Les hormones sexuelles sont des hormones produites par les glandes sexuelles mâles et femelles et le cortex surrénalien.

Toutes les hormones sexuelles sont des stéroïdes par structure chimique. Les œstrogènes, les progestatifs et les androgènes sont référés aux hormones sexuelles.

Les œstrogènes sont des hormones féminines, représentées par l’œstradiol et les produits de sa transformation par l’estrone et l’estriol.

Les œstrogènes sont produits par les cellules folliculaires de l'ovaire. Une certaine quantité d'œstrogène se forme également dans le cortex surrénalien. Ils assurent le développement des organes génitaux féminins et des caractères sexuels secondaires. Sous l'influence des œstrogènes, dont la production augmente au milieu du cycle menstruel avant l'ovulation, l'apport sanguin et la taille de l'utérus augmentent, les glandes de l'endomètre se développent, les contractions de l'utérus et des oviductes sont renforcées, c'est-à-dire que la préparation est faite pour la perception d'un ovule fécondé.

Les progestatifs comprennent la progestérone, qui est produite par le corps jaune de l'ovaire, le cortex surrénalien et, pendant la grossesse, par le placenta. Sous son influence, des conditions sont créées pour l’implantation (implantation) de l’œuf. En cas de fécondation de l'œuf, le corps jaune produit de la progestérone tout au long de la grossesse. La libération de progestérone dans ce cas entraîne la cessation des phénomènes cycliques dans l'ovaire, le développement du placenta et la prolifération de l'épithélium sécréteur des glandes mammaires.

Androgènes - la hormone sexuelle masculine, la testostérone et l'androstérone, qui sont produites par les cellules interstitielles des testicules. Dans les glandes surrénales ont produit des stéroïdes, qui ont une activité androgène. Les androgènes stimulent la spermatogenèse et affectent le développement des organes génitaux et des caractéristiques sexuelles secondaires (configuration du larynx, croissance de la moustache, barbe, distribution du poil pubien, développement du squelette, musculature).

La sécrétion d'hormones sexuelles est régulée par les hormones gonadotropes de l'hypophyse.

Les préparations d'hormones sexuelles (voir Progestérone, Testostérone, Folliculine, Estradiol) sont utilisées en pratique obstétricale et gynécologique, dans le traitement de certaines maladies endocriniennes (insuffisance des glandes sexuelles) et de tumeurs des glandes mammaires et de la prostate. L'administration prolongée d'oestrogènes à un homme (par exemple, dans le traitement d'une tumeur de la prostate) inhibe la fonction du testicule et la gravité des caractéristiques sexuelles secondaires de l'homme. L'administration prolongée d'androgènes aux femmes supprime le cycle menstruel.

Le traitement aux hormones sexuelles ne doit être effectué que sous la surveillance d'un médecin. Le paramédical ne doit pas prescrire des hormones sexuelles de manière indépendante.

Les hormones sexuelles sont des hormones produites par les glandes sexuelles (homme et femme) et par la couche corticale des glandes surrénales.

Les hormones sexuelles ont un effet spécifique sur les voies sexuelles et le développement de caractéristiques sexuelles secondaires, déterminent le statut de développement des individus masculins et féminins, érotisent le système nerveux central et provoquent la libido sexualis. De par leur nature chimique, les hormones sexuelles sont des composés stéroïdiens caractérisés par la présence d'un système cyclique cyclopentanopergidrophénanthrène. Les hormones sexuelles peuvent être divisées en trois groupes. œstrogènes, progestérone et androgènes. Tous les œstrogènes - estradiol, estrone et estriol - ont une activité biologique spécifique. La principale hormone œstrogénique est l'estradiol. On le trouve dans le sang veineux qui coule de l'ovaire. L'estrone et l'estriol sont des produits de son échange. Le contenu en œstrogènes dans le corps de la femme subit des changements cycliques. La concentration d'oestrogène la plus élevée dans le sang et l'urine se produit chez les femmes au milieu du cycle menstruel avant l'ovulation, et chez les animaux pendant l'oestrus. Au cours des trois derniers mois de la grossesse, les femmes ont considérablement augmenté leur teneur en estriol.

Le follicule (grapha vésicule) de l'ovaire constitue la principale source de formation d'estradiol. L'hormone sexuelle féminine produit, selon les données modernes, les cellules de la couche granulaire (stratum granulosum) et de la couche interne de la gaine du tissu conjonctif (theca interna), principalement les cellules de la couche granulaire (environ 5 fois plus que les cellules de la couche interne de la gaine du tissu conjonctif). Une grande quantité d'estradiol est contenue dans le liquide folliculaire. On trouve de l’estrone dans les extraits du cortex surrénalien.

La plupart des hormones sexuelles féminines agissent sur les voies génitales féminines. Une hyperémie et une augmentation du stroma et des muscles de l'utérus entraînent des contractions rythmiques ainsi que la croissance des glandes endométriales. Les œstrogènes augmentent la mobilité des oviductes, en particulier lors de l'oestrus chez les animaux ou au milieu du cycle menstruel, lorsque le titre de l'hormone sexuelle féminine est élevé. Cette mobilité accrue contribue à l'avancement de l'œuf à travers l'oviducte. Des contractions améliorées de l'utérus facilitent le mouvement des spermatozoïdes vers l'oviducte, dans le tiers supérieur duquel s'effectue la fécondation.

Les œstrogènes provoquent la kératinisation de l'épithélium de la membrane muqueuse du vagin (estrus). Cette réaction est plus prononcée chez les rongeurs. Après la castration chez les rongeurs, l’oestrus se manifeste, ce qui se caractérise par la présence de cellules mortes dans le frottis vaginal. Les injections d'œstrogène par des animaux castrés rétablissent complètement le schéma oestral caractéristique d'un frottis vaginal. Chez une femme au milieu du cycle menstruel, lorsque la concentration d'oestrogène dans le sang est augmentée, le processus de kératinisation des cellules épithéliales vaginales (incomplètes) est également observé. Chez certains rongeurs, le vagin immature est fermé. L'introduction d'œstrogène provoque la perforation et la disparition de la membrane vaginale.

Les œstrogènes provoquent une hyperémie des tissus du tractus génital, améliorent leur nutrition. Il existe des preuves que l'histamine et le 5-hydroxytryptampn (sérotonine), libérés par l'utérus sous l'influence d'œstrogènes, sont impliqués dans le mécanisme de cette amélioration. Sous l'influence de l'hormone sexuelle féminine, il se produit une augmentation de la teneur en eau dans les tissus de l'utérus, une accumulation d'ARN et d'ADN, une absorption notable d'albumine sérique, le sodium. Les œstrogènes influencent le développement du sein. Une hypercalcémie survient sous l'influence de l'œstrogène. Avec l'introduction à long terme de l'hormone sexuelle féminine, la croissance excessive du cartilage épiphysaire et sa croissance sont inhibées. Il existe un antagonisme entre l'hormone sexuelle féminine et la glande sexuelle masculine. L’administration prolongée d’œstrogènes inhibe la fonction du testicule, arrête la spermatogenèse et inhibe le développement de caractères sexuels secondaires de l’homme.

