Les maladies de la glande thyroïde affectent toutes les fonctions du corps. Les plaintes de patients atteints d'hypothyroïdie et de thyréotoxicose peuvent être non spécifiques ou totalement absentes. Pour un diagnostic précis et le contrôle du traitement des maladies du tissu thyroïdien, des tests de laboratoire sont effectués - des tests pour des hormones et des anticorps.

Recherche fondamentale sur les maladies de la thyroïde:

  • la thyrotropine;
  • thyroxine (libre);
  • thyroxine (totale);
  • triiodothyronine (libre);
  • triiodothyronine (générique);
  • la thyréoglobuline;
  • anticorps anti-thyroglobuline, thyroperoxydase, récepteurs de la TSH;
  • la calcitonine.

Dans différents laboratoires, les normes (valeurs de référence) de ces indicateurs peuvent différer légèrement en fonction de la méthode de détermination et des réactifs.

Thyrotropine (TSH)

Le taux de TSH de 0,4 à 4 mUI / l chez les adultes et les enfants de plus de 7 ans. Chez les nouveau-nés, la thyrotropine devrait être comprise entre 1,1 et 17 mIU / l, chez les nourrissons de moins d'un an, entre 0,6 et 10 mIU / l et entre un an et le bébé de 0,6 à 7 mUI / l.

Le taux de TSH chez les femmes enceintes de 0,4 à 2,5 mUI / l au premier et au deuxième trimestre, de 0,4 à 3 mUI / l au troisième trimestre.

La thyrotropine est un marqueur majeur de la fonction thyroïdienne. Dans de nombreux cas, il est utilisé pour le dépistage.

La TSH est produite dans la glande pituitaire. Cette hormone tropique régule les cellules de la glande thyroïde. La thyrotropine stimule la sécrétion d'hormones thyroïdiennes (T3 et T4), l'hypertrophie et l'hyperplasie des thyrocytes.

Si la maladie de la glande thyroïde est supérieure à la normale, le patient est diagnostiqué avec une hypothyroïdie primaire - un manque d'hormones thyroïdiennes.

Cette condition se développe:

  • après traitement (extirpation du tissu thyroïdien ou traitement par radio-isotopes);
  • dans la thyroïdite auto-immune chronique;
  • avec goitre endémique;
  • avec des troubles congénitaux;
  • avec une surdose de thyréostatique.

Si la TSH est inférieure à la normale, on parle alors d'hyperthyroïdie primaire (thyrotoxicose) - un excès des principales hormones thyroïdiennes.

Cette condition peut être causée par:

  • goitre toxique diffus;
  • adénome thyroïdien toxique;
  • goitre toxique nodulaire;
  • thyroïdite subaiguë et thyroïdite auto-immune dans les premiers stades;
  • surdosage de pilules pour traitement hormonal substitutif.

La pathologie de l'hypophyse provoque une modification de la TSH. Dans de tels cas, une faible TSH est un signe d'hypothyroïdie secondaire. Cette maladie peut être due à une intervention chirurgicale, à une radiothérapie, à une tumeur maligne ou bénigne du cerveau.

Un taux élevé de TSH dans la pathologie de l'hypophyse est un signe de thyréotoxicose secondaire. Cette affection rare survient dans certaines tumeurs cérébrales (adénome hypophysaire).

Thyroxine libre (St. T4)

Le niveau normal est de 0,8 à 1,8 pg / ml (de 10 à 23 pmol / l). Il est produit par les thyrocytes à l'aide d'iode moléculaire. Sa synthèse est renforcée par l'action de la TSH. T4 libre a une activité fonctionnelle relativement faible. À la périphérie et dans le tissu thyroïdien, il se transforme en T3 actif.

Action Libre T4:

  • augmente la production de chaleur;
  • augmente le taux métabolique;
  • augmente la sensibilité du myocarde aux catécholamines;
  • augmente les niveaux de sucre dans le sang.

Un T4 libre faible est un signe d'hypothyroïdie.

La raison de cette condition:

  • destruction du tissu thyroïdien (au cours d'un traitement radical ou au cours d'un processus auto-immunitaire);
  • carence prolongée en iode;
  • dommages à la glande pituitaire.

Une T4 libre élevée est un signe de thyrotoxicose.

  • goitre toxique diffus;
  • goitre toxique (nodulaire ou multinodulaire);
  • adénome thyroïdien autonome toxique, etc.

Thyroxine totale (T4 total)

Le taux de T4 totale est compris entre 5,5 et 11 ng / ml ou (dans les autres unités de mesure) entre 77 et 142 nmol / l. Cette analyse est moins informative que T4 gratuit. L'étude évalue également les taux de thyroxine. La précision dépend de la concentration de protéines sanguines, des comorbidités et de l'état du foie.

La thyroxine commune n'est utilisée qu'à titre d'étude supplémentaire.

Triiodothyronine libre (St. T3)

Le taux de triiodothyronine libre est compris entre 3,5 et 8,0 pg / ml (entre 5,4 et 12,3 pmol / l). Cette hormone active de la glande thyroïde est produite à 10% par des thyrocytes et à 90% par la thyroxine dans les tissus périphériques.

Action Libre T3:

  • activation du système nerveux central;
  • augmentation de la consommation de calories;
  • augmentation du métabolisme;
  • une augmentation du nombre de battements de coeur par minute;
  • augmentation de la pression artérielle, etc.

Une élévation du taux de T3 libre survient dans les cas de thyrotoxicose d'étiologies diverses et diminue dans les cas d'hypothyroïdie.

Le plus souvent, des troubles sans T3 sont observés chez les personnes âgées et avec une carence prolongée en iode.

Triiodothyronine totale (T3 total)

Le taux de triiodothyronine totale est compris entre 0,9 et 1,8 ng / ml. Ou selon une autre échelle de mesure - de 1,4 à 2,8 nmol / l. Cette analyse est facultative. Il évalue le niveau de triiodothyronine dans le sang avec moins de précision que le T3 libre.

L'exactitude de l'analyse dépend de nombreux facteurs: maladies somatiques et mentales concomitantes, concentration de protéines sanguines, régime alimentaire.

Tireoglobuline

Le dosage des hormones thyroïdiennes est complété par des recherches sur la thyroglobuline. Normalement, la concentration de cette protéine dans le sang varie de 0 à 50 ng / ml. Après une intervention chirurgicale radicale sur la glande thyroïde (extirpation), cet indicateur doit être inférieur à 1-2 ng / ml.

La thyroglobuline est une protéine colloïde spécifique des cellules de la glande thyroïde.

Un niveau élevé de substance indique la destruction des thyrocytes. Par exemple, dans la thyroïdite auto-immune chronique, la thyroïdite subaiguë, etc.

L'apparition de thyroglobuline dans le sang après un traitement radical indique une récurrence de la maladie (oncologie de la glande thyroïde).

Anticorps contre la thyroglobuline (AT-TG)

Normalement, les anticorps anti-thyroglobuline sont détectés ou détectés à de faibles concentrations (jusqu'à 100 mU / l).

Les AT-TG sont des immunoglobulines dirigées contre la protéine colloïde des thyrocytes.

L'augmentation de la concentration d'anticorps anti-thyroglobuline se retrouve dans toutes les maladies auto-immunes de la glande thyroïde.

La raison du taux élevé d'AT-TG peut être:

  • Maladie de Graves;
  • thyroïdite auto-immune chronique;
  • thyroïdite post-partum, etc.

