La thyroïdite auto-immune, étant une inflammation chronique des tissus de la glande thyroïde, provoque une violation de la structure et du fonctionnement de cet organe, ce qui provoque une hypothyroïdie dans le contexte de la thyroïdite auto-immune.

L’hypothyroïdie auto-immune est caractérisée par le fait qu’en raison d’une grave mutation du gène, il se produit une baisse importante du taux d’hormones thyroïdiennes. Cet organe est perçu par les cellules de son système immunitaire comme un objet étranger et est progressivement détruit.

Comment l'hypothyroïdie auto-immune se manifeste-t-elle?

Les signes de l'hypothyroïdie auto-immune ne sont pas spécifiques. Ils peuvent survenir dans d'autres maladies.

Cela vaut la peine d'être gardé si:

  1. Une personne devient faible, léthargique, lente, rapidement fatiguée.
  2. La mémoire, l'attention sont réduites.
  3. Il y a un gain de poids rapide.
  4. Il y a une violation de l'intestin.
  5. Le sommeil est perturbé.
  6. L'excès de liquide est mal excrété.
  7. Le taux sanguin augmente le cholestérol.
  8. Des pointes de tension artérielle sont observées.
  9. Il y a des interruptions dans le travail du cœur.
  10. Il y a des irrégularités dans les systèmes respiratoire et nerveux.

Dans la thyroïdite auto-immune, les ganglions sont souvent formés dans la glande thyroïde. Le corps lui-même augmente de volume. La respiration d'une personne est altérée, sa voix devient rugueuse, la déglutition devient douloureuse.

La plupart des symptômes n'indiquent pas directement une thyroïdite auto-immune. Cela pose des difficultés pour poser un diagnostic car la probabilité d'erreur est élevée. Par conséquent, la maladie n’est souvent pas diagnostiquée longtemps, au cours de laquelle le patient s’habitue aux symptômes.

Les examens échographiques de la thyroïde, les analyses de sang d'hormones thyroïdiennes et d'anticorps aident à identifier la maladie à un stade précoce.

La thyroïdite auto-immune est une maladie dans laquelle le corps perçoit sa propre glande thyroïde comme un organe étranger, à la suite de quoi sa destruction progressive se produit. Thyroïdite auto-immune: symptômes, complications et indications thérapeutiques, lisez l'article.

Hyperplasie thyroïdienne - mesures diagnostiques et thérapeutiques, lisez la suite.

L'opération d'enlèvement de la glande thyroïde est indiquée lorsque d'autres traitements n'ont aucun effet. Ce lien http://gormonexpert.ru/zhelezy-vnutrennej-sekrecii/shhitovidnaya-zheleza/operaciya-po-udaleniy-hhitovidnoj-zhelezy.html vous explique comment une opération est pratiquée et combien de temps dure la période postopératoire.

Qu'est-ce qu'une hypothyroïdie auto-immune dangereuse?

Le manque d'hormones synthétisées par la thyroïde ralentit tous les processus du corps. La personne devient inhibée.

Les réactions mentales et physiques sont réduites. La nourriture est mal digérée, ce qui provoque des douleurs à l'estomac.

Fréquence cardiaque réduite. La teneur en cholestérol dans le sang augmente.

Il y a un risque de maladie coronarienne, l'athérosclérose.

La distraction, l'inattention, la dépression, l'oubli, la perte de vision et l'ouïe altèrent considérablement la qualité de vie du patient.

Avec un diagnostic retardé et l'absence de traitement adéquat, un myxoedème peut se développer.

Diagnostics

Tout spécialiste peut diagnostiquer la thyroïdite auto-immune: médecin généraliste, oto-rhino-laryngologiste, endocrinologue, gynécologue.

Pour confirmer le diagnostic proposé, le patient subit les examens suivants:

  • tests sanguins pour les hormones et la présence d'anticorps anti-thyroglobuline et thyroperoxydase;
  • examen de la glande thyroïde par ultrasons;
  • scintigraphie thyroïdienne;
  • biopsie.

Le diagnostic précoce de la pathologie donne un pronostic favorable.

Traitement de l'hypothyroïdie

Une fois la pathologie diagnostiquée sur la base des résultats de l'examen, le médecin détermine la tactique de traitement visant à éliminer le processus inflammatoire de la thyroïde et à préserver la santé de l'organe. Il est également important de réguler les niveaux d'hormones.

Le traitement de l'hypothyroïdie auto-immune est assez long et complet et comprend généralement de tels moments:

  1. La thérapie de remplacement avec des médicaments contenant des hormones thyroïdiennes aide à normaliser la quantité d'hormones.
  2. Les maladies auto-immunes sont résolues par les glucocorticoïdes. Les hormones du cortex surrénalien, certaines drogues synthétiques suppriment le système immunitaire, ne lui permettent pas de détruire son propre corps.
  3. En raison du fait que dans l'hypothyroïdie auto-immune, le système immunitaire est supprimé, des agents sont substitués pour remplacer le système immunitaire et protéger le corps contre les virus et les bactéries.
  4. Pour la correction des troubles résultant de la maladie, des médicaments sont attribués pour éliminer les symptômes. Par exemple, des outils qui améliorent la digestion, normalisent la pression artérielle.
  5. Les troubles métaboliques causés par l'hypothyroïdie, conduit à l'obésité, un œdème. Par conséquent, le médecin choisit pour le patient un régime alimentaire spécial qui exclut les aliments gras, frits, sucrés, en conserve, et recommande un exercice modéré.

Les cas graves, tels que l'élargissement de la glande thyroïde, la formation de nœuds nécessitent souvent une intervention chirurgicale.

Le traitement de l'hypothyroïdie se poursuit le plus souvent à vie sous la surveillance d'un endocrinologue, un immunologiste. L'automédication est exclue.

Application au traitement des remèdes populaires

Avec l'aide de la médecine traditionnelle, il est possible d'améliorer l'état d'une personne atteinte d'hypothyroïdie auto-immune, de thyroïdite, de soulager les principaux symptômes de la maladie, de stabiliser le travail des organes et des systèmes touchés par la pathologie.

Le patient a besoin de vitamines. Il est utile de boire des décoctions d'ortie, de baies de cassis, d'infusion d'églantine, de thé de feuilles et de pousses de cassis, de cerises, de fraises, de manger régulièrement des fruits et des légumes riches en vitamines et en micro-éléments.

Dans l'hypothyroïdie auto-immune, le varech sucré peut apporter des avantages tangibles. Il peut être consommé en salade, en assaisonnement.

Le jus de chou améliore le métabolisme. Buvez-le devrait être trois fois par jour pendant un demi-verre.

Vous pouvez augmenter la fonction de la glande thyroïde à l'aide de la teinture pharmaceutique de ginseng. Prenez le médicament devrait être 30 gouttes trois fois par jour pendant 30 jours. Ensuite, prenez une pause de deux semaines et poursuivez le traitement.

Un traitement efficace dans le traitement de l'hypothyroïdie auto-immune est l'infusion d'ortie. Pour le préparer, vous devez verser quelques cuillères à soupe d'herbe avec une tasse et demie d'eau bouillante, insistez-en pendant une heure et prenez, après avoir filtré un quart de tasse trois fois par jour une demi-heure avant les repas.

Un mélange de fruits feijoa (contenant environ 90 substances utiles, dont l'iode) et de sucre cristallisé, pris dans un rapport 1: 2, peut faciliter le traitement.

Le colorant à base de plantes médicinales aide à éliminer les symptômes de l'hypothyroïdie auto-immune. Pour la préparation d'un remède, vous devez verser une cuillerée d'herbes avec une tasse et demie d'eau froide, insister la nuit, faire bouillir pendant 5 minutes, filtrer. Prenez une cuillère à soupe trois fois par jour avant les repas.