Androgènes. La testostérone est la principale hormone sexuelle masculine produite dans les testicules. Il est isolé sous forme cristalline à partir des testicules d'un taureau, d'un étalon, d'un sanglier, d'un lapin et d'un humain, et est identifié dans le sang veineux provenant des testicules d'un chien. La testostérone n'est pas détectée dans l'urine. Dans l'urine contient le produit de son échange - l'androstérone. Les androgènes sont également formés dans la couche corticale des glandes surrénales. L'urine contient leurs métabolites - la déshydroisoandrostérone et la déhydroépiandrostérone. Outre les androgènes actifs susmentionnés dans l'urine, il existe également des composés androgènes biologiquement inertes, tels que, par exemple, la 3 (α) -hydroxy éthihol-17-one.

Chez la femme, les androgènes excrétés dans l'urine sont principalement d'origine surrénalienne, dont certains se forment dans l'ovaire. Chez l'homme, une certaine quantité d'androgènes excrétés dans l'urine est également d'origine surrénalienne. Ceci est indiqué par l’excrétion d’androgènes dans l’urine d’eunuques et d’eunuques. Les androgènes chez les hommes sont principalement formés dans les testicules. Les cellules de Leydig du tissu testiculaire interstitiel sont des producteurs de l'hormone sexuelle masculine. Il a été établi que lors du traitement de sections testiculaires avec la phénylhydrazine, une substance réagissant avec les composés céto, il n’ya dans les cellules de Leydig qu’une réaction positive se produit, indiquant la présence de cétéro-stéroïdes dans celles-ci. Avec la cryptorchidie, il y a violation de la fonction spermatogène, mais la sécrétion d'hormones sexuelles pendant longtemps reste normale. Dans le même temps, les cellules de Leydig restent intactes.

Les androgènes ont un effet sélectif sur le développement des caractéristiques sexuelles secondaires de l'homme dépendant. Le nombre de ces signes chez les oiseaux comprend une crête, une barbe, des boucles d'oreilles, un instinct sexuel; chez les mammifères, les vésicules séminales et la prostate. Le développement de la voix, du squelette, des muscles, de la configuration du larynx ainsi que la répartition des poils sur le visage et le pubis sont contrôlés par l'hormone sexuelle masculine chez l'homme. Les androgènes affectent la croissance des organes génitaux. Sous leur influence, la concentration de phosphatase acide dans la prostate change. Les androgènes érotisent le système nerveux central. L’une des fonctions de l’hormone sexuelle masculine est sa capacité à stimuler la spermatogenèse.

L'hormone sexuelle masculine a un effet anti-œstrogénique. Il supprime le cycle astral chez les animaux et la fonction menstruelle chez les femmes. L'hormone sexuelle masculine a certaines propriétés de la progestérone. Sous son influence sur l'endomètre des animaux stérilisés, il se produit souvent de légères modifications de la grossesse. Il provoque également, comme la progestérone, la réfractarité des muscles de l'utérus en ocytocine. Les androgènes inhibent la lactation chez la femme, probablement en raison de l’inhibition de la sécrétion de prolactine par l’hypophyse antérieure.

Parmi les propriétés physiologiques caractéristiques de l'hormone androgénique, il convient d'attribuer son effet sur le métabolisme des protéines. Il stimule la formation et l'accumulation de protéines principalement dans les muscles. Le propionate de testostérone et la méthyl testostérone ont l'effet anabolique le plus prononcé. D'autre part, les androgènes tels que l'androstérone ou la déhydroandrostérone ne sont pas capables de stimuler l'accumulation de protéines.

Les androgènes ont un certain effet néotropique. Ils entraînent une augmentation du poids des reins, en raison d'une hypertrophie de l'épithélium des tubules alvéolés et de la capsule de Bowman.

L'hormone sexuelle masculine joue un rôle important dans l'induction du développement du tractus génital masculin lors de l'embryogenèse. En l'absence de testostérone, l'appareil génital féminin se développe.

La production et la sécrétion d'hormones sexuelles sont contrôlées par l'hypophyse antérieure et ses hormones gonadotropes: follicule stimulante (FSH), lutéinisante (LH) et lutéotrope (LTG). Chez les femmes, la FSH contrôle la croissance des follicules. Cependant, pour la sécrétion d'œstrogène par les follicules, un effet synergique de la FSH et de la LH est nécessaire. L'hormone lutéinisante stimule la croissance pré-ovulatoire des follicules, la sécrétion d'œstrogènes et provoque l'ovulation. Sous l'influence de la LH, il se produit la formation du corps jaune et la sécrétion de progestérone. Pour un fonctionnement prolongé du corps jaune, l’effet de la troisième hormone gonadotrope, la LTG, est nécessaire.

La FSH et la LH ont un effet régulateur sur la glande reproductrice masculine. La FSH contrôle la fonction spermatogène du testicule. La LH stimule le tissu interstitiel et ses cellules de Leydig pour sécréter l'hormone sexuelle masculine. Dans des expériences avec l'utilisation de FSH ou de LH hautement purifiée, la possibilité de stimuler la spermatogenèse ou la sécrétion de l'hormone sexuelle masculine isolée a été montrée.

La relation entre les hormones sexuelles et les hormones gonadotropes (voir) est à double sens. Les hormones sexuelles, en fonction de leur concentration dans le sang sur le principe de rétroaction (principe plus - moins l’interaction de MM Zavadovsky), ont un effet modérateur ou stimulant sur la sécrétion d’hormones gonadotropes. Ainsi, une administration prolongée d'œstrogènes entraîne une inhibition de la fonction de stimulation folliculaire de l'hypophyse. La castration, au contraire, provoque l’activation des fonctions folliculostimulante et lutéinisante de l’hypophyse. L'introduction d'œstrogènes dans certaines phases du cycle oestral stimule la sécrétion de LH. La progestérone en grande quantité inhibe la sécrétion de LH et, à petites doses, elle stimule. Sur la base du principe de feedback, des relations sont établies entre les androgènes et les hormones gonadotropes de l'hypophyse antérieure.

La sécrétion d'hormones sexuelles par les glandes sexuelles, réalisée sous l'influence d'hormones hypophysaires, ainsi que l'effet des hormones sexuelles sur la fonction gonadotrope de l'hypophyse sont contrôlés par l'hypothalamus (voir). Les lésions stéréotaxiques de l'hypothalamus antérieur inhibent la sécrétion de FSH, la destruction dans la région située entre les noyaux mamillaire et ventromédial stimule la sécrétion de cette hormone. La sécrétion de LH est également contrôlée par l'hypothalamus antérieur. L'effet inhibiteur de l'œstrogène sur la fonction gonadotrope hypophysaire est réalisé par l'hypothalamus. Lorsque la zone de l'hypothalamus antérieur est endommagée, l'œstrogène n'inhibe pas la sécrétion d'hormones gonadotropes chez le rat. Il semblerait que la rétroaction entre l'oestrogène et l'hypophyse se fasse également au niveau de l'hypothalamus postérieur. L'implantation de comprimés d'estradiol dans la région des noyaux arqués et mamillaires entraîne une atrophie ovarienne et inhibe l'hypertrophie ovarienne compensatoire après la castration unilatérale.

