Les facteurs héréditaires et les conditions environnementales défavorables peuvent causer des troubles de l’immunité. Si les défenses de l'organisme ne fonctionnent pas correctement, des maladies aiguës et chroniques surviennent. Les réactions les plus simples sont les allergies à divers agents chimiques, alimentaires et ménagers. Dans les cas plus graves, des maladies auto-immunes se développent. Une telle maladie est causée par l'agression des défenses de l'organisme contre ses propres tissus. L'inflammation auto-immune peut affecter les reins, la peau, les articulations, les gonades et d'autres organes. Ne fait pas exception et la glande thyroïde.

La thyroïdite chronique est une lésion auto-immune du tissu thyroïdien. La maladie est extrêmement commune parmi certains groupes de la population. En général, environ 2% de toutes les personnes ont une maladie thyroïdienne auto-immune. Les femmes souffrent 7 à 10 fois plus souvent que les hommes. Dans les régions où le goitre est endémique, l'incidence est 2 à 5 fois plus élevée. Les plus vulnérables sont les femmes âgées de 40 à 50 ans. Parmi eux, la thyroïdite auto-immune est malade tous les dix ans.

Signes de maladie

L'inflammation chronique de la glande thyroïde peut ne pas avoir de manifestations pendant une longue période. Les symptômes de la thyroïdite auto-immune apparaissent en cas de modification prononcée de la fonction endocrinienne ou de la taille des organes.

Normalement, la glande thyroïde produit des hormones thyroïdiennes à partir d'iode et d'autres composants. Si l'inflammation détruit la majorité des cellules endocrines (thyrocytes), les hormones deviennent de moins en moins. Cette déficience est appelée hypothyroïdie. Au début, la fonction inférieure de la glande thyroïde n'est pas très perceptible pour le patient et les autres. À ce stade, l'hypothyroïdie est considérée comme subclinique. Il ne peut être installé que par des tests sanguins pour les hormones thyroïdiennes (T4 et T3) et la thyrotropine (TSH). D'autres symptômes d'hypothyroïdie apparaissent. Dans de nombreux cas, les problèmes de santé sont associés à l'âge, à d'autres maladies, à la fatigue et à la dépression. Seuls un examen minutieux et des tests de laboratoire peuvent diagnostiquer avec précision l'hypothyroïdie.

En termes de volume, chaque lobe de la glande thyroïde ne dépasse normalement pas la taille du pouce du patient. Par conséquent, vue du cou, cette glande endocrine est généralement invisible. L'échographie considère comme normal le volume du tissu thyroïdien à 18 cm3 chez la femme et jusqu'à 25 cm3 chez l'homme. Dans la thyroïdite chronique, la glande thyroïde peut augmenter considérablement. S'il dépasse 30 cm3, on peut déjà bien le voir lors d'une inspection de routine. Souvent, une augmentation du volume du tissu thyroïdien allant jusqu'à 100 cm3 ou plus dans l'inflammation auto-immune est enregistrée. Une telle augmentation complique grandement la vie des patients. Il convient de noter que la thyroïdite auto-immune ne conduit pas toujours à une hypertrophie de la glande. Assez souvent, le volume d'un organe reste dans les limites de la normale ou même diminue.

Symptômes de l'hypothyroïdie

Une diminution de la concentration d'hormones thyroïdiennes dans le sang (T4 et T3) entraîne une perturbation persistante du cœur, du tube digestif, de la peau, des vaisseaux sanguins, du système nerveux et des organes génitaux. L'hypothyroïdie interfère avec le métabolisme normal.

Les manifestations de thyroïdite auto-immune commencent à déranger le patient progressivement. Au début, la gravité des changements est assez faible. Ensuite, développez une détérioration grave de la santé.

Les changements les plus significatifs chez les patients sont associés à des troubles psychologiques. Beaucoup se plaignent de la détérioration persistante de l'humeur, de l'apathie. Même si le patient était un optimiste enjoué avant la maladie, l’hypothyroïdie change complètement son attitude.

Le traitement et le diagnostic de la dépression sont effectués par un psychothérapeute (psychiatre). Si ce spécialiste ne prend pas en compte le dysfonctionnement de la glande thyroïde, le traitement sera inefficace.

Les autres changements concernent l'apparence. Les patients s'inquiètent de la prise de poids. L'obésité se développe et progresse dans le contexte d'un appétit normal ou faible. De plus, l'apparence du visage change. La peau devient rugueuse, pâle, œdémateuse. Le mimétisme diminue, de sorte qu'une personne semble indifférente et sans émotion.

Violé le travail du coeur. Le rythme change en premier. La bradycardie est détectée chez près de 100% des patients (pouls inférieur à 60 par minute). De plus, il peut y avoir des épisodes d’hypertension ou d’hypotension. Assez souvent, les patients se plaignent de fatigue pendant l'exercice, d'essoufflement, de douleurs cardiaques.

Symptômes de laboratoire de l'hypothyroïdie

Les symptômes de l'hypothyroïdie ne sont pas seulement des changements d'aspect et de bien-être. Les principaux signes de la maladie se trouvent dans les données des examens de laboratoire. Dans le diagnostic, les niveaux de TSH, T4 et T3 sont pris en compte. Il y a d'autres indicateurs qui comptent.

Donc, avec l'hypothyroïdie, l'anémie est souvent détectée. Le taux d'hémoglobine chute en dessous de 100–110 g / l. Dans le sang, ils trouvent des globules rouges altérés de forme irrégulière. En règle générale, l'anémie dans l'hypothyroïdie est similaire au déficit en vitamine B12. Cela est dû au fait que la faible fonction de la glande thyroïde est associée à la défaite de l'estomac (gastrite atrophique). Des dommages à la membrane muqueuse entravent la synthèse de la vitamine B12 et l'absorption du fer.

Un autre symptôme de laboratoire de l'hypothyroïdie est une augmentation de la concentration de cholestérol dans le sang. Un excès de lipides peut causer une athérosclérose grave. Les vaisseaux sont endommagés dans tout le corps. Tout d’abord, le cœur, le cerveau et les membres souffrent. L'athérosclérose conduit à des catastrophes cardiovasculaires - crises cardiaques, accidents vasculaires cérébraux, hémorragies.

Symptômes de l'hypertrophie thyroïdienne

Le symptôme de la thyroïdite auto-immune est une augmentation de la taille de la glande thyroïde. Signes de cet état: changements dans le bien-être et l'apparence. Les patients marquent la déformation des contours du cou. La glande thyroïde est clairement visible lorsque la tête est inclinée vers l'arrière, même avec une légère augmentation de son volume. Si l'organe endocrinien atteint 40 à 50 cm3, il devient visible à n'importe quelle position du cou et de la tête.

Plaintes de patients atteints de thyroïdite auto-immune:

  • sensation de "coma" dans la gorge;
  • difficulté à avaler des aliments solides (pain, pommes de terre, viande);
  • toux
  • malaise dans le cou;
  • étouffement;
  • inconfort dans certains vêtements (col haut, écharpe).

Plus la glande thyroïde touchée est grande, plus les plaintes des patients sont graves. Avec la structure normale du cou, même une augmentation à 100 cm3 ne menace pas la vie du patient. Mais si la glande thyroïde est partiellement située derrière le sternum, la situation s'aggrave. Avec une telle anatomie, le goitre serre la trachée, les vaisseaux du cou, l'œsophage. Les patients peuvent présenter une hypoxie, des vomissements d'aliments ingérés, des maux de tête et un gonflement du visage.

Très souvent, chez les patients atteints de thyroïdite chronique, des nœuds dans le tissu glandulaire sont détectés. Ces tumeurs peuvent être dues à une inflammation auto-immune ou à un autre processus (adénome, oncologie, goitre colloïdal, kyste).

Symptômes du noeud sur le fond de la thyroïdite auto-immune:

  • changement unilatéral des contours du cou;
  • sensation de "coma" dans la gorge;
  • inconfort dans certains vêtements;
  • inconfort dans certaines positions du corps.

