corps n'affecte initialement pas de manière significative l'état de santé. Symptômes observés - cheveux et ongles cassants, performances réduites. Cette forme de pathologie peut durer assez longtemps, une personne s'habitue et ne s'applique pas aux médecins.

    Si les deux valeurs sont abaissées (T3 et T4), cela indique directement une hypothyroïdie. Son degré de gravité dépend du contenu en hormones et de la gravité des symptômes. Classification de la maladie par gravité:

    • la maladie est cachée, le degré de lumière - latent;
    • la gravité moyenne de la maladie est manifeste;
    • forme sévère - compliquée.

    Une pathologie cachée est une affection dans laquelle même le contenu normal d'hormones thyroïdiennes n'est pas en mesure de répondre aux besoins du corps. Cela augmente la concentration de TSH.

    La synthèse de la TSH est stimulée par l'influence de la TRG, synthétisée par l'hypothalamus. Pour éliminer une cause de pathologie telle qu'une maladie de l'hypophyse, la procédure suivante est effectuée. Un médicament contenant de la TRH est administré au patient. En modifiant le test sanguin, il est déterminé si la glande pituitaire répond à un tel effet. En l'absence de réaction, l'hypothyroïdie est causée par la défaillance de l'hypophyse.

    Pour la synthèse normale des hormones thyroïdiennes, une enzyme telle que la thyroperoxydase est nécessaire. Cependant, les maladies auto-immunes produisent des anticorps qui le détruisent. Avec cette pathologie, le corps lui-même lutte avec les hormones synthétisées par la glande thyroïde. Si le test sanguin ne contient pas de TPO et qu'il contient des anticorps, cette interprétation du résultat indiquera le développement d'une pathologie auto-immune.

    Tests requis pour les hormones de l'hypothyroïdie, décodage des résultats

    Selon les statistiques médicales, au cours de la dernière décennie, le nombre de patients se plaignant de problèmes de glande thyroïde a augmenté. Dans 76% des cas, un dysfonctionnement et une production incorrecte d'hormones sont diagnostiqués. Parmi les facteurs provoquant ces maladies, une carence aiguë en iode et une écologie médiocre.

    Le mauvais fonctionnement de la glande thyroïde provoque de nombreuses maladies, par exemple: l'hypothyroïdie, dans laquelle des hormones sont produites en petites quantités pendant une longue période.

    L'hypothyroïdie se caractérise par un développement en douceur, mais les médecins peuvent en faire le diagnostic à ses débuts en raison des symptômes éclatants.

    Qui est à risque

    Personne n’est à l’abri de l’hypothyroïdie, mais les scientifiques ont identifié plusieurs affections qui augmentent les risques de développer la maladie. Ceux-ci comprennent:

    • Thyroïdite subaiguë.
    • Goitre endémique.
    • Thyroïdite auto-immune.

    Les personnes atteintes ou atteintes de ces maladies sont sujettes à l’hypothyroïdie.

    Il se développe et s'aggrave si l'hypophyse et l'hypothalamus fonctionnent mal. Si les données de diagnostic médical montrent que la quantité d'hormones a fortement diminué, un spécialiste doit trouver la cause du phénomène et l'envoyer à un test sanguin hormonal supplémentaire pour l'hypothyroïdie.

    Pourquoi la maladie se développe

    En pratique médicale, hypothyroïdie primaire et secondaire isolée.

    Primaire

    À ce stade de la maladie, seule la glande thyroïde est affectée, ce qui abaisse le niveau d'hormones dans l'organisme. Provoquer ce phénomène peut:

    • Tumeurs bénignes et malignes.
    • Maladies infectieuses.
    • Tuberculose
    • Processus inflammatoires.

    L'hypothyroïdie primaire entraîne des complications après de telles mesures médicales:

    • Intervention chirurgicale.
    • Traitement du goitre toxique à l'iode radioactif.
    • Réception simultanée d'un grand nombre de médicaments qui ont dans la composition de l'iode.
    • Utilisation de la radiothérapie pour le traitement du cancer des organes situés près du cou.

    Un autre "bon" coup de pouce pour le développement de la maladie - l'hypoplasie. La maladie affecte la glande thyroïde pendant le développement fœtal, ce qui explique pourquoi l’organe ne peut pas se développer complètement. Cette pathologie est observée chez les nouveau-nés jusqu'à l'âge de deux ans.

    Secondaire

    Cette étape de l'hypothyroïdie implique la production incorrecte d'hormone stimulant la thyroïde. La substance peut avoir une forme et une structure irrégulière ou ne pas être produite du tout. En conséquence, une glande pituitaire non développée ne peut pas produire la quantité requise de thyroxine.

    Les troubles pathologiques internes du cerveau suivants peuvent provoquer une structure irrégulière de l'hypophyse:

    1. Tumeurs malignes et bénignes.
    2. Traumatisme
    3. Mauvaise circulation.
    4. Troubles du système immunitaire.

    La principale différence entre l'hypothyroïdie primaire et l'hypothyroïdie secondaire réside dans l'addition aux symptômes du diagnostic de signes additionnels de lésions d'autres organes, tels que les ovaires. Dans ce contexte, le patient présente les maladies suivantes:

    1. Réduction des capacités intellectuelles.
    2. Échec dans la fonctionnalité des organes génitaux.
    3. Manteau excessif de cheveux.
    4. Échecs d'électrolyte.

    Dans l'hypothyroïdie, les femmes souffrent de dépression et d'insomnie prolongée. Elle se manifeste aussi souvent par une ostéochondrose cervicale ou thoracique, en raison de l’augmentation de la pression artérielle et du cholestérol de faible densité.

