Aujourd'hui, dans la structure des maladies de la glande thyroïde, les processus pathologiques provoqués par une perturbation du système de défense de l'organisme deviennent de plus en plus courants.

La ruse de telles maladies ne réside pas seulement dans leur évolution latente à long terme, mais aussi dans la nécessité d'appliquer des méthodes de diagnostic spécifiques.

En particulier, à cette fin, la détermination de la concentration en anticorps anti-peroxydase thyroïdienne (AT-TPO) est utilisée en endocrinologie.

Cet indicateur constitue un critère clinique important pour évaluer les modifications structurelles et fonctionnelles de la glande thyroïde. Par conséquent, s'il est établi que le titre d'AT-TPO est considérablement augmenté, le spécialiste devra répondre à la question suivante: qu'est-ce que cela signifie, quels sont les moyens de corriger la maladie et comment éviter les risques de complications.

Anticorps anti-TPO

Les anticorps anti-TPO sont des auto-anticorps du système de défense de l'organisme dont la sécrétion résulte d'une réponse immunitaire inadéquate, ce qui a pour conséquence que sa propre enzyme, la thyroperoxydase, est perçue comme un agent étranger. Ce dernier est situé à la surface des cellules de la glande thyroïde et participe à la synthèse des hormones thyroïdiennes.

La limite supérieure du contenu normal en AT-TPO dans le sang de personnes en bonne santé va jusqu'à 30 U / ml. Afin d'obtenir le résultat le plus fiable possible pendant l'analyse, il est pris le matin à jeun, tandis qu'à la veille de la procédure, il est nécessaire d'exclure les efforts physiques excessifs, les situations stressantes, ainsi que le tabagisme et la consommation d'alcool.

Quand est-ce que AT-TPO est élevé?

AT to TPO a augmenté - qu'est-ce que cela signifie? Une augmentation de la concentration d'anticorps anti-thyroperoxydase survient lors des affections suivantes:

  • thyroïdite auto-immune;
  • Maladie de Basedow;
  • thyroïdite post-partum;
  • infections virales;
  • les maladies auto-immunes non thyroïdiennes qui sont souvent héréditaires, par exemple la polyarthrite rhumatoïde, le lupus érythémateux disséminé, les collagénoses, le vitiligo, etc.

Parmi les autres causes de cet état pathologique, on peut identifier:

  • diabète sucré;
  • insuffisance rénale chronique;
  • irradiation antérieure de la tête et du cou;
  • traumatisation de l'organe endocrinien;
  • rhumatisme.

Si un diagnostic de sur-normalisation de l'AT-TPO était diagnostiqué, il est inutile de refaire cette analyse pour évaluer la dynamique de cet indicateur, car elle ne sert qu'à confirmer ou exclure une maladie spécifique et non à évaluer l'efficacité du traitement.

Facteurs de risque

Parmi les principaux facteurs pouvant entraîner une augmentation du niveau d'anticorps anti-thyroperoxydase, il convient de noter:

  • hypothyroïdie idiopathique;
  • dysfonctionnement thyroïdien post-partum;
  • thyroïdite auto-immune;
  • goitre toxique nodulaire;
  • l'hyperthyroïdie;
  • thyroïdite lymphomateuse chronique et subaiguë;
  • Maladie de Basedow;
  • processus auto-immuns de localisation extrathyroïdienne.

Qui montre la définition des maladies auto-immunes?

La définition du titre AT-TPO est utilisée dans les situations cliniques suivantes:

  • Établir le facteur étiologique dans le développement de l'hypothyroïdie subclinique ou manifeste;
  • Augmentation du volume de tissu thyroïdien d'origine inconnue.
  • Avant le début du traitement médicamenteux à base d'amiodarone, de préparations de lithium et d'interféron, ces médicaments augmentant de manière significative le risque de processus négatifs dans la glande thyroïde lors de la réalisation d'anticorps anti-thyroperoxydase.
  • En cas de suspicion de thyroïdite, maladie de Hashimoto ou Basedov-Graves.
  • Avec les ultrasons récemment découverts, des signes de changements pathologiques dans la structure en écho de la glande thyroïde.
  • Les femmes qui planifient une naissance avec une augmentation de la concentration de thyrotropine supérieure à 2,5 mU / l. La combinaison de l'hyperproduction d'hormone stimulant la thyroïde et d'AT-TPO soulève la question du traitement hormonal substitutif.
  • Myxoedème prétibial.
  • Lorsque les nourrissons présentent des symptômes d'hyperthyroïdie ou de maladie de Graves qui affectent leur mère.
  • Si vous avez des problèmes de conception.
  • Fausse couche habituelle.

Il convient de noter que chez 10% de la population adulte, le titre en anticorps anti-TPO est accru en l'absence de toute perturbation de l'état fonctionnel de la glande thyroïde.

Conséquences du syndrome

Avec une augmentation prolongée du niveau d'AT-TPO, un certain nombre de complications peuvent se développer.

  1. Thyroïdite post-partum. Il se développe généralement 8-12 semaines après l'accouchement et se produit dans 5-10% des cas. Il est établi que chez les femmes présentant des anticorps anti-thyroperoxydase, cette complication survient deux fois plus souvent.
  2. Augmentation de la probabilité de manifestation d'hypothyroïdie ou d'aggravation d'un état hypofonctionnel existant de la glande thyroïde.
  3. Risque accru d'avortements spontanés, d'anomalies fœtales et d'autres problèmes obstétricaux.

Thérapie clinique

Les tactiques thérapeutiques pour le titre anormal des anticorps anti-thyroperoxydase sont basées sur une approche individuelle et incluent la correction des maladies de la thyroïde qui ont conduit à l'apparition dans le sang de ce marqueur diagnostique de processus auto-immuns. Parmi eux, les pathologies suivantes sont les plus courantes.

Les maladies de la thyroïde touchent les deux sexes, mais le pourcentage de morbidité chez les femmes est plus élevé. Glande thyroïde: les maladies chez les femmes et les hommes, ainsi que les différences dans les symptômes, seront discutées plus en détail dans l'article.

Est-il dangereux d’augmenter l’hormone TSH pendant la grossesse et quels symptômes aideront à reconnaître la maladie, lisez ce qui suit.

Comme les maladies de la thyroïde chez les femmes ne sont pas si rares, il n’est pas superflu de connaître les symptômes de la présence d’une pathologie. Ce lien http://gormonexpert.ru/zhelezy-vnutrennej-sekrecii/shhitovidnaya-zheleza/simptomy-zabolevaniya-u-zhenshhin-lechenie.html tout sur les signes de la maladie thyroïdienne chez la femme et les méthodes de traitement.

