Les hormones sont des indicateurs de la santé. Et pour en savoir plus sur l'état de santé, il est parfois nécessaire de connaître les indicateurs des hormones. Nous avons interrogé l'obstétricien-gynécologue de la clinique «Dobrobut» Ksenia Grischuk (med.dobrobut.com, (044) 495 2 888) sur les particularités de l'analyse de l'état des hormones.

Groupes connus d'hormones: hormones thyroïdiennes, hormones produites par l'hypophyse, hormones sexuelles. Tout cela est une thyroïde et un soi-disant panneau de reproduction. Dans le corps, toutes les hormones sont interdépendantes et, comme certaines hormones, il est souvent possible de voir l’état d’autres. En matière de santé des femmes, le comité de la reproduction joue un rôle particulier. Selon le problème avec lequel la femme a recours à un spécialiste, le médecin peut vous prescrire un test sanguin pour détecter les hormones afin de confirmer ou d'infirmer l'analyse préliminaire.

Vous devez vous préparer à l'analyse des hormones

Les hormones sont capricieuses et inconstantes. Leurs indicateurs quantitatifs varient selon les phases du cycle, la période de l’année, la période de la journée, la puissance et le mode. Par conséquent, pour être testé, il est nécessaire de préparer de manière responsable et de suivre toutes les recommandations du médecin à la procédure de livraison de l'analyse. Il est également important de prendre en compte le fait que l'hormone est sujette à une destruction rapide. Par conséquent, une telle situation se produit souvent lorsque des manifestations cliniques indiquent un problème spécifique et qu'il n'y a pas de changement significatif dans les tests hormonaux. Dans de tels cas, des tests répétés sont parfois prescrits.

Quelles hormones l'analyse prend-elle

Pour les raisons susmentionnées, il est peu probable que vous puissiez connaître l'état de l'ensemble du système hormonal à partir des résultats d'une seule analyse. Des tests sont plutôt attribués à certaines hormones, en fonction du problème que vous souhaitez résoudre. Donc, si vous planifiez une grossesse, les indicateurs de ces hormones qui peuvent affecter le processus de fécondation et de portage sont importants.

Le plus souvent, la gynécologie examine les indicateurs d'hormone folliculo-stimulante (FSH), de lutéinisante (LH), de prolactine, d'œstradiol, de progestérone, d'hormones thyroïdiennes (TSH, T3, T4), d'anticorps dirigés contre les antigènes thyroïdiens et de marqueurs de la fonction thyroïdienne.

Au cours du premier trimestre de la grossesse, il est important d'étudier les hormones thyroïdiennes, indicateurs de la gonadotrophine chorionique humaine, la progestérone. Il existe des hormones, des indicateurs sur lesquels il est important de se pencher à la fin de la grossesse. Par exemple, le lactogène placentaire peut être étudié à partir de la 5e semaine de grossesse et jusqu'aux dernières périodes de gestation. Le lactogène placentaire est produit uniquement par le placenta du fœtus pendant la grossesse. Il est responsable de la maturation et du développement des glandes mammaires pendant la grossesse, ainsi que de leur préparation à la lactation. Comme la prolactine, le lactogène placentaire soutient la fonction du corps jaune des ovaires pendant la grossesse et contribue à une augmentation de la sécrétion de progestérone. En fin de grossesse, comme l'estriol, il peut être un marqueur du "bien-être fœtal". Tous ces indicateurs, ainsi que les données de l'échographie et de l'examen clinique, montrent le déroulement de la grossesse.

Si une femme est préparée à la technologie de la reproduction, on lui prescrit généralement des médicaments contenant des hormones. Ces médicaments sont prescrits en fonction de l'analyse, des données échographiques. Le médecin décide de continuer ou non de gonadotrophines pour stimuler l’ovulation, d’ajouter une dose de hCG pour commencer l’ovulation.

Quelques tests hormonaux

Des analyses des hormones du panel reproducteur sont données certains jours du cycle et il est nécessaire de préparer leur délivrance. Par exemple, avant de prendre un test sanguin pour la prolactine, l'exercice et le sexe sont contre-indiqués - pas d'effort physique. De plus, l'analyse est faite le matin à jeun et vous ne devez en aucun cas fumer avant l'analyse. Si ces conditions sont remplies, les indicateurs hormonaux de l'analyse seront objectifs.

Lors de la première phase du cycle, les tests de FSD et de LH consistent à prendre des hormones pituitaires, de l’œstradiol et de la prolactine. La progestérone, au contraire, est active dans la deuxième phase du cycle; par conséquent, l'analyse de cette hormone est donnée, en règle générale, aux 22-24 jours du cycle. Si nous voulons voir comment le cyclicité de la reproduction est observé, l'analyse des indicateurs FSH et LH devra être répétée à l'approche du 14e jour du cycle.

Le glucose ou l'insuline nécessite un certain régime avant l'accouchement. Par exemple, si vous mangez sucré la veille, les indicateurs sont déformés.

Il y a aussi des hormones qui sont testés pour l'urine. Dans ce cas, il existe également une certaine technologie d'accouchement, à propos de laquelle le médecin doit informer le patient.

Les indicateurs d'hormones sont examinés non seulement pour identifier le diagnostic, mais également pour suivre l'évolution du traitement, en ajustant la dose du médicament si nécessaire. Dans certains cas, les indicateurs hormonaux sont examinés de temps en temps pendant plusieurs années.

Où se faire tester pour les hormones

Le plus souvent, les médecins demandent aux patients de passer des tests dans certains laboratoires. Mais ne vous précipitez pas pour reprocher aux médecins de recevoir des ordres de laboratoires. Un médecin intéressé par le diagnostic correct doit avoir confiance en la qualité des services du laboratoire sélectionné. De plus, les cliniques, travaillant avec les laboratoires pendant une longue période, coordonnent avec eux un système d'indicateurs pour lequel une analyse ou une autre est effectuée. Et si vous passez l’analyse dans un laboratoire inconnu, où le coût sera moindre, il n’est pas vrai que les indicateurs enregistrés dans ce laboratoire seront compris par le médecin qui a donné l’instruction. Sans parler de la qualité de l'analyse elle-même. Plus le laboratoire est célèbre, plus le réseau de ces laboratoires est étendu, plus nous pouvons parler avec assurance de la qualité des services fournis.

Hormone TSH: norme, signes d'hypothyroïdie et d'hyperthyroïdie

Un dysfonctionnement de la glande thyroïde conduit à une défaillance de tous les organes et systèmes du corps. Pour détecter de tels troubles, un test sanguin de TSH (TSH), une hormone stimulant la thyroïde, est réalisé.

Description et fonction de l'hormone TSH

La TSH est une hormone qui stimule la formation et la sécrétion d'hormones thyroïdiennes.

La TSH (TSH) est produite par la glande pituitaire, située à la surface inférieure du cerveau. La fonction principale de l'hypophyse est la production d'hormones qui affectent la fonction de reproduction, la croissance et le métabolisme.