Les préparations hormonales sexuelles sont largement utilisées en obstétrique et en gynécologie, ainsi qu'en clinique des maladies endocriniennes pour le traitement de la maladie d'Itsenko-Cushing, la cachexie hypophysaire, etc. Des préparations hormonales sexuelles ont également été incluses dans l'arsenal d'agents thérapeutiques en oncologie pour le traitement des tumeurs des glandes mammaires et de la prostate (voir Agents antitumoraux).

Pathologie de la ménopause

Malgré l'efficacité élevée de la névrose climatérique chez les androgènes et les œstrogènes, leurs effets secondaires empêchent une utilisation longue et continue de ces médicaments. Cette circonstance était à la base de l’utilisation combinée d’œstrogènes et d’androgènes. L'utilisation combinée d'œstrogènes et d'androgènes résume leur effet thérapeutique sur les manifestations cliniques de la névrose ménopausique. En même temps, la combinaison mutuelle d'hormones élimine un certain nombre de leurs effets secondaires à la périphérie - les androgènes inhibent l'effet prolifératif excessif des œstrogènes sur les organes génitaux et les glandes mammaires, et les œstrogènes réduisent l'effet virilisant des androgènes. Ainsi, le principe de base de l'hormonothérapie de la névrose climatérique est atteint - la durée et la continuité du traitement. L'utilisation combinée d'œstrogènes et d'androgènes renforce l'effet anabolique, ce qui permet de recommander ce type de traitement aux patients souffrant d'ostéoporose. En outre, l'utilisation combinée d'œstrogènes et d'androgènes a un effet bénéfique sur la circulation coronarienne, et l'effet thérapeutique des œstrogènes sur la circulation sanguine dans les membres inférieurs demeure.

L'hormonothérapie combinée est indiquée dans toutes les formes de névrose climatérique chez les femmes présentant des manifestations neuro-végétatives et psychonévrotiques et dans les formes rares de la maladie évoluant selon le type de syndrome de Menera, ainsi que dans la névrose climatérique avec crises de diencephalie.

L'hormonothérapie combinée est indiquée chez les patients atteints d'ostéoporose pendant les périodes ménopausique et post-ménopausique, ainsi que pour diverses arthropathies accompagnées de douleurs aux articulations.

L'hormonothérapie combinée est indiquée pour les troubles trophiques des organes génitaux se manifestant par des vulvovagaginites, des ulcères trophiques, des phénomènes dysuriques et une incontinence urinaire due à des troubles neuro-végétatifs de la vessie et du sphincter urétral.

L'hormonothérapie combinée est contre-indiquée dans:

1) les maladies malignes des organes génitaux ou des glandes mammaires actuelles ou passées;

2) avec un certain nombre de maladies des organes génitaux, quand on craint de renforcer leurs processus de prolifération. Ceux-ci incluent les saignements utérins, les fibromes et l'endométriose, les kystes ovariens;

3) dans un certain nombre de maladies des glandes mammaires, telles que, par exemple, la mastopathie, la fibroadénomatose;

4) avec une hypertrichose prononcée.

Les premiers rapports sur l’utilisation combinée efficace d’hormones appartiennent à Destmarest et Capitain, Shorr. À l’avenir, divers rapports pondéraux œstrogène-androgène utilisés pour traiter la névrose ménopausique ont été signalés. Des études cytologiques et des observations cliniques ont montré que la combinaison la plus favorable pour neutraliser l'effet prolifératif des œstrogènes à la périphérie est de 1 mg d'estradiol-dipropionate et de 20 mg de testostérone-propionate (1: 20). Avec l'utilisation prolongée (plus de 5 ans) de cette association d'œstrogènes et d'androgènes, aucune complication, y compris les néoplasmes malins, n'a été observée chez les femmes de plus de 60 ans.

Un traitement hormonal combiné avec des œstrogènes et des androgènes peut être démarré dès le début si le patient ne dispose pas d'indications particulières pour l'attribution indépendante de chacune des hormones sexuelles séparément. Il peut être recommandé chez les patients pour lesquels, selon des indications particulières, le traitement a commencé avec de l'œstrogène seul et n'a pas pu être poursuivi en raison de l'apparition d'une prolifération excessive des organes génitaux et des glandes mammaires, ou un traitement commencé avec de l'androgène seul, mais des signes prononcés de virilisation sont apparus.

La combinaison la plus favorable d'oestrogènes et d'androgènes, qui permet de suivre un traitement pendant longtemps sans complications, est une combinaison de 1: 20 (1 mg d'estradiol-dipropionate et 20 mg de testostérone-propionate).

Au début du traitement, les médicaments (1 mg de dipropionate d'estradiol et 20 mg de propionate de testostérone dans une seringue) sont administrés une fois par voie intramusculaire sur 3 jours jusqu'à l'élimination complète des principales manifestations cliniques de la névrose ménopausique. Après avoir éliminé les bouffées de chaleur et d’autres manifestations cliniques de la névrose ménopausique, les doses d’hormones devraient être progressivement réduites, ce qui augmenterait l’intervalle entre les injections à une fois tous les 5 à 7 ans, puis à 10 jours. Si, avec une administration plus rare de médicaments, les symptômes de la névrose ménopausique réapparaissent, des injections plus fréquentes doivent alors être renvoyées. En cas d'élimination persistante des symptômes de la névrose ménopausique, il est recommandé d'utiliser des vignes de soutien contenant des hormones. La durée du traitement chez les patients atteints de névrose climatérique est individuelle, allant de 6 mois à 1 à 2 ans, en fonction de la gravité de la maladie. La persistance de l'effet dépend de la durée du traitement aux doses d'entretien minimales. L'arrêt prématuré du traitement, dû à une rémission apparente, entraîne souvent le retour de certains symptômes de la névrose ménopausique.

Dans certains cas, d'autres ratios quantitatifs d'hormones sont indiqués. Ainsi, il semble que, dans la région cardiaque, le ratio de 1 mg d'estradiol-dipropionate et de 50 mg de testostérone-propionate (1:50) ait le meilleur effet, bien que les marées ne soient parfois pas complètement éliminées. Un rapport de 1: 50 est également montré chez les patients atteints de fibromyomes et de saignements utérins dans les antécédents. Cependant, avec l'utilisation prolongée de ce rapport hormonal, les effets secondaires des androgènes sont plus susceptibles de se manifester - augmentation de la libido, rétention d'eau, hypertrichose.

