Synonymes: AT en rTTG, anticorps anti-récepteurs TSH, auto-anticorps anti-récepteurs TSH

Les anticorps anti-récepteurs hormonaux stimulant la thyroïde (anti-rTTG, stimulants et bloquants) constituent un groupe d'auto-anticorps qui interagissent directement avec les récepteurs de la TSH. L'hormone stimulant la thyroïde (TSH) régulant le travail de l'ensemble du système endocrinien est produite par la glande pituitaire. Plus la concentration de TSH est élevée, plus la glande thyroïde active produit des hormones thyroïdiennes (T3 et T4), responsables du métabolisme de l'énergie et de l'oxygène dans les tissus, des processus nerveux, etc.

Lorsque les récepteurs et la TSH se lient, l'effet biologique de cette dernière est renforcé, ce qui conduit à l'activation des cellules thyroïdiennes. De même, les anticorps stimulants interagissent avec les récepteurs de la TSH.

En conséquence, la glande thyroïde produit deux fois plus d'hormones thyroïdiennes (hyperfonction), une thyrotoxicose se développe - une intoxication du corps avec ses propres hormones. La progression du processus pathologique provoque des lésions de la glande (augmentation de la taille, modification de la structure, inflammation, etc.).

L'une des conditions les plus courantes caractérisées par une concentration élevée d'anticorps anti-rTTG est le goitre toxique diffus ou la maladie de Graves. Il s’agit d’une maladie auto-immune accompagnée d’un changement de la taille de la glande thyroïde et de son dysfonctionnement.

Les anticorps bloquants inhibent la fonction thyroïdienne. Dans ce cas, la TSH est désactivée, entraînant une atrophie de la glande et une hypothyroïdie (déficit en hormones iodées).

Les AT en rTTG appartiennent pour la plupart aux immunoglobulines IgG, peuvent pénétrer dans la barrière placentaire et sont donc également un marqueur de dysfonctionnement transitoire de la thyroïde chez le nouveau-né.

Indications pour le test

L’endocrinologue demande une analyse des anticorps anti-rTTG dans les cas suivants:

  • Diagnostic du goitre diffus, ainsi qu'avant la nomination ou l'annulation du traitement d'entretien hormonal.
  • Diagnostic de l'hyperthyroïdie (surproduction d'hormones endocriniennes), son diagnostic différentiel avec d'autres maladies de la thyroïde (ectopie autonome, dans laquelle se produisent des anomalies congénitales de la glande).
  • Détermination de la concentration en anticorps chez les patients atteints de thyrotoxicose (suspicion de troubles auto-immuns).
  • Surveillance des patients atteints de la maladie de Graves (surveillance de l'efficacité du traitement et prévision des rechutes).

Le but de l’essai des anticorps dirigés contre les récepteurs de la TSH est recommandé lorsque les symptômes sont détectés:

  • myopathie (dystrophie musculaire primaire);
  • ophtalmopathie (lésions auto-immunes des muscles du globe oculaire);
  • acropathie (gonflement du tissu des doigts);
  • myxedema, etc.

Avec un traitement réussi, la concentration en anticorps anti-rTTG diminue. La disparition complète des anticorps indique la survenue d'une rémission.

L'analyse des anticorps anti-rTTG est un test obligatoire au 3e trimestre de la grossesse si la future mère a des antécédents de maladie thyroïdienne.

Interprétation des résultats

Les valeurs de référence suivantes sont établies pour les femmes et les hommes:

  • Négatif: 1.0 U / l
  • Douteux: 1,1-1,5 U / l
  • Positif: 1.5 U / l

Remarque: le résultat de l'étude est évalué conjointement avec des tests cliniques, de laboratoire et instrumentaux supplémentaires. Si vous recevez une réponse négative ne peut pas complètement exclure la présence de la maladie.

Les facteurs suivants peuvent fausser les résultats de l'étude:

  • traitement avec des médicaments thyrotoxiques;
  • non-respect des règles de préparation pour analyse par le patient ou le médecin;
  • prendre des préparations d'iode, des hormones synthétiques, des stéroïdes, etc.
  • chirurgie ou blessure récente dans la région de la glande thyroïde.

Augmentation des anticorps dirigés contre les récepteurs de la TSH (positif)

L'augmentation de la concentration d'anticorps anti-rTTG peut indiquer les pathologies suivantes:

  • Maladie de Graves ou goitre diffus (85 à 95% des cas);
  • Thyroïdite auto-immune de Hashimoto;
  • thyroïdite (lymphocytaire, post-partum, etc.).

Résultat douteux ou négatif

Un faible niveau d'anticorps est détecté dans le cas de:

  • pathologie thyroïdienne absente;
  • la maladie est en rémission après un traitement hormonal;
  • le sang pour la recherche a été pris de manière incorrecte ou en violation des règles de préparation.

AT à rTTG chez les femmes enceintes

Souvent, chez les futures mamans, le niveau d'hormone stimulant la thyroïde est légèrement réduit. Pour être sûr, le gynécologue peut prescrire un test pour les anticorps. Comme il est interdit aux femmes enceintes d'effectuer une scintigraphie de la glande thyroïde (la principale méthode de détection du goitre diffus), une analyse de l'anti-rTTG peut être une alternative.

Si la concentration d'anticorps à une TSH basse reste normale, la maladie de Graves et d'autres lésions auto-immunes peuvent être exclues.

En outre, l’analyse peut être prescrite au cours du dernier trimestre de la grossesse si une femme a des antécédents de lésions thyroïdiennes (traumatismes, chirurgie, maladie, etc.), un traitement chirurgical du goitre ou un traitement à l’iode radioactif. Le test est également mené auprès des femmes enceintes si elles reçoivent des médicaments thyrotoxiques.

Remarque: chez les nouveau-nés de mères atteintes de la maladie de Graves, le risque de développer un syndrome de thyrotoxicose est accru. Les anticorps de la mère sont transmis au bébé par le placenta. Normalement, ils sont indépendamment excrétés par l'organisme, leur niveau diminue progressivement pour atteindre les valeurs de référence. Mais dans 1% des cas, l'enfant développe une thyroïdite post-partum ou une hyperthyroïdie néonatale.

Le test des anticorps anti-récepteurs de la TSH peut être attribué et déchiffré par un endocrinologue, un immunologue, un rhumatologue ou un gynécologue.

Préparation à l'analyse

Le sang veineux est utilisé comme matériau biologique pour l'étude. La clôture est faite le matin lorsque la concentration en anticorps atteint son maximum (de 8h00 à 11h00).

Avant que la manipulation du patient soit interdite:

  • petit déjeuner (après le dernier repas devrait prendre au moins 8 heures);
  • boire des boissons autres que de l'eau plate non gazeuse;
  • fumer (2-3 heures avant le test).

La veille de la procédure, il est souhaitable de se protéger des situations de stress, du stress émotionnel et des surmenages physiques. Il est extrêmement important de passer les 30 à 40 dernières minutes avant de donner du sang en toute tranquillité d'esprit (ne vous inquiétez pas, ne montez pas les escaliers, ne marchez pas vite, etc.).

À propos de tous les cours de traitement de la toxicomanie en cours ou récemment terminés, vous devez informer le médecin un mois avant la date de l'analyse. Certains médicaments (préparations au lithium ou à l'iode, hormones, contraceptifs oraux, stéroïdes, anticonvulsivants, etc.) devront être annulés pendant un certain temps. La durée et la durée de la période d’annulation forcée sont convenues avec le spécialiste.