L'hormone TSH (TSH) est la principale hormone du système endocrinien, impliquée dans la synthèse de T3 et T4 - triiodothyronine et thyroxine. Ces hormones fournissent le métabolisme correct des graisses, des protéines. En outre, le travail du tractus gastro-intestinal, l'état mental d'une personne dépend du niveau de ces hormones dans le sang.

Les hormones TSH (TSH), T3 et T4 sont interconnectées et la diminution ou l'augmentation de l'indice affecte le fonctionnement de tous les organes et systèmes humains.

Lorsque les hormones thyroïdiennes diminuent, l'hypophyse reçoit immédiatement un signal sur la production d'hormone stimulant la thyroïde. Déterminer le niveau de l'hormone en passant un test sanguin.

Indications pour l'analyse

Un test sanguin pour l'hormone TSH est le plus souvent prescrit pour le diagnostic de maladie de la thyroïde.

Attribuer une analyse pour les maladies de la glande thyroïde: hyperthyroïdie, hypothyroïdie et autres pathologies.

Autres indications pour l'analyse TSH:

  • retard mental
  • arythmie cardiaque
  • infertilité
  • alopécie
  • absence de menstruation
  • impuissance

Si une personne se plaint de dépression, d’absence de désir et d’infertilité, elle donne également du sang aux hormones thyroïdiennes.

Lorsque le traitement hormonal substitutif et certaines maladies cardiaques peuvent être prescrits des tests pour les hormones. Une analyse hormonale thyrotrope est effectuée au cours du premier trimestre de la grossesse pour écarter ou détecter un hypothyroïdisme.

Préparation et procédure d'étude

Le sang veineux est nécessaire pour diagnostiquer les niveaux d'hormone TSH.

Avant de prendre du sang pendant 3-4 jours, il est nécessaire d'arrêter de prendre des hormones et des médicaments contenant de l'iode. Les analyses sont prises à jeun, hormones comprises. Permis de boire de l'eau potable. À la veille de l'étude de consommation de boissons alcoolisées, les aliments frits et gras sont interdits. Les enfants ont droit à un petit-déjeuner léger, qui exclut les aliments lourds et frits. Les analyses ne passent pas dans les maladies inflammatoires et infectieuses.

L'étude peut être réalisée n'importe quel jour du cycle menstruel. Cette règle s'applique aux femmes plus âgées. Si les tests sont effectués sur des adolescentes, il est recommandé de procéder au test en respectant le cycle: 21 jours avec un cycle de 28 jours, pendant 25 jours avec un cycle de 32 jours, etc. Calculer correctement les jours du cycle menstruel aidera l'endocrinologue pédiatrique.

Il est important de savoir que la TSH change au cours de la journée - la concentration la plus élevée est observée à 3h-4h du soir et reste inchangée jusqu'à 7h-8h du matin. Le sang doit donc être prélevé le matin même.

Il convient de rappeler que le stress émotionnel et le stress affectent le niveau des hormones thyroïdiennes. Avant la recherche, il est nécessaire d’éviter les situations stressantes et de rester calme.

Pour déterminer le contenu de la TSH, le sang à analyser est prélevé dans une veine. La procédure est effectuée dans des conditions de laboratoire. Les résultats seront connus dans 1 à 1,5 mois en raison de la lenteur de la réponse aux changements de T3 et de T4.

Décodage: la norme pendant la grossesse et par âge

La TSH se caractérise par des variations quotidiennes des concentrations d'hormones.

Niveaux normaux d'hormone TSH:

  • Normalement, la teneur en TSH sérique chez l'adulte est comprise entre 0,4 et 4 mIU / L.
  • Chez les enfants au cours des premiers jours de leur vie, la concentration d'hormone stimulant la thyroïde est élevée et peut se situer entre 1,0 et 39 mIU / L. Progressivement, TSH diminuera. Chez les nourrissons âgés de 1 à 4 mois, la concentration est de 1,7 à 9,1 mIU / l à partir de 5 mois - de 0,7 à 6,4 mIU / l.
  • Le taux d'hormones chez les enfants âgés de un à six ans est compris entre 0,8 et 6 mU / l, et entre 7 et 14 ans, entre 0,28 et 4,3 mU / l.
  • Chez les enfants de plus de 14 ans, la teneur en hormones est comprise entre 0,28 et 3,8 mU / l.
  • Chez la femme enceinte, la TSH normale laisse 0,2 à 3,5 mU / l. Les tarifs varient avec l'âge gestationnel. Jusqu'à 18 semaines, la concentration de TSH est proche de la marque minimale et augmente au deuxième trimestre. Cette augmentation est due au fait que le fœtus forme sa propre glande thyroïde.

La distorsion des résultats vers le haut ou vers le bas peut être due aux raisons suivantes:

  • dépendance à la morphine
  • utilisation de médicaments hormonaux
  • prise de sang le soir
  • Résistance à la TSH
  • insuffisance surrénale
  • Des maladies mentales et certaines maladies somatiques peuvent affecter les niveaux d'hormones.

Qu'est-ce que le boost d'hormone indique

L'hypothyroïdie est une maladie causée par un manque d'hormones thyroïdiennes dans le corps.

Une augmentation de la TSH peut ne pas toujours indiquer une maladie. Une légère augmentation de la concentration de l'hormone est observée pendant l'effort physique, l'intoxication par le plomb et l'intoxication, les manipulations médicales.

Si le niveau de l'hormone est supérieur à la normale, cela indique une maladie de la thyroïde et un dysfonctionnement de l'hypophyse et de l'hypothalamus.

Si la TSH est trop élevée, on observe un déficit en T3 et T4. Si T4 est normal, mais que TSH est élevé, cela indique une hypothyroïdie infraclinique et si T4 est inférieur à la normale, mais un taux élevé d'hormone stimulant la thyroïde, un hypothyroïdisme manifeste est alors diagnostiqué.

Les symptômes de l'hypothyroïdie sont les suivants:

  • peau sèche et pâle
  • perte de cheveux
  • prise de poids
  • irritabilité
  • dépression
  • constipation
  • manque d'appétit
  • changement de pression artérielle
  • le patient peut se plaindre de faiblesse, d’insomnie, de troubles de la mémoire, etc.

Une concentration élevée de TSH peut indiquer le développement d'un processus oncologique de la thyroïde et de l'hypophyse, ainsi que de maladies auto-immunes, lorsque l'organisme prend des cellules thyroïdiennes pour des cellules étrangères. Pour cette raison, des anticorps sont produits pour les détruire.

Une augmentation de la TSH pendant la grossesse peut entraîner le développement d'une prééclampsie. C'est une condition dangereuse pour la mère et le fœtus. Pour éviter les complications, le niveau de l'hormone est surveillé pendant toute la période de gestation.

Causes et signes de déclin

L'hyperthyroïdie est une maladie hormonale dont le symptôme est une augmentation de la fonction thyroïdienne.

Réduit est l'indicateur qui ne dépasse pas 0,01 µIU / ml. Une diminution de la TSH indique un excès de T3 et de T4 dans le corps. Cette pathologie s'appelle l'hyperthyroïdie. En raison de la forte teneur en hormones thyroïdiennes dans le corps, l'hypophyse reçoit un signal entraînant une diminution de la production de thyrotropine.