Que faire avec les symptômes de la thyroïde

Si un patient présente des symptômes d'inflammation auto-immune, il doit subir une consultation endocrinologue à des fins d'examen et de traitement. Le médecin vous prescrira des analyses de sang, des ultrasons et d’autres procédures à titre indicatif.

Si la thyroïdite chronique est confirmée, un traitement avec des pilules sera prescrit. Parfois, un traitement chirurgical est nécessaire.

Tumeur dans la gorge et pathologie thyroïdienne

De nombreuses personnes assistent parfois à la sensation de coma dans la gorge. Il convient de noter qu'il ne s'agit pas d'un inconvénient temporaire, mais d'un symptôme de l'une ou l'autre maladie.

Ainsi, la cause du coma dans la gorge peut être un état psychologique, des maladies ORL, une violation du tractus gastro-intestinal, un oncologie, une vertébrologie. Cependant, le plus souvent, cela indique des problèmes avec le système endocrinien - la pathologie de la glande thyroïde.

Pathologie thyroïdienne, accompagnée d'une sensation de boule dans la gorge

Les endocrinologues distinguent trois troubles de la glande thyroïde, caractérisés par des symptômes similaires:

Goitre diffus

Augmentation significative de la taille de la thyroïde. Il est facile de vous identifier en regardant dans le miroir.

Puisque la glande est située près de la peau, son grossissement est de deux fois ou plus, devient perceptible à l'œil nu.

Extérieurement, le goitre diffus ressemble à un épaississement / gonflement de la région antérieure du cou.

Un goitre hypertrophié est difficile à déterminer sans examen par un spécialiste, uniquement en cas de surcharge pondérale et de dépôts de graisse dans la poitrine et le cou.

Une personne qui se plaint d'une personne dans la gorge devrait réfléchir et répondre aux questions suivantes:

  1. Y a-t-il un inconfort pendant le repas?
  2. La voix est-elle devenue plus enrouée?
  3. Une toux sèche survient-elle souvent?
  4. La respiration est-elle difficile si vous portez un pull ou une écharpe?

Si deux réponses ou plus sont positives, il existe une forte probabilité que le patient présente un goitre diffus sous une forme avancée. La consultation est nécessaire.

Dans le goitre diffus, tout le tissu thyroïdien est affecté. Ceci conduit à une diminution de la production d'hormones et à une hypothyroïdie.

Dans ce cas, les symptômes suivants peuvent survenir:

  • surpoids;
  • gonflement;
  • essoufflement;
  • la bradycardie;
  • pâleur et sécheresse de la peau;
  • perte de cils et de sourcils.

L'hypothyroïdie est la thyréotoxicose. Elle se caractérise par une perte de poids, des troubles du sommeil, une tachycardie, une humidité de la peau, une anxiété et des mains tremblantes.

Goitre nodulaire

Dans cette pathologie, tous les tissus de la glande ne sont pas touchés, mais seulement une partie de ceux-ci. Plus précisément, le diagnostic de "goitre nodulaire" signifie la présence de formations (nœuds) dans la glande thyroïde.

Le goitre nodulaire est beaucoup plus commun que diffus. En règle générale, cette pathologie se produit chez les femmes.

Les représentants du sexe fort, les nœuds se trouvent quatre fois moins que les femmes.

La glande thyroïde a une structure hétérogène. Il s'agit d'une accumulation d'une multitude de boules cellulaires (follicules), dont l'élargissement est appelé le goitre nodulaire.

Il existe plusieurs types de cette pathologie.

Noeud solitaire - n'augmente qu'un follicule.

Goitre multinodulaire - deux études ou plus.

Nœud tumoral - se produit dans les cas où la substance colloïdale du follicule se développe en néoplasme oncologique.

Dans les premières étapes des nœuds ne sont pas visibles et ne posent aucun problème.

Avec une quantité importante d'éducation, le coma dans la gorge est constamment présent et ne survient pas périodiquement comme avec le goitre diffus.

Cela provoque des difficultés à avaler et à respirer. Dans certains cas, la formation est douloureuse.

Transpiration accrue, pouls, poids réduit. Cela peut également perturber le travail du tube digestif.

Lorsque la formation de plusieurs et de grande taille, perturbé le fonctionnement de la glande. Qu'est-ce qui cause l'échec hormonal?

Comme dans le cas du goitre diffus, des symptômes d'hypothyroïdie ou de thyréotoxicose apparaissent.

Thyroïdite

Ce terme désigne toute inflammation de la glande thyroïde, quelle que soit la nature de son apparition.

Il est à noter que l'inflammation de la glande thyroïde provoque très rarement un coma dans la gorge.

Et cela ne se produit que chez un petit nombre de patients.

Cela est dû au fait que la glande thyroïde est située beaucoup plus haut que l'œsophage.

Cependant, chez certaines personnes, la glande thyroïde est beaucoup plus basse que la norme généralement acceptée, et même une légère augmentation (inflammation) provoque des problèmes de déglutition et une bosse dans la gorge.

La thyroïdite peut être aiguë, subaiguë, chronique et auto-immune.

Les deux premiers types d'inflammation sont causés par des maladies infectieuses ou leurs complications.

Caractérisé par une augmentation de la température corporelle, une douleur dans la glande et une faiblesse générale.

Thyroïdite auto-immune et chronique - le résultat d'une déviation du système immunitaire ou de troubles héréditaires.

La pathologie se développe progressivement, sans symptômes évidents. Une légère faiblesse et un élargissement de la glande thyroïde est possible.

Quel spécialiste doit se plaindre de quelqu'un dans la gorge?

Comme il existe de nombreuses causes à ce symptôme, il peut être difficile de déterminer la cause.

Pour éviter de perdre du temps et de l'énergie dans les campagnes à tous les spécialistes, vous devez tout d'abord contacter le thérapeute.

Après le premier examen, le médecin peut déterminer les maladies des voies respiratoires supérieures et de la thyroïde.

Dans les cas où la cause en est la neurologie, la gastro-entérologie et d'autres raisons, le thérapeute peut référer le patient à des tests généraux et à des examens supplémentaires.

Si, au cours de l'examen, le médecin constate une augmentation ou une formation de la glande thyroïde, le patient est référé pour consultation à l'endocrinologue ou au chirurgien endocrinologue.

Diagnostics

Un endocrinologue peut déterminer le diagnostic après avoir examiné, palpé et collecté des données sur le patient (plaintes, anamnèse).

Cependant, tout traitement n'est prescrit qu'après l'examen de la glande thyroïde.

Quelle que soit la pathologie, le patient doit être testé pour déterminer le niveau de T3 (triiodothyronine), T4 (thyroxine) et TSH (thyrotropine).

Cela permettra de déterminer si la maladie a entraîné un dysfonctionnement de la glande et une défaillance hormonale.

De plus, avec différentes pathologies, les niveaux d'hormones sont différents, l'analyse permettra de confirmer le diagnostic posé par l'endocrinologue.

En outre, tous les patients subissent un examen échographique de la glande thyroïde.

Lorsque le goitre est diffus, il est nécessaire de déterminer la taille exacte de la glande et le niveau de son flux sanguin.

En parallèle avec l'échographie, ou plutôt, il peut être affecté à l'échographie ou à l'échographie.

Lorsque le goitre nodulaire est utilisé, une échographie est nécessaire non seulement pour déterminer la taille du nœud.

Avec l'aide de l'échographie, vous découvrirez de multiples formations, la position et la structure des nœuds.

On recommande souvent au patient une fibrogastroduodénoscopie (FGDS) et une tomodensitométrie, ce qui permet d'évaluer l'arrière de la glande thyroïde inaccessible pour une échographie.

Dans les cas où les nœuds ont un diamètre supérieur à 10 mm ou supérieur à un, le patient est envoyé pour une biopsie.

Cette méthode de diagnostic vous permet de déterminer avec précision s'il existe un risque de conversion d'un nœud colloïdal en tumeur oncologique.

Une analyse radionucléide montre à quel point la glande thyroïde est affectée. Il est prescrit si le niveau d'hormones est différent de la norme.

Avec la thyroïdite, une analyse peut être nécessaire pour déterminer les anticorps anti-peroxydase thyroïdienne, thyroglobuline, T3 et T4. Ainsi que l'analyse du deuxième antigène colloïdal.