Les hormones thyroïdiennes changent plus tard dans les processus auto-immunes que les anticorps apparaissent. Ainsi, ces indicateurs peuvent être considérés comme un marqueur précoce de la maladie.

Anticorps anti-thyroperoxydase (AT-TPO)

Normalement, les anticorps anti-thyroperoxydase doivent présenter un titre faible (jusqu’à 30–100 mU / l) ou être absents.

Ce type d'anticorps est dirigé contre l'enzyme thyroïdienne impliquée dans la synthèse de la thyroxine et de la triiodothyronine.

Un taux élevé d’AT-TPO se retrouve dans toutes les maladies auto-immunes du tissu thyroïdien. De plus, dans 25% des cas, cet indicateur est augmenté chez les personnes sans pathologie de la glande thyroïde.

Des hormones thyroïdiennes à des valeurs élevées d'AT-TPO peuvent correspondre à une hypothyroïdie (avec thyroïdite auto-immune chronique) ou à une thyréotoxicose (avec goitre toxique diffus).

Anticorps contre les récepteurs de la TSH

Cet indicateur spécifique est utilisé pour détecter la maladie de Graves.

Chez les enfants et les adultes, les anticorps dirigés contre le récepteur de la TSH (AT-pTTG) se trouvent normalement dans les titres faibles - jusqu'à 4 U / L. Pour le diagnostic et le contrôle du traitement, l'interprétation des paramètres AT-rTTG est utilisée: de 4 à 9 U / l - résultat douteux, plus de 9 U / l - processus auto-immun actif.

AT-rTTG - sont des immunoglobulines qui sont en compétition pour les récepteurs de la cellule de la glande thyroïde avec l'hormone thyroïdienne de la glande pituitaire.

Les anticorps dirigés contre les récepteurs de la TSH ont un effet stimulant sur la thyroïde.

Un taux élevé d'AT-rTTG est un marqueur de la maladie de Graves. En certaines quantités, ces anticorps se retrouvent dans d'autres maladies thyroïdiennes auto-immunes.

Calcitonine

Le taux de cette hormone est de 5,5 à 28 nmol / l. Il n'appartient pas aux principales substances biologiquement actives de la glande thyroïde. La calcitonine est sécrétée par les cellules C du tissu thyroïdien.

L'hormone est un antagoniste de la parathormone.

  • réduit la concentration de calcium sanguin total et ionisé;
  • inhibe l'absorption du calcium dans le tube digestif;
  • augmente l'excrétion urinaire de calcium;
  • dépose du calcium dans le tissu osseux (augmente la minéralisation).

Des taux élevés de l'hormone sont observés dans les carcinomes médullaires de la thyroïde, avec la récurrence de ce type de cancer, avec l'oncologie d'autres organes (gros intestin, estomac, pancréas, sein).

Thyroperoxydase et ses anticorps: analyse, vitesse, causes d'augmentation

La thyroperoxydase (peroxydase thyroïdienne, TPO) est une enzyme clé de la biosynthèse des hormones thyroïdiennes.

La peroxydase thyroïdienne est une protéine transmembranaire glycosylée de type I produite dans la glande thyroïde. Il est synthétisé sur des polyribosomes, la glycosylation du noyau protéique de la molécule est dans le réticulum endoplasmique et la maturation de l'enzyme se termine par le complexe de Golgi. Une partie importante de l'enzyme se trouve sur la membrane périnucléaire, dans le réticulum endoplasmique et les vésicules intracellulaires. La thyroperoxydase mûrie est transportée au pôle apical des thyrocytes.

La thyroperoxydase catalyse l'iodation des résidus tyrosine de la thyroglobuline (une protéine produite par les cellules folliculaires de la glande thyroïde) et la fusion des iodothyrosines lors de la synthèse des hormones T3 (triiodothyronine) et T4 (thyroxine). La triiodothyronine et la thyroxine, à leur tour, sont importantes pour la régulation du métabolisme dans le corps.

Pour les réactions conduites par la Peroxydase thyroïdienne, l'iode, le peroxyde d'hydrogène et la thyroglobuline sont nécessaires. La réduction ou l’absence complète d’activité thyroperoxydase fait partie des causes de l’hypothyroïdie congénitale.

Une augmentation significative des anticorps anti-peroxydase thyroïdienne est observée dans la thyroïdite auto-immune (les valeurs peuvent dépasser 1000 U / l).

La peroxydase thyroïdienne est l'un des principaux antigènes des maladies auto-immunes de la glande thyroïde. Avec des pathologies telles que la thyroïdite de Hashimoto et la maladie de Graves (survenue avec une thyréotoxicose), il se produit une perte de tolérance immunologique à la TPO. Les marqueurs spécifiques de ces maladies sont les anticorps anti-thyroperoxydase (AT-TPO, anticorps anti-antigène de la fraction microsomale des thyrocytes).

Les anticorps dirigés contre la peroxydase thyroïdienne sont principalement produits par les lymphocytes B qui s’infiltrent dans la glande thyroïde. Le niveau d’anticorps reflète la gravité de l’infiltration lymphoïde. La prévalence des anticorps anti-TPO chez les individus sans altération de la fonction thyroïdienne est d'environ 26%.

Test de laboratoire sur le sang pour la recherche d'anticorps anti-thyroperoxydase

La détermination des anticorps anti-thyroperoxydase est la méthode la plus précise pour détecter les maladies auto-immunes de la glande thyroïde, y compris à ses débuts. Le diagnostic opportun et correct de 85% des cas de goitre toxique diffus et de 95% des cas de thyroïdite de Hashimoto est réalisé grâce à une étude très précise des auto-anticorps anti-peroxydase de la thyroïde.

Cette analyse est incluse dans le complexe de diagnostic examinant les fonctions de la glande thyroïde, ainsi que la détermination de la concentration en hormone stimulant la thyroïde, la triiodothyronine totale et libre et la thyroxine, la thyroglobuline, ainsi que des anticorps.

La détermination du niveau d'anticorps anti-TPO est réalisée chez les femmes à risque de grossesse, les anticorps pouvant traverser la barrière placentaire et influencer le développement de la glande thyroïde.

Le taux d'anticorps anti-thyroperoxydase est également vérifié en présence de symptômes indiquant une altération de la fonction thyroïdienne, en particulier une diminution ou une augmentation du taux d'hormones thyroïdiennes.

Si, après l'accouchement, on diagnostique une thyroïdite chez une femme et que des anticorps anti-peroxydase de la thyroïde sont détectés dans le sang, une étude similaire est également menée sur le nouveau-né, ceci est fait pour exclure cette pathologie de l'enfant ou la détecter tôt.

L'analyse est également prescrite pour identifier les causes de la pré-éclampsie chez la femme enceinte, de l'avortement spontané ou d'une naissance prématurée, des troubles menstruels, de la stérilité, ainsi qu'avant la fécondation in vitro.

Lors du traitement avec des préparations de lithium ou d'interféron, les anticorps anti-thyroperoxydase sont analysés, ces substances pouvant provoquer l'apparition de maladies thyroïdiennes chez les porteurs d'anticorps anti-TPO. L'étude montre l'utilisation à long terme de médicaments hormonaux, elle est répétée à intervalles réguliers afin de contrôler l'efficacité du traitement.

