La thyroïdite auto-immune est une pathologie qui touche principalement les femmes âgées (45 à 60 ans). La pathologie est caractérisée par le développement d'un processus inflammatoire puissant dans la région de la glande thyroïde. Il se produit en raison de graves perturbations dans le fonctionnement du système immunitaire, à la suite duquel il commence à détruire les cellules thyroïdiennes.

L'exposition à la pathologie des femmes âgées s'explique par des anomalies du chromosome X et par l'effet négatif des hormones œstrogènes sur les cellules qui forment le système lymphoïde. Parfois, la maladie peut se développer aussi bien chez les jeunes que chez les jeunes enfants. Dans certains cas, la pathologie est également trouvée chez les femmes enceintes.

Que peut causer l’ACI et peut-il être reconnu indépendamment? Essayons de le comprendre.

Qu'est ce que c'est

La thyroïdite auto-immune est une inflammation des tissus de la glande thyroïde, dont la cause principale est une défaillance grave du système immunitaire. À l'arrière-plan, le corps commence à produire une quantité anormalement élevée d'anticorps, qui détruisent progressivement les cellules thyroïdiennes saines. La pathologie se développe chez la femme presque 8 fois plus souvent que chez l'homme.

Causes de l'ACI

La thyroïdite de Hashimoto (la pathologie tire son nom du docteur qui a décrit pour la première fois ses symptômes) se développe pour un certain nombre de raisons. Le rôle principal dans ce numéro est donné à:

  • situations stressantes régulières;
  • surmenage émotionnel;
  • excès d'iode dans le corps;
  • hérédité défavorable;
  • la présence de maladies endocriniennes;
  • consommation incontrôlée d'antiviraux;
  • influence négative de l'environnement extérieur (il peut s'agir d'un mauvais environnement et de nombreux autres facteurs similaires);
  • malnutrition, etc.

Cependant, ne paniquez pas - la thyroïdite auto-immune est un processus pathologique réversible et le patient a toutes les chances d’améliorer le fonctionnement de la glande thyroïde. Pour ce faire, il est nécessaire de réduire la charge sur ses cellules, ce qui contribuera à réduire le niveau d'anticorps dans le sang du patient. Pour cette raison, le diagnostic opportun de la maladie est très important.

Classification

La thyroïdite auto-immune a sa propre classification, selon laquelle elle est:

  1. Indolore, les raisons pour lesquelles le développement n'a pas été complètement établie.
  2. Post-partum. Pendant la grossesse, l'immunité d'une femme est considérablement affaiblie et, après la naissance, le bébé est au contraire activé. De plus, son activation est parfois anormale, car il commence à produire une quantité excessive d’anticorps. Il en résulte souvent la destruction des cellules «natives» de divers organes et systèmes. Si une femme a une prédisposition génétique à l'ACI, elle doit faire preuve d'une extrême vigilance et surveiller de près son état de santé après l'accouchement.
  3. Chronique. Dans ce cas, il s’agit d’une prédisposition génétique au développement de la maladie. Il est précédé d'une diminution de la production d'hormones d'organismes. Cette condition est appelée hypothyroïdie primaire.
  4. Induite par les cytokines. Cette thyroïdite est une conséquence de l'utilisation de médicaments à base d'interféron utilisés dans le traitement des maladies hématogènes et de l'hépatite C.

Tous les types d'AIT, à l'exception du premier, se manifestent par les mêmes symptômes. Le stade initial du développement de la maladie est caractérisé par l'apparition d'une thyrotoxicose qui, si le diagnostic et le traitement sont retardés, peut se transformer en hypothyroïdie.

Étapes de développement

Si la maladie n'a pas été détectée à temps, ou pour une raison quelconque, elle n'a pas été traitée, c'est peut-être la raison de sa progression. La phase AIT dépend de la durée de son développement. La maladie de Hashimoto est divisée en 4 étapes.

  1. Phase euhéroïde. Pour chaque patient, il a sa propre durée. Parfois, il faut parfois plusieurs mois pour que la maladie passe au deuxième stade de développement, dans d'autres cas, plusieurs années. Pendant cette période, le patient ne constate aucun changement particulier dans son état de santé et ne consulte pas de médecin. La fonction de sécrétion n'est pas altérée.
  2. Au deuxième stade, subclinique, les lymphocytes T commencent à attaquer activement les cellules folliculaires, entraînant leur destruction. En conséquence, le corps commence à produire une quantité significativement inférieure de l'hormone St. T4. L’euthériose persiste en raison d’une forte augmentation du taux de TSH.
  3. La troisième phase est thyréotoxique. Il se caractérise par une forte augmentation des hormones T3 et T4, ce qui s'explique par leur libération à partir des cellules folliculaires détruites. Leur entrée dans le sang devient un stress puissant pour le corps, à la suite duquel le système immunitaire commence à produire rapidement des anticorps. Une hypothyroïdie se développe lorsque le niveau de cellules fonctionnelles diminue.
  4. La quatrième étape est l'hypothyroïdie. La fonction thyroïdienne peut se rétablir, mais pas dans tous les cas. Cela dépend de la forme de la maladie. Par exemple, l’hypothyroïdie chronique peut durer assez longtemps, passant au stade actif, qui suit la phase de rémission.

La maladie peut être dans une phase, ou passer par toutes les étapes ci-dessus. Il est extrêmement difficile de prédire exactement comment la pathologie se déroulera.

Symptômes de la thyroïdite auto-immune

Chaque forme de la maladie a ses propres caractéristiques de manifestation. Étant donné que l’ACI ne présente pas de danger grave pour l’organisme et que sa phase finale est caractérisée par le développement de l’hypothyroïdie, ni la première, ni la deuxième phase ne présentent de signes cliniques. En effet, la symptomatologie de la pathologie est combinée à partir des anomalies caractéristiques de l’hypothyroïdie.

Nous listons les symptômes caractéristiques de la thyroïdite thyroïdienne auto-immune:

  • état dépressif périodique ou permanent (symptôme purement individuel);
  • troubles de la mémoire;
  • problèmes de concentration;
  • l'apathie;
  • somnolence constante ou sensation de fatigue;
  • une forte augmentation de poids ou une augmentation progressive du poids corporel;
  • aggravation ou perte totale de l'appétit;
  • pouls lent;
  • mains et pieds froids;
  • une panne même avec une bonne nutrition;
  • difficultés à effectuer un travail physique ordinaire;
  • inhibition de la réaction en réponse aux effets de divers stimuli externes;
  • la décoloration des cheveux, leur fragilité;
  • sécheresse, irritation et desquamation de l'épiderme;
  • la constipation;
  • diminution du désir sexuel, ou sa perte complète;
  • violation du cycle menstruel (apparition de saignements intermenstruels ou cessation complète de la menstruation);
  • gonflement du visage;
  • couleur jaune de la peau;
  • problèmes d'expressions faciales, etc.

Dans le post-partum, l'AIT induit par les cytokines muet (asymptomatique) et, les phases du processus inflammatoire alternent. Au stade thyréotoxique de la maladie, le tableau clinique se manifeste en raison de:

  • perte de poids spectaculaire;
  • sensations de chaleur;
  • augmentation de l'intensité de la transpiration;
  • se sentir mal dans des pièces étouffantes ou petites;
  • doigts tremblants
  • changements soudains dans l'état psycho-émotionnel du patient;
  • augmentation du rythme cardiaque;
  • épisodes d'hypertension;
  • détérioration de l'attention et de la mémoire;
  • perte ou diminution de la libido;
  • fatigue rapide;
  • faiblesse générale, se débarrasser de ce qui n'aide pas même le repos approprié;
  • crises soudaines d'activité accrue;
  • problèmes avec le cycle menstruel.

Le stade hypothyroïdien est accompagné des mêmes symptômes que le stade chronique. Les symptômes de thyrotoxicose au milieu du 4ème mois sont typiques de l'AIT post-partum et les symptômes de l'hypothyroïdie sont détectés à la fin du 5ème mois - au début du 6ème mois du post-partum.

