L'un des tests sensibles permettant de diagnostiquer les maladies auto-immunes de la glande thyroïde est la détermination du niveau d'anticorps dirigés contre l'enzyme thyroperoxydase, qui intervient dans le processus de biosynthèse hormonale de cet organe. Il existe différentes désignations de la procédure - analyse pour la détermination des anticorps anti-TPO, anti-TPO, titre anti-TPO, AT-TPO.

Anti-TPO: indications pour la livraison

Avec le fonctionnement normal de la glande thyroïde dans ses tissus, le processus de synthèse des hormones contenant de l'iode, les iodothyronines, la triiodothyronine T3 et la thyroxine T4 a lieu. L'enzyme peroxydase thyroïdienne est directement impliquée dans la synthèse des hormones thyroïdiennes.

La thyroperoxydase a pour rôle de catalyser deux réactions importantes de la synthèse des hormones thyroïdiennes, à savoir l’iodation des formes précurseurs et la fusion des iodothyrosines, qui aboutissent à la formation de thyroxine et de triiodothyronine.

En cas de défaillance du système immunitaire, l'activité de l'enzyme peroxydase est inhibée par les anticorps spécifiques résultants, l'anticorps anti-TPO, ce qui entraîne une diminution de la synthèse de la thyroxine et de la triiodothyronine.

L'augmentation du titre des autoanticorps anti-thyropéroxydase est un indicateur de dysfonctionnement et de lésions auto-immunes du tissu thyroïdien dues à une défaillance du système immunitaire.

Cette circonstance permet d’utiliser le taux d’anti-TPO comme marqueur de lésion thyroïdienne auto-immune, diagnostic des maladies causées par ce processus.

Les indications de réussite du test de niveau d'anticorps anti-TPO sont les suivantes:

  • Cas des symptômes cliniques du patient et signes de troubles du fonctionnement de la glande thyroïde
  • Les résultats des examens de laboratoire et des instruments, suggérant la survenue de maladies associées à un dysfonctionnement d'organe
  • La présence de maladies auto-immunes, telles que le lupus érythémateux disséminé, la polyarthrite rhumatoïde, l'anémie pernicieuse, la vascularite auto-immune systémique, le diabète sucré sous une forme insulinodépendante, non associée initialement à l'inclusion de la fonction thyroïdienne
  • Catégorie de risque du patient pour les maladies thyroïdiennes de nature auto-immune en cas d’apparition dans la famille immédiate
  • Cas d'infertilité, avortements spontanés, pathologies de la grossesse associées à une fausse couche, échecs au cours de la procédure d'insémination artificielle
  • L'état de grossesse, le post-partum
  • Médicaments sur ordonnance dont l'un des effets secondaires est un impact négatif sur le fonctionnement de la glande thyroïde, en particulier des psychotropes contenant du lithium, des antiarythmiques, des immunomodulateurs

L'indication des tests anti-TPO consiste à confirmer ou infirmer le diagnostic de dysfonctionnement de la thyroïde dû à la nature auto-immune.

En savoir plus sur les hormones thyroïdiennes de la vidéo proposée.

Anti-TPO mis à niveau

Avant de parler des niveaux élevés d’anticorps anti-thyroperoxydase et de l’interprétation de ces données, vous devez décider du concept de norme d’anti-TPO.

La spécificité de ce test réside dans le fait que l'analyse des valeurs d'anticorps est effectuée à l'aide d'analyseurs de laboratoire spéciaux de générations différentes, de modèles et de l'utilisation de certains ensembles de réactifs. En conséquence, des écarts dans les valeurs de l'indice, variables d'un laboratoire à l'autre, sont inévitables.

Un accord international a été adopté qui réglemente les normes de cet indicateur et l'utilisation d'unités de mesure internationales en UI / ml de sang veineux comme biomatériau aux fins de son évaluation.

Les limites supérieures de la norme varient dans les différents laboratoires à partir de 20, 34, 120 UI / ml et des valeurs supérieures, l'interprétation des données de l'analyse étant dans tous les cas la prérogative du médecin.

Il est important que le phénomène lui-même soit une valeur déterminante, ce qui démontre une augmentation de l'anti-TPO au-dessus d'une certaine limite acceptée.

L'augmentation révélée des valeurs anti-TPO indique en grande partie le fait que la glande thyroïde a une nature auto-immune, le degré de déviation de l'indicateur par rapport à la limite supérieure acceptée de la norme est associé à une probabilité accrue de la maladie.

Avec une augmentation significative du niveau d'anticorps, il y a lieu de dire que le patient a:

  • Maladies de la thyroïdite auto-immune Hashimoto
  • Maladies d'une maladie grave, d'un goitre toxique diffus par ailleurs, Maladie de Graves
  • Cas de thyroïdite post-partum
  • Maladies de la thyroïdite auto-immune
  • Hypothyroïdie / hyperthyroïdie chez les nouveau-nés
  • Maladies auto-immunes de nature différente, polyarthrite rhumatoïde, insuffisance surrénalienne, diabète, lupus érythémateux disséminé
  • Tumeurs malignes de la glande thyroïde
  • États de grossesse
  • Mixsome Primaire, Hypothyroïdie
  • Acceptation de divers médicaments, hormonaux, iodés, immunomodulateurs

Le fait que les taux d'anti-TPO puissent être augmentés chez environ 5 à 10% des individus sans montrer de symptômes cliniques sains doit être pris en compte lors du déchiffrement des tests et de la décision de confirmer ou d'infirmer le diagnostic d'une maladie auto-immune.

Anti-TPO abaissé

Les variations existantes dans l'interprétation des valeurs de référence de la norme anti-TPO introduisent une certaine incertitude, en particulier chez les patients qui ont reçu les résultats du test.

Tout d'abord, il faut comprendre que dans le fonctionnement normal de la glande thyroïde, les anticorps anti-TPO ne sont pas détectés.

En fonction de la méthode utilisée dans un laboratoire donné, pour déterminer le titre de l'anti-TPO, la marque et la génération de l'analyseur, les indicateurs de sensibilité et de spécificité varient.

Conformément aux normes internationales généralement acceptées, les résultats normaux pour les adultes de moins de 50 ans prennent en compte le niveau d'anticorps anti-TPO jusqu'à 35 UI / ml, tandis que pour la catégorie la plus âgée, une valeur allant jusqu'à 85 UI / ml est acceptable.

Ces valeurs peuvent être considérées comme la limite inférieure de la normale.

Ces faibles taux d'anticorps sont détectés dans environ dix pour cent de la population en bonne santé; savoir s'il faut interpréter les résultats obtenus par les erreurs de la méthode, de la norme physiologique ou de l'état limite - le précurseur d'une maladie auto-immune, reste un sujet de controverse et nécessite des études complémentaires.

La détection de faibles taux d'anticorps chez les personnes ayant un diagnostic établi de maladie auto-immune indique des erreurs soit au stade du prélèvement d'échantillons de sang, soit lors de la réalisation du test lui-même.

Le niveau d'anticorps anti-thyroperoxydase:

  • écurie
  • est diagnostique
  • aucun effet sur la décision sur le choix de la tactique de traitement de la toxicomanie
  • pas une indication de l'efficacité du traitement
  • le test pour sa détermination n'est pas répété

L’interprétation des résultats du test anti-PTI est la tâche du médecin, c’est lui qui est en mesure de bien expliquer les résultats au patient.

Anti-TPO chez les femmes

Une augmentation du titre en anticorps anti-TPO est détectée chez les femmes réellement en bonne santé. À mesure que l'âge augmente, cette tendance s'accentue.

