La thyroïdite auto-immune avec hypothyroïdie se caractérise par une évolution lente et progressive nécessitant une correction médicale des troubles du système endocrinien. Plus le traitement de la maladie est commencé tôt, plus il est probable que la pathologie soit traitée et que le patient se rétablisse complètement.

Différences thyroïdite auto-immune et hypothyroïdie

La thyroïdite auto-immune s'accompagne de la production d'anticorps dirigés contre ses propres cellules thyroïdiennes. En conséquence, un processus inflammatoire se développe dans lequel une lésion des thyrocytes se produit.

Au fil du temps, l'inflammation auto-immune entraîne une diminution du nombre de cellules de l'organe endocrinien, ce qui s'accompagne d'une diminution de l'activité de production d'hormones. En conséquence, une hypothyroïdie se développe dont les principaux symptômes sont le ralentissement de tous les types de processus métaboliques dans le corps humain, une perturbation du système cardiovasculaire et même un coma hypothyroïdien.

La principale différence entre la thyroïdite auto-immune et une diminution de la fonction du corps sous forme d'hypothyroïdie réside dans le fait qu'en raison du processus inflammatoire, les cellules de l'organe meurent, alors qu'un dysfonctionnement entraîne une diminution du niveau des hormones thyroïdiennes.

Les symptômes

La thyroïdite auto-immune entraînant une hypothyroïdie se caractérise par une augmentation progressive des symptômes cliniques. La taille de l'organe thyroïdien augmente, sa structure change, des nodules apparaissent.

Le ralentissement des processus métaboliques se traduit par une détérioration de l'appétit mais, parallèlement, une personne prend rapidement du poids.

Dans l'inflammation auto-immune, accompagnée d'une réduction de la production d'hormones, le cycle ovaro- menstruel est perturbé chez la femme, jusqu'au développement de l'aménorrhée. Désir sexuel réduit. Apparaît fatigue chronique, léthargie, faiblesse grave. La mémoire est altérée, le changement de parole est possible.

L'état de la peau et des cheveux se détériore, ils deviennent fragiles et l'épiderme s'assèche.

Diagnostics

Il est possible de suspecter une thyroïdite auto-immune en examinant le patient et en prenant l'anamnèse. Cependant, pour être sûr du diagnostic, une personne doit donner du sang pour des tests et se soumettre à un examen médical:

  1. Recherchez les anticorps anti-récepteurs à la thyroperoxydase et à la thyréoglobuline. Obtenir un résultat positif indique le développement d'un processus auto-immun.
  2. Analyses d'hormones produites par la glande thyroïde (hormone TSH, thyroxine, etc.), ainsi que par l'hypophyse. La diminution de leur production indique le développement d'une fonction insuffisante des organes.
  3. Échographie de la glande thyroïde. Vous permet d'évaluer la taille du corps, sa structure, la présence de nœuds et d'autres inclusions pathologiques.
  4. Scintigraphie Donne la possibilité d'établir l'activité fonctionnelle de la glande.
  5. Biopsie à l'aiguille fine. Il est démontré qu'il est possible de conduire en présence de nodules dans les tissus de l'organe. Nécessaire pour obtenir un échantillon du matériel, qui est ensuite envoyé pour un examen histologique.

Traitement de la maladie

Prendre des médicaments pour le traitement du processus auto-immunitaire n’est possible que sur la recommandation d’un endocrinologue. Après tout, le traitement repose sur l’utilisation de médicaments hormonaux, qui ne peuvent être choisis seuls.

Afin de compenser le manque d'hormones thyroïdiennes, une personne doit prendre quotidiennement la dose prescrite de thyroxine ou d'autres médicaments, calculée individuellement pour chaque patient. La thérapie de remplacement est pratiquée tout au long de la vie d'une personne. Une diminution de la posologie quotidienne n'est possible que sous la condition d'une surveillance régulière en laboratoire des taux d'hormones dans le sang.

D'autres méthodes de traitement de la thyroïdite auto-immune incluent l'utilisation de méthodes symptomatiques: préparations enzymatiques pour perturber le fonctionnement du tractus gastro-intestinal, médicaments antihypertenseurs entraînant une augmentation de la pression artérielle, etc.

Dans les lésions auto-immunes sévères des cellules de la thyroïde, le médecin peut décider de la nécessité d'une élimination chirurgicale des sites de tissus pathologiques.

Remèdes populaires

Les méthodes traditionnelles de traitement sont utilisées aux stades initiaux de la maladie en thérapie complexe, surtout si les ganglions lymphatiques ne sont pas hypertrophiés. Avec leur aide, il sera possible de réduire la gravité du processus inflammatoire, de réduire la réponse immunitaire et de normaliser la production d'hormones par l'organisme.

L'effet positif dans le traitement de l'inflammation auto-immune de la glande thyroïde montre l'utilisation des outils suivants:

  1. Teinture des racines de Potentilla blanc. Pour préparer un médicament de 40 g d'herbe sèche, versez 500 ml de vodka et insistez 14 jours dans un endroit sombre à la température ambiante. Prendre 20-30 gouttes de teinture trois fois par jour 30 minutes avant les repas. La durée du traitement est de 1 mois.
  2. Collection d'herbes médicinales et autres plantes. Mélangez à parts égales des baies d'aubépine, de l'eau de mère, de la menthe poivrée, de la mélisse, de la sauge, du houblon, du zyuznik européen, du zvezchatchatku et du solyanka. 1 cuillère à soupe l masse sèche versez 500 ml d’eau, mettez à feu doux et portez à ébullition. Insister sur le bouillon pendant 1-2 heures, filtrer et prendre 70-100 ml trois fois par jour avant les repas.

Régime alimentaire

Dans la thyroïdite auto-immune, une personne doit adhérer à un régime alimentaire particulier, car cette maladie s'accompagne d'une violation de tous les types de processus métaboliques.

La nutrition du patient devrait être enrichie, mais en même temps - 20% de calories en moins que les normes standard pour l'homme.

Il est nécessaire de limiter les sucres facilement digestibles, de réduire l'apport en graisses. Dans le régime alimentaire devraient être présents des produits avec des propriétés laxatives, ce qui est nécessaire pour la prévention de la constipation.

La reconstitution de la carence en iode est un rôle important dans la réalisation de la rémission. Pour ce faire, vous devez introduire des aliments riches en cet oligo-élément, en utilisant du sel iodé lors de la cuisson.

Hypothyroïdie dans la thyroïdite auto-immune

La thyroïde est l’un des organes les plus importants du corps humain. Il contient la totalité de l'iode qui pénètre dans le corps et produit les hormones nécessaires au bon fonctionnement du métabolisme et au développement des cellules. Cependant, comme tous les autres organes, la glande thyroïde peut souffrir des effets de diverses maladies. La plus commune d’entre elles est l’hypothyroïdie dans le contexte de la thyroïdite auto-immune.

L'hypothyroïdie infraclinique causée par une thyroïdite auto-immune entraîne une augmentation de la TSH, conséquence de la réaction de l'hypophyse à une perturbation de la glande thyroïde. En conséquence, les cellules «survivantes» de la glande thyroïde commencent à travailler dur pour maintenir un niveau suffisant d'hormone thyroïdienne. En raison de cette réaction du corps, il peut ne pas y avoir de symptôme indiquant une violation. C'est pourquoi ce type d'hypothyroïdie s'appelle - subclinique.

Réaction du corps à la maladie

Puisque la glande thyroïde affecte tous les organes et systèmes du corps, les symptômes peuvent se manifester sous différents angles. Une bonne teneur en iode est nécessaire au bon fonctionnement des organes. Cependant, si le corps ressent sa pénurie pendant assez longtemps, cela peut entraîner une diminution du taux de croissance et de la division cellulaire, ce qui entraîne des modifications négatives de la glande ainsi que des nodules.