Le niveau d'anticorps anti-thyroperoxydase est également vérifié en présence de symptômes indiquant une altération de la fonction thyroïdienne, en particulier une diminution (prise de poids, constipation, fatigue chronique, peau sèche, perte de cheveux, sensibilité accrue au froid) ou accrue (transpiration accrue, tachycardie, exophtalmie, perte de poids non motivée, troubles du sommeil, anxiété) le niveau d’hormones thyroïdiennes.

Le sang pour l'analyse des anticorps anti-thyroperoxydase est administré tôt le matin à jeun, il est uniquement autorisé à boire de l'eau non gazeuse. Un mois avant l'étude, il est nécessaire d'arrêter de prendre des médicaments hormonaux, pendant quelques jours - médicaments contenant de l'iode. La veille de la prise de sang, il est recommandé d’exclure le stress physique et mental, ainsi que le tabagisme. L'étude ne doit pas être réalisée avant un certain temps après une chirurgie ou une maladie infectieuse, car le résultat pourrait en être faussé.

Les anticorps anti-peroxydase thyroïdienne peuvent être augmentés en l'absence de processus pathologiques, par exemple chez les femmes plus âgées.

Les standards d'anticorps anti-thyroïde peroxydase en fonction de l'âge sont présentés dans le tableau:

Augmentation des anticorps anti-peroxydase thyroïdienne - causes et maladies possibles de la glande thyroïde

La peroxydase thyroïdienne est la principale enzyme impliquée dans la formation des hormones thyroïdiennes T4 et T3. Une augmentation de son nombre indique le développement de pathologies endocriniennes.

Anti-TPO: description et caractéristiques

Les cellules du système immunitaire synthétisent certaines protéines, appelées anticorps. Leur fonction principale est de supprimer et de neutraliser la production de microorganismes étrangers. Il existe des cas où les anticorps agissent contre les tissus sains du corps.

Dans la glande thyroïde, les anticorps dirigés contre la peroxydase thyroïdienne et la thyroglobuline sont le plus souvent produits.

Les anticorps anti-TPO (thyroïde peroxydase) sont représentés par des composés protéiques complexes. Ils se forment au cas où le système immunitaire percevrait la thyroperoxydase comme quelque chose d'extraordinaire. L'enzyme TPO elle-même se trouve dans les cellules de la glande thyroïde.

L'enzyme thyroperoxydase est impliquée dans la synthèse des hormones thyroïdiennes.

L'activité enzymatique diminue avec son interaction avec les anticorps anti-TPO. En conséquence, il cesse de participer à divers processus dans le corps. Si des anticorps anti-thyroperoxydase apparaissent dans le sang, la fonction principale des enzymes est réduite en raison de la production des hormones T4 et T3, ce qui entraîne le développement d'une hypothyroïdie.

Les cellules thyroïdiennes commencent à se décomposer avec une concentration élevée d'anticorps dans le sang. Compenser le déficit en cellules thyroïdiennes, détruites par l'action des anticorps, n'est possible qu'avec l'aide de préparations hormonales.

But et préparation pour l'analyse

Affectation à l'analyse, préparation et procédure d'analyse

L'étude des anticorps anti-peroxydase thyroïdienne est prescrite pour le diagnostic des maladies auto-immunes:

  • Thyroïdite Hashimoto
  • Thyroïdite post-partum et auto-immune
  • L'hyperthyroïdie ou l'hypothyroïdie
  • Goitre toxique diffus

Si une thyroïdite a été diagnostiquée chez la mère après l'accouchement et que des anticorps anti-thyroperoxydase ont été détectés, les tests peuvent être administrés au nouveau-né afin d'éliminer les anomalies.

L’étude AT TPO est également présentée dans le traitement et la prescription de médicaments contenant du lithium, de l’interféron ou de l’amiodarone. Ces médicaments peuvent déclencher le développement de diverses pathologies de la glande thyroïde chez les porteurs d'anti-TPO. Un endocrinologue peut prescrire une étude sur le dysfonctionnement de la thyroïde afin de déterminer les causes d'une fausse couche, d'une naissance prématurée et de la pré-éclampsie.

Un test sanguin pour AT TPO est nécessaire si le patient prend des hormones pendant une longue période. Dans ce cas, l’étude est désignée à intervalles réguliers pour contrôler l’efficacité du traitement.

S'il existe un risque d'hypothyroïdie avec l'apparition d'anticorps anti-TPO, une étude est prévue pour clarifier le diagnostic et la prescription d'un traitement médicamenteux.

Une préparation spéciale pour l'étude n'est pas requise. Un mois avant l’étude, vous devez arrêter de prendre des médicaments hormonaux. Il est déconseillé de prendre les médicaments contenant de l'iode plusieurs jours avant le test. Les situations stressantes et les efforts physiques doivent être éliminés. De plus, vous devriez vous abstenir de fumer.

Il est nécessaire de retarder la livraison des tests lors d'une intervention chirurgicale ou d'une maladie infectieuse. Les résultats du test peuvent ne pas être précis. Les analyses sont effectuées tôt le matin. Il est interdit de manger, de boire du thé ou du café. Si nécessaire, vous ne pouvez boire que de l'eau pure non gazeuse.

Analyse de décodage

La norme des anti-TPO chez une personne en bonne santé

Le résultat des tests sanguins normaux pour les anticorps anti-TPO dans chaque laboratoire sera différent. Cela dépend de l'étude, de l'utilisation du système de test, des unités de mesure de la concentration en anticorps.

Chez une personne en bonne santé de moins de 50 ans, le niveau d'anticorps anti-TPO ne doit pas dépasser 35 UI / ml, chez les femmes de plus de 50 ans, pas plus de 100 UI / ml. Si l'indicateur s'écarte de la norme, cela indique alors le développement d'un processus auto-immun en relation avec la glande thyroïde.

Les raisons d'une augmentation modérée de l'anti-TPO sont des facteurs externes, une prédisposition génétique, l'utilisation de médicaments à haute teneur en iode. En outre, une légère augmentation de l'indicateur est indiquée par les maladies transférées, les infections chroniques et l'utilisation incontrôlée de médicaments pendant une longue période.

En cas d'excès significatif de l'indicateur normal, un examen supplémentaire est prescrit pour exclure la pathologie de la glande thyroïde.

Vous aurez également besoin d'une glande à ultrasons. Un diagnostic précis ne peut être établi qu’en fonction des résultats obtenus.

Raisons pour élever

Maladies possibles de la glande thyroïde

La détection d'anti-TPO dans le sérum au-dessus de la valeur normale indique des troubles auto-immuns. Si le niveau de thyroperoxydase augmente légèrement, cela peut indiquer diverses maladies de la glande thyroïde.

Ces pathologies incluent:

  • Polyarthrite rhumatoïde
  • Lupus érythémateux
  • Le diabète
  • Vascularite auto-immune
  • Goitre diffus
  • Thyroïdite

Si les résultats de l'analyse s'écartent de la norme pendant la grossesse, ceci peut provoquer une hyperthyroïdie chez l'enfant. Le processus auto-immunitaire pendant la grossesse se produit lorsque les modifications majeures ne concernent pas uniquement le système immunitaire. La glande thyroïde ne remplit pas pleinement ses fonctions. Ces changements hormonaux peuvent disparaître d'eux-mêmes 8 mois après l'accouchement. Dans la plupart des cas, les médecins prescrivent un traitement pour éviter le caractère permanent du dysfonctionnement de cet organe.

Plus d'informations sur la glande thyroïde peuvent être trouvées dans la vidéo.

