La grossesse survenue à l'origine d'une thyrotoxicose est un phénomène assez exceptionnel, il est assez rare - il n'y a que 1 ou 2 cas pour 1 000 grossesses.

En règle générale, dans tous ces cas, l'association de la thyréotoxicose avec un goitre toxique diffus est surveillée.

Le diagnostic de thyrotoxicose ne peut devenir une indication absolue de l'avortement provoqué, car cette maladie peut aujourd'hui être traitée avec succès et en toute sécurité par des médicaments.

Les mesures thérapeutiques, quant à elles, jouent un rôle important pendant la grossesse, car la thyrotoxicose est dangereuse tant pour la santé de la future mère que pour son enfant.

Caractéristiques de la grossesse se produisant sur le fond de la thyrotoxicose

Une femme enceinte atteinte de thyrotoxicose peut présenter les complications suivantes:

  • avortement spontané;
  • pathologie du coeur;
  • hypertension artérielle;
  • décollement précoce du placenta;
  • prééclampsie;
  • faible taux d'hémoglobine;
  • accouchement prématuré;
  • crise thyréotoxique.

Chez le fœtus, les problèmes suivants peuvent survenir:

  • malformations;
  • retard de développement intra-utérin - retard de croissance, faible poids corporel;
  • thyréotoxicose fœtale chez le fœtus;
  • thyréotoxicose néonatale chez le nouveau-né;
  • mort fœtale du fœtus.

La thyrotoxicose n'affecte pas la fertilité de la femme, la conception survient en dépit de la maladie, ce qui n'est pas le cas de l'hypothyroïdie.

C'est pourquoi, chez les femmes atteintes de cette maladie, il est important de recourir à des contraceptifs de haute qualité, en particulier pendant le traitement actif.

Dans le même temps, il faut six mois pour confirmer l'innocuité d'une euthériose persistante après le traitement et un an et demi pour confirmer la rémission établie.

Certes, si la patiente prenait J131 (iode radioactive) en thérapie, elle est autorisée à devenir enceinte un an après la fin du traitement.

Si le problème de la thyréotoxicose a été résolu de manière radicale, par une intervention chirurgicale, la question d'une éventuelle grossesse est résolue encore plus rapidement, car le retour de la maladie après résection complète de la glande est impossible.

En règle générale, pendant la période postopératoire, il est montré à tous les patients prenant de la L-thyroxine sous forme d'hormonothérapie substitutive. Après la fin de la prise du médicament, vous pouvez planifier votre grossesse.

L'image symptomatique de la thyrotoxicose, notée pendant la gestation, présente presque tous les mêmes symptômes qui le caractérisent et ce, en dehors de la grossesse.

Il est extrêmement important de faire la distinction entre une thyrotoxicose en développement physiologique, qui peut survenir au début de la grossesse, et une thyréotoxicose vraie et un goitre diffus.

Dans ce cas, ils utilisent une tactique attentiste: la thyréotoxicose physiologique se transmettra d'elle-même sans intervention externe dans quelques semaines.

Le goitre diffus et la thyrotoxicose vraie chez les patientes enceintes sont traités au propyluracile, qui pénètre au minimum dans la barrière placentaire et dans le lait maternel.

Grâce à la pharmacothérapie, il est possible de maintenir la T4 libre dans les limites élevées de la norme, car il est recommandé d’utiliser de petites doses du médicament afin de protéger au maximum le fœtus de son impact négatif.

Recommandations pour les femmes enceintes souffrant de thyrotoxicose

  1. Visitez régulièrement l’endocrinologue.
  2. Déterminer dynamiquement la présence de T4 libre dans le sang.
  3. Il n’est pas nécessaire d’enquêter sur la TSH, car il n’ya pas d’objectif de la ramener à la normale.
  4. Si le T4 est réduit aux limites de la norme, la dose de propyluracile est réduite pour le traitement d'entretien.
  5. Si T4 "tombe" dans les limites inférieures de la norme, le propyluracile est autorisé à annuler temporairement et, si nécessaire, à désigner à nouveau la réception.
  6. Avec le développement de la grossesse, le besoin de médicaments thyréostatiques est réduit, par conséquent, au troisième trimestre, ils sont souvent annulés.
  7. Au cours de la période postpartum, la thyrotoxicose provoque souvent une rechute, qui nécessite à nouveau l’administration de propyluracile. À une dose quotidienne de 100 mg, le médicament est sans danger pour le bébé pendant l'allaitement.

Les médicaments sur ordonnance sont recommandés pendant la grossesse et la chirurgie et le traitement par J131 doivent être différés jusqu'à la naissance du bébé.

L’intolérance de la thyréostatique chez la femme constitue une exception. Dans ce cas, le seul moyen de sortir consiste à administrer un traitement chirurgical au patient.

L'opération est généralement planifiée pour le deuxième trimestre et ensuite, à des fins prophylactiques, l'administration de la thyroxine et l'endocrinologue de suivi sont indiqués.

Thyrotoxicose du nouveau-né

Peut survenir comme complication de la grossesse en présence de thyrotoxicose. Cela se produit dans 1% des cas, c'est-à-dire assez rarement.

Si une forte concentration d'anticorps anti-TSH est détectée au troisième trimestre de la mère, il est alors plus probable que la thyréotoxicose néonatale soit détectée chez le nouveau-né après la naissance.

Un enfant atteint de cette maladie présente les symptômes suivants après la naissance:

  • palpitations cardiaques
  • jaunisse
  • goitre,
  • comportement agité.

Dans de rares cas, une thyréotoxicose est détectée chez le fœtus: dans ce cas, une échographie révèle une augmentation du volume glandulaire, un retard de croissance, une activité physique excessive et un rythme cardiaque supérieur à 160 battements par minute.

Dans cette situation, le dosage de propylthiouracile pris par la future mère augmente.

Si, malgré le traitement de la future mère, le nouveau-né est toujours né avec une thyréotoxicose, les jeunes parents et les médecins auront besoin de plus d'attention.

Cependant, il n'est pas nécessaire de créer une tragédie à cet égard - la thyrotoxicose est traitable de nos jours. L'essentiel est de suivre les recommandations du médecin et non de se soigner soi-même.

Thyrotoxicose et grossesse

Thyrotoxicose et grossesse sont une combinaison rare. Ces cas sont enregistrés environ 1 à 2 fois pour 1 000 grossesses. Le plus souvent, l'hyperfonctionnement de la glande thyroïde provoque des modifications diffuses (maladie de Graves).

La perturbation du fond hormonal pendant la gestation peut entraîner l'exacerbation de nombreuses maladies, y compris les maladies associées à la glande thyroïde.

La perturbation du fond hormonal pendant la gestation peut entraîner l'exacerbation de nombreuses maladies, y compris les maladies associées à la glande thyroïde.

Il est très important, en cas de moindre signe de maladie, de contacter immédiatement un endocrinologue, car la décompensation de la thyrotoxicose dans cette situation entraîne des complications très graves et que l'hyperthyroïdie compensée peut disparaître après un certain temps.

Actuellement, la détection d'une telle maladie n'est pas une raison pour l'avortement, car il existe des méthodes pour normaliser la maladie qui sont suffisamment sûres pour un futur bébé.

Dans de tels cas, le traitement est nécessaire, sinon la maladie peut affecter non seulement la santé de la mère, mais également le développement du fœtus et le bien-être futur du nouveau-né.