Avec l’AIT indolore et induite par les cytokines, aucun signe clinique spécifique n’est observé. Cependant, si les affections apparaissent, leur gravité est extrêmement faible. Si asymptomatiques, ils ne sont détectés que lors d'un examen préventif dans un établissement médical.

Comment fonctionne la thyroïdite auto-immune: photo

La photo ci-dessous montre comment la maladie se manifeste chez les femmes:

Diagnostics

Avant l'apparition des premiers signes avant-coureurs d'une pathologie, il est presque impossible de révéler sa présence. En l'absence de maux, le patient ne juge pas approprié d'aller à l'hôpital, mais même s'il le fait, il sera presque impossible d'identifier la pathologie à l'aide de tests. Cependant, lorsque les premiers changements indésirables dans le travail de la glande thyroïde commencent à se produire, une étude clinique sur un échantillon biologique les identifiera immédiatement.

Si d'autres membres de la famille souffrent ou ont déjà souffert de troubles similaires, cela signifie que vous êtes à risque. Dans ce cas, consultez un médecin et effectuez une recherche préventive aussi souvent que possible.

Les tests de laboratoire pour suspecter un ACI incluent:

  • numération globulaire complète, qui établit le niveau de lymphocytes;
  • un test hormonal nécessaire pour mesurer la TSH sérique;
  • un immunogramme qui établit la présence d'anticorps anti-AT-TG, thyroperoxydase, ainsi que d'hormones thyroïdiennes thyroïdiennes;
  • biopsie à l'aiguille fine nécessaire pour établir la taille des lymphocytes ou d'autres cellules (leur augmentation indique la présence d'une thyroïdite auto-immune);
  • Le diagnostic par ultrasons de la glande thyroïde aide à établir son augmentation ou sa diminution de taille; Avec l'AIT, il se produit une modification de la structure de la glande thyroïde, qui peut également être détectée lors de l'échographie.

Si les résultats d’une échographie indiquent un test de courant autonome, mais que les tests cliniques en réfutent le développement, le diagnostic est considéré comme douteux et ne correspond pas aux antécédents médicaux du patient.

Que se passera-t-il si non traité?

La thyroïdite peut avoir des conséquences désagréables qui varient pour chaque stade de la maladie. Par exemple, au stade hyperthyroïdien, un patient peut avoir un rythme cardiaque (arythmie) ou une insuffisance cardiaque peut survenir, ce qui engendre déjà le développement d'une pathologie aussi dangereuse que l'infarctus du myocarde.

L'hypothyroïdie peut entraîner les complications suivantes:

  • la démence;
  • l'athérosclérose;
  • infertilité;
  • grossesse avortée prématurée;
  • incapacité à porter des fruits;
  • hypothyroïdie congénitale chez les enfants;
  • dépressions profondes et prolongées;
  • myxoedème

Avec le myxoedème, la personne devient hypersensible aux changements de température à la baisse. Même une grippe banale, ou une autre maladie infectieuse, transmise dans cet état pathologique, peut provoquer un coma hypothyroïdien.

Cependant, ne vous inquiétez pas trop - un tel écart est un processus réversible et peut être traité facilement. Si vous choisissez le bon dosage du médicament (il est nommé en fonction du niveau d'hormones et d'AT-TPO), la maladie sur une longue période peut ne pas vous rappeler de vous-même.

Traitement de la thyroïdite auto-immune

Le traitement AIT n’est pratiqué qu’à la dernière étape de son développement - avec hypothyroïdie. Cependant, dans ce cas, certaines nuances sont prises en compte.

Ainsi, le traitement est exclusivement réservé à l’hypothyroïdie manifeste, lorsque le taux de TSH est inférieur à 10 UI / l et de T4 réduit. Si le patient souffre d’une forme subclinique de pathologie associée à la TSH dans 4 à 10 UI / 1 l et avec des indicateurs normaux de T4, dans ce cas, le traitement est effectué uniquement en cas de symptômes d'hypothyroïdie, ainsi que pendant la grossesse.

Aujourd'hui, les médicaments à base de lévothyroxine sont les plus efficaces pour traiter l'hypothyroïdie. Une caractéristique de ces médicaments est que leur substance active est aussi proche que possible de l'hormone humaine T4. Ces outils sont absolument inoffensifs, ils sont donc autorisés à prendre même pendant la grossesse et HB. Les médicaments ne provoquent pratiquement pas d'effets secondaires, et malgré le fait qu'ils soient basés sur l'élément hormonal, ils n'entraînent pas une augmentation du poids corporel.

Les médicaments à base de lévothyroxine doivent être pris «isolés» des autres médicaments, car ils sont extrêmement sensibles à toute substance «étrangère». La réception est effectuée à jeun (une demi-heure avant les repas ou l’utilisation d’autres drogues) en utilisant une grande quantité de liquide.

Les préparations de calcium, les multivitamines, les médicaments contenant du fer, le sucralfate, etc., ne doivent pas être pris plus tôt que 4 heures après la prise de lévothyroxine. Les moyens les plus efficaces sont la L-thyroxine et les Eutiroks.

Il existe aujourd'hui de nombreux analogues à ces médicaments, mais il est préférable de privilégier les médicaments d'origine. Le fait est qu'ils ont l'effet le plus positif sur le corps du patient, alors que les analogues ne peuvent apporter qu'une amélioration temporaire de l'état de santé du patient.

Si de temps en temps vous passez des originaux aux génériques, souvenez-vous que dans ce cas, vous devrez ajuster la posologie de l'ingrédient actif - la lévothyroxine. Pour cette raison, tous les 2-3 mois, il est nécessaire de faire une analyse de sang pour déterminer le niveau de TSH.

Nutrition avec AIT

Le traitement de la maladie (ou un ralentissement important de sa progression) donnera de meilleurs résultats si le patient évite les aliments nocifs pour la glande thyroïde. Dans ce cas, il est nécessaire de minimiser la fréquence d'utilisation de produits contenant du gluten. Sous la chute d'interdiction:

  • les céréales;
  • plats à base de farine;
  • produits de boulangerie;
  • du chocolat;
  • des bonbons;
  • restauration rapide, etc.

Dans le même temps, vous devriez essayer de manger des aliments enrichis en iode. Ils sont particulièrement utiles dans la lutte contre la forme hypothyroïdienne de la thyroïdite auto-immune.

Avec AIT, il est nécessaire de prendre au sérieux le problème de la protection du corps contre la pénétration de la microflore pathogène. Vous devriez également essayer de le nettoyer des bactéries pathogènes déjà présentes. Tout d’abord, vous devez prendre soin de nettoyer vos intestins, car c’est dans celui-ci que se produit la reproduction active de microorganismes nuisibles. Pour ce faire, le régime alimentaire du patient devrait inclure:

  • produits laitiers fermentés;
  • l'huile de noix de coco;
  • fruits et légumes frais;
  • viande maigre et bouillons de viande;
  • différents types de poisson;
  • chou marin et autres algues;
  • céréales germées.

Tous les produits de la liste ci-dessus contribuent à renforcer le système immunitaire, à enrichir le corps en vitamines et en minéraux, ce qui améliore le fonctionnement de la glande thyroïde et des intestins.

C'est important! S'il existe une forme hyperthyroïdienne de l'AIT, il est nécessaire d'éliminer complètement de l'alimentation tous les aliments contenant de l'iode, car cet élément stimule la production des hormones T3 et T4.

Lorsqu'il est important que l'AIT donne la préférence aux substances suivantes:

  • le sélénium, qui est important pour l'hypothyroïdie, car il améliore la sécrétion des hormones T3 et T4;
  • vitamines du groupe B, contribuant à l'amélioration des processus métaboliques et contribuant à maintenir le corps en forme;
  • probiotiques importants pour maintenir la microflore intestinale et prévenir la dysbiose;
  • plantes adaptogènes qui stimulent la production des hormones T3 et T4 dans l'hypothyroïdie (Rhodiola rosea, champignon Reishi, racine et fruits de ginseng).