Il arrive souvent qu'une maladie négligée, mais seulement dans ce cas, il y a une boule dans la gorge, conduit à une perturbation du système cardiovasculaire.

Dans ce cas, le patient, en plus des études sur la glande thyroïde, doit subir un ECG et une échographie du cœur.

Traitement

Comme la bosse dans la gorge, qui gêne en avalant, n’est qu’un symptôme, ce n’est pas son traitement qui est en train d’être traité, mais une maladie de la thyroïde.

Le traitement du goitre diffus implique la prise de préparations à base d'iodure de potassium.

Seul l'endocrinologue peut prescrire la posologie et la durée du traitement, pas immédiatement, mais après l'examen.

Si la maladie a entraîné une diminution des hormones produites par la glande thyroïde, des médicaments hormonaux sont également prescrits.

Pour maintenir le corps, il est recommandé de prendre des vitamines des groupes A et B, ainsi que des suppléments de calcium.

Très rarement, avec un goitre diffus, une intervention chirurgicale peut être nécessaire. Les raisons de l'intervention chirurgicale sont les suivantes:

  • élargissement important de la glande;
  • emplacement spécifique du goitre;
  • intolérance individuelle aux médicaments;
  • rechutes.

Il faudra un régime spécial. Aliments riches en iode, protéines, lipides, glucides, calcium.

En outre, vous devez abandonner le thé fort, le café et le chocolat noir, des produits qui excitent le système nerveux.

Le traitement du goitre nodulaire dépend de la nature de son apparition.

Ainsi, les ganglions colloïdaux de petite taille ne nécessitent aucun traitement. L'observation chez l'endocrinologue et l'échographie annuelle sont présentées.

En cas de forte augmentation de la taille du nœud, une intervention chirurgicale ou l'introduction de médicaments contenant de l'iode radioactif dans la glande peuvent être nécessaires, ce qui réduit considérablement les nœuds et, dans certains cas, les supprime complètement.

Le traitement de la thyroïdite vise principalement à soulager l'inflammation.

À l’état aigu, on utilise les vitamines C et B, des médicaments antibactériens, anti-inflammatoires et analgésiques.

Avec l'apparition de l'éducation purulente - la chirurgie.

La thyroïdite subaiguë est traitée avec des corticostéroïdes et des médicaments hormonaux.

Les hormones sont également utilisées pour traiter la thyroïdite chronique et auto-immune.

Dans le cas où la glande thyroïde est si grosse qu'elle serre les voies respiratoires, le seul moyen de s'en sortir est la chirurgie.

Vous devez contacter un spécialiste dès que possible jusqu'à ce que la maladie soit devenue une menace de mort.

Thyroïdite - causes, types, signes, symptômes et traitement de la thyroïdite de la glande thyroïde

La thyroïdite est un processus inflammatoire qui se produit dans la glande thyroïde. Dans les temps modernes, les maladies endocriniennes les plus courantes dans le monde après le diabète sucré et la thyroïdite auto-immune sont les maladies auto-immunes les plus courantes. Les scientifiques suggèrent que près de la moitié de la population sur Terre souffre d'une pathologie particulière de la glande thyroïde, même si tout le monde ne peut être traité.

Examinons de plus près: la nature de la maladie, ses causes et ses symptômes, et ce qui est prescrit pour le traitement de la thyroïdite chez l’adulte.

Thyroïdite de la glande thyroïde: de quoi s'agit-il?

La thyroïdite thyroïdienne est un concept qui inclut un groupe de troubles associés à une inflammation de la glande thyroïde. Les anomalies de la thyroïde constituent la base du groupe de maladies.

Les premiers symptômes d'inflammation de la glande thyroïde sont la sensation de «boule dans la gorge», une douleur lors des mouvements de déglutition. Il peut aussi y avoir des douleurs dans le cou, de la fièvre. Par conséquent, de nombreuses personnes confondent ces symptômes avec l'angine de poitrine et commencent à s'auto-traiter, ce qui entraîne l'effet inverse - la maladie devient chronique.

Selon les statistiques, la thyroïdite représente 30% de toutes les maladies endocriniennes. Habituellement, ce diagnostic est posé sur les personnes âgées, mais récemment, la maladie est devenue «plus jeune» et, chaque année, elle touche de plus en plus les jeunes, y compris les enfants.

Classification

L'endocrinologie clinique utilise dans sa pratique une classification de la thyroïdite, basée sur les caractéristiques du mécanisme de leur développement et de leur manifestation clinique.

Selon l'apparition et l'évolution de la maladie, il en existe différents types:

  • Thyroïdite aiguë.
  • Subaiguë.
  • Tipréoïdite fibreuse chronique ou goitre de Riedel.
  • Thyroïdite chronique auto-immune ou de Khoshimsky.

Chacune de ces formes implique des dommages aux follicules thyroïdiens avec un tableau pathologique propre à chacune de ces formes de la maladie.

Thyroïdite aiguë

La thyroïdite aiguë se développe suite à une infection du tissu de la glande thyroïde par le sang (hématogène). Un schéma classique d'inflammation non spécifique se produit dans les cellules de la glande. Elle peut se propager à un lobe entier ou à la totalité de la thyroïde (diffuse) ou à une lésion partielle du lobe de la glande (focale). En outre, l'inflammation dans la thyroïdite aiguë peut être purulente ou non purulente.

Le diagnostic est généralement simple. Le diagnostic différentiel entre thyroïdite aiguë et hémorragie de la glande thyroïde (ou du goitre) peut présenter des difficultés, dans lesquelles des symptômes similaires se développent au cours des premiers jours. L'hémorragie se caractérise par une inversion plus rapide du processus et des troubles généraux moins prononcés.

Le pronostic à vie est favorable; plus grave dans le développement d'un processus purulent, sinon un traitement chirurgical entrepris rapidement. Une complication possible est la fibrose de la thyroïde avec le développement de l'hypothyroïdie.

La thyroïdite aiguë non purulente peut se développer après un traumatisme, une hémorragie dans la glande thyroïde, une radiothérapie.

Subaiguë

La thyroïdite subaiguë est une maladie thyroïdienne de type viral, qui s'accompagne du processus de destruction des cellules thyroïdiennes. Il se manifeste environ deux semaines après qu'une personne a eu une infection virale respiratoire aiguë. Il peut s'agir de la grippe, des oreillons, de la rougeole, etc.

Plus souvent (5-6 fois que les hommes), les femmes âgées de 30 à 50 ans sont malades, 3-6 semaines après une infection virale.

Forme chronique (thyroïdite auto-immune de Hashimoto)

La thyroïdite chronique de la glande thyroïde pendant une longue période peut ne pas montrer les symptômes. Le symptôme le plus précoce de la maladie est l'apparition d'une sensation de boule dans la gorge et d'une difficulté à avaler. Au stade avancé de la pathologie, une violation du processus respiratoire, se développe un enrouement de la voix. À la palpation, le spécialiste détermine l'élargissement inégal de l'orgue, la présence de phoques.

La thyroïdite auto-immune (goitre de Hashimoto) est beaucoup plus répandue chez les femmes âgées de 40 à 50 ans (rapport hommes / femmes malades entre 1: 10 et 15). Dans la genèse de la maladie, un trouble congénital dans le système de contrôle immunologique a une certaine valeur.

En outre, la thyroïdite est divisée en formes:

  • Latent, c'est-à-dire caché. La glande thyroïde a une taille normale, ses fonctions ne sont pas altérées.
  • La forme hypertrophique s'accompagne de l'apparition d'un goitre de la glande thyroïde, la taille de l'organe est nettement agrandie, une thyroïdite nodulaire se développe. L'épuisement de la glande conduit à une hypothyroïdie.
  • La forme atrophique est caractérisée par une diminution de la taille des glandes et une diminution de la production d'hormones.