Maladie à base de

Maladie de Basedow-Graves, ou goitre toxique diffus - l’un des maux auto-immuns les plus courants, provoquant des symptômes prononcés d’hyperthyroïdie. Il est caractérisé par:

  • fièvre basse;
  • la tachycardie;
  • hausse de la pression artérielle;
  • les arythmies;
  • irritabilité, irritabilité;
  • transpiration accrue;
  • tremblements du corps et des membres;
  • perte de poids, etc.

Dans ce cas, la nomination de médicaments thyréostatiques (Tiamazol, Propitsil et autres), bloquant la fonction de la glande thyroïde.

Un bon effet thérapeutique chez le goitre toxique diffus est démontré par la thérapie à l'iode radioactif, qui est relativement sans danger, mais contre-indiquée pendant la grossesse.

Thyroïdite auto-immune (AIT)

L'apparition classique de cette maladie est caractérisée par le développement d'une thyrotoxicose transitoire, qui dure plusieurs mois. Étant donné que la maladie est liée à des processus destructifs et que l'hyperthyroïdie est associée à la libération d'hormones thyroïdiennes dans le sang par des follicules détruits, et non à l'hyperfonctionnement de la glande thyroïde (comme dans la maladie de Graves), sa correction n'implique pas l'utilisation de thyréostatiques. Pendant cette période, les bêta-bloquants sont présentés comme traitement symptomatique (pour éliminer la tachycardie, la transpiration excessive, les tremblements, etc.).

À ce jour, il n’existe pas de méthodes spécifiques de traitement de l’ACI. Selon les observations cliniques, l’utilisation d’immunosuppresseurs, d’immunomodulateurs, de glucocorticoïdes, de plasmaphérèse et d’autres moyens d’arrêter la progression des processus pathologiques dans le tissu thyroïdien est inefficace; de plus, avec leur utilisation à long terme, le risque de complications graves est élevé.

Les approches actuelles du traitement de cette maladie endocrinienne reposent sur le traitement hormonal substitutif. Elle n'est nommée qu'en cas de manifestation d'hypothyroïdie, conséquence d'une thyroïdite de Hashimoto à long terme. Parmi ses symptômes sont:

  • l'hypothermie;
  • obésité avec appétit préservé;
  • léthargie, apathie;
  • pensée lente et discours;
  • troubles de la mémoire;
  • la bradycardie;
  • l'hypotension;
  • peau sèche;
  • myalgie;
  • arthralgie

Si même une hypothyroïdie infraclinique est détectée chez la femme enceinte, la lévothyroxine doit être administrée immédiatement.

Il est à noter que l'utilisation d'analogues d'hormones thyroïdiennes pour le traitement de l'AIT (présence d'un taux diagnostique significatif d'AT-TPO et / ou de signes échographiques d'un processus auto-immun) sans perturber la glande thyroïde (niveau de TSH normal) est inappropriée.

Une augmentation du titre en anticorps anti-thyroperoxydase ne peut être un signe absolu de la thyroïdite de Hashimoto, car un tel changement se retrouve dans le sérum sanguin et chez les personnes en bonne santé qui ne développent jamais la maladie.

Thyroïdite post-partum

La thyroïdite post-partum se manifeste moins d’un an après la naissance du bébé.

Dans la variante classique, les débuts de la maladie sont caractérisés par le développement de la phase hyperthyroïdienne, qui, comme dans le cas de l'AIT, ne nécessite pas la nomination d'un thyréostatique.

Cela se produit souvent de manière latente, mais des plaintes d'irritabilité, de tremblements et de tachycardie sont possibles. Dans ce cas, des bêta-bloquants peuvent être attribués.

Lorsque la maladie passe au stade hypothyroïdien, un traitement hormonal substitutif est utilisé, qui dure de 9 à 12 mois. Cependant, les femmes ayant une thyroïdite différée ont besoin d'une surveillance régulière de la fonction thyroïdienne et, si nécessaire, de sa correction (par exemple, en cas d'hypothyroïdie persistante).

Conclusion

Bien entendu, tout signe de déviation dans le travail de cet organe de sécrétion interne devrait servir de motif pour contacter un spécialiste, mais il ne faut pas oublier les mesures préventives, par exemple les visites régulières chez un endocrinologue et une échographie de la glande thyroïde.

Pendant la grossesse, restructuration de tout l'organisme, en particulier du système hormonal. Nous dirons dans l'article ce que vous devez savoir si la TSH est abaissée et quels symptômes peuvent contribuer à l'état de déséquilibre hormonal.

Qu'est-ce qu'une tumeur folliculaire de la glande thyroïde et comment distinguer le processus malin du processus bénin, voir ce lien.

N ° 58 Anticorps contre la thyroïde peroxydase

Autoanticorps à l'enzyme des cellules thyroïdiennes.

Anticorps contre l'enzyme des cellules de la thyroïde impliquées dans la synthèse des hormones thyroïdiennes.

Les anticorps anti-peroxydase thyroïdienne sont un indicateur de l'agression du système immunitaire vis-à-vis de son propre organisme. La peroxydase thyroïdienne assure la formation de la forme active de l'iode, qui peut être incluse dans le processus d'iodification de la thyroglobuline. Les anticorps de l'enzyme bloquent son activité, ce qui réduit la sécrétion d'hormones thyroïdiennes (T4, T3). Cependant, AT-TPO ne peut être que des "témoins" du processus auto-immun.

Les anticorps anti-thyroperoxydase sont le test le plus sensible pour détecter une maladie thyroïdienne auto-immune. Habituellement, leur apparition est le premier changement observé au cours du développement de l'hypothyroïdie due à la thyroïdite de Hashimoto. Lorsqu'on utilise des méthodes suffisamment sensibles, l'AT-TPO est présent chez 95% des personnes atteintes de thyroïdite de Hashimoto et chez environ 85% des patients atteints de la maladie de Graves. La détection d'AT-TPO pendant la grossesse indique le risque de thyroïdite post-partum chez la mère et son influence possible sur le développement de l'enfant.

Les limites de référence dépendent en grande partie de la méthode de recherche utilisée. On peut parfois trouver de faibles niveaux d'AT-TPO chez des personnes en bonne santé. Il reste à déterminer si cela peut refléter la norme physiologique, est un précurseur de la thyroïdite auto-immune ou un problème de spécificité de la méthode.

Nouveau-nés:

  • L'hyperthyroïdie.
  • Niveaux élevés d'AT-TPO ou de la maladie de Graves chez la mère.

Adultes:

  • Diagnostic différentiel de l'hyperthyroïdie.
  • Diagnostic différentiel de l'hypothyroïdie.
  • Goitre
  • Maladie de Graves (goitre toxique diffus).
  • Thyroïdite chronique (Hashimoto).
  • Ophtalmopathie: augmentation du tissu oculaire (suspicion de maladie de Graves euthyroïdienne).
  • Gonflement serré des jambes (myxoedème péritibial).

Unités de mesure du laboratoire INVITRO: U / ml.

Valeurs de référence: < 5,6 Ед/мл.