Avec l'utilisation à long terme de médicaments et le contrôle du traitement par le test de AT TPO, les résultats ne changent pas pendant toute la durée du traitement, cela indique l'inefficacité du traitement. Une telle conclusion peut être faite lorsque, au début du traitement, le taux de thyroperoxydase diminue puis augmente à nouveau.

Une augmentation des anticorps anti-peroxydase de la thyroïde peut être associée à un dysfonctionnement de la glande thyroïde au cours de la période post-partum.

Des symptômes tels que peau sèche, perte de cheveux et fragilité, faiblesse, manque d'attention, etc. peuvent survenir. Il y a des cas où les anticorps sont élevés chez des personnes en bonne santé. Il est observé principalement chez les femmes. Cependant, si la glande thyroïde ne vous dérange pas, vous devriez toujours être vu par un endocrinologue pendant un certain temps.

TPO élevé pendant la grossesse

Raisons de l'augmentation des anti-TPO pendant la grossesse

Si pendant la grossesse une femme a une augmentation de la taille de la glande thyroïde et une augmentation de la TSH (hormone stimulant la thyroïde), des tests AT TPO sont prescrits. L'hormone stimulant la thyroïde est une hormone hypophysaire responsable de la production des hormones thyroïdiennes.

Après le début de la grossesse, il y a une défaillance dans le corps, y compris dans le fonctionnement de la glande thyroïde. Dans ce cas, l'hypothyroïdie peut avoir une forme cachée. L'augmentation des immunoglobulines contre la thyroperoxydase associée à une augmentation de la thyréostimuline (TSH) indique une pathologie de la glande thyroïde. En conséquence, le manque d'hormones peut affecter l'état de la future mère et le développement de l'enfant.

Même avant de planifier une grossesse, l'hypothyroïdie doit être dépistée. La glande thyroïde chez le fœtus commence à fonctionner à partir de la 10ème semaine. Jusqu’à ce moment-là, le développement fœtal se produit sous l’action des hormones maternelles. C'est au cours de cette période que tous les organes sont établis, de sorte que le développement d'un enfant dépendra d'un apport suffisant en hormones.

Un taux élevé d'anti-TPO sans aucun signe de thyroïdite auto-immune nécessite une surveillance du fonctionnement de la glande thyroïde à chaque trimestre.

Le niveau de TSH au début devrait être faible. Avec une augmentation de la TSH supérieure à 2 mU / l avec une AT élevée, la TPO peut indiquer une diminution de la fonction thyroïdienne. Indirectement, ces indicateurs peuvent indiquer le développement d'une hypothyroxinémie.

Indicateur de niveau de normalisation

Un traitement médicamenteux est prescrit pour réduire et normaliser le taux d’anti-TPO dans le sang. Principalement des hormones prescrites. La dose est prescrite par le médecin en fonction des résultats du test.

Un taux élevé d'anti-TPO indique un manque d'hormones thyroïdiennes - une hypothyroïdie. Si cette maladie est diagnostiquée chez un enfant, cela peut conduire au développement du crétinisme. Si la maladie est observée chez l'adulte, un traitement inapproprié ou des cas négligés conduiront à un myxoedème.

Pour le fonctionnement normal du corps, une quantité suffisante d'hormones thyroïdiennes est nécessaire. L'hypothyroïdie est traitée avec des médicaments hormonaux. La pénurie d'hormones peut être comblée en prenant de la lévothyroxine, de la L-thyroxine, etc.

La lévothyroxine et l'ingrédient actif sont identiques à l'hormone T4, à partir de laquelle la T3 est ensuite formée.

Le médicament et le schéma de traitement correctement sélectionnés conduiront à un niveau normal d'AT TPO. Si le contenu en TSH est supérieur à 4 UI / L chez une femme enceinte, un traitement par L-thyroxine est alors prescrit. Cependant, l'absence ou la présence d'anticorps n'est pas prise en compte. Une dose adéquate du médicament aide à maintenir le bon fonctionnement du corps.

Afin d'éviter un changement d'indice, les situations stressantes doivent être évitées car elles affectent grandement le niveau d'anticorps thyroïde peroxydase. Après un traitement, il est nécessaire de surveiller en permanence et de passer des tests afin de suivre les modifications du niveau des hormones et des anticorps anti-peroxydase thyroïdienne.

Le taux d'anticorps anti-thyroperoxydase est très élevé - qu'est-ce que cela signifie?

Les anticorps sont des composés protéiques-glucidiques produits par le système immunitaire pour la reconnaissance et l'élimination des agents pathogènes. Ces substances sont capables de réagir au moindre changement et, dans certaines pathologies, elles commencent à considérer les substances étrangères et les cellules du corps.

L'analyse du taux d'anticorps dirigés contre la thyroperoxydase microsomale permet de diagnostiquer les pathologies de la glande thyroïde ou d'autres organes aux premiers stades du développement.

Les anticorps anti-thyroperoxydase - de quoi s'agit-il?

La glande thyroïde (abbr. Thyroid glland) produit les hormones vitales thyroxine et triiodothyronine, qui régulent les processus métaboliques.

La peroxydase thyroïdienne (ou TPO) est la principale enzyme dans la synthèse des hormones contenant de l'iode. Il est nécessaire au fonctionnement normal de la glande thyroïde.
Les anticorps anti-TPO sont des immunoglobulines, ils agissent comme un marqueur des maladies auto-immunes de la glande thyroïde.

Ils sont également appelés microsomes, et ils apparaissent si le système immunitaire prend les cellules thyroïdiennes pour extra-terrestre. Avec le sang à la glande thyroïde, ces anticorps perturbent la formation des hormones thyroïdiennes.

Le plus souvent, les anticorps anti-thyroperoxydase sont fortement élevés dans les maladies de la glande thyroïde, qui ne présentent pendant longtemps aucun symptôme prononcé. Dans les premiers stades, l'apathie, la détérioration des ongles et des cheveux, la peau sèche, la nervosité, que beaucoup attribuent à la fatigue chronique ou à la carence en vitamines, apparaissent.

Par la suite, une hypotension apparaît, la digestion est perturbée et les systèmes reproducteur et musculo-squelettique fonctionnent. Le manque d'hormones thyroïdiennes provoque une augmentation de la thyroïde, ce qui exerce une pression sur les tissus et organes voisins, provoquant un enrouement et une douleur lors de la déglutition. L'immunité répond à cela en produisant des anticorps anti-TPO.

Les anticorps anti-thyroperoxydase sont très élevés - qu'est-ce que cela signifie?

Si les anticorps anti-thyroperoxydase sont fortement augmentés, cela signifie que l'agression auto-immune est dirigée contre le tissu thyroïdien. Ceci est observé par:

  • thyroïdite;
  • goitre toxique diffus;
  • hypothyroïdie idiopathique;
  • Maladie de Graves;
  • cancer de la thyroïde.

Chez les personnes ne souffrant pas de dysfonctionnement de l'organe, une augmentation de l'ATTPO (ou de l'ATPO) est causée par d'autres maladies qui affectent indirectement la fonction de la thyroïde:

Des taux élevés d'anticorps anti-TPO peuvent être à la fois une cause et une conséquence d'anomalies de la thyroïde. Certains médicaments peuvent entraîner une augmentation des ATTPO - préparations de lithium ou d'iode, interféron, amiodarone, glucocorticoïdes.

