Les ovaires sont des organes féminins vitaux qui régulent les cycles menstruels et ovulatoires. Lorsque leur fonctionnement est altéré, tout le corps en souffre. Le phénomène n'est pas indépendant mais résulte de certains processus pathologiques. Le système endocrinien a toujours été l'un des domaines les plus mystérieux, mais la médecine moderne a réussi à trouver des réponses à de nombreux problèmes d'actualité.

Dysfonctionnement ovarien: de quoi s'agit-il

La condition dans laquelle les organes féminins ne fonctionnent plus normalement n'est pas une pathologie indépendante. Le dysfonctionnement ovarien est un terme médical désignant un complexe de symptômes. Le syndrome peut se développer à tout âge. L'environnement joue un rôle important dans la formation de ce processus. Le principal signe clinique est un saignement dans l'utérus, une défaillance du cycle ovarien. Les femmes ont un dysfonctionnement hormonal, l'infertilité peut survenir.

Dysfonctionnement ovarien: causes

Les causes du dysfonctionnement ovarien chez la femme sont externes et internes:

  • pathologie de l'hypophyse;
  • maladies somatiques;
  • diminution de l'efficacité du cerveau;
  • maladies urogénitales;
  • déficit ou hyperfonction d'hormones thyroïdiennes;
  • facteurs externes - stress, mauvaises habitudes, sommeil médiocre, épuisement.

Dysfonctionnement ovarien de la période de reproduction

La pathologie conduit au fait que le système ovulaire cesse de fonctionner, ce qui se manifeste par l'incapacité de concevoir un enfant. L'état de cette période de la vie du patient menace de graves conséquences pour la santé, allant jusqu'à l'apparition de processus malins. Le dysfonctionnement ovarien de la période de reproduction se produit même chez les adolescentes. L'hypophyse, l'hypothalamus cessent de fonctionner normalement. Les caractéristiques comprennent l’absence de menstruation ou un cycle anormal.

Dysfonctionnement ovarien climatérique

Pendant la période préménopausique, le syndrome se sent riche en sécrétions sanglantes, causées par des modifications du tissu endométrial de l'utérus. La cause de ce phénomène peut être la formation de tumeurs. Les patientes en âge de ménopause risquent de développer des affections similaires. Si une femme a un écoulement sanglant, vous devriez immédiatement consulter un médecin. Un dysfonctionnement climatérique des ovaires ne doit pas être laissé sans soins médicaux, sinon cela aura des conséquences tristes.

Dysfonctionnement ovarien: symptômes

Les principaux signes de dysfonctionnement ovarien chez la femme:

  • instabilité émotionnelle.
  • violations du cycle;
  • douleur abdominale basse;
  • mise en évidence du personnage;
  • l'aménorrhée;
  • infertilité;
  • manque d'ovulation;
  • il y a un certain nombre de changements de comportement, physique, d'état émotionnel;
  • il y a un manque de production d'hormone de progestérone, l'œstrogène.

Dysfonctionnement ovarien: traitement

Pour commencer, des échographies sont réalisées: échographie de la thyroïde, échographie des glandes surrénales. Un certain nombre d'activités sont en cours:

  • des tests pour détecter les changements dans le sang dans l'urine;
  • vérifier les niveaux d'hormones: lutéinisante, stimulant les follicules, prolactine;
  • bakposev sécrétions vaginales sur la flore;
  • Diagnostic PCR;
  • microscopie;
  • l'hystéroscopie;
  • Examen aux rayons X du crâne;
  • IRM - imagerie par résonance magnétique;
  • EEG cérébral - électroencéphalogramme;
  • TDM du cerveau - tomodensitométrie;
  • curetage diagnostique de la membrane muqueuse de l'utérus pour obtenir une image de son état;
  • biopsie pour l'examen histologique de la zone pathologique.

Comment traiter le dysfonctionnement ovarien en ambulatoire? La tâche du médecin est de restaurer tous les troubles hormonaux existants, de guérir d’autres processus pathologiques au niveau des organes pelviens. L'élimination de la cause de la maladie, la normalisation du mode de vie, joue un rôle primordial dans la guérison. Le traitement implique une approche intégrée, non sans acupuncture, massage, etc. Les nutritionnistes conseillent aux femmes de séparer les aliments.

Certains patients ont besoin d'une correction des conditions d'urgence - cessation des saignements. Ces femmes devraient être traitées en permanence sous le contrôle du personnel médical. Dans ce cas, le traitement hémostatique aide, selon la décision d'un spécialiste, à utiliser le médicament Duphaston. Les femmes en âge de procréer sont prescrites pour activer l'ovulation. Si le traitement du dysfonctionnement ovarien a été choisi correctement, la restauration du cycle se produit rapidement et les organes de la femme commencent à fonctionner normalement.

Dysfonctionnement ovarien: traitement des remèdes populaires

La médecine alternative suggère de boire des tisanes et des tisanes, de faire des douches. Le traitement de la dysfonction ovarienne avec des remèdes populaires n’est pas sans homéopathie, ce qui offre des solutions tout aussi efficaces au problème. Considérez les recettes les plus populaires:

  • hachez les feuilles de myrtilles et versez de l'eau bouillante sur une grande cuillère de médicament, attendez une demi-heure et buvez trois cuillères à soupe par jour;
  • Mélangez dans des proportions égales le trèfle et la centaurée, versez de l'eau bouillante et enveloppez le récipient dans un foulard chaud. Laisser pendant 60 minutes, filtrer et boire trois cuillères à soupe par jour.

Vitamines pour le dysfonctionnement ovarien

Une personne va rapidement aller mieux si, parallèlement à la thérapie générale, elle boit un complexe de vitamines. Attribué à la vitamine A, E, groupe B, acide folique et ascorbique, multivitamines. Les vitamines pour le dysfonctionnement ovarien peuvent être obtenues non seulement à partir de comprimés, mais également à l'aide d'un régime alimentaire sain et équilibré, complété de fruits et de légumes, de jus de fruits frais et de compotes.

Puis-je tomber enceinte avec un dysfonctionnement ovarien

Dans le processus de traitement hormonal, la folliculogenèse est effectuée, à l'aide de laquelle il est possible d'observer la maturation des oeufs. Lorsque le processus d'ovulation se stabilise, une femme peut concevoir un enfant avec succès. Il faut comprendre que le dysfonctionnement ovarien et la grossesse sont deux affections nécessitant une surveillance médicale constante. Après avoir accouché, une femme devrait consulter son gynécologue au moins deux fois par an au cours des cinq prochaines années.

Dysfonctionnement ovarien: effets

Si vous ne faites pas attention aux symptômes de la maladie, l'infertilité se produit. Même avec une conception réussie, la grossesse se termine et se termine par une fausse couche. Les conséquences d'un dysfonctionnement ovarien peuvent se manifester par l'apparition de tumeurs, la mastopathie et d'autres problèmes. Ne tardez pas avec une visite chez le médecin, la recherche rapide d’une aide médicale est la clé d’une guérison réussie sans complications.

Vidéo: quel est le dysfonctionnement ovarien

Les informations présentées dans l'article sont à titre informatif seulement. Les matériaux de l'article n'appellent pas d'auto-traitement. Seul un médecin qualifié peut diagnostiquer et conseiller un traitement en fonction des caractéristiques individuelles d'un patient particulier.

Dysfonctionnement ovarien

Dysfonctionnement ovarien (déni, latence + difficulté, action), ou dysfonctionnement ovarien - un dysfonctionnement des ovaires provoqué par des pathologies endocriniennes ou des processus inflammatoires. Le dysfonctionnement ovarien entraîne le développement de plusieurs affections pathologiques, dont les plus caractéristiques sont les troubles menstruels et les troubles anovulatoires conduisant à la stérilité.

Au cœur de toute forme de dysfonctionnement ovarien se trouve toujours une violation de la synthèse et de la sécrétion des trois principales hormones produites par l’hypophyse: l’hormone folliculo-stimulante (FSH), l’hormone lutéinisante (LH), la prolactine (PRL). Une condition nécessaire à la maturation des follicules, de l'ovulation et de la grossesse est un rapport spécial entre le contenu de ces hormones dans chaque phase du cycle menstruel. Lorsque les troubles hormonaux, ce rapport change, le cycle menstruel n'est pas observé et ne passe pas par toutes les phases successives, les cycles menstruels deviennent acycliques.

Le dysfonctionnement ovarien est un facteur de risque pour le développement de la mastopathie, des tumeurs malignes du sein, de l'hyperplasie et du cancer de l'endomètre.