Le test d'anticorps anti-rTTG n'est pas recommandé immédiatement après d'autres tests de diagnostic (IRM, rayons X, fluorographie, scanner, échographie, etc.).

Nos autres articles sur les hormones thyroïdiennes:

Quelles maladies augmentent le niveau de TSH dans le sang?

La thyrotropine, qui est abrégée en TSH, est l’un des indicateurs importants de la santé thyroïdienne et, en s'adressant à un endocrinologue, un spécialiste recommande tout d’abord le dépistage de cette hormone. C'est également le test sanguin le plus couramment prescrit pour le T4 libre et le T3 libre. Et si T3, T4 sont des hormones synthétisées par la glande elle-même, alors la TSH est complètement produite par la glande pituitaire. Il existe une relation entre les trois hormones. Ainsi, lorsque la glande thyroïde produit un volume accru de T3 et de T4, l'hypophyse commence à diminuer la production d'hormone stimulant la thyroïde. Inversement, une déficience dans les corps T3 et T4 entraîne une production accrue de TSH par l'hypophyse.

Très souvent, un examen préventif révèle un taux élevé de TSH. Et souvent, une TSH élevée est détectée chez les enfants et les adolescents. Qu'est-ce qui menace un tel résultat? Pourquoi ça se pose? Quel traitement devrait être donné?

Raisons pour élever

Selon les statistiques, un taux élevé de TSH est plus fréquent chez les femmes. Ce sont eux qui souffrent davantage de maladies de la glande thyroïde, y compris la thyroïdite auto-immune, dans lesquelles des anticorps dirigés contre les récepteurs de la thyrotropine se trouvent dans le sang. Avec cette maladie, l'infertilité se produit souvent, le poids est considérablement réduit. Les hommes ont également des anomalies de la glande thyroïde, mais moins fréquemment. Mais les maladies de l'hypophyse apparaissent à peu près à la même fréquence. Le résultat des tests sur la TSH est toujours élevé en raison du retrait de la glande thyroïde. Cela signifie que le traitement avec des médicaments hormonaux (Eutirox) doit être à vie. Après le retrait de cet organe, un suivi des indices TSH est effectué régulièrement. Le traitement peut également être ajusté en fonction du résultat détecté.

Pourquoi une TSH élevée survient-elle et que signifie-t-elle? Le résultat augmente pour deux raisons. Ceux-ci peuvent être:

  • des anomalies dans la glande thyroïde elle-même;
  • problèmes dans l'hypophyse (ou hypothalamus).

La TSH est élevée dans les pathologies suivantes de la glande:

  • hypothyroïdie provoquée par le retrait complet de la glande thyroïde;
  • hypothyroïdie, dont les causes - traitement à l'iode radioactif;
  • intoxication à l'iode;
  • période de récupération après traitement de la thyroïdite subaiguë;
  • production insuffisante de T3 et T4 après l'accouchement avec thyroïdite;
  • traitement avec certains médicaments (par exemple, Amiodarone, Cerucal);
  • faible cortisol en cas d'insuffisance surrénalienne primaire;
  • carence hautement développée en iode;
  • une augmentation dans le sang d'une hormone telle que la prolactine.

Les causes de la TSH élevée peuvent être dues à des modifications de l'hypophyse. Les fonctions de cette partie du cerveau sont altérées en raison d'un adénome hypophysaire, du développement de son insensibilité aux hormones des glandes. Dans les adénomes, la prolactine peut augmenter dans le sang. Cette maladie affecte également la conception, le poids et le bien-être général.

Symptomatologie

Les symptômes observés chez les patients, si l’hormone TSH est élevée, dépendent de la maladie elle-même, de sa gravité ainsi que du degré de carence en hormone thyroïdienne. Avec des déviations mineures, les signes peuvent ne pas être. Les symptômes se manifestent lorsque l'hormone TSH est significativement élevée. Dans le même temps, l'hormone libre T3 et l'hormone libre T4 sont nettement réduites. Certaines femmes remarquent une détérioration si la thyrotropine augmente légèrement au-dessus de la normale. Une telle violation affecte la conception, l'incapacité de perdre du poids.

L'infertilité peut aussi être le résultat d'un manque d'hormones produites par la thyroïde. La prolactine, souvent élevée, et en même temps le résultat de la TSH, dépassant la norme, survient chez les jeunes mères après l'accouchement. Chez les patients avec un diagnostic "d'infertilité", le résultat des tests montre souvent une augmentation de la prolactine et de la TSH. Des niveaux élevés de ces hormones affectent également la conception.

Les experts identifient deux types d'hypothyroïdie:

  • évidente (parfois appelée manifestation), si la thyrotropine est supérieure à la normale et que les hormones libres T3 et T4 sont également réduites;
  • subclinique, si la thyréostimuline dépasse la norme, et que la T3 libre dans le sang et la T4 libre sont normales jusqu'à présent.

Les symptômes de la maladie subclinique peuvent ne pas apparaître. En cas d’hypothyroïdie manifeste, les signes de troubles thyroïdiens sont très prononcés. Les patients présentent un excès de poids, un gonflement des membres, une peau sèche, une perte de cheveux. Avec tous les efforts, ils ne peuvent pas perdre du poids. Les patients sont souvent déprimés, sans émotion, irritables. Les symptômes des désordres des fonctions du coeur et des vaisseaux sanguins apparaissent, ce qui signifie que la bradycardie, l'hypotension et parfois l'hypertension se produisent. Souvent, chez l'adulte et chez l'enfant, l'appétit disparaît complètement et la constipation apparaît. Il y a aussi des plaintes de somnolence excessive et de faiblesse. L'anémie peut se développer. Les bébés ont souvent un poids faible.

Comment traiter?

Si vous suspectez une détérioration de la glande thyroïde, vous devriez consulter un endocrinologue. Cela devrait être fait pour les femmes après l'accouchement, ainsi que pour celles qui font de l'embonpoint. S'il existe des problèmes de thyroïde avant la grossesse, il convient de l'observer pendant l'accouchement et l'accouchement. Le traitement est prescrit en fonction du degré de déficience de cet organe. Ainsi, avec de petits changements dans la glande thyroïde, si les symptômes ne se manifestent pas, il suffit souvent de prendre des cours de yodomarine. Le médicament Iodomarin est disponible à différentes doses: Iodomarin 100, Iodomarin 200.

Avec l'hypothyroïdie explicite, un Yodomarin n'aide pas. Dans ce cas, le médecin prescrit des eutiroks. Les dosages du médicament Eutirox contenant l’hormone thyroxin dépendent du degré de manifestation de la maladie et de son âge. Pour l'enfant et l'adolescent, les doses sont choisies en tenant compte de facteurs tels que le poids. Iodomarin est également prescrit pour les enfants en fonction de l'âge. Dans le même temps doit être ajusté et les aliments avec l'inclusion dans le régime des aliments contenant de l'iode. Les repas doivent également être équilibrés et contenir plus de légumes verts et de légumes.