Les maladies auto-immunes de la glande thyroïde, y compris la thyroïdite auto-immune, se rencontrent souvent chez les femmes.

Thyroïdite auto-immune:

  • appartient au groupe des maladies communes
  • chez les femmes détectées à une fréquence plus de cinq fois supérieure à celle du mâle
  • survient principalement chez les personnes d'âge moyen, mais peut également être trouvé chez les jeunes, y compris les enfants et les adolescents
  • chez les femmes après soixante ans, la fréquence du diagnostic de la maladie augmente, presque tous les dix ans détectent la maladie
  • Les périodes particulièrement critiques pour les maladies auto-immunes de la glande thyroïde chez la femme sont les périodes correspondant à la grossesse, à l'allaitement, avant la ménopause et pendant la grossesse.

Le test pour les femmes enceintes est justifié, à la fois pour diagnostiquer les maladies auto-immunes chez la mère et pour le diagnostic précoce de la maladie chez le nouveau-né, afin de détecter la thyroïdite post-partum.

Il existe des preuves de la dépendance de la fréquence d'apparition de maladies auto-immunes de la glande thyroïde sur le sexe du patient, ainsi que sur la catégorie d'âge à laquelle il appartient.

L'importance du test anti-TPO réside dans la possibilité d'un diagnostic précoce du dysfonctionnement de la thyroïde, et en particulier des maladies de nature auto-immune.

Les anticorps anti-tpo ont augmenté: ce que cela signifie et le danger d'une augmentation de la thyroperoxydase pour le fonctionnement de la glande thyroïde

Lors du déchiffrement des tests d'hormones chez certains patients, il est indiqué: "les anticorps anti-TPO sont augmentés". Qu'est ce que cela signifie? Une augmentation des indices de thyroperoxydase est-elle dangereuse pour le fonctionnement de la glande thyroïde et l’état général?

Les médecins recommandent de lire des informations sur le taux d'EFTP chez les femmes et les hommes. Il est important de comprendre comment le niveau d'anticorps varie en fonction de la présence de pathologies endocriniennes et de maladies d'autres organes.

Qu'est-ce que cela signifie

La peroxydase thyroïdienne est une enzyme sans laquelle la production d'une forme active d'iode est impossible. Un composant important est nécessaire pour l’iodation des protéines: la thyroglobuline.

Avec un niveau excessif d'anticorps anti-thyroperoxydase, l'activité de l'iode diminue, ce qui affecte négativement la synthèse des hormones thyroïdiennes. Sur fond de carence en triiodothyronine et en thyroxine, le développement et la croissance des enfants sont ralentis, le fonctionnement du tractus gastro-intestinal et des échanges thermiques se détériorent et le muscle cardiaque s'affaiblit. Des processus négatifs se produisent dans le système nerveux et le squelette, le développement physique est compromis et des troubles psychosomatiques se produisent.

AT to TPO est un marqueur qui indique des changements pathologiques, dans la plupart des cas - maladies auto-immunes, changements dans l'état de la glande thyroïde et dommages aux organes rhumatismaux. Chez les femmes, les anticorps anti-peroxydase thyroïdienne sont plus fréquents que chez les hommes. Dans certains cas, un léger écart ne résulte pas de maladies ni d'états négatifs: les indicateurs se stabilisent après la disparition des facteurs qui ont provoqué une légère modification des valeurs d'AT.

Comment abaisser le taux d'hémoglobine dans le sang des hommes et quelles sont les causes des taux élevés? Nous avons la réponse!

Adénome de la glande surrénale gauche: de quoi s'agit-il et comment se débarrasser de l'éducation chez les femmes? Lisez la réponse dans cet article.

Quelles maladies indique

Dans la plupart des cas, l'excès d'anticorps anti-enzyme peroxydase de la thyroïde se développe avec une inflammation du tissu thyroïdien de nature auto-immune - la thyroïdite de Hashimoto. Souvent, un écart par rapport à la norme est l’un des signes d’un goitre toxique nodulaire (lésion diffuse de l’organe endocrinien).

Autres maladies de la thyroïde avec AT - TPO élevé:

  • Maladie de Basedow.
  • Thyroïdite d'étiologies et de formes diverses: auto-immune, lymphomateuse, post-partum, virale.
  • L'hyperthyroïdie.
  • Forme nodulaire de goitre toxique.
  • Hypofonction de la glande d'étiologie inconnue.

Une petite déviation des anticorps anti-thyroperoxydase se développe au cours de processus pathologiques dans le corps, souvent récurrents dans la nature:

  • insuffisance rénale chronique;
  • maladies rhumatismales;
  • diabète sucré.

De plus, des fluctuations du niveau d'anticorps sont observées dans les cas suivants:

  • radiothérapie du cou et du visage;
  • blessures de la thyroïde et des glandes parathyroïdes.

Les modifications des indicateurs se produisent souvent en arrière-plan des procédures et dans certains États:

  • activation des processus inflammatoires dans le corps;
  • Le développement du SRAS;
  • effectuer des opérations sur la glande thyroïde;
  • stress émotionnel, physique et nerveux;
  • effectuer une physiothérapie dans la colonne vertébrale thoracique et la région cervicale.

Comment se déroule l'analyse?

Pour détecter les valeurs d'anticorps dirigés contre l'hormone thyroïdienne, une petite quantité de sang veineux est nécessaire. Le patient passe le biomatériau à jeun, après une préparation simple.

L'assistant de laboratoire détecte le niveau de TA pour confirmer ou infirmer le soupçon de développement de maladies auto-immunes, de processus inflammatoires dans les éléments structurels de la glande thyroïde. L'indicateur est nécessaire pour évaluer la capacité fonctionnelle de l'organe endocrinien à produire des hormones thyroïdiennes.

Des indications

L'endocrinologue fait référence à une analyse pour déterminer les indices d'anticorps anti-thyroperoxydase en cas de suspicion de pathologie thyroïdienne. Des recherches sont nécessaires pour confirmer ou réfuter les processus négatifs. En tant que marqueur de la dynamique des résultats du traitement, le niveau d'AT à TPO n'est pas utilisé.

Indications pour le test:

  • dysfonctionnement thyroïdien après l'accouchement;
  • on soupçonne le développement de la thyroïdite Hashimoto (un pourcentage élevé de cas avec une augmentation du niveau d'anticorps dirigés contre la thyroïde peroxydase) et de la maladie de Graves (la deuxième place en fréquence parmi les pathologies dans le contexte de la déviation de l'AO par la TPO);
  • il existe un ensemble de signes indiquant une hypothyroïdie;
  • la grossesse n’a pas lieu malgré les nombreuses tentatives de concevoir un enfant;
  • le patient a montré des signes d'hyperthyroïdie;
  • Les études montrent des changements primaires dans la structure de la glande endocrine;
  • la femme souffre d'avortements spontanés;
  • le patient se plaint d'un gonflement persistant des jambes, difficile à éliminer à l'aide de pommades et de médicaments diurétiques.

La préparation

Règles de base:

  • 20 jours avant la détermination du niveau de TA refusent d’accepter tous les types de composés hormonaux;
  • Les médicaments et compléments alimentaires contenant de l'iode ne doivent pas être pris trois jours avant le test;
  • la veille de la prise de sang, il n'est pas souhaitable de faire du surmenage, d'être nerveux, de faire du sport. Il est important d'arrêter de fumer et de consommer de l'alcool au moins 24 heures avant de réussir le test de dépistage de la TA et de la TPO;
  • à partir du matin avant la visite au laboratoire, il est interdit de consommer des liquides ou des aliments;
  • L'analyse prend jusqu'à 11-12 heures.

Décryptage

La norme dépend de l'âge du patient. Les valeurs optimales sont identiques pour les deux sexes.

