Près de 50% des personnes souffrant d'hypothyroïdie s'inquiètent d'une anémie légère. L'anémie dans l'hypothyroïdie est associée à des déficiences hormonales.

L'hypothyroïdie (de thyroïde hypo et lat. (Glandula) est la glande thyroïde) est une affection causée par un manque persistant et prolongé d'hormones thyroïdiennes, l'opposé de la thyréotoxicose. La manifestation extrême des symptômes cliniques de l'hypothyroïdie chez l'adulte est le myxoedème, le crétinisme chez l'enfant.

En soi, toute anémie n’est pas une maladie, mais peut apparaître comme un symptôme dans un certain nombre de maladies pouvant être associées ou non à la lésion primaire du système sanguin. À cet égard, une classification nosologique stricte de l'anémie est impossible. Pour la classification de l'anémie, il est d'usage d'utiliser le principe de l'opportunité pratique. Pour cela, il est plus pratique de diviser l’anémie selon une caractéristique de classification unique - l’indice de couleur.

L'hypothyroïdie provoque une anémie

Des études scientifiques ont établi avec précision comment l’anémie dans l’hypothyroïdie est à l’origine du développement de la pathologie. Selon certaines informations, les indicateurs de la masse totale d'erythrocytes dans l'hypothyroïdie pourraient diminuer, mais de tels changements pourraient être masqués parallèlement à la diminution active du volume plasmatique. Lors de l’étude de la moelle osseuse et de l’étude de la cinétique du fer, une inhibition de l’érythroporèse a été mise en évidence. Cela peut être dû à des modifications de l'activité métabolique (diminution) et à une diminution active de la consommation d'oxygène par les tissus.

On pense que les indicateurs du niveau d'érythropoïétine diminuent considérablement en raison de l'effet indirect de ces facteurs sur sa sécrétion, la thyroxine ne stimulant pas l'érythro-ez. Néanmoins, insister sur de telles déclarations est très problématique, car elles nécessitent une confirmation. La quantité d’érythropoïétine plasmatique à l’état normal ne peut être déterminée et, par conséquent, la confirmation de la baisse de son niveau reste inacceptable.

Comment l'anémie ferriprive se manifeste-t-elle dans l'hypothyroïdie?

L’anémie ferriprive dans l’hypothyroïdie suit un cours naturel, avec parfois une augmentation du VCM et, avec les résultats des tests sanguins, il est parfois possible de détecter des érythrocytes ridés et irréguliers. La moelle osseuse présente des signes d'hypoplasie érythroïde et, après étude minutieuse de la cinétique du fer, sa clairance plasmatique diminue. La même chose se produit avec l'utilisation lors de la maturation des globules rouges.

Chez les patients atteints d'hypothyroïdie, une maladie telle que la gastrite atrophique est souvent constatée et, par conséquent, elle est déficiente en fer ou en vitamine B12. Sur la base de ce fait, le tableau clinique peut être modifié. Nous ne devrions pas oublier ces données dans l'hypothyroïdie.

Traitement de l'anémie

La normalisation de tous les paramètres, bien que lente, est régulièrement détectée au cours du traitement par la thyroxine. Mais avec ce traitement, une carence en vitamine B12 ou en fer peut être provoquée. Cela nécessite une thérapie de remplacement. Le traitement adéquat de l'anémie dans ce cas peut être effectué en permanence.

Anémie avec hypothyroïdie

Pour beaucoup, cette anémie est un manque de fer dans le corps. Mais le fait qu'une carence en fer dans l'organisme puisse être associée à une maladie de la thyroïde en sait beaucoup moins. Mais il n'en reste pas moins que le dysfonctionnement de la thyroïde peut entraîner non seulement une carence en fer, mais également d'autres types d'anémie.

Les scientifiques ont récemment révélé ce lien et même tous les endocrinologues ne prêtent pas attention au niveau de globules rouges et d'hémoglobine chez un patient. Cependant, le problème existe de deux manières: l'anémie peut entraîner une hypothyroïdie de la même manière que l'hypothyroïdie provoque une anémie. Comme vous le savez, le dysfonctionnement des glandes peut évoluer dans le sens d’une réduction de la fonction et d’une amélioration de la fonction. Le lien entre une diminution de la fonction (hypothyroïdie) et un manque de fer dans la glande thyroïde et dans le corps dans son ensemble a déjà été prouvé de manière absolument précise. L'hyperthyroïdie affecte-t-elle en quelque sorte le processus d'absorption du fer par l'organisme jusqu'à ce qu'il soit définitivement établi?

Fer dans la glande thyroïde et anémie ferriprive à la suite d'une hypothyroïdie

Quel rôle la glande joue-t-elle dans la glande thyroïde et comment l’anémie ferriprive et l’hypothyroïdie sont-elles liées?

L'anémie, comme on appelle communément l'anémie, peut ne pas être due à un manque de fer dans l'organisme. Le processus de synthèse du sang est multiple, il implique un grand nombre d'éléments différents, allant des vitamines et des minéraux aux hormones, y compris la glande thyroïde. Il a été scientifiquement prouvé que les hormones thyroïdiennes peuvent affecter la synthèse des globules rouges, l'assimilation de l'acide folique et de la vitamine B12, ainsi que le degré d'absorption du fer par les parois de l'estomac.

Naturellement, le manque de ces hormones entraîne une inhibition du processus de mise à jour des globules rouges (les globules rouges, dont le cycle de vie, comme on le sait, est de 120 jours). Une situation survient dans laquelle de vieux globules rouges meurent et que de nouveaux ne sont pas produits pour les remplacer, ce qui entraîne une anémie. La naissance des globules rouges se produit dans les os tubulaires de la moelle osseuse - une substance rougeâtre que chacun de nous a vue, déchirant les os du poulet. Il existe une substance similaire dans tous les os humains qui ont une structure tubulaire à l'intérieur. Ceci, par exemple, le tibia, le fémur, les os du coude.

Le processus d'érythropoïèse, bien sûr, ne se produit pas spontanément. Elle est régulée par une hormone spéciale des reins - l'érythropoïétine, dont le travail dépend directement de la production d'hormones thyroïdiennes. Et s’ils sont peu nombreux, il se produit une réaction en chaîne qui se termine par la situation décrite ci-dessus.

Comment fonctionne le processus d'assimilation du fer? Cet élément ne peut pas être synthétisé par l'organisme lui-même et, de plus, il n'y a pas de grandes réserves de «fer» en nous. Par conséquent, 100% des besoins humains en fer devraient être couverts de l'extérieur, des aliments que nous absorbons. Cependant, le fer se trouve dans les aliments à l'état trivalent. Sous cette forme, ainsi que dans la composition des sels d'acides organiques et de protéines, il ne peut pas être absorbé par l'organisme. Pour entrer dans une forme bivalente convenant à l'organisme, ainsi que pour libérer les sels et les protéines de la composition, il faut l'oxyder avec le suc gastrique et la vitamine C. Le fer lui-même est absorbé par le duodénum et l'intestin grêle. Et si elle ne s'est pas transformée en une forme résorbable, elle n'est pas absorbée par le corps, mais sortira avec les selles. L'acide ascorbique (vitamine C) participe activement à la conversion du fer de la forme trivalente à la forme bivalente.

Si la sécrétion corporelle d'hormone thyroïdienne est réduite, le nombre de cellules pariétales diminue et, en conséquence, l'acidité de l'estomac diminue. Cela signifie une diminution de la synthèse de l'acide chlorhydrique et des problèmes d'absorption du fer dus à l'impossibilité de se transformer en une forme résorbable. Il en résulte une anémie due à une carence en fer. En cours de route, l’absorption de B12 et d’acide folique peut se dégrader, ces deux substances étant réparties dans tout le corps et absorbées par l’intestin. La protéine B12 doit être liée à la protéine glycoprotéique afin que la vitamine ne soit pas détruite. Et comme toutes les mêmes cellules pariétales sont responsables de la synthèse des glycoprotéines, les conséquences de l'hypothyroïdie sur l'absorption de la vitamine B12 sont évidentes.