Le traitement est effectué sous la surveillance d'un endocrinologue. En prenant Eutiroks, il est nécessaire de faire l’analyse et de vérifier les valeurs de TSH, prolactine, poids de contrôle. Lorsque l'hormone thyroïdienne dans le sang atteint sa valeur normale, la thyrotropine revient complètement à la normale. Si l'Eutirox, ou plutôt son dosage, n'est pas choisi correctement, l'analyse pour la thyrotropine montre un résultat faible. Dans ce cas, le traitement est poursuivi, mais la dose doit être réduite.

Étant donné que l'Eutirox est prescrit complètement après le retrait de la glande thyroïde, ce médicament doit être pris toute sa vie. L'iodomarine est également indiqué après le retrait de la glande thyroïde. Lorsqu'il est complètement retiré, le patient doit faire l'objet d'une surveillance régulière.

Lorsqu'un cas d'hypothyroïdie infraclinique est détecté chez un enfant ou un adulte, un spécialiste ne peut pas prescrire de l'iodomarine ni de l'eutirox, mais plutôt réduire le taux de thyrotropine dans le cadre d'un régime et de multivitamines. Pendant la grossesse, Eutirox est immédiatement prescrit.

Analyses pour la détection des anticorps anti-TSH

Parfois, l'analyse des anticorps anti-TSH (anti-TPO) chez l'adulte ou l'enfant montre que des anticorps sont apparus. Ceci suggère le développement d'une maladie auto-immune dans laquelle les cellules thyroïdiennes commencent à se décomposer. Des anticorps anti-récepteurs peuvent apparaître chez un enfant ou un adulte en bonne santé. Cela suggère un risque élevé d'inflammation auto-immune.

Des anticorps anti-récepteurs (anti-TPO) sont présents chez la plupart des patients atteints de goitre de Hashimoto, la maladie de Graves. Anti TPO - un test sanguin pour les anticorps - peut montrer la présence d'anticorps chez 10% des personnes en bonne santé.

L’endocrinologue indique à l’analyseur des anticorps anti-récepteurs de la TSH que l’hypothyroïdie, la thyrotoxicose, les ganglions, l’inflammation du tissu oculaire, l’élargissement de la glande thyroïde, une augmentation de la prolactine et un faible poids chez les enfants. L'analyse des anticorps anti-récepteurs (anti-TPO) est recommandée après une échographie en cas de suspicion de thyroïdite. En cas de titre élevé d'AT chez la mère, il est également nécessaire de rechercher dans le sang les anticorps anti-TPO dirigés contre les récepteurs de la thyrotropine chez les nouveau-nés.

Chez les femmes qui planifient la conception, il est recommandé de faire une analyse des anticorps anti-récepteur de la TSH et de la prolactine. En outre, il convient de contrôler l'AT des récepteurs et la prolactine lorsqu'une femme est diagnostiquée infertile, et la conception doit être réalisée par FIV. Une telle analyse de l'anti-EFTP doit être faite.

Les AT (anti TPO) sont mesurés en U / ml. Les normes anti-TPO peuvent varier d’un laboratoire à l’autre. Des anticorps élevés peuvent être détectés dans le diabète sucré. La sclérodermie affecte également les anticorps.

Commentaires (Il y a 1 commentaire)

Diagnostic opportun du problème - la clé du succès de la lutte contre la maladie. La médecine du XXIe siècle vous permet de faire face efficacement aux troubles de la glande thyroïde, si le patient rend visite au médecin à temps. Malheureusement, beaucoup de gens sont emmenés chez le médecin jusqu'au dernier moment. Améliorer les connaissances médicales et diffuser des informations sur les symptômes de la maladie de la thyroïde au sein de la population sont des mesures nécessaires pour réduire le nombre de cas graves de la maladie.

Qu'est-ce que cela signifie si les anticorps anti-TSH sont élevés

Le contenu

Les anticorps anti-TSH ont-ils augmenté? Qu'est-ce que cela signifie? Un taux élevé est-il dangereux pour la vie? Et est-il nécessaire de traiter cette pathologie? Pour répondre à ces questions, vous devez comprendre le concept de l'hormone stimulant la thyroïde. Cette composante est nécessaire pour chaque personne, car avec son aide, le système endocrinien est régulé. Le travail de la glande thyroïde est complètement contrôlé par l'influence de l'hormone décrite. Des hormones concomitantes sont libérées, elles portent le nom de T3 et T4. Lorsque leur augmentation se produit, le fonctionnement normal des organes humains est hors de question.

Analyse en temps opportun

Dans le corps humain un grand nombre de récepteurs, ils sont tous étroitement liés les uns aux autres. Chacun d'entre eux répond à une impulsion particulière, c'est-à-dire est responsable de son système. Si un échec se produit, les anticorps dirigés contre les récepteurs de la TSH commencent à être libérés dans le corps du patient.

Chaque personne doit comprendre la signification de cet indicateur, ainsi que le moment où il est nécessaire de passer des tests pour déterminer la TSH. Ce test est effectué si le médecin suspecte une augmentation ou une diminution de la valeur de TSH du patient. Une attitude indifférente à ce problème peut entraîner de gros problèmes de santé.

En général, un test TSH est attribué à:

  • les femmes enceintes. Le délai de livraison est prescrit pour le troisième trimestre. En l'absence de problèmes avec la glande thyroïde, ce test peut être annulé en raison de son inutilité;
  • avec la maladie Bazedova. Ici, le médecin examine la dynamique du traitement. Y a-t-il des moments positifs ou est-ce que tout empire? En cas d'échec du traitement, un autre traitement est prescrit.
  • avec thyréotoxicose. Cette étude aidera à identifier la cause de la maladie, respectivement, pour trouver une solution efficace au problème.

L'analyse est réalisée en laboratoire. Le patient prélève du sang dans une veine tôt le matin avant les repas. C'est mieux s'il n'y a pas d'intervalle de temps à 12 heures. Il est uniquement permis de boire de l'eau, de ne pas fumer et de ne pas boire de café avec du thé.

Avec une attitude indifférente à ces recommandations, les résultats du test peuvent être erronés, le médecin ne sera pas en mesure de décider du traitement approprié. La situation ne fera qu'empirer.

Pour déchiffrer ce test ne prendra que 1 jour. En règle générale, après avoir reçu des tests sur les mains devraient consulter l’endocrinologue.

Niveaux élevés d'anticorps anti-TSH

En général, les anticorps dirigés contre les récepteurs de la TSH augmentent en raison de la présence de telles maladies:

  1. Maladie de Basedow. Selon les statistiques, il se développe chez 80% des patients atteints de maladies de la glande thyroïde. Sans examen médical, il est très difficile de remarquer les symptômes vous-même. Le goitre est presque inchangé.
  2. Thyrotoxicose ou hyperthyroïdie. Dans cette situation, les symptômes sont plus prononcés. Une personne se sent constamment mal à l'aise, de fréquents tremblements et des accidents vasculaires cérébraux irréguliers du muscle cardiaque.

Ces symptômes sont un signal pour un voyage urgent à la clinique. Faire quelque chose vous-même n'en vaut pas la peine. Le médecin donnera une direction pour l'analyse, puis tout deviendra clair. Si le diagnostic est confirmé, le traitement doit être instauré immédiatement pour éviter les complications.

Le taux d'anticorps anti-TSH chez les femmes ayant un enfant

Attitude envers les patientes enceintes plus attentive. Rien d’étonnant à ce qu’on leur attribue des réceptions permanentes, car il ne s’agit pas seulement de la santé de la future mère, mais aussi de celle de l’enfant.