Le niveau de AT à la thyroïde peroxydase:

  • âge jusqu'à 50 ans - jusqu'à 35 UI / ml;
  • hommes et femmes de plus de 50 ans - de 40 à 100 UI / ml.

Méthodes de traitement

Avec le développement de lésions auto-immunes des cellules de la thyroïde en combinaison avec le processus inflammatoire, une fonction excessive d'un organe important est d'abord observée et une thyréotoxicose se développe. Avec les changements pathologiques dans les tissus, la progression de la thyroïdite, la production d'hormones thyroïdiennes est réduite, les médecins diagnostiquent l'hypothyroïdie.

Voir une sélection de méthodes efficaces de traitement de la pancréatite à la maison avec l'aide de remèdes populaires.

Découvrez dans quels cas une opération pour enlever la glande thyroïde est effectuée et découvrez les conséquences possibles d'une intervention chirurgicale dans cet article.

Sur http://vse-o-gormonah.com/hormones/testosonon/produkty-dlya-povysheniya.html, lisez comment augmenter la testostérone chez les hommes nourris avec de la nourriture.

Points importants:

  • Les méthodes de traitement dépendent du type de processus pathologique. Dans la plupart des cas, en l’absence de formes graves et de suspicions de processus malin, un traitement médicamenteux est prescrit;
  • avec la thyroïdite auto-immune, la durée du traitement est longue, ce n’est pas toujours le médecin qui choisit le nom optimal de l’agent hormonal au premier essai. Il n’existe pas de médicaments spécifiques, il est souvent nécessaire d’utiliser deux ou trois types de médicaments à tour de rôle;
  • pour la thérapie de remplacement utilisant un analogue synthétique de l'hormone - lévothyroxine. Le dosage de lévothyroxine (L-thyroxine) pour chaque patient, l’endocrinologue choisit individuellement;
  • en cas de lésion du muscle cardiaque, de fluctuations de la pression, le médecin vous prescrit également des bêta-bloquants;
  • l’association d’une forme auto-immune et d’une thyroïdite subaiguë nécessite l’utilisation de Prednisolone, un médicament de la catégorie des glucocorticoïdes;
  • avec un titre élevé d'autoanticorps, les compositions de la catégorie AINS donnent un résultat positif;
  • pour renforcer les défenses de l'organisme, le patient applique des formulations vitaminiques, des compléments alimentaires, des adaptogènes. Il est important de bien manger pour éliminer les carences aiguës en iode;
  • Pour le traitement d'entretien tout au long de la vie, le médecin détermine la posologie minimale autorisée pour une journée. Le taux est individuel: la quantité de L-thyroxine pour chaque patient varie en fonction d'un ensemble de facteurs;
  • Avec la croissance active du tissu thyroïdien, la sténose trachéale, un traitement chirurgical du goitre est prescrit. Après la chirurgie, le patient reçoit un traitement hormonal substitutif.

L'augmentation des anticorps anti-TPO est-elle dangereuse?

Des fluctuations significatives des niveaux hormonaux, une carence en régulateurs T4 et T3, la présence de taux élevés d'AT en thyroperoxydase indique le développement de processus pathologiques dans la glande thyroïde et les organes internes. Parfois, le niveau d'anticorps au-dessus de la norme apparaît comme un phénomène temporaire. Dans des conditions moins sévères, après quoi ils sont éliminés, les valeurs reviennent rapidement à la normale.

Dans chaque cas, l'endocrinologue considère le niveau d'AT à TPO individuellement, en prenant en compte d'autres facteurs indiquant le développement de maladies chroniques ou l'absence de pathologies. Souvent, des tests supplémentaires, une échographie de la thyroïde, des consultations de plusieurs spécialistes restreints sont nécessaires pour poser un diagnostic précis.

Si des fluctuations du TA sont détectées pendant la grossesse, la femme devrait consulter régulièrement non seulement le gynécologue, mais également l’endocrinologue. Le contrôle des valeurs est nécessaire 1 fois par trimestre. Le premier test est requis avant 12 semaines. En cas d'écart par rapport à la norme, vous devez boire un traitement de L-thyroxine pour maintenir la grossesse.

Au cours du premier trimestre, il est important de savoir que le niveau de TSH est faible et que les taux de thyrotropine et d'AT-TPO augmentent, vous devez faire attention à l'état de la femme: les faibles capacités fonctionnelles de l'organe endocrinien indiquent une probabilité élevée de développer un état négatif - l'hypothyroxinémie. L'hormonothérapie substitutive dure parfois toute la vie, mais sans l'utilisation de la lévothyroxine, il est impossible de maintenir des fonctions optimales des organes et des systèmes.

Vous ne devriez pas paniquer, même en cas de divergence notable par rapport aux indicateurs admissibles des anticorps anti-thyroperoxydase: un complexe de médicaments modernes associé à une correction du régime alimentaire et du mode de vie a un effet positif sur le travail des glandes endocrines et du corps entier. Dans les formes sévères de goitre, un traitement par radio-iode et un traitement chirurgical ont un effet bénéfique.

Pourquoi devrions-nous identifier les anticorps anti-TPO pour diagnostiquer une maladie de la thyroïde? Répondez par la vidéo suivante:

Qu'est-ce que cela signifie si les anticorps anti-thyroperoxydase sont diminués

Le contenu

Les anticorps anti-thyroperoxydase sont diminués. Le marqueur de diagnostic le plus fiable pour déterminer la maladie thyroïdienne est le test des anticorps anti-thyroperoxydase. Cette enzyme est impliquée dans les processus de métabolisme et les processus métaboliques de cet organe. L'un des noms médicaux de cet examen diagnostique est AT TPO.

Un indicateur de cette enzyme peut indiquer un dysfonctionnement différent dans le corps humain.

Caractéristiques de l'objectif de l'analyse

Le système endocrinien humain est la base de tout l'équilibre hormonal du corps, le métabolisme des hormones des particules d'iode dépend de la stabilité de son travail.

La thyroperoxydase a pour fonction principale de jouer le rôle de catalyseur principal dans des réactions aussi importantes que:

  • synthèse des enzymes thyroïdiennes;
  • fusion iodothyrosine.

En cas de dysfonctionnement du système immunitaire, les anticorps anti-thyroperoxydase sont alors abaissés. Les dommages aux tissus de la glande thyroïde affectent l'équilibre hormonal et nécessitent une action.

Pour le médecin, le but de l’analyse AT TPO est le suivant:

  1. L'émergence de symptômes cliniques, il n'y a aucun signe dans le fonctionnement normal du système endocrinien.
  2. Indicateurs négatifs associés qui indiquent la présence de changements majeurs dans le corps. Les résultats de tout examen peuvent indiquer un fonctionnement anormal de la glande thyroïde.
  3. La présence d'une maladie auto-immune qui affecte le fonctionnement normal de tous les systèmes d'activité vitale.
  4. Le groupe à risque, qui comprend les personnes souffrant de maladies chroniques, ainsi que de prédispositions génétiques.
  5. Complications gynécologiques, interruption de grossesse, difficultés à porter un fœtus, transfert de diverses maladies pendant la grossesse.
  6. Prendre des médicaments contenant des ingrédients puissants et ayant des conséquences irréparables.

AT TPO abaissé

Un faible résultat anti-TPO, ainsi qu'un résultat élevé, a ses propres antécédents et raisons. Il est nécessaire de prendre en compte le fait que, pendant le fonctionnement normal de la thyroïde, les anticorps anti-thyroperoxydase ne peuvent pas être détectés lors du diagnostic. Diverses méthodes de laboratoire sont utilisées pour collecter l'analyse, de sorte que les spécificités du diagnostic sont toujours différentes.