Pour détecter les anticorps anti-thyroperoxydase, le sérum du sang veineux est étudié. Si de tels anticorps sont trouvés chez une femme enceinte, l'analyse doit être effectuée chez un nouveau-né.

Un léger écart du niveau d'ATTPO par rapport à la norme peut provoquer:

  • chirurgie de la glande thyroïde, blessures;
  • surmenage émotionnel;
  • maladies respiratoires aiguës;
  • récurrence de pathologies inflammatoires;
  • physiothérapie dans le cou.

Quelles que soient les raisons de l’augmentation des anticorps anti-thyropéroxydase, le tissu thyroïdien est détruit par les cellules immunitaires à la suite d’une attaque pouvant entraîner le développement:

  • maladie de bazedovoy (goitre toxique);
  • l'hypothyroïdie;
  • thyroïdite (inflammation de la thyroïde);
  • il en résulte des pathologies graves du métabolisme dans le futur.

Le taux d'anticorps anti-TPO (thyroperoxydase), tableau

Tableau des anticorps normaux contre la thyroperoxydase:

Avec l'âge, on observe chez les femmes une augmentation des anticorps anti-thyropéroxydase, ce qui est particulièrement perceptible à la ménopause et peu de temps avant son apparition. En plus de la ménopause, la grossesse et l’allaitement sont essentiels.

En raison de la nature des systèmes de test utilisés, les normes de performance et les unités de mesure du niveau d'ATTPO peuvent varier d'un laboratoire à l'autre.

Par exemple, dans de nombreuses cliniques, les unités / ml sont utilisées; dans ce cas, le niveau d'anticorps est considéré comme la norme, ne dépassant pas 5,6.

Les valeurs des normes sont attachées aux résultats de l'analyse. Cependant, il n'est pas nécessaire de s'autodécoder - pour diagnostiquer une pathologie et seul un spécialiste devrait choisir un schéma thérapeutique.

  • Le test ATPO permet de détecter les pathologies auto-immunes aux stades les plus précoces.

Augmentation des anticorps anti-thyroperoxydase pendant la grossesse

Si une femme a un enfant dont la glande thyroïde est de taille importante ou dont le niveau d'hormone stimulant la thyroïde (TSH) est diagnostiqué, une analyse ATTPD est considérée comme obligatoire. La TSH est produite par l'hypophyse et affecte la synthèse des hormones contenant de l'iode dans la glande thyroïde. Son augmentation peut donc indiquer des problèmes cachés dans le travail de cet organe.

Normalement, au début, il devrait être bas et ne pas dépasser 2 mU / l. Si elle est élevée avec une augmentation de l'ATTPO, cela indique alors le développement de l'hypothyroïdie.

Une augmentation des anticorps anti-thyroperoxydase pendant la grossesse peut avoir des effets néfastes non seulement sur l'état de la femme thyroïdienne, mais également sur la santé du fœtus. Cela est dû au fait que l'ATTPO surmonte librement la barrière placentaire.

Traitement avec anticorps élevés contre la TPO, médicaments

Un taux élevé d’anticorps dirigés contre la thyroperoxydase indique principalement une hypothyroïdie - une déficience en hormones thyroïdiennes. Dans l'enfance sans traitement, cela peut conduire au développement du crétinisme et, chez l'adulte, au myxoedème.

Traitement de la drogue croissante ATTPO - agents hormonaux sont prescrits par le médecin après le diagnostic. Parmi les médicaments utilisés, la lévothyroxine. L'outil est contre-indiqué en cas de crise cardiaque aiguë, d'hyperfonctionnement thyroïdien, d'insuffisance surrénalienne. Ses analogues sont la L-thyroxine et l'Eutirox.

La L-thyroxine est prescrite aux femmes enceintes dont la TSH est supérieure à 4 mU / L, même si les anticorps anti-TPO ne sont pas élevés. Prendre le médicament aide à maintenir le bon fonctionnement de la thyroïde.

L'efficacité du traitement est indiquée par une diminution de l'ATPO à des indicateurs non significatifs ou nuls. Après le traitement, il est important de tester régulièrement les hormones thyroïdiennes et les anticorps anti-TPO.

Les anticorps anti-thyroglobuline (TG) sont élevés - qu'est-ce que cela signifie? Causes et traitement

Quand une personne est en bonne santé, il y a dans son corps des hormones et des substances à partir desquelles elles sont formées, dans une certaine proportion. La combinaison des effets des hormones en quantité normale affecte le fonctionnement de tous les organes de notre corps.

Si les anticorps dirigés contre une substance sont élevés, ils ne seront pas produits en quantité suffisante, ce qui entraînera des problèmes de santé. Ainsi, si la teneur en anticorps anti-thyroglobuline est élevée, les hormones thyroïdiennes nécessaires au bon fonctionnement des organes vitaux du corps humain ne seront pas suffisamment générées.

Tireoglobuline

Qu'est-ce que la thyroglobuline? C'est une protéine qui joue un rôle important dans le métabolisme hormonal. Il est produit par la glande thyroïde (ses cellules folliculaires) et sert de matière première pour la génération des hormones de base T3 (triiodothyronine) et T4 (thyroxine). L'hormone thyrotrope (TSH) a la même importance que l'hormone: elle est produite par l'hypophyse et contrôle le système endocrinien.

La thyroglobuline est normalement perçue par le corps comme sa propre protéine. Mais parfois, en cas de dysfonctionnement, il est assimilé à une substance étrangère et le corps humain réagit à sa production par la formation d'anticorps.

La pneumoglobuline (TG), ainsi que la glande thyroïde, fournit au corps l'iode, qui est très nécessaire pour le métabolisme des glandes mammaires, de l'estomac, des glandes salivaires et d'autres organes du corps. TG est un référentiel des principales hormones thyroïdiennes qui en sont libérées lorsque le corps en a besoin.

Une enzyme qui sert à former des hormones contenant de l'iode est la péroxydase thyroïdienne. Par conséquent, les anticorps anti-thyroperoxydase sont souvent déterminés simultanément avec les anticorps anti-thyroglobuline.

N'ayez pas peur du but de l'analyse des anticorps. Il est prescrit non seulement pour le cancer suspecté. Les dysfonctionnements de la thyroïde surviennent pour d'autres raisons.

Le but de l'analyse des anticorps anti-TG

La quantité de thyroglobuline est contrôlée lorsque le patient se plaint de:

  • faiblesse et fatigue accrue;
  • humeur apathique;
  • irritabilité et anxiété, larmoiement;
  • l'insomnie;
  • augmentation du volume du cou;
  • l'apparition de puiglasia;
  • peau sèche et éruptions cutanées sur la peau;
  • troubles de la mémoire;
  • infertilité;
  • fausses couches spontanées;
  • perte de poids notable.

Tous ces symptômes parlent d'un dysfonctionnement de la glande thyroïde. Nous devons être alarmés et aller chez le médecin si plusieurs symptômes apparaissent à la fois.

Les anticorps contre la thyroglobuline (AT to TG) sont également testés pour les maladies suivantes:

  • Maladie de la thyroïde suspectée;
  • Différents types de maladies néoplasiques;
  • Diabète sur type insulino-indépendant;
  • Arthrite d'origine rhumatismale;
  • Anémie hémolytique;
  • Confirmation du diagnostic de goitre diffus ou toxique;
  • Thyroïdite présumée de Hashimoto;
  • Thyroïdite de type granulomateux;
  • Syndrome de Down.