Qu'est-ce qu'une thyrotoxicose dangereuse pendant la grossesse?

La thyrotoxicose pendant la grossesse peut entraîner les complications suivantes:

  • l'hypertension;
  • prééclampsie;
  • avortement ou travail prématuré;
  • décollement placentaire;
  • développement de l'insuffisance cardiaque;
  • retard de croissance et de développement du fœtus;
  • perte de poids;
  • anomalies congénitales;
  • la naissance d'un enfant mort;
  • diminution de l'hémoglobine;
  • le développement de thyrotoxicosis in utero ou immédiatement après la naissance d'un bébé;
  • crise thyréotoxique.

Thyrotoxicose pendant la grossesse peut provoquer un travail prématuré.

Planification de la grossesse pour la thyrotoxicose

La capacité de concevoir avec la thyréotoxicose est totalement conservée contrairement aux conditions dans lesquelles la thyroïde réduit sa fonction. Par conséquent, la planification d'une grossesse avec un tel diagnostic doit être envisagée.

Vous devriez consulter l’endocrinologue et le gynécologue avant de devenir enceinte. Pendant le traitement, la maladie doit être soigneusement protégée.

Les conditions après le traitement auxquelles vous pouvez concevoir un enfant dépendent de l’état général du corps et de la stabilité de la rémission obtenue. La question de la planification d'une grossesse après la chirurgie est résolue beaucoup plus rapidement. L'élimination complète de la glande thyroïde garantit l'absence d'autres récidives de la maladie. La résolution du problème à l'aide d'une intervention chirurgicale est particulièrement importante si la femme est en âge de procréer et qu'elle n'a pas la possibilité d'attendre.

Pendant le traitement, la maladie doit être soigneusement protégée.

Après la résection, la femme reçoit une mission à vie sous forme de thérapie de remplacement et peut choisir librement le moment de la conception du futur bébé.

Types de maladie

La maladie, pendant et sans grossesse, peut survenir dans les variantes suivantes:

  • Formulaire facile. La fréquence du pouls ne dépasse pas 100 battements par minute, on note l'excitabilité du système nerveux, mais l'efficacité n'en souffre pas. Perte de poids - pas plus de 5 kg.
  • Gravité moyenne. La fréquence cardiaque atteint 120 battements et plus. La perte de poids peut aller jusqu'à 8-10 kg, il y a une transpiration, une diminution de la capacité de travail, un tremblement de la main est perceptible.
  • Forme lourde. Le pouls compte jusqu'à 140 battements / min. La perte de poids atteint 50%, il y a souvent une arythmie, une violation des reins et du foie. La capacité de travailler est complètement perdue.

Il convient de noter que pendant la grossesse, on peut observer certains signes d’hyperfonctionnement léger de la glande, ainsi que sa légère augmentation.

Les hormones thyroïdiennes sont nécessaires à la croissance et au développement du fœtus. Par conséquent, chez certaines femmes, leur concentration augmente de 50%. Cette maladie disparaît généralement au deuxième trimestre. En outre, une production accrue de gonadotrophine chorionique humaine, dont la structure chimique ressemble à celle de la TSH, peut également stimuler le fonctionnement de la glande à la naissance de l'enfant. C'est ce qu'on appelle la toxicose transitoire (ou gestationnelle).

L'élimination complète de la glande thyroïde garantit l'absence d'autres récidives de la maladie.

Les principaux symptômes de la thyrotoxicose chez la femme enceinte

  • Elargissement de la glande thyroïde.
  • Faiblesse, transpiration, perte de poids, augmentation de la fréquence cardiaque.
  • Symptômes oculaires (exophtalmie, rougeur de la conjonctive, larmoiement, gonflement des paupières, altération de la mobilité oculaire).

Le plus souvent, en fin de période, ces symptômes disparaissent jusqu'à la normalisation complète de la maladie. Dans le cas d'une maladie thyroïdienne grave, une goitre et une ophtalmopathie grave peuvent se développer. L'hyperthyroïdie pendant la grossesse peut s'accompagner d'une élévation de la température en nombre subfébrile, ce qui peut être confondu avec une affection subfébrile qui se développe parfois pendant la grossesse. Un signe d’activité accrue de la glande thyroïde chez la femme enceinte peut être un vomissement, mais comme cela se produit également au cours d’une toxicose normale, il serait faux de considérer cela comme un symptôme spécifique.

Après une situation traumatique, une opération, une blessure physique ou après l'accouchement, une situation dangereuse appelée crise thyrotoxique peut se développer. Elle se manifeste par une forte excitation, la survenue d'une perturbation du rythme cardiaque, une désorientation, une augmentation soudaine de la pression et de la température, un jaunissement de la peau et une exophtalmie aiguë.

Caractéristiques du traitement de la thyréotoxicose pendant la grossesse

Comme vous le savez, tous les médicaments ne conviennent pas à une femme en position. Par conséquent, il est préférable d’arrêter la thyrotoxicose pendant la grossesse avec du propylthiouracile, car seul ce médicament passe le moins de la barrière placentaire et pénètre dans le lait maternel. L'objectif de ce type de traitement est de maintenir l'hormone T4 dans la limite supérieure de la valeur normale. Cela réduira considérablement la dose requise du médicament, ce qui affectera positivement la santé du nouveau-né. Au cours du premier trimestre de la grossesse, en présence de symptômes non exprimés de la thyrotoxicose, les médicaments ne sont généralement pas prescrits, mais ils attendent.

Pour soulager les tensions et rétablir le fonctionnement normal du système nerveux, des sédatifs d’origine naturelle sont également prescrits: valériane ou agripaume.

Pour soulager les tensions et rétablir le fonctionnement normal du système nerveux, des sédatifs d’origine naturelle sont également prescrits: valériane ou agripaume. Si nécessaire, entrez un certain nombre de médicaments pour éliminer le syndrome de haute pression et de tachycardie.

Il est très important pour une femme enceinte ayant contracté une thyréotoxicose de consulter un endocrinologue au moins une fois par mois et de vérifier souvent le niveau de T4. Il ne poursuit pas l'objectif de normalisation de la TSH, il est donc inutile de la définir. Lorsque les valeurs de T4 souhaitées sont atteintes, la femme enceinte doit passer à une dose d'entretien de propylthiouracile. En cas de diminution excessive de l'hormone contrôlée, le médicament est annulé et, si nécessaire, nommé de nouveau.

Il convient de noter que la grossesse avec toxicose présente certaines caractéristiques de l'évolution. Par conséquent, très souvent, les effets du médicament au cours du dernier trimestre ne sont plus nécessaires et les indicateurs sont normalisés indépendamment. Après 2-3 mois après la naissance, la maladie peut réapparaître. Toute la période continue à surveiller les niveaux d'hormones et à envisager un éventuel retour au traitement précédent. Il convient de noter que de petites doses de propylthiouracile (jusqu'à 100 mg / jour) n’affectent pas l’état de l’enfant pendant l’allaitement.

Combinaison dangereuse - thyréotoxicose et grossesse

Thyrotoxicose et grossesse est une combinaison rare. Sur 1 000 femmes enceintes, il y a 1 à 2 cas d'association de thyrotoxicose et de grossesse. Presque tous les cas de thyréotoxicose pendant la grossesse sont associés à un goitre toxique diffus (maladie de Graves, maladie de Graves).