L'hyperthyroïdie se caractérise par un appétit accru pour la perte de poids, la nervosité, la tachycardie. Il peut également s'agir d'insomnie, de transpiration, de menstruations irrégulières. L’un des symptômes de l’hyperthyroïdie est l’exophtalmie, c’est-à-dire saillie des yeux.

Les maladies suivantes conduisent à l'hyperthyroïdie:

  • Formation de kystes dans la glande thyroïde
  • Thyroïdite auto-immune
  • Processus oncologiques dans la glande
  • Lévothyroxine

Une diminution des hormones thyroïdiennes et de la TSH indique une hypothyroïdie secondaire. Développé en raison de la perte de la relation entre l'hypophyse et la glande. Les causes de l'hyperthyroïdie sont des processus oncologiques de l'hypophyse ou de l'hypothalamus.

Vidéo utile - Test sanguin pour TSH

Il existe une telle pathologie dans de rares cas. Le patient devient lent, l'activité pensante et la concentration de l'attention diminuent. En outre, il y a un pouls lent, il y a un gonflement, une température corporelle réduite. Des hormones réduites peuvent être observées avec des blessures à la tête ou à la suite de radiations ionisantes.

Il existe des situations où T4 et T3 sont normaux, mais TSH est inférieur à la valeur normale. Ceci est observé pendant la grossesse et s'appelle euthyroïdisme. Même si les indicateurs sont normaux, les symptômes typiques de cette maladie peuvent toujours être observés: fatigue, surmenage, augmentation glandulaire, fatigue et somnolence.

Caractéristiques du traitement

Si vous identifiez une hypothyroïdie, vous pouvez compenser le manque d'hormones en prenant de la thyroxine. Parmi les médicaments prescrits L-thyroxin, Eutiroks, Bagotiroks. Dans chaque cas, une posologie et un régime spécifiques du médicament sont prescrits.

Le patient peut prendre des médicaments pour la thyroïde pendant plusieurs mois et, parfois, une hormonothérapie peut durer toute une vie. Il est nécessaire de prendre les médicaments prescrits à petites doses, en tenant compte de l'âge du patient et du degré de décompensation.

Dans l'hyperthyroïdie, on utilise des médicaments ayant un effet thyréostatique: propylthiouracile, méthimazole, etc. Ces médicaments empêchent l'accumulation d'iode dans le corps. Pendant le traitement, des bloqueurs adrénergiques peuvent être utilisés: métoprolol, aténolol, nadolol, etc.

Outre le traitement conservateur, il existe d'autres méthodes de traitement: la chirurgie pour enlever la glande et le traitement à l'iode radioactif.

Selon le témoignage de la glande thyroïde peut être enlevé. Le traitement à l'iode radioactif entraîne des effets de radiation sur la glande thyroïde, ce qui entraîne son effondrement. Cette méthode de traitement de l'hyperthyroïdie permet une utilisation à vie de médicaments hormonaux.

Si l'état du patient euthyroïdien est stable et que les hormones sont normales, il est recommandé de consulter un médecin. Si vous ne vous sentez pas bien, la présence de ces symptômes est un médicament prescrit. Une cure de lévothyroxine et de médicaments contenant de l’iode sont prescrits au patient. Avec le traitement opportun des maladies et des pathologies de la glande thyroïde, le risque de complications est minime.

Portail médical de Krasnoyarsk Krasgmu.net

Les hormones thyroïdiennes T4 (thyroxine) et T3 (triiodothyronine) sont des hormones thyroïdiennes détectées dans le sang. La sensibilité des systèmes de test pour les hormones est différente. Par conséquent, dans différents laboratoires, les normes de ces indicateurs sont différentes. La méthode d'analyse des hormones thyroïdiennes la plus populaire est la méthode ELISA. Il est nécessaire de prêter attention aux résultats de l'analyse des hormones thyroïdiennes, le taux d'hormones pour chaque laboratoire est différent et il convient de l'indiquer dans les résultats.
L'hormone stimulant la thyroïde active l'activité de la glande thyroïde et augmente la synthèse de ses hormones «personnelles» (thyroïdiennes) - la thyroxine, la tétraiodothyronine (T4) et la triiodothyronine (T3). La thyroxine (T4), la principale hormone de la glande thyroïde, circule normalement à raison de 58 à 161 nmol / L (4,5 à 12,5 µg / dl), la plupart dans un état associé à des protéines de transport, principalement la TSH. Le taux d'hormones thyroïdiennes, qui dépend en grande partie du moment de la journée et de l'état du corps, a un effet marqué sur le métabolisme des protéines dans l'organisme. Aux concentrations normales de thyroxine et de triiodothyronine, la synthèse des molécules de protéines dans le corps est activée. La thyroxine (T4), principale hormone thyroïdienne en circulation, est presque entièrement associée aux protéines de transport. Immédiatement après être entré dans le sang de la glande thyroïde, une grande quantité de thyroxine est convertie en triiodothyronine, l'hormone active. Chez les personnes souffrant d'hyperthyroïdie (la production d'hormones est supérieure à la normale), le taux d'hormones circulantes augmente constamment.

La méthode la plus courante pour diagnostiquer les maladies de la glande thyroïde consiste en une analyse sanguine des hormones thyroïdiennes, ce qui est particulièrement vrai pour les femmes, car la pathologie de la glande thyroïde se trouve principalement dans la belle moitié. Mais peu de gens se sont demandé ce que signifiaient ces indicateurs, appelés «tests d'hormones thyroïdiennes».

Normes des hormones thyroïdiennes dans le sang:

Hormone thyrotrope (thyrotropine, TSH) 0,4 - 4,0 mIU / ml
Sans thyroxine (sans T4) 9,0 à 19,1 pmol / l
Triiodothyronine libre (sans T3) 2,63-5,70 pmol / l
Les anticorps anti-thyroglobuline (AT-TG) sont normaux, nmol / l.

Valeurs de référence (adultes), la norme dans le sang de la T3 totale:

Augmenter le niveau de T3 en général:

  • tyrotropinome;
  • goitre toxique;
  • toxicose T3 isolée;
  • thyroïdite;
  • adénome thyréotoxique de la glande thyroïde;
  • Hypothyroïdie résistante à la T4;
  • syndrome de résistance aux hormones thyroïdiennes;
  • Thyrotoxicose indépendante de la TSH;
  • dysfonctionnement thyroïdien post-partum;
  • le choriocarcinome;
  • myélome à IgG élevé;
  • syndrome néphrotique;
  • maladie chronique du foie;
  • augmentation du poids corporel;
  • maladies systémiques;
  • hémodialyse;
  • prendre de l'amiodarone, des œstrogènes, de la lévothyroxine, de la méthadone, des contraceptifs oraux.