OZHSS: qu'est-ce que c'est? Diagnostic de la carence en fer dans l'hypothyroïdie

OZHSS représente la capacité totale de liaison du sérum au fer. L'analyse OZHSS est un test de laboratoire montrant la capacité de la transferrine, c'est-à-dire une protéine sanguine spécifique, à se lier au fer libre. L'analyse est effectuée pendant le diagnostic et le diagnostic différentiel de l'anémie.

Si le niveau de SSHA augmente, il est possible de tirer des conclusions sur la faible teneur en fer du sang, signe caractéristique de l'anémie ferriprive. Le sérum lie le fer plus que nécessaire. Si les indicateurs OZHSS sont faibles, cela est le résultat d’une augmentation du fer sérique, qui accompagne l’anémie hyperchromique (accumulation de fer en excès), des infections ou des tumeurs malignes dans le corps.

Apprenons-en plus sur ce que c'est - OZHSS?

Transferrine

La transferrine produit des cellules hépatiques. Si ses fonctions changent (par exemple, en raison d'une insuffisance, d'une hépatite ou d'une cirrhose), la concentration en transporteur de protéines est considérablement réduite, ce qui signifie que les lectures du test OZHSS changent également.

Les concentrations sériques en fer et en OZHSS constituent la base du calcul du facteur de saturation de la transferrine.

Il faut dire que l’utilisation de groupes de médicaments tels que la corticotrophine, l’asparaginase, la testostérone, le chloramphénicol, la cortisone peut réduire l’OZHSS. Les contraceptifs oraux et les œstrogènes contribuent à de meilleurs résultats. La consommation de médicaments contenant du fer réduit également les SSZH, ce qui explique pourquoi il faut environ une semaine (au moins cinq jours) avant de prendre du sang pour cesser de les prendre.

Donc, dans cet article, nous allons comprendre ce que c'est - OZHSS.

Méthode de détermination de la capacité de liaison du fer

L'analyse colorimétrique et la spectroscopie d'absorption sont les principales méthodes d'établissement de l'OZHSS du sérum sanguin. La première méthode est la plus utilisée, à savoir le fait que le fer est injecté en excès dans le sérum analysé. Une partie de celle-ci se lie à la protéine porteuse et le fer, qui n'est pas impliqué dans la communication, est éliminé. Pour un certain montant, on peut conclure à la valeur d’OZHSS. Elevé, comme abaissé, c'est souvent.

Méthode alternative

Étant donné que la méthode décrite (malgré le degré élevé de fiabilité) est relativement longue et fastidieuse, certains laboratoires utilisent une autre méthode d’analyse, qui détermine séparément la teneur en fer du NGSS (capacité de liaison du fer insaturé) et du sérum sanguin. Ces indicateurs sont résumés. En conséquence, les indicateurs OZHSS sont obtenus. À cet égard, de nombreux laboratoires déterminent simultanément l'OZHSS, le fer sérique et le NZHS.

Si OZHSS est élevé, qu'est-ce que cela signifie? Cette question intéresse beaucoup.

Hypothyroïdie et carence en fer

L'hypothyroïdie est une affection caractérisée par un déficit persistant et prolongé en hormones thyroïdiennes. Son contraire est la thyrotoxicose. La manifestation extrême des symptômes chez l’adulte est le myxoedème et chez le crétinisme chez l’enfant.

Toute forme d'anémie n'est pas une maladie en soi, mais il peut s'agir d'un symptôme concomitant de la liste des maladies. Ces dernières peuvent à leur tour être liées l'une à l'autre avec la lésion primaire du système sanguin et peuvent se poursuivre indépendamment de celle-ci. C'est pourquoi classer strictement l'anémie n'est pas possible. La base de leur structuration est le principe de l'opportunité pratique. Pour ce faire avec un maximum de confort, l'anémie est divisée par l'indice de couleur en tant que signe unique de classification. Sérum fer OZHSS - un indicateur important.

La carence en fer est probablement connue de nombreuses personnes, mais très peu de gens se rendent compte que la perturbation du fonctionnement de la glande thyroïde peut en être la cause. Cela a été connu il n'y a pas si longtemps et, de plus, tous les médecins russes ne sont pas au courant de cette complication et ne font donc pas attention au contenu en hémoglobine et en globules rouges chez un patient.

En outre, des scientifiques ont déterminé que la carence initiale en fer était à l'origine du développement de l'hypothyroïdie. Pour ce faire, et déterminer OZHSS dans le sang. Qu'est-ce que c'est, nous l'avons déjà expliqué.

2 types de violations

La perturbation du fonctionnement du fer a deux directions:

- hypothyroïdie - une diminution de la fonction;

- hyperthyroïdie - augmentation du fonctionnement du corps.

L’hypothyroïdie peut, à cause de son absence, entraîner une mauvaise digestibilité du fer. Il existe des différends concernant l'hyperthyroïdie. Une combinaison similaire est beaucoup moins commune que l'association d'anémie et d'hypothyroïdie (50% des cas, même si l'anémie est légère). Qu'est-ce que c'est - OZHSS? Ceci est une question commune pour les patients.

Comment le fer est-il absorbé?

Pour comprendre le mécanisme de l'effet des hormones thyroïdiennes sur l'absorption du fer, vous devez comprendre l'essence de ce processus. Le corps peut synthétiser le fer, mais comme ses réserves dans le corps sont faibles, il doit être ingéré à partir de la nourriture consommée par une personne afin d'éviter les pénuries.

Le fer est présent dans les aliments à l'état oxydé trivalent et entre dans la composition des protéines et des sels d'acides organiques. Sa forme n'est pas absorbée par le corps. Pour libérer du contenu en sels et en protéines et de la transition du fer en une forme digestible bivalente, un suc acide de l'estomac et de la vitamine C sont nécessaires.

Il est absorbé dans l'intestin grêle et dans le duodénum. En l'absence de conversion du fer en une forme assimilable, il est simplement excrété du corps humain au moyen de matières fécales. Et il y a une transformation avec l'influence active de l'acide ascorbique.

L'absence de contenu en hormones thyroïdiennes entraîne une diminution de l'acidité de l'estomac par le biais d'une diminution du nombre de cellules pariétales, qui éliminent l'acide chlorhydrique. De ce fait, le fer ne se transforme pas en la forme souhaitée et n'est pas absorbé par l'organisme. Il en résulte une anémie ferriprive. Qu'est-ce que cela signifie quand la SSZZ est élevée? Qu'est-ce qui mène à ça?

Causes de l'anémie dans l'hypothyroïdie

Le manque de fer dans l'organisme peut être dû non seulement au fait que son absorption est perturbée. Cela se produit dans les cas suivants:

- avec un petit apport de fer avec de la nourriture (par exemple, avec un menu végétarien);

- chez les femmes ayant des règles abondantes;

- avec syndrome de malabsorption;

- avec des saignements du tube digestif, qui sont cachés (par exemple, avec des hémorroïdes ou un ulcère saignant);

- saignements fréquents du nez;

- avec des dons de sang de donneurs immenses et fréquents;

- avec de graves pertes de sang;

- en tentant de se suicider en ouvrant les veines, ce qui n’était pas terminé;

- avec un trouble mental, qui consiste en un saignement constant.

Ces conditions ne sont pas normales, vous devez donc consulter un médecin. Si vous n'identifiez pas la cause de l'anémie, ajustez alors l'état de santé ne fonctionne pas.

Qu'est-ce qui cause la carence chronique en fer?

Une carence chronique en fer provoque des perturbations dans le fonctionnement de la glande thyroïde. En raison du faible contenu de l'enzyme, la déiodinase est bloquée, transformant ainsi T4 en T3 plus actif. En conséquence, les effets biologiques des hormones sont réduits, des signes d'hypothyroïdie apparaissent. Dans le même temps, l'activité d'une autre enzyme significative diminue: il s'agit de la thyroperoxydase, directement impliquée dans la synthèse des hormones thyroïdiennes. Cette enzyme est également caractérisée par une dépendance au fer.