L'analyse est réalisée pour les femmes avec un diagnostic d'infertilité, souffrant de pathologies auto-immunes. L'étude est prescrite aux enfants ayant une hérédité défavorable dans le domaine des maladies endocriniennes. L'analyse est effectuée sur des femmes enceintes, car leur système endocrinien fonctionne à deux et les échecs sont très probables.

Les anticorps sont testés après divers traitements pour déterminer son efficacité. Si AT est faible, le traitement a réussi. Il est important que la recherche soit menée à temps, car à un stade précoce, la plupart des maladies peuvent être traitées.

Une variété d'anticorps sont des auto-anticorps. Ils apparaissent dans l'organisme lors de maladies auto-immunes - sclérose en plaques, polyarthrite rhumatoïde, lupus érythémateux, etc. Lorsque les auto-anticorps dirigés contre la TG sont élevés, ils entraînent une diminution de la production de substances biologiquement actives et conduisent à l'hypothyroïdie ou à une stimulation excessive de la glande thyroïde, entraînant une hyperthyroïdie.

Préparation à l'étude

L'analyse ne subit pas la thyréoglobuline elle-même, mais des anticorps. Pour obtenir le résultat correct, vous devez effectuer une préparation standard pour l'analyse. Le sang veineux prélevé à jeun - le jour de l'analyse, il est impossible de manger et de boire des anticorps anti-thyroglobuline. Mais la préparation de ceci commence bien avant l’étude. Il est nécessaire d'annuler le traitement médicamenteux. Les médicaments hormonaux doivent être annulés immédiatement après le rendez-vous de l'analyse. À la veille, vous ne pouvez pas boire de médicaments contenant de l'iode. Il est préférable de ne prendre ni pilule ni coup de feu la veille du test.

Un jour avant d'aller au laboratoire, il est nécessaire de renoncer à l'activité physique pour éviter le stress psychologique. L'équilibre hormonal est influencé par le sexe, qu'il est également préférable de reporter à plusieurs jours.

Il est nécessaire d'annuler le festin avec l'utilisation de boissons alcoolisées. La cigarette peut être consommée au plus tard 2 heures avant le prélèvement sanguin.

Si le patient a subi un processus inflammatoire, s'il a de la fièvre, vous devez reporter le voyage au laboratoire jusqu'à la guérison complète.

Valeurs normales en anticorps et en thyroglobuline

Le taux d'anticorps dirigés contre la protéine thyroglobuline dépend du sexe et de l'âge. Ils sont affectés même par l'heure de la journée. Normal est considéré comme l'absence totale ou une petite quantité d'anticorps. Si leur nombre augmente, cela indique une maladie à traiter.

Si des anticorps anti-thyroglobuline sont testés, des valeurs inférieures à 4,1 UI / ml sont considérées comme normales. La protéine TG elle-même est contenue dans un corps sain en une quantité allant de 1,6 ng / ml à 59 ng / ml. Différentes polycliniques utilisent différentes unités de mesure pour AT à TG. Par conséquent, le résultat peut ne pas correspondre à la norme spécifiée. Le tableau des normes pour les aides techniques doit prendre en compte ces caractéristiques. Le décodage de l'analyse est effectué par un médecin. Il comprend qu'ils dénotent certains résultats.

Des anticorps élevés contre la thyroglobuline sont une indication de la pathologie, qui est diagnostiquée à l'aide de procédures supplémentaires (échographie, etc.). Il faut comprendre que le médecin n'envisage que les cas où les anticorps sont très élevés, car un excès insignifiant de la norme peut être associé à du stress, à l'exercice et à la fatigue, avec une fluctuation quotidienne des indicateurs.

Augmentation de la valeur dans les résultats d'analyse

Si les anticorps anti-thyroglobuline sont élevés, cela signifie l'une des maladies suivantes:

  • Type bénin d'adénome;
  • Processus inflammatoire de la glande thyroïde au stade subaigu;
  • Tumeur maligne de la glande thyroïde;
  • Production excessive de thyroglobuline;
  • La réponse du corps à une lésion de la thyroïde (y compris une ponction);
  • Inflammation auto-immune;
  • Production excessive de T3 et T4, entraînant une thyrotoxicose (résultant d'une inflammation auto-immune de la glande);
  • Réduction de la production d'hormones thyroïdiennes de base pour des raisons obscures;
  • Thyroïdite chronique.

La cause d'un volume élevé d'anticorps peut être une anémie maligne, une intervention chirurgicale visant à retirer une partie de la thyroïde, une maladie génétique. Cette analyse est utilisée pour diagnostiquer les maladies à un stade précoce, lorsque d'autres méthodes ne peuvent pas encore déterminer la pathologie. Le diagnostic est posé par le médecin qui a effectué la transcription des résultats de la recherche.

L'âge d'une femme augmente la teneur en anticorps, de sorte qu'une femme en bonne santé peut avoir une quantité accrue d'AT pendant plusieurs années. Les hommes souffrent beaucoup moins fréquemment d'une augmentation des taux d'anticorps que les femmes. Lors de la détermination de la norme, il est nécessaire de prendre en compte que le processus inflammatoire passé récemment, en particulier l'inflammation non guérie, peut entraîner une augmentation du niveau d'anticorps anti-TG.

Les autoanticorps anti-thyroglobuline peuvent augmenter en raison du stress mental et de l'effort physique. De tels effets sur le corps modifient le rapport des hormones dans le corps, ce qui signifie que le volume de leurs marqueurs, qui sont des anticorps, change également.

Traitement des niveaux élevés d'AT à TG

L'augmentation de la quantité d'anticorps anti-thyroglobuline n'est pas une maladie. Ceci est un marqueur qui indique certaines pathologies. Il est nécessaire d'effectuer des diagnostics supplémentaires et de traiter la maladie qui a entraîné une augmentation du contenu en anticorps.

Certains patients croient qu'ils peuvent être guéris en prescrivant des corticostéroïdes, la plasmaphérèse (la procédure de collecte du sang, sa purification et son retour dans le corps du patient), l'hémosorption (une autre méthode de purification du sang basée sur son sorbant). Seul un spécialiste peut connaître les avantages de telles méthodes.

Souvent, pour le traitement de pathologies entraînant une augmentation du volume d'anticorps, une intervention chirurgicale est nécessaire pour réséquer une partie de la glande thyroïde. Après l'opération, on prescrit au patient certains médicaments qui doivent être pris en premier lieu sous la surveillance d'un médecin.

Donner du sang pour des anticorps est assez simple. Ne faites pas de cela un problème. Et la définition de la maladie au début de son développement offre les meilleures chances de guérison complète.

Dans quels cas les anticorps anti-thyroglobuline sont-ils élevés?

L'article est consacré à la lutte tragique du corps avec lui-même au cours du processus auto-immun, le champ de bataille est la glande thyroïde. En particulier, on considère ici une situation dans laquelle les anticorps anti-thyroglobuline sont élevés, les causes de ce phénomène, ses symptômes, ses conséquences et les options de traitement. L'information est complétée par une vidéo intéressante dans cet article, ainsi que du matériel photographique.

Certains des tests les plus sensibles déterminent si les anticorps dirigés contre la thyroglobuline et la thyroperoxydase sont élevés ou non, calculant ainsi le plus petit dommage sur les membranes cellulaires.

Quelle est tireoglobuline et quel rôle dans le corps?