Il est important de comprendre que les remèdes populaires sont auxiliaires et bénéfiques. Ils ne peuvent être utilisés qu'en association avec les médicaments proposés par la médecine officielle pour le traitement de l'hypothyroïdie auto-immune.

L'hypothyroïdie auto-immune est une conséquence de la thyroïdite. Par les symptômes primaires, il est difficile de reconnaître la maladie.

La pathologie est diagnostiquée sur la base des résultats d'études cliniques.

Pour aider la thérapie principale prescrite par un spécialiste, vous pouvez utiliser des remèdes populaires.

Pour la détection précoce de l'hypothyroïdie auto-immune, il est nécessaire de consulter un endocrinologue tous les ans avec un test sanguin obligatoire pour la recherche d'hormones.

La grossesse sur fond de maladie de la thyroïde nécessite une surveillance étroite de la part d’un endocrinologue. Thyroïdite auto-immune et grossesse - Quel est le degré de dangerosité de la maladie pour la mère et l'enfant à naître?

Vous trouverez une liste de produits utiles pour la glande thyroïde sur cette page.

Étiologie de l'hypothyroïdie auto-immune

L'hypothyroïdie auto-immune, également appelée thyroïdite auto-immune (AIT), désigne des maladies de la glande thyroïde causées par un dysfonctionnement du système immunitaire. À la suite de tels troubles, le corps humain commence à former des lymphocytes, qui synthétisent des anticorps dirigés contre les cellules de cet organe endocrinien, qui à leur tour commencent à endommager la glande thyroïde. Son hypofonction affecte presque tous les systèmes du corps: chez l'homme et la femme, des changements se produisent dans le cœur, les organes reproducteurs, la stérilité.

Causes de l'hypothyroïdie auto-immune

Le plus souvent, la maladie se développe chez les femmes à partir de 45 ans, mais il existe également des cas d'AIT chez les filles, ainsi que chez les hommes et les enfants. L'hypothyroïdie auto-immune est une maladie qui n'a pas été complètement étudiée, mais les scientifiques supposent que l'hérédité joue un rôle important dans l'apparition de cette pathologie. En cas de complication et d’ajout d’un autre facteur défavorable, un processus auto-immunitaire commence à se développer, entraînant des lésions de la glande thyroïde, provoquant des dysfonctionnements dans presque tous les systèmes, entraînant ainsi une infertilité chez les femmes.

Les maladies virales, l'amygdalite chronique et les caries peuvent être des facteurs provoquants. L’ACI peut débuter à la suite d’un traitement prolongé avec des préparations à base d’iode dans des doses mal choisies ou sous l’effet de radiations.

L'activation des lymphocytes qui forment des anticorps endommage les cellules de la glande thyroïde. En conséquence, les hormones thyroïdiennes et les particules cellulaires commencent à pénétrer dans le sang, qui commencent également à être perçus par l'étranger comme des corps étrangers. De tels processus prennent un temps assez long, de manière cyclique, et entraînent des fluctuations du niveau des hormones thyroïdiennes, à la hausse ou à la baisse.

L'évolution prolongée contribue à l'atrophie du tissu thyroïdien, qui est remplacé par le tissu conjonctif, ce qui entraîne une hypothyroïdie auto-immune primaire. La thyroïdite et le manque d'hormones conduisent à une altération des fonctions du cœur, du système nerveux et de l'infertilité.

Symptômes de la maladie thyroïdienne

La thyroïdite auto-immune peut se développer lentement, sans signes cliniques évidents, alors que les patientes ont des défaillances menstruelles, voire une infertilité. Parfois, l’ACI primaire apparaît très rapidement. Au cours du premier stade de la maladie, les fonctions thyroïdiennes ne sont pas modifiées et il est possible de suspecter l’apparition d’un processus auto-immunitaire uniquement lors de la détection d’anticorps dirigés contre la glande thyroïde.

L'atrophie de la glande se développe plus souvent chez les personnes âgées, ce qui entraîne l'apparition d'une léthargie, d'une faiblesse, d'une perte auditive, de changements de la voix, de problèmes de déglutition, de sensations de pincement du cou, d'un œdème.

L'hypothyroïdie primaire de nature auto-immune contribue à l'apparition de problèmes cardiaques, au développement d'une hypotension et à une bradycardie, une stérilité se développe. Le danger de la maladie est le risque de coma myxoedémique, qui peut survenir sous l’influence de facteurs tels que l’hypothermie, une infection, des saignements, des comorbidités.

Au cours de la période de thyrotoxicose, due à la grande quantité d’hormones thyroïdiennes circulant dans le sang, apparaissent des symptômes tels que transpiration, fièvre, tachycardie, insomnie et nervosité, tremblements des mains et stérilité. Au fur et à mesure que la maladie progresse, la fatigue thyroïdienne commence et l'hyperthyroïdie est remplacée par l'hypofonction. Chez les femmes, des défaillances du cycle, une aménorrhée et une infertilité se produisent.

Diagnostic de la maladie

La maladie AIT est détectée par un ensemble de méthodes, notamment:

  1. Test sanguin pour les hormones thyroïdiennes. Pour identifier l'activité fonctionnelle de l'hypophyse, il est nécessaire de déterminer un indicateur de la thyrotropine, qui est interrelié avec les hormones thyroïdiennes. L'hypothyroïdie primaire est diagnostiquée dans les cas où la valeur de la thyrotropine est élevée et le niveau de triiodothyronine et de thyroxine sous-estimé.
  2. L'étude du sang pour les anticorps anti-thyroïdiens. Aux valeurs élevées avec une probabilité élevée, nous pouvons parler de AIT.
  3. Glande à ultrasons. Un tel diagnostic est nécessaire pour déterminer la structure et la taille de la thyroïde, ainsi que pour identifier les structures pathologiques.
  4. Scintigraphie L’étude aide à déterminer comment l’activité de la thyroïde est préservée.

Dans le cas où toutes les méthodes de recherche présentaient des signes d'AIT et que des nœuds étaient détectés, une biopsie à l'aiguille fine était attribuée au patient. Ce diagnostic vous permet de déterminer la nature de l'éducation et de prédire l'évolution de la maladie.

Hypothyroïdie auto-immune

La thyroïdite auto-immune est considérée comme une maladie thyroïdienne grave, perturbant presque tous les systèmes du corps. Le traitement de l'ACI est long et complet. La thérapie comprend:

  1. Élimination de l'hypofonction thyroïdienne avec l'utilisation de médicaments de remplacement des hormones thyroïdiennes. Les dosages de thyroxine sont sélectionnés selon des schémas spéciaux développés par les endocrinologues. L'âge des hommes et des femmes, le poids et les résultats des tests sont pris en compte.
  2. Suppression des troubles auto-immuns et des processus. À cette fin, des glucocorticoïdes sont utilisés pour éliminer l’échec immunitaire. Cela est nécessaire pour éviter la destruction complète du tissu thyroïdien.
  3. L'utilisation d'immunomodulateurs. Ces médicaments sont nécessaires pour restaurer l’immunité.
  4. Sélection de régimes, bonne nutrition. Lorsque l'hypothyroïdie ralentit considérablement le métabolisme de toutes les substances. La thyroïdite entraîne une augmentation des poches et un excès de poids. La rétention hydrique contribue à la détérioration de tous les organes, ce qui affecte le bien-être général du patient.

Nutrition pour l'hypothyroïdie

La thyroïdite auto-immune, entraînant une hypofonction de la glande, contribue à la prise de poids et au développement de l'œdème. La puissance dans ce cas doit être ajustée en fonction de l'état général. Certains aliments peuvent aggraver la production d'hormones thyroïdiennes. Ceux-ci incluent soja, chou, navet, porc. Il est conseillé de réduire légèrement la consommation d'aliments contenant du carotène: carottes, citrouilles, oseilles, brocolis.