À des taux inférieurs, une personne peut se sentir normale, mais les experts n’ont pas étudié ce phénomène en détail. Par conséquent, les hypothèses suivantes existent:

  1. Selon certains médecins, de tels résultats pourraient être l’erreur habituelle permise dans les limites de cette analyse.
  2. La norme pour cet organisme peut être due à une prédisposition génétique.
  3. La quantité d'anticorps anti-thyroperoxydase réduite peut apparaître en raison de l'apparition de modifications auto-immunes.

Toutes ces hypothèses sont assez controversées et il est donc difficile de savoir ce qui est capable de réduire la quantité de l'enzyme est assez difficile. Au cours de cette analyse, des erreurs sont également possibles, ce qui est une manifestation tout à fait acceptable.

Seul le médecin traitant est en mesure de déchiffrer et d'expliquer les résultats, ce qui en fera une description complète.

Traitement et prévention

Le traitement consiste à stabiliser le niveau hormonal. Des médicaments, notamment des hormones, sont donc prescrits. Il est impossible de se débarrasser complètement de cet indicateur, vous pouvez uniquement utiliser une thérapie de soutien, de sorte que le taux d'enzymes soit conforme aux normes établies. Il est important de se rappeler que dans ce cas, il est impossible de s'auto-traiter pour ne pas aggraver encore la situation.

En outre, les experts recommandent l’utilisation de mesures préventives capables de protéger au maximum le fonctionnement normal d’une personne:

  • pour vivre choisissez la zone la plus écologiquement propre;
  • renoncez à toutes mauvaises habitudes;
  • avoir une alimentation quotidienne équilibrée;
  • stabiliser votre routine quotidienne;
  • éviter les troubles de stress forts.

Pour que tous les indicateurs hormonaux soient normaux, il est important de consulter le médecin à temps pour les examens de routine et le diagnostic. L'identification des écarts dans les premières étapes est une garantie de santé, une attitude attentive à votre santé, c'est une garantie de longévité et de bonne santé.

Il est également important de connaître certains secrets qui aideront à prévenir les conséquences désagréables:

  • La pharmacothérapie doit être prescrite par un spécialiste.
  • les médicaments hormonaux doivent être strictement conformes aux instructions;
  • des changements fréquents dans les niveaux hormonaux nuisent à la qualité de vie normale.

Quel est anti TPO? Que faire lorsque les anticorps anti-thyroperoxydase sont élevés?

Souvent, les résultats des tests sanguins sont déroutants. Par exemple, le taux d'anti-TPO est élevé - qu'est-ce que cela signifie, quel est son dangerosité pour la santé et est-il nécessaire de traiter cette affection? Une augmentation de l'indicateur quantitatif AT TPO indique la présence de maladies auto-immunes de la glande thyroïde.

Que signifie anti-TPO?

La glande thyroïde (la glande thyroïde), le plus grand organe du système endocrinien, produit les hormones thyroïdiennes thyroxine T4 et triiodothyronine T3, qui assurent le fonctionnement de tous les systèmes de l'organisme, en particulier les systèmes nerveux et cardiovasculaire, régulant l'activité métabolique au niveau cellulaire. Le fonctionnement des T3 et T4 et leur pénétration dans le sang fournissent de l'iode qui pénètre dans l'intestin de l'extérieur (avec de la nourriture et de l'eau).

Dans le processus biochimique complexe, de l’infiltration d’iode à la synthèse de T3 et de T4, les antigènes thyroïdiens, la thyroglobuline et la peroxydase thyroïdienne (TPO) sont directement impliqués. Ainsi, pour assurer le fonctionnement normal de la glande thyroïde, un apport optimal en iode est nécessaire.

S'il existe des auto-anticorps dirigés contre les antigènes thyroïdiens (de la fraction microsomale) dans le sang humain, la régulation de la fonction thyroïdienne est violée. Le fait est que les auto-anticorps peuvent avoir un effet stimulant supplémentaire sur la glande thyroïde, en contribuant à une augmentation de la concentration en hormones thyroïdiennes, ce qui provoque le développement d'un goitre toxique. Ou, au contraire, perturber l'oxydation de l'iode en "actif", ce qui entraîne sa faible teneur en thyroglobuline, une diminution de la T4 et, par conséquent, le développement d'une thyroïdite auto-immune ou de la maladie de Hashimoto.

Les anti-tpo sont des auto-anticorps dirigés contre la péroxydase thyrocytaire, utilisés dans la pratique du diagnostic clinique comme marqueur des maladies auto-immunes de la glande thyroïde.

Les normes du contenu de AT TPO dans le sang (tableau)

La valeur zéro dans le test sanguin pour les anticorps anti-thyroperoxydase est la norme. Tableau de valeurs de AT TPO.

Causes de l'augmentation de l'anti-TPO

Le porteur d'autoanticorps anti-thyroperoxydase est un défaut déterminé génétiquement. La détection d'anticorps dirigés contre des agents thyroïdiens dans le sang ne signifie pas toujours qu'une personne a une maladie thyroïdienne auto-immune, mais cet indicateur est un facteur de risque pour leur développement. Sur la pathologie de la glande thyroïde, nous ne parlons que dans le cas où les valeurs acceptables de la TPO sont dépassées.

Affections associées à une augmentation de l'antithyroperoxydase:

  • thyroïdite auto-immune chronique;
  • thyroïdite post-partum;
  • Maladie de Basedow.

Pour un diagnostic plus précis des maladies auto-immunes, des recherches supplémentaires sont nécessaires: échographie de la thyroïde, détermination du niveau d'hormones TSH, T3 et T4.

Symptômes et causes des maladies auto-immunes

Principes de traitement des maladies auto-immunes

Les tactiques thérapeutiques sont déterminées par le médecin après le diagnostic correct, qui consiste notamment à déchiffrer les tests permettant de déterminer le contenu en hormones thyroïdiennes, à examiner physiquement et physiquement la glande thyroïde et à traiter les plaintes des patients. Les maladies de nature auto-immune présentent certaines caractéristiques diagnostiques:

  1. Thyroïdite chronique - augmentation du niveau d'AT TPO, modifications destructrices de la glande thyroïde.
  2. Maladie de Basedow - augmentation du volume de la thyroïde, augmentation de T4 et T3, augmentation des anticorps anti-TPO et des récepteurs de la TSH. TTG lui-même est déclassé.
  3. Thyroïdite post-partum - autoanticorps anti-TPO surpuissants, altération de la fonction thyroïdienne.

Le traitement de la thyroïdite auto-immune est généralement conservateur et vise à éliminer l'hypothyroïdie et à en prévenir le développement. À cette fin, l'hormonothérapie est prescrite pour une durée de 2,5 à 3 mois. Une intervention chirurgicale est indiquée en cas de croissance continue du goitre.

En cas de maladie de Graves, le traitement chirurgical est presque toujours indiqué. La pharmacothérapie est une préparation à la chirurgie et consiste à prendre des préparations hormonales ayant une activité antithyroïdienne.

Indications pour l'analyse d'Anti TPO

La définition d'Anti-TPO n'est pas incluse dans la liste des examens de diagnostic obligatoires pour l'examen clinique, la décision quant au moment d'effectuer l'analyse étant prise par l'endocrinologue si vous suspectez des anomalies de la thyroïde chez un patient.