Scientifiquement prouvé la nature du flux de l'anémie (OZHSS abaissé) avec l'hypothyroïdie et les causes de la maladie. De plus, il existe des informations selon lesquelles, au cours de l'hypothyroïdie, les indicateurs de la masse globale de globules rouges pourraient diminuer, mais ce processus ne peut être dissimulé parallèlement à une diminution parallèle du plasma sanguin.

Diagnostics

L'anémie ferriprive, l'hypothyroïdie concomitante, se déroule assez lentement. Il est parfois possible de détecter une augmentation du VCM et, lors du déchiffrement des tests sanguins, il peut arriver que des globules rouges rétrécis soient présents et présentent une forme irrégulière. Dans ce cas, les caractéristiques de l'hypoplasie érythroïde se retrouvent dans la moelle osseuse. Une étude minutieuse de la cinétique du fer nous permet de découvrir que ses paramètres et ses données de clairance plasmatique diminuent. Le même processus est observé lors de la maturation des globules rouges avec recyclage. Chez les patients atteints d'hypothyroïdie, on rencontre souvent une maladie telle que la gastrite de type atrophique, qui a pour conséquence le manque de fer ou de vitamine B12. Sur la base de ces données, des changements peuvent survenir dans le tableau clinique.

Si vous avez une hypothyroïdie, vous ne devez pas oublier ces données. Parfois, un test sanguin général prescrit régulièrement donne au médecin une raison de penser si le patient est atteint d'hypothyroïdie. Les hormones de la glande thyroïde étant directement impliquées dans la régulation de la formation du sang, leur absence se reflète dans le fait que les paramètres du sang changent. Dans ce cas, l’anémie ne peut être guérie que si la principale pathologie la provoquant est guérie avec succès.

Nous avons examiné le score OZHSS. Ce que c'est est maintenant clair.

La défaite de divers organes et systèmes dans l'hypothyroïdie

  • MOTS CLÉS: hypothyroïdie, lichen, vitiligo, eczéma, système cardiovasculaire, cirrhose, L-thyroxine

L'hypothyroïdie est un syndrome clinique causé par une hypofonction de la thyroïde et caractérisé par une teneur réduite en hormones thyroïdiennes dans le sérum sanguin [1]. La prévalence de l’hypothyroïdie primaire manifeste dans la population est de 0,2 à 2%, de manière infraclinique - jusqu’à 10%. Cette maladie est associée à une mortalité globale et cardiovasculaire élevée [2].

La cause la plus fréquente d'hypothyroïdie primaire est la thyroïdite auto-immune chronique. Dans de rares cas, la maladie se développe pendant le traitement de la thyrotoxicose.

Les manifestations cliniques de l'hypothyroïdie sont diverses puisque presque tous les organes et systèmes sont touchés.

Les changements cutanés au cours de l'hypothyroïdie peuvent être dus à:

  • effets directs des hormones thyroïdiennes sur la peau et ses composants par le biais de récepteurs. Des récepteurs aux hormones thyroïdiennes ont été identifiés à la fois dans les kératinocytes épidermiques et dans le derme et les follicules pileux;
  • déficit d'hormones thyroïdiennes dans d'autres tissus;
  • maladies auto-immunes associées à l'hypothyroïdie.

Parmi les modifications histologiques de la peau, il se produit un amincissement et une hyperkératose de l'épiderme, une accumulation de glucosaminoglycanes, en particulier d'acide hyaluronique, dans le derme.

La carence en hormone thyroïdienne au niveau de l'épiderme a pour conséquence une sécheresse et une rugosité de la peau, en particulier les surfaces des extenseurs des membres. La peau sèche peut également être le résultat d'une réduction de la sécrétion de glandes exocrines et de la transpiration.

L'accumulation de glucosaminoglycanes et de carotène entraîne un gonflement du derme et un jaunissement des paumes, de la plante des pieds et du sillon nasogénien. L'hypothyroïdie se caractérise par un œdème mucineux de la peau et de la graisse sous-cutanée, qui se propage également à d'autres tissus. Il en résulte des poches et un grossissement des traits du visage, un œdème periorbital prononcé, une augmentation de la langue, le long des bords desquels restent les empreintes de dents. La macroglossie et le gonflement des cordes vocales provoquent un flou, un ralentissement de la parole, une diminution du ton de la voix et l'apparition d'une respiration sifflante.

En outre, il y a des changements dans les annexes cutanées: diminution du taux de croissance des poils, alopécie diffuse / focale, perte du tiers latéral des sourcils, amincissement, fragilité et striation de la plaque de l'ongle.

Le manque d'hormones thyroïdiennes dans d'autres tissus entraîne une diminution du taux de processus métaboliques. En conséquence, la thermogenèse diminue et, par conséquent, la vasoconstriction compensatoire réflexe. En réduisant la perfusion cutanée, la peau devient pâle et froide au toucher.

Étant donné que la thyroïdite auto-immune chronique est la cause la plus courante d'hypothyroïdie, des modifications cutanées peuvent être une conséquence d'autres pathologies auto-immunes. Ce sont l'alopécie focale, l'anémie pernicieuse, la pemphigoïde bulleuse, la dermatite herpétiforme, le lupus érythémateux disséminé, la sclérodermie, la sclérose de lichen, le vitiligo, l'eczéma.

Les manifestations les plus fréquentes d'hypothyroïdie de la peau sont présentées dans le tableau [1].

Les hormones thyroïdiennes affectent directement et indirectement le système cardiovasculaire. Ils ont un effet inotrope et chronotrope positif, augmentant la demande en oxygène du myocarde. Dans l'hypothyroïdie, la résistance vasculaire périphérique augmente de 30 à 50%, la contractilité du ventricule gauche diminue, le débit cardiaque de 30 à 50%, le volume sanguin circulant, le temps de relaxation du myocarde diastolique, la bradycardie et l'hypertension artérielle diastolique [1]. Avec la diminution de la contractilité du myocarde, la résistance vasculaire périphérique augmente, la pression artérielle moyenne reste généralement dans les limites de la normale. Peut-être une diminution de la pression artérielle systolique et une augmentation diastolique avec une pression artérielle basse.

Une hypertension artérielle diastolique est diagnostiquée chez 20 à 35% des patients atteints d'hypothyroïdie. Cependant, après un traitement substitutif avec compensation de la lévothyroxine sodique et de l'hypothyroïdie, les indicateurs se normalisent en général.

L'hypothyroïdie altère le métabolisme de l'homocystéine, un produit de la déméthylation de la méthionine, considéré comme un facteur de risque indépendant de l'athérosclérose [3].

Une hypercholestérolémie, une hypercoagulation, une hypertension diastolique, un dysfonctionnement diastolique du ventricule gauche, une diminution du niveau de facteurs de relaxation vasculaire, une augmentation de la protéine C-réactive [4].

L'hypothyroïdie est caractérisée par un syndrome d'œdème dû à une augmentation de la perméabilité capillaire et à une transsudation de fluide et d'albumine dans des espaces interstitiels et autres (par exemple, le péricarde, la plèvre). Lors de l'analyse des résultats de l'électrocardiographie chez des patients présentant un cœur myxédémateux, une bradycardie, une basse tension, une onde T négative, une violation de la conduction intraventriculaire avec le développement d'un blocage du faisceau gauche et droit de His [3].

Ainsi, l'hypothyroïdie augmente le risque de maladie coronarienne et d'insuffisance cardiaque.

Les modifications du système respiratoire sont souvent associées à l’obésité associée à l’hypothyroïdie. L'ampleur des dommages dépend de la gravité de l'hypothyroïdie et varie d'une dyspnée légère à une insuffisance respiratoire sévère mettant en jeu le pronostic vital.

Chez les patients atteints d'hypothyroïdie, la capacité vitale des poumons, la pression partielle d'oxygène dans le sang peut légèrement diminuer, le gradient artério-alvéolaire de la teneur en oxygène peut augmenter. La carence en surfactant due à l’hypothyroïdie peut provoquer des microatélectases non visualisées par rayons X. La faiblesse des muscles respiratoires dans l'hypothyroïdie contribue également à l'altération de la fonction pulmonaire.