Les experts suggèrent que cette analyse pour les femmes dans la situation devrait être effectuée régulièrement. Chez le fœtus en développement, la glande thyroïde ne fonctionnant pas avant la naissance, une double charge est appliquée sur l’organe de la mère.

Une augmentation de cette hormone chez une future mère peut être provoquée par:

  • traitement à l'iode radioactif;
  • risque accru d'hyperthyroïdie;
  • utilisation dans le traitement des médicaments thyréostatiques;
  • chirurgie due à des problèmes de goitre toxique.

Si vous soupçonnez une élévation des anticorps dirigés contre les récepteurs de la TSH, non seulement le don de sang est attribué, mais également des études simultanées permettant de réduire la quantité d'hormones. Une pathologie opportune et la bonne approche en matière de traitement peuvent protéger le fœtus contre diverses maladies.

Si la personne moyenne a un niveau normal d'anticorps anti-récepteur, la TSH est considérée comme étant comprise entre 0 et un, une valeur différente pour les femmes enceintes. Il peut varier de 0,2 à 3,6 unités.

Avec la déviation observée besoin d'une surveillance constante. Ce n'est qu'ainsi qu'il sera possible d'éviter des conséquences désagréables pour la mère elle-même et pour le futur bébé.

Les résultats pour les femmes enceintes peuvent être les suivants:

  1. Taux négatif, ce qui est inférieur à 1,6 unités.
  2. Le chiffre moyen, qui varie de 1,6 à 1,8 unités.
  3. Un chiffre positif qui dépasse la marque de 1,8 unités.

Quels sont les résultats de l’analyse des anticorps anti-TSH?

L'hormone de stimulation de la thyroïde (TSH) est une substance biologiquement active qui est synthétisée par l'hypophyse antérieure. Cette hormone est responsable du contrôle du fonctionnement des organes du système endocrinien, affectant directement la glande thyroïde. Lorsqu'il fait appel à un spécialiste des problèmes de poids, d'apparition d'irritabilité, d'insomnie, de fatigue, le médecin peut vous prescrire une analyse des "anticorps anti-récepteurs de la TSH". Qu'est-ce que c'est, pourquoi utiliser cette méthode de diagnostic, la norme et la pathologie sont discutés dans l'article.

Anticorps hormonaux

La glande thyroïde produit de la thyroxine et de la triiodothyronine. Ils ont presque le même effet, mais l'activité de la seconde est plusieurs fois supérieure. Les hormones affectent le métabolisme énergétique, augmentent la synthèse des protéines, interviennent dans la croissance, le développement et l'adaptation de l'homme aux changements de l'environnement externe. Les substances augmentent la sensibilité des tissus aux catécholamines, régulent la synthèse des hormones surrénaliennes et de l'hormone de croissance.

Une fois que la thyroxine et la triiodothyronine sont entrées dans le sang, l'hypophyse contrôle la quantité de TSH produite (en fonction du taux d'hormones thyroïdiennes). Plus leurs performances sont faibles, plus la TSH est synthétisée. Il existe à la surface de la glande thyroïde des récepteurs spéciaux sur lesquels agit l'hormone stimulant la thyroïde, démontrant ainsi sa fonctionnalité.

Dans le cas de perturbations immunitaires, le corps commence à synthétiser des anticorps anti-récepteur de la TSH (AT pour rTTG). Les anticorps sont des cellules spécifiques avec une direction spécifique. Leurs travaux incluent la liaison d'antigènes (substances considérées comme étrangères). Grosso modo, le système immunitaire humain commence à percevoir les récepteurs de la TSH comme des cellules à combattre.

Types d'anticorps

Les anticorps anti-TSH peuvent être de deux types:

  • ceux qui stimulent la synthèse des hormones thyroïdiennes;
  • ceux qui inhibent la production de substances à activité hormonale.

Il est impossible de déterminer quels anticorps dirigés contre les récepteurs de la TSH sont synthétisés. Selon l'analyse, le test permet de spécifier uniquement leur niveau. Parallèlement aux résultats, le spécialiste voit le tableau clinique de la maladie. Si les anticorps stimulant le récepteur de la TSH prévalent dans le sang des femmes ou des hommes, les symptômes parleront d'hyperfonctionnement de la glande thyroïde. Des niveaux élevés d’action bloquante des anticorps se manifestent par une synthèse insuffisante des hormones.

Quand une étude est prescrite

L'analyse de l'ATR TSH est présentée dans les conditions suivantes:

  • Symptômes de l'hypothyroïdie - faiblesse sans cause, augmentation importante du poids, susceptibilité élevée aux récepteurs du froid.
  • Maladie de Basedow - les anticorps agissent de manière stimulante, comme si le taux de TSH était élevé dans le corps. Accompagné par la nervosité, l'irritabilité, la tachycardie, l'arythmie, l'essoufflement, les yeux des insectes, l'hyperplasie de la glande thyroïde.
  • Diagnostic chez les femmes en âge de procréer, s’il est prouvé qu’il existe des antécédents de goitre diffus, de traitement par des préparations iodées ou par thyréostatique.
  • Etude de femmes enceintes présentant des signes d'hypothyroïdie.
  • Suivi de l'efficacité du traitement dans la dynamique.
  • Diagnostic des nouveau-nés si la mère avait des anticorps anti-récepteur de la TSH.

Préparation pour le matériel de clôture

Pour que les résultats soient corrects, vous devez vous préparer à l'analyse. Matériel de diagnostic - sang veineux prélevé à jeun. La nuit avant le dîner devrait être légère. Le matin, vous n'êtes autorisé à boire que de l'eau. Pendant la journée, vous devez arrêter de fumer, boire de l'alcool et faire un effort physique important.

Si le patient ne peut pas refuser 2 à 3 jours avant de passer le test de prise de médicaments pour les récepteurs anti-hormonaux, il est nécessaire d’informer le laboratoire des médicaments qui sont pris.

Interprétation des résultats

Pour le diagnostic utilisant le sérum du patient. Des solutions spécifiques contenant des antigènes y sont ajoutées. Des complexes antigène-anticorps se forment (les particules de solution et les anticorps se lient). Des particules fluorescentes spéciales sont ajoutées aux complexes, qui ont tendance à briller lorsqu'elles sont visualisées sous un photomultiplicateur. Il y a un comptage des indicateurs.

Le déchiffrement des réponses est effectué non par le personnel de laboratoire, mais par le médecin traitant du patient qui a prescrit l'analyse. Des tentatives indépendantes d’interprétation des indicateurs peuvent entraîner une agitation excessive et une interprétation incorrecte des données. Le répondant reçoit la réponse le lendemain.

Il existe plusieurs options pour les résultats de l'analyse des anticorps anti-TSH chez les femmes et les hommes (chiffres en UI / l):

  • jusqu'à 1,5 - résultat négatif, normal;
  • 1,5-1,75 - résultat intermédiaire, les anticorps sont augmentés, mais sont dans des limites acceptables, nécessitent des études supplémentaires;
  • Au-dessus de 1,75 - analyse de la réponse positive.

Un titre en anticorps supérieur à 10 UI / L indique un pronostic sévère et une évolution défavorable de la maladie. Les indicateurs qui atteignent 40 UI / l suggèrent que le patient ne peut pas s'attendre à ce que la rémission se développe dans un proche avenir.