La thyroïdite auto-immune primaire est diagnostiquée chez des patients atteints d'hypothyroïdie avec ses symptômes caractéristiques. Au début, les patients se plaignent de baisse de concentration, de faiblesse, d'apathie et d'altération de la mémoire. Au fur et à mesure que la maladie progresse, des signes plus informatifs apparaissent:

  • perte de poids anormale;
  • gonflement du visage et des membres inférieurs;
  • intolérance au froid;
  • amincissement des cheveux, ongles cassants;
  • violation du cycle menstruel chez la femme ou absence de menstruation;
  • infertilité;
  • cholélithiase.

En cas d'hypothyroïdie prolongée, le visage du patient acquiert un aspect caractéristique de la maladie (myxoedémateux): gonflement, faiblesse du mimétisme, aspect aliéné, peau de couleur jaunâtre. Dans une étude de diagnostic, des auto-anticorps anti-TPO élevés sont déterminés lors de l'analyse du sang de ces patients.

Le tableau clinique du goitre toxique présente des signes plus prononcés:

  • goitre;
  • la tachycardie;
  • perte de poids importante avec un appétit sain;
  • oeil de bogue;
  • troubles émotionnels: larmoiement, irritabilité;
  • insuffisance cardiaque;
  • faiblesse des muscles des membres.

Les premiers symptômes prononcés de la maladie de Basedow (Graves) apparaissent plusieurs mois avant le diagnostic: insuffisance cardiaque et modifications oculaires.

Quel est le danger d'augmenter AT TPO pendant la grossesse et après l'accouchement?

Une thyroïdite auto-immune se développe chez 50% des femmes porteuses d'autoanticorps dirigés contre la peroxydase des thyrocytes après l'accouchement et après un avortement. L’augmentation des anticorps est due à la réaction accrue du système immunitaire après l’accouchement après l’inhibition naturelle de l’immunité pendant la grossesse.

La thyroïdite post-partum se manifeste chez une femme environ 3 mois après la naissance et commence par une légère augmentation des hormones thyroïdiennes, qui se traduit par une fatigue et une perte de poids. Après 6 mois, les niveaux de T3 et de T4 diminuent et une hypothyroïdie se développe, accompagnée de symptômes caractéristiques de la dépression postpartum.

Les anticorps maternels anti-thyroperoxydase peuvent pénétrer dans le fœtus par le placenta et provoquer une hypothyroïdie intra-utérine. Cependant, chez la plupart des enfants, les auto-anticorps disparaissent 2 mois après la naissance. Ce facteur n’est pas une contre-indication à la grossesse chez les femmes atteintes d’AT TPO. Cependant, durant la période de gestation de la future mère, un endocrinologue doit veiller à la prévention de l’hypothyroïdie, car une diminution des hormones thyroïdiennes chez la femme enceinte peut entraîner de graves troubles du développement du système nerveux chez le fœtus.

L’analyse pour la détermination des autoanticorps anti-TPO pendant la grossesse devrait être effectuée par toutes les femmes dont l’hérédité est lourde.

Anticorps anti-tpo: description de l'indicateur et de son taux chez la femme

Les maladies du système endocrinien (en particulier la thyroïdite auto-immune) se fixent aujourd'hui à la même fréquence que la dystonie végétative-vasculaire, mais presque toutes nécessitent des tests approfondis. La manière la plus correcte est de réussir le test des anticorps anti-TPO et TG.

Les anticorps anti-TPO: qu'est-ce que c'est?

L'abréviation TPO signifie «thyroïde peroxydase» et, avec la thyroglobuline (TG), est soumise aux tests les plus fréquents chez la femme, en cas de problème endocrinologique. Chacune d'entre elles est une enzyme nécessaire à l'organisme, mais lorsque la thyroïde dysfonctionnera de la part du système immunitaire, une production active d'anticorps commencera - des protéines conçues pour détruire les cellules négatives formées. Pour cette raison, dans certains cas, le contrôle de AT TPO est nécessaire, ce qui est effectué en prenant un test sanguin puis en le déchiffrant.

La TPO joue le rôle de catalyseur pour la production des hormones T3 et T4, dont la production diminue avec l’augmentation des quantités d’anticorps dirigés contre la TPO. Cette enzyme est également importante pour la formation naturelle d'iode dans le corps. Par conséquent, l'augmentation des anticorps anti-TPO doit être bloquée aux stades précoces.

L'analyse des anticorps anti-TPO est effectuée à la fois lors d'un diagnostic précis, avant de commencer un traitement ciblé, et lorsque les symptômes primaires changent de niveau:

  • hypertrophie de la glande thyroïde (apparition de goitre chez la femme);
  • œdème de la jambe;
  • ophtalmopathie;
  • hyperthyroïdie chez le nouveau-né.

En outre, les experts insistent non seulement sur les tests de routine, mais également sur le test obligatoire des anticorps pendant la grossesse, car cela peut non seulement avoir un effet négatif indésirable sur le fœtus, mais aussi développer une thyroïdite chez la jeune mère.

Augmentation et diminution des anticorps anti-TPO chez les femmes

Afin de déchiffrer correctement et indépendamment les résultats du test, il est nécessaire de connaître non seulement les valeurs d'un test sanguin simple, mais également le taux d'anticorps anti-TPO chez la femme:

  • Jusqu'à 50 ans (avant la période climatérique), une valeur de 0,0 à 35,0 unités / l est considérée comme la norme.
  • Après l’apparition du climatère, la limite supérieure peut atteindre 100,0 U / L.
  • Un certain nombre de cliniques qui effectuent des tests peuvent définir des valeurs en unités / ml. La valeur de référence sera alors inférieure à 5,6 unités / ml. La limite est définie entre 3,0 unités / ml et 1000,0 unités / ml.

Une augmentation des anticorps anti-TPO chez les femmes de 18 à 20 unités / ml ne nécessite généralement pas de traitement, mais nécessite une surveillance accrue de la part des patients.

Les experts notent qu'une valeur inférieure peut être fixée chez les personnes ne présentant aucune violation du système endocrinien et de la glande thyroïde en particulier, et qu'elle est parfois attribuée à l'erreur de la méthode de vérification. Avec la montée des anticorps anti-TPO, les choses ne sont plus aussi fluides.

  1. La thyroïdite de Hashimoto (90% des cas) est la principale raison de cette augmentation. La manifestation visuelle consiste en un changement de la glande thyroïde dans le sens d'une augmentation.
  2. Une option moins fréquente est la maladie de Graves ou la maladie de Graves, se manifestant par une augmentation du goitre; En outre, l'hyperthyroïdie peut être administrée.
  3. La cause «la plus facile» est le dysfonctionnement de la thyroïde post-partum, avec des symptômes similaires à ceux du corps: fatigue, diminution des performances, cheveux et ongles cassants, peau sèche.
  4. L'hypothyroïdie est rarement évoquée, mais a également sa place. Chez les enfants, cela devient un précurseur du crétinisme. Accompagné de fatigue, activité réduite, gonflement du visage, ralentissement des processus métaboliques.

Quel traitement choisir si les anticorps anti-TPO sont élevés?

Le médecin doit prescrire un traitement avec une augmentation importante d'anticorps anti-TPO, comme pour les recommandations générales et les règles qui seront appliquées ici. Dans 90% des cas, le traitement repose sur des préparations hormonales. Par conséquent, des effets indésirables sont probables.

Outre les hormones, des préparations à base d'iode peuvent être prescrites, dont la déficience avec l'augmentation des anticorps anti-TPO est particulièrement visible, mais elles ne suffiront pas. Par conséquent, avec tout écart par rapport à la norme en termes d’indicateurs, il est nécessaire de consulter un médecin.

Les anticorps anti-TPO sont très élevés - qu'est-ce que cela signifie?