Avec un taux optimal de manifestations neurovégétatives de névrose ménopausique et, en particulier, de bouffées de chaleur ou du complexe de symptômes moins ressemblants, un ratio de 1: 10 ou 1: 20 est le meilleur moyen d’éliminer les bouffées de chaleur avec un ratio pondéral œstrogène-androgènes de 1: 16.

L'hormonothérapie combinée peut être réalisée avec d'autres préparations d'œstrogènes et leurs analogues synthétiques en association avec du propionate de testostérone.

Au début du traitement hormonal combiné, diverses combinaisons de médicaments sont utilisées (tableau 1). Lorsqu'il est associé à la folliculine testostérone-propionate dans certains cas, l'action androgène prédominante. Par conséquent, il est préférable de prescrire la folliculine avec du propionate de testostérone dans un rapport de 10 000 UI de folliculine et 10 mg de propionate de testostérone (1 ml de solution à 1%).

Tableau 1. La combinaison d'œstrogène et d'androgène en thérapie hormonale combinée

Androgènes et œstrogènes

Dans cet article, je vais vous parler des hormones sexuelles. Pourquoi avons-nous besoin d'eux? Qu'est-ce qui se passe avec leur manque et leur excès?

La maturation et l'activité sexuelle d'une personne seraient impossibles sans le travail des glandes sexuelles, qui incluent les testicules mâles et les ovaires femelles. Chez les jeunes enfants, les hormones sexuelles sont produites en petites quantités, mais à mesure que le corps se développe, il se produit une augmentation rapide du niveau d'hormones sexuelles, puis les hormones mâles (androgènes) et les hormones femelles (estrogènes) provoquent l'apparition de caractéristiques sexuelles chez l'homme.

Ils s'appellent les hormones de la masculinité.

Les principales fonctions des androgènes:

• Fournir un flux d'énergie, d'endurance, de force physique, de vitalité
• Ils apaisent, donnent l’occasion de surmonter calmement les difficultés et les problèmes, résistent au stress
• responsable de l'agressivité, de la persistance
• créer une bonne humeur
• susciter le désir sexuel
• faire l'amour
• Renforcer une silhouette, développer des muscles, tonifier un corps
• réduire les graisses et la cellulite
• hydrater les yeux et la bouche
• Fournir une érection et une éjaculation masculines.

Le manque de testostérone provoque les manifestations caractéristiques: muscles des joues lentes, pâleur, yeux secs, aspect terne, petites rides autour des lèvres, yeux, joues, rare moustache et barbe, corps engourdi, dos penché, ventre bombé, graisse sur les cuisses, graisse sur les cuisses et l'estomac. Caractérisé par une fatigue pendant la journée, une tendance à la dépression, à la timidité, à une perte de confiance en soi, à une agitation, à une anxiété, à un sommeil agité, à un manque de créativité, à un manque de souplesse du comportement et du processus décisionnel, à des bouffées de chaleur, à une perte de désir sexuel, à une érection et une éjaculation médiocres, manque de sensibilité du clitoris.

Avec un excès d'androgènes, l'acné vulgaire et l'alopécie androgénique développent, chez la femme, l'hirsutisme. Il se caractérise par des muscles surdéveloppés, une forte odeur masculine, des cheveux gras, une agressivité excessive, une sexualité accrue qui interfère avec une vie normale.
On remarque que la concentration maximale de testostérone chez les hommes le matin. Cela explique à la fois l'érection matinale et l'augmentation du désir sexuel à ce moment-là.

Plusieurs hormones sont liées aux œstrogènes. L'estrogène le plus important est l'estradiol.
Estradiol - l'hormone dite de la féminité.

• Donne de la rondeur aux formes féminines.
• Lisse les rides
• assouplit le visage
• Hydrate les yeux, donne de la brillance et de l'éclat aux yeux.
• Favorise la joie, le plaisir et la bonne humeur
• favorise l'émergence du désir d'amour et d'activité sexuelle
• Donne de l'enthousiasme, de l'ardeur, de l'endurance physique.

Avec un manque d'œstradiol, on note une chute des cheveux au sommet de la tête, de fines rides autour des yeux et de la bouche, des yeux secs et mats, des paupières irritées, une poitrine affaissée, une croissance des cheveux des hommes, une sécheresse vaginale. On note également fatigue au cours de la journée, tendance à la dépression et au découragement, manque de désir sexuel, rougeur du visage, menstruation insuffisante ou retardée, douleur lors du contact sexuel, menstruations douloureuses avec spasmes, cycles menstruels prolongés ou prolongés.

L'excès d'œstrogènes provoque des tensions et des douleurs thoraciques, un gonflement du bas-ventre, un gonflement de tout le corps, des règles abondantes accompagnées de douleurs, de nervosité, d'irritabilité, d'irritabilité légère.

En lisant cet article, beaucoup trouveront peut-être les signes de certaines violations. En effet, notre humeur, notre apparence, notre bien-être, notre libido, voire même notre caractère, dépendent des niveaux hormonaux. À son tour, la production d'hormones dépend de nombreux facteurs - du sexe, de l'âge, de la période de l'année et même de la période de la journée.

Signes d'excès d'androgènes chez les femmes et comment réduire leur niveau de remèdes populaires

Les hormones sexuelles mâles, ce qu’elles veulent dire quand elles parlent d’androgènes, sont également présentes chez les femmes de tout âge. Qu'est-ce qui dépend dans le corps du niveau d'androgènes chez les femmes. Lorsque les androgènes chez les femmes ne dépassent pas les limites de la norme, cela leur permet de rester en bonne santé tout en préservant la beauté extérieure. Une surabondance de stéroïdes indique un trouble endocrinien et provoque la manifestation de qualités plus propres à un homme. L'échec hormonal ne passe pas inaperçu, le niveau accru d'androgènes rend une femme raffinée trop courageuse pour la personne selon les signes extérieurs et le comportement.

Fort et courageux: comme c'est naturel

L'hyperandrogénie est bonne ou mauvaise, la réponse est sans équivoque. La production accrue d'hormones androgènes chez les femmes, plus caractéristique de la partie masculine de l'humanité, est un déséquilibre dangereux, qui peut se manifester de l'hirsutisme «inoffensif» au syndrome viral. Dans tous les cas, même un indicateur légèrement accru d’androgènes provoque une discorde dans le fonctionnement du corps de la femme, qui se heurte à la manifestation des signes les plus courants.

Quels symptômes indiquent un excès d'androgènes chez les femmes, analyse:

L'hyperandrogénie est l'un des maillons de la pathogénie du développement de la maladie des glandes sébacées et des follicules pileux. Un taux élevé d'androgènes dans le corps de la femme provoque un blocage des canaux excréteurs, ce qui est souvent observé pendant la période pubertaire. Les hormones androgènes chez les adolescents provoquent des éruptions cutanées caractéristiques sur le visage, mais disparaissent à un certain âge. Si les symptômes de séborrhée et d’acné persistent chez une femme mature, c’est une raison pour être examiné par un endocrinologue et un gynécologue, car, dans la plupart des cas, il peut s’agir d’un ovaire polykystique.