Pronostic de traitement

Quelle est la pire chose à attendre? Le pronostic du traitement de l'AIT, en général, est assez favorable. En cas d'hypothyroïdie persistante, le patient devra prendre des médicaments à base de lévothyroxine pour le reste de sa vie.

Il est très important de surveiller le niveau d'hormones dans le corps du patient. Par conséquent, une fois tous les six mois, vous devez subir un test sanguin clinique et une échographie. Si lors de l'échographie, on observe un sceau noueux dans la région de la thyroïde, cela devrait être une bonne raison de consulter un endocrinologue.

Si, au cours de l'échographie, une augmentation du nombre de nodules est observée ou si leur croissance intensive est observée, une biopsie par ponction est prescrite au patient. L'échantillon de tissu obtenu est examiné au laboratoire afin de confirmer ou d'infirmer la présence d'un processus cancérogène. Dans ce cas, une échographie est recommandée tous les six mois. Si le noeud n'a pas tendance à augmenter, un diagnostic par ultrasons peut être effectué une fois par an.

La lutte contre les maladies auto-immunes de la glande thyroïde

Qu'est-ce que l'ACI avec une lésion de la glande thyroïde et quel est le danger de cette maladie? C'est un processus inflammatoire d'origine auto-immune. Cette maladie a un autre nom - thyroïdite ou goitre Hashimoto. Cette pathologie représente 30% de tous les troubles diagnostiqués survenant dans la glande thyroïde. Cette maladie touche environ 3 à 4% de la population totale. Seulement 1% a des symptômes prononcés. Ce type de pathologie est plus souvent diagnostiqué chez les femmes que chez les hommes (environ 4 à 8 fois). En outre, la thyroïde AIT se développe beaucoup plus fréquemment chez les personnes de plus de 60 ans. Le nombre d'enfants malades est insignifiant - moins de 1%.

Causes de la maladie

Les maladies auto-immunes de la glande thyroïde se développent sur le fond d’une anomalie génétique le plus souvent héritée des parents aux enfants et conduisent à un dysfonctionnement du système immunitaire.

Chez une personne en bonne santé, il est parfaitement capable de distinguer les cellules exotiques des leurs. La fonction protectrice du corps repose sur la destruction des microorganismes pathogènes. Lorsque l'ACI et d'autres maladies de la nature auto-immune de l'immunité humaine commencent à se battre avec leurs propres cellules, en produisant des anticorps spéciaux. Dans le contexte d'un tel processus négatif, la glande thyroïde est endommagée lors de sa destruction partielle. Cela provoque une hypothyroïdie, qui s'accompagne d'un manque de certaines hormones.

Malgré la prédisposition génétique, le développement rapide de cette maladie est observé après exposition à certains facteurs:

  • stress, stress émotionnel, fatigue chronique;
  • l'utilisation d'un traitement hormonal substitutif pour les maladies gynécologiques, pendant la procédure de FIV et dans d'autres cas;
  • carence en iode ou excès de la dose recommandée lors de sa consommation. Lors de l'utilisation de médicaments contenant de l'iode sous n'importe quelle forme (comprimés, solutions antiseptiques, etc.), on observe une accumulation du principal ingrédient actif dans la glande thyroïde. L'iode est la thyroglobuline. S'il y en a trop, les processus de stimulation du système immunitaire se déroulent plus activement, ce qui libère des anticorps en réponse.
  • utilisation incontrôlée d'antiviraux (amixine, interféron, etc.). Ils sont prescrits avec grand soin en présence d'hépatite, de sclérose en plaques, de chimiothérapie. L'utilisation de ces médicaments à des fins prophylactiques peut entraîner le lancement d'un processus auto-immunitaire;
  • transfert de maladies virales aiguës, présence de foyers d'infection chroniques dans le corps (sinus, amygdales, dents carieuses et autres);
  • situation écologique défavorable;
  • l'utilisation d'eau et de produits alimentaires contenant dans leur composition une grande quantité de fluor, de chlore et d'autres substances;
  • exposition aux radiations.

Formes de la maladie

Thyroïdite thyroïdienne - de quoi s'agit-il, quelles formes de cette maladie peuvent se développer chez l'homme? Cette pathologie peut être divisée en plusieurs types:

  • AIT chronique ou thyroïdite lymphomateuse. Il se développe dans le contexte du développement du système immunitaire des anticorps et des lymphocytes T aux cellules de la glande thyroïde. Les HAIT ont des causes génétiques, souvent accompagnées d'un diabète sucré;
  • thyroïdite post-partum. Maladie auto-immune assez courante de la glande thyroïde, qui se développe en raison de l'énorme stress sur le corps de la femme pendant la grossesse et l'accouchement. Apparaît souvent aussi en présence d'une prédisposition génétique;
  • thyroïdite indolore ou silencieuse. Les causes de cette maladie ne sont pas complètement identifiées;
  • thyroïdite induite par les cytokines. Il se développe chez les patients atteints d'hépatite qui suivent un traitement avec des préparations contenant de l'interféron.

Classification de la maladie en fonction du degré de maladie de la thyroïde

La thyroïdite auto-immune se divise en plusieurs formes, en fonction du degré de maladie de la thyroïde:

  • forme latente. Il se caractérise par l’absence de manifestations cliniques, mais il existe certains troubles immunologiques. Dans la plupart des cas, la glande thyroïde est de taille normale ou légèrement agrandie. Il n'y a pas de formations ou de phoques. Le travail de la glande thyroïde et la quantité d’hormones produites sont normaux;
  • forme hypertrophique est accompagnée par le développement de goitre. Lors du diagnostic d'une augmentation de la taille de la glande thyroïde, une violation de son fonctionnement. Une croissance inégale du corps de l'organe peut survenir. Cette condition est définie comme des modifications diffuses de la glande thyroïde par type d'AIT. En présence de nœuds, parlez de la forme nodale de la maladie. Il existe également des cas où un patient a une combinaison de plusieurs sous-espèces d'une même maladie;
  • forme atrophique. Le premier signe est une diminution de la taille de la glande thyroïde, une nette diminution des hormones produites. Cette forme est plus fréquente chez les personnes âgées. À un jeune âge, le développement de cette maladie n’est possible qu’avec un rayonnement radioactif.

Les symptômes

AIT de la glande thyroïde est accompagné des symptômes suivants:

  • somnolence, fatigue, dépression, déficience intellectuelle;
  • développement de modifications négatives de la glande thyroïde. Il a des dimensions, une structure, etc.
  • gonflement;
  • troubles du système cardiovasculaire;
  • perte de cheveux active;
  • douleurs articulaires;
  • violation du cycle menstruel chez les femmes.

Diagnostics

Le diagnostic de l'ACI repose sur les méthodes suivantes d'examen du corps humain:

  • numération globulaire complète. Un nombre accru de lymphocytes indique le développement de la maladie;
  • l'immunogramme est effectué. Il détermine la présence d'anticorps spécifiques à la thyroglobuline, à la thyroperoxydase et aux hormones thyroïdiennes.
  • test sanguin pour les hormones thyroïdiennes. Le niveau de T3, T4, TSH commun et libre est déterminé;
  • Échographie de la glande thyroïde. La présence de pathologies de nature auto-immune peut être indiquée par une diminution de l’échogénicité (diffuse), une structure inhomogène du tissu, une altération de la circulation sanguine dans l’organe, la présence de kystes et de nœuds;
  • biopsie. Cette procédure permettra d’identifier une augmentation du nombre de lymphocytes et d’autres modifications caractéristiques de la thyroïdite.

Traitement

Dans les maladies auto-immunes de la thyroïde, le traitement ne peut viser à éliminer la cause sous-jacente de cette maladie. La suppression de l'immunité entraînera une diminution de la production d'anticorps contre ses propres cellules et provoquera une diminution significative des fonctions de protection de l'organisme. En conséquence, une personne sera sujette à des maladies infectieuses virales, ce qui constitue un grave danger.