Avec une maladie telle que la thyroïdite auto-immune, la nutrition doit être saturée en iode. Cela peut être du poisson, des algues. Pour recevoir les protéines nécessaires à la synthèse des hormones, vous devez manger des fromages faibles en gras et du fromage cottage, de la viande.

En hypofonction de la thyroïde, le corps a besoin de sélénium, qui peut être obtenu en consommant de la levure, des céréales non raffinées, du poulet et de l'ail. Le régime est bon d'inclure le foie, les noix, les bananes.

Pronostic pour l'hypothyroïdie auto-immune et prévention

Le pronostic de l'hypothyroïdie de nature auto-immune chez les hommes et les femmes est jugé satisfaisant. Si le traitement est commencé à l’heure, il est possible de ralentir l’action destructrice des anticorps et la diminution de la fonction thyroïdienne. Des schémas thérapeutiques bien choisis aident à obtenir une rémission et à éliminer l'infertilité. Chez les femmes et les hommes, une santé normale peut durer longtemps, même avec des exacerbations d’une maladie telle que la thyroïdite primitive.

La prévention consiste en des examens réguliers de la glande thyroïde chez les femmes et les hommes, dans le but de déterminer et de compenser en temps utile les manifestations de l'hypothyroïdie.

Commentaires (2 commentaires)

À propos de la maladie thyroïdienne entendu de nombreux amis. Mais en réalité jamais jamais plongé dans les détails. Le respect du régime alimentaire est compréhensible, mais je doute seulement que cette maladie puisse être guérie à la maison.
Le traitement de la glande thyroïde nécessite une intervention chirurgicale compliquée et il est improbable que, sans intervention chirurgicale, cette maladie puisse être vaincue.

J'ai lu l'article d'horreur de nos médecins. J'ai des nœuds sur la glande thyroïde, la TSH est élevée, la léthargie, la peau sèche, les échecs dans le cycle, et on me dit de boire de la yodmarine et de surveiller vos nœuds. Et s’il s’agit de l’ACI, je n’ai pas encore donné naissance à des enfants. J'ai 27 ans. Quelqu'un de cet âge a-t-il eu des problèmes de traitement? Alors que les docteurs traquent, je suis choqué par la nôtre, une telle attitude diabolique

Traitement de l'hypothyroïdie auto-immune

Un environnement défavorable, des émissions nocives persistantes dans l'atmosphère, le stress au travail et à l'école et une alimentation malsaine sont autant de facteurs qui entraînent des maladies de la glande thyroïde. Un adulte en bonne santé a une immunité assez puissante et tombe rarement malade.

Mais une fois qu'il cesse de manger ou de manger des aliments contenant de l'iode, le corps réagira immédiatement en réduisant la fonctionnalité de la glande thyroïde. Si vous ne le remarquez pas à temps et ne commencez pas le traitement, cela entraînera des complications encore plus graves. Si l'affaire concerne un enfant ou une femme enceinte, le risque de contracter la maladie augmente considérablement.

La thyroïdite auto-immune est une maladie aussi puissante de la glande thyroïde. Si ce processus inflammatoire commence à progresser fortement, alors peut-être le développement de l'hypothyroïdie auto-immune.

Quel rôle la glande thyroïde joue-t-elle dans le corps?

La glande thyroïde agit en tant que gestionnaire en chef du système endocrinien dans son ensemble. La glande thyroïde sécrète des hormones qui réagissent avec d’autres systèmes et les incitent à agir. De plus, les hormones thyroïdiennes sont le moteur de la croissance, du développement du tissu osseux et du bon fonctionnement de tous les organes. La tâche principale de la glande thyroïde est de contrôler le métabolisme interne correct.

Cette question est particulièrement pertinente à l’époque d’un changement profond dans le corps, par exemple la grossesse, l’entrée dans la puberté, ainsi que dans l’enfance. Dans ces moments de la vie, une personne change et tout son corps doit se développer et évoluer. Sans le bon fonctionnement de la glande thyroïde et la production complète d'hormones appropriées, il est impossible.

Le premier à découvrir cette maladie en 1912 fut un médecin du Japon, Hakaro Hashimoto. Il a prouvé que les cellules lymphocytaires apparaissent dans le corps pendant une maladie. Ces mêmes lymphocytes sont opposés à la glande thyroïde du corps. C'est en son honneur que la maladie a été nommée.

L'hypothyroïdie est une maladie assez rare et ne touche pas plus de cinq pour cent de la population de notre planète. Le développement particulièrement puissant de cette maladie survient pendant une période de profonde restructuration du corps et d'insuffisance hormonale. Chez les enfants, le développement de la maladie ne se produit que pendant la puberté. Les exceptions sont très rares.

Au fur et à mesure que la personne grandit, les points de retournement sont de plus en plus importants. Ainsi, en moyenne et à l'âge adulte, le nombre de maladies augmente de moitié par rapport à la population totale.

Facteurs pouvant déclencher ou exacerber la maladie:

  • La maladie peut être héritée de parents proches ou donner une prédisposition à la maladie.
  • Avec une maladie virale ou chronique puissante.
  • Une infection permanente dans le corps, telle que l'otite ou la bronchite.
  • Maladie due aux radiations ou à court terme, mais forte radiation.
  • Surdosage d'iode. C'est une maladie extrêmement rare, mais elle a le droit d'exister.
  • Consommation constante de médicaments puissants.
  • Point culminant chez les femmes adultes.

Symptômes du stade initial de l'hypothyroïdie auto-immune

Dans l'hypothyroïdie auto-immune, les symptômes ne sont pas aussi prononcés que dans des maladies chroniques similaires. En outre, le diagnostic correct ne peut pas être absolument précis en raison du fait que la forme de la maladie peut être modifiée par endroits en raison des caractéristiques physiologiques de l'organisme.

Voici une liste des principaux symptômes du stade initial de l'hypothyroïdie auto-immune:

  • Le battement du coeur.
  • Transpiration accrue.
  • Tremblement des membres.
  • Symptômes de dysfonctionnement du système nerveux central. Il peut y avoir des sautes d'humeur dramatiques, la joie se transformer en hystérie, l'incapacité de travailler pleinement.
  • Absence de désir pour des rapports sexuels chez les hommes.
  • Violation du cycle menstruel chez la femme mature. Ménopause précoce.
  • Perte de poids nette.

Symptômes du stade avancé de l'hypothyroïdie auto-immune

Le stade avancé de la maladie porte les signes et les symptômes les plus forts et les plus visibles de la maladie. Si vous remarquez des symptômes similaires à ceux de la liste précédente, alors, en cas de maladie, vos symptômes s'intensifieront ou passeront au stade avancé.

Symptômes du stade final de l'hypothyroïdie auto-immune:

  • La fatigue et la fatigue au travail atteignent des limites incroyables. L'incapacité d'effectuer correctement tout travail à long terme. Le développement de la fatigue chronique.
  • Réticence à avoir des relations sexuelles chez les hommes.
  • Violation du cycle de menstruation ou de l'absence de celui-ci.
  • Des sauts soudains de la pression artérielle.
  • Gonflement des jambes, gonflement grave du visage.
  • Croissance fragile ou lente des cheveux et des ongles.
  • Perte de cheveux et réduction de la quantité de cheveux.
  • Selles dures et constipation persistante.

C'est important! Si vous lisez cet article et avez constaté qu'un grand nombre de symptômes vous conviennent et se sont développés récemment, vous devez immédiatement consulter un médecin endocrinologue. Ce n’est qu’après un examen complet et un recueil de tous les tests que vous êtes en bonne santé.