Les androgènes dans le corps de la femme peuvent déclencher l'hirsutisme. Pour la plupart des femmes, c'est un coup dur pour l'apparence. Une fille avec un excès de poils sur le corps et le visage n’a pas l’air attrayant, surtout si elle se trouve dans des endroits plus familiers aux hommes. De plus, les cheveux de douceur (duvet) et de la lumière deviennent terminaux, durs et rêches.

Les symptômes d'une augmentation du niveau d'androgènes chez les femmes peuvent se manifester en présence d'alopécie, de calvitie. Ce qui caractérise les hommes devient une catastrophe pour les femmes quand elles ont des «taches chauves» sur la couronne, les tempes ou la partie frontale de la tête. L'examen et l'analyse des signes indiquent un hyperandrogénisme long et élevé, ce qui se produit lorsqu'il y a des néoplasmes sécrétant des androgènes dans le corps.

Syndrome viril

La virilisation peut être envisagée séparément, dans le cas où les hormones androgènes de la femme présentent une élévation maximale et que, en fait, le principal trait sexuel disparaît, laissant la place à la formation de caractéristiques sexuelles masculines typiques. Bien sûr, la virilisation ne signifie pas une renaissance complète avec un ensemble typique de vertus indiquant qu'il s'agit d'un gars brutal.

Malheureusement, extérieurement, une personne acquiert une apparence peu commune à la fois pour une femme et pour un homme: le facteur principal de ce type de renaissance est l'adrénoblastome et la tekomatose ovarienne. Parfois, l'analyse montre la présence de tumeurs surrénaliennes produisant des surrénales.

La liste des symptômes caractéristiques du syndrome viril:

  • Faible timbre de voix.
  • Augmenter le clitoris.
  • La formation du corps masculin.
  • Aménorrhée, l'incapacité de concevoir un enfant.
  • Augmentation du désir sexuel.

En outre, il peut y avoir acné, alopécie et croissance musculaire excessive. Un exemple de virilisation peut servir de femme prenant des stéroïdes et pratiquant la musculation, fascinée par la formation de muscles et n'ayant pas remarqué de net changement d'apparence.

Quand les oestrogènes "vont"

Le niveau d'oestrogène chez les femmes en détermine beaucoup, les symptômes de leur déficience déterminent diverses pathologies, le manque d'hormones sexuelles féminines entraîne une perturbation des organes et des systèmes, ainsi qu'un vieillissement prématuré.

La réduction des œstrogènes conduit souvent à une mauvaise santé, en particulier:

  1. La pression artérielle saute.
  2. Violation de la thermorégulation, la jette dans la chaleur, puis dans le froid.
  3. Mauvaise humeur, perte de force et faiblesse constante.

Le déséquilibre hormonal peut affecter tout le corps, une personne commence à "perdre du terrain" et d'un énergique, plein de vitalité et de projets, se transformera en une "épave" souffrant de troubles de la mémoire, de manque de concentration.

Les symptômes de réduction des œstrogènes à l'âge adulte, en particulier après le début de la ménopause, sont exprimés en diminution de la densité osseuse. C'est pourquoi les fractures complexes sont si fréquentes pendant la période post-ménopausique.

Le manque d'œstrogènes pendant la période pubère provoque un retard dans le développement sexuel, une augmentation des poils, la menstruation est tardive et une stérilité se développe à l'avenir.

L’incapacité de concevoir est le principal symptôme du manque d’oestrogènes chez les femmes, c’est ce fait qui les conduit chez le gynécologue, les obligeant à se soumettre à une liste d’études et à un traitement approprié.

Sortir ce qu'il est

Il n’ya rien de plus naturel qu’une femme masculine, bien que ce soit le cas et que les médecins aient appris à faire face à un excès d’androgènes chez les femmes.

Avant de décider comment réduire l'excès d'hormones mâles (androgènes) dans le corps d'une femme, vous devez savoir quel indicateur d'androgènes est normal:

  1. Testostérone - 0,31 à 3,78 nmol / l.
  2. L'analyse sur DHEA-S est comprise entre 0,9 et 11,7 µmol / l.

Cet indicateur peut varier dans les deux sens, mais un excès d'hormones androgènes entraîne clairement de graves perturbations dans le corps et rend le corps grossier et masculin.

Réduire l'effet des hormones sexuelles mâles (androgènes) sur le corps de la femme ne peut réussir que si la cause de l'échec hormonal a été établie avec précision. Ce qu'il faut faire - pour mener une enquête complète, en particulier, le facteur de production d'androgènes peut être le suivant:

  • Changer dans la glande pituitaire.
  • Pathologie des glandes surrénales (tumeur).
  • Maladie de l'ovaire (polykystique).
  • Violation des processus métaboliques dans le corps.

La suite du traitement sera directement liée à la cause fondamentale qui a provoqué un excès d’androgènes. En particulier, le médecin réduira les indices élevés d’androgènes afin d’obtenir un résultat thérapeutique stable.

Options de traitement (si les niveaux d'androgènes sont élevés):

  • Conservateur. Assurez-vous de définir un régime, un complexe d’entraînement et des médicaments prenant de l’œstrogène. Des médicaments sont également nécessaires pour supprimer la production excessive d’androgènes, normalisant ainsi l’hypophyse.
  • En présence de pathologies provoquant un excès d'androgènes, prescrire un traitement visant à éliminer ces maladies. Lorsque les tumeurs effectuent une intervention chirurgicale.
  • La croissance des poils masculins à motifs masculins peut être éliminée si un certain nombre de procédures esthétiques sont utilisées pour éliminer l'excès de végétation.

En cas d'hypersensibilité aux androgènes, le traitement est ajusté en conséquence. Dans tous les cas, toutes les mesures thérapeutiques ne sont prescrites qu'après un examen complet, une analyse du contenu en hormones androgènes a été effectuée.

Influence des herbes et des recettes

Est-il possible de réduire le niveau d'androgènes à l'aide de méthodes traditionnelles ou non? De nombreux experts estiment que les agents antiandrogènes à base de plantes sont beaucoup plus efficaces dans le traitement que leurs homologues synthétiques. Dans les combinaisons bien équipées, non seulement ils éliminent le problème de santé, abaissent le niveau d'androgènes, mais améliorent également de manière significative l'apparence des femmes.

Saw Palmetto - Cette substance est considérée comme l'une des substances les plus puissantes, capable de réduire la quantité d'androgènes dans le sang. Sa combinaison avec la vitamine B6 et le Zn présente un excellent effet sans effets secondaires. Cure de traitement, de 6-7 mois.

Rinfoltil - un médicament pour le traitement de l'alopécie, est basé sur le palmier nain et peut réduire le niveau d'hormones sexuelles mâles (androgènes).

Klopogon (Tsimitsifuga) - est un outil efficace pouvant remplacer le traitement hormonal traditionnel, indiqué pour les femmes après le début de la ménopause. Il a un effet antiandrogène suffisant pour soigner l'alopécie et l'hirsutisme.