Par conséquent, le traitement de la thyroïdite implique l'utilisation de médicaments qui éliminent certains symptômes. En cas de pénurie d'hormones thyroïdiennes, un traitement de substitution est utilisé. Préparations prescrites contenant des analogues synthétiques de la thyroxine. Avec la bonne approche thérapeutique, tous les effets secondaires de ces médicaments sont exclus. Le seul inconvénient est que la thyroxine synthétique doit être prise à vie pour maintenir des niveaux hormonaux optimaux.

Les glucocorticoïdes sont également souvent prescrits pour éliminer le processus inflammatoire de la glande thyroïde. Si un patient présente une augmentation spectaculaire du nombre d'anticorps, des médicaments tels que Metindol, Voltaren et d'autres sont prescrits. Lorsque les troubles évoluent rapidement et que le traitement conservateur ne donne aucun résultat, une intervention chirurgicale est indiquée. La glande thyroïde est enlevée et une personne prend des hormones le reste de sa vie.

La prévention des maladies consiste à consulter rapidement un médecin en cas de symptômes inquiétants. Si la famille a enregistré le développement de cette pathologie, il est nécessaire de procéder à un examen constant de la part des parents de sang afin d'identifier d'éventuelles violations du corps. En cas de thyroïdite, le bien-être normal d’une personne est maintenu pendant 15 ans, après quoi il se produit une détérioration importante. Cette maladie ne peut pas être guérie complètement.

Maladies auto-immunes de la glande thyroïde: symptômes, prévention et traitement

La glande thyroïde n'est pas le plus grand organe du corps humain, mais la partie la plus importante de tout le système endocrinien, dont le but principal est la synthèse d'hormones vitales pour le corps, permettant aux organes d'exercer des fonctions physiologiques. L'échec de cet organe important provoque une maladie auto-immune de la glande thyroïde, dont les symptômes se manifestent dès le début. Et le traitement dans ce cas est un must. La thyroïde produit deux types d'hormones: la thyroxine et la triiodothyronine. La thyroxine joue un rôle plus important, car elle affecte le processus métabolique et est impliquée dans le travail du système musculaire, du système cardiovasculaire et affecte le fonctionnement normal du cerveau.

Les maladies auto-immunes sont celles associées aux conséquences du processus d'activité excessive du système immunitaire humain, ce qui conduit les cellules du corps à combattre leurs propres cellules, les considérant comme hostiles. Dans le cas d'un scénario similaire, le corps commence à se battre avec ses propres tissus, ce qui conduit à l'apparition d'une inflammation auto-immune, également appelée thyroïdite.

La médecine moderne identifie deux types caractéristiques de maladie thyroïdienne auto-immune. Dans le premier cas, la maladie est accompagnée d'hyperthyroïdie ou d'un excès d'hormone. Le résultat de ceci est le développement de la maladie gériatrique. Le deuxième type de maladie caractéristique réduit la synthèse des hormones. La thyroïdite de Hashimoto est un exemple frappant de cette situation.

Maladie de Basedow: symptômes

Cette maladie, causée par une teneur élevée en thyroxine, accompagne des symptômes visibles sous la forme de begulaziya, qui survient à la suite de la croissance anormale de fibres situées derrière le globe oculaire. Parmi les symptômes caractéristiques, la maladie présente également une forte perte de poids, des tremblements des membres, des battements de coeur rapides et une irritation sans cause.

Un signe évident de la maladie du goitre est un œil de punaise dont le traitement doit être effectué immédiatement "> Un signe évident de la maladie du goitre est un œil de punaise dont le traitement doit être effectué immédiatement

La maladie de Hashimoto, qui résulte d'une synthèse insuffisante des hormones nécessaires, s'accompagne des symptômes suivants: sensation de léthargie, sécheresse excessive de la peau et processus d'extinction des terminaisons nerveuses des extrémités, entraînant une sensation de froid permanent. Les femmes âgées de 30 à 50 ans sont à risque, tandis que la présence de membres de la famille qui ont eu une maladie augmente la probabilité de son développement.

Maladies auto-immunes de la glande thyroïde: causes du développement

La raison qui a conduit au développement de telles affections est l’incapacité du système immunitaire à identifier correctement les cellules du corps humain. Dans un état normal, le système immunitaire est le principal «gardien» de la santé humaine. Il affecte instantanément les infections ou les bactéries pathogènes qui pénètrent dans l'organisme, ce qui facilite le transfert des maladies plus rapidement et plus facilement. Au cours de son fonctionnement, le système immunitaire contribue à la synthèse d'un type spécial de protéines appelé anticorps. Dans certaines situations pathologiques, les anticorps dirigés contre la glande thyroïde commencent à détruire les cellules de leur propre corps, raison pour laquelle ils sont appelés auto-anticorps. Ce type d'anticorps est capable d'affecter la plupart des organes, ce qui est la raison de la perturbation de leur fonctionnement normal et de la réalisation de l'objectif poursuivi. Le résultat de cette activité destructive est une maladie auto-immune.

La maladie auto-immune la plus courante affectant la glande thyroïde est une thyroïdite auto-immune, due à un contenu corporel en lymphocytes T insuffisant, entraînant une infiltration du tissu lymphoïde ou, en d'autres termes, un liquide biologique commençant à s'accumuler dans les cellules du tissu, dans ce cas la lymphe, entraînant une augmentation. volume de l'organe affecté et augmenter sa densité., tandis que le traitement est compliqué.

Les causes de cette maladie sont considérées comme une maladie génétique conduisant à l'apparition d'un défaut d'immunité chez l'homme, qui devient la cause de transformations morphologiques de gravité variable dans les cellules thyroïdiennes et les autres glandes du système endocrinien. Le processus complet de l'apparition de la maladie n'est pas connu. La seule chose qui soit connue de manière fiable est une augmentation du risque de maladie en cas de présence d'une telle maladie chez des parents. Parmi les autres facteurs qui accélèrent le développement de la maladie figurent diverses blessures à la glande, telles que des blessures à l'avant du cou ou des blessures.

Les principaux symptômes de la thyroïdite auto-immune sont les suivants: durcissement du visage, augmentation du poids, troubles de la mémoire, plongeon, difficulté à parler et à la voix, essoufflement lors d’une activité physique et diminution de la fréquence cardiaque. Les représentants du sexe faible, victimes de la maladie, présentent des symptômes supplémentaires: infertilité et cycles menstruels. Étant donné que la maladie présente un grand nombre de symptômes, dont beaucoup ne peuvent être qualifiés d’uniques, le diagnostic correct de la maladie est difficile.

Diagnostic, symptômes et traitement de la maladie thyroïdienne auto-immune

La méthode la plus courante pour diagnostiquer la thyroïdite est la palpation simple, car le développement de la maladie entraîne une augmentation de la glande thyroïde et forme ce qu'on appelle le «goitre nodulaire». Avec les cas avancés de la maladie, cette tumeur est déterminée visuellement. Parmi les autres méthodes de diagnostic figurent l'analyse des hormones thyroïdiennes, des gonades, de l'hypophyse et des glandes surrénales, le diagnostic par ultrasons et la détermination de la présence d'auto-anticorps dans le sang humain.

Dans un court laps de temps et l'essentiel pour guérir efficacement la glande thyroïde aidera "thé monastique". Cet outil ne contient dans sa composition que des ingrédients naturels qui affectent de manière globale la maladie, soulagent parfaitement l'inflammation et normalisent la production d'hormones vitales. En conséquence, tous les processus métaboliques dans le corps fonctionneront correctement. Grâce à la composition unique du «thé monastique», il est parfaitement sans danger pour la santé et très savoureux.

Le traitement de l'hypothyroïdie de la glande thyroïde est le plus souvent de nature conservatrice et consiste à supprimer les foyers d'inflammation, à corriger les modifications du fond hormonal et à éliminer (traitement) localement les manifestations individuelles du mal, telles qu'une transpiration accrue, un rythme cardiaque perturbé, un sentiment d'anxiété sans cause. En cas de complications, une intervention chirurgicale, appelée thyroïdectomie, est effectuée et ce traitement est moins sûr.