Traitement pour l'hypothyroïdie auto-immune

Si votre médecin endocrinologue vous a diagnostiqué une hypothyroïdie auto-immune, n’ayez pas peur du traitement et commencez-le dès que possible. Ici, tout retard est très dangereux et donc inacceptable. La base du traitement consiste à maintenir la quantité nécessaire d’hormones thyroïdiennes dans le sang.

Pour ce faire, vous devrez souvent vous rendre à la clinique pour un test sanguin d'analyse et un médecin pour la prise d'antécédents permanents. Certains traitements de l'hypothyroïdie auto-immune n'impliquent pas, puisque les caractéristiques individuelles de chaque personne apportent leurs propres ajustements. La seule chose qui ne change pas pour tous les patients est la consommation de grandes quantités d'iode. En plus de l'iode, le médecin vous prescrira un traitement médicamenteux, mais celui-ci sera prescrit individuellement, comme décrit ci-dessus.

C'est important! Informez à l'avance le médecin des médicaments qui vous ont mal réagi et des symptômes, même légers, observés récemment. Croyez-moi, cela facilitera grandement le travail du médecin dans la prescription de votre traitement.

Il arrive également que les symptômes ne se développent pas en quelques semaines, mais en deux ou trois ans. Le danger ici est que le patient a le temps de s’y habituer et ne considère pas qu’il s’agit de symptômes, qu’il tient pour acquis.

Dans ce cas, avec des symptômes vagues et flous, une échographie est nécessaire, ce qui aidera le médecin à poser le diagnostic. Les équipements médicaux modernes permettent non seulement de détecter la présence d’une maladie ou d’une tumeur sur la glande thyroïde, mais également de connaître son poids et son volume. Également requis un test sanguin pour les anticorps.

Danger d'hypothyroïdie auto-immune

Le risque d'hypothyroïdie auto-immune ou de diagnostic récent est que le patient est habitué depuis longtemps à la maladie et ne se souvient même plus de son état antérieur. Pour cette raison, il n'y a pas d'antécédents clairement établis et tous les symptômes sont faiblement mis en évidence. De plus, la forme négligée de la maladie ralentit le temps de réaction et ne permet pas au cerveau de fonctionner normalement en raison de la démence légère. La maladie, à première vue, simple et sans danger commence à détruire une personne de l'intérieur, affectant alternativement chaque organe.

Donc, ne retardez pas le traitement de cette maladie, en reportant le voyage à la clinique "dans le placard". Il est de plus en plus facile de consulter immédiatement un médecin et de commencer un traitement ou de dissiper vos doutes.

Causes, symptômes et traitement de l'hypothyroïdie auto-immune

L'hypothyroïdie auto-immune est une déficience en hormones thyroïdiennes dans le corps. Chez les femmes enceintes et les enfants, cette affection peut avoir des effets irréversibles. Elle doit donc être diagnostiquée et traitée rapidement.

Pourquoi y a-t-il une pénurie d'hormones?

Le manque d'hormones thyroïdiennes est le résultat de la thyroïdite auto-immune de Hashimoto. Cette maladie est causée par un défaut génétique, en raison duquel le système immunitaire prélève des thyrocytes pour les cellules étrangères et les attaque. Pénétrant dans le parenchyme de la glande thyroïde, les lymphocytes provoquent des réactions inflammatoires et la mort des thyrocytes. Ainsi, un tissu fibreux incapable de produire des hormones remplace le tissu glandulaire en activité.

Chez les femmes, un manque d'hormones thyroïdiennes est associé à une thyroïdite auto-immune post-partum. Malgré la présence d'un défaut génétique, à l'état normal et pendant l'accouchement, la maladie ne se développe généralement pas. Pendant toute la durée de la grossesse, le système immunitaire de la femme est déprimé. Cela aide à préserver le fœtus, qui est à moitié étranger pour le corps de la mère. Après l’accouchement, l’immunité de la femme est fortement activée. Chez les personnes prédisposées, le phénomène de rebond se produit - une inflammation auto-immune de la glande avec un déficit en thyroxine se développe.

Symptômes de l'hypothyroïdie auto-immune

La maladie présente les symptômes suivants:

  • constipation chronique;
  • prise de poids avec une alimentation normale et un niveau d'activité physique;
  • fragilité et perte de cheveux;
  • peau sèche;
  • frilosité;
  • troubles menstruels;
  • somnolence, apathie, perte de mémoire et d'attention
  • exacerbation d'infections chroniques.

À l'étape suivante, il existe des symptômes externes caractéristiques: le visage devient gonflé, gonflé et semblable à un masque en raison d'expressions faciales appauvries, la peau devient jaunâtre, l'apparence semble aliénée. En outre, il y a la lenteur et la léthargie. Une personne prononce lentement des mots, à cause des poches, de la langue qui s’obscurcit, des dents apparaissent sur elle, la parole peut devenir trouble. En outre, avec l'hypothyroïdie, le timbre de la voix diminue, l'audition se détériore quelque peu, le risque de contracter une infection augmente et l'herpès se reproduit.

Les symptômes décrits peuvent être associés à une hypertrophie de la glande thyroïde. Cependant, plus souvent avec la thyroïdite auto-immune, la taille de l'organe, au contraire, diminue ou reste inchangée.

Au toucher, le fer devient dense et nodulaire. L'hypothyroïdie auto-immune post-partum est presque toujours précédée d'une phase thyréotoxique - une hausse du niveau d'hormones thyroïdiennes. Elle commence environ 14 semaines après la fin de la grossesse et, au bout de 5 semaines supplémentaires, la phase hypothyroïdienne commence.

Diagnostic et traitement de l'hypothyroïdie auto-immune

Les symptômes du déficit en hormone thyroïdienne dans différents types d'hypothyroïdie ne sont pas différents. Par conséquent, en se basant uniquement sur les plaintes, il est impossible de diagnostiquer la nature auto-immune de la pathologie. Il est nécessaire de mener une enquête comprenant:

  • tests sanguins généraux et biochimiques;
  • échographie de la glande thyroïde;
  • scintigraphie thyroïdienne;
  • mesure du taux d'anticorps circulants dirigés contre la glande thyroïde (AT-TPO ou anticorps dirigés contre la thyroïde peroxydase);
  • mesure de la concentration de thyroxine et de triiodothyronine, ainsi que d’hormone thyréotrope.

Malheureusement, l'hypothyroïdie auto-immune ne peut être complètement guérie, car il n'existe à l'heure actuelle aucun médicament pouvant éliminer les anomalies génétiques ou enrayer les réactions auto-immunes. Cependant, le traitement symptomatique contribue à maintenir des niveaux d'hormones normaux et à ralentir les processus inflammatoires dans la glande. Le traitement de substitution est effectué par la lévothyroxine. La posologie d'un tel médicament est déterminée individuellement, en fonction de la gravité et du stade de la maladie.

Si une déficience en hormone thyroïdienne nuit au travail du cœur, le médecin peut vous prescrire un traitement par bêta-bloquants («Anaprilin», «Atenolol», «Bisoprolol»). En outre, le traitement symptomatique peut inclure des laxatifs et des médicaments normalisant la pression artérielle. Le traitement des co-infections est effectué avec des antibiotiques, l'herpès récurrent peut nécessiter l'utilisation d'antiviraux.

En plus de cela, le traitement implique également un exercice régulier, et les patients atteints d'hypothyroïdie n'interféreront pas avec le régime alimentaire. De telles mesures aident la normalisation du métabolisme. Il convient de respecter l'apport calorique quotidien recommandé. L'alimentation implique l'utilisation d'une quantité optimale de glucides complexes et de fibres, limitant les graisses animales et le sel. Il est recommandé d’ajouter au menu des aliments riches en iode: foie de morue, kaki, kale non salé, sarrasin. Le régime alimentaire pour l'hypothyroïdie interdit l'utilisation du soja et des plats préparés avec.