La détection de la maladie de Graves n'est pas une indication d'interruption de grossesse, car il existe actuellement des méthodes efficaces et sûres de traitement conservateur. Et le traitement, bien sûr, est nécessaire, car la thyrotoxicose comporte un risque de complications graves pour la mère et le fœtus.

Bonjour chers lecteurs du blog. Dans cet article, vous apprendrez comment ne pas se décourager lorsqu'une maladie grave, telle que la thyrotoxicose, est détectée pendant la grossesse.

Thyrotoxicose et grossesse

Ce sont les complications de la mère:

  • hypertension artérielle
  • prééclampsie
  • décollement placentaire
  • travail prématuré
  • avortements
  • anémie
  • insuffisance cardiaque
  • crise thyréotoxique

Ce sont les complications du fœtus:

  • retard de croissance intra-utérine
  • faible poids fœtal
  • mortinaissance
  • malformations
  • Thyrotoxicose foetale et néonatale

La présence de thyréotoxicose chez une femme ne réduit pas la capacité de concevoir dans la mesure où elle se produit en présence d'hypothyroïdie. Par conséquent, toutes les femmes atteintes de thyréotoxicose doivent en être averties, de même que la nécessité d’une contraception fiable pendant le traitement. Vous pouvez en apprendre plus sur cette maladie dans l'article «Attention! Le goitre toxique diffus est un tueur de coeur. "

Une femme doit savoir qu'après deux ans d'utilisation du médicament et de son annulation ultérieure, attendre au moins six mois pour s'assurer que l'état euthyroïdien est préservé, et encore un an et demi que la rémission est stable. Par conséquent, la grossesse planifiée peut être différée de 2 ans.

Si une femme a été traitée avec J131, une grossesse peut être planifiée dans l’année suivant le traitement.

Plus vite, le problème de la planification est résolu pendant le traitement chirurgical. Au cours de l'opération, la glande thyroïde est complètement retirée et la rechute est tout simplement impossible.

Après l'opération, la femme commence à prendre un traitement substitutif sous forme de L-thyroxine et peut planifier une grossesse le plus tôt possible.

Si une femme est déjà en âge de procréer et qu’elle n’a tout simplement pas le temps d’attendre et qu’elle envisage de recourir à la FIV, une méthode opératoire de traitement est plus appropriée, ce qui vous permet de passer rapidement à la planification de la grossesse.

Les symptômes de thyréotoxicose pendant la grossesse, et en particulier de goitre toxique diffus, ne diffèrent pratiquement pas des symptômes de la maladie de Graves survenue en dehors de la grossesse. Dans cet article, je ne décrirai pas séparément les symptômes de la thyrotoxicose, vous en trouverez un article à part. Également dans l'article «Graves Disease. Que ne peut-on pas faire avec cette maladie? »Fournit des recommandations claires sur le traitement et le mode de vie de cette maladie.

Lors du diagnostic de goitre toxique diffus pendant la grossesse, il est nécessaire de le distinguer de la thyrotoxicose transitoire physiologique (hyperthyroïdie), qui peut apparaître au cours des premières semaines de la grossesse. J'ai déjà décrit cela dans l'article "Thyroid and Pregnancy" et "Norm TSH chez la femme enceinte". Dans le même temps, en utilisant la tactique de l'attente. S'il s'agit d'une thyréotoxicose physiologique, alors elle passe indépendamment au deuxième trimestre et ne nécessite donc pas de traitement.

Le traitement du goitre toxique diffus pendant la grossesse est effectué au propyluracile, car c'est lui qui, dans une moindre mesure, traverse le placenta et passe du sang dans le lait maternel.

Le but du traitement est uniquement de maintenir la T4 libre à la limite supérieure de la norme, car elle nécessiterait des doses de médicament plus faibles que si le médicament était traité intégralement. C'est sans aucun doute le meilleur pour la femme enceinte et le fœtus.

Thyrotoxicose et grossesse: ce qu'il est important de savoir

  1. Ce devrait être une visite mensuelle chez l’endocrinologue.
  2. Il est nécessaire de déterminer le T4 gratuit mensuel
  3. La TSH n’est pas étudiée car elle n’est pas nécessaire car elle n’a pas pour objectif de la normaliser
  4. Après réduction de la T4 libre à la limite supérieure de la norme, la dose de propyluracile est réduite à une dose d'entretien.
  5. Si la T4 libre d'hormones a trop diminué, le propyluracile de T4 libre peut alors être temporairement annulé et, le cas échéant, renommé.
  6. Avec l'augmentation de la durée de la grossesse, le besoin en thyréostatique est réduit et peut être annulé au troisième trimestre.
  7. Après l'accouchement (après 2-3 mois), la thyrotoxicose réapparaît généralement et le propyluracile est à nouveau nécessaire.
  8. Lors de la prise de petites doses (100 mg / jour), l'allaitement est sans danger pour le bébé.

Pendant la grossesse, seul un traitement conservateur est indiqué, et le traitement chirurgical et le traitement J131 sont reportés à la période post-partum. L'intolérance thyréostatique est la seule indication pour le traitement chirurgical de la thyréotoxicose pendant la grossesse. L'opération est effectuée au deuxième trimestre. Après la chirurgie, la thyroxine est immédiatement administrée à une dose de 2,3 µg / kg de poids. Et une surveillance plus poussée est effectuée, comme dans l'hypothyroïdie.

Pour connaître les actualités les plus avancées sur la glande thyroïde, ainsi que d’autres articles de blog utiles, inscrivez-vous pour des lecteurs réguliers et recevez des articles directement sur votre messagerie.

Thyrotoxicose chez le nouveau-né comme complication de la thyrotoxicose pendant la grossesse

Les problèmes de traitement de la thyrotoxicose pendant la grossesse ne se limitent pas à l'élimination de la thyrotoxicose chez une femme enceinte. Dans 1% des cas, cette maladie peut provoquer une thyrotoxicose chez le fœtus ou le nouveau-né.

Par conséquent, ces femmes en fin de grossesse recherchent le niveau d'anticorps anti-récepteur de la TSH. S'ils se trouvent surélevés, le nouveau-né est considéré comme présentant un risque élevé de développer une thyrotoxicose néonatale, qui nécessite dans certains cas l'administration de propyluracile, mais il s'agit d'une mesure temporaire. Les symptômes de la thyrotoxicose sont les suivants: insuffisance cardiaque, goitre, jaunisse, irritabilité accrue et palpitations.

Parfois, des signes de thyréotoxicose se retrouvent chez le fœtus. Ce sont des signes tels qu'une augmentation de la glande thyroïde du fœtus par ultrasons, une pulsation cardiaque (plus de 160 battements / min), un retard de croissance et une augmentation de l'activité motrice. Dans ce cas, la femme enceinte augmente la dose de propyluracile.

Ainsi, si possible, il est nécessaire de déterminer le niveau de T4 et de TSH libres dans le sang de cordon de tous les nouveau-nés de femmes atteintes de thyréotoxicose.

Thyrotoxicose et grossesse: symptômes, danger pour la femme et le fœtus

Une grave altération hormonale se produit dans le corps de la femme pendant la grossesse, ce qui peut déclencher un phénomène tel que la thyrotoxicose. La thyrotoxicose est une combinaison de symptômes provoqués par un excès d'hormones thyroïdiennes dans le sang. On appelle parfois cette maladie l'hyperthyroïdie, mais ce terme ne convient que s'il ne s'agit pas d'une thyréotoxicose physiologique de la femme enceinte ne nécessitant pas de traitement.