AT-TPO augmenté:

  1. Maladie de Graves (goitre toxique diffus);
  2. goitre toxique nodulaire;
  3. thyroïdite subaiguë (de Creven);
  4. dysfonctionnement thyroïdien post-partum;
  5. thyroïdite chronique (Hashimoto);
  6. hypothyroïdie idiopathique;
  7. thyroïdite auto-immune;
  8. maladies auto-immunes non thyroïdiennes.

N ° 58, Anticorps contre la peroxydase thyroïdienne (AT-TPO, anticorps microsomaux, anti-thyroïdiens)

Anticorps contre l'enzyme des cellules de la thyroïde impliquées dans la synthèse des hormones thyroïdiennes.

Les anticorps anti-peroxydase thyroïdienne sont un indicateur de l'agression du système immunitaire vis-à-vis de son propre organisme. La peroxydase thyroïdienne assure la formation de la forme active de l'iode, qui peut être incluse dans le processus d'iodification de la thyroglobuline. Les anticorps de l'enzyme bloquent son activité, ce qui réduit la sécrétion d'hormones thyroïdiennes (T4, T3). Cependant, AT-TPO ne peut être que des "témoins" du processus auto-immun.

Les anticorps anti-thyroperoxydase sont le test le plus sensible pour détecter une maladie thyroïdienne auto-immune. Habituellement, leur apparition est le premier changement observé au cours du développement de l'hypothyroïdie due à la thyroïdite de Hashimoto. Lorsqu'on utilise des méthodes suffisamment sensibles, l'AT-TPO est présent chez 95% des personnes atteintes de thyroïdite de Hashimoto et chez environ 85% des patients atteints de la maladie de Graves. La détection d'AT-TPO pendant la grossesse indique le risque de thyroïdite post-partum chez la mère et son influence possible sur le développement de l'enfant.

Les limites de référence dépendent en grande partie de la méthode de recherche utilisée. On peut parfois trouver de faibles niveaux d'AT-TPO chez des personnes en bonne santé. Il reste à déterminer si cela peut refléter la norme physiologique, s'il est un précurseur de la thyroïdite auto-immune ou s'il pose un problème de spécificité de la méthode.

  • L'hyperthyroïdie.
  • Niveaux élevés d'AT-TPO ou de la maladie de Graves chez la mère.

L'interprétation des résultats de la recherche contient des informations pour le médecin traitant et ne constitue pas un diagnostic. Les informations contenues dans cette section ne peuvent pas être utilisées pour l'autodiagnostic et l'autotraitement. Le médecin établit un diagnostic précis, en utilisant à la fois les résultats de cet examen et les informations nécessaires provenant d'autres sources: anamnèse, résultats d'autres examens, etc.

Unités de mesure du laboratoire indépendant INVITRO: U / ml.

Att to tpo invitro

Le résultat AT-TPO 74.1 chez un enfant de 5 ans, bien que la norme soit écrite 5.6: comment pouvons-nous être effrayants, pouvons-nous être traités ou devons-nous agir? Qu'est-ce que cela signifie? Je suis très inquiet, nous avons également donné du glucose 4,7 en février, et maintenant il en a 6,4. L'enfant a 5 ans. Que diriez-vous? Il y a 61,6 neutrophiles de plus dans notre pays qui dépassent les 6% et les lymphocytes sont 30,3% plus bas.

Chère Julia! Un titre élevé d'anticorps dirigés contre la thyroïde peroxydase parle de lésions auto-immunes de la glande thyroïde. L’hypothyroïdie (réduction de la fonction des organes) est le résultat fréquent de cette pathologie. Il est donc recommandé de surveiller le taux de TSH tous les ans (test n ° 56). Pour évaluer le risque de développer un diabète, il est conseillé de répéter le test de glycémie (test n ° 16) et de réaliser un test sanguin de recherche d’hémoglobine glyquée (test n ° 18). Ces déviations d’un test sanguin clinique peuvent être une variante de la norme ou parler du processus inflammatoire. Puisque vous n'avez pas signalé de plaintes, nous vous recommandons de contacter votre pédiatre pour déterminer la tactique à adopter. Des informations plus détaillées sur les prix de la recherche et sur leur préparation sont disponibles sur le site Web du laboratoire INVITRO dans les sections: «Analyses et prix» et «Profils de recherche», ainsi qu’en appelant le 8 (800) 200-363-0 (référence commune pour INVITRO Labs)..

Vous pouvez laisser un commentaire:

Veuillez bien comprendre qu'en raison d'un grand nombre de questions, les médecins-consultants d'INVITRO n'entrent pas en correspondance avec les patients. Pour une réponse détaillée, nous vous invitons à une consultation en personne dans l'un de nos cabinets médicaux.

Anticorps anti-thyroperoxydase (auto-anticorps anti-peroxydase de la thyroïde)

La prise de sang se fait à jeun (au moins 8 et au plus 14 heures de jeûne). Vous pouvez boire de l'eau sans gaz.

Méthode de recherche: ILA

La thyroperoxydase (TPO) est une enzyme des cellules folliculaires de la glande thyroïde. La détection de AT-TPO est un test sensible pour la détection de la thyroïdite auto-immune. Dans de rares cas, AT-TPO ne peut pas être détecté dans les cas de thyroïdite auto-immune vérifiée cliniquement (échographie, ponction). Une augmentation modérée du taux d'AT-TPO dans le sang se retrouve chez 5 à 10% des personnes en bonne santé.

INDICATIONS DE RECHERCHE:

  • Thyroïdite auto-immune;
  • Contrôle dynamique des patients atteints de thyroïdite auto-immune.

INTERPRÉTATION DES RÉSULTATS:

Valeurs de référence (variante standard):

CONTRE-INDICATIONS POSSIBLES, IL EST NÉCESSAIRE DE CONSULTER LE SPÉCIALISTE

Copyright Institut central de recherche en épidémiologie FBUN, Rospotrebnadzor, 1998-2018

Analyse de AT à TPO

Synonymes: anticorps anti-peroxydase thyroïdiens (AT-TPO, anticorps microsomaux, anti-thyroïdiens)

La glande thyroïde dans le corps joue un rôle responsable - la production de substances biologiquement actives qui sont responsables du processus d'échange d'énergie entre les cellules. Leur sécrétion se produit avec la participation d'une enzyme spéciale - la peroxydase thyroïdienne (TPO), qui assure le déroulement normal de deux réactions importantes: l'oxydation de l'iodure et l'iodation de la tyrosine.

Les anticorps (AT) contre la TPO se forment lorsque l'enzyme est définie par le corps comme une protéine étrangère. L'analyse d'AT-TPO est un marqueur de haute précision qui détermine le niveau d'agression du système immunitaire sur son propre corps et permet de diagnostiquer en temps voulu les maladies auto-immunes de la glande thyroïde: goitre toxique diffus, thyroïdite, dysfonctionnement de la thyroïde chez les nourrissons.