Les éléments structurels de la glande thyroïde produisent, entre autres, deux substances biologiquement actives apparentées sur le plan structurel, la triiodothyronine et la thyroxine, qui jouent un rôle important dans la vie humaine. Et la substance de départ pour sa production est la thyréoglobuline.

De par sa structure chimique, il s’agit d’une glycoprotéine qui se dépose dans le collodion glandulaire thyréoïde folliculaire. Lors du processus de synthèse de T3 et de T4, une petite quantité de cette substance pénètre dans la circulation sanguine.

Pourquoi peut-il provoquer la production d'anticorps?

Le système immunitaire protège la personne de l'intérieur avec l'aide de cellules spéciales appelées anticorps.

Leur vocation consiste à détruire des éléments étrangers se trouvant à l'intérieur:

Dans certains cas, le système immunitaire fonctionne mal et il commence à attaquer ses propres protéines, éléments cellulaires et certaines structures tissulaires, en les percevant comme des agents hostiles. Parallèlement, des maladies dites auto-immunes se développent.

En conséquence, si des anticorps anti-thyroglobuline (ATTG) sont détectés chez un patient, l'attaque auto-immune est dirigée contre l'organe le contenant, la glande thyroïde.

Qui fait l'analyse sur ATTG

La raison de la nomination sont les cas suivants:

  1. Les troubles de glandula thyreoidea fonctionnent.
  2. Difficultés avec le travail de la sphère génitale féminine.
  3. La présence de maladies auto-immunes systémiques.
  4. Augmentation des niveaux d'hormones thyroïdiennes pendant la grossesse.
  5. Recherche de dysfonctionnements de la thyroïde après des traumatismes graves.
  6. Maladies d'autres organes qui perturbent le fonctionnement de la glande thyroïde.
  7. La nécessité de surveiller l'état du patient subissant une intervention chirurgicale.
  8. Confirmation ou réfutation de certains diagnostics préliminaires (goitre toxique diffus, goitre euthyroïdien, cancer de la thyroïde, thyroïdite de Hashimoto, myxoedème idiopathique, thyroïdite granulomateuse).

Dans le cas où la concentration d'hormones thyroïdiennes dans le sang périphérique est dans les limites de la normale et que la thyroglobuline est absente, le résultat de l'étude sera considéré comme négatif.

C'est important! Souvent, les valeurs de ATTG augmentent dans le cas du développement d’une inflammation des tissus situés près de la glande thyroïde. Parfois, la cause d'un résultat de recherche positif peut être l'influence de facteurs externes.

Pourquoi la thyroglobuline pénètre-t-elle dans le sang?

Cette protéine peut entrer dans le sang pour les raisons suivantes:

  • inflammation des tissus glandula thyreoidea;
  • augmenter la taille de la glande thyroïde;
  • activation de la synthèse des hormones thyroïdiennes;
  • après l'utilisation à long terme de contraceptifs oraux combinés.

Le tableau ci-dessous contient une liste de certaines maladies conduisant à la libération de TG dans le sang, ainsi que les caractéristiques d’une augmentation de la concentration de cette substance chez les patients atteints de ces pathologies:

En réponse, le système immunitaire peut commencer à synthétiser ATTG et, plus il y a de TG dans le sang, plus les conséquences de ce phénomène seront dommageables pour le corps.

Préparation à l'analyse

Pour obtenir des résultats d'analyse suffisamment informatifs sur ATTG, il convient de préparer la collecte de matériel biologique.

Toutes les étapes de préparation en fonction du temps sont indiquées dans le tableau ci-dessous:

La collection de biomatériau, à savoir le sang veineux, est faite avant le déjeuner, à jeun.

Qu'est-ce qui peut affecter la justesse du résultat?

L'analyse peut être annulée si les sujets sont transférés, peu de temps avant la procédure, de tout processus inflammatoire ou de toute autre pathologie grave accompagnée:

Jusqu'à ce que le corps récupère de ce type de maladie, les résultats peuvent être faux.

De plus, des fluctuations de performance peuvent se produire sous l’influence de tels facteurs:

  • une biopsie récente;
  • stress émotionnel et physique;
  • Syndrome de Down ou autres anomalies génétiques graves chez le sujet;
  • le sexe du patient (jusqu'à 1/10 de toutes les femmes en bonne santé ont normalement un niveau élevé d'ATTG);
  • l'âge du sujet, s'il s'agit d'une femme (plus on est âgé, plus la concentration d'ATTG est importante en état de santé normal).

L'instruction requiert une attention particulière pour les patients qui ont été dans un état de stress chronique pendant une longue période, car sous l'influence de cette condition, le fond hormonal change assez fortement. Par conséquent, le patient doit avertir le médecin qui prescrit l'analyse pour ATTG de son état émotionnel.

Indicateurs - la norme et la pathologie

La teneur normale en thyroglobuline dans le sang humain est comprise entre 0 et 59 UI / ml. La pathologie n’est qu’une augmentation de la concentration, car l’absence complète de cette glycoprotéine indique un bon état de santé de la personne en général et de sa glande thyroïde en particulier.

En ce qui concerne la concentration d'ATTG, la pathologie est considérée comme un excès de 4,1 UI / ml.

C'est important! La technologie de test pour ATTG, ainsi que les unités de mesure de cet indicateur peuvent différer selon les complexes de laboratoires. Par conséquent, pour éviter toute confusion, vous devez vous familiariser avec les tableaux de valeurs de référence disponibles dans chaque laboratoire.

Signes de pathologie

Même si les anticorps anti-thyroglobuline sont très élevés, cela peut ne pas affecter le bien-être de l'individu. Il ne peut être perturbé que par des signes de début de maladie, ce qui a entraîné une augmentation du contenu de ATTG.

En particulier, ils peuvent survenir:

  • l'apathie;
  • la léthargie;
  • la faiblesse;
  • beoglaziem;
  • pleurer;
  • peau sèche;
  • augmentation du cou;
  • perte de mémoire;
  • un changement de libido;
  • irritabilité;
  • problèmes de sommeil;
  • sautes d'humeur;
  • les fluctuations du poids corporel;
  • éruptions cutanées, généralement sur le visage.

Et seuls des tests opportuns aideront à clarifier le diagnostic et à encourager le début du traitement le plus rapidement possible. Après tout, plus le stade de développement de la pathologie de son traitement était précoce, moins il causerait de dommages au corps et moins le prix des soins médicaux fournis.

Traitement

En soi, une augmentation du niveau d'ATTG n'est pas une unité nosologique indépendante, mais l'un des symptômes: il n'existe donc pas de traitement spécifique pour cette pathologie. Ni les corticostéroïdes, ni l'hémosorption, ni la plasmaphérèse ne seront utiles à long terme. Les efforts des médecins visent à éliminer la cause de l'augmentation de la concentration d'ATTG.

Les endocrinologues développent des tactiques pour lutter contre la cause fondamentale de ce phénomène pathologique, en tenant compte de l'état général du corps, des maladies concomitantes et de l'âge du patient. Parfois, une situation ne comporte qu'un moyen de résoudre un problème, chirurgical, avec élimination partielle ou complète de la glande thyroïdienne.

Cependant, dans ce cas, il est impossible de se passer de médicaments, d’un traitement de substitution par des analogues artificiels des hormones thyroïdiennes.