Qu'est-ce que la thyrotoxicose et pourquoi cela se produit-il?

La thyrotoxicose est une affection pathologique caractérisée par une augmentation des hormones thyroïdiennes

Thyrotoxicose se réfère aux processus qui se produisent dans le corps en raison de l'hyperfonctionnement de la glande thyroïde et du taux élevé d'hormones thyroïdiennes dans le sang. Chez les femmes enceintes, cette condition est dans la plupart des cas physiologique.

Thyrotoxicose et grossesse - un "voisinage" assez fréquent. L'hyperthyroïdie ne provoque généralement pas de stérilité et n'a pas d'effet significatif sur la fertilité.

Les hormones thyroïdiennes sont responsables de divers processus dans l'organisme, notamment le métabolisme. Les hormones thyroïdiennes normalisent le métabolisme et, avec l’augmentation de leur nombre, l’accélèrent considérablement.

Il existe 3 formes de thyrotoxicose: légère, sévère et modérée.

Pendant la grossesse, cette maladie survient souvent sous une forme bénigne. Parmi les causes pathologiques de la thyrotoxicose sont:

  • Goitre toxique diffus. Cette maladie est aussi appelée syndrome de Grave-Disease ou Syndrome de Graves. Les causes du développement de cette maladie sont généralement auto-immunes. Le goitre toxique diffus s'accompagne d'une production accrue d'hormones thyroïdiennes, ce qui entraîne diverses complications, notamment des maladies cardiovasculaires.
  • Cancer de la thyroïde. Les tumeurs malignes de la glande thyroïde ont plusieurs variétés, qui se trouvent dans la forme papillaire et folliculaire. L'hyperthyroïdie est l'un des signes de la maladie. En outre, le patient apparaît un nœud dans le cou, ce qui peut affecter la voix.
  • Thyroïdite. Il s'agit d'une inflammation de la glande thyroïde pouvant entraîner diverses conséquences. L'hypothyroïdie se développe souvent dans la thyroïdite chronique, mais certains de ses types peuvent provoquer l'apparition d'hyperthyroïdie, thyrotoxicose.

Si la thyréotoxicose survient pendant la grossesse pour des raisons physiologiques, elle passe d'elle-même à 2-3 trimestres. En règle générale, il n’a pas d’impact négatif sur la mère et l’enfant.

Tableau clinique

Vomissements - le premier signe de thyrotoxicose

Pendant la grossesse, le tableau clinique de la maladie peut être flou. Assez souvent, la maladie est asymptomatique et n'est détectée que lors des tests. Les signes les plus caractéristiques de thyrotoxicose sont les nausées et une diminution de l'appétit, qui sont si souvent observés au début de la grossesse.

Si la thyréotoxicose est causée par des raisons physiologiques, elle peut se dérouler de manière imperceptible et se propager seule aux derniers stades de la grossesse. Mais dans le cas de pathologie de la glande thyroïde, des symptômes supplémentaires apparaissent souvent permettant d'identifier une thyréotoxicose pathologique:

  1. Transpiration et sensation de chaleur. En raison de la prise de poids et de la libération d'hormones, les femmes enceintes souffrent souvent de transpiration excessive. Avec la thyréotoxicose, la transpiration sera perceptible, la femme ressent des bouffées de chaleur, même si la pièce est fraîche.
  2. Tachycardie Pendant la grossesse, une femme peut présenter une légère tachycardie, qui n’est pas considérée comme une déviation. Si le pouls ne dépasse pas 100 battements par minute, cela peut être considéré comme une forme bénigne. En cas de tachycardie sévère accompagnée de crises d’essoufflement, un examen supplémentaire est nécessaire.
  3. Nausées et vomissements. La thyréotoxicose est souvent compliquée par des nausées et des vomissements, surtout le matin. Si ce symptôme entraîne une déshydratation et une détérioration significative de l'état de la femme, celle-ci est placée à l'hôpital pour y être examinée et traitée.
  4. Exophtalmie. Ce symptôme ne survient que lors de troubles graves de la glande thyroïde. Dans les formes les plus bénignes de la maladie, il est absent. L'exophtalmie est un syndrome oculaire bombé qui survient souvent chez un goitre toxique diffus. Cependant, en l'absence d'autres symptômes, une exophtalmie peut indiquer une tumeur ou un anévrisme du cerveau.

Tous les symptômes mentionnés ci-dessus de thyrotoxicose sont insuffisants pour un diagnostic complet. Ils peuvent être des signes d'une autre maladie. Par conséquent, lorsque les symptômes d'anxiété apparaissent, la femme commence par donner du sang pour ses hormones et subit d'autres examens pour clarifier le diagnostic.

Diagnostic, traitement et pronostic

Vous pouvez confirmer le diagnostic avec un test sanguin pour les hormones thyroïdiennes

Les procédures de diagnostic sont prescrites dès l'apparition des premiers symptômes de thyrotoxicose. Assigné à un test sanguin général et pour déterminer le niveau d'hormones thyroïdiennes (T4 et TSH). Pour identifier les complications chez le fœtus, une échographie non programmée peut être prescrite.

Sur la base de cet examen, un diagnostic est établi et un traitement est prescrit. Pendant la grossesse, la maladie est généralement bénigne. Thyréotoxicose physiologique ne nécessite pas de traitement médical, il suffit d'enlever les attaques de nausées.

L'hyperthyroïdie, apparue même avant la grossesse, se manifeste également sous une forme allégée pendant la grossesse. Le corps produit activement des hormones et compense le déficit en T4. Cependant, après l'accouchement peut être confronté à une rechute.

Le traitement de la thyréotoxicose pendant la grossesse présente plusieurs caractéristiques:

  1. En règle générale, lors de l'accouchement, la L-thyroxine n'est pas prescrite. Recommandé pour recevoir des thyréostatiques, par exemple, le propylthiouracile. Il est souvent prescrit pour le goitre toxique diffus, car il réduit l'activité de la glande thyroïde. C'est le médicament le plus courant pour le traitement de la thyrotoxicose pendant la grossesse, car il n'a aucun effet toxique sur le fœtus.
  2. Une femme enceinte donne du sang au niveau de l’hormone T4 tous les mois. Il est nécessaire de maintenir le niveau de cette hormone à un niveau suffisant, ce qui constitue l’essentiel du traitement. Le niveau de TSH, en règle générale, n’est ni surveillé ni ajusté.

Lorsque le niveau de T4 est normalisé, la dose thérapeutique de médicaments est réduite à une prophylaxie. Vous pouvez prendre la thyréostatique pendant longtemps.

Si le traitement conservateur ne résout pas le problème et que l'état de la femme enceinte se dégrade, une opération visant à retirer la thyroïde est prescrite.

Le plus sûr pour l'opération est considéré comme 2 trimestre de la grossesse. Le pronostic de la thyrotoxicose est généralement favorable. Même avec l'apparition de formes compliquées d'hyperthyroïdie, il est possible de choisir un traitement efficace. Les indications pour l'avortement ne sont pas.

Implications pour la mère

La pathologie peut provoquer un décollement du placenta ou une crise thyrotoxique.

La thyréotoxicose physiologique n'entraîne pas de complications graves. Même dans le cas d'une maladie de la thyroïde, les conséquences peuvent être évitées si le traitement est démarré rapidement.