Informations générales

Sur la thyroperoxydase, qui se trouve à la surface des thyrocytes (cellules produisant T3 et T4), à savoir: directement dans la glande thyroïde, le système immunitaire ne répond pas. Mais seulement jusqu'à un certain point. Lorsque cette enzyme entre dans la circulation sanguine, et cela se produit en cas de lésion de la glande thyroïde, déclenchée par des facteurs externes ou internes, le corps entame une synthèse active des auto-anticorps anti-peroxydase (AT-TPO).

  • radiothérapie (dans le traitement du cancer), exposition systématique du corps (risque professionnel);
  • lésion de la glande thyroïde à la suite d'une ecchymose, d'un souffle, d'une chute, d'une ponction, etc.
  • opération infructueuse sur la glande;
  • manque ou excès d'iode dans le corps;
  • processus inflammatoires, maladies infectieuses et virales.

Lorsque le nombre d'anticorps augmente, la destruction massive de la peroxydase et des cellules thyroïdiennes folliculaires sécrétant T3 et T4 commence. En conséquence, la concentration de ces hormones dans le sang augmente considérablement. Cette affection est diagnostiquée comme une thyrotoxicose auto-immune. Ensuite, pendant 1,5 à 2 mois, les T3 et T4 sont éliminés du corps et leur taux sanguin baisse. Dans le même temps, il n’est pas possible de reconstituer le déficit en hormone, car les cellules qui les produisent sont complètement détruites. L'hypothyroïdie se développe.

Si la quantité d'AT a augmenté modérément, ils détruisent progressivement les cellules de la glande thyroïde pendant des décennies et réduisent progressivement la quantité d'hormones produites. En conséquence, le patient développera une insuffisance de la fonction thyroïdienne et les principales hormones iodées (T3 et T4) seront déficientes. C'est la même hypothyroïdie.

Le test AT-TPO permet de diagnostiquer des conditions pathologiques avec une grande précision, dont la correction nécessite l'utilisation d'un traitement hormonal substitutif (THS). Avec un dosage bien choisi d'hormones synthétiques (lévostérine), cette stratégie de traitement donne un effet clinique stable et durable.

Indications pour l'analyse

En plus des indications directes (diagnostic de maladies auto-immunes de la glande thyroïde), l’endocrinologue peut prescrire une analyse de l’AT à la TPO dans les cas suivants:

  • déterminer le risque d'hypothyroïdie néonatale (insuffisance de la fonction thyroïdienne chez le nouveau-né), si la mère a des antécédents de maladie glandulaire ou si des anticorps contre la TPO sont détectés;
  • dépistage au cours du premier trimestre de la grossesse pour déterminer le risque de thyroïdite (inflammation de la glande thyroïde);
  • dépistage chez les femmes enceintes présentant une concentration de TSH (hormone stimulant la thyroïde)> 2,5;
  • détermination du risque de fausse couche, d'avortement spontané (fausse couche);
  • diagnostic d'infertilité féminine;
  • évaluation de la structure et de l'état de la glande thyroïde avant de prescrire des médicaments (THS, amiodarone, interféron, préparations de lithium ou d'iode, etc.);
  • diagnostics de l'hypothyroïdie, du goitre (augmentation de la taille de la glande), de la thyroïdite, de la thyréotoxicose (sécrétion excessive d'hormones iodées);
  • clarification des résultats de l'échographie (US) qui révélait une violation de la structure (hétérogénéité) de la glande thyroïde.

La question de la faisabilité du test des anticorps anti-thyroperoxydase peut être résolue par un endocrinologue, un gynécologue, un neuropathologiste, un diagnosticien fonctionnel ou un médecin généraliste. Les mêmes spécialistes sont engagés dans le décodage des résultats de l'analyse et la planification du programme de traitement pour les pathologies identifiées.

Norme pour AT-TPO

Toutes les études endocrinologiques (instrumentales et de laboratoire) doivent être effectuées dans le même établissement médical, car les valeurs de référence d'AT-TPO peuvent varier d'un laboratoire à l'autre.

  • Pour les anticorps anti-peroxydase thyroïdienne, l'indicateur est fixé à 5,6 U / ml.
  • Chez les femmes ménopausées, les limites de la norme sont légèrement décalées vers le haut.

AT-TPO supérieur à la normale

Une augmentation des valeurs peut indiquer la présence de:

  • goitre toxique diffus (maladie de Graves);
  • goitre toxique nodulaire;
  • thyroïdite (auto-immune, subaiguë (maladie de Kreven), chronique (maladie de Hashimoto));
  • dysfonctionnement thyroïdien post-partum;
  • hypothyroïdie idiopathique;
  • le diabète;
  • la polyarthrite rhumatoïde (dommages aux articulations et au tissu conjonctif);
  • le lupus érythémateux (une pathologie auto-immune dans laquelle le tissu conjonctif et la peau sont touchés);
  • vasculite (lésion des parois vasculaires), etc.

Les facteurs suivants peuvent donner une fausse augmentation de AT-TPO:

  • prédisposition génétique;
  • une cure de traitement à l'iode ou à d'autres drogues;
  • maladies chroniques au stade aigu;
  • blessure ou chirurgie sur la glande thyroïde.

Pour référence: environ 5% de la population mondiale souffre de maladies auto-immunes de la glande thyroïde. Cela représente environ 350 millions de patients. Dans 10% des anticorps restants contre la TPO, ils peuvent être élevés sans affecter la glande ou causés par d’autres processus systémiques et auto-immuns.

Test d'AT-TPO pour les femmes enceintes

L’examen des anticorps anti-peroxydase de la thyroïde pendant la grossesse est effectué chez les futures mères à des fins prophylactiques. Si la concentration d'anticorps anti-TPO est élevée, le risque de thyroïdite post-partum augmente de 50%.

Selon les statistiques, la pathologie se développe chez 5-10% des femmes après l'accouchement. La glande thyroïde sous l'influence de l'AT s'effondre progressivement, après quoi une thyrotoxicose (sursaturation du corps en hormones iodées) se développe. Parfois, la fonction de la glande est restaurée d'elle-même, mais un tiers des patients peuvent développer une hypothyroïdie, une déficience chronique en hormones nécessitant un traitement hormonal systématique.

Si le niveau d'autres hormones thyroïdiennes (T3, T4, TSH) est augmenté au cours du premier trimestre, l'endocrinologue vous prescrira un test AT-TPO.

Préparation à l'analyse

Pour l’étude, on utilisait du sang veineux (dans un volume d’environ 5 ml). Le prélèvement sanguin est effectué le matin (jusqu'à 11 heures). À ce stade, la concentration d'anticorps et d'hormones endocriniennes dans le sang atteint son maximum.