Les anticorps anti-thyroperoxydase sont des complexes immuns qui attaquent la glande thyroïde et ses structures. La thyroperoxydase est impliquée dans la synthèse de la forme inactive en une forme active de l'iode, nécessaire au fonctionnement normal de la glande thyroïde.

Quand AT-TPO est élevé - qu'est-ce que cela signifie?

Si les indicateurs de AT-TPO sont au-dessus de la norme, cela indique des modifications pathologiques graves survenant dans le corps:

  1. Si le système immunitaire fonctionne mal pour une raison quelconque, il commence à reconnaître un corps étranger dans le tissu thyroïdien.
  2. En réponse à un corps étranger, les immunoglobulines sont synthétisées, attaquant les tissus sains de la thyroïde et les détruisant.

Les problèmes de thyroïde et de déficience hormonale de la TSH, de la T3 et de la T4 peuvent avoir des conséquences graves, telles qu'un coma hypothyroïdien ou une crise thyréotoxique souvent fatales. Mais l'endocrinologue Alexander Ametov assure qu'il est facile de guérir la glande thyroïde, même à la maison, il suffit de boire. Lire plus »

Les anticorps anti-TPO ont augmenté plusieurs fois

Des niveaux élevés d'AT-TPO peuvent indiquer une maladie:

  • Thyroïdite auto-immune.
  • L'hyperthyroïdie.
  • Maladie de Basedow.
  • La grossesse
  • Maladie de Hashimoto.
  • Thyroïdite post-partum.

Causes et symptômes de l'augmentation des anticorps

Causes:

  • Le diabète sucré;
  • Insuffisance rénale chronique;
  • Maladies auto-immunes;
  • Maladies d'étiologie virale;
  • Massage et physiothérapie;
  • Syndrome de l'intestin qui fuit;

Symptômes:

  • Changement de voix;
  • L'œdème;
  • L'irritabilité;
  • Peau sèche;
  • Perte de cheveux;
  • Infertilité;
  • Sautes d'humeur;
  • Troubles de la mémoire;
  • L'hypotension;
  • Tachycardie

Troubles observés dans les systèmes suivants du corps:

  • Le système digestif;
  • Système reproducteur;
  • Système nerveux;
  • Système cardiovasculaire;
  • Système musculo-squelettique.

Tous les systèmes étant interconnectés, une défaillance du système endocrinien et immunitaire perturbe le travail des autres systèmes.

Les normes pour le contenu d'AT-TPO dans le sang de personnes en bonne santé

  • Jusqu'à 50 ans chez les personnes en bonne santé, la concentration de la norme d'hormone est de 5,6 m / l et ne dépasse pas sa limite.
  • On sait qu'après 50 ans, l'AT-TPO pourrait augmenter.

Par conséquent, il est recommandé de subir un examen médical prophylactique avec contrôle d'AT-TPO une fois par an pour le diagnostic précoce de la maladie thyroïdienne.

Anticorps anti-TPO élevés pendant la grossesse:

  • La concentration d'AT-TPO devient supérieure à la normale chez les femmes présentant des anomalies thyroïdiennes avant la grossesse.
  • Les indicateurs de la norme chez les femmes pendant la gestation devraient correspondre à 2,6 m / l, sans toutefois dépasser sa valeur.

Sur la base des résultats des tests, les médecins peuvent diagnostiquer et prévenir les complications. Par conséquent, une femme à risque de développer une thyroïdite est soumise à une surveillance périodique de AT-TPO.

Conséquences possibles:

  • Thyroïdite post-partum. En règle générale, la maladie se développe de 8 à 12 semaines après la naissance. Habituellement, les femmes sont sujettes à cette maladie avec des valeurs élevées d’AT-TPO.
  • Avortement spontané ou développement anormal du fœtus, ainsi que l'apparition de problèmes obstétricaux pendant la gestation et l'accouchement.
  • La progression des modifications pathologiques de la glande thyroïde ou la manifestation de l'hyperthyroïdie.

Un enfant a augmenté ses anticorps contre la TPO:

  • Des taux élevés d’AT-TPO peuvent être observés chez les enfants après la naissance. Après un certain temps, ces indicateurs sont normalisés.
  • Une concentration élevée d'AT-TPO peut également être observée chez les enfants nés d'une femme atteinte de thyroïdite.

Facteurs de risque

  • Rayonnement radioactif;
  • Le stress;
  • Consommation excessive d'alcool;
  • Fumer;
  • La grossesse;
  • Sexe féminin;
  • Âge moyen;
  • Activité physique excessive;
  • Maladies inflammatoires du pharynx;
  • Blessures;
  • Maladies chroniques.

Qui montre la définition des maladies auto-immunes?

  • Personnes ayant une prédisposition héréditaire à la maladie thyroïdienne auto-immune;
  • Femmes infertiles;
  • Patients prenant des médicaments qui affectent la glande thyroïde;
  • S'il y a des changements dans la glande thyroïde, diagnostiqués par échographie;
  • Enfants présentant des symptômes d'hyperthyroïdie;
  • Les femmes qui planifient une grossesse avec des taux élevés d’hormones stimulant la thyroïde;
  • Maladie de Hashimoto ou maladie de Basedow;
  • Une augmentation du tissu thyroïdien d'origine inconnue;
  • Établir les causes de l'hyperthyroïdie manifeste;
  • En présence de myxedema.

Conséquences du syndrome:

  • Infertilité
  • Goitre thyroïdien.
  • La maladie d'Addison.
  • Le diabète.
  • Troubles neurologiques.
  • Hypercholestérolémie.
  • Le risque de développer des maladies cardiovasculaires.

Thérapie clinique

Si des anomalies sont détectées, si les anticorps anti-TPO sont fortement élevés, le traitement est basé sur l'approche individuelle de chaque patient. Le traitement consiste à corriger les états pathologiques qui ont entraîné un dysfonctionnement de l’immunité du corps.

Maladie à base de

Cette maladie est une maladie auto-immune appelée goitre toxique diffus. Manifestation de la maladie Bazedova a présenté des symptômes d'hyperthyroïdie.

Symptômes de l'hyperthyroïdie:

  • Perte de poids sans raison apparente.
  • L'hypertension;
  • Hypersécrétion des glandes sudoripares;
  • L'arythmie;
  • Tachycardie;
  • Troubles psycho-émotionnels, accompagnés d'irritabilité, d'apathie;
  • Tremblement des membres supérieurs et du corps;
  • Température subfébrile.

Traitement

  • La pharmacothérapie comprend la nomination de médicaments thyréostatiques.
  • L'action des thyréostatiques vise à bloquer la fonction de la glande thyroïde, ce qui permet de normaliser et de maintenir l'état de l'organisme dans son ensemble.
  • De plus, en cas de goitre toxique diffus, on utilise un traitement à l'iode radioactif qui permet de traiter efficacement la maladie et se distingue par sa sécurité.

Thyroïdite auto-immune (AIT)

La thyroïdite auto-immune est une maladie auto-immune dans laquelle les cellules folliculaires sont endommagées et détruites, provoquant le développement de processus inflammatoires dans les tissus de la glande thyroïde.

Le développement de l’ACI se déroule en plusieurs phases:

  • Phase euthyroïdienne. S'écoule sans perturbation de la glande thyroïde pendant plusieurs années et même toute la vie.
  • Phase subclinique. En cas d'évolution de la maladie, les lymphocytes T détruisent les cellules thyroïdiennes, ce qui entraîne une diminution du taux d'hormones thyroïdiennes.
  • Phase thyréotoxique. Cette phase comprend la libération d'hormones thyroïdiennes dans le sang, en raison de la destruction des tissus et des follicules de la glande thyroïde. La T4 est réduite en raison de la destruction complète de la glande thyroïde.
  • Phase hypothyroïdienne. La durée de la phase est de 1 an, pendant laquelle la fonction de la glande thyroïde est restaurée.