Les formes graves d'hyperthyroïdie peuvent entraîner diverses complications. Dans ce cas, le traitement est effectué à l'hôpital. Tout d’abord, la santé de la mère est maintenue et le problème de l’interruption ou de la préservation de la grossesse résolu.

Les conséquences de la thyréotoxicose pendant la grossesse comprennent:

  • L'hypertension. Un excès d'hormones stimulant la thyroïde affecte principalement le système cardiovasculaire. Une femme enceinte a une pression artérielle élevée, ce qui entraîne une détérioration, augmente la charge sur le cœur et les vaisseaux sanguins. L’hypertension étant un avortement dangereux, elle nécessite un traitement et une surveillance.
  • Pré-éclampsie. C'est l'une des conséquences de la gestose et de l'hypertension. La prééclampsie est une affection grave entraînant une perturbation des reins (des protéines se trouvent dans l'urine) et d'autres organes internes. Le danger de cette affection est qu'elle peut entraîner une éclampsie, accompagnée de convulsions. Il s'agit d'une affection potentiellement mortelle qui nécessite un accouchement immédiat par césarienne.
  • Décollement placentaire. Le décollement placentaire conduit à la malnutrition du fœtus. Dans ce cas, le risque de saignement augmente, ce qui est également dangereux pour la femme. Elle peut avoir diverses hémorragies dans l'utérus, ce qui nécessitera son retrait complet.
  • Crise thyréotoxique. C’est la conséquence la plus grave et la plus dangereuse du goitre toxique diffus. Elle se développe soudainement et s'accompagne d'une tachycardie sévère, d'une fibrillation auriculaire, de nausées et de vomissements, de tremblements et de diarrhée. Une crise thyrotoxique peut entraîner une naissance prématurée et la mort du fœtus.

Pour éviter des conséquences désagréables, il est nécessaire de passer régulièrement par un obstétricien-gynécologue, un endocrinologue. Il n'est pas recommandé d'annuler indépendamment les médicaments prescrits ou de modifier la posologie.

Conséquences possibles pour le fœtus

La thyrotoxicose peut provoquer des anomalies dans le développement du fœtus.

Tout ce qui arrive au corps de la mère se reflète toujours sur l'enfant. On pense qu'un traitement inapproprié de la thyrotoxicose pendant la grossesse peut entraîner l'apparition d'hyperthyroïdie chez le fœtus.

Parmi les effets de la thyréotoxicose sur le fœtus, on observe:

  • Retard de croissance et de développement. Pendant la grossesse, des examens échographiques programmés sont effectués pour déterminer si le fœtus est normal. Dans la thyrotoxicose, le fœtus gagne lentement en poids et en masse. Cela peut être dû à un manque d'oxygène, à une diminution du taux d'hémoglobine, que l'on retrouve souvent dans la thyréotoxicose des femmes enceintes.
  • Mort intra-utérine. En cas de troubles du développement incompatibles avec la vie, une grossesse gelée est détectée. Avec la mort fœtale du fœtus peut être rencontré à tout stade de la grossesse.
  • Thyrotoxicose néonatale. La thyrotoxicose peut également être détectée chez l'enfant après la naissance, qui se transmet d'elle-même dans les 2-3 mois. Les préparations nécessaires au traitement sont livrées à l’enfant avec du lait maternel.
  • Malformations. Les formes sévères de thyrotoxicose peuvent entraîner un développement fœtal anormal, des pathologies cardiaques, un retard mental, des déformations externes et d’autres pathologies.

Plus d'informations sur la maladie peuvent être trouvées dans la vidéo:

Malheureusement, les mesures préventives dans ce cas ne seront pas très efficaces. L'hyperthyroïdie est causée par des perturbations hormonales difficiles à contrôler. La meilleure mesure préventive consiste à surveiller l’état de santé, à contrôler le taux d’hormones dans le sang et à les ajuster en temps voulu à l’aide de médicaments.

Les femmes qui envisagent une grossesse devraient être examinées à l'avance. Lorsque l'hyperthyroïdie est détectée, un traitement est administré. Après l'arrêt des médicaments, il est nécessaire d'attendre six mois et de subir un nouvel examen pour déterminer la rémission. Après cela, vous pouvez commencer à planifier une grossesse.

Remarqué une erreur? Sélectionnez-le et appuyez sur Ctrl + Entrée pour nous le dire.

Thyrotoxicose pendant la grossesse - en cas d'échec des hormones

Avant de répondre à la question de savoir quelle est la thyréotoxicose au cours de la grossesse, il est logique de définir le terme «thyréotoxicose». Traduit de la langue latine "thyre" - signifie les hormones de la glande thyroïde, et "toxicose" - l'intoxication, l'intoxication.

L'hyperthyroïdie est synonyme de ce terme. Cela signifie un contenu excessif («hyper» - supérieur à la normale) d'hormones thyroïdiennes dans le corps.

Ainsi, l'hyperthyroïdie n'est pas une maladie, mais un symptôme unique de l'une des maladies de la glande thyroïde, qui s'accompagne d'une production excessive d'hormones, entraînant l'apparition des symptômes correspondants affectant la santé physique et émotionnelle. Dans 80% des cas, la sécrétion excessive d'hormones est due à un goitre toxique diffus, beaucoup moins souvent: adénome toxique, thyrotropinome, etc.

Grossesse et hypersécrétion d'hormones thyroïdiennes

La grossesse est une période spéciale dans la vie de chaque femme, contribuant à la tension de tous les organes. Ne font pas exception système endocrinien, y compris la glande thyroïde. Selon les statistiques, thyrotoxicose et grossesse sont une combinaison rare et ne se retrouvent que dans 2 cas sur 1 000 grossesses survenues.

Pratiquement à des étapes marquantes chez les femmes enceintes, la maladie de la thyroïde est détectée bien avant le début de la conception. Très souvent, cela s’exprime en violation de la fonction menstruelle et du problème de la grossesse.

Thyrotoxicose symptomatique des différents systèmes du corps:

La grossesse avec thyréotoxicose de la glande thyroïde peut provoquer les manifestations des symptômes ci-dessus. L'accès opportun à un endocrinologue est très important, car la thyrotoxicose pendant la décompensation (elle peut être déclenchée par une grossesse) aura des effets néfastes sur la santé de la mère et du fœtus.

Actuellement, ce symptôme n'est pas la cause de l'interruption artificielle de la grossesse. Tout ce qui est demandé à une femme est de demander conseil à un spécialiste qui, en prescrivant un traitement conservateur, contribuera à éviter divers problèmes de santé.

Ce ne sont pas toujours les symptômes de la maladie thyroïdienne qui poussent une femme à consulter un médecin, mais tous parce que certains signes apparaissent ou ne se manifestent pas ou sont déguisés en manifestations d’autres pathologies. Par exemple, la thyrotoxicose infraclinique pendant la grossesse est une sorte d'antécédent de la maladie avec les symptômes vifs énumérés ci-dessus.

Que peut causer la thyréotoxicose pendant la grossesse

La thyréotoxicose chez la femme enceinte peut entraîner des complications à la fois du corps de la femme et du fœtus.

Une femme enceinte peut éprouver:

  • augmentation systématique de la pression artérielle;
  • en fin de période, le risque de pré-éclampsie et d'éclampsie est probable;
  • décollement placentaire;
  • modifications de la numération sanguine: diminution de l'hémoglobine;
  • dans le contexte de la grossesse augmente le risque de crise thyréotoxique.