Raisons

La maladie est souvent de nature familiale, c'est-à-dire que différents types de lésions glandulaires, dont la thyroïdite chronique, sont diagnostiqués chez les parents du patient. Outre la prédisposition héréditaire, d'autres facteurs déclencheurs de la maladie sont identifiés:

  • ARD transféré, ARVI;
  • situation écologique défavorable, fluorure, chlorure, composés d'iodure en excès dans l'eau et la nourriture consommée par l'homme;
  • maladies infectieuses chroniques dans le nez, la bouche;
  • états stressants;
  • exposition prolongée aux rayons solaires et radioactifs;
  • auto-médication hormonale, agents contenant de l'iode.

Symptômes de la thyroïdite de la glande thyroïde

Le plus souvent, la maladie passe inaperçue, sans symptômes graves. De temps en temps, les personnes atteintes d'une forme de thyroïdite se plaignent d'une légère fatigue, de douleurs aux articulations et de gênes au niveau des glandes - compression d'organes proches, sensation de coma en avalant.

Les plaintes suivantes de patients obligent les médecins à suspecter la prolifération de la glande endocrine:

  • douleur à la place du cou où l'organe devrait être, augmentant en réponse à la pression ou à d'autres types de contact;
  • avec la pression sur les cordes vocales, on observera un enrouement et une impolitesse de la voix;
  • si la glande exerce une pression sur les structures les plus proches, la personne peut éprouver des difficultés ou des douleurs en avalant, se plaindre de se sentir comme si elle avait la gorge serrée, des difficultés à respirer;
  • si des pressions sont exercées sur les navires les plus proches, des maux de tête, des problèmes de vision et une sensation d'acouphène peuvent survenir.
  • douleur à la surface antérieure du cou, qui se déplace vers l'arrière de la tête, dans la mâchoire inférieure et supérieure et qui est aggravée par le mouvement de la tête et la déglutition;
  • une augmentation des ganglions lymphatiques cervicaux;
  • il y a une très forte fièvre et des frissons;
  • sur la palpation, élargissement douloureux d'une partie ou de tout le lobe de la glande.
  • pouls rapide;
  • perte de poids;
  • tremblement;
  • transpiration;
  • léthargie, somnolence;
  • les poches;
  • les cheveux et la peau secs;
  • inconfort dans la glande, douleur au toucher.
  • mal de tête
  • performance réduite
  • se sentir brisé
  • douleurs articulaires et musculaires
  • des frissons
  • fièvre.

Des complications

La thyroïdite aiguë peut être complétée par la formation d'un abcès dans le tissu thyroïdien, qui est capable de percer et bien, si en dehors. Mais si le pus pénètre dans les tissus environnants, il peut:

  • une inflammation purulente progressive dans les tissus du cou peut entraîner des lésions vasculaires,
  • la dérive de l'infection purulente vers les méninges et les tissus cérébraux,
  • le développement d'une infection sanguine commune par infection (septicémie).

Thyroïdite subaiguë est important de différencier avec:

  • pharyngite aiguë,
  • thyroïdite purulente,
  • kyste du cou infecté
  • thyréotoxicose,
  • cancer de la thyroïde,
  • hémorragie du goitre nodulaire,
  • thyroïdite auto-immune et lymphadénite locale.

Diagnostics

Le diagnostic de la thyroïdite nécessite un examen approfondi de la glande thyroïde (méthodes de laboratoire et instrumentales) et une évaluation des symptômes.

Jusqu'à ce qu'il y ait une perturbation de la glande thyroïde, qui peut être identifiée à l'aide d'analyses, il est presque impossible de diagnostiquer la maladie. Seuls des tests de laboratoire peuvent établir l'absence (ou la présence) de thyroïdite.

Les tests de laboratoire comprennent:

  • numération globulaire complète;
  • immunogramme;
  • déterminer le niveau d'hormone stimulant la thyroïde dans le sérum;
  • biopsie à l'aiguille fine;
  • Échographie de la glande thyroïde;

Après un examen diagnostique complet, un spécialiste peut confirmer la présence de la maladie et prescrire un traitement individuel. Notez que vous ne devez pas essayer de vous débarrasser de la pathologie par vous-même, car les conséquences peuvent ne pas être les plus agréables.

Un traitement mal choisi peut nuire à l'état de santé général et la maladie continuera à évoluer dans l'intervalle.

Traitement de la thyroïdite chez l'adulte

Le traitement de la thyroïdite doit être effectué uniquement selon les directives et sous la surveillance d'un endocrinologue, car l'automédication peut aggraver l'état du patient. Selon le type de traitement, il est dirigé vers l'un ou l'autre facteur contribuant au développement de la thyroïdite (thérapie étiologique et pathologique), ainsi qu'à la correction du fond hormonal survenu au cours de la maladie sous-jacente.

Dans les formes bénignes de thyroïdite, il est possible de se limiter à l'observation d'un endocrinologue, à la nomination d'anti-inflammatoires non stéroïdiens pour le soulagement de la douleur et à la thérapie symptomatique. Dans les cas d’inflammation diffuse grave, des hormones stéroïdiennes sont utilisées (prednisone avec diminution progressive de la dose).

  • Thyroïdite aiguë. Dans ce cas, la thérapie est réalisée avec l'utilisation d'antibiotiques, ainsi que de médicaments centrés sur le traitement des symptômes associés. De plus, les vitamines (groupes B et C) sont prescrites. Le développement d'un abcès implique la nécessité d'une intervention chirurgicale.
  • Subaiguë. Pour le traitement de cette forme de maladie, la thérapie implique l’utilisation de médicaments hormonaux. Les symptômes de l'hyperthyroïdie, respectivement, nécessitent la nomination de médicaments pour son traitement séparé en association avec la maladie.
  • Thyroïdite auto-immune chronique. Ici, le traitement est généralement axé sur l'utilisation de médicaments, alors qu'une augmentation significative de la taille de la glande thyroïde nécessite une intervention chirurgicale.

Les indications pour le traitement chirurgical de la thyroïdite auto-immune sont:

  • une combinaison de thyroïdite auto-immune avec un processus néoplasique;
  • grosses tailles de goitre avec signes de pincement du cou;
  • absence d'effet du traitement conservateur pendant 6 mois,
  • augmentation progressive du goitre.

En l'absence de changements significatifs au niveau du système endocrinien, les patients atteints de thyroïdite ont besoin d'une surveillance dynamique par un médecin pour pouvoir diagnostiquer rapidement les complications possibles de la maladie et les traiter immédiatement (il s'agit généralement d'hypothyroïdie).

Ainsi, la principale chose à retenir pour éviter des conséquences négatives sur la glande thyroïde est la nécessité de consulter rapidement un médecin. Si cela n'est pas fait, cela peut avoir de graves conséquences négatives, notamment une ingestion prolongée de médicaments hormonaux. Avec une détection rapide de la thyroïdite, la probabilité de guérison est élevée.

Remèdes populaires

Avant d'utiliser des remèdes populaires, assurez-vous de consulter votre médecin endocrinologue.

  1. Compresse sur la glande thyroïde. Dans 200 g d'absinthe sèche, versez 200 g de saindoux de porc chaud, insistez pendant 20 minutes, mettez-le au chaud la nuit. Utilisation quotidienne recommandée pendant 14 jours. Les compresses sont efficaces pour la thyroïdite chronique.
  2. Les feuilles de saule (fraîches) sont versées dans quatre litres d'eau et cuites à ébullition jusqu'à la formation d'un liquide brun crémeux. Le bouillon est refroidi, puis appliqué tous les soirs, appliqué sur le cou, enroulé autour d'un film et restant jusqu'au matin.
  3. Pour réduire la douleur lorsque la thyroïdite aide un cocktail de légumes spécial, pour cela, vous aurez besoin de mélanger le jus de pommes de terre, de carottes et de betteraves, vous devez le boire à raison de 0,5 litre par jour.

Pour la préparation des teintures, vous devez prendre des herbes de différents groupes, qui sont créées en fonction des propriétés. Et ainsi, les charges doivent être formées à partir d'herbes qui:

  • ils régulent le travail de la glande thyroïde (au nombre de ceux-ci: aubépine, cornemuse, cafard, agripaume, ajonc et zyuznik);
  • avoir des capacités antitumorales: sauge, guimauve, affluent, chélidoine, kirkazon, gui blanc;
  • processus auto-immuns lents: fleurs de calendula, millepertuis, bruyère, potentille blanche;
  • réguler les processus immunitaires dans le corps: fraises, ortie, feuille de noyer, lentilles d’eau, tops, et la récolte de racine de betterave elle-même.