Prutnyak - agit sur le système hypothalamo-hypophysaire, normalise l'équilibre entre LH et FSH, la progestérone, la prolactine, régule le cycle menstruel.

Il convient de rappeler que les hormones jouent un rôle important dans le fonctionnement normal de tout organisme (et des androgènes et des œstrogènes). Par conséquent, un examen et un traitement rapides sont nécessaires pour les hommes et les femmes.

Hormones sexuelles - androgènes et estrogènes

Androgènes - hormones sexuelles mâles (testostérone - l'un des androgènes); œstrogènes - hormones sexuelles féminines; Gestogen - médicaments qui ont les effets de l'œstrogène (par exemple, le dépostat - gestogène prolongé (à action prolongée)).

Normalement, les femmes ont une petite synthèse d'androgènes qui se produit dans les glandes surrénales, les ovaires et (éventuellement) dans le foie et la peau. L'androgène principal est la testostérone. Avec l'augmentation des concentrations d'androgènes, en particulier la testostérone libre (non liée aux protéines), dans le sang peut conduire au développement de l'hirsutisme.

Hirsutisme - amélioration de la croissance des poils masculins et féminins le long de la ligne médiane de l'abdomen, du visage, de la poitrine et de l'intérieur des cuisses. Aménorrhée possible (absence de menstruation) et infertilité.

Les femmes dont l'orgasme supprimé (associé ou non à la suppression du désir sexuel et de l'excitation sexuelle) se produisent tout au long de leur vie doivent contacter un psychiatre ou un sexothérapeute.

Conseil (traitement) des spécialistes, visant principalement à éliminer les causes. Cela peut être l’élimination des conflits familiaux, de la dépression, etc.

Chez l’homme, la suppression de l’orgasme est un phénomène plutôt rare dans lequel une psychothérapie est également indiquée. En cas de manque d'androgènes, la testostérone est prescrite, ce qui augmente le désir sexuel, en particulier les fantasmes spontanés sur des thèmes sexuels.

Pendant environ 50 ans (en moyenne), les femmes arrêtent enfin leurs règles et la période dite de ménopause commence. Qu'est ce que cela signifie? De l'ensemble des glandes endocrines, les gonades, les ovaires, sont désactivés. Leur fonction dans le corps est double: d’une part, c’est une banque d’œufs. D'autre part, c'est dans les ovaires d'une femme en âge de procréer que des hormones sont produites tous les mois et qu'elles sont différentes.

Dans la deuxième phase, les ovaires produisent l'hormone progestérone, puis le tonus est quelque peu réduit. Avec le début de la ménopause, le corps de la femme commence à connaître une pénurie d'hormones sexuelles féminines - œstrogènes.

Et au cours des dernières décennies, des experts du monde entier ont découvert de plus en plus de maladies, qui sont notamment causées par un manque d'oestrogène.

Excès d'œstrogènes et d'androgènes chez les femmes - qu'est-ce qu'il menace?

Pour déterminer les causes de l'infertilité, le gynécologue envoie d'abord le patient à un test sanguin pour détecter les hormones.

Pour l'activité saine de la sphère génitale féminine, non seulement les hormones féminines, mais également les hormones mâles jouent un rôle important. Les androgènes et les œstrogènes excessifs nuisent à la santé de la femme dans son ensemble et à sa capacité à concevoir un enfant.

Un déséquilibre des hormones féminines et masculines laisse présager une variété de troubles du corps: insuffisance menstruelle, croissance insuffisante ou excessive des poils, augmentation brutale du poids, sous-développement des glandes mammaires, transpiration excessive, nervosité, maux de tête et autres symptômes.

Quand les androgènes sont abondants chez les femmes.

Une quantité excessive d’hormones mâles dans le corps d’une femme constitue un déséquilibre très dangereux. Après tout, en règle générale, les femmes devraient produire plus d'œstrogènes et chez les hommes - les androgènes. Mais parfois, en raison des effets de certains facteurs de la glande du corps de la femme, ils commencent à produire un excès d’androgènes, ce qui affecte négativement tous les organes, y compris la possibilité d’un accouchement.

Très souvent, une trop grande quantité d’hormones sexuelles mâles chez la femme se manifeste par une pilosité excessive sur différentes parties du corps, ce qui n’est pas caractéristique du corps de la femme. Souvent, avec un excès d’androgènes dans le corps de la femme, des poils foncés et coriaces peuvent se développer au-dessus de la lèvre supérieure, sur le menton, le cou, le dos, la poitrine et l’abdomen. Cette pathologie s'appelle l'hirsutisme médicamenteux.

L'inflammation des glandes sébacées (acné) qui apparaît sur le visage, le front, le cou et même les épaules, la poitrine et le haut du dos est un autre symptôme d'un excès d'androgènes chez la femme. Il y a des cas où les femmes ont une voix dure et la calvitie commence.

Il est nécessaire de passer un test sanguin aux hormones mâles et aux femmes souffrant de troubles menstruels sous forme de règles manquées et de saignements utérins excessivement abondants. Après tout, de telles pathologies peuvent souvent survenir en raison du syndrome des ovaires polykystiques, qui résulte de taux trop élevés d'androgènes.

Entre autres choses, un excès d'androgènes chez les femmes provoque une diminution de la production d'hormones féminines, ce qui entraîne un développement plus lent des œufs et une récupération de la membrane muqueuse de l'utérus plus longtemps après la menstruation. De telles violations peuvent causer l'infertilité.

Oestrogènes - bon quand normal

L'excès d'oestrogène chez les femmes affecte également négativement l'activité de tous les systèmes du corps. Tout d’abord, une trop grande quantité de ces hormones sexuelles dans le corps de la femme entraîne un épuisement prématuré du foie qui, en plus de son activité principale, doit également traiter les œstrogènes en excès.

La production excessive d'œstrogènes contribue également au fait que la carence en progestérone commence. Et l'équilibre de ces hormones sexuelles est extrêmement important pour la fonction de reproduction des femmes. Le plus souvent, un excès d'oestrogène chez les femmes, dont les symptômes sont très divers, se manifeste fortement dans la période prémenstruelle. Ensuite, les phénomènes suivants peuvent être observés:

  • tension mammaire;
  • augmentation de la sensibilité du mamelon;
  • prise de poids et poches;
  • état dépressif;
  • lourdeur dans les jambes;
  • la migraine;
  • hypertension artérielle;
  • l'apparition de fibromes utérins, de kystes dans les ovaires et les seins;
  • acné, perte de cheveux;
  • manque de désir sexuel;
  • saignements intermenstruels;
  • réduction du cycle;
  • froid des membres supérieurs et inférieurs.

L'excès d'oestrogène provoque également une altération de l'ovulation. Ce problème est particulièrement aigu chez les femmes ayant un excès de poids. La fluctuation mensuelle des hormones qui permettent l'ovulation en temps voulu, préparent l'utérus à la grossesse et sont responsables du rejet de l'endomètre en cas d'absence de grossesse, est perturbée. Par la suite, outre les problèmes de conception, les femmes peuvent présenter une hyperplasie, une maladie précancéreuse.