Complications de l'hypothyroïdie

La carence en thyroxine entraîne des modifications dans tous les organes et systèmes, sans exception, puisque cette hormone a pour tâche de maintenir le métabolisme basal. En l'absence d'hormones thyroïdiennes, la consommation d'oxygène par les tissus diminue, la consommation d'énergie diminue et le métabolisme ralentit. Une déficience ancienne en hormones thyroïdiennes conduit souvent au développement de plusieurs maladies:

  • maladie de calculs biliaires;
  • hépatite chronique;
  • polyarthrite;
  • polysinovita;
  • l'arthrose;
  • l'anémie;
  • l'athérosclérose;
  • déprimé.

Il convient de noter que les personnes atteintes d'hypothyroïdie sont plus susceptibles de contracter des infections, notamment virales et bactériennes.

Pendant la grossesse, l’hypothyroïdie peut entraîner des conséquences graves: fausse couche, naissance prématurée, prééclampsie, hypoxie intra-utérine du fœtus avec retard de développement et rupture du travail. Les nouveau-nés dont les mères pendant la grossesse ont manqué d'hormones thyroïdiennes sont plus susceptibles de souffrir d'infections purulentes.

Mesures préventives

Les personnes atteintes d'une maladie héréditaire, telles que le vitiligo, le diabète de type 1, la polyarthrite rhumatoïde, doivent faire l'objet d'une prudence particulière. L'hypothyroïdie auto-immune se produit beaucoup plus souvent. Si dans de telles conditions, il existe des symptômes d’un déficit en hormone thyroïdienne, vous devriez consulter un médecin dès que possible, car les maladies déjà existantes peuvent avoir de graves conséquences.

Il est recommandé de mesurer le niveau de thyroxine, de triiodothyronine et d'anticorps circulants dirigés contre la glande thyroïde pendant la phase de planification de l'enfant. Le traitement de l’hypothyroïdie par la leovtiroxine doit être débuté car, au début de la grossesse, le fœtus ne produit pas ses propres hormones thyroïdiennes. La thérapie de remplacement et le régime alimentaire continuent tout au long de la grossesse.

Qu'est-ce que l'hypothyroïdie auto-immune?

Hypothyroïdie auto-immune et thyroïdite auto-immune - quelle est la différence?

De nombreux patients ne voient pas la différence entre ces deux concepts et confondent souvent la thyroïdite auto-immune avec l'hypothyroïdie, mais il existe une différence entre eux.

La thyroïdite est une maladie et l'hypothyroïdie se développe sur le fond de la maladie, mais vous ne pouvez pas mélanger ces deux concepts.

En raison des effets néfastes de l’environnement, de la malnutrition, du stress, des déséquilibres hormonaux, etc., diverses maladies, notamment la thyroïde, commencent à se développer.

Si une personne a une forte immunité, le risque de contracter la maladie est assez faible, mais avec une immunité réduite, la fonctionnalité de la glande thyroïde est réduite.

Si le traitement ne commence pas à l'heure, les complications peuvent être très graves, en particulier si elles concernent les enfants et les femmes enceintes.

A quoi sert la glande thyroïde?

La glande thyroïde est l’un des principaux organes du système endocrinien. Elle sécrète les hormones nécessaires au bon fonctionnement de l’organisme.

En outre, la glande thyroïde est le principal contrôleur des processus métaboliques dans le corps.

Son travail est très important à l’époque où le corps humain subit divers changements: âge de l’enfant, puberté, grossesse.

Pendant ces périodes, la personne change et tout le corps devrait pouvoir s’adapter à ces changements.

Si la glande thyroïde ne fonctionne pas correctement, alors la bonne quantité d'hormones n'y sera pas produite.

Facteurs provoquant la maladie:

  • la thyroïdite peut être héréditaire;
  • se produit avec une maladie virale longue et grave, ainsi que des infections chroniques;
  • avec le rayonnement maladie ou une exposition à court terme, mais assez forte;
  • avec une surdose d'iode (très rare);
  • avec l'usage à long terme de drogues fortes;
  • La ménopause chez les femmes est un autre facteur.

Diagnostic de la thyroïdite auto-immune et de ses symptômes

Le diagnostic de la maladie est réalisé par un endocrinologue. Lors de son examen, le médecin diagnostique une hypertrophie de la glande thyroïde, généralement appelée goitre.

Un taux accru d'anticorps est détecté dans le sang et, si une biopsie est réalisée, des macrophages et des lymphocytes sont détectés dans les tissus de la glande.

Si nécessaire, une échographie de la glande thyroïde et une étude par radio-isotopes. En ce qui concerne les symptômes, à part le goitre, ils peuvent même ne pas exister avant que le goitre n'augmente beaucoup.

Ensuite, le patient ressent une gêne dans le cou, un gonflement et même une douleur. Si le goitre bloque l'œsophage ou la trachée, des problèmes d'ingestion ou de respiration peuvent survenir.

La maladie évolue lentement, mais en même temps, des processus se produisent dans la glande thyroïde, qui la détruit progressivement mais régulièrement, et en conséquence, elle cesse de produire la quantité nécessaire d’hormones.

C'est l'état de l'hypothyroïdie.

Mais parfois, la glande commence, au contraire, trop difficile à produire des hormones, entraînant une hyperthyroïdie.

Ces conditions peuvent varier d'un extrême à l'autre, ce qui est très caractéristique dans la thyroïdite auto-immune.

L'anxiété, la diarrhée, la perte de poids drastique peuvent être remplacées par la fatigue, la constipation et la prise de poids.

Parmi les autres symptômes, on peut observer des problèmes de fertilité, de l’insomnie, des douleurs musculaires, une perte de cheveux et de l’anxiété.

Avec le temps, l'hypothyroïdie et les théroïdes auto-immuns provoquent une hypothyroïdie auto-immune de la glande thyroïde, dans laquelle les fonctions de la glande sont réduites ou la glande cesse complètement de fonctionner.

La maladie est plus fréquente chez les femmes.

Symptômes de la maladie

L'hypothyroïdie sur le fond de la thyroïdite auto-immune se manifeste comme suit:

  • le cœur bat la chamade;
  • transpiration accrue;
  • le tremblement des extrémités est possible;
  • sautes d'humeur - du rire incontrôlable aux larmes hystériques;
  • manque périodique de désir d'intimité sexuelle;
  • violation du cycle menstruel;
  • manifestations précoces de la ménopause;
  • perte de poids

Dans les formes les plus graves de la maladie, l'hypothyroïdie auto-immune peut provoquer les symptômes suivants:

  • fatigue incroyable;
  • manque total de désir sexuel;
  • la pression artérielle saute;
  • gonflement des jambes et du visage;
  • ongles cassants;
  • perte de cheveux;
  • constipation persistante.

Risque de maladie

L'hypothyroïdie auto-immune, même si elle est asymptomatique, sera tôt ou tard mise au jour, mais le patient est devenu tellement habitué à la maladie qu'il ne se souvient même plus de la façon dont elle était avant lui.

Une personne s'habitue à vivre avec des symptômes et n'y répond pas correctement, mais en même temps le corps s'effondre progressivement à cause d'un métabolisme inapproprié et du manque d'hormones.

Par conséquent, il est impossible de retarder le traitement avec l'hypothyroïdie. Avec un traitement rapide chez le médecin, la pathologie est bien traitable.