Une diminution de moins de 2 fois dans le contexte du traitement semestriel est la preuve que la rémission obtenue sera courte.

Il y a des cas de résultats d'analyse faussement négatifs. Cela signifie qu'une personne est traitée avec des médicaments qui présentent un taux d'anticorps normal au moment de la prise de sang ou que le patient n'a pas été correctement préparé à la manipulation.

Anticorps chez les femmes enceintes

L'importance du diagnostic est d'empêcher l'entrée d'anticorps dans le corps du bébé, s'il a la mère. Les anticorps sont capables de pénétrer dans la barrière placentaire et ont un impact négatif sur la croissance et le développement du fœtus.

Il est particulièrement important de surveiller les performances au cours de la seconde moitié de la grossesse, lorsque la glande thyroïde de l'enfant fonctionne déjà de manière autonome. Il existe un risque énorme de développer une hyperthyroïdie néonatale.

Ne confondez pas les indicateurs d'anticorps et de TSH. L'hormone stimulant la thyroïde sur le fond de porter un enfant peut augmenter dans la plupart des cas, parce que le travail de la glande thyroïde se produit au maximum.

Parallèlement, les femmes peuvent se voir attribuer une définition des anti-TPO (anticorps anti-thyroperoxydase). La TPO est une enzyme synthétisée par la glande thyroïde. La destruction de ses anticorps entraîne une diminution de la production de thyroxine et de triiodothyronine.

Thérapies

Dans la plupart des cas, un traitement conservateur est utilisé. Spécialiste prescrit des cytostatiques. Les médicaments réduisent l'activité des anticorps et réduisent leur effet négatif sur la glande thyroïde. Grâce à l'utilisation de ces agents, les taux de thyroxine et de triiodothyronine reviennent à la normale. Les représentants du groupe de médicaments - Mercazolil, Methylthiouracil. Le propylthiouracile est prescrit pendant la période pendant laquelle on porte un enfant.

La radiothérapie est considérée comme efficace, parfois un traitement chirurgical. La thyroïdite auto-immune est traitée avec des moyens hormonaux de la glande thyroïde (L-thyroxin, Thyroxin, Thyroidin) et du cortex surrénalien (Prednisolone, Dexaméthasone).

Radiothérapie à l'iode radioactif

Non utilisé pour traiter les femmes enceintes. Avant de commencer le traitement, il faut arrêter de prendre des médicaments à base de thyroxine (pendant 1 mois) et de la triiodothyronine (pendant 10 à 12 jours), ainsi que de suivre un régime sans iode pendant plusieurs semaines avant le début du traitement. Le même régime devrait être suivi pendant 14 jours après la procédure.

Il est nécessaire de limiter l'apport dans le régime alimentaire:

  • des fruits de mer;
  • produits laitiers et produits laitiers fermentés;
  • œufs de poule;
  • soja;
  • produits de boulangerie, composés d'agents de conservation à base d'iode;
  • les haricots;
  • restauration rapide;
  • nourriture en conserve;
  • la verdure.

On prescrit au patient des préparations d'iode radioactif (I-131). L'effet est basé sur le fait que l'iode détruit les anticorps, les reconnaissant comme des agents étrangers, mais que, dans le même temps, les tissus thyroïdiens sains peuvent être irradiés. Ce type de traitement n’est pas dangereux pour les autres organes, car les particules du médicament radioactif pénètrent dans les tissus jusqu’à une profondeur de 0,2 cm.

La détection rapide des anticorps et la mise en place d'un traitement adéquat permettront au patient de recevoir un pronostic favorable pour l'évolution de la maladie et de la vie.

Quel est anti TPO? Que faire lorsque les anticorps anti-thyroperoxydase sont élevés?

Souvent, les résultats des tests sanguins sont déroutants. Par exemple, le taux d'anti-TPO est élevé - qu'est-ce que cela signifie, quel est son dangerosité pour la santé et est-il nécessaire de traiter cette affection? Une augmentation de l'indicateur quantitatif AT TPO indique la présence de maladies auto-immunes de la glande thyroïde.

Que signifie anti-TPO?

La glande thyroïde (la glande thyroïde), le plus grand organe du système endocrinien, produit les hormones thyroïdiennes thyroxine T4 et triiodothyronine T3, qui assurent le fonctionnement de tous les systèmes de l'organisme, en particulier les systèmes nerveux et cardiovasculaire, régulant l'activité métabolique au niveau cellulaire. Le fonctionnement des T3 et T4 et leur pénétration dans le sang fournissent de l'iode qui pénètre dans l'intestin de l'extérieur (avec de la nourriture et de l'eau).

Dans le processus biochimique complexe, de l’infiltration d’iode à la synthèse de T3 et de T4, les antigènes thyroïdiens, la thyroglobuline et la peroxydase thyroïdienne (TPO) sont directement impliqués. Ainsi, pour assurer le fonctionnement normal de la glande thyroïde, un apport optimal en iode est nécessaire.

S'il existe des auto-anticorps dirigés contre les antigènes thyroïdiens (de la fraction microsomale) dans le sang humain, la régulation de la fonction thyroïdienne est violée. Le fait est que les auto-anticorps peuvent avoir un effet stimulant supplémentaire sur la glande thyroïde, en contribuant à une augmentation de la concentration en hormones thyroïdiennes, ce qui provoque le développement d'un goitre toxique. Ou, au contraire, perturber l'oxydation de l'iode en "actif", ce qui entraîne sa faible teneur en thyroglobuline, une diminution de la T4 et, par conséquent, le développement d'une thyroïdite auto-immune ou de la maladie de Hashimoto.

Les anti-tpo sont des auto-anticorps dirigés contre la péroxydase thyrocytaire, utilisés dans la pratique du diagnostic clinique comme marqueur des maladies auto-immunes de la glande thyroïde.

Les normes du contenu de AT TPO dans le sang (tableau)

La valeur zéro dans le test sanguin pour les anticorps anti-thyroperoxydase est la norme. Tableau de valeurs de AT TPO.

Causes de l'augmentation de l'anti-TPO

Le porteur d'autoanticorps anti-thyroperoxydase est un défaut déterminé génétiquement. La détection d'anticorps dirigés contre des agents thyroïdiens dans le sang ne signifie pas toujours qu'une personne a une maladie thyroïdienne auto-immune, mais cet indicateur est un facteur de risque pour leur développement. Sur la pathologie de la glande thyroïde, nous ne parlons que dans le cas où les valeurs acceptables de la TPO sont dépassées.

Affections associées à une augmentation de l'antithyroperoxydase:

  • thyroïdite auto-immune chronique;
  • thyroïdite post-partum;
  • Maladie de Basedow.

Pour un diagnostic plus précis des maladies auto-immunes, des recherches supplémentaires sont nécessaires: échographie de la thyroïde, détermination du niveau d'hormones TSH, T3 et T4.

Symptômes et causes des maladies auto-immunes

Principes de traitement des maladies auto-immunes

Les tactiques thérapeutiques sont déterminées par le médecin après le diagnostic correct, qui consiste notamment à déchiffrer les tests permettant de déterminer le contenu en hormones thyroïdiennes, à examiner physiquement et physiquement la glande thyroïde et à traiter les plaintes des patients. Les maladies de nature auto-immune présentent certaines caractéristiques diagnostiques:

  1. Thyroïdite chronique - augmentation du niveau d'AT TPO, modifications destructrices de la glande thyroïde.
  2. Maladie de Basedow - augmentation du volume de la thyroïde, augmentation de T4 et T3, augmentation des anticorps anti-TPO et des récepteurs de la TSH. TTG lui-même est déclassé.
  3. Thyroïdite post-partum - autoanticorps anti-TPO surpuissants, altération de la fonction thyroïdienne.