  • Le sang à analyser est prélevé strictement sur un estomac vide;
  • Immédiatement avant la manipulation, il est permis de ne boire que de l'eau pure non gazeuse;
  • Le jour de l'intervention (du matin au prélèvement), il est également interdit de prendre des médicaments, de fumer ou d'utiliser du chewing-gum.
  • À la veille de ne pas pouvoir boire de l'alcool, de l'énergie et d'autres boissons toniques (thé fort, café);
  • Un mois avant le test, il est nécessaire d'annuler les préparations hormonales et, éventuellement, d'autres cours de médecine (en consultation avec le médecin). L'ingestion d'iode est arrêtée plusieurs jours avant le don de sang.

Contre-indications relatives à l'analyse d'AT-TPO:

  • chirurgie majeure récente, traumatisme;
  • la présence de processus inflammatoires dans le corps;
  • l'impossibilité d'annuler le traitement avec des médicaments qui affectent directement le résultat de l'étude.

La concentration d'hormones et d'anticorps augmente avec tout stress physique ou émotionnel. Par conséquent, une demi-heure avant l’essai doit être observée.

Nos autres articles sur les hormones thyroïdiennes:

Attribution d'analyses d'anticorps anti-TPO et interprétation des résultats

La pénétration de micro-organismes pathogènes conduit à la production d'anticorps, des protéines spéciales, dont la synthèse est produite par les cellules du système immunitaire. Il existe des situations où la production d'anticorps est observée contre les cellules saines du corps humain.

L'analyse des anticorps anti-TPO au cours des dernières années est devenue une recherche très populaire, qui est prescrite à presque tous ceux qui s'adressent à l'endocrinologue pour une maladie de la thyroïde.

La valeur des anticorps anti-TPO

AT TPO: Caractéristiques et rôle

La peroxydase thyroïdienne est l'un des antigènes importants de la glande thyroïde à laquelle réagissent les cellules immunitaires. Une telle enzyme participe activement à la formation de l'iode de la forme active et est considérée comme un catalyseur pour la réaction de la production d'hormones thyroïdiennes. Grâce aux anticorps anti-peroxydase thyroïdienne, l'enzyme est bloquée et il en résulte une réduction de la production d'hormones T3 et T4.

La production d'anticorps anti-TPO est réalisée par les lymphocytes B dans le cas où ils commencent à percevoir la thyroïde peroxydase comme une protéine étrangère. L'effet de tels anticorps sur les cellules de la glande thyroïde commence, ce qui provoque leur destruction progressive.

Une importante accumulation de tels anticorps conduit à la destruction massive des cellules de la thyroïde, où il se produit une production des hormones T3 et T4.

Tout cela se termine par une forte augmentation des niveaux d'hormones et le développement de la thyrotoxicose. Le niveau de cellules produisant des hormones thyroïdiennes au cours de la période climatique est tellement réduit qu'elles ne sont pas en mesure d'assurer le développement complet du corps. Tout cela conduit au développement de l'hypothyroïdie - il s'agit d'un syndrome clinique, qui se traduit par un contenu insuffisant d'hormones thyroïdiennes dans le corps humain.

Indications pour l'étude

Les experts recommandent d'effectuer un test sanguin pour AT TPO avec les indications suivantes:

  • détection de maladie thyroïdienne auto-immune
  • diagnostic de l'élargissement de la thyroïde
  • grande taille du tissu oculaire
  • formation d'œdème dense de la jambe
  • pas l'apparition de la grossesse chez les femmes depuis longtemps et des problèmes avec son roulement
  • pronostic de l'hyperthyroïdie chez les patients à risque
  • détection de l'hyperteriosis ou de la maladie de Graves chez les nouveau-nés dont les mères ont été atteintes
  • diagnostic de goitre

Pour le diagnostic de la thyroïdite auto-immune, on distingue les critères suivants:

  • teneur élevée en anticorps anti-TPO
  • changements spécifiques à l'échographie thyroïdienne
  • hypothyroïdie grave ou subclinique

En cas d'absence de l'un des critères énumérés, le diagnostic de thyroïdite auto-immune devient peu probable.

La préparation

Une bonne préparation est un résultat fiable.

Pour obtenir des résultats précis et fiables, il est recommandé d'effectuer une préparation au test sanguin pour les hormones thyroïdiennes:

  1. faire un don de sang pour la recherche est nécessaire le matin et toujours l'estomac vide
  2. La dernière consommation de nourriture avant l'analyse doit être de 8 à 12 heures avant la procédure.
  3. il est recommandé d'éviter la surcharge psycho-émotionnelle et physique
  4. éviter la surchauffe et l'hypothermie
  5. il est important de refuser de prendre de l'alcool et de fumer avant l'analyse

En cas de contrôle primaire du contenu en hormones thyroïdiennes, il est recommandé de refuser de prendre tout médicament affectant le fonctionnement de la thyroïde 2 à 4 semaines avant la date prévue de l’étude.

S'il est nécessaire de contrôler l'efficacité du traitement, il est nécessaire de refuser de prendre des médicaments le jour de l'analyse pour les hormones et assurez-vous de l'enregistrer sous la forme de la référence.

Le matériel de l'étude est du sang provenant d'une veine et 5 ml suffisent pour détecter la concentration d'anticorps.

Analyse de décodage

Hormone normale dans le sang et anomalies possibles

Après une analyse de sang sur AT TPO, le spécialiste procède au décodage. Le taux de ces anticorps chez les patients âgés de moins de 50 ans va de 0,0 à 35,0 U / l et, après cet âge, il peut atteindre 0,0-100, U / l.

Les taux élevés d'anticorps anti-TPO sont le plus souvent diagnostiqués chez les patients atteints de treidite de Hashimoto. Une caractéristique de cette pathologie est que, pour des raisons inconnues, une réaction auto-immune se développe dans le corps du patient et conduit à l'activation d'anticorps spéciaux. Le résultat est un effet dépresseur sur la glande thyroïde et cela se traduit par une augmentation de sa taille, qui est l'une des causes courantes de l'hypothyroïdie.

La pratique médicale montre que la thyroïdite de Hashimoto chez les femmes est diagnostiquée beaucoup plus souvent et que les patients âgés constituent un groupe à risque particulier.

Avec cette maladie, des anticorps anti-TPO sont présents dans la plupart des études réalisées, ce qui confirme le caractère immunitaire de la pathologie.

Vidéo utile - Hypothyroidism.

On observe une augmentation des anticorps anti-enzyme thyroïde peroxydase:

  • avec goitre toxique diffus
  • avec thyroïdite sous forme subaiguë
  • avec goitre toxique nodulaire
  • avec l'hypothyroïdie idiopathique
  • avec dysfonction thyroïdienne après l'accouchement
  • avec thyroïdite auto-immune

Dans certains cas, une faible teneur en anticorps anti-TPO peut être observée dans les pathologies non associées à un dysfonctionnement de la glande thyroïde. L'une des raisons de l'augmentation des anticorps anti-TPO après la naissance peut être liée à des problèmes de glande thyroïde.