Un goitre nodulaire présentant les symptômes de l'AIT d'une hypothyroïdie infraclinique peut se former pour diverses raisons, telles que:

  • carence en iode;
  • pollution et toxines;
  • infections virales;
  • stress constant;
  • fumer;
  • une période prolongée de médication;
  • la génétique.

En outre, des questions seront abordées sur la manière de traiter la thyroïdite auto-immune, le goitre nodulaire et l'hypothyroïdie. Mais d’abord, voyons comment combattre les nodules.

En visitant régulièrement l’endocrinologue, vous pourrez surveiller l’état de la maladie, ainsi que la santé de la glande thyroïde. De ce fait, il sera possible de reconnaître toute manifestation de violation et de commencer un traitement immédiat. Les traitements comprennent les suivants:

  • bon usage de l'iode radioactif;
  • l'utilisation de médicaments qui arrêtent la production de thyroïdes;
  • intervention chirurgicale.

Thyroïdite auto-immune et hypothyroïdie

AIT est parfois appelée thyroïdite de Hashimoto. Avec ce diagnostic, le système immunitaire commence à détruire les protéines de la glande thyroïde, ce qui explique sa destruction. L'hypothyroïdie primaire sur le fond de la thyroïdite auto-immune peut se développer en raison de troubles génétiques ou acquis de la glande thyroïde. Cependant, ce résultat peut être évité.

Symptômes de l'hypothyroïdie AIT

Avec la thyroïdite auto-immune, il ne peut y avoir aucun symptôme manifeste. La maladie progresse lentement et progresse avec l'hypothyroïdie. Cependant, dans la plupart des cas, l’un des signes caractéristiques peut être l’apparition d’un goitre, qui peut croître et augmenter, entraînant d’autres manifestations de la maladie. Si la formation nodale est apparue dans la trachée, elle gênera la respiration et la déglutition, mais le plus souvent, l’inconfort sera ressenti simplement en touchant ou en portant des foulards et des cravates.

Certains symptômes de la maladie peuvent être exprimés comme suit:

  • l'insomnie;
  • troubles du système digestif;
  • anxiété;
  • fatigue
  • changements de poids soudains;
  • douleurs corporelles, musculaires, articulaires;
  • sautes d'humeur et dépression.

Diagnostic de l'ACI

En passant des examens réguliers par un spécialiste, vous pouvez surveiller l’état de la glande thyroïde et identifier dès les premiers stades divers écarts par rapport à la norme de son travail. Un endocrinologue peut identifier les éléments suivants:

  • déviations de la norme dans la taille du corps;
  • Sur la base d'une analyse de sang, vous pouvez déterminer le niveau de thyroglobuline, de thyroperoxydase et d'anticorps, ainsi que leur rapport.
  • une biopsie aidera à détecter les lymphocytes et les macrophages;
  • En utilisant la recherche sur les radio-isotopes, on peut observer une absorption diffuse dans une thyroïde agrandie.

Traitement de l'hypothyroïdie AIT

En cas d'augmentation de la taille de l'organe, l'endocrinologue prescrira un traitement hormonal au patient. Les hormones artificielles, telles que la lévothyroxine, aident à lutter contre la diminution de la taille de la thyroïde. Toutefois, si le traitement médicamenteux n’est pas efficace, le médecin traitant peut recommander l’élimination partielle ou complète de la glande.

Si le patient est diagnostiqué avec une thyroïdite auto-immune, une hypothyroïdie infraclinique, les médecins peuvent alors prescrire l'hormone L-thyroxine ou l'iodomarine, et après un mois, la TSH.

Certains médecins sont d'avis que s'il existe une présence d'anticorps thyroïdiens dans une thyroïde auto-immune, il est nécessaire de commencer immédiatement le traitement par de petites doses d'hormones, telles que celles produites par la glande thyroïde. La plupart des médecins sont invités à utiliser le médicament lévothyroxine, si le niveau de TSH est dans la fourchette normale. Ce médicament aide à résister au développement de la maladie, même à le suspendre. La raison de ce résultat est que le niveau d'anticorps et le contenu en lymphocytes sont considérablement réduits, ce qui signifie que l'inflammation passe également.

Le traitement par hormonothérapie présente plusieurs avantages importants. Bien sûr, une personne souffrant de cette maladie doit comprendre sa dépendance aux drogues pour le reste de sa vie. Toutefois, ce fait ne devrait pas susciter d'inquiétude, car le traitement consiste à saturer le corps avec les hormones manquantes que la glande thyroïde ne peut plus produire. Grâce au traitement aux hormones, les changements suivants seront bientôt visibles:

  • restauration de la glande thyroïde;
  • l'absence de maux;
  • le soulagement est très rapide, de sorte que la personne atteinte de la maladie peut très rapidement retrouver une vie normale;
  • après trois mois, vous pouvez rétablir les niveaux d'hormones;
  • la dose du médicament ne change pas au cours du traitement, en l'absence de fait de grossesse ou de modification significative du poids;
  • Le coût des médicaments rend également le traitement très abordable.

Traitement de l'ACI subclinique

Pour que le traitement de cette maladie ne nécessite pas de fonctionnalités significatives, la tâche principale de la thérapie est de maintenir les hormones thyroïdiennes au niveau approprié. Ce traitement est effectué comme suit:

  • des médicaments contenant des hormones produites par la thyroïde sont prescrits;
  • traitement de la cause sous-jacente de la maladie;
  • maintien quotidien de l'équilibre du corps, à l'aide de vitamines et de minéraux;
  • bonne nutrition. Puisque le métabolisme est perturbé, grâce à de simples règles alimentaires, vous pouvez maintenir la santé et le bon fonctionnement de la glande.

Si vous examinez de plus près le régime pour un régime sain, il est important d'exclure les produits suivants:

  • le sucre;
  • réduire la consommation d'eau à 600 ml par jour;
  • réduire la consommation de matières grasses: légumes et beurre, poisson gras, noix, avocats;
  • produits de soja.

Dans un régime alimentaire qui aidera à lutter contre l'hypothyroïdie, vous devez inclure les aliments suivants:

  • fruits et légumes frais;
  • viande de boeuf, de dinde et de viande d'autres oiseaux;
  • les fruits de mer, car ils contiennent la plus grande quantité d'iode;
  • bouillons de viande;
  • café naturel.

Les formes lancées de la maladie sont beaucoup plus difficiles à traiter, d’autant plus que le résultat peut avoir des conséquences très graves, telles que le coma et une perturbation du travail des autres organes. De plus, la prévention est toujours une méthode bien meilleure que le traitement réel de la maladie elle-même. Malheureusement, pour le moment, il est possible de ne prévenir que les types de cette maladie causés par une teneur insuffisante en iode dans le corps. Afin d'éviter le développement d'une pathologie à l'intérieur de l'utérus, une femme enceinte doit passer les tests nécessaires et prendre des mesures rapides pour lutter contre la maladie.

Est-il possible d’éviter une thyroïdite auto-immune entraînant une hypothyroïdie: causes, symptômes, régime alimentaire

La glande thyroïde est un organe très important de notre corps. Il stocke tout l'iode entrant dans le corps, la glande produit des hormones qui régulent le métabolisme et participent au processus de croissance cellulaire. La thyroïdite auto-immune entraînant une hypothyroïdie est la maladie la plus répandue affectant la glande thyroïde.

Il est à noter que la thyroïdite auto-immune est plus fréquente chez les femmes que chez les hommes. Les statistiques indiquent que l'incidence de la population féminine est environ 10 fois plus élevée. Cependant, il n’ya pas que le beau sexe qui risque de tomber malade. Un adolescent et même un enfant peut être diagnostiqué avec une lésion thyroïdienne. Cependant, la thyroïdite masculine est plus agressive, la maladie est beaucoup plus rapide se transforme en une forme plus complexe - l'hypothyroïdie.