Prévisions

Le traitement précoce de la thyroïdite aiguë se termine par la guérison complète du patient en 1,5 à 2 mois. Rarement, après une thyroïdite purulente, une hypothyroïdie persistante peut se développer. La thérapie active de la forme subaiguë vous permet de guérir en 2-3 mois.

Les formes subaiguës lancées peuvent survenir jusqu'à 2 ans et devenir chroniques. La thyroïdite fibreuse est caractérisée par une progression pérenne et le développement de l'hypothyroïdie.

Prévention

Il n'y a pas de mesures préventives spécifiques pour prévenir le développement de la thyroïdite. Mais la prévention joue un rôle important à cet égard:

  • les maladies virales et infectieuses, qui impliquent la prise de vitamines, le durcissement, une alimentation saine et l’élimination des mauvaises habitudes.
  • Il est également nécessaire de procéder rapidement à la réhabilitation des foyers d’infections chroniques: traitement des otites moyennes, des caries, de la pneumonie, des antrites, des amygdalites, etc.

La thyroïdite de la glande thyroïde, comme toute autre maladie, nécessite une assistance médicale. Par conséquent, dès les premiers symptômes, assurez-vous de contacter un endocrinologue. Prenez soin de vous et de votre santé!

Thyroïdite - pourquoi une inflammation s'est produite

La thyroïdite est un état pathologique caractérisé par la présence de processus inflammatoires dans les tissus de la glande thyroïde.

Les facteurs provoquant l'apparition de la maladie abondent, mais il existe une particularité inhérente à toute thyroïdite: l'inflammation, le fait de «s'attaquer» au tissu thyroïdien.

Une image symptomatique avec une pathologie endocrinienne similaire a des signes évidents:

  • douleur systématique au cou
  • se sentir pressé
  • avaler c'est avoir du mal
  • voix enrouée
  • augmentation significative de la température

Fondamentalement, ils classifient plusieurs types de thyroïdite, dans lesquels certaines caractéristiques du mécanisme de développement, ainsi que des signes de manifestation clinique, diffèrent. Ainsi, dans une maladie, on distingue les formes suivantes:

Nous discuterons plus en détail de chacune des espèces susmentionnées.

Si la totalité de la surface de la glande thyroïde est recouverte de manière homogène par une inflammation, cette affection s'appelle strumite.

Thyroïdite aiguë

Cette espèce se présente sous différentes formes: avec présence de pus ou absence. De plus, la défaite de la glande peut être complète et partielle.

L'infection bactérienne est la raison pour laquelle on observe une inflammation purulente des tissus. La liste des micro-organismes pathogènes directement liés à l'apparition d'une thyroïdite aiguë est longue, mais le rôle principal dans cet effet néfaste appartient à E. coli, S. aureus, streptocoque pyogénique.

Amygdalite, pneumopathie - maladies pour lesquelles plusieurs conditions préalables sont créées pour le développement de la forme aiguë de la thyroïdite purulente.

Les microbes pénétrant dans les nœuds du goitre existant provoquent une inflammation des tissus de la glande thyroïde, avec formation de foyers purulents.

Les symptômes de la maladie sont les suivants:

  • avaler est difficile
  • température élevée
  • il y a une douleur extrêmement forte dans le cou
  • la taille de la glande et des ganglions lymphatiques adjacents augmente considérablement

Le repos au lit est une condition préalable au traitement de la thyroïdite. Parmi les prescriptions médicales figurent des antibiotiques, des analgésiques et des anti-inflammatoires.

En outre, prescrire la réception des complexes vitaminiques correspondants (B, C).

Pour prévenir l’intoxication de l’organisme, on administre en parallèle des solutions salines intraveineuses.

Recommandé consommation de liquide abondante.

Lorsque la cause de l'apparition dans la glande d'un foyer suppuratif aigu est un kyste du canal païen-thyroïdien, elle est soumise à une procédure de drainage.

En l'absence de diagnostic rapide de la pathologie, la propagation de l'infection, accompagnée de l'apparition d'abcès. Symptômes inhérents:

  • gonflement
  • douleur perceptible
  • sur la glande thyroïde, il y a une rougeur de la peau

Ne pas prendre des mesures rapides pour enlever l'abcès, menace de faire pus dans la trachée. Intervention chirurgicale requise.

Une forme lucide de thyroïdite aiguë est plus facilement tolérée par les patients, souvent à la suite de certaines infections virales. Dans cette situation, l'agressivité de la douleur n'est pas si importante, cependant, il existe un «état fébrile» et tous les signes qui l'accompagnent.

Pendant le traitement, les corticostéroïdes sont utilisés, par exemple la prednisone. Les antibiotiques n’aident pas les maladies virales.

Thyroïdite subaiguë

Dans ce cas, l'inflammation est une conséquence d'infections virales transférées précédemment. Se produit chez les femmes dont l'âge a dépassé cinquante ans.

L'effet destructeur du virus sur les cellules de la glande favorise la pénétration d'une grande quantité d'hormones thyroïdiennes dans le sang.

Voici une liste des symptômes les plus évidents pour ce type de pathologie:

  • douleur intense à l'avant du cou
  • les poches apparaissent
  • la douleur peut être donnée dans les oreilles, la mâchoire inférieure et même à l'arrière de la tête
  • la douleur «court» partout (en tournant la tête)
  • la mastication fait mal, la déglutition est extrêmement difficile
  • la glande augmente partiellement ou complètement
  • santé de la peau au-dessus de la glande, extrêmement loin d’être idéale - il fait mal au toucher, rougit, devient «brûlant»

En plus de ce qui précède, des symptômes locaux, bien sûr, nous ne devrions pas oublier les signes courants d’une maladie virale:

  • mal de tête
  • affaiblissement du corps
  • augmentation significative de la température
  • Articulations

Il existe une forte probabilité de développer une thyrotoxicose, avec les symptômes associés:

  • essoufflement grave
  • perte de poids
  • des frissons
  • tremblement des doigts
  • soif constante
  • des changements émotionnels sont possibles (agitation, agitation, agressivité)

Des niveaux élevés d'hormones - nuisent aux «réserves de calcium» dans le tissu osseux, elles sont réduites. En conséquence, les risques d'ostéoporose et de fractures augmentent.

Diagnostiquer un type similaire d'inflammation de la glande par échographie, ainsi que le test de Krajl (la prednisone est injectée, ce qui permet de mieux contrôler le bien-être du patient). Lorsque le traitement est utilisé glucocorticoïdes.

Thyroïdite fibreuse

La fibrose thyroïdienne, avec le développement de l'hypothyroïdie, est diagnostiquée chez les femmes dont l'âge a dépassé la barre des cinquante ans. Pour ce type de thyroïdite se caractérise par une prolifération importante de tissu conjonctif.

Les raisons finales provoquant l'apparition du goitre de Riedel (nom secondaire de la maladie) n'ont pas encore été identifiées. Il est suggéré que des maladies infectieuses soient impliquées dans le développement de la pathologie. Personnes souffrant de:

  • le diabète
  • Maladie grave
  • maladies auto-immunes
  • manifestations allergiques
  • ayant un goitre endémique

À risque, femmes âgées de plus de quarante ans ayant déjà subi une intervention chirurgicale.

Symptômes fibreux

La maladie progresse extrêmement lentement, détruisant progressivement la glande thyroïde. Le principal danger ici est que ce n’est pas toujours opportun, il est possible de diagnostiquer la présence de la maladie. La principale difficulté réside dans l'absence d'un patient, pendant longtemps, de plaintes tangibles à propos de l'état.

Les symptômes primaires sont caractérisés par la survenue de problèmes lors de la déglutition. On a le sentiment d'une "boule" coincée dans la gorge.