Réduire le niveau de T3 en général:

  • syndrome euthyroïdien du patient;
  • insuffisance surrénale primaire non compensée;
  • maladie chronique du foie;
  • pathologie non thyroïdienne grave, y compris maladie somatique et mentale.
  • période de récupération après une maladie grave;
  • hypothyroïdie primaire, secondaire, tertiaire;
  • thyréotoxicose artificielle due à l'auto-désignation de T4;
  • régime pauvre en protéines;
  • prendre des médicaments tels que des antithyroïdes (propylthioura) hypolipémiants (colestipol, cholestyramine), agents radio-opaques, terbutaline

Sans triiodothyronine (sans T3, Triiodthyronine libre, FT3)

L'hormone thyroïdienne, stimule l'échange et l'absorption d'oxygène par les tissus (T4 plus actif).

Il est produit par les cellules folliculaires de la glande thyroïde sous le contrôle de la TSH (hormone stimulant la thyroïde). Dans les tissus périphériques, il se forme lorsque la T4 est désiodée. La T3 libre est la partie active de la T3 totale, soit 0,2 à 0,5%.

La T3 est plus active que la T4, mais elle est moins concentrée dans le sang. Augmente la production de chaleur et la consommation d'oxygène par tous les tissus corporels, à l'exception du tissu cérébral, de la rate et des testicules. Stimule la synthèse de la vitamine A dans le foie. Il réduit la concentration de cholestérol et de trihlerides dans le sang et accélère les échanges de protéines. Augmente l'excrétion de calcium dans l'urine, active l'échange de tissu osseux, mais dans une plus grande mesure - la résorption osseuse. Il a un effet chrono et inotrope positif sur le cœur. Stimule la formation réticulaire et les processus corticaux dans le système nerveux central.

À 11-15 ans, la concentration en T3 libre atteint le niveau des adultes. Chez les hommes et les femmes de plus de 65 ans, la T3 libre dans le sérum et le plasma diminue. Pendant la grossesse, la T3 diminue de I à III trimestre. Une semaine après la naissance, les indicateurs de T3 libre dans le sérum se normalisent. Les femmes ont en moyenne une concentration de T3 libre inférieure à celle des hommes de 5 à 10%. Les fluctuations saisonnières sont caractéristiques du T3 libre: le niveau maximum du T3 libre se situe sur la période de septembre à février, le minimum, sur la période estivale.

Unités de mesure (norme internationale): pmol / l.

Autres unités de mesure: pg / ml.

Unités de traduction: pg / ml x 1 536 ==> pmol / l.

Valeurs de référence: 2,6 - 5,7 pmol / l.

Niveau supérieur:

  • thyrotropinome;
  • goitre toxique;
  • toxicose T3 isolée;
  • thyroïdite;
  • adénome thyrotoxique;
  • Hypothyroïdie résistante à la T4;
  • syndrome de résistance aux hormones thyroïdiennes;
  • Thyrotoxicose indépendante de la TSH;
  • dysfonctionnement thyroïdien post-partum;
  • le choriocarcinome;
  • réduction de la globuline liant la thyroxine;
  • myélome à IgG élevé;
  • syndrome néphrotique;
  • hémodialyse;
  • maladie chronique du foie.
Diminuer le niveau:
  • insuffisance surrénale primaire non compensée;
  • une pathologie non thyroïdienne grave, y compris une maladie somatique et mentale;
  • période de récupération après une maladie grave;
  • hypothyroïdie primaire, secondaire, tertiaire;
  • thyréotoxicose artificielle due à l'auto-désignation de T4;
  • régime pauvre en protéines et en calories;
  • effort physique intense chez les femmes;
  • perte de poids;
  • prenant de l'amiiodarone, de fortes doses de propranolol, des agents de contraste radiopharmaceutiques à base d'iode.

Thyroxine totale (T4 totale, tétraiodothyronine totale, Thyroxine totale, TT4)

Aminoacide hormone thyroïdienne - stimulateur de la consommation accrue d’oxygène et du métabolisme des tissus.

Le taux de T4 totale: chez les femmes, 71 à 142 nmol / l, chez les hommes, 59 à 135 nmol / l. Des valeurs élevées de l'hormone T4 peuvent être observées avec: un goitre thyrotoxique; la grossesse dysfonctionnement de la thyroïde post-partum

Unités de mesure (norme internationale): nmol / l.

Unités alternatives: µg / dl

Conversion d'unités: µg / dl x 12,87 ==> nmol / L

Valeurs de référence (norme de la thyroxine libre T4 dans le sang):

Augmentation de la thyroxine (T4):

  • thyrotropinome;
  • goitre toxique, adénome toxique;
  • les thyroïdes;
  • syndrome de résistance aux hormones thyroïdiennes;
  • Thyrotoxicose indépendante de la TSH;
  • Hypothyroïdie résistante à la T4;
  • hyperthyroxinémie dysalbuminémique familiale;
  • dysfonctionnement thyroïdien post-partum;
  • le choriocarcinome;
  • myélome à IgG élevé;
  • diminution de la capacité de liaison de la globuline liant la thyroïde;
  • syndrome néphrotique;
  • maladie chronique du foie;
  • thyréotoxicose artificielle due à l'auto-désignation de T4;
  • l'obésité;
  • Infection par le VIH;
  • la porphyrie;
  • réception de médicaments tels que l'amiodarone, un moyen contenant de l'iode radio-opaques (iopanoevaya acide tiropanoevaya acide), les hormones, les médicaments de la thyroïde (lévothyroxine) tireoliberin, la thyrotropine, la lévodopa, les oestrogènes synthétiques (mestranol, stilbestrol), les opiacés (méthadone), les contraceptifs oraux, la phénothiazine, prostaglandines, tamoxifène, propylthiouracile, fluorouracile, insuline.
Thyroxine réduite (T4):

  • hypothyroïdie primaire (congénitale et acquise: goitre endémique, thyroïdite auto-immune, processus néoplasiques de la glande thyroïde);
  • hypothyroïdie secondaire (syndrome de Shihan, processus inflammatoires de l'hypophyse);
  • hypothyroïdie tertiaire (lésion cérébrale traumatique, processus inflammatoires de l'hypothalamus);
  • se munir des médicaments suivants: médicaments pour le traitement du cancer du sein (amine, tamoxifène), triiodothyronine, antithyroïdiens (methazole, propylthiouril), asparaginone iodures (131I), antifongiques (intraconazole, kétoconazole), hypolipémiants (cholestyramine, lovastatine, clofibrate), anti-inflammatoires non stéroïdiens (diclofénac, phénylbutazone, aspirine) ), Propylthiouracile, les dérivés de sulfonylurée (glibenclamide de diabeton, le tolbutamide, le chlorpropamide), les androgenes (stanozolol), les anticonvulsivants (acide valproïque, phénobarbital, primidone, la phénytoïne, carbamazépine), furosémide (recevant de fortes doses), un sel de lithium.