Chaque personne doit être attentive à son état de santé et en cas de symptômes pouvant indiquer une altération de la glande thyroïde, une inflammation auto-immune, contacter immédiatement un spécialiste. Diagnostiquer correctement une maladie auto-immune est possible en prescrivant une gamme complète de procédures de diagnostic, avec un diagnostic rapide, vous pouvez choisir le traitement optimal et efficace. Il convient également de rappeler que la prévention de la maladie aura un effet plus important que son traitement.

Quelle est la caractéristique de la maladie thyroïdienne auto-immune?

Une maladie auto-immune de la glande thyroïde (AZA) peut résulter d'une réponse immunitaire hyperactive aux cellules thyroïdiennes. Les troubles de cette nature sont les suivants: tous les tissus commencent à être perçus comme des virus avec lesquels le système immunitaire combat activement, ce qui entraîne une inflammation de la glande thyroïde ou une thyroïdite («thyroïde» - thyroïde et «il» - inflammation).

Normalement, la glande thyroïde joue un rôle énorme dans le fonctionnement des organes et des systèmes du corps humain. En particulier, il produit les hormones triiodothyronine et thyroxine, qui sont responsables du travail de tous les tissus du corps. Une maladie auto-immune de la glande thyroïde désactive non seulement l'organe lui-même, mais également d'autres systèmes du corps.

Maladies auto-immunes

Il existe deux types de AZhZHZH:

  • maladie basilaire ou hyperthyroïdie;
  • thyroïdite auto-immune.

La glande thyroïde sert en quelque sorte de régulateur dans le corps, dirigeant le fonctionnement de tous les organes et systèmes dans la bonne direction. Il fournit de l'énergie au corps humain, stimulant le désir de travailler, de vivre des émotions positives et de vivre.

Maladie de Basedow

L'hyperthyroïdie (autre nom de la maladie de Graves) est une maladie auto-immune de la thyroïde, due au fait que le corps cesse de le percevoir comme son propre organe et stimule la production d'hormones qui provoquent un élargissement de la glande thyroïde. En raison de la croissance de la glande thyroïde, un goitre diffus ou nodulaire se forme et peut être observé chez l'homme par inspection visuelle.

Cette maladie auto-immune de la glande thyroïde se caractérise par le fait qu’une augmentation importante du corps entraîne la production d’une quantité énorme d’hormones thyroïdiennes, ce qui entraîne des troubles du corps. Les signes et symptômes caractéristiques de la maladie grave sont:

  • l'apparition de goitre;
  • perte de poids spectaculaire;
  • la diarrhée;
  • tachycardie.

Dans certains cas, dans le contexte d'une augmentation de la thyroïde et de la production d'hormones en grande quantité, une insuffisance cardiaque aiguë peut survenir. Auparavant, en l'absence de traitement approprié contre la maladie de Grave, de nombreuses personnes étaient décédées d'une insuffisance cardiaque.

Il existe un autre symptôme distinctif de cette maladie: l’exophtalmie (yeux saillants) et les tremblements des mains. Les personnes souffrant d'hyperthyroïdie ont une transpiration excessive, ont souvent les yeux mouillés, l'humeur devient irritable et le sommeil est agité.

Thyroïdite auto-immune

La thyroïdite auto-immune, ou thyroïdite de Hashimoto, est une maladie auto-immune de la glande thyroïde, qui touche la plupart des femmes âgées de 60 ans et plus. La maladie se présente sous une forme chronique, caractérisée par l’effet intense des auto-anticorps antithyroïdiens sur les cellules thyroïdiennes, qui conduit à leur destruction.

  • facteur héréditaire;
  • conditions stressantes qui se sont produites à la veille de la maladie;
  • l'âge et le sexe du patient (chez la femme d'âge mûr, la maladie thyroïdienne auto-immune est plus fréquente que chez l'homme);
  • mauvaise écologie;
  • infections (virales ou bactériennes).

La thyroïdite auto-immune diffère souvent de manière asymptomatique au début de la maladie, après quoi une hypothyroïdie ou une thyréotoxicose peut se développer.

L'hypothyroïdie se manifeste par une faiblesse, une apathie, un état dépressif, une humeur dépressive, une pâleur de la peau, un retard de la parole. L'obésité, une diminution de la transpiration, des problèmes de poils et d'ongles, un gonflement des membres inférieurs, des troubles menstruels, etc. peuvent survenir.

Les symptômes de thyrotoxicose se traduisent par une irritabilité, une perte de poids, des larmoiements, une arythmie cardiaque, une diarrhée, une hypertension, une transpiration, etc.

Diagnostic et traitement

La maladie thyroïdienne auto-immune peut être diagnostiquée à l'aide d'études de palpation, avec examen clinique du cou et de la gorge. Des analyses de sang sont effectuées pour les hormones produites par la glande thyroïde, l'hypophyse, les glandes sexuelles et les glandes surrénales. Conduit et échographie de la glande thyroïde.

Le traitement des maladies de la glande thyroïde est effectué par un traitement conservateur, qui consiste à supprimer l'inflammation de l'organe, à corriger la correction hormonale et à éliminer les symptômes négatifs des systèmes vasculaire et cardiovasculaire.

La thyroïdectomie (intervention chirurgicale) est pratiquée en dernier recours, lorsque la thyroïde ne peut pas être restaurée par des méthodes conservatrices.

Les régimes pour les maladies auto-immunes de la thyroïde visent à enrichir le corps avec un complexe de vitamines et de minéraux. Assurez-vous d'inclure dans votre alimentation quotidienne des aliments contenant de l'iode, des glucides et des graisses. Les repas doivent être fractionnés, fréquents, à l'exception du jeûne et des régimes stricts.

Contrairement aux autres régimes, il se caractérise par l’utilisation d’une quantité normale de calories par jour (au moins 1 500 kcal). Toute déviation vers le bas peut entraîner une exacerbation de la maladie, ce qui est dangereux avec ce diagnostic.

Chaque jour, vous devez manger des fruits de mer (poisson, chou marin), de la viande, des légumes et des fruits. Il est nécessaire d’inclure dans le régime alimentaire des œufs, qui peuvent être utilisés à la fois sous forme brute et sous forme d’omelettes variées, de produits laitiers (fromage cottage, crème sure, kéfir, lait). Assurez-vous que votre régime alimentaire contient des glucides, qui sont contenus dans de nombreuses céréales (pain, pâtisseries, céréales, pâtes).

Les noix sont un bon produit contenant de l'iode (un oligo-élément essentiel pour la glande thyroïde). La plupart de l'iode se trouve dans les cloisons en noyer.

Il y a des produits qui doivent être exclus à AZhZHZH. Ce sont des plats à base de millet, de soja, de divers produits en conserve, ainsi que de viandes fumées, de plats salés et frits.

En respectant toutes les recommandations médicales et en observant un régime, vous pouvez restaurer le fonctionnement de la thyroïde et améliorer le fonctionnement de tous les organes internes.

Maladie thyroïdienne auto-immune

L'agression du système de défense du corps contre ses propres cellules est une pathologie auto-immune. Aujourd'hui, de nombreuses maladies similaires sont connues: diabète de type 1, vascularite, polyarthrite rhumatoïde, glomérulonéphrite, sclérodermie, sclérose en plaques, lupus érythémateux aigu disséminé, etc.

Classification des maladies auto-immunes de la glande

Dans le tissu thyroïdien, le système immunitaire considère que plusieurs structures complexes sont étrangères. Les symptômes d'une maladie auto-immune dépendent des protéines responsables de la réaction.

La survenue d'une thyroïdite auto-immune chronique est une conséquence de l'apparition dans le sang d'un titre élevé de divers anticorps.

La présence la plus caractéristique de marqueurs à:

  • la thyréoglobuline (AT-TG);
  • la peroxydase (AT-TPO);
  • fraction microsomale (AT-MAG);
  • le deuxième antigène colloïdal;
  • hormones thyroïdiennes.

Dans le goitre toxique diffus, il existe un taux élevé d'anticorps stimulant la thyroïde (en premier lieu contre le récepteur de la TSH). Les autres marqueurs (AT-TPO, AT-TG, AT-MAG) sont également surélevés.