Chacune des maladies ci-dessus est traitable. Et plus tôt vous demanderez l'aide d'un gynécologue et d'un endocrinologue, plus il sera facile de vous débarrasser de la maladie associée à un excès d'oestrogène ou d'androgène.

Androgènes et œstrogènes

Contrairement aux autres systèmes qui régulent d'importantes fonctions physiologiques à court terme, le système hypothalamo-hypophyso-gonadique (GGG) régule la différenciation des caractéristiques sexuelles secondaires tout au long de la vie. Afin de maintenir la spermatogenèse, le développement des œufs et le cycle menstruel, une régulation à court terme est nécessaire, tandis que pendant les périodes de puberté et de ménopause - à long terme.

La production d'hormone libérant des gonadotrophines par l'hypothalamus et la gonadotrophine par l'hypophyse est coordonnée par des mécanismes neuroendocriniens complexes. Le principal régulateur de la production d'hormones sexuelles est l'hormone lutéinisante, tandis que l'hormone stimulant le développement des gamètes est l'hormone folliculo-stimulante. Ces hormones sont produites épisodiquement, ou "méthode du pic". Les androgènes et les œstrogènes inhibent la sécrétion de gonadotrophine, mais ces effets changent pendant le cycle menstruel.

Les androgènes sont produits dans les gonades et les glandes surrénales, tandis que les œstrogènes sont dérivés des prédécesseurs des androgènes dans les gonades et le tissu adipeux. L'hormone lutéinisante et l'hormone stimulant le follicule stimulent la stéroïdogenèse dans les glandes sexuelles et le métabolisme des androgènes surrénaliens en testostérone et en œstrogènes. La synthèse des œstrogènes et des androgènes a des stades de biosynthèse communs à ceux des autres corticostéroïdes corticosurrénaliens, mais les glucocorticoïdes et les minéralocorticoïdes ne sont pas produits dans les glandes sexuelles, car ces tissus manquent des enzymes nécessaires. Normalement, la plupart des stéroïdes sexuels sont produits dans les gonades.
Cependant, dans les maladies des glandes surrénales, la production d’une grande quantité de stéroïde déhydroépien-drostérone dans la zone réticulée peut entraîner la formation d’un nombre important de stéroïdes sexuels.

La déhydroépiandrostérone a une activité androgénique légère, mais est facilement convertie en autres stéroïdes sexuels dans les gonades, devenant ainsi une source d'androgènes puissants. L’administration orale de déhydroépiandrostérone est fortement conjuguée au foie et augmente légèrement la concentration en androgènes actifs.

Les œstrogènes se forment également à la suite de l'activité de l'enzyme aromatase dans les gonades et les adipocytes. L'aromatase convertit les androgènes en œstrogènes dans le tissu adipeux et est responsable de la principale production d'œstrogènes post-ménopausique et de taux plus élevés d'œstrogènes chez les personnes obèses.

Vidéo éducative androgènes sur la santé et les maladies chez les femmes et les hommes

Ovaires et cycle menstruel

Les ovaires produisent des cellules germinales pour la fécondation et synthétisent des hormones pour les tissus reproducteurs et maintiennent les caractéristiques sexuelles secondaires de la femme. L'ovaire est constitué de follicules sphériques dans le stroma, entourés d'une membrane et d'albuginées. Chaque follicule contient un gamète (ovocyte, œuf, œuf). Initialement, les ovaires contiennent environ 7 millions d'œufs, mais la plupart d'entre eux meurent avant la naissance et au cours de l'enfance. Il reste donc environ 400 000 ovocytes au moment de la puberté. parmi ceux-ci, environ 0,1% (soit environ 400) vont ovuler.

Les hormones les plus importantes de l'ovaire sont les stéroïdes sexuels, l'œstrogène (principalement l'estradiol, ainsi que l'estrone et l'estriol) et la progestérone. Leur production est contrôlée par le système HGN.

Le cycle menstruel (la période entre deux ovulations) dure 24 à 32 jours. Le premier jour de la menstruation commence par la décharge de la muqueuse utérine, qui prend 3-5 jours. Cette période s'accompagne de la phase folliculaire ou proliférative du cycle menstruel (jusqu'au milieu du cycle, environ 14 jours), au moment de l'ovulation. Dans la phase folliculaire, les follicules en développement produisent de l'œstradiol, qui provoque la prolifération de la muqueuse interne de l'utérus.

Si la fécondation n'a pas eu lieu, la phase lutéale ou sécrétoire survient et dure environ 14 jours. Au cours de cette phase, un corps jaune apparaît sur le site du follicule éclaté, produisant de la progestérone.

Analyse vidéo de formation sur les hormones sexuelles féminines dans la santé et la maladie

- Retour à la table des matières de la section "pharmacologie"

Androgènes: quelles sont ces hormones chez la femme, les signes d’excès et comment réduire le niveau

Dans le corps de chaque femme, sont produites des hormones tant féminines que masculines. Dans la plage normale, chaque ensemble régule le travail des organes internes, en particulier du système reproducteur. Mais que se passe-t-il si une insuffisance hormonale survient et que le corps manque ou a trop d'androgènes chez la femme? Que menace-t-il, quelles sont les maladies qu’il cause et que faire pour rétablir le niveau souhaité d’hormones?

Ce qui provoque un déséquilibre

Il existe de nombreux types d'androgènes produits à la fois dans le corps de l'homme et dans le corps de la femme. Les principaux sont la testostérone et la DHEA-c. Ces androgènes dans le corps féminin devraient être présents ici en nombres tels:

  • Testostérone: 0,45 à 3,75 nmol / l.
  • DHEA-C: 35-430 µg / l.

Si une femme s'écarte de cette norme et que les hormones androgènes dépassent le niveau d'oestrogène chez la femme ou si, au contraire, elles deviennent trop faibles, des problèmes de santé commencent alors. Pourquoi peut-on «casser» la production normale d'hormones dans le corps d'une femme? Voici les raisons les plus courantes:

  1. Une quantité excessive d'hormones mâles se forme dans les ovaires et les glandes surrénales de la femme. Une augmentation du taux d'androgènes résulte d'une hyperplasie congénitale des surrénales ou de tumeurs de l'ovaire (avec ce diagnostic, un indicateur de diagnostic caractéristique est un taux très élevé d'androgènes, égal à celui des hommes).
  2. Chez les femmes, les hormones androgènes se forment en quantité optimale, mais le taux de protéines qui transportent les androgènes (c’est-à-dire que les hormones ne sont pas utilisées) diminue. Un tel problème peut survenir à cause de maladies graves (maladie d'Itsenko-Cushing, syndrome de Morgagni-Stuart-Morrel, etc.)
  3. Les androgènes chez les femmes se forment en quantité normale, mais en raison de la sensibilité accrue aux androgènes, les récepteurs réagissent trop fortement à leur présence et des symptômes d'hyperadrogénie apparaissent.