Sans thyroxine (T4 gratuit, Thyroxine libre, FT4)

Il est produit par les cellules folliculaires de la glande thyroïde sous le contrôle de la TSH (hormone stimulant la thyroïde). C'est le prédécesseur du T3. L'augmentation du taux de métabolisme de base augmente la production de chaleur et la consommation d'oxygène par tous les tissus du corps, à l'exception du tissu cérébral, de la rate et des testicules. Augmente les besoins en vitamines du corps. Stimule la synthèse de la vitamine A dans le foie. Il réduit la concentration de cholestérol et de trihlerides dans le sang et accélère les échanges de protéines. Augmente l'excrétion de calcium dans l'urine, active l'échange de tissu osseux, mais dans une plus grande mesure - la résorption osseuse. Il a un effet chrono et inotrope positif sur le cœur. Stimule la formation réticulaire et les processus corticaux dans le système nerveux central.

Unités de mesure (norme internationale SI): pmol / l

Unités alternatives: ng / dl

Conversion: ng / dl x 12,87 ==> pmol / l

Valeurs de référence (taux de T4 libre dans le sang):

Thyroxine accrue (T4) libre:

  • goitre toxique;
  • thyroïdite;
  • adénome thyrotoxique;
  • syndrome de résistance aux hormones thyroïdiennes;
  • Thyrotoxicose indépendante de la TSH;
  • hypothyroïdie traitée à la thyroxine;
  • hyperthyroxinémie dysalbuminémique familiale;
  • dysfonctionnement thyroïdien post-partum;
  • le choriocarcinome;
  • des conditions dans lesquelles le niveau ou la capacité de liaison de la globuline liant la thyroxine diminue;
  • myélome à IgG élevé;
  • syndrome néphrotique;
  • maladie chronique du foie;
  • thyrotoxicose due à l'auto-désignation T4;
  • l'obésité;
  • prendre les médicaments suivants: amiodarone, médicaments à base d'hormones thyroïdiennes (lévothyroxine), propranolol, propylthiouracile, aspirine, danazol, furosémide, médicaments radiographiques, tamoxifène, acide valproïque;
  • traitement par l'héparine et les maladies associées à une augmentation des acides gras libres.

Réduction de la thyroxine (T4) libre:

  • hypothyroïdie primaire non traitée à la thyroxine (congénitale, acquise: goitre endémique, thyroïdite auto-immune, tumeurs de la glande thyroïde, résection étendue de la glande thyroïde);
  • hypothyroïdie secondaire (syndrome de Shihan, processus inflammatoires de l'hypophyse, thyrotropinome);
  • hypothyroïdie tertiaire (lésion cérébrale traumatique, processus inflammatoires de l'hypothalamus);
  • un régime pauvre en protéines et une carence importante en iode;
  • contact avec le plomb;
  • interventions chirurgicales;
  • perte de poids spectaculaire chez les femmes obèses;
  • consommation d'héroïne;
  • prendre les médicaments suivants: stéroïdes anabolisants, anticonvulsivants (phénytoïne, carbamazépine), surdose de thyrostatiques, clofibrate, préparations de lithium, méthadone, octréotide, contraceptifs oraux.

Au cours de la journée, la concentration maximale de thyroxine est déterminée de 8 à 12 heures, la concentration minimale de 23 à 3 heures. Au cours de l'année, les valeurs maximales de T4 sont observées entre septembre et février, le minimum - en été. Chez les femmes, la concentration de thyroxine est inférieure à celle des hommes. Pendant la grossesse, la concentration de thyroxine augmente, atteignant des valeurs maximales au troisième trimestre. Le taux d'hormones chez les hommes et les femmes reste relativement constant tout au long de la vie et ne diminue qu'après 40 ans.

En règle générale, la concentration de thyroxine libre reste dans les valeurs normales pour les maladies graves non liées à la glande thyroïde (la concentration en T4 totale peut être réduite!).

Les concentrations sériques élevées de bilirubine, l'obésité et l'application d'un harnais lors du prélèvement sanguin contribuent à l'augmentation des taux de T4.

АТ à рТТГ (anticorps anti-récepteurs ТТГ, auto-anticorps anti-récepteurs de la TSH)

Anticorps auto-immuns contre les récepteurs de l'hormone stimulant la thyroïde dans la glande thyroïde, marqueur du goitre toxique diffus

Les auto-anticorps anti-récepteurs hormonaux thyrotropes (At-rTTG) peuvent simuler les effets de la TSH sur la glande thyroïde et entraîner une augmentation de la concentration sanguine d'hormones thyroïdiennes (T3 et T4). Ils sont détectés chez plus de 85% des patients atteints de la maladie de Graves (goitre toxique diffus) et sont utilisés comme marqueur de diagnostic et de pronostic de cette maladie auto-immune spécifique à un organe. Le mécanisme de formation des anticorps stimulant la thyroïde n’est pas complètement clarifié, bien qu’il existe une prédisposition génétique à la survenue d’un goitre toxique diffus.

Dans cette pathologie auto-immune, des auto-anticorps dirigés contre d'autres antigènes de la glande thyroïde, en particulier des antigènes microsomaux (tests d'anticorps AT-TPO contre la peroxydase microsomale ou d'anticorps AT-MAG contre la fraction microsomale de thyrocytes), sont détectés dans le sérum.

Unités de mesure (norme internationale): U / l.

Valeurs de référence (normales):

  • ≤1 U / l - négatif;
  • 1,1 - 1,5 U / l - douteux;
  • > 1,5 U / l positif.

Résultat positif:

  • Goitre toxique diffus (maladie de Graves) dans 85 à 95% des cas.
  • Autres formes de thyroïdite.

Hormone stimulant la thyroïde (TSH, thyrotropine, hormone stimulant la thyroïde, TSH)

Il est produit par les basophiles de l'hypophyse antérieure sous le contrôle du facteur de libération hypothalamique stimulant la thyroïde, ainsi que par la somatostatine, les amines biogènes et les hormones thyroïdiennes. Renforce la vascularisation de la glande thyroïde. Il augmente le flux d'iode du plasma sanguin dans les cellules de la glande thyroïde, stimule la synthèse de la thyroglobuline et la libération de T3 et de T4 à partir de celle-ci, et stimule également directement la synthèse de ces hormones. Améliore la lipolyse.

Il existe une relation logarithmique inverse entre les concentrations de T4 libre et de TSH dans le sang.

Pour la TSH, les fluctuations de la sécrétion diurne sont caractéristiques: les valeurs les plus élevées de TSH dans le sang atteignent 2 à 4 heures la nuit, un taux sanguin élevé est également déterminé entre 6 et 8 heures du matin et les valeurs minimales de TSH se situent entre 17 et 18 heures le soir. Le rythme normal de la sécrétion est perturbé pendant la veille la nuit. Pendant la grossesse, la concentration de l'hormone augmente. Avec l'âge, la concentration de TSH augmente légèrement et diminue la quantité d'émissions d'hormones la nuit.

Unités de mesure (norme internationale): IU / L.

Autres unités de mesure: ICED / ml = MDU / L.

Conversion d'unités: µU / ml = MDU / L.