Caractéristique de la maladie

L'essence de la thyroïdite auto-immune est une violation de la fonction immunitaire de tout l'organisme, lorsqu'un dysfonctionnement du système de défense et que la glande thyroïde est reconnue comme un objet étranger. En conséquence, le corps commence à produire des cellules spéciales qui attaquent "l'organe nuisible", finissant par détruire la glande thyroïde.

Si vous quittez la maladie sans y prêter attention, elle finira par se transformer en hypothyroïdie après un certain temps et peut ensuite se transformer en un coma erroné, ce qui est très dangereux et souvent même mortel.

La maladie a été découverte et décrite il y a un peu plus de cent ans par un chirurgien japonais Hashimoto. Il a découvert que la glande thyroïde devenait enflammée lorsque le corps commençait à produire des lymphocytes, lesquels, à leur tour, créaient des anticorps contre les tissus de la glande thyroïde. Donc, il est endommagé.

Le plus souvent, la maladie touche les femmes pendant ou avant la ménopause, soit entre 45 et 50 ans. La thyroïdite auto-immune n'a pas encore été complètement étudiée par les scientifiques, mais ils savent avec certitude que la maladie est définitivement héréditaire. Un processus auto-immun avec une hérédité chargée peut déclencher tout facteur externe négatif, tel qu'une infection virale aiguë ou un foyer infectieux chronique. De telles infections peuvent être considérées comme une otite, une sinusite, une sinusite, une amygdalite chronique et même une dent atteinte de carie. Il existe des cas où le processus auto-immunitaire commence dans la glande thyroïde à la suite de préparations d'iode pendant une longue période et sans contrôle approprié. Ainsi que la cause de la thyroïdite auto-immune peut être une radiation abondante.

Causes de la maladie

Le développement de la thyroïdite auto-immune est provoqué par les facteurs suivants:

  • infections graves et maladies virales;
  • dommages à la glande thyroïde et pénétration dans le sang de ses composants;
  • forte concentration de substances radioactives;
  • surdosage d'iode;
  • pénétration prolongée et abondante de toxines dans le corps (méthanol, phénol, toluène, thallium, benzène).

En règle générale, les patients génétiquement prédisposés à cette maladie sont accompagnés de maladies telles que:

  • hépatite chronique nature auto-immune;
  • diabète sucré;
  • la polyarthrite rhumatoïde;
  • Vitiligo (troubles de la pigmentation, apparition de taches blanches sur la peau);
  • hypocorticisme auto-immun primaire;
  • anémie percytique.

Il est nécessaire de noter le fait que dans la thyroïdite auto-immune, la quantité d’hormones thyroïdiennes augmente considérablement et, une fois que la maladie est passée en hypothyroïdie, le contenu de ces hormones dans le sang diminue rapidement et régulièrement.

La thyroïdite auto-immune est de deux types:

  1. Hypertrophique - avec cela la glande thyroïde est élargie. Dans le même temps, sa fonction peut rester normale, diminuer ou considérablement augmenter. Dans le cou, il y a douleur et pression, la muqueuse du larynx se gonfle. La patiente a une transpiration abondante, des tremblements de la main, une forte fièvre et d’autres signes d’augmentation de la thyroïde. Au cours de la maladie, l'hyperthyroïdie se transforme en hypothyroïdie sur le fond de la thyroïdite auto-immune (une boiterie, un état affaibli).
  2. Atrophique - dans ce cas, la glande thyroïde est réduite. Cette forme de la maladie est plus susceptible aux personnes âgées. Ils souffrent fréquemment de somnolence, de faiblesse et de léthargie, leur ouïe diminue, leur voix devient rauque, leur timbre change, leur visage se gonfle, leur peau devient sèche.

La maladie est plutôt lente, parfois imperceptiblement, et évolue en hypothyroïdie.

Symptômes de la thyroïdite auto-immune

La symptomatologie de cette maladie est, en principe, similaire à d'autres maladies de la glande thyroïde, où une diminution de son activité est observée:

  • l'activité mentale diminue, la mémoire se détériore;
  • l'activité physique diminue, une personne devient lente, ralentit, s'affaiblit;
  • de nombreuses parties du corps et même des organes internes gonflent;
  • l'apparence se détériore sensiblement: la peau jaunit, commence à se décoller, se dessèche, les cheveux et les ongles se cassent souvent;
  • des dysfonctionnements du coeur et des vaisseaux sanguins sont observés, la respiration est perturbée, le système nerveux en souffre, une arythmie sévère apparaît;
  • chez les femmes il y a un manque de menstruation, la stérilité se développe parfois et chez les hommes, en règle générale, le niveau de puissance diminue.

Diagnostic de la maladie

Un endocrinologue expérimenté reconnaît immédiatement un patient atteint de thyroïdite auto-immune, car les signes externes parlent d'eux-mêmes. Mais encore, des études cliniques sont nécessaires ici:

  1. Un test sanguin pour la quantité d'hormones thyroïdiennes. De plus, il est nécessaire de diagnostiquer l’activité de l’hypophyse, qui synthétise la TSH. C'est l'hormone thyroïdienne principale, qui contrôle complètement son activité. Des valeurs basses ou élevées permettent un diagnostic positif.
  2. L'étude du sérum pour la présence d'anticorps anti-thyroperoxydase (AT-TPO) et thyroglobuline (AT-TG).
  3. Échographie de la glande thyroïde - vous permet de déterminer la taille du corps, sa structure et sa consistance, ainsi que la présence de tumeurs et de ganglions.
  4. La scintigraphie thyroïdienne est une méthode qui détermine son activité fonctionnelle. Un appareil spécial examine si la glande est capable de capter l'iode dans le sang, car les hormones thyroïdiennes en sont ensuite synthétisées. Un approvisionnement suffisant en glande iodée assure son fonctionnement stable.
  5. La biopsie à l'aiguille fine est effectuée après toutes les activités ci-dessus, si elles indiquent toutes la présence de la maladie, et plus encore si les nodules sont fixés. Au cours de la procédure de biopsie, le médecin utilise une aiguille spéciale pour prélever une petite partie du tissu thyroïdien pour un examen histologique. Avec cette méthode, vous pouvez connaître la nature de la tumeur et éliminer les néoplasmes malins.

Traitement de la thyroïdite auto-immune

Cette maladie est très lente, sur plusieurs années, le traitement s'avère long et complet. La thérapie comprend les étapes suivantes:

  • Thérapie de remplacement - les médicaments à base d'hormones thyroïdiennes peuvent être synthétiques ou naturels.
  • Recevoir des glucocorticoïdes - éliminer les troubles auto-immuns. Étant donné que la maladie est associée à une défaillance du système immunitaire, ces médicaments suppriment son activité afin que les cellules ne détruisent pas leur propre corps. Les médicaments synthétiques, ainsi que les hormones surrénales, peuvent être utilisés ici.
  • Immunomodulateurs, défaillances correctives du système de protection. Comme les glucocorticoïdes suppriment l'immunité, le corps est en danger. Dans un tel état, il peut facilement être attaqué par des bactéries et des virus, à la fois dans le corps et y pénétrer de l'extérieur. Par conséquent, une sécurité fiable est requise. Le médecin traitant, à ces fins, prescrit des médicaments qui remplacent partiellement le système immunitaire, c’est-à-dire qu’ils remplissent ses fonctions, même partiellement, mais que le corps ne reste pas sans protection.
  • Régime alimentaire spécial et programme d'exercices choisis individuellement. L'hypothyroïdie se caractérise par un métabolisme plus lent, ce qui provoque la formation d'œdèmes et d'obésité. Il est nécessaire de prendre des mesures actives: observer le régime alimentaire, ne pas trop manger, réduire l'apport hydrique, réduire la quantité de nourriture consommée, retirer du régime les sucreries, les aliments en conserve, les aliments gras et frits.