Hypothyroïdie primaire

L’hypothyroïdie primaire, comme d’autres maladies auto-immunes de la glande thyroïde aux stades initiaux, ne donne pas de symptômes prononcés, souvent ils sont complètement absents, ce qui rend le diagnostic extrêmement difficile.

Souvent, les symptômes sont individuels, c'est-à-dire qu'un seul organe ou système est affecté et que tous les symptômes (le cas échéant) indiquent l'organe affecté:

  1. Syndrome hypothermique d'échange. Accompagné d'hypothermie et d'une forte augmentation de poids, alors que les stades d'obésité sévères ne sont pas observés en raison de l'état dépressif et du manque d'appétit du patient.
  2. Problèmes avec les sens. Les muqueuses du nez peuvent gonfler, ce qui peut entraîner une difficulté respiratoire, un gonflement possible de la trompe d'Eustache et de l'oreille moyenne, et réduire l'audition. La voix change - elle devient enrouée, cela est dû au gonflement des cordes vocales.
  3. Manifestations cutanées. La peau devient sèche, les traits du visage grossiers, les cheveux et les ongles deviennent cassants, il y a une alopécie, un gonflement du visage.
  4. Problèmes gynécologiques. L'infertilité et l'aménorrhée sont caractéristiques.
  5. Troubles du coeur. Anomalies cardiaques observées, bradycardie, tachycardie, hypertension artérielle.
  6. Système nerveux Il y a augmentation de la somnolence, de la léthargie, une mauvaise mémoire, une polyneuropathie, des états dépressifs.
  7. Tractus gastro-intestinal. Du côté du tractus gastro-intestinal, des manifestations sont possibles: constipation, hépatomégalie, faible motilité du gros intestin, perte d'appétit, dyskinésie de la vésicule biliaire, lésions de la muqueuse gastrique.

Dans le premier cas, le niveau de T4 est normal et la TSH est élevée, et dans le second, la TSH est élevée et T4 est inférieure à la normale.

Traitement de la maladie

Il est presque impossible de guérir l'hypothyroïdie sans hormones.

La glande thyroïde est un organe unique qui a la capacité de se régénérer. Si au moins 5% du tissu de la glande est en bonne santé, il sera alors en mesure de restaurer ses capacités fonctionnelles.

Par conséquent, si nous parlons de prévisions, cela est tout à fait favorable pour l'hypothyroïdie auto-immune.

Le traitement de l'hypothyroïdie auto-immune est prescrit par le médecin traitant, l'auto-traitement est inacceptable!

Le médecin sur la base du diagnostic prescrit un traitement hormonal substitutif. L'hypothyroïdie peut être guérie avec les remèdes suivants:

Si nécessaire, l’endocrinologue vous prescrira des médicaments contenant du sélénium, ainsi que des médicaments destinés à éliminer les manifestations désagréables de la maladie - amélioration de l’état mental, normalisation de la pression, digestion, etc.

Remèdes populaires

Les patients s'intéressent souvent à la manière de guérir l'hypothyroïdie et d'autres maladies auto-immunes de la glande thyroïde sans agents hormonaux.

Cela n'est possible qu'au stade initial de la pathologie, mais comme au début de la maladie une personne ne présente aucun symptôme, il s'avère que le traitement de l'hypothyroïdie sans hormones est presque impossible.

Cependant, les remèdes populaires seront toujours très utiles, ils compléteront le traitement et aideront à éliminer les symptômes désagréables.

L’hypothyroïdie dans le corps étant caractérisée par un manque d’iode, elle doit être reconstituée. À utiliser

L'iode pur n'est pas autorisé à l'intérieur, mais il peut être maculé sur le corps. Cela peut être fait une fois par jour, en mettant une petite quantité d'iode sur des zones fermées du corps.

À l'intérieur, l'iode ne peut être pris qu'avec du vinaigre de cidre.

Vous aurez besoin de 1 c. vinaigre de cidre, un verre d’eau bouillie et 1 goutte (!) de 5% d’iode.

Cette solution doit être bue pendant la journée et consommée dans la gorge en train de manger. La procédure doit être effectuée 2 fois par semaine.

Le chou marin est un bon fournisseur d'iode dans le corps. Il peut être consommé sous forme de salade ou d'une poudre spéciale vendue en pharmacie. Toutefois, le chou marin doit être utilisé avec prudence en cas d'allergie, de tuberculose, d'hémorroïdes et de grossesse.

Mais le sarrasin aux algues n'a pratiquement aucune contre-indication.

Faites cuire 100 g de sarrasin et ajoutez 50 g de varech sec pendant quelques minutes avant qu'il ne soit prêt, ajoutez 1 c. À thé. curcuma, un peu de sel.

Ce plat peut être mangé tous les jours.

Pour la thyroïde, les noix et l'ail sont très utiles.

Prenez 300 grammes de noix pelées, ajoutez-y 100 grammes d'ail, versez un verre d'eau et faites bouillir un peu pour faire un gruau, puis ajoutez un demi-litre de miel liquide et 50 grammes d'anis moulu.

Manger 1 cuillère à soupe avant les repas. 2 semaines, puis 2 semaines de repos et répéter le cours.

Prenez les herbes médicinales suivantes - rose sauvage, millepertuis et zhigil en quantités égales, mélangez et 3 c. l recueillir infusion dans un thermos 400 ml d'eau bouillante.

Insistez pendant 4 à 5 heures, puis buvez 100 g 4 fois par jour après les repas.

Régime alimentaire pour l'hypothyroïdie

Le régime alimentaire pour l'hypothyroïdie auto-immune doit être correct et équilibré.

Il est nécessaire d'inclure dans le menu plus de légumes verts et de légumes frais, plusieurs fois par semaine, il est recommandé de manger du poisson et des fruits de mer.

La teneur en iode du corps peut être augmentée par les noix, le kaki et les algues.

Il est recommandé de manger plus de porridge, en particulier le sarrasin et l'avoine. Le régime de consommation ne devrait pas contenir plus de 1,5 litre d'eau par jour afin d'éviter les œdèmes.

Le sucre, les confiseries, les viandes grasses et le poisson, les saucisses, la restauration rapide, les viandes fumées et les produits contenant des additifs chimiques doivent être exclus du régime alimentaire.

La nourriture doit être fractionnée, vous ne devez pas rester affamé, mais il est également possible de trop manger.

Prévention des maladies

Parlant de prévention, il faut dire que les maladies auto-immunes de la glande thyroïde en tant que telles n’ont pas de mesures préventives claires.

Il est important de surveiller votre état de santé, à temps pour consulter un médecin. Ne pas utiliser de médicaments sans l'avis d'un médecin, afin de surveiller la nutrition et l'immunité.

Hypothyroïdie auto-immune: diagnostic et traitement

Un état pathologique est une maladie auto-immune. L’hypothyroïdie auto-immune est causée par l’attaque d’anticorps de son propre organisme, produits par les leucocytes du système immunitaire, qui doit généralement lutter contre des organismes étrangers. À l'aide de diagnostics, il est possible de détecter des lésions de l'organe endocrinien et de poursuivre le traitement.

L'hypothyroïdie auto-immune est connue sous plusieurs noms:

  1. Thyroïdite Hashimoto.
  2. Maladie de Hashimoto.
  3. Thyroïdite auto-immune.
  4. Blastome thyroïdien lymphadenoid.
  5. Goitre lymphomateux, lymphadénoïde, lymphocytaire.
  6. Struma Hashimoto.
  7. Thyroïdite De Kerven.
  8. Goitre Hashimoto.
  9. AIT.

Le site zheleza.com identifie cette maladie comme une conséquence d'un dysfonctionnement du système immunitaire, qui commence à attaquer les cellules d'un organe particulier, en les considérant comme étrangères. Dans ce cas, ces cellules appartiennent à la glande thyroïde.