L'hypothyroïdie sévère est associée à une hypoxie et une hypercapnie.

Le déficit en hormone thyroïdienne est associé au syndrome de détresse respiratoire du nouveau-né - les hormones thyroïdiennes sont impliquées dans la production de surfactant et dans la maturation des poumons du fœtus.

Système excréteur. L'hypothyroïdie affecte directement ou indirectement la fonction rénale. L'hypertension artérielle secondaire due à une diminution du débit cardiaque et à une augmentation de la résistance vasculaire systémique entraîne une diminution de la perfusion rénale, de la capacité de filtration et du débit de filtration glomérulaire (DFG). Les patients ont également une réabsorption réduite dans les tubules des reins, une augmentation de l'excrétion de sodium et une diminution de l'excrétion de potassium. L'activité plasmatique de la rénine, les taux sériques d'aldostérone et le peptide natriurétique auriculaire peuvent diminuer. Ces indicateurs sont normalisés pendant le traitement substitutif par la lévothyroxine sodique [5].

En raison de la sensibilité accrue des reins à la vasopressine, d'une diminution du DFG et d'une diminution du débit d'urine primaire dans le système tubulaire des reins, une hyponatrémie se développe parfois [1].

En cas d'hypothyroïdie prolongée, on observe une augmentation du taux de créatinine sérique qui se normalise après compensation de l'hypothyroïdie.

Chez les patients atteints d'insuffisance rénale chronique, l'hypothyroïdie altère la fonction rénale. Par conséquent, en cas de forte diminution inexplicable du DFG, il est recommandé d’estimer les niveaux d’hormone stimulant la thyroïde.

En raison de la myopathie et de la clairance réduite chez les patients présentant des taux élevés de myoglobine et de créatine kinase. Des cas de rhabdomyolyse et d'insuffisance rénale aiguë sont décrits [6]. L'hypothyroïdie se caractérise par une altération du métabolisme de la purine.

La réduction du débit sanguin rénal et la filtration peuvent entraîner une hyperuricémie. Ce dernier est détecté chez 30% des patients atteints d'hypothyroïdie. 7% des patients développent la goutte [7].

Cependant, la pathologie rénale peut être une conséquence non seulement du dysfonctionnement de la thyroïde, mais également de la néphropathie auto-immune et de la protéinurie [8].

Tractus gastro-intestinal. Lorsque l'hypothyroïdie diminue l'appétit, ce qui, malgré une diminution du métabolisme, empêche le développement de l'obésité. L'augmentation du poids corporel chez ces patients est principalement due à la rétention d'eau.

Le signe le plus courant d'hypothyroïdie est une diminution de la motilité du tractus gastro-intestinal. On observe une diminution des activités électriques et motrices de l'œsophage, de l'estomac, de l'intestin grêle et du gros intestin [1]. Une perturbation de l'activité motrice de l'œsophage peut entraîner une dysphagie, un ralentissement de l'évacuation des aliments de l'estomac et un passage dans l'intestin. Une diminution de la fonction motrice de l'intestin peut être accompagnée à la fois d'une légère obstruction, d'une obstruction paralytique et d'une pseudo obstruction. Caractérisé par la constipation, ne se prête pas à un traitement avec des laxatifs. Ces modifications peuvent être dues à la neuropathie autonome, à une transmission altérée de l'influx nerveux dans les articulations myoneurales, à l'ischémie et à la myopathie intestinale [3].

L'absorption des nutriments n'est généralement pas altérée. Cependant, dans l'hypothyroïdie sévère, des cas de malabsorption ont été décrits, pouvant être dus à une infiltration de myxoedème de la muqueuse intestinale [3].

La fonction hépatique dans l'hypothyroïdie n'est généralement pas altérée. Dans le même temps, une augmentation modérée des taux sériques de lactate déshydrogénase, d'aspartate aminotransférase et de créatine phosphokinase est possible [1].

Il est établi que l'hypothyroïdie contribue au développement de la cholélithiase. L'hypercholestérolémie, la dyskinésie de la vésicule biliaire et l'excrétion réduite de la bilirubine sont des facteurs prédisposants [9]. Chez les patients atteints d'hypothyroïdie due à une thyroïdite auto-immune chronique, le risque de développer une maladie cœliaque est cinq fois plus élevé [10].

La prévalence de la cirrhose biliaire primitive chez les patients atteint 5 à 20% [11].

L'hépatite C virale chronique et le traitement par interféron sont associés à une augmentation du taux de détection des anticorps positifs à la thyroperoxydase et au développement d'une hypothyroïdie primaire [12].

L'hypothyroïdie a divers effets sur l'hématopoïèse, les cellules du sang périphérique et le système de coagulation. Une hypothyroïdie chez 25 à 50% des patients souffre d'anémie [1].

L'anémie peut être physiologique - elle réduit le besoin en oxygène des tissus périphériques. La diminution du volume plasmatique en circulation peut être associée à une diminution de la masse de globules rouges (certains patients ont un hématocrite inférieur à 35%) [13].

L’anémie dans l’hypothyroïdie est due à une inhibition de l’érythropoïèse et à une diminution de la concentration sérique en érythropoïétine.

Si les patients présentent des niveaux normaux de fer, de fer sérique, de vitamine B12 et l'acide folique, la durée de vie des érythrocytes, développe une anémie normochrome, normocytaire, qui se stabilise quelques semaines ou mois après le début du traitement par la lévothyroxine sodique [13].

Certains patients atteints d'hypothyroïdie souffrent d'anémie ferriprive. Les causes de son développement peuvent être une faible absorption du fer dans le tractus gastro-intestinal et une perte de sang excessive, en particulier lors de la ménorragie. Il a été démontré que l’absorption de fer dans l’hypothyroïdie est réduite, mais cet indicateur augmente en réponse au traitement par les hormones thyroïdiennes. Dans le cadre d'un tel traitement, une augmentation du taux d'hémoglobine a été enregistrée, alors qu'elle était plus significative si des préparations de fer étaient prises en même temps [1].

Une anémie pernicieuse est diagnostiquée chez environ 10% des patients présentant une hypothyroïdie due à une thyroïdite auto-immune. L’hypothyroïdie est manifeste chez environ 12% des patients atteints d’anémie pernicieuse. 15% ont une hypothyroïdie infraclinique. C'est pourquoi, chez les patients atteints d'anémie pernicieuse, il est conseillé de dépister l'hypothyroïdie. Les patients atteints d'hypothyroïdie et d'anémie pernicieuse doivent recevoir un traitement aux hormones thyroïdiennes et à la vitamine B12 [1]

Les taux de leucocytes et de préparations leucocytaires chez ces patients ne sont généralement pas modifiés.

Dans l'hypothyroïdie, divers troubles de l'hémostase sont décrits. Et bien qu'ils suggèrent que la cause en soit une déficience en hormones thyroïdiennes, les mécanismes principaux de tels troubles n'ont pas encore été établis. Les patients peuvent présenter de légères ecchymoses, une augmentation du temps de saignement après des procédures dentaires ou autres, ou des blessures mineures, une ménorragie [13].

Les changements les plus fréquents dans le système de coagulation sanguine sont considérés comme une diminution de la concentration plasmatique du facteur VIII de coagulation et une augmentation du temps de thromboplastine partielle [14]. Le nombre de plaquettes est plus souvent dans la plage normale, mais le nombre de mégacaryocytes dans la moelle osseuse peut être réduit. Le volume moyen de plaquettes reste également normal.

Le syndrome hémorragique est complètement réversible dans le traitement des hormones thyroïdiennes et les niveaux de facteurs de coagulation sont rétablis.

Certains patients atteints d'hypothyroïdie sont plus sensibles à l'action de l'aspirine - après l'avoir prise, la durée du saignement augmente. En outre, des données sur les saignements abondants après la prise du médicament chez des patients présentant une hypothyroïdie non compensée ont été obtenues. Il est donc recommandé de prescrire de l'aspirine aux patients présentant une hypothyroïdie [15].