Régime alimentaire pour l'hypothyroïdie

Réviser votre régime alimentaire et vos habitudes alimentaires n'est pas une panacée pour la thyroïdite auto-immune, mais quelques astuces simples peuvent ralentir les rechutes et améliorer votre bien-être général:

  • il faut exclure le soja - il fait partie des produits antithyroïdiens, c’est-à-dire qu’il stimule la production d’œstrogènes qui inhibent la sécrétion d’hormones thyroïdiennes;
  • Il est recommandé d'éviter les graisses polyinsaturées et de passer aux graisses saturées. Ces derniers maintiennent le niveau normal de sucre et régulent l'activité des hormones du stress, dont l'augmentation affecte directement l'apparition de l'hypothyroïdie;
  • utilisent régulièrement des fruits de mer - ils ont beaucoup d'iode et de sélénium, ils normalisent l'activité de la glande thyroïde. En outre, leur assimilation directe à partir des fruits de mer est bien meilleure que celle des additifs alimentaires artificiels;
  • inclure les fruits dans le régime aussi souvent que possible - ils ont du potassium, ce qui affecte la normalisation de la quantité de sucre dans le sang, réduisant ainsi le niveau de l'hormone de stress;
  • utilisez le bouillon sur l'os - riche en nutriments faciles à digérer qui atténuent les symptômes de la thyroïdite auto-immune. Dans un tel bouillon, il y a des acides aminés qui agissent positivement sur le corps et combattent l'inflammation;
  • limitez la quantité de liquide que vous buvez par jour - la quantité maximale d'eau est de 1,5 litre. Le dépassement n'est pas nécessaire en raison du gonflement et de la stagnation des fluides corporels caractéristiques de l'hypothyroïdie;
  • refus de produits raffinés - en raison de leur taux de sucre dans le sang augmente, et, par conséquent, des hormones du stress. Les toxines contenues dans ces aliments interfèrent avec l'activation des hormones thyroïdiennes;
  • Il est recommandé de boire du café - les vitamines B et le magnésium qu'il contient aident la glande thyroïde à fonctionner correctement. Une journée est limitée à quelques tasses de café.

Une maladie aussi grave ne doit pas être ignorée et l’espoir d’une issue favorable rapide sans aucun effort.

Un traitement actif dans les premiers stades permettra de prévenir l'hypothyroïdie sur le fond de la thyroïdite auto-immune. Et si la maladie a déjà pris cette forme, alors l'intervention médicale la plus précoce protégera le corps contre des dommages plus graves.

Étant donné que vous lisez actuellement cet article, on peut en conclure que cette maladie ne vous donne toujours pas le repos.

Vous avez probablement aussi visité l'idée d'une intervention chirurgicale. C'est clair, car la glande thyroïde est l'un des organes les plus importants dont dépendent votre bien-être et votre santé. Et l'essoufflement, la fatigue constante, l'irritabilité et d'autres symptômes interfèrent clairement avec votre plaisir de vivre.

Mais voyez-vous, il est plus correct de traiter la cause et non l'effet. Nous vous recommandons de lire l'histoire d'Irina Savenkova sur la manière dont elle a guéri la thyroïde.

Thyroïdite auto-immune et hypothyroïdie: quelle différence?

Quelle est la différence entre la thyroïdite auto-immune et l'hypothyroïdie? Cette question est posée très souvent et peut dérouter même des patients expérimentés. Clarifions la principale différence: la thyroïdite auto-immune est une maladie; l'hypothyroïdie est une condition. L'hypothyroïdie résulte le plus souvent du développement d'une thyroïdite auto-immune, mais ces deux termes ne sont pas interchangeables. Donc, pour vous aider à comprendre la différence, parlons en détail à ce sujet ci-dessous.

Qu'est-ce que la thyroïdite auto-immune?

La thyroïdite auto-immune (AIT) est une maladie auto-immune qui affecte la glande thyroïde. Cette maladie est aussi parfois appelée thyroïdite de Hashimoto (maladie de Hashimoto) ou thyroïdite lymphocytique chronique. Lorsque les anticorps auto-immuns de la thyroïdite, votre système immunitaire attaque les protéines de la glande thyroïde, provoquant sa destruction progressive, de sorte qu'il perd progressivement la capacité de produire des hormones thyroïdiennes dont l'organisme a grandement besoin. Lisez en détail: Thyroïdite auto-immune de la glande thyroïde: qu'est-ce que c'est?

Comment diagnostique-t-on l'AIT?

La thyroïdite auto-immune est généralement diagnostiquée au moyen d'un examen clinique au cours duquel un ou plusieurs des points suivants sont détectés:

  • Élargissement de votre glande thyroïde, connu sous le nom de goitre.
  • Des taux élevés d'anticorps contre la thyroglobuline (TG) et la thyroperoxydase (TPO), détectés par un test sanguin.
  • À la suite d'une biopsie de votre glande thyroïde, effectuée à l'aide d'une fine aiguille, des lymphocytes et des macrophages se retrouvent dans ses tissus.
  • Une étude radio-isotopique de la glande thyroïde qui montrerait une absorption diffuse dans votre glande thyroïde élargie.
  • Échographie au cours de laquelle un grossissement de la glande thyroïde est détecté.

Les symptômes peuvent varier.

Si vous souffrez de thyroïdite auto-immune, vous ne présenterez peut-être aucun symptôme tangible. De nombreux patients atteints d'AIT souffrent d'une affection appelée hypertrophie de la glande thyroïde (goitre). La taille de votre goitre peut varier d’une augmentation légère à une augmentation significative, ce qui ne provoque pas d’autres symptômes, à la suite de quoi vous présenterez d’autres symptômes.

Si vous avez une thyroïdite auto-immune, en particulier avec un gros goitre, vous pouvez ressentir une gêne au cou. Lorsque vous utilisez des écharpes et des cravates, vous pouvez vous sentir mal à l'aise. Il peut y avoir un gonflement, une gêne ou même une douleur dans le cou. Parfois, le cou et / ou la gorge peuvent faire mal ou être sensibles au toucher. Moins commun peut être une difficulté à avaler ou même à respirer - cela se produit si le goitre bloque votre trachée ou votre œsophage.

L’ACI entraîne généralement une destruction lente mais régulière de votre glande thyroïde, ce qui finit par l’empêcher de produire suffisamment d’hormones thyroïdiennes - une affection connue sous le nom d’hypothyroïdie. Cependant, il peut y avoir des périodes où votre glande thyroïde commence à produire une quantité excessive d'hormones, provoquant même une hyperthyroïdie temporaire, après quoi tout revient à l'hypothyroïdie. Ces fluctuations de l'hypothyroïdie à l'hyperthyroïdie et au dos sont caractéristiques de la thyroïdite auto-immune. Par exemple, les périodes d'anxiété, d'insomnie, de diarrhée et de perte de poids peuvent être remplacées par des périodes de dépression, de fatigue, de constipation et de prise de poids.

Dans certains cas, l’apparition de l’AIT et une augmentation des anticorps vont de pair avec un certain nombre de symptômes, notamment anxiété, problèmes de sommeil, fatigue, changements de poids, dépression, perte de cheveux, douleurs musculaires et articulaires et problèmes de fertilité.

Traitement AIT

Si le goitre rend difficile la déglutition ou la respiration, ou commence visuellement à gâter la gorge, les médecins prescrivent un traitement hormonal substitutif, dans lequel le patient doit prendre des hormones synthétiques de la thyroïde (lévothyroxine ou extrait naturel de la thyroïde). Il est recommandé de réduire la glande thyroïde. Si le traitement médicamenteux de la thyroïdite auto-immune ne fonctionne pas ou si le goitre est trop invasif, une intervention chirurgicale peut être recommandée pour retirer tout ou partie de la glande thyroïde.