Les femmes atteintes d'un trouble du cycle mineur peuvent être confondues avec une caractéristique de leur corps. Cependant, tout écart par rapport au cycle menstruel normal peut être un signe de dysfonctionnement ovarien.

Paramètres du cycle menstruel normal:

  • la durée est d'au moins trois et d'au plus sept jours;
  • intervalle de menstruation de 21 à 35 jours;
  • perte de sang pendant la menstruation 50-100 ml.

Causes et facteurs de risque

Les causes les plus courantes de dysfonctionnement ovarien sont les suivantes:

  • maladies endocriniennes, pathologies de la glande thyroïde, de l'hypophyse ou des glandes surrénales;
  • maladies inflammatoires des organes reproducteurs (ovaires, utérus, appendices);
  • interruption artificielle de la grossesse (un danger particulier est l'interruption artificielle de la première grossesse);
  • l'endométriose;
  • tumeurs du système reproducteur;
  • pathologie des trompes de Fallope;
  • position incorrecte du dispositif intra-utérin dans l'utérus;
  • troubles métaboliques - diabète, obésité;
  • prendre des médicaments qui affectent le système reproducteur;
  • jeûne prolongé, manque de vitamines C et E.

Les groupes à risque sont les catégories de femmes suivantes:

  • avoir chargé l'hérédité;
  • souffrant de maladies inflammatoires chroniques;
  • ne pas avoir de grossesse dans l'anamnèse;
  • souffert d'une augmentation du stress psycho-émotionnel.

Puisque la formation d'un dysfonctionnement ovarien commence chez la fille dès la puberté, il est nécessaire de faire attention à l'apparition de la menstruation, aux troubles menstruels, au développement de manifestations d'hyperandrogénie et d'obésité.

Dans le cas du syndrome des ovaires polykystiques avec infertilité, le traitement du dysfonctionnement ovarien est rapide, ce qui permet de rétablir le processus de libération de l'ovule, à savoir l'ovulation.

Formes de la maladie

Le dysfonctionnement ovarien peut prendre différentes formes cliniques et se manifester sous la forme de syndromes neuroendocriniens spécifiques:

  • syndrome des ovaires polykystiques;
  • hyperfonction ovarienne;
  • syndrome métabolique (obésité, glycémie élevée, hypertension artérielle);
  • insuffisance ovarienne primaire (œstrogène bas, avec ménopause prématurée);
  • Syndrome d'Itsenko-Cushing;
  • hypothyroïdie et hyperthyroïdie;
  • hypersécrétion d'androgènes ovariens;
  • syndrome d'hyperprolactinémie;
  • dysfonctionnement non spécifié.

Signes de dysfonctionnement ovarien

Les symptômes du dysfonctionnement ovarien incluent:

  • menstruations irrégulières;
  • saignements dans les intervalles entre les menstruations;
  • absence de menstruation pendant plus de six mois (aménorrhée);
  • violation des processus de maturation de l'œuf et de l'ovulation, impossibilité de concevoir ou de porter un enfant;
  • maigres (oligoménorrhée) ou menstruations trop intenses (hyperménorrhée);
  • syndrome prémenstruel prononcé: irritabilité ou larmoiement et apathie;
  • douleur dans le bas de l'abdomen ou dans le bas du dos (tirant, terne ou forte) avant la menstruation ou au milieu du cycle, les jours d'ovulation prévue;
  • surcharge pondérale jusqu'à l'obésité, stries sur la peau de l'abdomen, des cuisses, de la poitrine;
  • excès de poils sur le corps et le visage de type masculin (hirsutisme);
  • signes d'anémie: étourdissements récurrents, faiblesse générale, pâleur, essoufflement avec peu d'effort, tachycardie.

Diagnostics

Pour rechercher les causes du dysfonctionnement ovarien, un ensemble de mesures diagnostiques est effectué, prenant en compte les symptômes locaux du dysfonctionnement ovarien, les processus pathologiques concomitants, l'âge de la femme et les menaces accrues pour le développement de certaines complications.

Une condition préalable à l'efficacité du traitement est la modification du mode de vie: changement de la nutrition dans le sens de la récupération, augmentation de l'activité physique, normalisation du sommeil, maintien d'un mode de travail et de repos optimal.

Les diagnostics complexes incluent:

  • examen gynécologique;
  • ensemencer les sécrétions vaginales dans la microflore et la réaction en chaîne de la polymérase afin d’exclure les infections génitales;
  • recherche sur les hormones pour déterminer les niveaux de prolactine, de testostérone, de progestérone, d’œstrogènes, de FSH et de LH, d’œstradiol, d’androstènedione, de globuline;
  • analyses de sang pour déterminer le contenu en hormones thyroïdiennes (hormone stimulant la thyroïde, triiodothyronine, thyroxine) et en glandes surrénales (cortisone);
  • test sanguin biochimique pour déterminer le niveau de triglycérides, lipoprotéines;
  • échographie des organes pelviens, de la thyroïde, des glandes surrénales;
  • tomographie pour exclure une tumeur hypophysaire.

Les adolescentes qui commencent à avoir leurs règles se voient également prescrire des tests de numération plaquettaire, de détermination du temps de saignement, de coagulation du sang, d’antithrombine III et de prothrombine afin d’exclure une thrombocytopénie ou une thrombose.

Les femmes en âge de procréer, si nécessaire, peuvent être affectées à l'examen de la cavité et du col de l'utérus, une attention particulière étant accordée aux conséquences possibles d'avortements antérieurs.

Lors de l'examen des patientes en ménopause, des procédures de diagnostic supplémentaires peuvent être nécessaires: hystéroscopie, échographie transvaginale, etc.

La collecte d’anamnèse, l’analyse des résultats d’échographie et les données d’examen permettent de diagnostiquer un dysfonctionnement ovarien. Les études de laboratoire précisent sa forme pathogénétique.

Traitement de la dysfonction ovarienne

Le traitement de la dysfonction ovarienne dépend de la nature et de la gravité des manifestations cliniques et comprend les activités suivantes:

  • correction des troubles endocriniens, si nécessaire, en prenant des médicaments antiandrogéniques non stéroïdiens et des œstrogènes progestatifs;
  • thérapie antibactérienne dans la détection des processus inflammatoires;
  • physiothérapie - contribue à améliorer la microcirculation et les processus métaboliques dans l'ovaire;
  • correction de l'excès de poids; les patients obèses reçoivent une thérapie de régime, si nécessaire, avec des sensibilisants, c'est-à-dire avec des substances qui augmentent la sensibilité des tissus périphériques à l'insuline.

Le dysfonctionnement ovarien entraîne le développement de plusieurs affections pathologiques, dont les plus caractéristiques sont les troubles menstruels et les troubles anovulatoires conduisant à la stérilité.

Une condition préalable à l'efficacité du traitement est la modification du mode de vie: changement de la nutrition dans le sens de la récupération, augmentation de l'activité physique, normalisation du sommeil, maintien d'un mode de travail optimal et repos, si nécessaire - psychothérapie.

S'il est nécessaire d'arrêter les saignements, l'hystéroscopie et le curetage thérapeutique et diagnostique séparé sont prescrits et sont réalisés en deux étapes: le canal cervical et la cavité utérine. Il est nécessaire d'assurer l'élimination de toute la membrane muqueuse de l'utérus et d'exclure la présence de pathologies concomitantes (adénomyose, myome utérin, polypes, etc.). Pour prévenir les saignements récurrents, le cycle menstruel normal est restauré, des médicaments à base de progestérone sont prescrits. Si la patiente planifie une grossesse, utilisez des médicaments qui restaurent et stimulent l'ovulation, dont l'apparition est contrôlée en mesurant la température basale, la taille du follicule et l'épaisseur de l'endomètre lors d'une échographie.

Dans le cas du syndrome des ovaires polykystiques avec infertilité, le traitement du dysfonctionnement ovarien est rapide, ce qui permet de rétablir le processus de libération de l'ovule, à savoir l'ovulation. Les méthodes chirurgicales mini-invasives (laparoscopiques) suivantes sont utilisées à cette fin:

  • cautérisation - élimination des kystes folliculaires par cautérisation (à l'aide d'un coagulateur à aiguille ou d'un laser à thermo-argon);
  • décortication - élimination de la couche supérieure compactée de la capsule ovarienne à l'aide d'une électrode;
  • Perçage de l'ovaire - perçage d'une capsule dense avec un coagulateur électrique ou laser.

La chirurgie classique - résection de l'ovaire en forme de coin - est maintenant rarement utilisée en raison du traumatisme plus important et des risques accrus par rapport aux méthodes peu invasives.