Les patients atteints d'hypothyroïdie non compensée sont résistants aux effets hypoprothrombiques de la warfarine, la clairance des facteurs de coagulation étant ralentie, il peut être nécessaire d'ajuster la posologie du médicament. Après la nomination d'un traitement hormonal substitutif, la dose de warfarine reprend son état d'origine.

Système nerveux La neuropathie dans l'hypothyroïdie se manifeste par une paresthésie et une dysesthésie douloureuse. Les patients peuvent présenter des symptômes de mononévrite, de polyneuropathie et de neuropathie du nerf crânien.

La manifestation la plus commune de la mononévrite est le syndrome de tunnel. Il se développe en raison de la compression du tissu oedémateux du nerf médian dans le canal carpien. Les patients se plaignent d'engourdissements, de picotements et de douleurs dans la région de l'innervation nerveuse - la surface palmaire des grands bords de l'index, du milieu et du milieu de l'annulaire. L'hypothyroïdie et la mononévrite de lien prouvé, développé à la suite de la compression du nerf tibial postérieur et du nerf sous-cutané latéral de la cuisse. La polyneuropathie périphérique est rare.

Des neuropathies isolées des nerfs crâniens II, V, VII et VIII ont été décrites, entraînant une perte auditive, une perte auditive neurosensorielle et des acouphènes. L'hypothyroïdie peut également causer une ataxie et une mauvaise coordination des mouvements en raison de troubles circulatoires et de modifications dégénératives du cervelet.

Les troubles cognitifs, en particulier chez les plus âgés, peuvent se manifester par une inhibition, une détérioration de la mémoire à court terme, une perte d'attention.

Moins fréquemment, l'hypothyroïdie primaire due à une thyroïdite auto-immune chronique est associée à une encéphalopathie. La combinaison de ces maladies est connue sous le nom d’encéphalopathie de Hashimoto. Les convulsions peuvent compliquer l'évolution du coma myxoedémique et de l'encéphalopathie de Hashimoto.

Le développement des dépressions, des états délirants (myxedema delirium), la bradifrenia est possible.

En outre, au cours de l'hypothyroïdie, des paroxysmes d'attaques de panique avec des attaques récurrentes de tachycardie sont observés.

Système musculo-squelettique. La myopathie est un symptôme courant de l'hypothyroïdie. Les patients se plaignent principalement de faiblesse musculaire proximale, de raideur, de convulsions et de myalgie. Moins fréquemment, la myopathie s'accompagne d'une augmentation des muscles (pseudohypertrophie), de crampes douloureuses et de raideurs. Une concentration accrue de créatine phosphokinase et de myoglobine est déterminée dans le sérum. Les modifications histologiques des fibres musculaires ne sont pas spécifiques, une atrophie ou une perte des fibres musculaires de type 2 sont détectées et des zones de nécrose et de régénération peuvent être présentes [1].

Le système hypothalamo-hypophysaire. L'hyperproduction de l'hypothalamus, hormone libérant de la thyrotropine, avec hypothyroxinémie, augmente la libération d'hormones stimulant la thyroïde par l'adénohypophyse, mais également la prolactine. Ceci dans l'hypothyroïdie primaire peut conduire au développement de l'hypogonadisme hyperprolactinémique. L'hypogonadisme hyperprolactinémique se manifeste par une oligoopsoménorrhée ou une aménorrhée, une galactorrhée et un ovaire polykystique secondaire [16].

Ainsi, la carence en hormones thyroïdiennes affecte de nombreuses fonctions physiologiques et processus métaboliques dans le corps, et on peut donc observer des changements dans tous les organes et systèmes. Les manifestations cliniques de l'hypothyroïdie sont très diverses et non spécifiques. Par conséquent, il est habituel de parler de masques d'hypothyroïdie: thérapeutiques (maladie hypertensive, polysérosite, hypokinésie des voies biliaires, etc.), hématologiques (anémie), chirurgicaux (maladie des calculs biliaires), gynécologiques (infertilité), neurologiques (myopathie), dermatologiques (alopécie) et endocrinologiques ( obésité, prolactinome, acromégalie). Cependant, la plupart des modifications sont réversibles avec la thérapie de remplacement par la lévothyroxine sodique et la compensation de l'hypothyroïdie, ce qui indique leur nature secondaire.

Anémie avec hypothyroïdie

Hypothyroïdie - diminution de la fonction thyroïdienne à la suite d'un manque d'hormone stimulant la thyroïde de l'hypophyse ou d'un déficit en iode. Les principaux critères de laboratoire pour l'hypothyroïdie sont les taux de TSH et de T4 libre. Mais, dans le cours subclinique, l'hypothyroïdie ne présente aucun symptôme caractéristique et ne peut être suspectée qu'en incluant une autre pathologie.

Parfois, c'est le test sanguin général de routine qui fait penser à la présence d'hypothyroïdie.

Les hormones thyroïdiennes sont impliquées dans la régulation du sang, leur déficience se reflète donc dans les modifications des paramètres sanguins. L'anémie dans l'hypothyroïdie est le résultat d'un traitement réussi de la pathologie sous-jacente.

Anémie avec hypothyroïdie

La glande thyroïde est l'un des organes du système endocrinien qui produit les hormones: la thyroxine, la triiodothyronine, la thyrocalcitonine, qui sont impliquées dans de nombreux processus de notre corps.

La glande thyroïde est souvent un foyer d’inflammation, car elle se situe dans le cou, à proximité immédiate d’organes souvent infectés, elle est facilement exposée à des facteurs environnementaux défavorables, elle est très riche en apport de sang et est pratiquement le théâtre de processus biochimiques.

La perturbation de l'état normal de la glande thyroïde entraîne une perturbation de la sécrétion d'hormones. Les maladies les plus courantes sont l’hypothyroïdie, l’hyperthyroïdie, la thyroïdite, le goitre diffus et nodulaire de la glande thyroïde. Les principaux syndromes dans les maladies de la glande thyroïde reflètent une violation non seulement de sa fonction, mais aussi de sa croissance.

La maladie thyroïdienne est le problème le plus courant chez les citadins. Ces dernières années, une augmentation du dysfonctionnement de la thyroïde a considérablement augmenté à Moscou. Cela est dû à la détérioration de la situation environnementale dans la ville et à l’absence de mesures de prophylaxie à l’iode.

La prévalence de l'hypothyroïdie dans la population adulte de Moscou est de 0,5 à 1%, chez les nouveau-nés de 0,025% et chez les personnes de plus de 65 ans de 2 à 4%.

Qu'est-ce qu'une glande thyroïde?

La glande thyroïde est l'un des organes du système endocrinien qui produit les hormones: la thyroxine, la triiodothyronine et la thyrocalcitonine, qui sont impliquées dans les processus suivants de notre corps:

  • régulation du métabolisme;
  • augmenter le transfert de chaleur;
  • amélioration des processus oxydatifs et de la consommation de protéines, de graisses et de glucides, ce qui est essentiel pour fournir de l'énergie au corps;
  • excrétion d'eau et de potassium du corps;
  • régulation de la croissance et du développement;
  • activation des glandes surrénales, des glandes sexuelles et mammaires;
  • avoir un effet stimulant sur l'activité du système nerveux central.

La glande thyroïde est souvent un foyer d’inflammation, car elle se situe dans le cou, à proximité immédiate d’organes souvent infectés, elle est facilement exposée à des facteurs environnementaux défavorables, elle est très riche en apport de sang et est pratiquement le théâtre de processus biochimiques.

La perturbation de l'état normal de la glande thyroïde entraîne une perturbation de la sécrétion d'hormones. Les maladies les plus courantes sont l’hypothyroïdie, l’hyperthyroïdie, la thyroïdite, le goitre nodulaire et diffus de la glande thyroïde. Les principaux syndromes dans les maladies de la glande thyroïde reflètent une violation non seulement de sa fonction, mais aussi de sa croissance.