En règle générale, un tel état pathologique du corps de la femme est accompagné d’un symptôme terne:

  • sécheresse cutanée accrue
  • perte de cheveux et fragilité
  • problèmes d'attention
  • faiblesse du corps

Les informations sur le nombre d'anticorps anti-TPO dans le corps du patient permettent de détecter diverses pathologies auto-immunes, ainsi que l'hypothyroïdie, qui s'accompagne de faibles niveaux d'hormones thyroïdiennes. Ils jouent un rôle important pour la santé humaine, car ils contribuent à créer le fond hormonal du corps.

La perturbation d'au moins un organe entraîne des perturbations dans le fonctionnement de tout l'organisme, et pour cette raison, il est important d'identifier les violations le plus tôt possible. Les problèmes liés aux hormones thyroïdiennes constituent une menace sérieuse pour la santé humaine. Le comportement des anticorps anti-peroxydase de la thyroïde est donc très important.

Traitement

Caractéristiques du traitement de pathologie

À la révélation de la teneur accrue en anticorps anti-TPO, un traitement obligatoire est requis. Dans ce cas, si l’étude a été menée sur une femme enceinte, de tels indicateurs peuvent indiquer qu’après la naissance d’un enfant, il existe un risque de thyroïdite. En outre, la concentration accrue d'anticorps anti-TPO constitue une menace importante pour le développement fœtal de l'enfant.

L'augmentation du contenu en anticorps suggère que le corps du patient a des difficultés en raison d'un taux insuffisant d'hormones thyroïdiennes. Cette pathologie a été appelée hypothyroïdie.

Le développement de cette maladie dans l'enfance peut provoquer une grave perturbation du cerveau sous la forme de crétinisme et, chez l'adulte, un myxoedème peut se former.

Un tel état pathologique du corps est considéré comme trop dangereux, le poète nécessite un certain traitement. L’élimination de l’hyperthyroïdie est réalisée à l’aide de préparations hormonales, dont le dosage est choisi par un spécialiste. Un traitement approprié vous permet de normaliser l'état du patient et de le ramener à une vie normale.

Détermination de AT TPO pendant la grossesse

La détermination du contenu du niveau AT TPO pendant la grossesse permet de prédire la probabilité d'une thyroïdite après la naissance. La pratique médicale montre que ce risque prévaut plusieurs fois chez la femme AT TPO que chez la patiente dépourvue de ces anticorps dans le corps.

Le développement de la thyroïdite post-partum est observé chez 5 à 10% des femmes, le fonctionnement de la glande thyroïde est perturbé sous l’influence des anticorps et on observe la formation d’une thyréotoxicose destructive.

Le plus souvent, dans une telle situation, la glande thyroïde est entièrement rétablie; cependant, certaines femmes sont diagnostiquées avec le développement de l'hypothyroïdie.

Sous certaines recommandations, la détermination de la teneur en AT TPO est réalisée avec une augmentation de la TSH supérieure à 2,5 mIU / ml pendant la grossesse. Son niveau élevé est l’une des indications permettant de recevoir la livothyroxine pendant l’accouchement.

Remarqué une erreur? Sélectionnez-le et appuyez sur Ctrl + Entrée pour nous le dire.

Que sont les anticorps anti-TPO et que faire pour les élever?

De virus, bactéries, champignons, le corps humain protège le système immunitaire. Les cellules de ce système de défense produisent des agents spéciaux - des anticorps (AT), ces composés détruisent les cellules étrangères en éliminant l'infection.

Cependant, le système immunitaire humain ne fonctionne pas toujours correctement. Les violations peuvent être dues à des caractéristiques génétiques, aux effets néfastes de l’environnement, au stress émotionnel. Si les mécanismes de défense échouent, il existe une possibilité de maladies auto-immunes. Ces maladies résultent de la production d'auto-anticorps (anticorps dirigés contre leurs propres cellules). En conséquence, les défenses de l'organisme sont dirigées contre leurs tissus et leurs organes.

Les maladies auto-immunes incluent la glomérulonéphrite, le diabète de type 1, le lupus érythémateux disséminé, la sclérodermie, etc. Pratiquement toutes les populations de cellules du corps peuvent provoquer une telle réponse immunitaire inappropriée. Assez souvent, les thyrocytes (cellules thyroïdiennes) subissent une agression. Dans l'inflammation auto-immune de la glande, divers anticorps sont détectés.

Les analyses de sang du patient peuvent détecter:

  • anticorps anti-thyroglobuline (anticorps anti-thyroglobuline, AT contre TG);
  • anticorps anti-peroxydase thyroïdienne (auto-anticorps anti-peroxydase anti-thyroïdiens, AT-TPO);
  • anticorps dirigés contre la fraction microsomale de thyrocytes (anticorps antimicrosomique, AT contre MAG);
  • anticorps anti-récepteurs à la thyrotropine (anticorps anti-récepteurs de l'hormone stimulant la thyroïde, anti-rTTG), etc.

La présence d’anticorps dirigés contre la péroxydase thyroïdienne, c’est-à-dire anticorps anti-TPO. Déterminer la concentration de ces composés dans le sang aide à établir le diagnostic correct et à choisir un traitement.

Anticorps enzymatiques thyroïdiens

Normalement, la synthèse des hormones thyroïdiennes est en cours dans les cellules de la glande thyroïde. La thyroxine et la triiodothyronine sont composées de molécules d'iode. La peroxydase thyroïdienne aide à incorporer l’oligo-élément dans la structure de l’hormone, c’est cette enzyme qui favorise l’apparition des ions iode actif et de l’iodation de la thyroglobuline.

Pratiquement toutes les maladies auto-immunes de la thyroïde sont accompagnées d'un taux accru d'anticorps dirigés contre l'enzyme peroxydase dans le sang. La peroxydase thyroïdienne peut être la cible principale du processus auto-immun. Dans d'autres cas, ce n'est que l'un des composés qui a provoqué l'inflammation.

Des anticorps anti-enzyme peuvent être détectés chez des personnes pratiquement en bonne santé. Dans ce cas, leur titre élevé indique un risque élevé d'inflammation auto-immune. En outre, de tels résultats peuvent indiquer un stade précoce (préclinique) de la maladie.

Selon les statistiques de AT trouver:

  • 96% des patients atteints de thyroïdite auto-immune chronique (goitre de Hashimoto);
  • 85% des patients atteints de goitre toxique diffus (maladie de Graves);
  • chez 10% des personnes pratiquement en bonne santé.

Lorsque l'analyse recommandée

Une analyse des anticorps anti-TPO est généralement prescrite par un endocrinologue. De plus, des médecins d'autres spécialités peuvent également orienter ces recherches.