Chez le fœtus, il est probable que les défauts de développement suivants apparaissent:

  • insuffisance cardiaque;
  • anomalies congénitales de divers organes et systèmes (principalement nerveux);
  • naissance prématurée de l’enfant et au début de l’avortement spontané;
  • retard du développement physique du fœtus;
  • insuffisance pondérale à la naissance;
  • mortinaissance, etc.

Parmi les pathologies mentionnées ci-dessus figurent celles qui surviennent le plus souvent. La vidéo de cet article décrit en détail les manifestations de la thyrotoxicose et ses conséquences sur le corps de la femme et le fœtus.

Planification de la grossesse dans l'hyperthyroïdie - la garantie de la santé

La thyréotoxicose et la planification de la grossesse sont une condition préalable au déroulement normal de la grossesse et à la naissance d’un enfant en bonne santé. La capacité de concevoir avec l'hyperthyroïdie est plus élevée que chez les femmes atteintes de maladies d'organes accompagnées d'hypofonction.

Avant la grossesse, il est nécessaire de consulter non seulement un gynécologue, mais également un endocrinologue. Il doit prescrire un traitement thérapeutique (le prix des médicaments varie et dépend de la gravité de la maladie et des comorbidités), période pendant laquelle il est nécessaire de prévenir une grossesse.

Le médecin peut juger de la gravité de la maladie non seulement après une enquête, une palpation effectuée de ses propres mains, mais aussi par échographie (sur la photo), des tests de laboratoire (les niveaux de T3 et de T4 augmentent dans le sang et le niveau de TSH diminue ha production d'hormones thyroïdiennes). L'objectif principal du traitement thérapeutique est d'obtenir une rémission stable, durant laquelle la conception doit avoir lieu, ainsi que la gestation.

La question du début de la conception chez les femmes après un traitement chirurgical est résolue beaucoup plus rapidement. La résection partielle nécessite un traitement hormonal substitutif à vie, y compris pendant la grossesse. Les instructions détaillées sur l'utilisation des médicaments doivent être effectuées par un endocrinologue, en tenant compte de divers facteurs.

Traitement de la maladie pendant la grossesse

La thyrotoxicose des femmes enceintes ne se prête pas toujours au traitement avec les médicaments que la femme a pris quand elle n'était pas enceinte. Les fonds affectés, dans une moindre mesure, ont un impact négatif sur le développement du fœtus. Le propylthiouracile le plus couramment prescrit. Il ne pénètre presque pas dans le placenta, maintient la concentration de l'hormone T4 dans les limites de la normale.

Au cours du premier trimestre de la grossesse, si le tableau clinique n’est pas exprimé (par exemple, sous la forme infraclinique) et si les modifications dans le sang ne diffèrent pas beaucoup des valeurs normales, le médecin peut ne pas prescrire de médicament, mais choisir d’attendre. Il est possible de réduire la manifestation de certains symptômes (par exemple, l'excitabilité nerveuse) à l'aide de préparations à base de plantes: par exemple, la valériane, l'Agripaume.

Dans tous les autres cas, le dosage requis de médicaments est choisi et un traitement symptomatique est prescrit. Très souvent, en raison des particularités des changements hormonaux et de la normalisation des niveaux hormonaux, l'utilisation de médicaments n'est pas nécessaire.

Quelques mois après l'accouchement, il est recommandé de faire un nouveau don de sang pour vérifier le niveau d'hormones thyroïdiennes. En cas d'écart par rapport à la norme, le même médicament peut être prescrit par le médecin. Son utilisation à faible dose n’affecte pas la santé de l’enfant nourri au sein.

Thyrotoxicose pendant la grossesse: traitement, symptômes, signes, causes

La thyrotoxicose survient chez 0,2% des femmes enceintes.

Dans 95% des cas, la cause en est un goitre toxique diffus. Une grossesse compliquée par une thyrotoxicose décompensée constitue une menace pour la santé de la femme. dans le même temps, il augmente considérablement le risque d'avoir un petit bébé, ainsi que la pré-éclampsie et l'insuffisance cardiaque chez la mère. Les anticorps stimulant la thyroïde de la mère sont capables de traverser le placenta, provoquant un goitre toxique diffus chez le fœtus dans 1% des cas. Une augmentation persistante du titre en anticorps stimulant la thyroïde au cours du deuxième trimestre de la grossesse est associée à un risque accru de goitre toxique diffus chez le nouveau-né.

Symptômes et signes de thyréotoxicose pendant la grossesse

Dans CG et TSH, les sous-unités α sont complètement homologues et les sous-unités β sont largement similaires, ce qui détermine l’effet du CG sur la glande thyroïde. Les récepteurs de ces hormones sont également similaires. Une thyrotoxicose se développe en cas de bulle d'air, lorsque le taux d'hépatite chronique augmente fortement. Plus tard, il a été démontré qu’à des concentrations élevées de CG, la spécificité est perturbée et qu’un mécanisme d’action hormonal non spécifique est déclenché - une stimulation directe du récepteur de la TSH. En cas de grossesse normale, cela entraîne une légère augmentation du taux de T libre4 avec une diminution correspondante du niveau de TSH au cours du premier trimestre. La signification clinique d'une telle augmentation de la concentration en T4 pas connu. Avec une plus grande augmentation du niveau de CG, il y a une augmentation plus prononcée de T4 et abaisser les niveaux de TSH. Les médicaments antithyroïdiens, cependant, n’affectent pas le déroulement des vomissements indomptables des femmes enceintes. Une hépatite chronique très caractéristique, caractéristique du choriocarcinome et de la dérive kystique, provoque une thyréotoxicose.

Causes de thyréotoxicose pendant la grossesse

Déterminer la cause de la thyrotoxicose chez la femme enceinte est assez difficile. La CG a un effet stimulant sur la thyroïde et, avec une augmentation du niveau de cette hormone en début de grossesse, le niveau de TSH diminue. La thyréotoxicose peut être diagnostiquée sur la base de taux élevés de T libre4 ou t3 et faibles niveaux de TSH. Il a été démontré que les femmes enceintes déterminent le titre des anticorps stimulant la thyroïde. Il est également nécessaire de rappeler que la thyroïdite, l’augmentation de la sécrétion de CG, ainsi que la consommation d’hormones thyroïdiennes de l’extérieur peuvent être la cause de la thyréotoxicose chez la femme enceinte.

Diagnostic de la thyréotoxicose pendant la grossesse

Lorsque la thyréotoxicose est détectée pendant la grossesse, il est nécessaire d’exclure tout d’abord l’hyperthyroïdie physiologique gestationnelle, phénomène de laboratoire qui n’est pas accompagné de manifestations cliniques. Dans cette situation, le traitement n'est pas nécessaire, bien qu'un diagnostic différentiel avec une thyrotoxicose pathologique soit nécessaire, par exemple à la suite de la manifestation de DTZ pendant la grossesse.

Les symptômes de la thyrotoxicose, des taux élevés d'AT en RTTT sont des signes de cette dernière.

La confirmation du diagnostic de DTZ ne sert pas d'indication pour l'avortement, il est possible de réussir à accoucher et d'accoucher tout en recevant une thyréostatique (au cours du premier trimestre, il est préférable de prendre du propylthiouracile) à faible dose.