Informations générales sur l'hypothyroïdie

L'hypothyroïdie est une maladie qui résulte d'un apport insuffisant d'hormones thyroïdiennes aux organes et aux tissus en raison d'une diminution de la production d'hormones thyroïdiennes. Distinguer l’hypothyroïdie primaire (avec atteinte de la glande thyroïde) et secondaire (avec atteinte de l’hypophyse et / ou de l’hypothalamus).

Le mécanisme de développement de l’hypothyroïdie est déterminé par une diminution des taux d’hormones thyroïdiennes, ce qui entraîne une inhibition des processus métaboliques, l’élimination de l’oxygène par les tissus (une quantité excessive nuit au corps), une diminution de l’activité de divers enzymes et des échanges gazeux, une inhibition du développement des tissus cérébraux et une inhibition de l’activité nerveuse supérieure (i.e. comportement humain, qui se traduit par une réponse inadéquate à une situation différente (réaction retardée ou réaction hyperactive), ce qui est particulièrement perceptible dans l’enfance.

Mais les adultes développent également une altération de la fonction cérébrale, caractérisée par une diminution de l'activité mentale et de l'intellect, un affaiblissement des réactions à diverses situations. Avec une diminution de la glande thyroïde, des troubles avec d'autres organes endocriniens peuvent également être observés.

Symptômes de l'hypothyroïdie

Les hormones de la glande thyroïde, comme indiqué ci-dessus, participent à la mise en œuvre de nombreuses fonctions corporelles. Par conséquent, avec une diminution de son efficacité, il existe des violations de nombreux organes. Le premier symptôme et le plus caractéristique est une augmentation de la taille des glandes.

Les changements dans le corps avec l'hypothyroïdie:

  1. La peau froide, épaisse et gonflée, la jaunisse est souvent noté, souvent sur les paumes sous la forme de taches, ses changements d'âge sont accélérés. Diminution de la sécrétion de glandes sébacées et sudoripares. Ongles cassants Les cheveux sont secs, cassants, épais.
  2. Un visage pâle, bouffi, semblable à un masque (expression faciale appauvrie). Du côté de l'œil, il y a: ptosis (descente de la paupière supérieure) et œdème des paupières Perte de cheveux du tiers externe des sourcils. L'enflure des cordes vocales et de la langue entraîne une parole lente et floue, le timbre de la voix diminue et diminue. La langue augmente et des bosselures et des marques de dents sont visibles sur ses surfaces latérales..
  3. Les symptômes du système cardiovasculaire se manifestent par une diminution de la pression artérielle (hypotension), une diminution du rythme cardiaque (bradycardie), un essoufflement, aggravé même avec un léger effort physique, une gêne et des douleurs au niveau de la région cardiaque et derrière le sternum.
  4. Dans le système respiratoire sont observés: une diminution de la ventilation des poumons (hypoventilation), à cause de laquelle il y a un manque d'oxygène et une augmentation du dioxyde de carbone. Les patients atteints d'hypothyroïdie sont sujets à la bronchite, à la pneumonie (pneumonie), caractérisée par une évolution lente et prolongée, parfois sans réaction de la température.
  5. Il existe un certain nombre de troubles gastro-intestinaux: perte d'appétit, nausée, flatulences (augmentation de la formation de gaz dans l'intestin), diminution du tonus musculaire de l'intestin et des voies biliaires conduisant à une stase biliaire de la vessie et contribuant à la formation de calculs, parfois à une obstruction intestinale;
  6. Il y a une diminution de l'excrétion de fluide par les reins. La réduction du tonus des voies urinaires favorise le développement de l'infection.
  7. Les patients atteints d'hypothyroïdie se caractérisent par des troubles du système nerveux tels que: léthargie, diminution de l'intelligence, somnolence diurne et insomnie la nuit, retard de la parole, dépression, augmentation de l'irritabilité et de la nervosité, troubles de la mémoire. Il existe également une violation de la sensibilité, principalement des extrémités, des névralgies (inflammation nerveuse), accompagnée de douleurs musculaires.
  8. Les lésions osseuses ne sont pas typiques chez les adultes. Chez les enfants, il peut se manifester par un retard de croissance du squelette et un raccourcissement des membres. Les patients de tous âges souffrent de fatigue musculaire, parfois de douleurs articulaires.
  9. 60 à 70% des patients présentent des anomalies du sang. L'absorption du fer et de la vitamine B12 dans le tractus gastro-intestinal diminue, ce qui entraîne l'apparition d'une "anémie thyriogénique" (caractéristique des lésions de la thyroïde); une légère diminution du taux de sucre dans le sang peut être observée en raison de la lente absorption du glucose.
  10. Désir sexuel réduit (libido), une stérilité peut se développer.
  11. Malgré le manque d'appétit chez les patients, on constate souvent un gain de poids (mais l'obésité n'est pas typique), le besoin en vitamines est réduit. Pour la plupart des patients, une température corporelle basse (hypothermie) est caractéristique.

Causes de l'hypothyroïdie primaire

L’hypothyroïdie primaire est causée par des dommages à la glande thyroïde elle-même, ce qui réduit la production d’hormones.

  1. Complications de mesures thérapeutiques après:
  • traitement chirurgical de diverses maladies de la glande thyroïde;
  • traitement du goitre toxique à l'iode radioactif;
  • radiothérapie pour les maladies malignes des organes situés sur le cou;
  • l'utilisation de médicaments contenant de l'iode;
  • prendre des glucocorticoïdes, des œstrogènes, des androgènes, des sulfamides;
  • retrait de la glande thyroïde.
  1. Tumeurs, infections aiguës et chroniques, thyroïdite (inflammation de la glande thyroïde), abcès, tuberculose, sarcoïdose (maladie systémique caractérisée par la formation de granulomes dans les tissus affectés);
  2. L'hypoplasie est un sous-développement de la glande thyroïde due à des anomalies du développement intra-utérin, généralement chez les nouveau-nés et les enfants de 1 à 2 ans, souvent associée à la surdité et au crétinisme.

Causes de l'hypothyroïdie secondaire

L’hypothyroïdie secondaire se développe dans les lésions inflammatoires ou traumatiques de l’hypophyse et / ou de l’hypothalamus (tumeur, hémorragie, nécrose, ablation chirurgicale ou destruction de l’hypophyse), altérant la production de leur thyrotropine, altérant la synthèse des hormones thyroïdiennes, entraînant réduction de son activité fonctionnelle. Le plus souvent, l'hypothyroïdie secondaire survient dans la pathologie générale de l'hypophyse et est associée à un hypogonadisme (fonction réduite des glandes sexuelles), un excès d'hormone somatotrope.

Qui a l'hypothyroïdie plus souvent?

Les hormones sont des particules microscopiques formées par interaction étroite et "fusion" de divers éléments et particules chimiques. Ces particules entrent très activement en "contact" avec les cellules de tous les organes et contribuent à leur fonctionnement normal. Pour la formation des hormones, les cellules thyroïdiennes nécessitent une absorption constante de l'iode dans le sang, ce qui peut également entraîner une diminution de la concentration d'hormones. L'iode se trouve principalement dans les fruits de mer. Mais malheureusement, beaucoup de pays, régions, villes et autres agglomérations éloignées des mers, où le besoin en iode n’est pas suffisamment fourni. Dans ces régions, les maladies de la thyroïde sont beaucoup plus courantes. Ces territoires occupent jusqu'à 250 millions de personnes. L'apport optimal en iode pour le fonctionnement normal de la glande thyroïde est d'environ 150 à 300 microgrammes (m / kg) par jour. Un apport quotidien en iode inférieur à 80 µg est dangereux car il ne permet pas de maintenir le fonctionnement normal de la glande thyroïde, ce qui entraîne par conséquent le développement d’une hypothyroïdie. Certaines substances empêchent le passage de l'iode vers le lieu de formation des hormones, ce qui entraîne un dysfonctionnement de la glande. Les produits contenant ces substances sont appelés «strumogènes» (c’est-à-dire «travaillent» contre la sécrétion normale d’hormones thyroïdiennes). Ceux-ci incluent: le navet, le chou-fleur et le chou rouge, la moutarde, le rutabaga, ainsi que le lait de vaches nourries avec ces produits. Une alimentation saturée en ces aliments contribue également au développement de l'hypothyroïdie.