    Si une personne ne cherche pas une aide qualifiée, elle aura au bout d'un moment de l'hypertension intracrânienne et de longues migraines.

    Liste des analyses requises

    En cas de suspicion d'hypothyroïdie, un spécialiste envoie le patient à des tests permettant de déterminer le taux de TSH. Ces études aideront à établir rapidement et avec plus de précision le diagnostic et à trouver un traitement efficace. Le traitement est associé à de tels facteurs:

    1. Etat général du patient.
    2. Âge
    3. Le degré de négligence de la maladie.

    Tout d'abord, le médecin prescrira à un patient un test sanguin à partir d'une veine. Si des pathologies sont présentes dans le corps, le niveau hormonal dans le sang sera abaissé.

    De plus, certains experts ont recours à une échographie pour vérifier le degré de déviation de la glande thyroïde et le stade de négligence de l'hypothyroïdie.

    La ménopause ou la puberté peut provoquer une hypertrophie de la glande thyroïde. Dans ce cas, le résultat de l'analyse est égal à la normale.

    À l'heure actuelle, il existe trois tests d'hormones dans l'hypothyroïdie:

    • Thyrotropine. La quantité requise de cette hormone dans le sang varie entre 0,4 et 4,0 mU / L. L'étude du niveau de cette substance est la première dans laquelle le médecin verra une image du système thyroïdien. La méthode est très sensible, vous pouvez donc voir les écarts par rapport à la norme sans signes visibles.
    • Total T4. Les indicateurs de cette hormone devraient varier entre 59 et 143 nmol / l. La quantité de thyroxine libre dans le sang varie entre 9 et 19 nmol / l.
    • Total T3. Taux sanguins admissibles de cette hormone - 0,7 à 2,7 nmol / l. Indicateurs de T3 libre - 2,5 à 4,5 nmol / l.

    Préparation à l'étude

    Le résultat de l'analyse dépend de la préparation du patient. Pour éviter de reprendre et prendre beaucoup de temps, le patient devrait:

    1. 21-30 jours avant l'analyse, arrêtez de consommer des médicaments hormonaux.
    2. 72 heures avant l'intervention, arrêtez complètement de boire des médicaments contenant de l'iode.
    3. Ne soyez pas soumis à un stress physique et émotionnel.
    4. 7 à 10 jours avant l'événement, ne consommez ni alcool ni nicotine.

    Interprétation des analyses

    Les études sur les hormones pour l'hyperthyroïdie montrent ce qui suit:

    1. TSH augmenté, T3 et T4 normaux. Le patient souffre d'hyperthyroïdie infraclinique, qui ne présente aucune manifestation externe et qui est considérée comme une phase facile de la maladie. Pour que la maladie ne passe pas au stade clinique, elle doit être guérie dès que possible.
    2. Le taux de TSH dans l'hypothyroïdie dépasse la norme de plusieurs fois et le taux de T4 libre est faible. Ces résultats permettent de diagnostiquer le développement de l'hypothyroïdie primaire.
    3. L'indice TSH est abaissé ou normal, le T4 libre étant sous-estimé. Ces résultats sont caractéristiques du développement de l'hypothyroïdie secondaire. Si la TSH est réduite au maximum et que les T3 et T4 sont surestimés, cela indique la présence d'une thyréotoxicose.
    TSH pour l'hypothyroïdie

    Il n’ya pas de relation entre le niveau de l’hormone T3 et l’hypothyroïdie, car la quantité de cette substance peut donner des résultats normaux, même avec une forme avancée de la maladie. Cette situation est due au fait qu’à un niveau élevé de TSH, la production de T3 est stimulée.

    Les experts recommandent plusieurs tests pour vérifier le niveau de TSH, car la quantité de cette substance augmente avec l'insuffisance surrénalienne.

    Pour confirmer le diagnostic ne sera pas superflu de mener plusieurs études supplémentaires:

    • Diagnostic échographique des glandes surrénales et de la glande thyroïde.
    • Électrocardiogramme.
    • Scintigraphie de la glande thyroïde.
    • IRM et tomodensitométrie de la tête.
    • Analyses sur le nombre de T3 et T4. Lorsque thyrotoxicosis, ils dépassent la norme.
    • Test TRG. Son résultat dépend du stade de la maladie, par exemple: un indicateur normal ou sous-estimé est caractéristique de l’hypothyroïdie tertiaire, indifférent pour un secondaire, un indicateur accru de l’hypothyroïdie primaire.

    Ces études permettent de mieux comprendre l’état de la glande thyroïde et des glandes surrénales, de vérifier le système cardiovasculaire du patient et de déterminer la cause du développement de la maladie. Les résultats sont une raison pour le patient de consulter un cardiologue, un gynécologue et un neuropathologiste.

    Analyses biochimiques

    Pour surveiller l'efficacité du traitement, les médecins vérifient les paramètres sanguins biochimiques suivants:

    1. Niveau de cholestérol Un taux de cholestérol élevé indique un traitement incorrect, une diminution du taux de cholestérol confirme l'efficacité du traitement.
    2. Le sang de la myoglobine.
    3. ACT
    4. Sang de créatine kinase.
    5. La quantité de calcium dans le sang.
    Test sanguin pour les hormones pour l'hypothyroïdie

    Comme dans le cas du cholestérol, les taux exagérés de ces études indiquent une absence de traitement et leur réduction prouve le bien-fondé du traitement choisi.

    Vous Pouvez, Comme Pro Hormones