Valeurs de référence (TSH normale dans le sang):

  • tyrotropinome;
  • adénome hypophysaire basophile (rare);
  • syndrome de sécrétion non régulée de TSH;
  • syndrome de résistance aux hormones thyroïdiennes;
  • hypothyroïdie primaire et secondaire;
  • hypothyroïdie juvénile;
  • insuffisance surrénale primaire non compensée;
  • thyroïdite subaiguë et thyroïdite de Hashimoto;
  • sécrétion ectopique dans les tumeurs du poumon;
  • tumeur hypophysaire;
  • maladie somatique et mentale grave;
  • prééclampsie sévère (prééclampsie);
  • cholécystectomie;
  • contact avec le plomb;
  • exercice excessif;
  • hémodialyse;
  • traitement avec des anticonvulsivants (acide valproïque, phénytoïne, benzerazide), des bêta-bloquants de la transformation (aténolol, métoprolol, propranolol), en prenant des médicaments tels que l'amiodarone (chez les patients euthyroïdes et hypothyroïdiens), la calcitonine, les neuroleptiques (dérivés de la phénothiazine) signifie (motilium, métoclopramide), sulfate ferreux, furosémide, iodures, agents radio-opaques, lovastatine, méthimazole (mercazole), morphine, difénine (phénytoïne), prednisone, rifampicine.
Réduire les niveaux de TSH:
  • goitre toxique;
  • adénome thyrotoxique;
  • Thyrotoxicose indépendante de la TSH;
  • hyperthyroïdie chez la femme enceinte et nécrose post-partum de l'hypophyse;
  • Toxicose T3;
  • thyréotoxicose latente;
  • thyréotoxicose transitoire dans la thyroïdite auto-immune;
  • thyrotoxicose due à l'auto-assignation de T4;
  • traumatisme à la glande pituitaire;
  • stress psychologique;
  • le jeûne;
  • prendre des médicaments tels que stéroïdes, corticostéroïdes, cytostatiques, bêta-adrénergiques (dobétamine, dopexamine), dopamine, amiodarone (patients hyperthyroïdiens, thyroxine, bromocriptine).

Hormone hypophysaire TSH: définition, taux et anomalies, correction

La thyrotropine (TSH) est une hormone glycoprotéique située dans la partie antérieure de l’hypophyse qui stimule la sécrétion de substances biologiquement actives de la thyroïde: thyroxine T4 et triiodothyronine T3. Les hormones de la glande affectent les performances de la TSH.

C'est important! Sans analyse de TSH, il est impossible de déterminer les indicateurs fonctionnels de la glande thyroïde.

Caractéristiques générales

La quantité de TSH produite dans le corps humain est contrôlée par l'influence de substances biologiquement actives de l'hypothalamus (glande endocrine du cerveau) - la thyréibérine et la thyréostatine.

Avec une diminution de la production d'hormones thyroïdiennes dans le sang, dans l'hypothalamus, la production de thyrolibérine est activée, ce qui stimule les performances de la thyrotropine dans l'hypophyse. La thyrotropine (TSH) favorise la formation active d'hormones thyroïdiennes.

Avec une augmentation du niveau hormonal de la glande thyroïde dans le sang, l'hypothalamus sécrète de la thyréostatine, ce qui empêche la production de TSH, respectivement T3 et T4.

Pour la thyréotropine, la possibilité de fluctuations journalières du contenu est admissible: le volume maximal est observé de 2h00 à 8h00. Le contenu minimum de TSH se situe entre 17 et 18 heures, ce qui provoque une perturbation du rythme normal des performances de TSH pendant la veille nocturne.

Le changement physiologique du contenu de la TSH se produit pendant le transport de l'enfant. Dans 1-4 semaines, le niveau de TSH diminue temporairement. Sur les termes restants, le contenu en hormone est normalisé.

Indications pour l'analyse

  • Définition de la forme latente de l'hypothyroïdie.
  • Développement du développement mental et reproductif chez les enfants.
  • Glande thyroïde accrue.
  • Arythmie cardiaque et myopathie.
  • Hypothermie-hyperthyroïdie.
  • La dépression.
  • Calvitie
  • Infertilité
  • Manque d'attraction.
  • Goitre toxique détecté 1,5-2 g. 1-3r./mon.
  • Diagnostic de contrôle de l'hypothyroïdie (dans la vie 1-2 fois / an).
  • Avec l'augmentation des niveaux de l'hormone prolactine dans le sang.
  • Examen initial des groupes héréditaires du myxoedème.
  • Ménopause.

Préparation à l'analyse

  • Prendre du sang le matin avant de manger.
  • L'heure du diagnostic - jusqu'à 9h00.
  • Le matériel pour l'étude est le sang.
  • La détermination de l'hormone est effectuée à l'aide d'un analyseur chimioluminescent automatique IMMULITE ONE, DPC.
  • Unité rev. - mme / l
  • 2-12 mois - 1,35-8,9
  • 1-6.5 ans - 0.86 -6.6
  • 7,5-11, 5 ans - 0,27 - 4,4
  • 13,5 -17,5 ans - 0,28 - 4,3
  • Chez l'adulte - 0,28 - 4,3
  • Chez les femmes enceintes - 0.22-3.6

La performance de TSH est réalisée selon le principe de «feedback» avec les substances biologiquement actives de la glande thyroïde, en particulier avec T3 et T4. L’action inverse consiste essentiellement à stimuler les hormones T3 et T4 stimulant la thyroïde avant qu’elles ne commencent à supprimer le volume du récepteur hypophysaire. Lorsque T3 et T4 pénètrent dans les tissus du corps, leur concentration diminue et l'hypophyse contribue à nouveau à la production de TSH.

Qu'est ce qui affecte la réduction de TSH

  • Blessures physiques, inflammations et tumeurs du cerveau entraînant une diminution de la fonction de l'hypophyse (commotion cérébrale, infection virale focale, inflammation des méninges, gliome, astrocytome).
  • Oncologie ou pathologie thyroïdienne (cancer, maladie de Hashimoto, tumeur bénigne, goitre).
  • Consommation de médicaments hormonaux, y compris T3 et T4.
  • Stress prolongé Les performances des médiateurs chargés de la transmission des signaux entre neurones sont épuisées dans les cellules cérébrales. Cela affecte la diminution de l'activité fonctionnelle du cerveau, en particulier de l'hypophyse.

Le niveau réduit de TSH ainsi que de T3 et T4 vous permet d’en savoir plus sur la manifestation de l’hypopituitarisme (due à des effets physiques et infectieux, à des saignements).

L'hyperthyroïdie est caractérisée par un faible taux de TSH avec une teneur élevée en T3 et en T4.

Qu'est-ce qui affecte le contenu élevé de TSH?