Les maladies de la glande thyroïde sont le problème le plus courant chez les habitants de mégalopoles, tels que Moscou. Ces dernières années, une augmentation du dysfonctionnement de la thyroïde a considérablement augmenté à Moscou. Cela est dû à la détérioration de la situation environnementale dans la ville et à l’absence de mesures de prophylaxie à l’iode.

La prévalence de l'hypothyroïdie dans la population adulte de Moscou est de 0,5 à 1%, chez les nouveau-nés de 0,025% et chez les plus de 65 ans de 2 à 4%.

Complications de l'hypothyroïdie

La complication la plus grave, souvent fatale, est le coma hypothyroïdien. Se produit généralement avec une hypothyroïdie non diagnostiquée, à long terme non traitée ou mal traitée. Le plus caractéristique des femmes plus âgées.

Des facteurs contributifs contribuent au développement de cette complication, tels que: refroidissement, en particulier associé à l'inactivité, déviations du fonctionnement normal du système cardiovasculaire, infarctus du myocarde, infections aiguës, surcharge psycho-émotionnelle et musculaire, maladies ou états contribuant à une diminution de la température corporelle.

Un coma hypothyroïdien se caractérise par les symptômes suivants:

  • jaunisse sèche et pâle, peau froide;
  • diminution de la fréquence cardiaque (bradycardie);
  • abaissement de la pression artérielle (hypotension);
  • respiration rare;
  • diminuer la miction.

Diagnostic d'hypothyroïdie

Le diagnostic de l'hypothyroïdie est principalement établi sur la base de manifestations cliniques caractéristiques, à savoir l'apparition de patients et les tests de diagnostic en laboratoire. L'insuffisance fonctionnelle de la glande thyroïde est caractérisée par une diminution de l'iode. Ces dernières années, la possibilité d'une détermination directe des hormones dans le sang est apparue: thyrotropique (teneur élevée), T 3, T4 (teneur faible).

L'échographie (endoscopie), la détermination de l'heure des réflexes tendineux, l'électrocardiographie (ECG) sont également utilisées pour le diagnostic.L'endocrinologue recommande, le cas échéant, une tomodensitométrie de la glande thyroïde, en fonction des résultats obtenus, lesquels spécifient le diagnostic et développent un traitement individuel. organe à des fins de diagnostic) pour déterminer les tumeurs malignes de la glande.

Le diagnostic de coma hypothyroïdien en l'absence d'un diagnostic d'hypothyroïdie dans l'histoire de la maladie peut être difficile. Les manifestations cliniques les plus importantes de cette affection sont une peau sèche, pâle et froide, une diminution du rythme cardiaque (bradycardie), une diminution de la pression artérielle (hypotension), une diminution et parfois la disparition des réflexes tendineux. Lorsque le patient atteint de coma hypothyroïdien doit être hospitalisé d'urgence.

Ce qui est nécessaire pour la consultation avec l'hypothyroïdie

  1. L'histoire du patient au médecin sur sa santé ces derniers temps.
  2. Cette échographie de la glande thyroïde, faite peu de temps avant la consultation et plus tôt en date.
  3. Les résultats du test sanguin (total et hormones de la glande).
  4. Informations sur les opérations transférées, en cas de sortie de l'hôpital (consignées dans l'historique médical du rapport du médecin, qui contient des informations sur l'état du patient, le diagnostic et le pronostic de sa maladie, les recommandations de traitement, etc.).
  5. Traitements utilisés ou appliqués.
  6. Informations sur l'étude des organes internes, le cas échéant.

Traitement de l'hypothyroïdie

La méthode de traitement de toutes les formes d'hypothyroïdie repose sur l'utilisation de médicaments qui sont des analogues synthétiques des hormones thyroïdiennes (médicaments thyroïdiens). L'effet se développe pendant le premier mois de traitement. Avec une dose correctement sélectionnée, les médicaments sont absolument inoffensifs, ne provoquent pas d’effets secondaires, de toxicomanie et d’ajustement hormonal. La dose est choisie soigneusement et progressivement, en tenant compte de l'âge des patients, de la gravité de l'hypothyroïdie, de la présence de maladies concomitantes et des caractéristiques du médicament.

Pronostic d'hypothyroïdie

L'hypothyroïdie se produit à vie et, chez l'adulte, le pronostic est favorable si un traitement adéquat est choisi. Chez les enfants atteints d'hypothyroïdie congénitale, même avec un traitement optimal, il est pratiquement impossible de restaurer la fonction cérébrale, ce qui peut entraîner le développement d'une hypothyroïdie, ainsi que d'un retard de croissance.

Anémie avec hypothyroïdie

Jusqu'à 50% des patients peuvent présenter une anémie légère: hypothyroïdie.

Étiologie

Il a été rapporté que l'hypothyroïdie diminue la masse totale de globules rouges, mais ces modifications peuvent être masquées dans une certaine mesure par une diminution parallèle du volume plasmatique. L’étude de la moelle osseuse et l’étude de la cinétique du fer indiquent une inhibition de l’érythropoïèse, qui est probablement due à une réduction de la consommation d’oxygène par les tissus et à une diminution de l’activité métabolique. On pense qu'en raison de l'effet indirect de ces facteurs sur la sécrétion d'érythropoïétine, son niveau chute, la thyroxine ne semble apparemment pas stimuler l'érythropoïèse. Cependant, il est difficile d'insister sur ces affirmations, car il est impossible de déterminer le niveau d'érythropoïétine dans le plasma normal et, par conséquent, de confirmer la baisse de son niveau. En outre, il y a lieu de croire que l'hormone thyroïdienne a un effet stimulant direct sur la croissance des colonies érythroïdes dépendantes de l'érythropoïétine.

Manifestations cliniques

L'anémie est légère, le VCM est souvent hypertrophié et on trouve parfois dans le frottis sanguin des globules rouges ridés et irréguliers. Des signes d'hypoplasie érythroïde sont détectés dans la moelle osseuse et des études sur la cinétique du fer indiquent que sa clairance plasmatique et son utilisation pendant la maturation des érythrocytes sont réduites. Les patients atteints d'hypothyroïdie ont souvent une gastrite atrophique et une carence associée en fer ou en vitamine B.12, à cause de ce que le tableau clinique peut être modifié. Nous ne discuterons pas de ces caractéristiques ici, mais la possibilité de leur apparition dans l'hypothyroïdie doit être rappelée.

Traitement

Le traitement à la thyroxine entraîne une normalisation lente mais régulière de tous les paramètres, mais une carence concomitante en fer ou en vitamine B12 nécessite un traitement de remplacement approprié.

L'hypothyroïdie est un voleur silencieux volant la vie. Symptômes, traitement de l'hypothyroïdie.

L'hypothyroïdie (myxoedème) est une maladie causée par un apport insuffisant d'organes en hormones thyroïdiennes. Avec l'hypothyroïdie, presque rien ne fait mal, mais la vie passe: rien ne plaît, la qualité de vie des patients atteints d'hypothyroïdie laisse beaucoup à désirer. Les patients atteints d'hypothyroïdie souffrent souvent d'états dépressifs et ne peuvent souvent pas eux-mêmes comprendre ce qui leur arrive.

Symptômes de l'hypothyroïdie

L'hypothyroïdie est plus fréquente chez les femmes. Les symptômes de l'hypothyroïdie sont souvent imputés à la fatigue, au surmenage, à certaines autres maladies ou à la grossesse en cours. L'hypothyroïdie est donc rarement détectée immédiatement. Seule une sévérité des symptômes et le développement rapide de l'hypothyroïdie peuvent le diagnostiquer à temps. L'hypothyroïdie infraclinique est souvent longtemps méconnue. Un test avec la thyrolibérine révélera des formes cachées d'hypothyroïdie primaire.