À l'exception du goitre, la plupart des endocrinologues et des médecins ordinaires ne commenceront pas à traiter un AIT uniquement en augmentant le niveau d'anticorps, si les autres fonctions thyroïdiennes, telles que la TSH, ne dépassent pas la plage normale.

Cependant, certains endocrinologues, ainsi que des docteurs en médecine holistique, des ostéopathes et d’autres praticiens estiment que la thyroïdite auto-immune, confirmée par la présence d’anticorps thyroïdiens et les symptômes, constitue déjà une raison suffisante pour commencer un traitement par de faibles doses d’hormones thyroïdiennes.

La pratique consistant à traiter des patients atteints d’AIT, chez lesquels le niveau d’hormones thyroïdiennes est normalement confirmée par une étude publiée dans le journal Thyroid Journal de 2001. Les scientifiques qui ont mené cette étude ont rapporté que la prise de lévothyroxine chez des patients atteints de thyroïdite auto-immune chez qui la TSH est normale (cet état s'appelle euthyroïdisme) peut en réalité réduire le risque de détérioration de l'état et stopper la progression de leur maladie auto-immune.

Dans une étude portant sur des patients atteints de thyroïdite auto-immune euthyroïdienne (la TSH est normale mais les anticorps sont élevés), la moitié des patients ont reçu de la lévothyroxine pendant un an, l’autre moitié n’a subi aucun traitement. Après un an de traitement par la lévothyroxine, les taux d'anticorps et de lymphocytes (indiquant une inflammation) n'ont diminué de manière significative que dans le groupe de patients ayant reçu le médicament. Dans le groupe de patients n'ayant pas reçu le médicament, les taux d'anticorps ont augmenté ou sont restés les mêmes.

Les chercheurs ont conclu que le traitement préventif des patients présentant des taux normaux de TSH avec AIT réduit divers marqueurs de la thyroïdite auto-immune; et a suggéré qu'un tel traitement pourrait même arrêter la progression de la maladie ou peut-être même empêcher le développement de l'hypothyroïdie.

Les chercheurs notent qu'un certain nombre d'études indiquent un effet significatif de l'ingestion de sélénium minéral, grâce à quoi l'organisme est mieux à même de combattre les maladies auto-immunes de la thyroïde.

Certaines études ont montré que des suppléments de sélénium à une dose sans danger de 200 µg par jour pouvaient réduire les taux élevés d'anticorps thyroïdiens normaux ou les réduire considérablement, prévenant ainsi le développement d'une forme grave de maladie thyroïdienne auto-immune et, par conséquent, l'hypothyroïdie.

Cependant, même une attaque auto-immune mineure de la glande thyroïde réduit sa fonction, ce qui conduit à une hypothyroïdie. Et lorsque l'hypothyroïdie est diagnostiquée, la plupart des médecins prescrivent un traitement hormonal substitutif à vie. Mais il existe également des médecins qui sont d'avis que la thyroïdite auto-immune et l'hypothyroïdie sont curables en adaptant le régime alimentaire, les suppléments nutritionnels et les changements de mode de vie, que vous pouvez découvrir ici - Thyroïdite auto-immune: causes, symptômes, traitement à domicile.

L'hypothyroïdie

L’hypothyroïdie se développe souvent chez de nombreuses personnes atteintes de l’ACI, une affection dans laquelle les fonctions de la glande thyroïde sont réduites, voire lorsque la glande est déjà complètement incapable de fonctionner.

La thyroïdite auto-immune est une maladie qui est la principale cause d'hypothyroïdie dans le monde moderne. Les autres causes d'hypothyroïdie comprennent:

  • Maladie de Basedow et traitement de l'hyperthyroïdie, y compris le traitement à l'iode radioactif et la chirurgie.
  • Traitement du cancer de la thyroïde, y compris la chirurgie pour enlever tout ou partie de la glande thyroïde.
  • Ablation chirurgicale de tout ou partie de la glande thyroïde, affectée au goitre ou aux nodules.
  • Utilisation d'antithyroïdiens (par exemple, Tapazole® ou Propitsil) pour réduire l'activité de la glande thyroïde.
  • Utilisation de certains médicaments, tels que le lithium.

La thyroïdite auto-immune et l'hypothyroïdie touchent plus souvent les femmes que les hommes. L'AIT peut se développer dès l'enfance, mais le plus souvent, les symptômes de ces maladies apparaissent à partir de 20 ans.

Hypothyroïdie auto-immune et thyroïdite auto-immune: quelle est la différence, les caractéristiques du parcours et du traitement

Une maladie telle qu’une hypothyroïdie auto-immune entretient deux problèmes: la réaction du système immunitaire à la glande thyroïde et une diminution de la production d’hormones thyroïdiennes. Cette condition est provoquée par la présence d'un facteur héréditaire, associé à un grand nombre de facteurs externes.

Une maladie aussi complexe peut être asymptomatique pendant de nombreuses années, empoisonnant progressivement et réduisant la qualité de la vie. Et peut se déclarer soudainement, changeant radicalement la vie d'une personne.

La valeur du bon fonctionnement de la glande thyroïde

La glande thyroïde gère le travail des principaux systèmes du corps à l'aide de ses propres hormones:

Ils sont responsables de la croissance du corps, de la maturation pendant l'enfance et l'adolescence. À l'âge adulte, la thyroïde régule l'activité d'une personne, définit un rythme particulier pour sa vie, fait fonctionner les organes à un rythme particulier et permet d'avoir une progéniture.

Leurs produits sont gérés par le principal centre hormonal - le système hypothalamo-hypophysaire. Le rôle de la glande thyroïde lors des modifications hormonales est important. Le travail normal du corps pendant la grossesse et l'extinction de la fonction sexuelle sont si importants.

L'apparition de la maladie - la réaction du système immunitaire

La date de découverte de la maladie est 1912, année à laquelle elle a été décrite par un scientifique japonais. Hashimoto Hakaru n'a pas répondu à la question principale: quelle était la raison de l'émergence d'une réaction agressive du système immunitaire à sa propre glande thyroïde? La maladie est plus fréquente chez les femmes que chez les hommes plus âgés.

Il a été constaté qu'avec cette maladie, le système immunitaire commence à produire un grand nombre de lymphocytes, qui commencent à attaquer les tissus de la glande thyroïde. Dans l'analyse des anticorps sanguins au tissu thyroïdien sont détectés. Le corps commence à se décomposer, un processus inflammatoire se produit et la production d'hormones est réduite. Les violations saisissent le corps entier.

Lors d'une attaque immunitaire, les systèmes de défense considèrent les cellules d'un organe comme d'origine étrangère. Les raisons de ces erreurs d’identification ne sont pas complètement connues.

Des études démontrent que l'apparition de la maladie et les changements hormonaux intervenant dans l'organisme sont dépendants. Durant ces périodes, le déséquilibre hormonal de tous les systèmes se produit pour des raisons naturelles et n’est pas un processus pathologique.

On détecte souvent l'hypothyroïdie thyroïdienne auto-immune:

  • les enfants à la puberté;
  • chez les enfants, quand il y a un saut significatif dans la croissance;
  • pendant la grossesse, ce qui est une situation dangereuse;
  • pendant la ménopause chez les femmes et dans des moments similaires d'extinction hormonale chez les hommes.

La probabilité de développer la maladie augmente avec l'âge adulte.

Important: en l’absence de traitement, des complications particulièrement dangereuses sont possibles - insuffisance cardiaque aiguë et coma hypothyroïdien.