Avec un diagnostic opportun et un traitement adéquat, il est possible de normaliser le cycle menstruel et de rétablir l'ovulation. Les chances de grossesse dans ce cas dépassent 80%.

En chirurgie, on a également eu recours à la présence de polypes, d'adhérences dans les trompes de Fallope, de myomes, d'anomalies de la structure des ovaires.

Complications possibles et conséquences

L'absence de correction rapide du dysfonctionnement ovarien peut entraîner de graves complications.

Un dysfonctionnement ovarien de la période de reproduction dans sa forme avancée conduit souvent à une fausse couche de grossesse (avec une diminution du niveau de progestérone) et à la stérilité. Souvent, le dysfonctionnement ovarien s'exprime sous forme d'oligoménorrhée (intervalles entre les règles de plus de quarante jours). La violation du cycle menstruel peut atteindre son degré extrême d'aménorrhée.

Le dysfonctionnement ovarien est un facteur de risque pour le développement de la mastopathie, des tumeurs malignes du sein, de l'hyperplasie et du cancer de l'endomètre.

Des saignements abondants et prolongés peuvent provoquer une anémie. Des troubles végétatifs peuvent survenir (palpitations, transpiration excessive).

Les troubles hormonaux entraînent des défaillances dans l'absorption du calcium, ce qui entraîne le développement de l'ostéoporose des os, conduisant à leur fragilité.

Prévisions

Avec un diagnostic opportun et un traitement adéquat, il est possible de normaliser le cycle menstruel et de rétablir l'ovulation. Les chances de grossesse dans ce cas dépassent 80%. Cependant, dans la plupart des cas, le traitement n’apporte qu’un effet temporaire.

Actuellement, une recherche supplémentaire est en cours pour la correction optimale de cet état et l'étude des mécanismes de son développement.

Prévention

Dans certains cas, il est possible de prévenir le dysfonctionnement ovarien en suivant les recommandations:

  • Visites régulières chez un gynécologue aux fins d'un examen de routine (une fois par an et pour les femmes à risque de maladies gynécologiques, deux fois par an);
  • traitement rapide des maladies infectieuses, en particulier des organes pelviens;
  • prendre des médicaments hormonaux uniquement sur ordonnance et strictement selon le schéma développé;
  • refus d'interruption artificielle de grossesse, utilisation de méthodes de contraception fiables;
  • hygiène personnelle;
  • mode de vie sain, alimentation équilibrée et activité physique suffisante.

Dysfonctionnement ovarien: nature, causes, symptômes, traitement, effets

Toute perturbation du fonctionnement des ovaires provoque un déséquilibre des hormones sexuelles, ce qui entraîne des maladies de l'appareil reproducteur et des glandes mammaires. Les conséquences sont des troubles menstruels graves, l'incapacité d'avoir des enfants. Reconnaître le dysfonctionnement ovarien n’est pas difficile si vous traitez votre santé avec précaution. Douleur dans le bas-ventre, violations du cycle - lorsque de tels symptômes apparaissent, vous devez consulter un médecin pour diagnostiquer correctement la maladie et suivre un traitement. Il est important d'éliminer la cause des violations.

Dysfonctionnement ovarien et ses conséquences

La fonction des ovaires dans le corps est la production d'hormones sexuelles féminines - œstrogènes et progestérone, en réponse aux effets des hormones hypophysaires (FSH - stimulant folliculaire et LH - lutéinisante). Le dysfonctionnement ovarien, c’est-à-dire leur incapacité à produire les hormones en quantité suffisante, perturbe le processus de maturation de l’ovule et rend impossible sa fécondation.

Le dysfonctionnement a pour conséquence l'allongement anormal (jusqu'à 40 jours ou plus) ou le raccourcissement du cycle (moins de 21 jours), l'apparition de saignements utérins anormaux (lourds et prolongés entre des règles irrégulières), l'absence d'ovulation (l'ovule ne mûrit pas complètement, le follicule ne se rompt pas). Le niveau d'hormones sexuelles féminines affecte le travail de tous les systèmes du corps féminin. Par conséquent, les conséquences du dysfonctionnement ovarien sont les suivantes:

  1. Troubles de la reproduction entraînant une infertilité ou une fausse couche.
  2. Apparition d'une endométriose chez une femme (croissance pathologique de la couche épithéliale de l'utérus et germination dans d'autres organes), d'une maladie polykystique ainsi que de l'apparition de fibromes (tumeur bénigne) et de néoplasmes malins dans l'utérus.
  3. Le développement du cancer du sein (tumeur œstrogénodépendante).
  4. Troubles du système nerveux, détérioration de la peau et des cheveux, douleurs à l'abdomen et au dos et autres manifestations du syndrome prémenstruel.

L'anémie et la détérioration de l'état de santé général sont également un signe indirect de dysfonctionnement ovarien.

Vidéo: Causes des troubles hormonaux chez les femmes

Causes de dysfonctionnement

L’émergence de dysfonctionnements contribue non seulement aux changements hormonaux et à la dégradation du bien-être général des femmes, mais aussi aux conditions de vie et à l’environnement. Les causes et les effets du dysfonctionnement ovarien sont interdépendants.

Les principaux facteurs à l'origine de cette pathologie sont des modifications anormales du fond hormonal dans l'organisme, entraînant l'apparition de maladies de l'utérus et des appendices. Le premier symptôme de telles pathologies est une violation de la production d'hormones sexuelles féminines dans les ovaires et, en conséquence, l'impossibilité de suivre le cours normal des processus du cycle menstruel. Les troubles sont causés par un dysfonctionnement de l'hypophyse, de la thyroïde et d'autres organes de la sécrétion interne. Souvent, leur cause est le diabète.

Les changements hormonaux peuvent être naturels. Par exemple, des troubles dysfonctionnels surviennent souvent chez les jeunes filles au tout début de la puberté, lorsque les organes de reproduction sont en phase de développement, le cycle ne s'est pas formé. Le dysfonctionnement ovarien est l'une des principales manifestations de la ménopause. Au cours de cette période, l’offre en œufs se raréfie, le vieillissement et les ovaires diminuent. Cela conduit à l'émergence d'un nombre croissant de cycles anovulatoires, allongeant les pauses entre les menstruations jusqu'à la disparition complète de la menstruation. Pendant la période de préménopause, l'alternance de périodes lourdes avec des périodes rares est possible. Jusqu'au début de la ménopause, ces processus sont naturels.

Il est important de se rappeler que: La pathologie est l'apparition de tout saignement après que la menstruation ait été absente pendant un an. Cela peut être un symptôme d'hyperplasie de l'endomètre, un cancer de l'utérus. Si un tel signe apparaît, il est nécessaire de consulter immédiatement un médecin.

La cause des troubles hormonaux et du dysfonctionnement ovarien chez les femmes en âge de procréer sont des maladies transmises des organes de la reproduction:

  • tumeurs bénignes et malignes;
  • inflammation de l'endomètre de l'utérus (endométrite) et des ovaires (annexite);
  • lésion infectieuse des organes génitaux (muguet, herpès génital, gonorrhée);
  • les troubles métaboliques et les changements brusques de poids corporel associés;
  • prendre certains médicaments et contraceptifs, installer le dispositif intra-utérin;
  • avortement et autres opérations sur les organes reproducteurs;
  • vie sexuelle irrégulière;
  • tabagisme, alcoolisme et toxicomanie.

Remarque: les ovaires sont un organe qui réagit avec sensibilité même à l'humeur d'une femme, son état mental. Un stress important, des inquiétudes concernant l’absence de grossesse, l’arrivée tardive des règles, ainsi que le changement des conditions de vie habituelles peuvent affecter le fonctionnement des ovaires et provoquer l’apparition de troubles temporaires ou chroniques.

L'émergence d'un dysfonctionnement contribue à la présence de maladies du sang, du foie, des reins et des maladies cardiovasculaires chez la femme.

Vidéo: Dysfonction: qu'est-ce que c'est, comment ça se manifeste

Symptômes de dysfonctionnement

La présence d'un dysfonctionnement ovarien chez une femme est indiquée par un certain nombre de symptômes caractéristiques. Tout d'abord, c'est une violation de la régularité et de la durée du cycle.

Au cours d'une fonction ovarienne normale, le taux d'œstrogènes chez une femme en âge de procréer diminue progressivement jusqu'au milieu du cycle et le taux de progestérone augmente. De ce fait, l'endomètre se développe normalement dans l'utérus et un œuf en bonne santé se forme, prêt pour la fécondation. Si la conception ne se produit pas, alors les périodes mensuelles de 3-5 jours et un volume de 40-80 ml entrent dans le temps. Les dysfonctionnements entraînent une modification brutale des niveaux hormonaux, ce qui se traduit par l'apparition de saignements utérins entre les menstruations. Il peut être si abondant qu'une femme ait besoin de soins médicaux d'urgence pour l'arrêter. Une perte de sang importante met la vie en danger.