  • Maladies thyroïdiennes affectant la destruction des tissus (dans le cas de la thyroïdite auto-immune). Une augmentation systématique de la thyréotropine est due à la réponse incorrecte de la «rétroaction» en raison du faible volume de cellules dans la thyroïde, affectant la production de T3 et de T4.
  • Tumeur de l'hypophyse.
  • Production non réglementée de thyrotropine. Elle consiste en l’absence de blocage de l’hypophyse lors de la sécrétion d’hormone stimulant la thyroïde, ce qui affecte l’augmentation de son niveau, quelle que soit l’activité de la glande thyroïde.
  • Pré-éclampsie en portant un bébé. La maladie se manifeste chez les femmes atteintes de maladies chroniques d'étiologies différentes. La maladie est caractérisée par une circulation sanguine altérée, ce qui provoque une activité excessive des régulateurs. Ceux-ci incluent la glande pituitaire.
  • Au cours de la dépression et dans les troubles mentaux avec un comportement destructeur.

Un taux élevé de TSH avec T3 et T4 réduits est observé au cours de l'hypothyroïdie primaire.

Dépasser la norme de la thyréotropine, ainsi que divers indicateurs de T3 et de T4, indique la formation d'une thyrotropinomie.

Méthodes de correction

Avec un niveau élevé de production hormonale, les médicaments à haute teneur en T3 et T4 sont utilisés. Ils ont un effet dépresseur sur la performance de la TSH dans l'hypophyse.

Pour déterminer l'efficacité du traitement au cours de la thérapie hormonale, un changement brutal d'indicateurs est possible, ce qui conduit à un processus métabolique anormal (augmentation ou diminution importante du poids) et à un dysfonctionnement des systèmes organiques (hypertension, encéphalopathie).

De la thyréotropine artificielle est utilisée à faible concentration. La formation possible d’effets secondaires peut entraîner un dysfonctionnement de la pression artérielle, une toxicose, etc.

Analyse de la TSH: de quoi s'agit-il, indications, norme et interprétation

TSH est l'abréviation de hormone stimulant la thyroïde, une hormone hypophysaire qui stimule l'activité de la glande thyroïde. C'est l'un des principaux sons du corps humain et il est responsable du fonctionnement complet d'un organe très important - la glande thyroïde. Une hormone est produite dans le cerveau dans l'hypophyse. La substance est un stimulateur de la sécrétion thyroïdienne de thyroxine et de triidyronine, des hormones responsables du fonctionnement complet des principaux systèmes du corps, ainsi que du bon métabolisme des graisses. Pour cette raison, une violation de la production de ces hormones menace la santé de conséquences graves.

Afin de détecter les anomalies, un test sanguin de TSH est présenté. Un tel examen a souvent lieu chez les femmes qui sont 10 fois plus susceptibles que les hommes de souffrir de troubles de l'hypophyse et de la thyroïde. Dans la très grande majorité des cas, le sang pour la détermination des hormones TSH est administré simultanément au sang pour la détection des hormones thyroïdiennes. L'endocrinologue s'occupe du décodage du test sanguin TSH. Selon ses résultats, il prescrit un traitement au patient avec l'utilisation de certains médicaments. En règle générale, avec un traitement bien choisi, il est possible de normaliser l’état du patient dans un court laps de temps.

Quelles sont les actions de TSH sur le corps?

En plus de réguler le travail de la thyroïde, l'hormone affecte également l'ensemble du corps. La substance est nécessaire pour les processus suivants:

  • production complète de protéines;
  • maintenir un échange de chaleur adéquat;
  • activation des processus métaboliques;
  • synthèse d'acides nucléiques de haute qualité;
  • synthèse de phospholipides de haute qualité;
  • bonne formation de globules rouges;
  • métabolisme correct du glucose;
  • bonne absorption de l'iode par les cellules de la thyroïde;
  • stimulation de l'adénylate cyclase.

De plus, sans l'action de l'hormone stimulant la thyroïde, une activité musculaire à part entière, une pensée à part entière, une oxygénation des tissus et une maturation de l'œuf sont impossibles.

Hormone normale dans le sang par âge

Lors d'une analyse biochimique du sang, les anomalies de la TSH sont déterminées sur la base des normes généralement reconnues. En fonction de l'âge, le taux d'hormones change comme suit:

Parfois, dans différents laboratoires, dans l’analyse de la même personne, il peut y avoir une différence de 0,2, considérée comme la norme. En règle générale, cette déviation est associée aux réactifs, qui sont utilisés pour étudier le sang pour la thyréostimuline.

Quelles maladies peuvent augmenter l'hormone

Les raisons de l'augmentation des hormones sont nombreuses. Une analyse de sang pour la TSH peut être élevée dans les cas suivants:

  • retrait de la glande thyroïde;
  • traitement des maladies de la glande thyroïde à l'aide d'iode radioactif;
  • maladies auto-immunes dans lesquelles la destruction des cellules de la thyroïde par les cellules du corps, en prenant des tissus sains à des fins pathologiques;
  • lésion traumatique de la glande thyroïde;
  • carence en iode particulièrement sévère;
  • cancers touchant la glande thyroïde;
  • insuffisance des glandes surrénales;
  • fonction hypothalamus excessive;
  • tumeurs bénignes de l'hypophyse;
  • altération de la sensibilité des tissus corporels aux hormones sécrétées par la glande thyroïde;
  • infections virales graves;
  • stress sévère;
  • surcharge physique grave;
  • prendre un certain nombre de drogues.

Dans le cas où une personne se voit prescrire un traitement avec des médicaments pouvant perturber le niveau d'hormones, il est recommandé de faire régulièrement un test d'hormones TSH. Cela permettra une détection rapide des violations et le nécessaire ajustement de l'état.

Symptômes de TSH élevée

Le fait que les niveaux hormonaux soient élevés est indiqué par un certain nombre de signes. Pour réussir l'analyse de TSH est nécessaire dans les cas suivants, quand observé:

  • gain de poids;
  • gonflement des lèvres, des paupières, de la langue et des membres;
  • frissons fréquents;
  • faiblesse musculaire générale;
  • états dépressifs;
  • insomnie fréquente;
  • troubles de la mémoire;
  • pouls lent en dessous de 55 battements par minute;
  • augmentation des ongles cassants;
  • perte de cheveux excessive;
  • pâleur excessive de la peau;
  • une tendance à la constipation;
  • douleur particulière et rareté de la menstruation;
  • perte de désir sexuel;
  • la mastopathie

Ce symptôme est une indication directe pour la visite chez le médecin, qui donnera des indications pour un test sanguin pour la TSH. Tous les symptômes à la fois n'apparaissent que si le niveau d'hormones est très perturbé. En cas d'infraction non violente, seule une partie des signes apparaît avec une intensité insignifiante. Malgré le fait qu’en ce moment, l’État ne cause pas un fort inconfort, il ne faut pas l’ignorer.

Il n’est pas difficile de deviner qu’en augmentant la synthèse de TSH, l’hypophyse essaie de «forcer» T3 et T4 à produire, ce qui n’est clairement pas suffisant. Par conséquent, tout d’abord, un taux élevé de TSH évoque une diminution de la fonction thyroïdienne - hypothyroïdie ou myxoedème.