Le traitement de la thyroïdite auto-immune est généralement conservateur et vise à éliminer l'hypothyroïdie et à en prévenir le développement. À cette fin, l'hormonothérapie est prescrite pour une durée de 2,5 à 3 mois. Une intervention chirurgicale est indiquée en cas de croissance continue du goitre.

En cas de maladie de Graves, le traitement chirurgical est presque toujours indiqué. La pharmacothérapie est une préparation à la chirurgie et consiste à prendre des préparations hormonales ayant une activité antithyroïdienne.

Indications pour l'analyse d'Anti TPO

La définition d'Anti-TPO n'est pas incluse dans la liste des examens de diagnostic obligatoires pour l'examen clinique, la décision quant au moment d'effectuer l'analyse étant prise par l'endocrinologue si vous suspectez des anomalies de la thyroïde chez un patient.

La thyroïdite auto-immune primaire est diagnostiquée chez des patients atteints d'hypothyroïdie avec ses symptômes caractéristiques. Au début, les patients se plaignent de baisse de concentration, de faiblesse, d'apathie et d'altération de la mémoire. Au fur et à mesure que la maladie progresse, des signes plus informatifs apparaissent:

  • perte de poids anormale;
  • gonflement du visage et des membres inférieurs;
  • intolérance au froid;
  • amincissement des cheveux, ongles cassants;
  • violation du cycle menstruel chez la femme ou absence de menstruation;
  • infertilité;
  • cholélithiase.

En cas d'hypothyroïdie prolongée, le visage du patient acquiert un aspect caractéristique de la maladie (myxoedémateux): gonflement, faiblesse du mimétisme, aspect aliéné, peau de couleur jaunâtre. Dans une étude de diagnostic, des auto-anticorps anti-TPO élevés sont déterminés lors de l'analyse du sang de ces patients.

Le tableau clinique du goitre toxique présente des signes plus prononcés:

  • goitre;
  • la tachycardie;
  • perte de poids importante avec un appétit sain;
  • oeil de bogue;
  • troubles émotionnels: larmoiement, irritabilité;
  • insuffisance cardiaque;
  • faiblesse des muscles des membres.

Les premiers symptômes prononcés de la maladie de Basedow (Graves) apparaissent plusieurs mois avant le diagnostic: insuffisance cardiaque et modifications oculaires.

Quel est le danger d'augmenter AT TPO pendant la grossesse et après l'accouchement?

Une thyroïdite auto-immune se développe chez 50% des femmes porteuses d'autoanticorps dirigés contre la peroxydase des thyrocytes après l'accouchement et après un avortement. L’augmentation des anticorps est due à la réaction accrue du système immunitaire après l’accouchement après l’inhibition naturelle de l’immunité pendant la grossesse.

La thyroïdite post-partum se manifeste chez une femme environ 3 mois après la naissance et commence par une légère augmentation des hormones thyroïdiennes, qui se traduit par une fatigue et une perte de poids. Après 6 mois, les niveaux de T3 et de T4 diminuent et une hypothyroïdie se développe, accompagnée de symptômes caractéristiques de la dépression postpartum.

Les anticorps maternels anti-thyroperoxydase peuvent pénétrer dans le fœtus par le placenta et provoquer une hypothyroïdie intra-utérine. Cependant, chez la plupart des enfants, les auto-anticorps disparaissent 2 mois après la naissance. Ce facteur n’est pas une contre-indication à la grossesse chez les femmes atteintes d’AT TPO. Cependant, durant la période de gestation de la future mère, un endocrinologue doit veiller à la prévention de l’hypothyroïdie, car une diminution des hormones thyroïdiennes chez la femme enceinte peut entraîner de graves troubles du développement du système nerveux chez le fœtus.

L’analyse pour la détermination des autoanticorps anti-TPO pendant la grossesse devrait être effectuée par toutes les femmes dont l’hérédité est lourde.

Les anticorps contre les récepteurs de la TSH - de quoi s'agit-il? Norme de thyrotropine, analyse et décodage

La TSH ou hormone stimulant la thyroïde est produite par la partie pituitaire du cerveau. Cela affecte le système endocrinien. Il affecte la santé de la glande thyroïde. Les anticorps anti-récepteur de la TSH sont des composés protéiques. Ils sont produits lorsque le corps a besoin de l'action de l'hormone et augmentent la génération de thyrotropine. En quoi consiste cette analyse de la présence d’anticorps dirigés contre les récepteurs de la TSH, que signifie une augmentation de l’indice, comment l’étude est-elle décodée? Qu'est-ce qu'une augmentation du niveau d'anticorps? Parlons-en ci-dessous.

Anticorps dirigés contre les récepteurs de la thyrotropine

Les anticorps agissent sur les récepteurs de la TSH, ce qui les fait mourir. Les récepteurs sont des terminaisons nerveuses, dans ce cas, à la surface des cellules thyroïdiennes. Les anticorps dirigés contre les récepteurs de la TSH sont produits en augmentant la formation des hormones TSH, T3 et T4, ou en les réduisant. Mais trop ou trop peu d'hormones, c'est mauvais. Un écart par rapport à la norme indique une violation du corps.

L'immunité humaine produit des anticorps en cas de menace pour la santé. Un petit quelque chose commence à fonctionner de manière incorrecte, des anticorps sont produits. Dans notre cas, les récepteurs sont perçus comme des cellules avec lesquelles le corps doit se battre.

La TSH affecte la production de tyrosine et de triiodothyronine. Si ces hormones sont produites un peu, la production de TSH est augmentée. Si la teneur en TSH augmente, la production des principales hormones thyroïdiennes, la triiodothyronine et la tyrosine, augmente. Lorsqu'une grande quantité d'hormones thyroïdiennes diminue la production de TSH.

La tyrosine et la triiodothyronine sont les principaux produits de la glande thyroïde. Leur métabolisme dépend du corps. Ils affectent le bien-être et l'humeur d'une personne. La principale hormone est produite à partir de la thyroglobuline. La thyroïde contient des follicules remplis de thyroglobuline. La thyroglobuline se décompose en 2 parties - les atomes de thyroxine et d'iode.

Les anticorps anti-récepteurs hormonaux stimulant la thyroïde sont de trois types: ils stimulent la formation d’hormones, inhibent leur production et affectent la TSH produite. Dans ce dernier cas, il y a une défaillance de la glande. Dans l'étude du sang du patient ne peut pas dire quels anticorps sont augmentés ou diminués. Toutefois, si les symptômes d'hyperfonctionnement de la glande thyroïde sont très élevés en anticorps anti-récepteurs de la TSH, le nombre d'anticorps du premier type est augmenté et, en cas de signes de dysfonctionnement de la thyroïde, des anticorps du deuxième ou du troisième type sont produits.

Quand un test d'anticorps est-il prescrit?