À l'avenir, à mesure que la maladie se retournera, la liste des signes symptomatiques s'élargira de manière significative:

  • il y a des problèmes de respiration
  • difficile de parler
  • devenir des cas systématiques quand, au cours d'un repas, une personne s'étouffe
  • le fer lui-même s'avère être considérablement augmenté, et loin d'être uniforme
  • sa densité augmente, il devient inactif
  • acouphènes
  • maux de tête
  • enrouement
  • la vision se détériore
  • sensation de compression

Le diagnostic du problème est réalisé au moyen d'une échographie de la glande thyroïde, qui montre clairement la présence d'abcès diffus ou d'agrandissement focal.

Le traitement est effectué par des anti-inflammatoires non stéroïdiens.

Avec la nature diffuse de l'inflammation en utilisant des hormones stéroïdes.

La présence d'un syndrome de compression, avec des signes caractéristiques de compression des structures du cou, constitue un argument puissant en faveur d'une intervention chirurgicale.

L’hypothyroïdie est susceptible de se développer avec la forme fibreuse de la maladie, avec une progression de la maladie sur plusieurs années.

Thyroïdite auto-immune

Une telle pathologie endocrinienne est considérée comme une défaillance cardinale du système immunitaire. Le nom s’explique par le fait que l’immunité «enchevêtrée» commence à se battre avec les cellules natives et saines du corps.

Les actions de l'immunité sont dirigées contre les tissus de la glande thyroïde. Les conséquences tristes d'une telle activité négative sont:

  • goitre nodulaire - visible à l'œil nu, épaississement du cou
  • hypothyroïdie - la thyroïde «produit» une quantité insuffisante d'hormones contrôlant le poids et les processus métaboliques du corps

La forme auto-immune est assez courante, la plupart des femmes âgées de quarante ans au moins risquent de tomber malades. Les facteurs provoquant l'apparition de la maladie peuvent être fondamentalement divisés en deux groupes principaux:

Les facteurs internes - sont divisés en héréditaire, prédisposant. En ce qui concerne ces derniers, ils incluent le maintien de l'équilibre endocrinien dans le corps, pendant les périodes vitales telles que l'adolescence, la grossesse, l'accouchement et la vieillesse.

Les causes externes ont de multiples facettes, car outre le «standard» (mauvaise écologie, utilisation de produits chimiques en agriculture) affectant négativement le système immunitaire, il existe d'autres circonstances provoquantes.

Celles-ci incluent: l'utilisation prolongée et incontrôlée d'iode élevé, les effets des radiations (même à petites doses), les infections.

En outre, la maladie accompagne d'autres maladies de la thyroïde, telles que le goitre endémique.

Symptômes auto-immuns

Souvent, le tableau clinique est extrêmement similaire à la thyroïdite normale:

  • le fer a augmenté de taille
  • difficile à avaler
  • douleur à l'avant du cou, sensation de constriction

La livraison complète des tests, une liste complète des examens nécessaires aideront l’endocrinologue à diagnostiquer le problème de manière rapide et précise, et à écrire les rendez-vous appropriés.

Le traitement de la thyroïdite auto-immune comprend deux domaines principaux:

  • traitement avec des médicaments contenant des hormones thyroïdiennes, par exemple, la L-thyroxine
  • agents immunomodulateurs

Les personnes âgées devraient, pendant le traitement, porter une attention particulière à la performance du muscle cardiaque, car des effets indésirables sont susceptibles de se produire, sous la forme de sensations douloureuses perceptibles derrière le sternum.

La liste des effets secondaires causés par la prise de médicaments est complétée par l’apparition possible de sentiments d’anxiété, l’apparition d’une fatigue chronique, une fatigue accrue, une peur déraisonnable.

La phytothérapie doit être considérée uniquement comme un agent fortifiant auxiliaire. Après consultation, il est permis d'utiliser certaines recettes populaires. Par exemple, voici l'un d'entre eux.

Hacher soigneusement les brindilles de cerises, puis la matière première obtenue (100 gr.). Avec les têtes gonflées, verser de l'eau (400 ml). On fait bouillir pendant une demi-heure et on reçoit le bouillon d'art résultant. l (1) avant de manger.

Alors, pour conclure la conversation sur le goitre Hashimoto, nous notons que sa présence est indiquée par les caractéristiques clés suivantes:

  • fonction de la glande altérée
  • teneur élevée en anticorps
  • Hétérogénéité de la glande thyroïde

Fondamentalement traité de deux manières: médicalement, chirurgicalement. Les conditions sous-jacentes sont l'étape du processus auto-immunitaire, le degré d'endommagement de la glande thyroïde.

Si l'augmentation est insignifiante et n'affecte en rien la «qualité de vie» du patient, celui-ci n'est observé que chez l'endocrinologue. Il est fortement recommandé, avec une fréquence d'une fois par trimestre, de réussir les tests appropriés. Cela permettra en temps voulu, en cas de dégradation de la fonction, d'intervenir en effectuant un traitement substitutif, ce qui imitera l'action de la glande thyroïde.

Avec une légère diminution de la fonction, prescrire les médicaments hormonaux nécessaires. Enfin, en présence de grands assemblages, de tailles supérieures à 3 cm, l'intervention du chirurgien est bien entendu nécessaire.

Vous devriez certainement parler d'autres types de thyroïdite, moins «courants»:

  1. Post-partum - pertinent pour plusieurs femmes enceintes (3 à 4%). Après l'accouchement, l'activité de l'immunité diminue pendant la grossesse. Il y a des processus auto-immuns. Le tissu glandulaire est détruit par l'inflammation, le sang est rempli d'une bonne quantité d'hormones thyroïdiennes. Deux mois après l'accouchement, ça passe. Cela n’affecte presque pas l’état de santé, bien que certains moments négatifs puissent être observés: pouls rapide, variabilité de l’humeur, perte de poids, transpiration accrue.
  2. Asymptomatique - une légère augmentation de la taille de la glande. Au fil du temps, l'inflammation disparaît mais des rechutes se produisent systématiquement. Les causes affectant l'origine ne sont pas encore connues.

En conclusion, nous notons que la thyroïdite nécessite un ajustement difficile du régime alimentaire quotidien, dans le sens d’une augmentation significative de la part des produits de la mer. Il est recommandé d'augmenter: chou marin, algues, poisson, calmar, sel iodé (modérément). Toutes les manipulations alimentaires, il est souhaitable de coordonner avec l'endocrinologue.

En temps opportun, soyez intéressé par la santé, au revoir.

Symptômes de la thyroïdite auto-immune. Est-ce dangereux?

Parfois, notre immunité essaie trop et commence à produire des anticorps contre notre propre corps. Dans ce cas, les soi-disant maladies auto-immunes se développent. L'une d'entre elles est la thyroïdite auto-immune. Cette maladie de la glande thyroïde se transforme souvent en une forme chronique. Les symptômes de la thyroïdite auto-immune ne peuvent pas être prononcés, mais peuvent ressembler aux symptômes d'autres maladies, de sorte que le diagnostic n'est pas toujours établi à temps.

Quels sont les symptômes de la thyroïdite auto-immune?

Les premiers signes de la glande thyroïde sont des sensations désagréables dans le cou, une bosse dans la gorge ou une pression qui peut être ressentie. Si la glande est palpée, il peut y avoir des sensations désagréables ou douloureuses.

En outre, la maladie se développe dans trois scénarios:

  • Euthyroïdie - la quantité d’hormones thyroïdiennes est normale.
  • Hypothyroïdie - quantité réduite d’hormones thyroïdiennes.
  • Hyperthyroïdie - augmentation de la production d'hormones.

Dans l'euthyroïdisme, les symptômes de la thyroïdite auto-immune chronique peuvent être absents pendant une longue période, voire au cours de l'évolution de la maladie. Dans ce cas, il ne peut y avoir aucune manifestation autre qu'une hypertrophie de la glande thyroïde.

Les signes de thyroïdite auto-immune avec augmentation de la production d'hormones, l'hyperthyroïdie, sont dus à leur effet toxique. Les tissus glandulaires endommagés sécrètent non seulement des hormones dans le sang, mais également d'autres produits de décomposition.

Patients observés:

  • Transpiration
  • Palpitations,
  • Doigts tremblants
  • Hypertension artérielle
  • Troubles de la mémoire, attention réduite
  • Fatigue accrue
  • Changements d'humeur fréquents avec un arrière-plan général faible.