Symptômes:

  • L'hypothermie;
  • L'hypotension;
  • Peau sèche, ongles fins;
  • Altération de la mémoire et des performances mentales du cerveau;
  • La bradycardie;
  • Myalgie;
  • Arthralgie;
  • Troubles psycho-émotionnels, accompagnés d'apathie, de léthargie;
  • L'obésité.

Selon les manifestations cliniques, la thyroïdite auto-immune comprend les formes suivantes:

  • Forme latente. Dans cette forme de la maladie, les symptômes sont absents, mais il existe des fantômes immunologiques. Fer inchangé, fonctionnant normalement. Il existe un léger symptôme de thyrotoxicose ou d'hypothyroïdie.
  • Forme hypertrophique. La thyroïdite hypertrophique s'accompagne d'un élargissement de la glande thyroïde avec une symptomatologie modérée de l'hypothyroïdie et de la thyréotoxicose. Fonction thyroïdienne enregistrée. Avec la progression de la maladie, la fonction diminue avec le développement de l'hypothyroïdie.
  • Forme atrophique. Cette forme de maladie se caractérise par une forte diminution de la fonction thyroïdienne due à une thyroïdite sévère accompagnée de manifestations cliniques d'hypothyroïdie. La taille de la glande est observée dans la normale.

Traitement

Si des anticorps élevés contre la TPO sont détectés, le traitement est prescrit en fonction des signes cliniques et des données de laboratoire:

  • Dans la manifestation des symptômes thyrotoxiques, des médicaments thyréostatiques sont prescrits, tels que le tiamazol, le carbimazole, le propitsil.
  • En cas d'apparition de symptômes causés par des troubles du système cardiovasculaire, des B-bloquants sont prescrits.
  • Dans la période subaiguë de la thyroïdite, des glucocorticoïdes, tels que la prednisone, sont utilisés.
  • En cas d’hypothyroïdie, traitement substitutif avec prescription utilisant des agents hormonaux tels que la L-thyroxine. Le traitement est surveillé en permanence par des indicateurs de la concentration de TSH dans le sang. En savoir plus sur l'analyse de l'hormone TSH: la norme pour les femmes par âge et pendant la grossesse, à lire ici.
  • Pour réduire le AT-TPO, un traitement avec des médicaments du groupe pharmacologique AINS est réalisé: voltaren, indométhacine, métindol.
  • Pour les traitements complexes, on utilise des vitamines et des adaptants.

Thyroïdite post-partum

La thyroïdite post-partum se développe après l'accouchement dans l'année. Les femmes présentant des déviations dans le fonctionnement de la glande thyroïde, accompagnées d'une concentration élevée en AT-TPO, sont sujettes à cette maladie.

Groupe de risque:

  • Femmes de plus de 35 ans;
  • Patients atteints de troubles du système nerveux;
  • Les femmes ayant une prédisposition héréditaire à la maladie thyroïdienne;
  • Les patients atteints de maladies auto-immunes;
  • Porteurs d'anticorps anti-peroxydase.

Symptômes:

  • Troubles de la mémoire;
  • Troubles du sommeil;
  • Peau sèche, perte de cheveux, ongles cassants;
  • Perturbation du système gastro-intestinal;
  • Somnolence, dépression, apathie;
  • Dysphagie;
  • Gonflement sous les yeux et les membres inférieurs;
  • Tachycardie;
  • Arthralgie;
  • Myalgie;
  • Bouffées de chaleur périodiques.

Stades cliniques de la maladie:

  1. Thyrotoxicose. Cette étape se manifeste par des symptômes: tachycardie, sautes d'humeur, tremblements des extrémités, hypersécrétion des glandes sudoripares, anxiété et anxiété.
  2. L'hypothyroïdie. L'hypothyroïdie se caractérise par: une perte de poids, une faiblesse, une hypotension, une asthénie, une arthralgie, une altération de la mémoire et une diminution de l'efficacité du travail mental du cerveau.
  3. Récupération. À ce stade, la glande thyroïde se rétablit avec une diminution des manifestations cliniques.

Traitement avec anticorps élevés contre la TPO, médicaments

Le traitement est prescrit par un médecin sur la base de données de laboratoire concernant la concentration en AT-TPO, TSH, T3 et T4.

Les médicaments suivants sont prescrits:

  • Les médicaments qui bloquent la glande thyroïde: la lévothyroxine.
  • Anti-inflammatoires non stéroïdiens: Voltaren, Endomitacin.
  • Glucocorticoïdes: Dexamezaton, Prednisone.
  • B-bloquants pour réduire les symptômes.
  • Injection d'antibiotiques.
  • Thérapie de remplacement: thyroxine.
  • Chirurgie

Anticorps élevés contre la TPO - qu'est-ce que cela signifie?

Parmi toutes les maladies endocriniennes, les maladies de la thyroïde sont les deuxièmes au monde en fréquence.

Les troubles du fonctionnement de cet organe ont des effets négatifs sur l'état de tous les systèmes du corps, car les hormones thyroïdiennes interviennent dans les processus métaboliques, sont responsables de la croissance et du développement des cellules, régulent le fonctionnement du cœur, etc.

Un certain nombre de tests de laboratoire sont utilisés pour identifier les anomalies de la thyroïde, dont l’analyse du niveau d’anticorps (immunoglobulines) dirigé contre la peroxydase thyroïdienne (TPO). Si des anticorps élevés contre la TPO sont détectés, qu'est-ce que cela signifie? Nous comprendrons ce problème.

Les anticorps anti-TPO sont levés: qu'est-ce que cela signifie?

La peroxydase thyroïdienne (thyroperoxydase) est une enzyme localisée à la surface des cellules thyroïdiennes folliculaires et qui participe à la production de triiodothyronine et de thyroxine. Il catalyse (accélère) deux réactions importantes: l'oxydation de l'iodite et la liaison des tyrosines iodées.

Normalement, les TPO ne sont présents que dans les tissus de la glande thyroïde. Mais sous l'influence de facteurs indésirables, des enzymes peuvent pénétrer dans le sang. Le système immunitaire les considère comme des agents extraterrestres. En conséquence, les lymphocytes B commencent à produire des anticorps anti-thyroperoxydase (immunoglobulines microsomales) afin de la détruire.

Ainsi, une augmentation des anticorps dans le sang contre la TPO signifie que la glande thyroïde a été endommagée. Raisons possibles:

  • pathologies virales;
  • processus inflammatoires dans les tissus de l'organe;
  • lésion thyroïdienne directe;
  • carence en iode / excès;
  • exposition aux radiations.

Le taux moyen d'immunoglobulines microsomales peut atteindre 34 UI / ml, mais les valeurs de référence peuvent différer selon les laboratoires. L'excès de cet indicateur indique dans la plupart des cas le développement d'un processus auto-immunitaire dans le corps, qui peut avoir des conséquences très graves.

Puisque les TPO sont situés non seulement dans la circulation sanguine, mais également à la surface des cellules de la thyroïde, le processus de leur destruction commence.

La sévérité de la réponse immunitaire dépend directement de la concentration de peroxydase thyroïdienne dans le sang. Plus il est élevé, plus de cellules de défense sont produites et plus elles endommagent le corps. Selon les statistiques, une augmentation des immunoglobulines microsomales a été diagnostiquée chez 5% des hommes et 10% des femmes dans le monde.

Qu'est-ce qu'une augmentation du niveau d'anticorps anti-TPO?