La thyroïdite post-partum est parfois considérée comme une variante de la maladie auto-immune chronique. La maladie est associée à la grossesse et à l'accouchement, à une phase (phase de thyrotoxicose, phase d'hypothyroïdie) et à une récupération spontanée de la fonction en quelques mois. Le titre de divers anticorps peut être légèrement augmenté.

Symptômes de la maladie

La thyroïdite auto-immune peut rester longtemps méconnue. Les symptômes de la maladie dépendent de la forme de la lésion glandulaire et du niveau d'hormones.

Les changements dans la structure du tissu thyroïdien émettent:

  • forme hypertrophique (augmentation diffuse du volume);
  • forme hypotrophe (réduction de la glande);
  • forme nodulaire (changements focaux dans le tissu);
  • mixte (foyers et lésions tissulaires diffuses).

Les formes hypertrophiques, nodulaires et mixtes peuvent provoquer des symptômes de compression mécanique des tissus environnants et provoquer une déformation visible des contours du cou.

Plaintes des patients dans ce cas:

  • défaut cosmétique (éducation de volume dense dans le cou);
  • inconfort lors de l'ingestion d'aliments solides;
  • enrouement;
  • étouffement;
  • bâillonnement;
  • mal de tête;
  • le bleu du visage.

Le goitre toxique diffus sous sa forme classique conduit à une hypertrophie des organes.

La thyroïdite post-partum ne s'accompagne généralement pas de l'apparition d'une formation focale du tissu thyroïdien ni d'une modification importante de son volume.

Fond hormonal en pathologie auto-immune peut varier considérablement. Le goitre toxique diffus s'accompagne d'une thyrotoxicose intensive persistante. La thyroïdite auto-immune entraîne la formation d’une hypothyroïdie. La maladie auto-immune post-partum se caractérise initialement par une augmentation temporaire de la fonction thyroïdienne, puis par une diminution.

Symptômes de thyrotoxicose:

  • perte de poids avec un apport calorique quotidien élevé;
  • augmentation de la température corporelle de plus de 36,6 degrés;
  • tremblant dans le corps;
  • l'insomnie;
  • nervosité;
  • labilité émotionnelle;
  • pouls rapide;
  • essoufflement à l'effort;
  • transpiration

Tous les symptômes sont plus prononcés chez le goitre toxique diffus. L'état de santé des patients est gravement perturbé et un traitement médical est toujours nécessaire. Lorsque la thyroïdite post-partum, les signes de la thyréotoxicose sont effacés. Très souvent, les patients ne demandent pas d’assistance médicale pendant cette phase de la maladie.

Symptômes de l'hypothyroïdie:

  • l'obésité;
  • diminution de la température corporelle inférieure à 36,6 degrés;
  • athérosclérose précoce (accident vasculaire cérébral, crise cardiaque, claudication intermittente);
  • altération de la mémoire, pensée logique;
  • intelligence réduite;
  • somnolence;
  • la dépression;
  • pouls rare;
  • une tendance à la constipation;
  • peau sèche

Depuis plusieurs années, la thyroïdite auto-immune entraîne le développement d'une hypothyroïdie persistante et prononcée. Dans la maladie thyroïdienne post-partum, le déclin de la fonction est généralement temporaire et tous les signes sont moins intenses.

Preuves de laboratoire et instrumentales de la maladie

Après avoir consulté un médecin pour confirmer la maladie auto-immune, un examen complet est effectué.

Le diagnostic en laboratoire comprend:

  • détermination des taux d'hormones (TSH, thyroxine, triiodothyronine);
  • évaluation des principaux titres d'anticorps;
  • test sanguin clinique;
  • recherche biochimique (glucose, cholestérol total et ses fractions).

Mesures de diagnostic instrumentales:

  • échographie;
  • cytologie (biopsie à l'aiguille fine);
  • balayage radio-isotopique.

Une échographie de la glande thyroïde est nécessaire. Toute maladie auto-immune présente une structure tissulaire hétérogène avec des zones d’hypo et d’hyperéchogénicité. Les limites du corps peuvent être floues en raison d'une inflammation intense. Le volume de la glande peut être supérieur ou inférieur à la normale.

La cytologie (biopsie à l'aiguille fine) confirme l'inflammation auto-immune. Dans l'échantillon, on détecte une infiltration lymphocytaire et des accumulations de macrophages.

Le balayage radio-isotopique donne un carotène différent. Dans le goitre toxique diffus, l’isotope est rapidement et complètement absorbé par la glande et est également rapidement éliminé. Dans la thyroïdite auto-immune, le tissu capte moins de produits pharmaceutiques radioactifs, mais les conserve longtemps.

Prévention de la pathologie auto-immune de la glande thyroïde

Les raisons du dysfonctionnement de l'immunité ne sont pas entièrement comprises. On pense que l'hérédité, l'âge et le sexe des patients jouent un rôle important. Le plus souvent, ces maladies touchent les jeunes femmes.

Certains facteurs environnementaux peuvent provoquer une thyroïdite auto-immune, une maladie thyroïdienne post-partum et un goitre toxique diffus.

Pour la prévention, il est nécessaire de limiter:

  • exposition au soleil;
  • facteurs de production nocifs;
  • surcharge émotionnelle.

Maladie thyroïdienne auto-immune

Les maladies auto-immunes de la glande thyroïde sont certaines conséquences de l’hyperactivité des défenses immunitaires de l’organisme par rapport à leurs propres cellules. Dans ce type de troubles, le système immunitaire peut percevoir ses tissus comme des éléments étrangers et commence donc à les combattre. Une inflammation auto-immune active (thyroïdite) se développe.

La glande thyroïde humaine, malgré la taille relativement petite de cet organe, est un élément essentiel du système endocrinien, dont les fonctions visent à la production d'hormones nécessaires à la mise en oeuvre de toutes les fonctions physiologiques nécessaires du corps. La glande thyroïde produit une hormone appelée thyroxine, c'est lui qui est responsable du fonctionnement du corps, ainsi que la triiodothyronine. La synthèse de la thyroxine est un élément très important de la glande thyroïde, car cette hormone est nécessaire au déroulement normal de tous les processus métaboliques dans tous les tissus du corps humain, quel que soit l'âge. La thyroxine est impliquée dans le fonctionnement des muscles, du système cardiovasculaire et contribue également au travail harmonieux du cerveau.

Maladies auto-immunes typiques de la glande thyroïde

Les maladies auto-immunes de la glande thyroïde peuvent être divisées en deux types:

au début, il y a une production excessive d'hormones des glandes endocrines (maladie de Basedow); dans le second cas, la synthèse d'hormones diminue considérablement (la thyroïdite de Hashimoto en est un exemple).

Dans la maladie de Hashimoto, l’absence de synthèse de la thyroxine et de la triiodothyronine se manifeste par une léthargie, des lésions des terminaisons nerveuses et une peau sèche. Le plus souvent, la maladie débute chez les femmes âgées de 30 à 50 ans. Il convient de prêter attention aux cas de maladie de Hashimoto chez des membres de la famille, qui constituent un facteur de risque supplémentaire pour la survenue de la maladie.

La maladie de Basedow (hyperthyroïdie) se développe suite à une production accrue d'hormones thyroïdiennes. Cette pathologie se caractérise par un certain nombre de symptômes spécifiques: perte de poids, tremblements des mains, irritabilité et accélération du rythme cardiaque. L’apparition d’un œil de punaise est un trait distinctif très important de la maladie du goitre (ce symptôme se développe du fait de la croissance de la cellulose située dans l’orbite derrière le globe oculaire). Les patients souffrent de transpiration excessive et sont très sensibles aux fortes chaleurs. La maladie de Basedow survient souvent chez les jeunes femmes âgées de 14 à 25 ans.

Pourquoi les maladies thyroïdiennes auto-immunes se développent-elles?