Il convient de noter qu’une augmentation du niveau de l’hormone peut survenir non pas en raison d’une pathologie, mais en raison d’une consommation incorrecte de préparations hormonales contenant des androgènes. En raison d'autres moyens, il peut y avoir une diminution du niveau d'androgènes. Les facteurs qui augmentent la probabilité de déséquilibre hormonal sont les changements liés à l’âge, l’augmentation de la charge sportive, la mauvaise alimentation, les mauvaises habitudes, l’empoisonnement, le surpoids, la grossesse et l’accouchement.

Une augmentation des hormones peut survenir en raison d'une charge sportive accrue.

Comment se manifestent les violations

Une surabondance ou un manque d'hormones sexuelles chez les femmes ont des symptômes assez vifs. Et beaucoup de systèmes dans le corps vont en souffrir.

  • Effet sur le métabolisme des lipides et des glucides

Le premier symptôme que l'on remarque une femme avec une augmentation ou une diminution des androgènes et oestrogènes dans le sang - changement de poids. La raison en est que l'échec hormonal est une violation du métabolisme des graisses et des glucides. Si le niveau est trop faible, il augmente la sensibilité à l'oestrogène, ce qui entraînera un gain de poids incontrôlée. Des niveaux élevés de changements androgènes plutôt que par le poids, et le principe de la redistribution des graisses, et fait des ajustements à la condition musculaire - corps féminin motif réarrangé mâle diminue le volume du sein, en changeant le rapport des différentes parties du corps (par exemple, le rapport de la taille aux hanches).

La violation du métabolisme des graisses et des glucides ne se traduit pas uniquement par des modifications de la structure du corps. Les scientifiques ont remarqué que les femmes ayant des niveaux élevés d'androgènes ont tendance à accumuler du cholestérol total, des lipoprotéines de faible densité et des triglycérides.

Ceci est très mauvais pour le système cardiovasculaire et peut conduire à une maladie cardiaque.

  • Effet sur le système squelettique

La diminution et l’augmentation des androgènes peuvent être notées par l’apparition de symptômes tels que la détérioration du système osseux. De plus, les changements d'hormones individuelles se manifesteront de différentes manières. Par exemple, la testostérone libre affecte l'état de la colonne lombaire (en particulier, le tissu osseux trabéculaire), tandis que l'augmentation ou la diminution de la DHEA-C affecte principalement la densité minérale du col fémoral. Avec quoi menace-t-il? Ces pathologies peuvent se manifester de différentes manières, mais se traduisent le plus souvent par une propension à l'ostéoporose, ainsi qu'un risque accru de fractures.

Une diminution des hormones peut conduire à l'ostéoporose.

  • Risque accru de diabète

Il a été prouvé qu'avec l'hyperandrogénie (chez l'homme et la femme), la sensibilité à l'insuline du corps est souvent altérée. Le niveau d'insuline dans le sang devient trop élevé et le risque de développer un diabète indépendant de l'insuline (deuxième type) augmente. Par conséquent, les patients atteints de pathologies hyperandrogéniques doivent être soumis à un examen de dépistage afin de déterminer le taux de glucose dans le sang (cette analyse laissera du temps pour détecter le diabète).

  • Le développement de la carence en androgènes

Une raison importante pour laquelle il est nécessaire de réduire ou d’augmenter le niveau anormal d’androgènes chez une femme réside dans les symptômes d’un état déficient en androgènes. Le manque d'hormones mâles chez les femmes se traduit par une tendance à la dépression, une diminution critique de la masse musculaire et une fatigue accrue. Si les hormones, au contraire, sont élevées, d'autres symptômes seront notés: irritabilité nerveuse excessive, agressivité, troubles menstruels, diminution de la libido. La chose la plus dangereuse est que le déséquilibre hormonal peut conduire à des maladies chroniques des systèmes nerveux et sexuel.

Façons de rétablir un niveau normal

En dépit des symptômes assez évidents du déséquilibre hormonal chez les femmes, sans test médical, il est impossible de poser un diagnostic par soi-même, sans parler du traitement. L’analyse à l’hôpital permettra d’établir le type d’échec hormonal (insuffisance ou excès, insuffisance de sensibilité aux hormones ou insuffisance hormonale), ainsi que de connaître la cause de la pathologie. Ce sont ces informations qui déterminent la suite du traitement.

Comment une femme soupçonnée d'avoir des troubles hormonaux est-elle inspectée? Tout d'abord, le médecin collecte l'anamnèse (pose des questions sur les symptômes) et procède à un examen externe du patient. Pour clarifier la nature des violations, vous devrez faire un don de sang (test hormonal), faire une IRM de l'hypothalamus et de l'hypophyse, vous aurez peut-être besoin d'un tomographe informatisé des glandes surrénales. Parfois, il existe une analyse séparée de l'état de chaque organe impliqué dans la production d'hormones sexuelles.

Pour déterminer la cause de la pathologie, vous devez faire un don de sang pour les tests.

Après avoir reçu les résultats des tests, le médecin détermine comment augmenter ou réduire les androgènes. Les méthodes de traitement dépendent de la cause établie de la maladie. C'est-à-dire qu'il est nécessaire d'éliminer la cause qui a provoqué un échec hormonal (par exemple, si un niveau élevé est causé par des tumeurs, un traitement chimiothérapeutique ou chirurgical est nécessaire). Si vous n'éliminez pas la cause de l'échec, le traitement n'aura aucun sens car le fond hormonal risque d'être à nouveau perturbé.

Une partie importante du traitement consiste à prendre des médicaments pour rétablir le niveau requis d'hormones mâles (pour stimuler la production d'androgènes ou, au contraire, pour le supprimer).

Par exemple, pour réduire la femme au niveau d'androgène excessive peut prendre des contraceptifs oraux contenant des anti-androgènes (une liste des composants dans la composition de tels moyens peuvent comprendre l'acétate de cyprotérone antiandrogène de et / ou l'oestrogène éthinylestradiol). Lorsque les indicateurs réversibles pathologies hormonales souvent déjà normalisées après trois cycles de traitement (fourni élimination complète de la cause). Si nous parlons des syndromes irréversibles, puis prendre le médicament, augmente ou diminue le taux d'androgènes, la femme aura tout au long de la vie.

Est-il possible de traiter les perturbations hormonales à l'aide de méthodes nationales, existe-t-il une liste de remèdes à base de plantes médicinales permettant de ramener le niveau d'androgènes à la normale? Si nous parlons d'un écart grave par rapport à la norme, les remèdes populaires ne seront d'aucun secours. Au contraire, en vous auto-traitant, vous pouvez manquer le temps et provoquer des complications de maladies qui ont provoqué la perturbation des hormones. Les remèdes populaires ne sont autorisés qu'à des fins prophylactiques ou comme moyen concomitant (c'est-à-dire de les prendre en parallèle avec des médicaments et uniquement avec l'autorisation d'un médecin).

Vous Pouvez, Comme Pro Hormones