Facteurs de risque

Outre les conditions hormonales préalables à la survenue de la maladie, il existe d'autres facteurs de risque:

  1. Prédisposition héréditaire. Si une personne a un parent avec ce diagnostic, le risque de la maladie augmente. Des études sur des personnes atteintes d'hypothyroïdie auto-immune montrent que de telles personnes peuvent développer parallèlement d'autres affections auto-immunes. Plus une personne devient âgée, plus elle est susceptible de contracter une maladie insidieuse.
  2. La présence d'un agent viral dans le corps humain. Le virus peut être présent, à la fois sous forme aiguë et chronique.
  3. Les infections chroniques provoquent une immunité perturbée aux attaques de la manifestation de l'auto-agression. Ces maladies non traitées sont dangereuses: caries, sinusite frontale, otite moyenne, sinusite, bronchite, amygdalite.
  4. Les séjours prolongés dans des zones où le bruit de fond est élevé ne sont pas bénéfiques pour la glande thyroïde et l’immunité.
  5. Analphabète prenant des médicaments contenant de l'iode. Cela se produit souvent lorsqu'une personne s'auto-traite et que, sous l'influence des conseils non professionnels de quelqu'un ou après avoir lu des articles de vulgarisation, elle commence à prendre de l'iode sous forme de vitamines.
  6. Le stress chronique, les expériences négatives et la suppression d'émotions fortes perturbent les processus naturels de l'immunité. L’équilibre des interférons du corps est perturbé.

Une maladie dans une autre, types de thyroïdite

La thyroïdite auto-immune est un diagnostic collectif des processus pathologiques causés par une attaque de l'immunité sur les tissus thyroïdiens. Au cours de son développement, l'état de santé du patient peut changer de manière spectaculaire, de même que les particularités du fonctionnement de la glande.

Il est donc habituel de distinguer plusieurs types ou stades de thyroïdite en fonction de la variété des symptômes:

  1. Forme latente ou lente. Dans ce cas, la production d'hormones thyroïdiennes n'est pas réduite. Cette étape peut durer des années, les tissus du corps sont détruits progressivement. Le corps de la glande augmente pour diffuser le premier degré. L’état du patient en raison de l’évolution floue n’est pas grave et la personne ne consulte pas un médecin, elle prend le malaise pour des symptômes de fatigue, de stress ou de manque de sommeil. Ainsi, la maladie devient chronique et acquiert des signes de thyréotoxicose ou d'hypothyroïdie.
  2. Type hypertrophique de la maladie. La glande thyroïde subit une augmentation du deuxième ou du troisième degré, elle peut être diffuse ou nodulaire. Le patient peut sentir l'élargissement de l'organe même avec ses propres mains. Une augmentation significative du tissu glandulaire et la formation de très gros nœuds exercent une pression sur les organes et les tissus environnants. Un danger particulier se pose pour le bien-être des vaisseaux, de la trachée et de l'œsophage. La sensation est souvent une sensation de nodule dans la gorge, un essoufflement apparaît, le teint devient violet, un gonflement des tissus apparaît, des problèmes de déglutition se produisent. Il y a des signes de thyrotoxicose dans les premiers stades. Avec le développement de la maladie, le tissu glandulaire est de plus en plus détruit par ses propres cellules immunitaires. Les tissus affectés sont remplacés par du tissu conjonctif. Après cela, les signes de la maladie deviennent clairement liés à l'hypothyroïdie.
  3. Cours atrophique de la maladie. La taille de l'organe principal du système endocrinien ne dépasse pas la norme, souvent même la taille diminue. Les cellules immunitaires sont actives contre les tissus de la glande thyroïde. Les follicules responsables de la production de toutes les hormones thyroïdiennes sont détruits. La concentration de substances hormonales dans le sang commence à tomber. Aux premiers signes de déficit en hormone thyroïdienne, le système hypothalamo-hypophysaire commence à s’inquiéter. Il commence à produire de grandes quantités de TSH, ce qui incite la glande à fonctionner au niveau approprié. Ainsi, dans les tests, T4 sera en quantités normales avec des niveaux croissants de TSH. Les signes d'insuffisance des glandes sont distincts. La maladie se développe dans un scénario agressif. Les glandes tissulaires sont totalement détruites par le système immunitaire agressif.

Ainsi, l'hypothyroïdie auto-immune est considérée comme l'une des formes de la thyroïdite et son stade final.

Les principaux signes de la maladie

Les symptômes varient en fonction du stade de la maladie.

Hyperfonctionnement

Avec le développement d’un état auto-immun de type hypertrophique, le fer produira d’abord trop d’hormones. Cette affection est couramment appelée thyrotoxicose.

Il présente les caractéristiques classiques suivantes:

  • perturbation du rythme cardiaque se produit;
  • la transpiration se produit;
  • le patient est tourmenté par un tremblement dans les membres;
  • l'exophtalmie, ou gonflement des yeux, est considéré comme le symptôme visuel canonique de la thyréotoxicose;
  • changer le comportement et l'état du système nerveux - le patient devient colérique, irritable, pas patient, on peut retrouver des pleurs dans le personnage, il est possible de perturber les rythmes du sommeil;
  • le patient est vite fatigué et fatigué même par les affaires quotidiennes;
  • les hommes ont un désir sexuel diminué, des problèmes d'érection;
  • les femmes développent une maladie ménopausique précoce, des troubles menstruels se produisent;
  • il y a une augmentation ou une diminution du poids corporel, sans raison évidente de ces métamorphoses.

C'est important: avec de tels changements à grande échelle, il est difficile pour le patient de comprendre les causes de ce qui se passe, la tâche de ses proches est d'aider en envoyant un médecin.

La vidéo de cet article et la photo illustreront certains des symptômes visuels de la maladie.

Hypofonction

Il est possible et nécessaire de diagnostiquer et de commencer le traitement d'une maladie sans attendre le stade suivant de la maladie. Après le stade hyperthyroïdien de la maladie, une véritable maladie commence: l'hypothyroïdie, qui se présente sous deux formes.

Les signes d'hypothyroïdie auto-immune légère et sévère:

  • fatigue rapide, faiblesse;
  • le sommeil est perturbé;
  • problèmes de selles - la constipation devient un problème quotidien pour ces patients;
  • le poids corporel augmente sans cause.
  • SFC - syndrome de fatigue chronique;
  • les troubles dans la sphère sexuelle se produisent par analogie avec le stade de la thyrotoxicose - l'attraction chez l'homme affaiblit, le cycle chez la femme est perdu;
  • le patient est affecté par la dépression;
  • la pression artérielle du patient fluctue et aggrave considérablement son état;
  • le corps devient gonflé, la rétention de fluide se produit dans la zone du visage et dans tout le corps;
  • les ongles et les cheveux deviennent cassants;
  • la peau perd son élasticité, elle lisse la peau sèche et molle;
  • l'harmonie du rythme cardiaque est perturbée;

Les signes d'hypothyroïdie auto-immune peuvent se développer lentement, parfois cela prend des années. La détérioration progressive de la maladie empoisonne la vie du patient et l'oblige à être témoin d'un trouble dans le travail de son propre corps.

Dans d'autres situations, la maladie capture rapidement un corps en bonne santé. Ensuite, en peu de temps, une personne acquiert plusieurs symptômes de cette maladie auto-immune.

Traitement de la maladie

Seul un médecin endocrinologue a le droit de poser un diagnostic - hypothyroïdie auto-immune. Le traitement de cette affection vise essentiellement à installer dans le corps du patient un niveau compétent d'hormones thyroïdiennes dans le sang. Avant l'introduction de médicaments est un test sanguin pour le contenu des hormones thyroïdiennes.