  • titre élevé ou maladie auto-immune chez la mère (pour les nouveau-nés);
  • diminution de la fonction thyroïdienne (hypothyroïdie);
  • augmentation de la fonction thyroïdienne (thyrotoxicose);
  • des noeuds dans le tissu de la glande thyroïde;
  • une augmentation du volume de la glande thyroïde;
  • ophtalmopathie (inflammation auto-immune du tissu rétrobulbaire de l'œil);
  • myxidème prétibial (gonflement auto-immun des jambes).

L'analyse des anticorps anti-thyroperoxydase peut être recommandée après l'échographie si l'étude a révélé une image de la thyroïdite (hétérogénéité de la structure, zones de haute et de faible échogénicité).

Chez les femmes planifiant une grossesse, un titre élevé en anticorps nous permet de prédire la thyroïdite post-partum. Également chez ces patients, le risque d'avoir des enfants atteints d'hypothyroïdie est plus élevé.

L'analyse est même incluse dans la liste des examens obligatoires avant la procédure de fécondation in vitro (FIV).

Résultats de recherche

La concentration en anticorps est déterminée en U / ml. Différents laboratoires donnent différentes plages de la norme, ces limites dépendent des méthodes et des réactifs utilisés.

Le titre élevé est détecté lorsque:

  • goitre toxique diffus;
  • thyroïdite subaiguë;
  • thyroïdite auto-immune chronique;
  • thyroïdite post-partum;
  • hypothyroïdie idiopathique;
  • goitre toxique nodulaire;
  • thyréotoxicose induite par l'iode (type 1).

Des concentrations excessives d'AT-TPO peuvent également être détectées dans l'inflammation auto-immune en dehors de la glande thyroïde. Ainsi, on trouve parfois un titre élevé de ces anticorps dans le diabète sucré de type 1, la sclérodermie, etc.

Chez les personnes en bonne santé, une élévation des anticorps anti-TPO peut constituer une découverte accidentelle lors d'un examen médical ou d'une inspection de routine. Si de tels résultats d'analyse sont obtenus, un examen supplémentaire est requis.

Le plan de diagnostic comprend:

  • Échographie de la glande thyroïde;
  • détermination de la thyrotropine (TSH);
  • détermination des hormones thyroïdiennes (T4 et T3).

Ces profils échographiques et hormonaux nous permettent de tirer des conclusions sur l’état de la glande thyroïde. Si tout est normal, le patient reçoit des recommandations préventives.

Que faire avec un niveau accru d'anticorps

Un titre élevé en anticorps est une manifestation de la pathologie du système immunitaire. Si un tel résultat est obtenu, un traitement conservateur ou chirurgical peut être nécessaire.

Les comprimés pour l'élimination de la thyrotoxicose sont généralement nécessaires pour la maladie de Graves. Un traitement hormonal substitutif est prescrit pour les thyroïdites auto-immunes et post-partum chroniques. Le traitement chirurgical est le plus souvent nécessaire pour le goitre toxique nodulaire, la thyrotoxicose induite par l'iode, la maladie de Graves.

Le but de ces méthodes de traitement est d’éliminer les conséquences du processus auto-immun (goitre, troubles hormonaux). Ni les pilules ni la chirurgie n'affectent pas le travail des défenses de l'organisme. Il est impossible de bloquer la synthèse d’anticorps dirigés contre la peroxydase sans causer de dommages importants à la santé. Pour cette raison, les maladies auto-immunes de la glande thyroïde sont traitées sans utiliser ces fonds.

Peu importe si une maladie particulière a été diagnostiquée ou non, des mesures préventives sont présentées à toutes les personnes présentant un titre élevé en peroxydase. Ces recommandations aident à réduire le risque d'un nouveau processus auto-immun et le rythme des modifications existantes.

Si AT-TPO est supérieur à la normale, vous avez besoin des éléments suivants:

  • non fumeur
  • ne soyez pas dans la pièce où ils fument;
  • éviter les rayons directs du soleil (ne pas bronzer, marchez l'été avec un chapeau et des vêtements fermés);
  • refuser de visiter le solarium;
  • réduire le contact avec les produits chimiques ménagers;
  • plus souvent être à l'extérieur;
  • prendre des vitamines, des compléments alimentaires, des médicaments uniquement sur recommandation d'un médecin;
  • bien manger;
  • observez le sommeil et la veille;
  • t'inquiète moins;
  • éviter le contact avec les patients atteints d'infections respiratoires aiguës et de grippe.

Si les résultats des tests hormonaux sont normaux, une nouvelle détermination régulière de la thyrotropine (TSH) et de la thyroxine (T4) est également requise. En outre, les personnes présentant des taux élevés d'anticorps anti-peroxydase doivent se soumettre chaque année à une échographie de la glande thyroïde et consulter un endocrinologue.

Qu'est-ce que le test sanguin AT TPO et le décodage du résultat?

L'analyse du sérum AT TPO est liée à des études spécifiques. Qu'est-ce qu'un test sanguin pour AT TPO? En pratique médicale, ce type d’examen de laboratoire est appelé TPO, ce qui signifie dosage immuno-absorbant lié à une enzyme ou analyse par immunochimiluminescence. Le sang est centrifugé pour obtenir le sérum et ensuite soumis à un système de test professionnel pour déterminer le ratio ATPO.

Définition du concept

Qu'est-ce que ATPO? Cette abréviation désigne les anticorps anti-peroxydase de la thyroïde. Il est présenté comme un indicateur de l'agression de l'immunité vis-à-vis de son propre organisme. En raison de la pénétration de virus et de bactéries de l’extérieur dans la glande thyroïde, des anticorps sont produits qui entrent dans la lutte contre les micro-organismes. En cas de violation de ce processus, il se produit une défaillance dans laquelle les anticorps n'attaquent pas les agents pathogènes, mais les cellules saines. Dans le cas spécifique, leurs effets visent la peroxydase thyroïdienne et la thyroglobuline. L’analyse de la TPO vous permet d’identifier de tels anticorps et d’empêcher rapidement une pathologie du système immunitaire.

Les hormones thyroïdiennes aident:

  • Activité complète du muscle cardiaque.
  • Travail de qualité du système respiratoire.
  • Le flux des processus d'échange de chaleur dans le corps.
  • La croissance et la formation du corps physique.
  • Absorption vigoureuse de l'oxygène.
  • Améliorer la motilité du tractus gastro-intestinal.

Avec un développement insuffisant des hormones T3 et T4 dans le corps, il se produit des inhibitions mentales et physiques du développement, la formation des systèmes nerveux central et musculo-squelettique est perturbée. ATPO agit en tant qu'observateur du processus auto-immun de la glande thyroïde. L'apparition d'hormones teroïdes dans le sang, telles que T3, T4 indique le développement d'une hypothyroïdie.

Si des indicateurs plus sensibles sont utilisés au cours de la recherche, alors, grâce à l'analyse de l'ATPO, il sera possible de déterminer des résultats positifs dans 95% des cas.