Si l'on soupçonne que la TSH du patient est élevée ou diminuée, le médecin vous prescrira un test pour les anticorps anti-récepteur de la TSH. La recherche est nécessaire dans les cas suivants:

  1. Un dosage des anticorps anti-récepteur de la TSH est prescrit aux femmes enceintes des 3 mois précédant la naissance d'un bébé, si la femme a déjà souffert d'une maladie de la thyroïde. L'étude aidera le médecin à déterminer la probabilité d'une maladie de la thyroïde chez un bébé.
  2. Dans le traitement de la maladie de Graves. Il se caractérise par une augmentation du volume de la thyroïde en raison de l'excès de la quantité d'hormones produites par celle-ci. L'analyse nous permet de conclure à l'efficacité du traitement.
  3. Les femmes enceintes prélèvent du sang pour analyse s’il existe des signes d’activité insuffisante de la thyroïde.
  4. Le test est prescrit aux nouveau-nés lorsqu'un AT du récepteur de la TSH est détecté chez leur mère.
  5. Lorsque la thyrotoxicose (production excessive d'hormones par la glande thyroïde), l'analyse aide à développer des tactiques de traitement. Dans le même temps, des diagnostics supplémentaires sont nécessaires pour identifier les causes de la maladie.

Le spécialiste recommandera le test d'ATTG si le patient se plaint d'irritabilité sans cause, d'anxiété, d'insomnie, si le patient subit un changement radical de poids, en présence de maladies cardiovasculaires.

Préparation à l'analyse

Aucune préparation à des événements spéciaux pour l'analyse d'anticorps dirigés contre le récepteur de la TSH n'est requise. Vous devez juste vous rappeler quelques règles:

  • A la veille de l'étude, ne consommez pas d'aliments gras, épicés, sucrés ou salés;
  • Ne prenez pas de boissons alcoolisées;
  • Le jour de l'étude, il n'est pas souhaitable de fumer, mais il est permis de fumer au plus tard 2 heures avant le prélèvement sanguin;
  • Ne prenez pas de médicaments le soir et le jour de l'examen;
  • À la veille exclure l'effort physique;
  • Venez au laboratoire l'estomac vide le matin.

Le fait est que le contenu de TSH varie au cours de la journée. La plus grande quantité de thyréotropine peut être déterminée à 4 heures du matin. En soirée, il est réduit.

Pour obtenir le résultat, prenez l'analyse du sérum du sang veineux. Il ajoute des antigènes. Les antigènes se lient aux anticorps. Pour faciliter le comptage, des patchs lumineux sont ajoutés au sang testé avec les antigènes. Ensuite, au microscope, il est facile de déterminer le nombre d’anticorps.

Analyse de décodage

Pour déchiffrer et former des conclusions, il est nécessaire de connaître les normes des anticorps anti-récepteurs de la TSH. La limite inférieure de l'indicateur de bordure est de 1,6 Me / l, la limite supérieure de 2,0 Me / l. Chez les femmes enceintes, les anticorps anti-récepteurs de la TSH sont généralement plus élevés. Si l'indicateur est inférieur à 1,6, le résultat est considéré comme négatif. En présence d'anticorps en quantité supérieure à 2,0, le résultat est positif. Le taux de thyroglobuline est un indicateur inférieur à 56 ng / ml. L'analyse de la thyroglobuline peut indiquer la taille de la glande thyroïde, son degré d'activité, la présence de processus inflammatoires.

Une augmentation du résultat de l'étude de l'hypertension artérielle à la TSH supérieure à la norme peut parler de pathologie. Le spécialiste prescrit des examens supplémentaires et établit ensuite un diagnostic.

Indicateur d'excès par rapport à la norme

Les causes les plus courantes de l'augmentation de l'hormone TSH sont:

  1. Augmentation de la thyroïde due à la maladie de Graves. Dans ce cas, les symptômes peuvent être flous - le goitre n’est pas trop gros, les signes d’hyperfonctionnement thyroïdien sont absents ou insignifiants. Par conséquent, en cas de suspicion de la maladie, il est important de poser un diagnostic éclairant.
  2. L'hyperthyroïdie est la production accrue d'hormones thyroïdiennes. Les symptômes de la maladie entraînent une instabilité psychologique - humeur agitée, irritabilité déraisonnable, frissons. Un autre dysfonctionnement du système cardiaque est également caractéristique.
  3. Utilisation dans le traitement de l'iode radioactif.
  4. Les anticorps anti-TSH sont également augmentés dans le traitement des médicaments thyréostatiques.
  5. Chirurgie sur le goitre.

Il est nécessaire de faire des tests sur les anticorps anti-hormones thyroïdiennes. Pour clarifier la présence d'une maladie particulière, le spécialiste prescrit une étude sur les hormones TSH, T3 et T4 communes et libres, AT de la thyroglobuline, AT de la thyropéroxydase, la calcitonine. Avec une augmentation de AT à rTTG, un traitement est nécessaire.

Normalisation de l'AT élevé

Pour réduire l'activité de la thyroïde, un spécialiste peut prescrire des médicaments à base de méthylthiouracile ou de mercazolil. Ces agents réduisent l'activité de l'action des anticorps sur les récepteurs de la thyroïde. Toujours appliquer un traitement à l'iode radioactif.

En cas d'apparition de goitre thyrotoxique diffus, il est parfois nécessaire de recourir à la chirurgie. Mais pour ne pas porter l'affaire en salle d'opération, il vaut mieux prévenir la maladie.

Si la valeur du nombre d'anticorps est supérieure à 10 Me / l, il est probable qu'une maladie grave nécessitant un traitement immédiat. Pour prévenir la maladie de Graves, il est nécessaire de traiter rapidement les maladies virales infectieuses. De plus, vous devez consommer en permanence des produits contenant de l'iode. Il s’agit, par exemple, de ne plus utiliser que du sel iodé.

Pour poser un diagnostic correct, il est judicieux de consulter un immunologiste qui connaît tout des anticorps. L'autodiagnostic et le traitement sans prescription médicale sont dangereux.

Le taux d'anticorps pour les femmes enceintes

Pendant la grossesse, il est nécessaire de contrôler le volume d’anticorps anti-rTTG dans le corps de la mère, en veillant à ce que les anticorps ne pénètrent pas dans le corps du bébé, au-delà de la valve placentaire. Ils peuvent avoir un impact négatif sur la croissance et le développement du nourrisson.

Au cours des 4,5 derniers mois de la grossesse, la propre glande thyroïde du bébé commence à fonctionner dans l’utérus et il convient de veiller à ce qu’elle ne commence pas d’hyperthyroïdie (augmentation de la fonction thyroïdienne et production excessive d’hormones).

La norme d'anticorps anti-TSH chez la femme enceinte est comprise entre 0,2 et 3,6 Me / l. Un taux plus élevé indique la nécessité d'un traitement.

Dans le même temps, il est nécessaire de comprendre que l'anti-TSH et simplement la TSH sont des indicateurs différents. La thyrotropine peut être améliorée car le développement du nourrisson nécessite un accroissement de toutes les ressources de la mère. Il est souvent suggéré de faire un autre test pour les anticorps anti-thyroperoxydase. Ces anticorps peuvent réduire la production des principales hormones thyroïdiennes, la thyroxine et la triiodothyronine.

En tant que cytostatiques, le propylthiouracile est prescrit aux femmes enceintes. Le dosage du médicament et la fréquence de sa réception sont déterminés par le médecin. Il est plus dangereux pour les femmes enceintes que d’être traité seul.