Comme cet organe endocrinien est impliqué dans de nombreux processus du corps, diverses maladies se développent au cours de l'hypofonction. La fonction de reproduction, l'activité cardiaque et la stérilité sont significativement affectées chez les hommes et les femmes.

Causes de l'hypothyroïdie auto-immune

Une question naturelle se pose de savoir pourquoi l'hypothyroïdie auto-immune apparaît. Malheureusement, cette maladie n’a pas été complètement étudiée et soulève donc de nombreuses questions de la part des spécialistes. Il est à noter que la thyroïdite auto-immune survient chez les femmes après 45 ans. Cependant, il existe des cas d'observation de la maladie chez les filles, les enfants et les hommes. La raison principale est trouvée dans l'hérédité.

Une personne est sujette à un travail d'immunité inapproprié, ce qui devrait contribuer à des facteurs favorables. Avec ces facteurs favorables, le système immunitaire commence à attaquer les cellules de la thyroïde, ce qui conduit à son hypofonction et à la perturbation de tout le corps.

Ces facteurs provocants peuvent être:

  1. Carie
  2. Amygdalite chronique.
  3. Maladie virale
  4. Exposition aux radiations.
  5. Dosage long ou incorrect de l'iode.

Vous devez savoir que l'attaque par des anticorps se produit non seulement dans la région de la glande thyroïde, mais également dans le sang, où tombent des particules cellulaires et des hormones thyroïdiennes, qui sont également perçues par le système immunitaire comme des corps étrangers.

Plus la maladie évolue, plus les tissus de la thyroïde s'atrophient, remplacés progressivement par du tissu conjonctif. Une déficience en hormones thyroïdiennes entraîne une perturbation des systèmes nerveux et cardiaque, l'apparition de l'infertilité.

Signes de maladie des glandes

Au début, il est assez difficile de détecter une maladie de la glande. Des signes de peu ou pas de signe. La thyroïdite auto-immune primaire peut être détectée si elle est diagnostiquée et détectée dans le tissu glandulaire d'un anticorps. Le médecin n'a aucune raison de suspecter la présence de la maladie au stade initial.

Cependant, le développement de l’AIT conduit à l’apparition de signes permettant de le reconnaître. L'atrophie est plus fréquente chez les personnes âgées, ce qui se manifeste dans:

  1. Léthargie
  2. Faiblesse
  3. Problèmes d'ingestion.
  4. Changement de voix.
  5. Perte d'audition
  6. Gonflement.
  7. Sensation de constriction du cou.

L'ACI primaire peut être reconnu par les symptômes suivants:

  • Bradycardie
  • Le développement de l'hypotension.
  • Infertilité
  • Problèmes de coeur.
  • Myxoedème coma pouvant se développer avec l'hypothermie, des saignements, des infections et d'autres pathologies.

Si une grande quantité d'hormones commence à circuler dans le sang, les symptômes de la thyréotoxicose apparaissent:

  1. Transpiration
  2. Tachycardie
  3. Tremblement de la main
  4. L'insomnie.
  5. La chaleur
  6. La nervosité.
  7. Infertilité
  8. Violation de la menstruation, aménorrhée.
monter

Diagnostic de la maladie

La maladie va commencer à diagnostiquer après que le patient ait consulté un endocrinologue. C’est pourquoi il faut être attentif à son propre état et noter diverses divergences. Le diagnostic de la maladie passe par une collection complète de tests:

  • L'échographie, qui permet d'identifier la taille et la structure de la glande, ainsi que de prendre en compte d'autres pathologies.
  • Des tests sanguins pour les niveaux d'hormones. Le niveau de thyréotropine est significatif. L'hypothyroïdie est diagnostiquée s'il y a beaucoup de thyrotropine dans le sang et que les niveaux de triiodothyronine et de thyroxine sont sous-estimés.
  • La scintigraphie, qui permet de déterminer l'activité de la glande.
  • Test sanguin pour les anticorps anti-thyroïdiens. Leur présence dans le sang ou à des niveaux élevés peuvent parler du développement de l'AIT.
  • Une biopsie à l'aiguille fine, effectuée après confirmation de la présence d'un AIT, permet d'identifier la nature du nœud et de prédire l'évolution possible de la maladie.
monter

Traitement d'hypothyroïdie auto-immune

Les troubles de la glande thyroïde entraînent des dysfonctionnements dans tous les systèmes du corps, de sorte que le traitement de l'hypothyroïdie auto-immune est exhaustif et durable. Il consiste à:

  1. Élimination de l'hypofonction en prenant des médicaments qui remplacent les hormones thyroïdiennes. La posologie est déterminée par le médecin selon un régime particulier, en tenant compte du sexe, de l'âge, du poids et des tests de patients.
  2. L'utilisation d'immunomodulateurs qui aident à restaurer le système immunitaire.
  3. Suppression des processus auto-immuns et des troubles. On prend ici des glucocorticoïdes qui aident à éliminer l’échec immunitaire, ce qui aide à prévenir la destruction complète des tissus thyroïdiens.
  4. Une bonne nutrition, car le métabolisme hypofonctionnel ralentit considérablement. La thyroïdite contribue à la prise de poids et à l'apparition d'un œdème. Les poches conduisent à la rétention d'eau dans le corps, ce qui perturbe le fonctionnement de tous les organes.
monter

Nutrition pour l'hypothyroïdie

Avec l'hypothyroïdie, un œdème et un excès de poids apparaissent, il est donc important de veiller à bien nourrir le patient afin de maintenir le travail de tout l'organisme. Certains aliments aggravent la production d'hormones thyroïdiennes. C'est:

Les carottes, les citrouilles, l'oseille, le brocoli sont des produits à base de carotène, ce qui devrait également réduire la quantité consommée.

Le corps doit être saturé en iode pendant l’ACI, contenu dans:

Vous devriez également manger de la viande, du fromage cottage faible en gras et des fromages, de la levure, des noix, du poulet, des grains bruns, du foie, de l'ail et des bananes.

Pronostic et prévention de l'hypothyroïdie auto-immune

L'hypothyroïdie auto-immune est caractérisée par un processus inflammatoire qui se développe dans la glande thyroïde sous l'influence de leucocytes et d'anticorps. La propre immunité commence à combattre les cellules saines des glandes. Il n'y a pas de facteurs externes, le corps lui-même détruit le corps. De toute évidence, la prévention de la maladie est nécessaire, car le pronostic du traitement de l’AIT est imprévisible.

Les prévisions concernant les hommes et les femmes ne sont satisfaisantes qu’au stade initial de la maladie, pendant le traitement, ce qui permet de ralentir l’action des anticorps et de réduire l’activité de la glande thyroïde. Le traitement aide à éviter l'infertilité et à éliminer la rémission. Les exacerbations se produisent de moins en moins, même avec un ACI primaire.

Les mesures préventives consistent en un examen annuel effectué par un médecin afin d’identifier à l’avance les processus destructeurs et de commencer un traitement compensatoire de l’hypothyroïdie.

Thyroïdite auto-immune peretikayuschy dans l'hypothyroïdie: comment être?

Dans cet article, vous apprendrez:

L'hyperthyroïdie auto-immune est l'un des processus pathologiques touchant la glande thyroïde. Les conditions environnementales défavorables et, dans certaines régions, la situation des radiations, font de nombreuses maladies de la thyroïde, y compris les maladies auto-immunes, un phénomène assez courant. L'excès, ou inversement, de carence en iode dans l'alimentation est un phénomène fréquent qui contribue également au développement de diverses pathologies de la thyroïde.