Le manque d'œstrogène conduit à un raccourcissement de la première phase du cycle et à une réduction de sa durée. Tous les mois commencent à venir au hasard et plus souvent qu'après 21 jours. L'excès d'œstrogènes entraîne un manque d'ovulation et des retards mensuels importants. Une des conséquences possibles du dysfonctionnement ovarien est l'aménorrhée - la cessation complète de la menstruation chez une femme en âge de procréer (six mois ou plus).

Une production insuffisante de progestérone ne permet pas de sauver la grossesse et la gestation. Dans ce cas, les règles de la femme deviennent longues et abondantes. La perte de sang entraîne des symptômes de carence en fer dans le corps (vertiges, faiblesse, nausée, mal de tête).

L'excès d'hormone provoque un prolongement de la deuxième phase du cycle et indique un développement anormal du corps jaune qui le produit. Car une telle condition est caractérisée par l'apparition de migraine, gonflement et sensibilité des glandes mammaires, humeur dépressive, diminution de l'activité sexuelle.

Comme avec un excès, et avec un manque d'hormones sexuelles féminines, des symptômes tels qu'une sensation de fatigue constante, des réactions allergiques cutanées telles que des démangeaisons et une éruption cutanée, une vision floue, une chute de tension artérielle peuvent survenir. En cas de dysfonctionnement ovarien, des troubles neurologiques: insomnie, douleur au cœur, changement d'humeur sans cause. Il y a une croissance excessive des poils, une détérioration de la peau, des cheveux et des ongles.

Diagnostiquer un dysfonctionnement

Le but de l’enquête est de confirmer le trouble de la fonction hormonale des ovaires et de déterminer la cause de la pathologie. Il est possible d’assumer la présence de la maladie par des symptômes tels qu’une violation du cycle, la présence de saignements intermenstruels, l’incapacité de tomber enceinte et un malaise général.

Pour confirmer le diagnostic et établir la cause du dysfonctionnement ovarien, les études suivantes sont menées:

  • test sanguin pour les hormones de l'hypophyse, de la thyroïde, de la prolactine, des œstrogènes et de la progestérone;
  • test sanguin biochimique pour le sucre pour exclure le diabète sucré;
  • Analyse PCR d'un frottis vaginal et cervical pour détecter des agents pathogènes d'infections génitales et autres, susceptibles de provoquer une inflammation des ovaires;
  • biopsie de tumeurs dans l'utérus (l'examen histologique d'échantillons peut détecter des maladies malignes);
  • folliculométrie - échographie hebdomadaire, permettant de suivre l'évolution des follicules, permettant de détecter la présence ou l'absence d'ovulation;
  • Échographie de la glande thyroïde et des glandes surrénales;
  • examen de l'état de l'hypophyse par IRM et TDM du cerveau.

Une échographie de l'utérus et de ses annexes est nécessaire pour détecter des indicateurs tels que l'épaisseur de l'endomètre, l'emplacement et la taille du follicule dominant et la présence de cavités kystiques. L'étude est réalisée par la méthode abdominale (externe) ou transvaginale (à travers le vagin, en y insérant un capteur).

Traitement de la dysfonction ovarienne

Le dysfonctionnement ovarien se manifeste différemment selon la cause, l'âge de la femme et l'état de santé général. Le traitement peut nécessiter l'arrêt du saignement, l'élimination des causes de l'infertilité, le traitement de maladies des organes génitaux, l'élimination des troubles hormonaux et des troubles du cycle.

Élimination des saignements utérins. Dans certains cas, des préparations hormonales sont utilisées à cet effet. Par exemple, les 16 et 21e jours du cycle, on prescrit à la femme des médicaments à base de progestérone. Le dispositif intra-utérin est retiré. Si le résultat ne peut être obtenu rapidement, un curetage de l'utérus est alors effectué pour éliminer l'endomètre saignant.

Élimination du déséquilibre hormonal. Elle est généralement réalisée sous la supervision d'un gynécologue et d'un endocrinologue expérimenté. Médicaments sur ordonnance contenant de l'œstrogène et de la progestérone (sous forme de pilule contraceptive). Le type et la dose du médicament sont choisis en fonction de la nature des anomalies hormonales et de l’âge du patient. Le travail de la glande thyroïde, de l'hypophyse, du pancréas est ajusté (les hormones sont utilisées pour réduire la glycémie dans le diabète).

Traitement des maladies inflammatoires et infectieuses des organes reproducteurs avec des médicaments antibactériens et anti-inflammatoires.

Traitement de l'infertilité. Si une femme souffre d'infertilité en raison d'un manque d'ovulation, un dysfonctionnement ovarien est diagnostiqué, le traitement est administré avec des médicaments qui augmentent la teneur en œstrogènes dans le sang, stimulent la croissance des ovaires, le développement des follicules et la libération de l'ovule. Ces moyens incluent humegon, pergonal, prophazy. Leur dose est choisie strictement individuellement pour éviter les effets d'hormones en excès. Les médicaments sont pris certains jours du cycle.

Conseil: Il est possible de déterminer si l'ovulation a lieu et à quels jours du cycle, en mesurant quotidiennement la température basale et en programmant un horaire approprié. Si la température au milieu du cycle augmente de 0,5 ° -1 °, le résultat est positif, une grossesse est possible. Si la température ne change pas, alors, en règle générale, il y a dysfonction ovarienne. À la maison, des tests express spéciaux pour l'ovulation sont également utilisés («Eviplan» et autres).

La femme reçoit également des médicaments contenant de l'hCG (gonadotrophine chorionique humaine) pour stimuler la maturation de l'œuf et maintenir sa grossesse (gonacor, pregnil).

Dysfonctionnement ovarien - traitement et symptômes

Le dysfonctionnement ovarien est un trouble de la fonction hormonale des ovaires, qui est observé en raison du processus inflammatoire ou de divers troubles endocriniens et se manifeste par tout un ensemble de conditions pathologiques.

La maladie se caractérise par une violation du cycle menstruel: allongement important (plus de 35 jours) ou raccourcissement (moins de 21 jours), accompagné de saignements utérins ultérieurs de nature dysfonctionnelle.

Le complexe symptomatique du syndrome prémenstruel peut rejoindre cette condition. Le résultat du dysfonctionnement ovarien peut être une endométriose, un myome, un tatoma, une mammite, un cancer du sein, la stérilité.

Causes de la dysfonction ovarienne

Les causes du dysfonctionnement ovarien peuvent être des facteurs conduisant à une perturbation de la fonction hormonale de ces organes et du cycle menstruel.

Les principaux sont:

  1. processus inflammatoires localisés dans les ovaires (ovariose), l'utérus (cervicite, endométrite) et ses appendices (annexite ou salpingo-ovariose). Ces conditions pathologiques peuvent être dues à un manque d'hygiène des organes génitaux, à une dérive du flux lymphatique ou sanguin d'agents pathogènes d'autres organes de la cavité abdominale et de l'intestin, au rhume, à l'hypothermie et à la perturbation des techniques de douche vaginale;
  2. maladies de l'utérus et des ovaires (adénomyose, tumeurs de l'ovaire, fibromes utérins, endométriose, cancers du corps et du col de l'utérus);
  3. la présence de troubles endocriniens concomitants, tant congénitaux qu'acquis: diabète, obésité, maladies de la glande thyroïde et des glandes surrénales. Le déséquilibre hormonal provoqué dans le corps par ces conditions pathologiques se reflète également dans la région génitale, provoquant le développement d'un dysfonctionnement ovarien;
  4. épuisement nerveux et surmenage résultant d'épuisement psychologique, physique, de stress, de mode de repos et de travail irrationnel;
  5. avortement artificiel et spontané. Le plus dangereux est un mini-avortement ou un avortement médicamenteux au cours de la première grossesse, lorsque la restructuration d'un organisme destiné à réaliser une grossesse s'achève abruptement. Cela peut conduire à un dysfonctionnement ovarien prolongé, menaçant à l'avenir d'infertilité;
  6. mauvais emplacement du dispositif intra-utérin dans l'utérus. L'installation de ce dispositif est effectuée uniquement en l'absence de contre-indications lors des examens de suivi périodiques suivants;
  7. facteurs externes: insolation excessive, changement climatique, prise de certains médicaments, lésions dues aux radiations.