L'augmentation du niveau d'anticorps anti-TPO peut avoir différents effets sur le corps. Chez un petit nombre de personnes, principalement des femmes d'âge moyen, un test sanguin donne ce résultat dans le contexte de l'absence de problèmes de glande thyroïde et d'autres organes du système endocrinien. Dans ce cas, il est recommandé de surveiller l'état du corps.

Avec une augmentation modérée de la concentration en immunoglobulines microsomales, il se produit le plus souvent une destruction lente des thyrocytes (cellules thyroïdiennes) sur une longue période (20 à 30 ans).

En conséquence, l'hypothyroïdie se développe - une condition dans laquelle une quantité insuffisante de thyroxine et de triiodothyronine est produite. Elle se caractérise par le ralentissement de tous les processus métaboliques dans le corps.

Si la concentration d'anticorps anti-TPO est très élevée, il y a destruction massive des thyrocytes. En conséquence, le taux d’hormones thyroïdiennes augmente fortement dans le sang, c’est-à-dire que la thyréotoxicose (hyperthyroïdie) se développe. Cela augmente le taux de réactions métaboliques, perturbe les systèmes cardiovasculaire et digestif, augmente l'irritabilité, etc. Au fil du temps, les cellules détruites sont remplacées par du tissu conjonctif et la thyréotoxicose est remplacée par une hypothyroïdie.

Maladies de la glande thyroïde qui, dans 85 à 95% des cas, sont accompagnées d'une augmentation des immunoglobulines microsomales:

  • thyroïdite auto-immune (syndrome de Hashimoto);
  • goitre toxique (maladie Bazedova, Graves);
  • thyroïdite subaiguë après infection virale;
  • thyroïdite post-partum.

En outre, l'analyse peut donner un résultat positif dans la polyarthrite rhumatoïde, le diabète de type 1, l'anémie pernicieuse, le vitiligo et d'autres pathologies auto-immunes, ainsi que lors de la prise de médicaments avec l'interféron, l'amiodarone, le lithium.

À qui est attribué un test d'anticorps anti-TPO?

Indications principales

Une étude sur les anticorps anti-peroxydase thyroïdienne est indiquée en cas de symptômes indiquant une hypo- ou une hyperthyroïdie (thyréotoxicose).

  • gain de poids avec une nutrition normale;
  • état dépressif; dépression
  • se sentir fatigué tout le temps;
  • ongles cassants, cheveux clairsemés, peau sèche;
  • sensation de froid à température normale;
  • affaiblissement de la mémoire, concentration, diminution des capacités intellectuelles;
  • gonflement en l'absence de maladies néphrologiques;
  • constipation
  • perte de poids avec augmentation de l'appétit;
  • insomnie, irritabilité, anxiété;
  • la tachycardie;
  • transpiration excessive;
  • violations dans le tractus gastro-intestinal;
  • renflement des globes oculaires.

En outre, les femmes devraient être testées pour l'EFTP dans le cadre d'un examen complet de la glande thyroïde avec:

  • troubles menstruels;
  • l'incapacité de concevoir un enfant;
  • fausses couches récurrentes;
  • préparation à la procédure de FIV.

Autres raisons de l'étude:

  • glande thyroïde élargie (goitre);
  • structure inégale de la glande;
  • une thyroïdite de Hashimoto présumée ou une maladie de Bazedov;
  • déficit / excès d'hormones thyroïdiennes ou de TSH;
  • préparation à la nomination de préparations d'interféron, d'amiodarone ou de lithium.

Une des maladies les plus courantes de la glande thyroïde est le goitre euthyroïdien. De plus, il s’agit de la maladie la plus inoffensive, car les hormones sont produites normalement.

Ce qui est caractérisé par un goitre toxique diffus 3 degrés et quelles plaintes sont observées chez le patient, lisez ici.

Les méthodes traditionnelles de traitement du goitre toxique diffus sont décrites sur cette page.

Anticorps anti-TPO et grossesse

Dans certains cas, il est conseillé de rechercher des immunoglobulines microsomales pendant la grossesse. Indications clés:

  • la présence d'une maladie de la thyroïde chez une femme;
  • le niveau d'hormone stimulant la thyroïde est supérieur à 2,5 mU / l, même en l'absence de manifestations pathologiques.

Une concentration accrue d'anticorps anti-thyroperoxydase indique le risque de développer une thyroïdite post-partum. Cette condition survient chez 5 à 10% des femmes après la grossesse. Elle est causée par une agression auto-immune transitoire conduisant à la destruction des cellules de la thyroïde et à la libération d'hormones thyroïdiennes dans le sang.

La phase de thyrotoxicose survient 8 à 14 semaines après l'accouchement, suivie d'un stade d'hypothyroïdie et, au bout de 6 à 8 mois, dans 70 à 80% des cas, l'activité fonctionnelle de la glande est restaurée. Une hypothyroïdie persistante est observée chez 20 à 30% des patients.

  • hypo ou hyperthyroïdie chez le fœtus en raison de la pénétration d'immunoglobulines à travers le placenta;
  • anomalies de la thyroïde chez une femme enceinte;
  • fausse couche

Il est important de procéder à l'examen le plus tôt possible, de préférence avant la 12e semaine de grossesse. La combinaison de taux élevés de TSH et d'anticorps microsomaux est un prétexte pour prescrire la lévothyroxine, un analogue synthétique de la thyroxine. Cela évite les complications. Si, au cours de la grossesse, la mère a détecté des immunoglobulines pour la thyroïde peroxydase, leur niveau doit être vérifié chez l'enfant après la naissance.

Directions de traitement

Il est impossible d'interférer avec le travail du système immunitaire et d'affecter le niveau d'anticorps anti-TPO. Avec un résultat positif de l'analyse, il est nécessaire d'identifier la cause de la réaction auto-immune et de prescrire le traitement approprié.

En cas de thyréotoxicose, on utilise généralement des médicaments neutralisant les symptômes d'un excès de substances actives dans le sang.

Dans l'hyperthyroïdie, des hormones synthétiques de la thyroïde sont prescrites. Pour le traitement de la thyroïdite subaiguë, des glucocorticoïdes et des anti-inflammatoires sont utilisés.

En l'absence de symptômes et de troubles pathologiques dans les organes endocriniens, le patient est surveillé. Dans le même temps, des vitamines et des adaptogènes peuvent être prescrits.

Il est peu pratique de faire des tests répétés pour les immunoglobulines contre la TPO. Les fluctuations de leur niveau n'ont aucun lien avec l'efficacité du traitement prescrit. Il est nécessaire de suivre les indicateurs de l'activité fonctionnelle de la glande thyroïde, c'est-à-dire les niveaux de thyroxine, de triiodothyronine et de TSH.

Le second nom de la thyroïdite auto-immune est la thyroïdite de Hashimoto. En savoir plus sur les facteurs de risque, les complications et les traitements sur notre site Web.

Qu'est-ce que la présence de l'éducation anéchoïque dans la glande thyroïde, lire dans le prochain article.

Le niveau d'anticorps anti-peroxydase thyroïdienne est l'un des indicateurs de l'état de la glande thyroïde. L'analyse est prescrite en présence de symptômes de thyrotoxicose, thyroïdite, hypothyroïdie, hypertrophie de la glande thyroïde, etc.

Une augmentation de la concentration d'immunoglobulines associée à d'autres modifications des tests de laboratoire indique une progression du processus auto-immun dans lequel le système immunitaire détruit les cellules thyroïdiennes. Les directions de correction d'état dépendent des raisons qui l'ont provoquée. En l'absence de manifestations pathologiques et de troubles endocriniens, aucun traitement n'est effectué.

Vous Pouvez, Comme Pro Hormones