À l'état normal, l'hormone thyroïdienne thyroxine T4 et la triiodothyronine T3, qui contiennent des molécules d'iode dans leur complexe, apparaissent dans les cellules de la glande thyroïde à l'état normal. Favorise l'introduction de l'iode dans la structure interne des hormones thyroïde peroxydase. Cette enzyme est responsable de la production d’ions iodés et est capable de se joindre au processus d’iodation de la thyroglobuline. Mais lorsque le corps commence à produire des anticorps anti-peroxydase de la thyroïde, il est difficile pour l’iode de se combiner à la thyroglobuline au stade actif. Le développement d'hormones dans la glande thyroïde est perturbé, ce qui est à l'origine du développement de pathologies dans celle-ci et de troubles métaboliques.

Quand une analyse est-elle assignée?

L'analyse des hormones thyroïdiennes et des anticorps anti-thyroperoxydase est souvent recommandée aux patients après une échographie, où un tableau clinique de la thyroïdite a été observé. Ceci est exprimé dans la détection de tissu avec une échogénicité réduite ou accrue. De même, un test sanguin pour une hormone est justifié lorsqu'une structure hétérogène est détectée ou qu'un organe endocrinien est agrandi.

Des recherches sur les réactions auto-immunes sont menées dans les cas suivants:

  • Détection de goitre.
  • Myxedema péritibal - gonflement dense des jambes.
  • Maladies graves
  • Des signes héréditaires si des anomalies auto-immunes ou des pathologies de la thyroïde ont été observés chez l'un des parents du sang.
  • En cas de suspicion de thyroïdite, Hashimoto est un processus inflammatoire qui se développe avec un nombre insuffisant d'hormones thyroïdiennes.
  • Problèmes de conception et de portage d'un enfant.

La détection d'un grand nombre d'anticorps dirigés contre la peroxistase thyroïdienne pourrait être un précurseur d'autres pathologies métaboliques non liées à la glande thyroïde. Le test hormonal est obligatoire avant la FIV - la procédure de fécondation in vitro.

Norma

Lorsqu'un test sanguin pour AT TPO est reçu, le décodage est effectué par un endocrinologue. Le nombre d'anticorps est déterminé par le degré d'immunité altérée. Selon les données statistiques, ce sont les femmes qui sont plusieurs fois plus susceptibles, contrairement aux hommes, de voir une augmentation de la valeur numérique des anticorps anti-peroxistase thyroïdienne. La norme chez les femmes AT à TPO se situe dans la plage supérieure allant jusqu'à 32 U / l ou 5,4 mIU / ml.

Les changements dans le cou sont plus faciles à détecter, car la peau des hommes est plus fine et n'a pas de couche graisseuse, et même le plus petit épaississement devient immédiatement perceptible.

La norme AT-TPO dépend également de la période d’âge. Chez les personnes de moins de 50 ans, le taux normal est de 0,1 à 34,0 U / l. Plus près de la vieillesse, la limite supérieure du coefficient d'anticorps anti-thyroperoxydase s'élève à 100,0 U / l. Pour déterminer les anticorps contre la peroxydase de la glande thyroïde, il est possible d'effectuer un test sanguin pour détecter la présence d'anticorps.

Taux élevé

Qu'est-ce qu'une analyse AT élevée? L’analyse des anticorps sanguins vise à identifier leur nombre. Presque toutes les pathologies auto-immunes de la glande thyroïde se caractérisent par une augmentation de l'AT de l'enzyme peroxydase dans le sang. Pour un traitement auto-immun, la thyroïde peroxydase est souvent l’objectif principal. Dans d'autres circonstances, l'hormone sur AT TPO n'est que l'un des composants de la cause qui a provoqué la pathologie.

Une augmentation du titre en anticorps anti-thyroperoxydase indique les affections suivantes:

  • Thyroïdite postnatale ou auto-immune.
  • Maladies auto-immunes non thyroïdiennes.
  • Infections bactériennes et virales.
  • Processus rhumatismaux de localisation diverse.
  • Lésion traumatique de la glande thyroïde.
  • Irradiation du cou.
  • Insuffisance rénale.

Les taux élevés d'anticorps anti-peroxydase de la glande thyroïde chez les femmes enceintes indiquent un risque élevé de survenue d'une thyroïdite après l'accouchement. Cette condition est dangereuse car elle peut passer de la mère comme une déviation héréditaire au nouveau-né. Par conséquent, lors de la planification de la grossesse, il est recommandé de contrôler le niveau hormonal afin d’éliminer les risques pour l’enfant. Il est important de considérer que l'excès de titre en anticorps anti-thyroperoxydase n'est pas un indicateur absolu de la thyroïdite.

Symptômes de thyrotoxicose et d'hypothyroïdie

Au stade initial du développement de la thyroïdite, lorsque les anticorps de l’immunité se tournent contre les propres cellules utiles de l’organisme. Ensuite, il y a tout d'abord une amélioration du fonctionnement de la glande thyroïde, un cours appelé thyrotoxicose.

Cette condition ne s'applique pas aux maladies, elle serait plus correctement attribuée au syndrome des processus inflammatoires, infectieux, tumoraux et autres processus pathologiques.

Signes fondamentaux de thyréotoxicose:

  • Échec de la phase menstruelle.
  • Perte de cheveux.
  • Forte diminution du poids corporel.
  • Augmentation de la pression artérielle.
  • Différences déraisonnables dans l'état émotionnel.
  • Perte de force du système osseux.
  • Anomalies cardiaques.
  • Libido de récession.

Au fil du temps, après l’apparition et le passage à un stade plus avancé de la peroxydase thyroïdienne, ses fonctions diminuent généralement. Une telle déviation est appelée hypothyroïdie. C'est l'opposé de l'état précédent, mais agit également comme un syndrome de diverses pathologies.

Symptômes de base de l'hypothyroïdie:

  • Dépression fréquente.
  • Perturbation de la période menstruelle.
  • L'affaiblissement du processus de mémorisation.
  • Une forte augmentation du poids corporel, jusqu'à l'obésité.
  • Tendance à l'œdème.
  • Ongles amincissants et cassants.
  • Peau sèche.
  • Faiblesse générale.

Le traitement moderne de cette pathologie endocrinienne est un traitement hormonal substitutif. Elle ne se manifeste que dans les cas d’aggravation de l’hypothyroïdie, qui est elle-même la conséquence d’un excès prolongé des titres normaux d’anticorps anti-thyroperoxydase, c’est-à-dire de la thyroïdite, en particulier de Hashimoto. Lorsque la thyroïdite auto-immune est diagnostiquée, il sera nécessaire de sélectionner les médicaments individuellement, en tenant compte de toutes les caractéristiques personnelles de l'organisme.

Vous Pouvez, Comme Pro Hormones