Traitement de la thyréotoxicose pendant la grossesse

L'iode radioactif est contre-indiqué et la chirurgie peut entraîner un travail prématuré. Si une opération est indiquée, elle est, si possible, effectuée au deuxième trimestre. Dans d’autres cas, les agents antithyroïdiens constituent la principale méthode de traitement. Le propylthiouracile est souvent prescrit aux femmes enceintes, car la prise de thiamazole peut provoquer un trouble du développement assez rare chez l’enfant - une aplasie focale de la peau. Le propylthiouracile à fortes doses peut entraîner le développement d'un hypothyroïdisme goitre et congénital. Par conséquent, les femmes enceintes doivent prendre le médicament à la dose efficace minimale pour maintenir le niveau de T libre.4 mère à la limite supérieure de la normale. Auparavant, les bloqueurs β-adrénergiques étaient utilisés avec succès chez la femme enceinte. Toutefois, des cas de retard de croissance intra-utérin, d'hypoglycémie et de dépression respiratoire chez le nouveau-né ont été décrits au cours du traitement par ces médicaments.

Dans le traitement de la maladie de Graves chez la femme enceinte, de faibles doses de thyréostatiques sont utilisées. Au cours du premier trimestre, le propylthiouracile est privilégié à une dose initiale ne dépassant pas 150-200 mg; toutefois, le tiamazol peut également être utilisé. À partir du deuxième trimestre, le propicile doit être remplacé par du méthimazole. Un ajustement de la posologie à court terme est obligatoire, car pendant la grossesse, il est important de prévenir l’hypothyroïdie d'origine médicamenteuse et de maintenir le niveau de T4 libre plus proche de la limite supérieure des valeurs de référence. Assez souvent, au fur et à mesure que la grossesse avance, la maladie entre dans une phase de rémission, puis la thyréostatique peut être annulée.

L'interdiction d'allaiter dans la nomination de thyréostatique.

Le principe d'utilisation de la thyréostatique et de ses doses de départ chez les femmes allaitantes est le même que dans le traitement des femmes enceintes. Le refus d'allaiter dans la nomination d'un traitement n'est pas justifié. Le métimazole devrait être préféré, et la dose quotidienne chez les mères allaitantes devrait être divisée en 2-3 doses. Certains auteurs recommandent de surveiller la fonction thyroïdienne chez les enfants dont la mère prend des médicaments thyréostatiques.

Manque de vigilance face à une possible thyrotoxicose chez le fœtus et le nouveau-né.

Dans notre pays, la définition de l'AT pour rTTG commence à peine à faire l'objet d'une vaste pratique clinique et est utilisée, au mieux, lors de l'examen initial d'un patient atteint de thyréotoxicose. Cependant, pendant la grossesse et à l'âge gestationnel de 20 à 24 semaines, il est recommandé de déterminer le niveau de TA à rTTG pour toutes les femmes atteintes de DTZ, y compris les femmes enceintes ayant déjà reçu un traitement (traitement chirurgical ou médical, traitement par radio-iode). Avec un niveau élevé d'AT à rTTG (dépassant la limite supérieure des valeurs de référence trois fois ou plus), une surveillance attentive du fœtus est nécessaire, ce qui comprend des examens obstétriques et une échographie du fœtus dans le temps afin d'évaluer la fréquence cardiaque de ce dernier. volume de liquide amniotique. L'observation doit être effectuée par du personnel expérimenté dans des centres spécialisés.

Conséquences de la thyrotoxicose chez la mère et le fœtus

Complications maternelles

  • Éclampsie
  • Travail prématuré
  • Insuffisance cardiaque

Complications foetales

  • Faible poids à la naissance
  • Augmentation de la mortalité périnatale
  • Augmentation de la fréquence des malformations
  • Hypothyroïdie congénitale (quand la mère utilise des médicaments antithyroïdiens)
  • Thyrotoxicose du nouveau-né (avec pénétration d'anticorps stimulant la thyroïde maternelle à travers le placenta)

Thyrotoxicose et grossesse

L'activité normale de la glande thyroïde est très importante pour la santé reproductive des femmes, en particulier des futures mères. Après tout, une modification du niveau des hormones thyroïdiennes entraîne des troubles menstruels, une infertilité et des complications au cours de la grossesse. Nous verrons dans cet article à quel point l’augmentation du taux d’hormones thyroïdiennes est dangereuse pour les futures mères, comment l’identifier et la traiter.

Fonction thyroïdienne

Eva.Ru a commencé à publier une sélection des meilleurs articles et discussions dans leurs groupes sur les réseaux sociaux. Suivez-nous sur Facebook, Instagram, Vkontakte, camarades de classe pour nous lire et rester connecté. Merci beaucoup

Caractéristiques de la lutte contre la thyrotoxicose pendant la grossesse

Cette maladie survient sans distinction de sexe. Chez les hommes, cela provoque une ophtalmopathie infiltrante. À l'âge de la retraite, la thyrotoxicose provoque des problèmes du système cardiovasculaire et des troubles mentaux.

Selon les statistiques, une thyrotoxicose survient pendant la grossesse dans de rares cas. Ce syndrome se caractérise par un taux excessivement élevé d'hormones thyroïdiennes libres dans le sang. Dans ce contexte, le terme «hyperthyroïdie» peut également être trouvé. Mais cela se produit plus souvent et avec une santé relativement bonne.

La thyréotoxicose pendant la grossesse est rarement observée, mais peut avoir des conséquences graves. Il est également probable que cette pathologie sera transmise à l'enfant.

Il faut comprendre que la thyrotoxicose n'est pas une cause d'interruption de grossesse, mais peut nuire à la santé de la mère et de l'enfant. Avec un traitement approprié, vous pouvez vous en débarrasser en peu de temps.

Causes de la thyréotoxicose

La thyrotoxicose n'est pas une maladie distincte. La pathologie apparaît si la glande thyroïde produit une quantité d'hormones dépassant de loin le taux requis. Cela se produit à différents moments; on observe donc une thyroïdite post-partum en l'absence d'un traitement approprié.

Les facteurs suivants provoquent un tel syndrome:

  • Le stress. Même à court terme, une forte excitation provoque un changement radical des hormones thyroïdiennes. Et une dépression grave conduit au fait que le corps cesse de fonctionner pleinement. Le tiorin et la thyroxine sont indispensables.
  • Niveau d'iode Lorsqu'une quantité importante d'iode pénètre dans l'organisme, le risque d'intoxication par les hormones thyroïdiennes augmente considérablement. Bien que pour les femmes enceintes, il est nécessaire de le recevoir en quantité suffisante.
  • Facteur héréditaire. Si l'un des membres de la famille souffre de cette pathologie, le risque de maladie augmente chez les femmes plus de cinq fois.
  • Infections infectées Certaines bactéries affectent directement la glande thyroïde. D'autres mènent simplement à des troubles métaboliques, qui affectent également les hormones.
  • Problèmes avec le fonctionnement des glandes sexuelles. Souvent, le corps essaie de compenser le manque d'œstrogènes ou de testostérone avec les hormones thyroïdiennes. Dans cette situation, il y a un effet sur l'hypothalamus (une petite zone du cerveau).
  • Réception des médicaments. Certains médicaments augmentent le niveau d'hormones dans le sang. Il existe également des médicaments contenant de la thyroxine.

La thyréotoxicose pendant la grossesse se produit dans le cas d'un dérapage de boursouflure en raison de grossesses précédentes. En outre, lors du port d'un enfant, le système immunitaire est affaibli, ce qui stimule également le développement de la maladie.