L'hypothyroïdie provoque des symptômes de la glande thyroïde, tels qu'une peau sèche, des ongles et des cheveux cassants, les mouvements et la parole peuvent être lents. Troubles observés de l'estomac, des intestins (gastrite, constipation), du système cardiovasculaire (insuffisance cardiaque, essoufflement, ralentissement du rythme cardiaque). Les violations dans la sphère sexuelle entraînent des problèmes de cycle menstruel chez les femmes (jusqu'à la cessation de la menstruation), une diminution du désir sexuel chez les hommes.

S'il y a au moins certains symptômes de thyroïdite auto-immune et des facteurs de risque (maladies auto-immunes héréditaires, etc.), vous devriez consulter un endocrinologue pour un examen de cette maladie. Pas besoin de retarder une visite chez le médecin, car la glande thyroïde fournit le travail de presque tous les systèmes du corps.

Qu'est-ce que la thyroïdite auto-immune?

La thyroïdite auto-immune (asthme thyroïdien) se produit en présence de facteurs indésirables. Les facteurs indésirables provoquent l'activation de l'un des types de lymphocytes. Ces cellules et commencent le processus de formation d'anticorps contre les cellules thyroïdiennes.

Les cellules endommagées sécrètent des hormones dans le sang et détruisent des parties de la cellule, ce qui provoque à nouveau la formation d'anticorps. Il en résulte un cercle vicieux, qui peut entraîner des désordres systémiques dans le corps.

Causes de la thyroïdite auto-immune:

  • Prédisposition génétique
  • La présence de foyers d'infection chronique (dans la gorge, les sinus, les dents carieuses),
  • Longue consommation incontrôlée de médicaments contenant de l'iode,
  • Exposition aux radiations,
  • Certains facteurs environnementaux, tels que l'eau avec un excès d'iode, de chlore ou de fluor.
  • Fort stress.

Qui est malade avec la thyroïdite auto-immune?

Le plus souvent, la partie féminine de la population souffre (10 fois plus souvent que l'homme) à l'âge de 30-50 ans. Dans certaines localités, l'indicateur du nombre de femmes atteintes de cette maladie atteint 85%. Les enfants souffrent rarement de cette maladie, mais la thyroïdite auto-immune chez les adolescents devient de plus en plus courante.

S'il n'a pas provoqué d'hypothyroïdie (réduisant la production d'hormone thyroïdienne), il n'y a généralement pas de conséquences graves. Sinon, un traitement est nécessaire, ce qui donne souvent de bons résultats. Si vous n'agissez pas, l'adolescent peut commencer à prendre du retard dans son développement, tant mental que physique par rapport à ses pairs.

Thyroïdite

La thyroïdite est un processus inflammatoire qui se produit dans la glande thyroïde. Cette maladie a plusieurs formes différentes, dans lesquelles l'étiologie et la pathogenèse sont différentes, cependant, l'inflammation est une composante essentielle de chaque maladie.

Cependant, une certaine similitude dans les symptômes de ce groupe de maladies crée dans certains cas un certain nombre de difficultés pour le diagnostic différentiel.

Thyroïdite auto-immune

La thyroïdite auto-immune chronique (une autre appellation est la thyroïdite lymphomateuse) est une maladie inflammatoire de la glande thyroïde, de nature auto-immune. Dans le processus de cette maladie dans le corps humain, la formation d'anticorps et de lymphocytes, qui endommagent les propres cellules de la glande thyroïde. Dans le même temps, dans un état normal, la production d'anticorps dans le corps se produit sur des substances étrangères.

En règle générale, les symptômes de la thyroïdite auto-immune apparaissent chez les personnes âgées de 40 à 50 ans, les femmes souffrant de cette maladie environ dix fois plus souvent. Cependant, au cours des dernières années, de plus en plus de cas de thyroïdite auto-immune ont été enregistrés chez les jeunes et les enfants.

Causes de la thyroïdite auto-immune

La nature de la thyroïdite lymphomateuse auto-immune est héréditaire. Selon des études, on diagnostique souvent le diabète sucré et diverses maladies de la thyroïde chez les proches des patients atteints de thyroïdite auto-immune. Cependant, pour que le facteur héréditaire devienne décisif, il faut une influence et d’autres moments défavorables. Il peut s'agir de maladies virales respiratoires, de foyers d'infection chroniques au niveau des sinus, des amygdales et des dents atteintes de carie.

En outre, contribuer au développement de cette maladie peut être un traitement prolongé avec des médicaments contenant de l'iode, les effets des radiations. Lorsque le corps est affecté par l'un de ces moments provocateurs, l'activité des clones de lymphocytes augmente. En conséquence, la production d'anticorps dirigés contre leurs cellules commence. En conséquence, tous ces processus entraînent des dommages aux thyrocytes - les cellules de la glande thyroïde. Ensuite, tout le contenu des follicules pénètre dans le sang du patient à partir des cellules endommagées de la glande thyroïde. Cela stimule l'apparition ultérieure d'anticorps dirigés contre les cellules de la glande thyroïde et le processus se déroule ensuite de manière cyclique.

Symptômes de la thyroïdite auto-immune

Il arrive souvent que l'évolution de la thyroïdite auto-immune chronique se produise sans manifestations cliniques marquées. Cependant, en tant que premiers signes de la maladie, les patients peuvent remarquer l’apparition d’une gêne dans la région de la glande thyroïde. Une personne ressent en avalant une sensation de coma dans la gorge, ainsi qu'une certaine pression dans la gorge. Dans certains cas, en tant que symptômes de la thyroïdite auto-immune, des douleurs peu sévères surviennent près de la glande thyroïde, et parfois elles ne se font sentir que pendant son examen. En outre, une personne ressent une légère faiblesse, une douleur désagréable dans les articulations.

Parfois, en raison d'une libération trop importante d'hormones dans le sang, provoquée par des lésions des cellules de la glande thyroïde, le patient peut développer une hyperthyroïdie. Dans ce cas, les patients se plaignent d'une variété de symptômes. Chez l'homme, les doigts des mains peuvent trembler, le rythme cardiaque augmente, la transpiration augmente, la pression artérielle augmente. Le plus souvent, l'hyperthyroïdie survient au début de la maladie. En outre, la glande thyroïde peut fonctionner normalement ou sa fonction sera partiellement réduite (l’hypothyroïdie se manifeste). Le degré d'hypothyroïdie augmente sous l'influence de conditions défavorables.

Selon la taille de la glande thyroïde du patient et le tableau clinique général, la thyroïdite auto-immune est généralement divisée en deux formes. Dans la forme atrophique de la thyroïdite auto-immune, la glande thyroïde ne se développe pas. Les manifestations de cette forme de la maladie sont le plus souvent diagnostiquées chez les patients âgés, ainsi que chez les jeunes exposés aux rayonnements. En règle générale, ce type de thyroïdite se caractérise par une diminution de la fonction thyroïdienne.

Dans la forme hypertrophique de la thyroïdite auto-immune, on observe toujours un élargissement de la glande thyroïde. Une augmentation de la glande peut se produire uniformément dans tout le volume (dans ce cas, il existe une forme hypertrophique diffuse) ou des nœuds apparaissent sur la glande thyroïde (il existe une forme nodulaire). Dans certains cas, les formes nodale et diffuse de la maladie sont combinées. Dans la forme hypertrophique de la thyroïdite auto-immune, la manifestation d’une thyréotoxicose est possible au stade initial de la maladie, mais la fonction thyroïdienne est généralement normale ou diminuée.

Autres formes de thyroïdite

La thyroïdite subaiguë est une maladie thyroïdienne de type viral, qui s'accompagne du processus de destruction des cellules thyroïdiennes. La thyroïdite subaiguë se manifeste environ deux semaines après l’infection virale respiratoire aiguë. Cela peut être la grippe, les oreillons, la rougeole et autres maux. Il est également admis que la cause de la thyroïdite subaiguë peut également être provoquée par une maladie des griffes du chat.