Dans certains cas, il suffit que des troubles menstruels soient associés au développement d'un dysfonctionnement ovarien persistant.

Symptômes et signes de dysfonctionnement ovarien

Dans la régulation de la fonction ovarienne, les hormones de l'hypophyse antérieure sont prises: follicule stimulante (FSH), lutéinisante (LH) et prolactine. Un certain ratio de ces hormones à un stade particulier du cycle menstruel assure un cycle ovarien normal, au cours duquel se produit l'ovulation.

[infobl style = "info"] Par conséquent, cet état pathologique est basé sur une dysrégulation du système hypothalamo-hypophysaire, qui conduit à une anovulation (absence d'ovulation) pendant le cycle menstruel. [/ infobl]

En cas de dysfonctionnement ovarien, l’absence de phase du corps jaune et l’ovulation sont à l’origine de divers troubles menstruels associés à un excès d’œstrogènes et à une diminution de la quantité de progestérone.

Cet état pathologique peut indiquer:

    • menstruations irrégulières, leur rareté ou leur intensité, saignements dans les périodes intermenstruelles;
  • douleurs abdominales et lombaires basses, crampes ou caractère terne pendant les jours menstruels ou prémenstruels, ainsi que pendant la période d'ovulation prévue;
  • infertilité ou fausse couche à la suite des processus d'ovulation et de maturation de l'œuf;
  • saignements utérins anormaux (acycliques): fréquents (à des intervalles de moins de vingt et un jours), rares (avec une pause de plus de trente-cinq jours), abondants (avec une perte de sang de plus de cent cinquante millilitres de sang), prolongés (plus d'une semaine);
  • Syndrome prémenstruel, caractérisé par une évolution sévère et se manifestant par une léthargie, une irritabilité excessive ou une apathie passive;
  • Aménorrhée - pas l'apparition du cycle menstruel dans plus de six mois.

Ainsi, chacun des symptômes susmentionnés de dysfonctionnement ovarien, même s'ils se présentent séparément, constitue une raison assez grave de consulter un gynécologue et un examen approfondi, car ils peuvent entraîner le développement de l'infertilité et des fausses couches.

En plus de tout cela, cet état pathologique peut indiquer la présence de formations tumorales malignes, une grossesse extra-utérine et déclencher le développement (en particulier chez les femmes de plus de 40 ans) d'endométriose, de fibromes utérins, de cancer du sein, de mastopathie.

Diagnostic de la dysfonction ovarienne

Le traitement et l'examen de la dysfonction ovarienne sont effectués par un gynécologue-endocrinologue.
Si cet état pathologique est suspecté, le médecin exclut tout d’abord la pathologie chirurgicale: processus tumoraux, grossesse extra-utérine, analyse du calendrier menstruel de la femme, écoute toutes les plaintes, effectue un examen gynécologique et établit un plan pour un diagnostic plus approfondi.

Le complexe de toutes les procédures de diagnostic visant à déterminer les causes du dysfonctionnement ovarien comprend:

  • échographie des organes pelviens, de la glande thyroïde et des glandes surrénales;
  • détermination de la concentration d'hormones sexuelles (lutéinisante, stimulante des follicules, prolactine, œstrogène, progestérone) dans le sang et l'urine;
  • ensemencement bactérien et microscopie des sécrétions vaginales de la flore, diagnostic PCR pour exclure les infections sexuelles (ureaplasmose, candidose, chlamydia, mycoplasmose, trichomonose, etc.);
  • un test sanguin pour la concentration d'hormones thyroïdiennes et des glandes surrénales;
  • Examen aux rayons X du crâne, tomodensitométrie (CT) et IRM (imagerie par résonance magnétique) du cerveau - pour exclure toute lésion de l'hypophyse;
  • curetage diagnostique des canaux cervicaux et utérins et hystéroscopie avec une biopsie cervicale pour un examen plus approfondi des pièces de l'endomètre;
  • électroencéphalographie (EEG) du cerveau - pour exclure les modifications pathologiques de nature locale.

Un schéma d'examen individuel est sélectionné pour chaque patient et peut ne pas inclure toutes les procédures ci-dessus.

La gravité du trouble détermine en grande partie le succès de la correction du dysfonctionnement ovarien.

Par conséquent, toute irrégularité du cycle menstruel devrait constituer un motif d'examen.

Les patients atteints d'une forme chronique de la maladie doivent être surveillés par un gynécologue et un endocrinologue.

Cette procédure devrait être effectuée au moins deux ou quatre fois par an, même en l'absence de changement d'état subjectif.

Dysfonctionnement ovarien pendant la grossesse

La préparation et la mise en œuvre de la grossesse pour le dysfonctionnement ovarien doivent être effectuées sous contrôle strict et avec l'aide d'un gynécologue et d'un endocrinologue. Pour ce faire, les patients doivent suivre un traitement visant à rétablir le cycle ovulatoire physiologique.

Dans cet état pathologique, le traitement avec des médicaments hormonaux est prescrit: clomifène, humus, prophase, pergonal. Ils sont utilisés à partir du cinquième jour des règles jusqu'au neuvième jour inclus.

[infobl style = "warning"] Pendant toute la durée de la prise du médicament sous contrôle ultrasonore, le degré et la vitesse de développement du follicule sont enregistrés. Lorsqu'ils atteignent le degré de maturité souhaité et la taille de dix-huit millimètres et l'épaisseur de l'endomètre de huit à dix millimètres, on administre au patient une gonadotrophine chorionique humaine (hCG), ce qui provoque l'ovulation. [/ infobl]

Cette thérapie de stimulation doit être effectuée au cours des trois prochains cycles menstruels. Plus tard, au cours de trois cycles menstruels ultérieurs, des préparations à base de progestérone du seizième au vingt-sixième jour du cycle menstruel sont utilisées pour contrôler l'apparition de l'ovulation en mesurant la température rectale (basale) et en contrôlant les examens échographiques.

Les méthodes de traitement de la dysfonction ovarienne, utilisées en gynécologie moderne, dans de nombreux cycles, peuvent stabiliser le cycle menstruel et réaliser un début d'ovulation régulier. Grâce à cela, une femme peut non seulement tomber enceinte, mais aussi porter un enfant. Chez les patientes présentant cette pathologie, la gestion de la grossesse doit être effectuée à un stade précoce et avec une attention particulière.

Traitement de la dysfonction ovarienne

Le complexe de mesures thérapeutiques pour le dysfonctionnement ovarien vise à résoudre les tâches suivantes:

  1. élimination des causes de cet état pathologique;
  2. Correction de diverses conditions d'urgence (cesser de saigner);
  3. restauration de la fonction hormonale des organes et normalisation du cycle menstruel.

La maladie bénigne peut être traitée en ambulatoire, d'autres cas nécessitent une hospitalisation. Aux stades d'arrêt du saignement, un traitement hormonal hémostatique est prescrit. En cas d'efficacité réduite, un curetage spécial de la muqueuse de la muqueuse utérine est utilisé à des fins thérapeutiques et diagnostiques. Les résultats de l'analyse histologique déterminent la poursuite du traitement.

Dans le traitement ultérieur du dysfonctionnement ovarien dépend directement des raisons qui ont causé la maladie.

Lorsque des processus inflammatoires chroniques sont découverts, ils traitent les infections qui les ont provoquées (et celles qui sont transmises sexuellement).

La correction des troubles endocriniens à l'origine du dysfonctionnement ovarien est effectuée sur ordonnance d'hormones.

Pour stimuler le système immunitaire dans cette maladie, la nomination de complexes vitaminiques spéciaux, de compléments alimentaires (compléments alimentaires) et de médicaments homéopathiques est indiquée.

La création d’un mode de vie et d’un régime normaux, de l’activité physique et de la nutrition, ainsi que la thérapie réflexe, la physiothérapie et les soins psychothérapeutiques revêtent une importance particulière dans le traitement de la dysfonction ovarienne.

Pour la prévention des saignements utérins récurrents et la restauration du cycle menstruel normal physiologique, le traitement par progestérone est utilisé du seizième au vingt-sixième jour du cycle. Après ce cours, la menstruation commence au cours de la semaine et son début est désigné comme le nouveau cycle menstruel.

[infobl style = "faq"] À l'avenir, les contraceptifs hormonaux combinés sont utilisés pour normaliser le cycle menstruel. Un dispositif intra-utérin (DIU) est contre-indiqué chez les femmes ayant eu un dysfonctionnement ovarien dans le passé. [/ Infobl]

Traitement des remèdes populaires contre le dysfonctionnement ovarien

En médecine traditionnelle, des agents thérapeutiques sont utilisés, à la fois pour la douche et pour un usage interne. Ils vous permettent d'éliminer les symptômes pathologiques de cette maladie, mais leur efficacité est augmentée en combinaison avec les moyens de la médecine officielle.