Comment suspecter une hypothyroïdie

Lorsque l'hypothyroïdie est concernée depuis longtemps:

  • Somnolence (les patients atteints d'hypothyroïdie peuvent dormir 12 heures par jour pendant plusieurs jours consécutifs). Quand l'hypothyroïdie tourmente la somnolence diurne.
  • Frilosité sans rhume, diminution de la température corporelle, transpiration excessive.
  • Immunité diminuée, infections catarrhales fréquentes, y compris les maladies infectieuses (par exemple, maux de gorge).
  • Léthargie générale, saisies la paresse l'hypothyroïdie n'est pas rare.
  • Labilité émotionnelle: irritabilité, larmoiement.
  • Mémoire et performance réduites, fatigue.
  • Perception difficile de nouvelles informations.
  • Taux de réaction réduit, réflexes plus lents.
  • Puffiness du visage et des extrémités (contrairement à d'autres oedèmes dans l'hypothyroïdie, il n'y a pas de trou lorsque vous appuyez sur la surface avant du tibia).
  • Peau pâle, éventuellement avec une teinte jaunâtre.
  • Yeux ternes, fragilité et perte de cheveux.
  • Tendance à l'hypotension (pression artérielle basse).
  • Épaississement de la langue, empreintes des dents sur ses bords (symptôme caractéristique non seulement de l'hypothyroïdie, mais aussi des maladies du pancréas).
  • Motilité gastrique avec facultés affaiblies (gastrostase). Dans le même temps, la vidange gastrique ralentit, les soucis sont éructés, une sensation de lourdeur dans l'estomac.
  • Une sensation de coma dans la gorge et une gêne dans le cou (symptôme optionnel).
  • Rythme cardiaque ou rythme cardiaque lent, douleur au cœur.
  • Un gain de poids inexplicable, malgré l'absence de calories quotidiennes excessives. L'hypothyroïdie provoque un ralentissement marqué du métabolisme; perdre du poids avec l'hypothyroïdie devient problématique, mais cela est possible si vous suivez les prescriptions du médecin et les suivantes. recommandations.
  • Des taux élevés de cholestérol dans le sang peuvent déclencher le développement de l'athérosclérose.
  • Parfois, les patients atteints d'hypothyroïdie s'inquiètent d'une arthralgie (douleur dans les articulations).

La gravité des symptômes de l'hypothyroïdie dépend du degré d'insuffisance thyroïdienne et des caractéristiques individuelles de l'organisme.

En cas de maladies concomitantes, la clinique des hypothyroïdiennes est complétée par des symptômes supplémentaires.

Y a-t-il un lien entre l'hypothyroïdie et le cancer du sein?

L’hypothyroïdie, comme d’autres maladies chroniques, augmente le risque de développer cancer du sein. Les femmes de plus de quarante ans doivent subir une mammographie du sein tous les ans en deux projections pour pouvoir attraper la maladie au tout début et commencer le traitement à temps. Après 50 ans, la mammographie est pratiquée une fois tous les six mois, même si la femme n'est pas gênée par rien et qu'elle ne souffre pas d'hypothyroïdie.

Comment l'hypothyroïdie se produit-elle pendant la grossesse?

Pendant la grossesse, les symptômes de l'hypothyroïdie peuvent s'aggraver.

En l'absence de traitement ou de traitement inapproprié de l'hypothyroïdie, un coma hypothyroïdien (myxédémateux) peut se développer. Mortalité (mortalité) qui atteint 80% en l'absence de traitement adéquat.

L’hypothyroïdie congénitale chez l’enfant est particulièrement dangereuse. Elle doit être reconnue et traitée dès que possible, et mieux encore: révéler une hypothyroïdie latente en préparation de la grossesse afin de donner naissance à un enfant. bébé en bonne santé.

Causes de l'hypothyroïdie

L'hypothyroïdie distingue primaire et secondaire.

  1. L'hypothyroïdie primaire se développe dans le contexte de la pathologie de la glande thyroïde elle-même:
  • Avec anomalies congénitales ou ablation chirurgicale de la glande thyroïde
  • Lorsque l'inflammation de la glande thyroïde (thyroïdite)
  • En cas de dommage auto-immun ou après administration d'iode radioactif
  • Avec goitre nodulaire ou endémique
  • Infections chroniques dans le corps
  • Avec un manque d'iode dans l'environnement
  • Dans le traitement des thyréostatiques (mercazolil - ingrédient actif tiamazol).
  • Consommer des aliments et des médicaments qui inhibent le fonctionnement de la glande thyroïde (par exemple, rutabaga, chou, navets, salicylates et sulfamides, thym à l'utilisation prolongée).

L’hypothyroïdie auto-immune primaire peut être associée à une insuffisance surrénalienne, à une parathyroïde et à des glandes pancréatiques. L'hypothyroïdie développe souvent une anémie ferriprive. Peut-être une combinaison d'hypothyroïdie, de lactorrhée (à la suite d'une hyperprolactinémie) et d'aménorrhée (sans menstruation).

  1. L'hypothyroïdie secondaire et tertiaire (centrale) est causée par une altération de la fonction de l'hypophyse et de l'hypothalamus.
  2. Une hypothyroïdie périphérique se produit lorsque la résistance des tissus aux hormones thyroïdiennes, l'inactivation de la T3 (triiodothyronine) et de la T4 (thyroxine) ou de la TSH (hormone stimulante de la thyroïde) circulent dans le sang. Les symptômes de l'hypothyroïdie se produisent souvent avec des niveaux élevés cortisol et oestrogène, ces derniers stimulent la production de globuline liant la thyroxine (TSH) dans le foie et peuvent affaiblir les effets des hormones thyroïdiennes.

Traitement de l'hypothyroïdie

Après une enquête sur le niveau d'hormone stimulant la thyroïde, thyroxine et triiodothyronine, nommée par l'endocrinologue, selon le témoignage, un traitement substitutif de l'hypothyroïdie par des hormones synthétiques de la thyroïde est réalisé. La posologie de la lévothyroxine ou de l’eutirox pour le traitement de l’hypothyroïdie n’est déterminée que par un médecin. En l'absence de pathologie cardiaque, pendant la grossesse, lorsque la patiente a moins de 50 ans, pour atteindre l'état euthyroïdien, une dose de remplacement complète est administrée (sans augmentation progressive). En cas d'hypothyroïdie secondaire, le traitement de l'insuffisance existante du cortex surrénalien doit être effectué avant même l'administration de la L-thyroxine afin d'éviter le développement d'une insuffisance surrénalienne aiguë.

Si les recommandations pour la prise du médicament ne sont pas suivies, il est difficile d'obtenir une indemnisation complète. Cela est aggravé par le fait que les patients atteints d'hypothyroïdie sont souvent dans un état de dépression, ils n'écoutent pas ce qu'on leur dit, ils ratent le médicament. Par conséquent, le traitement de l'hypothyroïdie devrait être complexe, y compris la correction de l'état psychologique du patient.

En cas d'hypothyroïdie provoquée par une carence en iode, Endonorm est efficace (contient de l'iode organique). Il y a des contre-indications à l'utilisation d'Endonorm, consultez votre médecin.

Pas mal pour l'hypothyroïdie aide la méthode de réflexologie informatique et d'acupuncture (une sorte de réflexologie), menée par des experts compétents. Mais à condition que l'hypothyroïdie ne soit pas causée par une lésion organique du tissu thyroïdien.

Quelles vitamines peuvent être bues avec l'hypothyroïdie en plus?

Régime alimentaire pour l'hypothyroïdie

Lorsque l'hypothyroïdie est nécessaire d'exclure du régime alimentaire des produits qui inhibent la fonction de la glande thyroïde (énumérés ci-dessus). Les préparations contenant du soja peuvent réduire l'absorption de la lévothyroxine et le traitement de l'hypothyroïdie sera inefficace.

L’hypothyroïdie devrait également contenir moins de matières grasses, car elles sont mal absorbées par les tissus et peuvent entraîner le développement de l’athérosclérose.

La nutrition pour l'hypothyroïdie doit être équilibrée, riche en vitamines et en oligo-éléments (en particulier le sélénium). Pour créer l’ambiance, il est souhaitable d’inclure dans le régime des aliments contenant tryptophane.

Vous Pouvez, Comme Pro Hormones