Cependant, il n’est pas démontré que tous les patients réapprovisionnent en hormones manquantes, mais uniquement dans les catégories de patients suivantes:

  • les femmes pendant la grossesse;
  • les femmes au stade de la planification de la grossesse;
  • tout en réduisant le bien-être général des jeunes;
  • dans l'identification de fortes anomalies dans la composition du sang.

Les médicaments qui soutiennent le niveau d'hormones thyroïdiennes chez le patient doivent être pris tout au long de la vie. Heureusement, le prix de ces médicaments n’est pas trop élevé.

La dose est définie spécifiquement pour chaque cas, en fonction de la gravité de la maladie et de l'âge du patient. Par la suite, pour contrôler l’efficacité du traitement, l’analyse est répétée une fois tous les six mois.

La poursuite du traitement vise à corriger les symptômes de l’état du patient. Ici, pour chaque patient, un traitement individuel est sélectionné, visant à arrêter l'un ou l'autre symptôme.

Une fois le traitement terminé, le patient reçoit des instructions détaillées sur la manière de prévenir l’exacerbation de la maladie et de rétablir son état de santé au niveau précédant la maladie. Avec une forte prolifération des tissus des glandes, la prise en charge chirurgicale est possible.

Important: l’utilisation de remèdes populaires pour le traitement d’une affection auto-immune est strictement contre-indiquée, car les méthodes de médecine à domicile peuvent avoir un effet imprévisible sur l’organe affecté ou exacerber l’effet du système immunitaire, aggravant parfois l’état.

Aspect psychologique de la maladie endocrinologique

Les troubles hormonaux affectent grandement l'état psychologique d'une personne. Des changements radicaux dans la santé peuvent assommer même une personne forte et indépendante.

Si le facteur d'hyperthyroïdie prévaut dans la thyroïdite auto-immune chez une personnalité calme, dont la base de vie est mesurée et délibérée, la personne peut ne pas être prête pour ses propres actions. L'irritabilité et la sensibilité de cette affection peuvent amener le patient à perturber les liens sociaux.

Dans l’hypothyroïdie, une personne qui s’est habituée à prendre soin de elle-même et à être active peut faire face à son impuissance et à son vide. La panne pour une telle personne peut être un fait honteux. Un patient sous l'influence de ses propres préférences comportementales peut s'éloigner de la société pour ne pas être exposé à sa propre passivité.

Des changements brusques dans la sensation de vous-même et de votre corps peuvent rendre une personne amère et incapable de demander de l'aide ou des conseils, même à des personnes proches.

La tâche des autres personnes et des membres de la famille dans cette situation n’est pas de permettre aux changements de comportement du patient de prendre le pas sur la situation. Il est nécessaire de comprendre les changements au niveau hormonal, auxquels une personne n'a souvent pas à résister.

Il est utile de discuter de la situation avec les malades et de le calmer pour expliquer le caractère temporaire de cet état déplaisant. Il est nécessaire d’assurer l’approche du patient avec le médecin et le déroulement de tous les examens. Ce n’est qu’après cela que l’on peut espérer une amélioration et un soulagement de la souffrance.

La maladie de Hashimoto présente le problème d'une réaction agressive du système immunitaire à son propre organe. Si une diminution de la production d'hormones se joint à la situation, alors se développe le stade final de la maladie - l'hypothyroïdie auto-immune. Thyroïdite, le traitement, qui est préférable de commencer, le plus tôt possible, peut nuire au patient pendant une longue période, sans que vous le sachiez.

Par conséquent, toute personne doit être attentive à sa condition, faire attention aux changements inhabituels dans sa condition et écouter les opinions de ses proches. Parfois, il est plus facile de remarquer l'approche de la maladie que pour le patient lui-même.

Qu'est-ce que l'hypothyroïdie auto-immune?

Hypothyroïdie auto-immune et thyroïdite auto-immune - quelle est la différence?

De nombreux patients ne voient pas la différence entre ces deux concepts et confondent souvent la thyroïdite auto-immune avec l'hypothyroïdie, mais il existe une différence entre eux.

La thyroïdite est une maladie et l'hypothyroïdie se développe sur le fond de la maladie, mais vous ne pouvez pas mélanger ces deux concepts.

En raison des effets néfastes de l’environnement, de la malnutrition, du stress, des déséquilibres hormonaux, etc., diverses maladies, notamment la thyroïde, commencent à se développer.

Si une personne a une forte immunité, le risque de contracter la maladie est assez faible, mais avec une immunité réduite, la fonctionnalité de la glande thyroïde est réduite.

Si le traitement ne commence pas à l'heure, les complications peuvent être très graves, en particulier si elles concernent les enfants et les femmes enceintes.

A quoi sert la glande thyroïde?

La glande thyroïde est l’un des principaux organes du système endocrinien. Elle sécrète les hormones nécessaires au bon fonctionnement de l’organisme.

En outre, la glande thyroïde est le principal contrôleur des processus métaboliques dans le corps.

Son travail est très important à l’époque où le corps humain subit divers changements: âge de l’enfant, puberté, grossesse.

Pendant ces périodes, la personne change et tout le corps devrait pouvoir s’adapter à ces changements.

Si la glande thyroïde ne fonctionne pas correctement, alors la bonne quantité d'hormones n'y sera pas produite.

Facteurs provoquant la maladie:

  • la thyroïdite peut être héréditaire;
  • se produit avec une maladie virale longue et grave, ainsi que des infections chroniques;
  • avec le rayonnement maladie ou une exposition à court terme, mais assez forte;
  • avec une surdose d'iode (très rare);
  • avec l'usage à long terme de drogues fortes;
  • La ménopause chez les femmes est un autre facteur.

Diagnostic de la thyroïdite auto-immune et de ses symptômes

Le diagnostic de la maladie est réalisé par un endocrinologue. Lors de son examen, le médecin diagnostique une hypertrophie de la glande thyroïde, généralement appelée goitre.

Un taux accru d'anticorps est détecté dans le sang et, si une biopsie est réalisée, des macrophages et des lymphocytes sont détectés dans les tissus de la glande.

Si nécessaire, une échographie de la glande thyroïde et une étude par radio-isotopes. En ce qui concerne les symptômes, à part le goitre, ils peuvent même ne pas exister avant que le goitre n'augmente beaucoup.

Ensuite, le patient ressent une gêne dans le cou, un gonflement et même une douleur. Si le goitre bloque l'œsophage ou la trachée, des problèmes d'ingestion ou de respiration peuvent survenir.

La maladie évolue lentement, mais en même temps, des processus se produisent dans la glande thyroïde, qui la détruit progressivement mais régulièrement, et en conséquence, elle cesse de produire la quantité nécessaire d’hormones.

C'est l'état de l'hypothyroïdie.

Mais parfois, la glande commence, au contraire, trop difficile à produire des hormones, entraînant une hyperthyroïdie.

Ces conditions peuvent varier d'un extrême à l'autre, ce qui est très caractéristique dans la thyroïdite auto-immune.

L'anxiété, la diarrhée, la perte de poids drastique peuvent être remplacées par la fatigue, la constipation et la prise de poids.

Parmi les autres symptômes, on peut observer des problèmes de fertilité, de l’insomnie, des douleurs musculaires, une perte de cheveux et de l’anxiété.

Avec le temps, l'hypothyroïdie et les théroïdes auto-immuns provoquent une hypothyroïdie auto-immune de la glande thyroïde, dans laquelle les fonctions de la glande sont réduites ou la glande cesse complètement de fonctionner.

La maladie est plus fréquente chez les femmes.