Pour un usage interne, vous pouvez utiliser la teinture de réglisse, de gingembre, de décoction de dactyle, de pied-de-poil, de thym, de racine d'Althea, de feuilles d'ortie, de fleurs d'Hypericum perforatum et d'achillée millefeuille.

Pour les douches vaginales, on utilise une infusion de feuilles et de fleurs d'immortelle, de fleurs de sureau et d'écorce de chêne.

Dysfonctionnement ovarien

Le dysfonctionnement ovarien est une défaillance de la fonction ovarienne, responsable de la formation d'hormones pituitaires, en raison de l'apparition de foyers d'inflammation ou d'un état instable du système endocrinien. Le dysfonctionnement ovarien hormonal diffère par un certain nombre de manifestations d'états pathologiques. Il se caractérise par une défaillance du cycle normal en deux types: allongement (plus de 40 jours) et raccourcissement (moins de 21 jours) en tandem avec des saignements survenant au milieu du cycle (DMC). Les saignements de l'utérus, qui ne font pas partie de la période menstruelle, sont la marque de cette pathologie.

Un dysfonctionnement ovarien de la période de reproduction, avec l'ambiguïté du cycle menstruel, peut entraîner des complications telles que l'anovulation (absence de ponte). Les conséquences d'un dysfonctionnement ovarien entraînent une irritabilité excessive, des malaises, des maux de tête, une dépression, des nausées, provoquent des vomissements, des douleurs abdominales basses, se manifestant une semaine ou même deux avant le début de la période de mésange.

Parallèlement à la dysfonction ovarienne, vous pouvez trouver des maladies féminines telles que l'endométriose ou des ganglions myomateux sur l'utérus, ainsi que la mastopathie. De tels compagnons sont plus susceptibles aux femmes, dont l'âge a dépassé la quatrième décennie. La raison du déséquilibre du cycle menstruel peut être la présence d’une grossesse fixée à l’extérieur de l’utérus ou la présence de formations tumorales des organes pelviens. Les signes de dysfonctionnement ovarien peuvent s'atténuer périodiquement, mais ce phénomène est de courte durée. Ignorer les manifestations de la maladie entraîne de graves complications.

Causes de la dysfonction ovarienne

Les causes du dysfonctionnement ovarien sont nombreuses. Après tout, au fond, c’est un échec, ou plutôt un manquement aux fonctions assignées à cet organe. Et tout travailleur consciencieux est un système fonctionnel en état de débogage, ne renonce pas à des tâches comme cela. La formation de foyers inflammatoires dans les organes du système de reproduction féminin est un facteur qui influe sur la survenue d'un dysfonctionnement ovarien en âge de procréer. Les ovaires, l'utérus et les appendices utérins (trompes de Fallope) peuvent acquérir des processus inflammatoires appelés oophorite, endométrite ou annexite, selon l'endroit. Une inflammation infectieuse peut être à l'origine de circonstances indépendantes de la volonté de la femme, telles qu'un rhume, un agent pathogène véhiculant des flux sanguins ou lymphatiques provenant d'autres organes et une hypothermie grave. Cependant, l’hôtesse de l’organisme peut également se blesser dans cette situation, en ne respectant pas les règles d’hygiène locale des organes génitaux ou en violant la technique de l’irrigation vaginale.

Un dysfonctionnement ovarien hormonal peut survenir en cas de dysfonctionnement du système endocrinien. Les maladies de la glande thyroïde, la pathologie du cortex surrénalien ou le diabète sucré peuvent accompagner une femme dès la naissance et avoir un caractère acquis. Les conséquences d'un dysfonctionnement ovarien peuvent conduire à l'obésité.

Diverses pathologies des ovaires et de l'utérus, y compris le cancer, peuvent provoquer un dysfonctionnement de l'organe. Le cancer du corps et du col de l'utérus peut se manifester par des saignements avec dysfonction ovarienne.

L'épuisement du système nerveux, les surmenages émotionnels et physiques, ainsi que l'incapacité à conserver un sommeil sain et un bon repos peuvent entraîner des perturbations des ovaires.

L'interruption prématurée de la grossesse, de manière artificielle ou spontanée, entraîne un changement radical des hormones. Un tel changement entraîne par la suite une perturbation persistante de la fonction ovarienne et une stérilité supplémentaire.

Si un contraceptif tel qu'un dispositif intra-utérin est installé de manière incorrecte, une femme peut présenter une dysfonction ovarienne en plus d'une grossesse subite.

Des facteurs externes, tels que des vols, d’un climat à l’autre, des dommages par rayonnement et une exposition à des facteurs nocifs peuvent être impliqués dans la survenue de ce problème.

Symptômes et signes de dysfonctionnement ovarien

Pour le travail et la régulation des ovaires sont responsables trois enfants vivant dans l'hypophyse, et plus précisément dans son lobe antérieur. Le premier est l'hormone folliculo-stimulante. Son nom dit tout. Cette hormone est responsable de l'acquisition, de la croissance et de la maturation des follicules dans les ovaires. La seconde est l'hormone lutéinisante. Il n'est responsable que de la cyclicité. Grâce à lui, une femme peut calculer quand elle ne devrait pas porter de pantalon blanc. La troisième hormone s'appelle la prolactine. Ce brave soldat est responsable d'un magnifique décolleté et de l'arrivée du lait après l'accouchement. Avec la naissance d'un bébé, un résident de l'hypophyse sous le nom de prolactine, déploie une fête dans le sang d'une femme. Sa quantité augmente énormément, ce qui entraîne l'émergence de nourriture pour le nourrisson. Tant que la fête se poursuit, l'ovulation ne se produit pas. C’est l’absence de grossesse chez les mères qui soutiennent l’allaitement. Il est clair que son augmentation avant le début de la grossesse est une pathologie et conduit à une libération insuffisante de l'œuf. Si trois de nos gars, dans la bonne proportion à un certain stade du cycle menstruel, font leur travail, alors l'ovulation se produit.

En se basant sur l'histoire de trois habitants de l'hypophyse travaillant pour le bien des ovaires, on peut estimer que le premier signe de dysfonctionnement ovarien est une interruption de la régularité du cycle menstruel. Si les habitants de l'hypophyse échouent, l'œuf n'entre pas dans la scène au bon moment. L'absence de production d'œufs entraîne une carence en progestérone, également appelée «hormone de grossesse», ainsi qu'une surabondance d'œstrogènes.

Comme mentionné ci-dessus, le symptôme du dysfonctionnement ovarien est l’échec du cycle menstruel. Les violations se produisent à la fois en cycles et en menstruation. Les rejets sont abondants ou, au contraire, rares. Cependant, des saignements accompagnés d'un dysfonctionnement ovarien peuvent survenir au milieu du cycle et ne s'appliquent pas aux menstruations.

Pour plus de clarté, il convient de rappeler quels sont les paramètres d’un cycle de menstruation normal. Sa durée varie de 21 à 35 jours inclus, la sortie de l’appareil génital dure au moins 3 et pas plus de 7 jours. La perte de sang un petit 50-100 ml pour toute la période du saignement. Le sang menstruel est de couleur rouge foncé et peut avoir de petits caillots muqueux. Cette période passe sans changement dans l'état somatique de la femme. Elle ne devrait pas ressentir de douleur, de faiblesse, de vision trouble, de vertige, de perte de conscience. Pendant les règles, n'oubliez pas les règles de l'hygiène intime locale. L'odeur normale ne devrait pas être. Le joint doit être changé toutes les 2 à 4 heures. Les tampons ne doivent être utilisés que dans des cas extrêmes, car ils ont un effet traumatique sur le col de l'utérus. Les écarts par rapport aux paramètres définis par Mère Nature servent de signal pour faire appel à un spécialiste hautement qualifié.

Comme il y a de graves violations dans le processus de préparation et de libération de l'œuf dans la lumière, l'avortement de la grossesse est souvent observé. En grand nombre, les femmes atteintes de dysfonction ovarienne connaissent un manque de grossesse.

Le syndrome douloureux, pendant le cycle de menstruation ou la semaine précédente, accompagne les femmes souffrant de dysfonctionnement. Au milieu du cycle, aux dates du tour des œufs proposé, une femme peut également ressentir une légère douleur au bas de l'abdomen.