Une des variantes possibles de l'évolution d'une maladie telle que la thyroïdite auto-immune (le nom de thyroïdite de Hashimoto se trouve également dans la littérature) est l'hyperthyroïdie auto-immune. Cette maladie est une lésion inflammatoire chronique du tissu thyroïdien et se développe à la suite d'une autoagression des cellules immunocompétentes par rapport au tissu thyroïdien.

La maladie se développe progressivement, la thyroïdite auto-immune dans son développement passe par les phases suivantes:

La période euthyroïdienne, pendant laquelle il n’ya pas violation de la quantité d’hormones synthétisées, la fonction de la glande n’est pas altérée. Une phase peut durer plusieurs années, dans certains cas des décennies, la progression de la maladie s'arrête rarement à cette phase du développement.

Phase subclinique. L’agression croissante des cellules immunocompétentes (lymphocytes T) entraîne la destruction des éléments cellulaires de la thyroïde producteurs d’hormones et, par conséquent, une diminution du taux de thyroxine et de triiodothyronine. Mais les capacités de compensation de la glande thyroïde ne sont pas encore épuisées. Avec une augmentation du niveau d'hormone stimulant la thyroïde, le contenu en hormones thyroïdiennes dans le sang est maintenu à un niveau suffisant pendant une longue période. Les symptômes le plus souvent absents.

Phase thyréotoxique. En raison de la destruction massive des tissus de la glande thyroïde par les cellules immunocompétentes, une quantité importante de thyroxine et de triiodothyronine pénètre dans la circulation sanguine, ce qui entraîne des signes d'hyperthyroïdie. L'hyperthyroïdie auto-immune ne peut pas durer longtemps et, après la destruction d'un certain nombre d'éléments cellulaires de la glande thyroïde, elle passe d'abord dans l'euthyroïdie, puis dans l'hypothyroïdie.

Phase d'hypothyroïdie. La thyroïdite auto-immune dans son développement atteint un point où le fonctionnement des cellules thyroïdiennes ne suffit pas à fournir au corps les hormones T3 et T4, des signes d'hypothyroïdie apparaissent.

Manifestations cliniques

La symptomatologie de la thyroïdite auto-immune dépend en grande partie de la phase de la maladie. Pour la période euthyroïdienne, la présence de toute plainte n'est pas typique, il y a rarement des symptômes de la maladie et dans la phase infraclinique, mais peut toujours être observée:

  • fatigue accrue;
  • faiblesse grave;
  • douleur dans les articulations et les muscles;
  • malaise dans le cou;
  • sensation de coma, corps externe dans la gorge.

L’hyperthyroïdie auto-immune dure en général assez peu de temps et se manifeste par les symptômes suivants:

  • La diminution du poids corporel, bien que l'appétit et la quantité de nourriture consommée reste au niveau normal ou augmente;
  • hypertension artérielle (principalement systolique, diastolique, dans les limites de la normale ou même réduite);
  • la fréquence des contractions du muscle cardiaque peut augmenter considérablement, jusqu'à 110 contractions ou plus par minute. Cette tachycardie sinusale est persistante, ne passe pas même dans le sommeil. En outre, dans l'hyperthyroïdie auto-immune, les patients peuvent se plaindre d'une pulsation perceptible des grosses artères;
  • la peau devient chaude et humide;
  • peut souffrir de douleurs abdominales, de nausées et d’autres phénomènes dyspeptiques;
  • on peut également observer une fibrillation ou un flutter auriculaire au niveau du cœur;
  • à un excès d'hormones thyroïdiennes, le SNC peut réagir avec des manifestations telles qu'irritabilité, troubles de la mémoire et tremblements.

L’hyperthyroïdie se substitue tôt ou tard à l’hyperthyroïdie auto-immune. Pour cette phase de la lésion thyroïdienne auto-immune, les manifestations suivantes sont caractéristiques:

  • Faible capacité de travail et fatigue;
  • somnolence, changements de voix;
  • troubles de la mémoire;
  • les cheveux deviennent clairsemés, fins et cassants, tombent souvent et forment une région chauve;
  • les troubles digestifs se manifestent principalement par une constipation persistante;
  • les femmes ont souvent des menstruations irrégulières, celles-ci pouvant être retardées de plusieurs semaines. Il y a une possibilité de saignement utérin. Ces troubles peuvent conduire à l'apparition d'aménorrhée et, par conséquent, à la stérilité.
  • les hommes subissent souvent une diminution significative de la libido et l'impuissance se développe souvent.

L'hyperthyroïdie auto-immune et la phase d'hypothyroïdie peuvent s'accompagner de plaintes de divers types d'inconfort au cou - une sensation de coma dans la gorge, un corps étranger au site de la glande thyroïde, avec une augmentation significative de la taille de la thyroïde, pouvant également rendre la respiration difficile.

Diagnostic de l'hyperthyroïdie auto-immune

Il est souvent assez difficile d'établir la présence d'une thyroïdite auto-immune avant l'apparition de signes d'hypothyroïdie.

Le diagnostic est établi par les endocrinologues sur la base des symptômes caractéristiques de cette pathologie, confirmés par des méthodes de recherche de laboratoire et instrumentales.

La présence d'une famille de patients atteints d'une maladie auto-immune augmente le risque d'hyperthyroïdie auto-immune.

Manifestations de laboratoire possibles:

  1. En général, un test sanguin peut détecter une lymphocytose.
  2. L'immunogramme montre la présence d'anticorps dirigés contre les cellules de la glande thyroïde et leur contenu - détermination des anticorps contre la thyroglobuline, la thyroperoxydase, un antigène colloïdal et les hormones de la glande.
  3. La détermination des niveaux de T3, T4 et TSH permet de juger de la phase de la maladie - un taux élevé d'hormone stimulant la thyroïde avec un contenu normal en T3 et T4 plaide en faveur de la période subclinique, un taux élevé de TSH en l'absence de thyroxine et la triiodothyronine indiquant la phase d'hypothyroïdie

Parmi les méthodes instrumentales utilisées, l'échographie, dont la mise en œuvre vous permet de détecter les changements de taille, de structure et de densité de la glande.

Il est possible de confirmer le diagnostic de thyroïdite auto-immune avec la probabilité la plus élevée possible en utilisant une biopsie à l'aiguille fine de la glande thyroïde avec un examen microscopique supplémentaire des caractéristiques histologiques du spécimen de biopsie.

Traitement

À ce stade du développement de la médecine et de la pharmacologie, il n’existe pas de traitement étiotropique spécifique des maladies auto-immunes de la glande thyroïde; la progression de la maladie en hypothyroïdie ne peut pas être complètement arrêtée.

Dans l'hyperthyroïdie auto-immune, l'administration de médicaments thyréostatiques est injustifiée pour plusieurs raisons. Premièrement, il n'y a pas d'hyperfonctionnement de la glande, la croissance des niveaux d'hormone a un mécanisme de développement différent et, deuxièmement, la phase d'hyperthyroïdie dure rarement longtemps. Si nécessaire, la correction de l'hypertension artérielle est réalisée avec des préparations appartenant aux groupes pharmacologiques suivants:

  1. les β-bloquants;
  2. antagonistes des canaux calciques;
  3. inhibiteurs de l'enzyme de conversion de l'angiotensine;
  4. Inhibiteurs du récepteur ACE;
  5. diurétiques.


Lorsque l'hyperthyroïdie auto-immune est remplacée par une hypothyroïdie, on prescrit au patient un traitement hormonal substitutif - L-thyroxine, son état est surveillé à la fois par son tableau clinique et par des données de recherche en laboratoire.

Si la glande thyroïde est considérablement agrandie et serre les organes du cou, il est recommandé de procéder à une opération de résection de la thyroïde suivie d'une prescription à vie d'un traitement hormonal substitutif.

Vous Pouvez, Comme Pro Hormones