Les maladies auto-immunes de la glande thyroïde se développent avec l'incapacité du système immunitaire à reconnaître correctement les cellules et les tissus de leur propre corps. Le système immunitaire, qui protège le corps humain contre les bactéries, les virus, les bactéries et d’autres agents, produit des protéines spéciales, appelées anticorps. Certaines de ces protéines peuvent, dans certaines conditions, détruire leurs propres tissus. C'est pourquoi ils s'appellent des autoanticorps.

Les autoanticorps ont la capacité d'attaquer la plupart des organes et d'entraîner diverses perturbations de leur fonctionnement. Le résultat de telles attaques est le développement de maladies auto-immunes.

La thyroïdite auto-immune (AIT) est la forme la plus courante de thyroïdite. Il existe deux types de thyroïdite auto-immune:

Hypertrophique (goitre Hashimoto). Atrophique.

L’AIT de la glande thyroïde est causé par la présence d’un déficit quantitatif ou qualitatif en lymphocytes T.

Ainsi, par thyroïdite auto-immune, il faut comprendre maladie chronique auto-immune du système endocrinien, qui se traduit par une infiltration lymphoïde de son tissu. Ce processus se développe sous l'influence de facteurs auto-immuns. La cause de la maladie est un défaut génétique dans le système immunitaire, ce qui conduit à l'observation de changements morphologiques de gravité différente dans les cellules des glandes endocrines. Le mécanisme d'apparition de la thyroïdite auto-immune n'est toujours pas étudié. Il existe des preuves que la thyroïdite auto-immune est héréditaire, comme on le voit souvent chez des membres de la famille.

Il est bien connu que la thyroïde AIT est une maladie génétiquement déterminée, dont le risque augmente sous l’influence de facteurs externes. L’apparition d’une thyroïdite auto-immune peut être précédée de divers effets menant à une perturbation de l’intégrité de la structure de la glande endocrine - blessures (y compris accidentelles), lésions de la surface antérieure du cou.

La forme atrophique de la glande thyroïde AIT ressemble le plus souvent à un tableau clinique d'hypothyroïdie.

Les manifestations les plus courantes de la thyroïdite auto-immune sont les suivantes: rugosité des traits du visage, surcharge pondérale, perte de mémoire, bradycardie, modification du ton de la voix, élocution mal interprétée, apparition d'un essoufflement lors d'un effort physique et modification de la couleur de la peau. Chez la femme, l’infertilité et divers troubles du cycle menstruel sont très souvent observés. Étant donné que les symptômes (tableau clinique) de l'AIT sont assez nombreux et variés, le diagnostic de cette maladie est souvent difficile.

Certains patients atteints de thyroïdite, en particulier au stade initial de la maladie, peuvent présenter des signes de thyréotoxicose. Ceci est associé à des processus destructifs dans les tissus de la thyroïde sous l'action d'une agression auto-immune.

Diagnostic et traitement de l'AIT

Pour le diagnostic de la thyroïde AIT, la méthode de palpation est très souvent utilisée, un examen clinique de la gorge et du cou, le niveau d'hormones thyroïdiennes, d'hypophyse, de glandes sexuelles et surrénales dans le sang, une échographie de la thyroïde et la détection d'autoanticorps spécifiques dans le sang.

Le traitement de l'AIT de la glande thyroïde est généralement conservateur. Elle consiste à supprimer l'inflammation auto-immune active, à corriger les troubles du statut hormonal ainsi qu'à éliminer certaines manifestations de la maladie (rythme cardiaque, transpiration, augmentation de l'anxiété ou de la léthargie). Dans les cas plus graves, la chirurgie est réalisée sous le nom de thyroïdectomie.

Comment oublier les maladies de la glande thyroïde?

Sceaux sur le cou, essoufflement, mal de gorge, peau sèche, ternes, perte de cheveux, ongles cassants, poches, visage bouffi, yeux éteints, fatigue, somnolence, larmoiement, etc. - Tout cela est un manque d'iode dans le corps. Si les symptômes sont «sur le visage» - il est possible que votre thyroïde ne soit plus capable de fonctionner en mode normal... Vous n'êtes pas seul, selon les statistiques, des problèmes de fonctionnement de la thyroïde affectent jusqu'à un tiers de la population totale de la planète.

Comment oublier les maladies de la glande thyroïde? Le principal endocrinologue Alexander Ametov en parle ici.

Les maladies auto-immunes de la glande thyroïde féminine (thyroïdite, AIT) résultent de perturbations du système immunitaire. Un tissu imbibé de leucocytes endommage la plupart des cellules de la glande. Et seul un traitement bien choisi éliminera les premiers signes d'inflammation et empêchera l'attaque d'anticorps, par rapport à leur propre corps.

Variétés de la maladie

Les maladies auto-immunes de la glande thyroïde sont classées en différents types de syndrome, caractérisés par la même race:

Goitre chronique ou lymphomateux - le traitement est administré avec un excès important du nombre d'anticorps et de lymphocytes (lymphocytes T) agissant sur la lésion de la glande. Une production insuffisante d'hormones est le principal symptôme de l'hypothyroïdie. La maladie se caractérise par une forme génétique associée au diabète. Maladies auto-immunes post-partum de la glande thyroïde - le traitement est inévitable après une charge importante pendant la période de portage ou par prédisposition. Le développement de la pathologie conduit à la formation d'un ACI destructeur. Cytokine (induite) - se trouve dans le diagnostic de l'hépatite C ou une maladie du sang, peut avoir été traitée avec l'interféron. Les maladies auto-immunes silencieuses (silencieuses) de la glande thyroïde, similaires au diagnostic post-partum, n'ont pas été complètement étudiées.

Formes de thyroïdite auto-immune

Le traitement de l'inflammation thyroïdienne nécessite une approche individuelle d'une autre forme de thyroïdite auto-immune:

Latente - aucun symptôme clinique avec manifestation de signes immunologiques. Peut-être la préservation des formes antérieures ou la croissance des tissus. Fonctionnement normal sans joints. La thyroïdite hypertrophique auto-immune de la glande thyroïde est un dysfonctionnement accompagné d'un goitre en croissance. Avec des indicateurs uniformes, un diagnostic de la forme diffuse de la maladie est établi et un traitement est prescrit. La présence de nœuds dans le corps du corps forme la même forme de la maladie. Symptômes moins communs. Forme atrophique - le traitement d’un organe normal ou diminué est accompagné d’une diminution du niveau de production hormonale. La cause principale est l'exposition radioactive ou la vieillesse.

Causes de l'inflammation

Une maladie génétique auto-immune de la glande thyroïde apparaît sous l’influence d’un certain nombre de facteurs:

Maladies chroniques (inflammation des sinus paranasaux, des amygdales et des caries dentaires). Excès d'iode, de fluorure et de chlore dans le corps. Traitement non contrôlé avec l'utilisation de médicaments contenant un pourcentage élevé d'iode et de composants hormonaux. Exposition prolongée aux UV, rayonnement. Le stress. SRAS.

Une maladie inflammatoire auto-immune de la glande thyroïde passe inaperçue, sans symptômes évidents. La fatigue, l'irritabilité et la douleur dans les membres sont caractéristiques. Beaucoup de patients se plaignent de pression, de "coma" dans la gorge.

La violation indolore se reflète dans les symptômes ci-dessus, exprimés sous forme bénigne

Une maladie thyroïdienne post-partum auto-immune commence à gêner 14 semaines après l'accouchement. Il y a une sensation de fatigue, de faiblesse et de perte de poids. Une tachycardie, de la fièvre, une transpiration excessive, des tremblements, des sautes d'humeur et un sommeil instable se produisent souvent. À la 19e semaine, une perturbation marquée du fonctionnement de la glande thyroïde et un état dépressif sont perceptibles.

La cytokine est difficile à déterminer la santé du patient, il est nécessaire d'effectuer des tests de haute qualité.