Les saignements utérins acycliques sont l’un des signes les plus évidents d’échec de la fonction ovarienne optimale. Ils se produisent avec une fréquence accrue - la durée de la pause est inférieure à 20-22 jours ou avec une fréquence réduite - la durée de la pause est supérieure à 38-40 jours. En règle générale, ils peuvent contenir jusqu'à 100 à 150 ml de sang et durer au moins une semaine.

Une irritabilité excessive, des malaises, des maux de tête et même une dépression pendant une semaine ou deux avant les «jours rouges du calendrier» ne constituent pas une variante de la norme et servent de motif à une visite chez le médecin.

Mais bien sûr, le symptôme le plus alarmant et le plus alarmant est l'absence de menstruation. Beaucoup se réjouissent de cette coïncidence des circonstances et reportent le rendez-vous chez le médecin, mais vous devez vous rappeler que tout ce qui vous convient n’est pas correct.

Dysfonctionnement ovarien et grossesse

L'idée d'une grossesse avec dysfonctionnement ovarien doit être abordée avec toute l'intelligence et l'ingéniosité. Il faudra rétablir la cyclicité, et parfois la présence même de l'ovulation. Le traitement et la préparation se déroulent sous l'œil vigilant du gynécologue-endocrinologue.

Afin d'organiser la tournée de l'oeuf dans le corps d'une femme qui veut connaître la maternité, un traitement stimulant direct de l'ovulation est prescrit. Les médicaments sont hormonaux, leur dose est calculée individuellement, elle n’augmente que lorsque cela est nécessaire et avec beaucoup de précautions. Le début de l'ovulation a lieu sous le contrôle de paramètres sanguins biochimiques et de données cliniques.

À l'aide d'une méthode de diagnostic par ultrasons, le médecin observe la vitesse et la perspective de l'acquisition et de la maturation du follicule. Lorsqu'ils atteignent une taille de 1,8 cm, le degré de maturité souhaité et l'épaississement de la couche tapissant l'utérus à 8-10 mm, ils concluent que tout est prêt pour le début de l'ovulation. Une quantité de 10 000 UI de gonadotrophine chorionique humaine est introduite par voie intramusculaire chez une personne qui libère un ovule sur la scène.

La "conviction" du traitement hormonal de l'œuf est réalisée pendant trois cycles de menstruation. Au cours des trois prochains cycles, la progestérone, une substance synthétique, «l’hormone de grossesse», est utilisée entre 16 et 25 jours. La surveillance est effectuée en mesurant la température basale (devrait être en train de chauffer), et bien sûr l'appareil à ultrasons.

Le dysfonctionnement ovarien n'est pas une phrase pour une femme. La gynécologie actuelle dans 90% des cas résout le problème de l'échec du cycle menstruel et établit la régularité, et parfois même la présence de l'ovulation. La grossesse vient et porte l'ours, mais sa gestion doit être effectuée avec une dépendance dès les premières dates. Si nécessaire, avec contrôle périodique des niveaux hormonaux.

En tant que femme moderne, il est préférable de surveiller leur statut gynécologique afin de ne pas avoir de problèmes d’apparition de progéniture. La prévention et la prévention des maladies gynécologiques est l’objectif principal de la communauté moderne des obstétriciens et des gynécologues. Après tout, les symptômes de dysfonctionnement ovarien n'apportent pas beaucoup d'inconvénients et le traitement de cette maladie n'est pas impliqué.

Le dysfonctionnement ovarien ne met pas la vie en danger, mais il est menacé de cancer, ce qui peut être évité, sur fond de saignements ambigus. Oui, et dans la mastopathie ou le myome utérin, quelques moments agréables. Visiter votre médecin tous les six mois et faire des tests préventifs, tels qu'un test de pureté vaginale et une oncocytologie du col de l'utérus, ainsi que des tests sanguins et urinaires généraux, aideront à prévenir le développement de la maladie.

Diagnostic de la dysfonction ovarienne

Pour la première fois, un obstétricien-gynécologue peut être suspecté d’avoir fait échouer le fonctionnement normal des ovaires lors d’un examen de routine (semestriel) dans une clinique de soins prénatals au cours d’un anamnèse. Ou bien la réception peut être imprévue, initiée par la patiente, car elle a découvert chez elle des signes de la maladie qui l’inquiétait. Un gynécologue, dans une clinique prénatale, devrait exclure la présence d’une pathologie associée à la chirurgie, telle que la présence de tumeurs ou une grossesse extra-utérine. De plus, le plus opportun et le plus correct sera la réorientation d'une femme vers une consultation avec un gynécologue - un endocrinologue.

Lors de la première réunion, le médecin vous demandera de parler en détail des plaintes qui dérangent le patient. Vous ne devriez pas être surpris que le médecin veuille connaître d’autres maladies, à partir de l’enfance. Il sera nécessaire de parler des interventions chirurgicales, le cas échéant, et de fournir, si possible, un extrait des cas vécus. Parlez honnêtement de votre statut obstétrico-gynécologique: qu’il s’agisse d’une grossesse, d’un accouchement ou d’un avortement. En outre, une femme avant d'aller chez le gynécologue devrait faire une hygiène intime, car elle sera examinée sur la chaise. Avec un besoin d'avoir une couche jetable.

À première vue, cet interrogatoire est très important et s'appelle collecter l'historique de la maladie. Un ensemble d’informations reçues et un examen gynécologique dans les miroirs faciliteront la formulation d’un diagnostic préliminaire. Ensuite, le médecin traitant élaborera un plan d’enquête pour un diagnostic clinique plus précis.

Il faut se rappeler que cette pathologie est de nature endocrinienne. Par conséquent, l'échographie comprendra non seulement un examen des organes pelviens, mais également un examen approfondi des glandes surrénales et de la thyroïde. Il est nécessaire de comprendre que l’échographie n’est pas une source de diagnostic à 100% et que ses résultats devraient être évalués conjointement avec les indicateurs d’autres examens. Et seul un gynécologue peut obtenir un diagnostic, mais pas un médecin spécialiste des diagnostics fonctionnels.

En outre, l'ensemencement est effectué sur la croissance de la flore bactérienne du vagin. Cette analyse aide à éliminer le facteur du processus inflammatoire local. Les résultats de l'ensemencement sont examinés sous un microscope très sensible.

En laboratoire, une femme subira des tests PCR pour de nombreuses infections sexuellement transmissibles. Le partenaire sexuel, s’il en existe un, devra également subir un test de dépistage des maladies transmises par contact sexuel.

L’un des plus coûteux, mais aussi le plus important, est l’analyse des hormones sexuelles dans le sang et l’urine d’une femme. Ce sont les trois habitants de l'hypophyse plus la progestérone et l'œstrogène. La délivrance de ces hormones a lieu à un certain moment du cycle, vous ne devez donc pas essayer de les donner vous-même. Le médecin clarifiera de manière précise le jour du cycle féminin et le contenu de l'hormone à tester.

Le médecin voudra regarder une image de votre cerveau. Pour exclure les formations dans l'hypophyse, des méthodes de recherche plus sérieuses peuvent être incluses dans le plan d'examen. IRM - l’étude est basée sur la mesure de la réponse du noyau d’une molécule d’hydrogène aux effets des ondes électromagnétiques sur les tissus dans un champ magnétique constant. Il existe plusieurs méthodes d’IRM, un obstétricien-gynécologue vous dira ce que vous devez passer pour vous. Un examen couche par couche de la glande pituitaire dans le cerveau par tomodensitométrie peut également être requis. En cas de détection de formations de l'hypophyse, des tests supplémentaires seront attribués.

L'électroencéphalographie du cerveau vise à éliminer les violations de la perméabilité des oscillations électriques sur un réseau complexe de neurones. La procédure est absolument indolore, même si cela semble effrayant. De 19 à 256 électrodes sont fixées au cuir chevelu avec un gel spécial. La durée de la procédure dépend de la taille de l’étude.

À la discrétion du gynécologue, l'étude est réalisée à l'aide d'un microscope spécial - un hystéroscope. Les parois de l'utérus sont examinées et un petit morceau du col est pris pour un examen minutieux au niveau cellulaire. Ou bien, on utilise le grattage de deux zones: le revêtement muqueux du canal cervical et le revêtement à l'intérieur de l'utérus. Le matériel biologique obtenu est envoyé pour examen histologique en laboratoire.

Le plan d'examen est sélectionné individuellement pour chaque patiente individuellement, et il n'est pas nécessaire que tout ce qui précède soit prescrit lorsque le diagnostic de dysfonctionnement ovarien est confirmé. Le succès du diagnostic, et surtout de la correction, des troubles du fonctionnement des ovaires dépend de la gravité des symptômes chez la femme. L'attention ponctuelle portée aux défaillances du cycle menstruel, à l'accès à un médecin et à la désignation d'un plan d'enquête et à la poursuite du traitement est la clé d'un résultat positif. Avec un processus chronique visant à prévenir les complications graves, il est recommandé de consulter le gynécologue - endocrinologue deux fois plus souvent, même s’il n’ya pas de dynamique négative dans cet État.