C'est important! Lors du passage des tests, il convient de rappeler que les auto-anticorps anti-thyroglobuline peuvent être augmentés ou diminués non seulement en raison de modifications pathologiques du corps, mais également pour diverses raisons normales externes et internes, telles que le moment de la journée, le sexe du sujet et son âge. Les vraies variations dans ces cas peuvent ne pas être significatives.

Causes de l'augmentation des taux d'anticorps anti-thyroperoxydase

La peroxydase thyroïdienne est une enzyme présente dans les cellules thyroïdiennes (thyrocytes) fonctionnellement actives. Il est nécessaire à la synthèse des hormones thyroïdiennes - thyroxine (T4) et triiodothyronine (T3). Cette enzyme est intracellulaire et se trouve dans une fraction microsomale spéciale (en granules). Pour le système immunitaire, il semble que ce soit un antigène inconnu. Par conséquent, lors de sa libération dans le sang, il se forme des anticorps anti-thyroperoxydase. Cela n'est possible qu'avec la destruction des cellules thyroïdiennes.

Le taux d'anticorps anti-thyroperoxydase (AT TPO) est déterminé par analyse sanguine. Aucune formation spéciale n'est requise pour cela. Vous pouvez donner du sang à tout moment de la journée, il n'est pas nécessaire de le faire l'estomac vide.

Normalement, le titre des anticorps anti-thyroïde-peroxydase ne doit pas dépasser 30 mU / l (dans certains laboratoires, une limite de 35 mU / l est autorisée). Cet indicateur ne diffère pas en âge et en sexe.

Des taux élevés d'AT TPO indiquent une pathologie auto-immune de la glande thyroïde (glande thyroïde).

Les anticorps anti-thyroperoxydase sont un marqueur de la maladie thyroïdienne auto-immune. Mais il est extrêmement non spécifique et est détecté dans de telles pathologies de la glande thyroïde. Les raisons suivantes pour son augmentation sont possibles:

  • thyroïdite auto-immune chronique (thyroïdite de Hashimoto), y compris dans le cadre du syndrome polyglandulaire auto-immune;
  • autres thyroïdites auto-immunes (indolores ou silencieuses, post-partum, induites par les cytokines);
  • thyroïdite subaiguë de Kerven;
  • goitre toxique diffus (maladie de Basedow).

La thyroïdite est une inflammation du tissu thyroïdien d'étiologies diverses (bactérienne, fongique ou auto-immune).

Après avoir déterminé cet indicateur, il est impossible d'établir la nature de la pathologie. Lors du diagnostic, il est toujours nécessaire de se concentrer sur:

  • tableau clinique de la maladie (manifestations d'hypothyroïdie ou de thyrotoxicose);
  • symptômes très spécifiques (ophtalmopathie endocrinienne et myxoedème prétibial dans la maladie de Basedow);
  • données chronologiques (infection virale récente avec thyroïdite subaiguë, accouchement - avec postpartum, traitement par interféron - avec inflammation induite par la cytokine);
  • résultats de méthodes supplémentaires (échographie, scintigraphie, tests de T4, de T3 et d'hormone stimulant la thyroïde de l'hypophyse, anticorps anti-récepteur de la TSH, etc.).

Pour être testé pour les autoanticorps doit être en violation de la fonction thyroïdienne.

Si les hormones thyroïdiennes sont basses (hypothyroïdie), les manifestations suivantes sont possibles:

  • œdème prononcé, accumulation de liquide dans les cavités pleurales et le péricarde;
  • la constipation;
  • trouble dépressif, léthargie, somnolence, fatigue;
  • infertilité, troubles menstruels;
  • perte de cheveux;
  • l'anémie.

Manifestations possibles de thyréotoxicose:

  • agitation, irritabilité, nervosité, insomnie, troubles mentaux;
  • arythmies cardiaques (tachycardie, fibrillation auriculaire), insuffisance cardiaque, hypertension;
  • augmentation de l'appétit, épuisement;
  • état subfébrile.

L'évaluation des symptômes sans examen supplémentaire peut être trompeuse, car avec toutes ces maladies (à l'exception de la maladie de Graves et de la thyroïdite de Hashimoto), même sans traitement, le développement de l'hyperthyroïdie et de l'hypothyroïdie est possible. Tout dépend du stade du processus auto-immunitaire.

Par exemple, en présence d'une thyrotoxicose associée à une augmentation du titre en anticorps anti-peroxydase thyroïdienne, même à l'exception du travail récent et de l'administration d'interféron, au moins trois diagnostics sont probables (maladie de Graves, thyroïdite indolore et subaiguë).

La thyréotoxicose survient avec la maladie de Graves, mais avec la rémission spontanée, la fonction thyroïdienne est normalisée. L'hypothyroïdie se développe généralement plusieurs années après la détection d'une augmentation du taux d'anticorps, jusqu'à ce que la thyroïde de Hashimoto apparaisse, jusqu'à ce que cette thyroïde fonctionne normalement.

Le décodage des résultats de test devrait concerner un endocrinologue. Si des anomalies sont découvertes, il donnera des recommandations pour un examen et une observation plus poussés (traitement).

Les directions des tactiques thérapeutiques sont présentées dans le tableau:

Lors de la détermination du niveau accru d'anticorps anti-thyroperoxydase, cette analyse n'est pas nécessaire, car les tactiques de traitement ne dépendent pas du changement de leur titre, ni de leur quantité initiale. Si l'anticorps est supérieur à 1000 mU / l, cela ne signifie pas que la maladie est plus grave qu'à 200 mU / l. Actuellement, il n’existe aucun médicament capable d’éliminer activement le processus auto-immun dans la glande thyroïde. Si le médecin recommande un test d’anticorps répété pour connaître leur dynamique, il n’est pas professionnel.

Environ 10% des personnes en bonne santé sont des "porteurs" asymptomatiques d'AT TPO. Ils n'ont aucun critère d'échographie pour la pathologie auto-immune de la glande thyroïde et, tout en les observant tout au long de leur vie, la fonction thyroïdienne n'est pas altérée. Cette condition n'est pas dangereuse pour le corps, elle n'a pas besoin d'être traitée.

Pour les personnes avec un portage asymptomatique d'AT TPO, une recommandation de mode de vie est recommandée. Il ne doit pas être pris sans recourir à des médicaments contenant de l'iode (y compris des contrastes oraux ou intraveineux), car cela peut activer le processus auto-immunitaire dans la glande thyroïde. Cela doit être pris en compte pour les femmes ayant un titre d'anticorps élevé lors de la planification de la grossesse, car les gynécologues recommandent un apport supplémentaire en iode pendant la grossesse. En cas de doute, consultez un endocrinologue.

Et un peu sur les secrets.

L'histoire d'une de nos lectrices, Irina Volodina:

Mes yeux étaient particulièrement frustrants, entourés de grosses rides, de cernes et de gonflements. Comment éliminer complètement les rides et les poches sous les yeux? Comment faire face à l'enflure et aux rougeurs? Mais rien n'est aussi vieux ou jeune homme que ses yeux.

Mais comment les rajeunir? Chirurgie plastique? J'ai reconnu - pas moins de 5 000 dollars. Procédures matérielles - photorajeunissement, pilling gaz-liquide, lifting par radio, lifting au laser? Un peu plus abordable - le cours coûte entre 1,5 et 2 000 dollars. Et quand trouver tout ce temps? Oui et toujours cher. Surtout maintenant. Par conséquent, pour moi-même, j'ai choisi une autre façon.

Vous Pouvez, Comme Pro Hormones