Tests de laboratoire standard

La maladie thyroïdienne chronique auto-immune est déterminée par les résultats du test:

Hémogramme total nécessaire pour étudier le volume des lymphocytes. Immunogramme requis pour les indicateurs de l'interaction des anticorps anti-TG et TP. Le nombre de T3 et de T4 provoque le contenu de TSH (thyrotrope, provoquant la croissance des cellules thyroïdiennes) dans les vaisseaux sanguins. Les ultrasons de la glande thyroïde vous permettent d’en apprendre davantage sur les changements structurels et dimensionnels de la glande. Une biopsie à l'aiguille fine est recommandée pour analyser le nombre de lymphocytes. Traitement du goitre Hashimoto

Avec la menace d'une croissance rapide des hormones, les médicaments qui inhibent la production ultérieure de composants (tiamazol, carbimazole, propitsil) ont des effets néfastes sur le corps. Lorsqu'un dysfonctionnement du système cardiaque est détecté, les bêta-bloquants sont déchargés.

La lévothyroxine (L-thyroxine) résout les problèmes de fonctionnement du corps. Le suivi du traitement nécessite le strict respect de la quantité de médicament thyroïdien.

La thyroïdite subaiguë, accompagnée de blues d'automne, est guérie par un glucocorticoïde (prednisone). Les anticorps combattent activement les composants contenus dans le voltaren, l'indométacine et le métindole.

Prédiction et symptômes

La condition de travail chez les patients atteint jusqu'à 15 ans et plus. Une maladie auto-immune réduit le niveau de production d'hormones, ce qui affecte la diminution de la production d'énergie, la somnolence et les pertes de mémoire.

La thyroïdite post-partum apparaît souvent lors de grossesses répétées (dans 70% des cas). Les femmes restantes se plaignent d'une maladie chronique avec thyroïdite auto-immune avec transition vers l'hypothyroïdie.

La surveillance constante par un spécialiste de haut niveau permettra de déterminer rapidement la prédisposition à la pathologie, de diagnostiquer correctement le niveau d'hormones et de prescrire un début de traitement immédiat (en cas de menace).

L'agression du système de défense du corps contre ses propres cellules est une pathologie auto-immune. Aujourd'hui, de nombreuses maladies similaires sont connues: diabète de type 1, vascularite, polyarthrite rhumatoïde, glomérulonéphrite, sclérodermie, sclérose en plaques, lupus érythémateux aigu disséminé, etc.

Classification des maladies auto-immunes de la glande

Dans le tissu thyroïdien, le système immunitaire considère que plusieurs structures complexes sont étrangères. Les symptômes d'une maladie auto-immune dépendent des protéines responsables de la réaction.

thyroïdite auto-immune chronique (maladie de Hashimoto); goitre toxique diffus (maladie de Flayany, maladie de Graves ou maladie de Basedow); thyroïdite post-partum.

La survenue d'une thyroïdite auto-immune chronique est une conséquence de l'apparition dans le sang d'un titre élevé de divers anticorps.

La présence la plus caractéristique de marqueurs à:

la thyréoglobuline (AT-TG); la peroxydase (AT-TPO); fraction microsomale (AT-MAG); le deuxième antigène colloïdal; hormones thyroïdiennes.

Dans le goitre toxique diffus, il existe un taux élevé d'anticorps stimulant la thyroïde (en premier lieu contre le récepteur de la TSH). Les autres marqueurs (AT-TPO, AT-TG, AT-MAG) sont également surélevés.

La thyroïdite post-partum est parfois considérée comme une variante de la maladie auto-immune chronique. La maladie est associée à la grossesse et à l'accouchement, à une phase (phase de thyrotoxicose, phase d'hypothyroïdie) et à une récupération spontanée de la fonction en quelques mois. Le titre de divers anticorps peut être légèrement augmenté.

Symptômes de la maladie

La thyroïdite auto-immune peut rester longtemps méconnue. Les symptômes de la maladie dépendent de la forme de la lésion glandulaire et du niveau d'hormones.

Les changements dans la structure du tissu thyroïdien émettent:

forme hypertrophique (augmentation diffuse du volume); forme hypotrophe (réduction de la glande); forme nodulaire (changements focaux dans le tissu); mixte (foyers et lésions tissulaires diffuses).

Les formes hypertrophiques, nodulaires et mixtes peuvent provoquer des symptômes de compression mécanique des tissus environnants et provoquer une déformation visible des contours du cou.

Plaintes des patients dans ce cas:

défaut cosmétique (éducation de volume dense dans le cou); inconfort lors de l'ingestion d'aliments solides; enrouement; étouffement; bâillonnement; mal de tête; le bleu du visage.

Le goitre toxique diffus sous sa forme classique conduit à une hypertrophie des organes.

La thyroïdite post-partum ne s'accompagne généralement pas de l'apparition d'une formation focale du tissu thyroïdien ni d'une modification importante de son volume.

Fond hormonal en pathologie auto-immune peut varier considérablement. Le goitre toxique diffus s'accompagne d'une thyrotoxicose intensive persistante. La thyroïdite auto-immune entraîne la formation d’une hypothyroïdie. La maladie auto-immune post-partum se caractérise initialement par une augmentation temporaire de la fonction thyroïdienne, puis par une diminution.

Symptômes de thyrotoxicose:

perte de poids avec un apport calorique quotidien élevé; augmentation de la température corporelle de plus de 36,6 degrés; tremblant dans le corps; l'insomnie; nervosité; labilité émotionnelle; pouls rapide; essoufflement à l'effort; transpiration

Tous les symptômes sont plus prononcés chez le goitre toxique diffus. L'état de santé des patients est gravement perturbé et un traitement médical est toujours nécessaire. Lorsque la thyroïdite post-partum, les signes de la thyréotoxicose sont effacés. Très souvent, les patients ne demandent pas d’assistance médicale pendant cette phase de la maladie.

Symptômes de l'hypothyroïdie:

l'obésité; diminution de la température corporelle inférieure à 36,6 degrés; athérosclérose précoce (accident vasculaire cérébral, crise cardiaque, claudication intermittente); altération de la mémoire, pensée logique; intelligence réduite; somnolence; la dépression; pouls rare; une tendance à la constipation; peau sèche

Depuis plusieurs années, la thyroïdite auto-immune entraîne le développement d'une hypothyroïdie persistante et prononcée. Dans la maladie thyroïdienne post-partum, le déclin de la fonction est généralement temporaire et tous les signes sont moins intenses.

Preuves de laboratoire et instrumentales de la maladie

Après avoir consulté un médecin pour confirmer la maladie auto-immune, un examen complet est effectué.

Le diagnostic en laboratoire comprend:

détermination des taux d'hormones (TSH, thyroxine, triiodothyronine); évaluation des principaux titres d'anticorps; test sanguin clinique; recherche biochimique (glucose, cholestérol total et ses fractions).

Mesures de diagnostic instrumentales:

échographie; cytologie (biopsie à l'aiguille fine); balayage radio-isotopique.

Une échographie de la glande thyroïde est nécessaire. Toute maladie auto-immune présente une structure tissulaire hétérogène avec des zones d’hypo et d’hyperéchogénicité. Les limites du corps peuvent être floues en raison d'une inflammation intense. Le volume de la glande peut être supérieur ou inférieur à la normale.

La cytologie (biopsie à l'aiguille fine) confirme l'inflammation auto-immune. Dans l'échantillon, on détecte une infiltration lymphocytaire et des accumulations de macrophages.

Le balayage radio-isotopique donne un carotène différent. Dans le goitre toxique diffus, l’isotope est rapidement et complètement absorbé par la glande et est également rapidement éliminé. Dans la thyroïdite auto-immune, le tissu capte moins de produits pharmaceutiques radioactifs, mais les conserve longtemps.

Prévention de la pathologie auto-immune de la glande thyroïde

Les raisons du dysfonctionnement de l'immunité ne sont pas entièrement comprises. On pense que l'hérédité, l'âge et le sexe des patients jouent un rôle important. Le plus souvent, ces maladies touchent les jeunes femmes.

Certains facteurs environnementaux peuvent provoquer une thyroïdite auto-immune, une maladie thyroïdienne post-partum et un goitre toxique diffus.

Pour la prévention, il est nécessaire de limiter:

exposition au soleil; facteurs de production nocifs; surcharge émotionnelle.

Vous Pouvez, Comme Pro Hormones