Causes de TSH bas

Les causes de faibles hormones peuvent être différentes. La pathologie est beaucoup moins fréquente que la précédente, mais elle ne doit pas être oubliée. Le plus souvent, une TSH réduite est observée avec une augmentation significative du taux d'hormones thyroïdiennes. Dans ce cas, un test sanguin est effectué sur la glande thyroïde TSH thyroïde et de nombreuses autres hormones. La pathologie est le plus souvent causée par les facteurs suivants:

  • maladie basilaire et hyperthyroïdie (thyrotoxicose);
  • tumeurs de la glande thyroïde;
  • tumeurs cérébrales;
  • métastases cancéreuses à l'hypophyse;
  • lésions cérébrales traumatiques;
  • inflammations cérébrales;
  • conditions traumatiques dans lesquelles il y a une douleur aiguë;
  • maladies accompagnées de douleurs aiguës;
  • prendre un certain nombre de drogues.

Il n’est pas rare qu’un déficit en TSH soit provoqué par des médicaments - analogues des hormones thyroïdiennes. Pour cette raison, il est souvent demandé au patient de subir une analyse de sang visant à détecter la présence d'hormones TSH au cours de la période de traitement.

Symptômes de faible TSH

Il est également nécessaire de passer un test de dépistage de la TSH présentant les symptômes de son niveau réduit. Les principaux sont:

  • perte de poids;
  • formation de goitre;
  • augmentation de la température corporelle jusqu'à un maximum de 37,5;
  • augmentation de l'appétit;
  • chaise fréquente;
  • la tachycardie;
  • insuffisance cardiaque;
  • augmentation de la fragilité osseuse;
  • troubles neurasthéniques dans le travail de la psyché;
  • attaques de panique;
  • faiblesse musculaire grave;
  • pas clignotant fréquemment;
  • yeux grands ouverts;
  • sensation de corps étranger dans les yeux, puzygazie;
  • sécheresse accrue de la membrane muqueuse de l'œil;
  • sécheresse cutanée accrue.

Tous ces symptômes parlent d'hyperthyroïdie. Un excès d'hormones thyroïdiennes conduit au fait qu'il n'est pas nécessaire de le stimuler et que la sécrétion de TSH cesse simplement. Ces symptômes sont une indication pour un test sanguin pour les hormones thyroïdiennes et la TSH (TSH). Il n’est pas nécessaire de refuser les tests sanguins pour les hormones dans un tel état, car cela risque de faire oublier le début du développement d’une pathologie grave sous une forme grave, dont le traitement sera extrêmement difficile et compliqué. Le besoin d'analyse doit toujours être déterminé par le médecin et non par le patient.

Indications pour l'analyse sur TSH

Biochimie - Test sanguin pour les hormones TSH prescrites pour de nombreuses raisons. La nécessité de faire un test sanguin survient dans les cas suivants:

  • la suspicion de la présence d'hypothyroïdie avec un cours caché;
  • l'aménorrhée;
  • infertilité féminine à l'état normal des organes génitaux;
  • calvitie;
  • dépression fréquente;
  • détérioration des muscles (en particulier des muscles des membres);
  • une diminution significative de la température corporelle sans raison apparente;
  • retard dans le développement sexuel;
  • retard mental;
  • diminution de la libido;
  • l'impuissance;
  • arythmie en l'absence de pathologie du muscle cardiaque;
  • fatigue

Dans le cas où le médecin a des soupçons sur la nécessité d'un traitement hormonal, il prescrit un test de TSH. Après avoir examiné les résultats des tests, le spécialiste choisit le traitement optimal pour le patient.

Préparation à l'analyse

Sachant ce qu'est la TSH, il est très important de bien se préparer à un test de dépistage de TSH. Comme le contexte hormonal dans le corps humain est influencé par de très nombreux facteurs, il sera impossible de comprendre le résultat de l’étude si les recommandations ne sont pas suivies. Les résultats de l'analyse sont interprétés sur la base du fait que la patiente s'est conformée à certaines recommandations avant le prélèvement de sang de la veille. Comment passer une analyse, informe le médecin, lui donnant une référence. Si cela n'est pas fait, vous pouvez obtenir des informations sur le don de sang pour l'analyse de la TSH auprès de l'infirmière qui collecte le matériel.

En premier lieu, le taux d'hormone dans le sang est affecté par la consommation d'aliments. Par conséquent, lorsqu'ils se préparent à subir un test hormonal, ils doivent abandonner l'utilisation des aliments pendant au moins 12 heures. De plus, pour que le test indique correctement la TSH, 5 jours avant, les produits qui nuisent au système hormonal sont exclus, et excluent donc les aliments gras, l’alcool, la limonade et le fast-food. Sinon, les valeurs indiquant le résultat de l'analyse de TSH ne correspondront pas à l'image réelle et devront être testées à nouveau sur TSH.

Pour les amateurs de cigarettes, la question de savoir combien de temps il est impossible de fumer avant de donner du sang pour l'hormone TSH est pertinente. Dans l’idéal, bien sûr, renoncez à la mauvaise habitude quelques jours avant de prendre le matériel, mais si cela n’est pas possible, 4 heures avant la procédure, qui se déroulera sans cigarette, suffiront.

Lorsque l'analyse est terminée, le liquide n'est soumis à aucune restriction, sauf si la personne ne boit que de l'eau pure non gazeuse. Vous pouvez le boire dans n'importe quel volume et même immédiatement avant le test sanguin. Au cas où le désir de manger avant la procédure s'avère irrésistible, il est permis de boire une tasse de thé vert chaud et faible. En de telles quantités, cela ne changera pas l'image du sang, mais éliminera le désagréable sentiment de faim. Cette boisson, mais déjà bien brassée, est recommandée après prélèvement sanguin au cas où il y aurait ensuite faiblesse et vertiges.

Lorsqu'une personne se prépare pour une analyse cinq jours avant, il est nécessaire d'abandonner les médicaments autant que possible, car ils peuvent perturber le tableau, ce qui signifie des résultats peu fiables et, partant, une erreur de traitement. S'il est impossible de refuser un médicament, il existe toujours un moyen de passer correctement l'analyse de la TSH. Dans une telle situation, les règles relatives à la réalisation d'analyses biochimiques établissent la nécessité d'informer le médecin en charge du prélèvement sanguin, quels moyens et dans quel volume ont été utilisés et combien de temps avant l'analyse, ce qui signifie que le résultat sera déterminé en tenant compte de l'erreur éventuelle sur une table spécifique. Le plus souvent, cela s'applique aux adultes qui prennent des médicaments qui sauvent des vies.

Une attention particulière est accordée à la prise de matériel d'analyse par des femmes. Ils s'intéressent souvent à la question de savoir comment donner du sang pendant le cycle menstruel. Cette condition n'affecte pas l'index TSH, ce qui permet une analyse.

L'analyse est donnée le matin, lorsque le niveau hormonal n'est pas encore modifié par l'effort physique et le stress, entre 8 h et 12 h. Le sang est prélevé dans une veine. Après la procédure, vous pouvez manger tout de suite.

En sachant comment passer correctement l'analyse, vous pouvez obtenir le résultat le plus précis possible, ce qui donnera au médecin toutes les données nécessaires pour une thérapie compétente.

Vous Pouvez, Comme Pro Hormones