Symptômes de la maladie

L'hypothyroïdie sur le fond de la thyroïdite auto-immune se manifeste comme suit:

  • le cœur bat la chamade;
  • transpiration accrue;
  • le tremblement des extrémités est possible;
  • sautes d'humeur - du rire incontrôlable aux larmes hystériques;
  • manque périodique de désir d'intimité sexuelle;
  • violation du cycle menstruel;
  • manifestations précoces de la ménopause;
  • perte de poids

Dans les formes les plus graves de la maladie, l'hypothyroïdie auto-immune peut provoquer les symptômes suivants:

  • fatigue incroyable;
  • manque total de désir sexuel;
  • la pression artérielle saute;
  • gonflement des jambes et du visage;
  • ongles cassants;
  • perte de cheveux;
  • constipation persistante.

Risque de maladie

L'hypothyroïdie auto-immune, même si elle est asymptomatique, sera tôt ou tard mise au jour, mais le patient est devenu tellement habitué à la maladie qu'il ne se souvient même plus de la façon dont elle était avant lui.

Une personne s'habitue à vivre avec des symptômes et n'y répond pas correctement, mais en même temps le corps s'effondre progressivement à cause d'un métabolisme inapproprié et du manque d'hormones.

Par conséquent, il est impossible de retarder le traitement avec l'hypothyroïdie. Avec un traitement rapide chez le médecin, la pathologie est bien traitable.

Hypothyroïdie primaire

L’hypothyroïdie primaire, comme d’autres maladies auto-immunes de la glande thyroïde aux stades initiaux, ne donne pas de symptômes prononcés, souvent ils sont complètement absents, ce qui rend le diagnostic extrêmement difficile.

Souvent, les symptômes sont individuels, c'est-à-dire qu'un seul organe ou système est affecté et que tous les symptômes (le cas échéant) indiquent l'organe affecté:

  1. Syndrome hypothermique d'échange. Accompagné d'hypothermie et d'une forte augmentation de poids, alors que les stades d'obésité sévères ne sont pas observés en raison de l'état dépressif et du manque d'appétit du patient.
  2. Problèmes avec les sens. Les muqueuses du nez peuvent gonfler, ce qui peut entraîner une difficulté respiratoire, un gonflement possible de la trompe d'Eustache et de l'oreille moyenne, et réduire l'audition. La voix change - elle devient enrouée, cela est dû au gonflement des cordes vocales.
  3. Manifestations cutanées. La peau devient sèche, les traits du visage grossiers, les cheveux et les ongles deviennent cassants, il y a une alopécie, un gonflement du visage.
  4. Problèmes gynécologiques. L'infertilité et l'aménorrhée sont caractéristiques.
  5. Troubles du coeur. Anomalies cardiaques observées, bradycardie, tachycardie, hypertension artérielle.
  6. Système nerveux Il y a augmentation de la somnolence, de la léthargie, une mauvaise mémoire, une polyneuropathie, des états dépressifs.
  7. Tractus gastro-intestinal. Du côté du tractus gastro-intestinal, des manifestations sont possibles: constipation, hépatomégalie, faible motilité du gros intestin, perte d'appétit, dyskinésie de la vésicule biliaire, lésions de la muqueuse gastrique.

Dans le premier cas, le niveau de T4 est normal et la TSH est élevée, et dans le second, la TSH est élevée et T4 est inférieure à la normale.

Traitement de la maladie

Il est presque impossible de guérir l'hypothyroïdie sans hormones.

La glande thyroïde est un organe unique qui a la capacité de se régénérer. Si au moins 5% du tissu de la glande est en bonne santé, il sera alors en mesure de restaurer ses capacités fonctionnelles.

Par conséquent, si nous parlons de prévisions, cela est tout à fait favorable pour l'hypothyroïdie auto-immune.

Le traitement de l'hypothyroïdie auto-immune est prescrit par le médecin traitant, l'auto-traitement est inacceptable!

Le médecin sur la base du diagnostic prescrit un traitement hormonal substitutif. L'hypothyroïdie peut être guérie avec les remèdes suivants:

Si nécessaire, l’endocrinologue vous prescrira des médicaments contenant du sélénium, ainsi que des médicaments destinés à éliminer les manifestations désagréables de la maladie - amélioration de l’état mental, normalisation de la pression, digestion, etc.

Remèdes populaires

Les patients s'intéressent souvent à la manière de guérir l'hypothyroïdie et d'autres maladies auto-immunes de la glande thyroïde sans agents hormonaux.

Cela n'est possible qu'au stade initial de la pathologie, mais comme au début de la maladie une personne ne présente aucun symptôme, il s'avère que le traitement de l'hypothyroïdie sans hormones est presque impossible.

Cependant, les remèdes populaires seront toujours très utiles, ils compléteront le traitement et aideront à éliminer les symptômes désagréables.

L’hypothyroïdie dans le corps étant caractérisée par un manque d’iode, elle doit être reconstituée. À utiliser

L'iode pur n'est pas autorisé à l'intérieur, mais il peut être maculé sur le corps. Cela peut être fait une fois par jour, en mettant une petite quantité d'iode sur des zones fermées du corps.

À l'intérieur, l'iode ne peut être pris qu'avec du vinaigre de cidre.

Vous aurez besoin de 1 c. vinaigre de cidre, un verre d’eau bouillie et 1 goutte (!) de 5% d’iode.

Cette solution doit être bue pendant la journée et consommée dans la gorge en train de manger. La procédure doit être effectuée 2 fois par semaine.

Le chou marin est un bon fournisseur d'iode dans le corps. Il peut être consommé sous forme de salade ou d'une poudre spéciale vendue en pharmacie. Toutefois, le chou marin doit être utilisé avec prudence en cas d'allergie, de tuberculose, d'hémorroïdes et de grossesse.

Mais le sarrasin aux algues n'a pratiquement aucune contre-indication.

Faites cuire 100 g de sarrasin et ajoutez 50 g de varech sec pendant quelques minutes avant qu'il ne soit prêt, ajoutez 1 c. À thé. curcuma, un peu de sel.

Ce plat peut être mangé tous les jours.

Pour la thyroïde, les noix et l'ail sont très utiles.

Prenez 300 grammes de noix pelées, ajoutez-y 100 grammes d'ail, versez un verre d'eau et faites bouillir un peu pour faire un gruau, puis ajoutez un demi-litre de miel liquide et 50 grammes d'anis moulu.

Manger 1 cuillère à soupe avant les repas. 2 semaines, puis 2 semaines de repos et répéter le cours.

Prenez les herbes médicinales suivantes - rose sauvage, millepertuis et zhigil en quantités égales, mélangez et 3 c. l recueillir infusion dans un thermos 400 ml d'eau bouillante.

Insistez pendant 4 à 5 heures, puis buvez 100 g 4 fois par jour après les repas.

Régime alimentaire pour l'hypothyroïdie

Le régime alimentaire pour l'hypothyroïdie auto-immune doit être correct et équilibré.

Il est nécessaire d'inclure dans le menu plus de légumes verts et de légumes frais, plusieurs fois par semaine, il est recommandé de manger du poisson et des fruits de mer.

La teneur en iode du corps peut être augmentée par les noix, le kaki et les algues.

Il est recommandé de manger plus de porridge, en particulier le sarrasin et l'avoine. Le régime de consommation ne devrait pas contenir plus de 1,5 litre d'eau par jour afin d'éviter les œdèmes.

Le sucre, les confiseries, les viandes grasses et le poisson, les saucisses, la restauration rapide, les viandes fumées et les produits contenant des additifs chimiques doivent être exclus du régime alimentaire.

La nourriture doit être fractionnée, vous ne devez pas rester affamé, mais il est également possible de trop manger.

Prévention des maladies

Parlant de prévention, il faut dire que les maladies auto-immunes de la glande thyroïde en tant que telles n’ont pas de mesures préventives claires.

Il est important de surveiller votre état de santé, à temps pour consulter un médecin. Ne pas utiliser de médicaments sans l'avis d'un médecin, afin de surveiller la nutrition et l'immunité.

Vous Pouvez, Comme Pro Hormones