Habituellement, lors d’une thyroïdite subaiguë, un certain nombre de symptômes courants apparaissent. Une personne peut avoir mal à la tête, ressentir un inconfort général, de la fatigue, des courbatures, une faiblesse. La température peut augmenter, des frissons apparaissent. Sur la base de tous ces symptômes, le patient a considérablement réduit son efficacité. Cependant, tous ces symptômes sont non spécifiques et peuvent donc être observés dans n'importe quelle maladie infectieuse.

Avec la thyroïdite subaiguë, il existe également des symptômes de nature locale directement associés aux lésions de la glande thyroïde. Il y a inflammation de la glande, étirement et gonflement des capsules. La patiente se plaint d'une douleur intense dans la région de la glande, qui devient encore plus forte au cours de la palpation. Souvent, le moindre contact sur la peau de la glande apporte une sensation très désagréable à une personne. Parfois, la douleur cesse, se propage à l'oreille, à la mâchoire inférieure et parfois à l'arrière de la tête. Au cours de l'examen, le spécialiste constate généralement la haute sensibilité de la glande thyroïde, la présence de signes d'hyperthyroïdie faibles.

De nos jours, une thyroïdite asymptomatique survient assez souvent, du fait de l'absence de symptômes d'un processus inflammatoire de la thyroïde chez le patient.

Jusqu'à présent, les causes exactes qui entraînent la manifestation d'une thyroïdite asymptomatique chez une personne n'ont pas été établies. Mais grâce à la recherche, il a été établi qu’un certain facteur auto-immunitaire joue un rôle de premier plan dans la manifestation de la maladie. En outre, selon les statistiques, cette maladie est très souvent observée chez les femmes en post-partum.

Cette maladie se caractérise par un léger élargissement de la glande thyroïde. La douleur est absente, alors qu'il y a une phase d'hyperthyroïdie passagère, qui peut durer plusieurs semaines ou mois. Souvent après cela, le patient présente une hypothyroïdie transitoire, qui rétablit ensuite le statut euthyroïdien.

Les signes de la thyroïdite asymptomatique sont très similaires à ceux de la thyroïdite auto-immune. La seule exception dans ce cas est le fait que, en règle générale, la glande est restaurée et que le traitement par hormone thyroïdienne se poursuit pendant une période relativement brève - plusieurs semaines. Mais en même temps, des récidives fréquentes de la maladie sont possibles.

Diagnostic de thyroïdite

Dans le diagnostic de la thyroïdite auto-immune, le spécialiste attire tout d'abord l'attention sur l'étude de l'historique de la maladie ainsi que sur le tableau clinique caractéristique. Le diagnostic de thyroïdite auto-immune est facilement confirmé par la détection d’un taux élevé d’anticorps agissant contre les protéines thyroïdiennes lors d’un test sanguin.

Les analyses de sang dans le sang entraînent également une augmentation du nombre de lymphocytes et une diminution générale du nombre de leucocytes. Lorsqu'un patient présente un stade d'hyperthyroïdie, une augmentation du taux d'hormones thyroïdiennes se produit dans le sang. Lorsque la fonction de la glande diminue, moins d'hormones sont observées dans le sang, mais le taux d'hormone pituitaire thyrotropine augmente également. Lors du diagnostic, une attention particulière est également accordée à la modification de l'immunogramme. Le spécialiste prescrit également une échographie dans laquelle on peut détecter une hypertrophie de la thyroïde et, dans le cas d’une forme nodulaire de thyroïdite, une inégalité. De plus, un comportement de biopsie est attribué, dans lequel les cellules caractéristiques de la maladie de la thyroïdite auto-immune lymphomateuse sont sécrétées.

La thyroïdite subaiguë est importante pour différencier la pharyngite aiguë, la thyroïdite purulente, un kyste du cou infecté, la thyrotoxicose, le cancer de la thyroïde, une hémorragie du goitre nodulaire, la thyroïdite auto-immune et la lymphadénite locale.

Traitement de la thyroïdite

Le traitement de la thyroïdite auto-immune est effectué à l'aide d'un traitement médicamenteux. Cependant, jusqu'à présent, il n'y avait pas de traitement spécifique pour cette maladie. En outre, aucune méthode n'a été développée qui affecte efficacement le processus auto-immun et empêche la progression de la thyroïdite auto-immune en hypothyroïdie. Si la fonction de la glande thyroïde est augmentée, le médecin traitant prescrit des agents thyréostatiques (mercazole, tiamazole), ainsi que des bêta-bloquants. L'utilisation d'anti-inflammatoires non stéroïdiens réduit la production d'anticorps. Dans ce cas, les patients sont souvent prescrits des médicaments metindol, indomethacin, voltaren.

Dans le processus de traitement complexe de la thyroïdite auto-immune, des complexes vitaminiques, des adaptogènes et des moyens de correction de l'immunité sont également utilisés.

Si la fonction de la glande thyroïde est réduite, l'administration d'hormones synthétiques de la thyroïde est prescrite pour le traitement. En raison de la lente progression de la maladie, la prescription opportune d'un traitement aide à ralentir considérablement le processus et, à l'avenir, le traitement aide à obtenir une rémission à long terme.

La nomination d'une hormone thyroïdienne est recommandée pour plusieurs raisons. Ce médicament inhibe efficacement la production d'hormone stimulant la thyroïde par l'hypophyse, réduisant ainsi le goitre. De plus, sa réception aide à prévenir la manifestation d’une insuffisance thyroïdienne et d’une diminution du taux d’hormones thyroïdiennes. Le médicament neutralise également les lymphocytes sanguins, provoquant des lésions et la destruction de la glande thyroïde. Le médecin prescrit la dose du médicament individuellement. La thyroïdite auto-immune avec cette hormone est traitée à vie.

Dans la thyroïdite subaiguë, on utilise un traitement aux glucocorticoïdes, qui contribue à éliminer le processus inflammatoire et, par conséquent, la douleur et l'œdème. Également utilisé des médicaments stéroïdes, en particulier la prednisone. La durée du traitement, le médecin définit individuellement.

Avec l'aide d'anti-inflammatoires non stéroïdiens, le degré d'inflammation de la glande thyroïde peut être réduit et un effet immunosuppresseur peut être obtenu. Mais ces médicaments ne sont efficaces que dans le cas de la forme bénigne de la thyroïdite subaiguë. Le plus souvent, avec la bonne approche du traitement, le patient est guéri en quelques jours. Mais il arrive que la maladie dure plus longtemps, ainsi que ses rechutes.

Dans le traitement de la thyroïdite asymptomatique, il est tenu compte du fait que la maladie passe souvent spontanément. Par conséquent, le traitement de cette maladie est effectué exclusivement à l'aide d'un blocage des récepteurs β-adrénergiques par le propranolol. La chirurgie et la radiothérapie ne sont pas autorisées.

S'il y a des signes, votre médecin vous prescrira une intervention chirurgicale appelée thyroïdectomie. L'opération est inévitable dans le cas d'une combinaison de thyroïdite auto-immune et d'un processus néoplasique; goitre de grande taille, qui serre les organes du cou ou augmente progressivement le goitre; absence d'effet du traitement conservateur pendant six mois; la présence de thyroïdite fibreuse.

Il existe également des traitements populaires pour la thyroïdite. Lorsque cette maladie est recommandée, l'utilisation externe de perfusion d'alcool de pommes de pin - avec son aide est frotter. Il existe également une méthode de traitement du jus selon laquelle chaque jour il est nécessaire de prendre du jus de betterave et des carottes, du jus de citron.

Prévention de la thyroïdite

Il est aujourd'hui impossible de prévenir la manifestation d'une thyroïdite aiguë ou subaiguë à l'aide de mesures préventives spécifiques. Mais les experts conseillent de suivre les règles générales qui permettent d’éviter un certain nombre de maladies. Il est important de durcir régulièrement, dans le temps, la thérapie des maladies des oreilles, de la gorge, du nez, des dents et l'utilisation d'une quantité suffisante de vitamines. Une personne qui a eu des cas de thyroïdite auto-immune dans la famille devrait être très attentive à sa propre santé et consulter un médecin au premier soupçon.

Pour éviter la récurrence de la maladie, il est important de suivre très attentivement toutes les instructions du médecin.

Vous Pouvez, Comme Pro Hormones