Diagnostic des maladies auto-immunes de la glande thyroïde

Diagnostic des maladies auto-immunes de la glande thyroïde

Les maladies de la glande thyroïde sont les plus courantes parmi toutes les maladies auto-immunes. À ce jour, une douzaine d'auto-anticorps spécifiques d'organes contre divers antigènes de la thyroïde apparaissant dans la circulation systémique dans la thyroïdite auto-immune et le goitre toxique diffus ont été étudiés. Les composants les plus connus de la glande thyroïde (antigènes), auxquels se développent des réactions immunitaires similaires et la production d'anticorps, sont la thyroglobuline (TG) et l'enzyme thyroïde peroxydase (TPO) et le récepteur à la TSH. En l'absence d'un rôle de diagnostic absolu pour la détermination séparée des anticorps, ces marqueurs sériques doivent toujours être étudiés dans le complexe anti-TG + anti-TPO. De nombreux patients ne présentent que des taux élevés d’anti-TPO, et parfois d’anti-TG. Les principales maladies auto-immunes de la glande thyroïde sont les suivantes: maladie de Hashimoto, myxoedème primaire, maladie de Graves (souvent associée à une ophtalmopathie endocrinienne et à d'autres maladies asymptomatiques, telles que la thyroïdite post-partum.

Anticorps anti-thyroglobuline (anti-TG)

Anti-TG est un anticorps dirigé contre le précurseur d'hormone thyroïdienne. Ils se lient à la thyroglobuline, perturbant la synthèse des hormones et provoquant ainsi une hypothyroïdie. La détermination des anticorps anti-TG vise à évaluer la gravité des réactions auto-immunes dans les maladies de la glande thyroïde. Une augmentation de leur niveau est détectée dans la plupart des cas de thyroïdite de Hashimoto, de la maladie de Graves et de myxœdème idiopathique. Pour évaluer les résultats de l'étude, la ligne dite «limite» de 70 UI / ml est d'une grande importance et sert à différencier les patients présentant un état euthyroïdien et les patients atteints de thyroïdite de Hashimoto et de Graves. Les anticorps anti-thyroglobuline se trouvent chez les patients atteints d'un cancer de la thyroïde en présence de métastases régionales.

Anticorps anti-peroxydase thyroïdienne (anti-TPO)

La TPO est la principale composante antigénique de l'antigène microsomal de la thyroïde. Il s'agit d'une protéine faiblement glycosylée contenant de l'hème qui joue un rôle important dans le processus d'iodation de la thyroglobuline et dans la synthèse des hormones thyroïdiennes. Avant que l’iodure pénétrant dans la glande thyroïde ne soit utilisé pour synthétiser des hormones thyroïdiennes, il doit être oxydé en forme active à l’aide de thyroperoxydase et de peroxyde d’hydrogène. L'iodure (I +) ainsi activé est capable d'ioder la molécule de tyrosine pour former de la monoïodotyrosine (MIT) ou de la diiodotyrosine (DIT). La détermination d'anticorps anti-TPO comparée à celle d'anticorps anti-fraction microsomique présente de nombreux avantages en raison de la présence d'antigènes thyroïdiens et d'auto-anticorps interférents dans la fraction microsomique, ainsi que de faibles quantités de thyroglobuline.

L'inhibition de l'activité de la peroxydase par des auto-anticorps spécifiques (anti-TPO) réduit la synthèse des hormones thyroïdiennes et conduit donc à une hypothyroïdie. En particulier en fin de grossesse, la détermination des anticorps thyroïdiens peut constituer un test diagnostique utile pour le diagnostic précoce de l'hypothyroïdie survenant après l'accouchement (maladie post-partum de Hashimoto).

Les anticorps anti-TPO sont présents dans le sérum des patients atteints de thyroïdite goitre et atrophique ou de thyréotoxicose primitive. Les concentrations les plus élevées sont présentes chez les patients présentant des variantes fibreuses et oxyphiles du goitre de Hashimoto. Il existe actuellement une corrélation entre la teneur sérique en anti-TPO et le degré de diminution de l'échogénicité des tissus thyroïdiens par ultrasons, ce qui indique la présence de tissu lymphoïde diffus.

L'apparition simultanée d'autoanticorps anti-TG et anti-TPO semble être liée à leur association fonctionnelle. Les résidus de tyrosine dans la molécule de thyroglobuline en tant que protéine précurseur des hormones thyroïdiennes T3 et T4 sont iodés avec la participation de la peroxydase thyroïdienne (TPO). La TSH stimule la synthèse et la sécrétion d'hormones thyroïdiennes en étroite coopération avec d'autres protéines. Cette circonstance permet l'apparition simultanée de tous ces anticorps.

Les titres les plus élevés d’autoanticorps thyroïdiens ont été observés chez des patients atteints de la maladie de Hashimoto. La concentration en anticorps anti-thyroglobuline dans cette maladie dépasse le titre en anticorps anti-TPO, tandis que chez les patients atteints de la maladie de Graves, un taux élevé d'anticorps anti-TPO est détecté. De plus, ces maladies sont caractérisées par de fortes concentrations d'anticorps dirigés contre le récepteur de la TSH.

Anticorps contre les récepteurs de la TSH

Les récepteurs de la TSH sont des protéines régulatrices intégrées dans la membrane de la cellule thyroïdienne, affectant à la fois la synthèse et la sécrétion d'hormones thyroïdiennes et la croissance cellulaire. Ils lient spécifiquement la TSH hypophysaire et assurent la réalisation de son action biologique. La raison du développement d'un goitre toxique diffus (maladie de Graves) est l'apparition dans le sang de patients atteints d'immunoglobulines spécifiques - des autoanticorps spécifiquement concurrents de la TSH pour la liaison aux récepteurs thyroïdiens et capables d'exercer un effet stimulant sur la glande thyroïde, similaire à la TSH. La détection d'un taux élevé d'autoanticorps anti-TSH dans le sang de patients atteints de la maladie de Graves est un facteur pronostique de récurrence de la maladie (sensibilité de 85% et spécificité de 80%). Le transfert placentaire de ces anticorps est l'une des causes de l'hyperthyroïdie congénitale chez le nouveau-né si la mère est atteinte de la maladie de Graves. Pour obtenir des preuves du caractère réversible de la maladie, une surveillance en laboratoire est nécessaire afin d’établir l’élimination des anticorps du récepteur aux récepteurs de la TSH. La disparition des anticorps chez un enfant après l’atteinte de l’euthyroïdisme à des fins médicales et l’élimination du goitre serviront de base à la décision d’arrêter le traitement médicamenteux. Des auto-anticorps dirigés contre les récepteurs de la TSH en quantités accrues peuvent être trouvés chez les patients atteints de goitre de Hashimoto, souffrant de thyroïdite subaiguë. Le taux d'autoanticorps est progressivement réduit pendant le traitement médicamenteux de ces maladies ou après la thyroïdectomie, ce qui peut être utilisé pour contrôler l'efficacité du traitement.

Ainsi, au stade initial de l'examen des patients, il est nécessaire de déterminer les niveaux de TSH, de T4 libre (T3 moins communément libre), de prolactine et d'anticorps contre la thyroglobuline et la peroxydase thyroïdienne, une pathologie auto-immune étant détectée dans certaines maladies de la thyroïde.

Vous Pouvez, Comme Pro Hormones