Symptômes de thyrotoxicose

La thyréotoxicose chez la femme enceinte se manifeste d’abord par des vomissements. Cela complique grandement le processus de diagnostic car le symptôme est typique d'un début de grossesse. La transpiration et la sensation de chaleur font partie des signes les moins visibles. Une femme souffre de sautes d'humeur et de palpitations cardiaques. Ceci est typique lors du changement des niveaux hormonaux. Une augmentation de la glande mammaire est observée, ce qui n'est pas rare chez les femmes enceintes. Beaucoup se plaignent de somnolence et de faiblesse constante, ce qui ne parle pas directement de cette pathologie.

Des complications

Ce problème peut entraîner une naissance prématurée. Un enfant peut naître avec des malformations. Mais avec le bon traitement, les risques sont minimisés.

La mère peut avoir de tels problèmes:

  • éclampsie - une phase sévère de la toxémie dans les derniers stades;
  • accouchement prématuré;
  • décollement placentaire;
  • l'hypertension;
  • développement de l'insuffisance cardiaque.

Pour le fœtus, il existe un danger distinct:

  • enfant souffrant d'insuffisance pondérale;
  • augmentation de la mortalité périnatale - la naissance d'un enfant déjà décédé ou son décès dans les premières semaines;
  • risque de malformations;
  • L’hypothyroïdie congénitale se produit dans ce cas si la femme enceinte prend des médicaments à base d’astéroïdes pendant une longue période;
  • thyréotoxicose néonatale à la suite d'anticorps stimulant la thyroïde à travers le placenta.

Une thyrotoxicose néonatale peut survenir chez un nourrisson. Ce qui peut par la suite conduire à une mortalité infantile précoce.

Ces complications peuvent être évitées en commençant un traitement en temps opportun. Dans les cas graves, l'opération est effectuée même au stade du transport de l'enfant. Au deuxième trimestre, la manipulation chirurgicale ne constitue pas une menace pour le fœtus.

Planification de la grossesse

La thyréotoxicose et la planification de la grossesse préoccupent la plupart des femmes ayant des problèmes de thyroïde. Il convient de noter que le syndrome n'affecte pas le processus de conception. Alors que les fonctions de la glande thyroïde diminuent, ce problème est réel.

Par conséquent, il est utile de penser à l'avance à la planification de la grossesse. Vous devez d’abord consulter le gynécologue et vous soumettre à un examen approfondi par un endocrinologue. Pendant la période de traitement, il est nécessaire d’utiliser des méthodes de contraception afin que les médicaments n’affectent pas l’enfant.

La durée du traitement dépend de l'état général du corps. La rémission soutenue ne commence pas immédiatement. Parfois, les médecins exigent une intervention chirurgicale, car cela accélère le processus de guérison. Après élimination de la glande thyroïde, la thyrotoxicose disparaît. La chirurgie - la meilleure option si la femme est à l'âge adulte et qu'il n'y a pas de temps à attendre pour récupérer.

Après la résection, une thérapie de remplacement est nécessaire périodiquement. Mais les difficultés spéciales ne se poseront pas. Mais il est souhaitable de le faire après la livraison. Néanmoins, la préférence est donnée au traitement médical.

Types de maladie

Il existe plusieurs types de thyrotoxicose. La forme endémique se produit en raison du manque d'iode dans la glande thyroïde. Selon les statistiques, environ 200 millions de personnes sur Terre en souffrent. La thyréotoxicose auto-immune se produit lorsque le système immunitaire produit des anticorps contre la glande thyroïde. La thyréotoxicose congénitale se produit dans l'embryon si la glande thyroïde est anormalement formée. La thyrotoxicose et la grossesse sont donc considérées comme une combinaison plutôt dangereuse. Et il vaut mieux se débarrasser de ce syndrome jusqu'à la conception.

Il existe plusieurs formes de cette pathologie, chacune ayant ses propres caractéristiques.

Le stade initial du syndrome:

  • légère perte de poids;
  • signes discrets de tachycardie;
  • dysfonctionnement des glandes thyroïdiennes.

La forme moyenne de thyréotoxicose:

  • perte de poids nette;
  • tachycardie visible;
  • troubles métaboliques;
  • la diarrhée;
  • abaisser le taux de cholestérol dans le sang;
  • développement de l'insuffisance rénale.

Forme courante de thyrotoxicose:

  • absolument tous les organes internes ne parviennent pas à assumer pleinement leurs fonctions;
  • le traitement médicamenteux ne donne pas un résultat positif. Une intervention chirurgicale immédiate est nécessaire.

Quel que soit le stade, les symptômes ressemblent à ceux de nombreuses maladies, de sorte qu'un diagnostic professionnel est indispensable.

Pour savoir s’il ya un problème, vous devez contacter un endocrinologue. Vous devez d’abord informer votre médecin de toutes vos plaintes. À son tour, il examine l'état du patient de la naissance à la date de la visite. Après des analyses de sang pour le niveau d'hormones thyroïdiennes sont effectuées. Lorsqu'un pourcentage excessif de thyroïdes est observé dans le sang, le traitement nécessaire est prescrit. Faites toujours une échographie de la glande thyroïde. Dans certains cas, une consultation avec un ophtalmologiste et une échographie des prises sont nécessaires.

Traitement de la thyréotoxicose

Étant donné que de nombreux médicaments sont inacceptables pendant la grossesse, une approche individuelle est nécessaire pour prescrire un traitement. Thyrotoxicosis pendant la grossesse devrait être neutralisé par propylthiouracil. Il n'atteint presque pas le bébé par le placenta. En l'absence de signes prononcés de pathologie aux stades précoces, n'utilisez généralement pas de médicament. Le traitement traditionnel n'est pas recommandé car il augmente le risque de réactions allergiques.

Si, au cours de la première grossesse, une thyroïdite post-partum a eu lieu, il est fort probable que ce soit lors de grossesses ultérieures.

Des agents apaisants peuvent être prescrits pour stabiliser le système nerveux. Mais ils sont basés sur des ingrédients naturels. Parfois, des médicaments qui stabilisent la pression artérielle sont nécessaires. Il est important d’être constamment sous le contrôle de l’endocrinologue, tant pendant la grossesse qu’après l’accouchement.

Dans la période de porter des changements hormonaux d'un enfant, ce qui peut déclencher une thyroïdite post-partum. Aux stades modérés à sévères, des préparations hormonales sont prescrites. Avec une tachycardie forte, les bêta-bloquants sont nécessaires.

À l'heure actuelle, il existe un processus d'allaitement pour lequel il est impossible de diagnostiquer la maladie à l'aide de la scintigraphie. Examen différentiel optimal.

La thyroïdite post-partum n'est pas tout, mais seulement dans les conditions préalables à cette maladie.

Si la thyroïdite post-partum est apparue à la suite d'un stress ou d'une montée d'hormone, les symptômes peuvent disparaître sans traitement. Dans ce cas, la phase de récupération dure au moins 6 mois. Mais vous devez suivre toutes les recommandations des médecins. Souvent, lorsque l’autodiagnostic est diagnostiqué, ce syndrome est confondu avec la dépression, car bon nombre des symptômes sont similaires. Pour cette raison, il est utile de mener une enquête exhaustive auprès de spécialistes.

Vous Pouvez, Comme Pro Hormones