Traitement de la dysfonction ovarienne

Avec le diagnostic clinique final, le dysfonctionnement ovarien, le gynécologue-endocrinologue prescrit un plan de traitement. Les tâches qui incombent au médecin et au patient consistent à éliminer les causes de cet état pathologique, à rétablir la concentration normale d'hormones responsables de la régulation du cycle des menstruations et de l'ovulation, ainsi qu'à prévenir les situations d'urgence telles que les saignements. Le traitement de la dysfonction ovarienne est effectué à l'hôpital ou à domicile, en fonction de la gravité de la maladie.

Le traitement des femmes présentant des saignements utérins est divisé en 2 étapes. La première consiste à effectuer un traitement hémostatique au cours de la perte de sang et la deuxième consiste à prendre des mesures préventives pour prévenir la récurrence des saignements et rétablir le fonctionnement normal des hormones responsables du cycle régulier de la menstruation. Le traitement hémostatique comprend un certain nombre de mesures obligatoires. Le premier est un régime de protection médicale, une restriction de l'activité physique, le repos au lit, un régime alimentaire normalisé. Le second concerne les médicaments hémostatiques non hormonaux. L’introduction de solutions utérotoniques telles que l’ocytocine à partir de 5 U. de 2 à 4 fois par jour, augmentant la contractilité des muscles utérins. Assigné à la thérapie de vitamine (acide ascorbique, vitamines du groupe B), pour élever le statut global de l'immunité. Pour augmenter l'activité du myomètre, la co-carboxylase est administrée à raison de 50 à 100 mg dans le muscle à raison de 1 p / jour. Pour améliorer la coagulation du sang, utilisez la méthylergométrine à une dose de 250-500 mg 2 ou 3 fois par jour. Également attribué un complexe réflexe-phyto-physiothérapie. Il existe plusieurs méthodes de réflexologie, telles que l'acupuncture ou l'électroacupuncture. La phytothérapie est le rendez-vous de rassemblements hémostatiques prêts à l'emploi, largement répandus dans les pharmacies. La kinésithérapie comprend la stimulation électrique du col de l’utérus, l’électrophorèse avec des ions calcium dans le cou et les zones endonasales, l’électrophorèse de la zone endonasale avec de la vitamine B. Si le complexe de ces mesures ne fonctionne pas, passez au troisième point de la thérapie hémostatique - thérapie hormonale hémostatique.

Aux fins du traitement hormonal hémostatique, il existe des indications et des contre-indications, le médecin traitant vous en informant en détail. En l’absence de contre-indications, les contraceptifs de la composition combinée sont monophasiques œstrogéniques et gestagéniques à faible dose. Le premier jour, 1 à 3 comprimés sont administrés toutes les 3 heures. Après avoir réduit les saignements, il ne reste qu'une dose d'entretien de contraceptifs hormonaux (1 comprimé par jour). La durée totale du cours est de 5 à 20 jours, en fonction de la dynamique. La dose à prendre ne doit pas dépasser 10 comprimés.

En cas de saignement abondant, ce schéma est utilisé. KOC est prescrit, par exemple, à Marvelon, 1 comprimé toutes les 1,5 à 2 heures sous la langue, ce qui correspond à 3 à 6 comprimés par 24 heures. Effectuer un contrôle dynamique de l'état et, avec une diminution des sécrétions, déterminer la dose quotidienne finale. En cas de pertes rares, 1 comprimé au maximum 2 fois par jour.

Les médicaments hémostatiques gestagennyh ne peuvent être réalisés qu’avec la décharge par le type de saignement. Si la décharge est brillante et que leur nombre augmente, il s'agit d'une contre-indication à l'utilisation de COC, car elle peut entraîner une augmentation des symptômes et, par conséquent, une perte de sang importante. Duphaston est généralement prescrit 10 mg par jour pendant 10 jours.

Le quatrième point est l'hémostase chirurgicale, qui consiste en le curetage diagnostique séparé mentionné ci-dessus. Cependant, elle est réalisée uniquement en cas de perte de sang importante et non-stop avec une chute de l'hémoglobine et de l'hématocrite et en l'absence de l'effet positif attendu des méthodes conservatrices pour arrêter la perte de sang. Avec une perte de sang importante, un traitement antianémique est effectué. Son volume dépend des indicateurs de tests sanguins rouges et de la quantité totale de sang perdu qui circule dans le corps d'une femme. Si le degré d'anémie est léger et que le taux d'hémoglobine n'est pas inférieur à 100 grammes par litre et que le nombre de globules rouges est d'au moins 3 millions et plus, la femme n'a pas besoin de rétablir le volume de sang en circulation au moyen d'un traitement par perfusion.

Pour le traitement de l'anémie, des préparations à base de fer sont prescrites, telles que Sorbifer, Ferlatum et autres, 1 comprimé 1 ou 2 p / jour. Si la perte de sang atteint 700 ml et que les taux d'hémoglobine tombent en dessous de 100 grammes par litre mais pas moins de 70 grammes par litre, les transfusions sanguines ne sont pas produites. On ne verse que des produits sanguins: cryoplasme, à raison de 5 ml pour 1 kg, albumine 5, 10, 20% à une dose de 100 ml par jour, ainsi que pour restaurer le volume de sang circulant dans le corps, transfuser des solutions cristalloïdes et colloïdes. En cas de perte sanguine grave, une transfusion sanguine est ajoutée aux produits sanguins, effectuée par le globule rouge, l'érythro-suspension. La récupération du volume sanguin en circulation avec des solutions au moyen d'une thérapie par perfusion est poursuivie. Il doit être calculé individuellement afin d'empêcher le sang de le remplacer par des moyens puissants.

Après le soulagement des conditions d'urgence, le traitement de la dysfonction ovarienne vise à éliminer la cause de sa survenue. D'après les résultats des analyses, tirez une conclusion. En présence de foyers d’infections chroniques, un traitement spécifique est mis en œuvre pour détruire les organismes pathogènes à l'origine de ce processus. Si des maladies transmises par contact sexuel sont détectées, les deux partenaires sont traités.

Pour la prévention de la répétition des saignements, des préparations à base de progestérone, telles que Duphaston ou Utrogestan, sont prescrites à partir du 16e jour du cycle jusqu'au 25e cycle inclusivement. À la fin du cours, pendant la semaine, commence la menstruation, qui est considérée comme le début du cycle. À l'avenir, les COC sont sélectionnés pour une femme afin de réguler davantage le cycle de menstruation. Les dispositifs intra-utérins pour le dysfonctionnement ovarien ne doivent pas être établis.

Pour stimuler l'ovulation en utilisant des médicaments qui bloquent l'œstrogène. Par exemple, les comprimés de Clomiphen à une dose de 50 mg 1 r / jour à partir du 5ème jour du cycle, pendant 5 jours. Après un mois de traitement, en l'absence de l'effet attendu, ils commencent à augmenter progressivement la dose jusqu'à 150 mg / jour ou à prolonger le traitement à dix jours. Après l'annulation du clomiphène, ils déclenchent une augmentation de la sécrétion de l'hormone responsable de la sécrétion de FSH et de LH, et leur libération active se produit, ce qui déclenche la croissance d'un nouveau nombre de follicules. La dynamique est tracée à l'aide de la biochimie sanguine. Chez les femmes présentant un dysfonctionnement ovarien, la grossesse doit être surveillée plus attentivement dès le début. Si nécessaire, testez le statut hormonal.

Le dysfonctionnement ovarien est l'une des maladies les plus courantes chez les femmes d'âges différents. À l’arrivée des premières règles, les mères devraient expliquer aux filles comment calculer correctement le cycle et quelle période devrait être normale. Le maintien du calendrier féminin, l'écoute des problèmes de votre corps et les visites préventives chez l'obstétricien-gynécologue sont essentielles pour prévenir l'apparition ou la complication de maladies féminines affectant la fonction de reproduction.

Avec le dysfonctionnement ovarien, vous pouvez devenir enceinte et avoir une progéniture en bonne santé. Laisser le chemin menant à l’objectif souhaité ne sera pas facile, mais un diagnostic et un traitement rapides rapporteront les très attendus deux stries parallèles du test et, plus tard, le plus beau sourire de votre propre enfant.

Vous Pouvez, Comme Pro Hormones