L'hyperplasie chez les enfants a récemment pris une place de choix parmi les maladies de la thyroïde et, en général, parmi toutes les pathologies endocriniennes de l'enfance.

Le nombre d'enfants souffrant de maladies de la thyroïde augmente chaque année, en raison de l'amélioration et de l'introduction de nouvelles méthodes de diagnostic, ainsi que de la détérioration de la santé des conditions environnementales radiologiques et écologiques.

Hyperplasie chez un enfant

Un autre fait important à noter est le fait que le travail préventif sur la prévention de la carence en iode dans les établissements préscolaires et scolaires a complètement cessé, même si 50% des habitants de notre pays vivent dans des régions où le sol et l'eau souffrent d'un manque constant d'iode.

Les enfants souffrent des conséquences les plus graves de la carence en iode, car outre l’hyperplasie thyroïdienne qui se développe parallèlement à la carence chronique en iode, les enfants développent leur propre liste de pathologies somatiques et psychomotrices, ainsi que des problèmes de fertilité dans un proche avenir et d’autres complications désagréables à éviter.

L'augmentation de la taille de la glande est l'une des manifestations les plus fréquentes des maladies endocriniennes. Ce symptôme est le plus souvent diagnostiqué chez les jeunes patients.

On peut distinguer les degrés d'hyperplasie d'organes endocriniens suivants:

  • 0 degré - une augmentation de la glande n'est pas fixée, cependant, des changements négatifs se produisent déjà dans ses tissus;
  • Grade 1 - la glande est agrandie, mais seul un spécialiste en examen de palpation peut détecter ce fait clinique;
  • Une glande de croissance à 2 degrés est devenue la cause de la déformation du cou, une hyperplasie est visible de côté.

Causes de l'hyperplasie infantile

L'hyperplasie thyroïdienne est une augmentation de son volume associée à la division rapide et incontrôlée des structures cellulaires et à la croissance des tissus fonctionnels.

La maladie est bénigne, mais si aucune mesure n'est prise, il existe un risque d'oncologie.

La pathologie survient en réponse aux facteurs indésirables suivants:

  • manque persistant d'iode dans le corps;
  • conditions environnementales insatisfaisantes;
  • prédisposition génétique;
  • exposition aux radiations;
  • maladies infectieuses et inflammatoires fréquentes.

En cas de carence chronique en iode, les tissus fonctionnels de la glande thyroïde commencent à se développer activement afin d’obtenir au moins une certaine quantité d’iode de l’organisme.

Une production excessive d'hormones peut également entraîner une augmentation de la glande thyroïde et la formation de changements nodaux dans sa structure.

Les symptômes

Le principal symptôme de la maladie est une augmentation du volume de la glande.

Au fil du temps, un défaut cosmétique visuel apparaît dans le cou et, au bout d'un moment, la glande envahie par la végétation commence à exercer une pression anormale sur les organes voisins - les vaisseaux de la trachée, de l'œsophage et du cou.

Pour confirmer la présence de l'hyperplasie chez un enfant devrait endocrinologue.

Nous énumérons les principaux symptômes de l'hyperplasie infantile:

  • "Bosse" dans la gorge;
  • sensation de sécheresse dans le larynx;
  • la taille de la glande est en dehors de la plage normale;
  • essoufflement, toux, sensation de pression dans le cou;
  • changement visuel des contours du cou.

Les symptômes cliniques caractéristiques de l'enfance incluent également la fatigue de l'enfant, son retard de développement par rapport à ses pairs, une agressivité accrue, une dépression et une irritabilité.

Si ces symptômes sont présents, vous devez également consulter un endocrinologue pour confirmer ou exclure l'hyperplasie d'un organe endocrinien.

Diagnostic de la maladie

Si un enfant présente des signes d'hyperplasie, il est nécessaire d'examiner son statut hormonal, son niveau d'hormones thyroïdiennes et hypophysaires.

Les indicateurs du contexte hormonal des enfants présentent des différences significatives par rapport aux indicateurs des adultes, c'est-à-dire que, malgré des valeurs similaires, les diagnostics peuvent varier.

En plus de l'examen objectif et de laboratoire, le spécialiste prend en compte les paramètres suivants de l'enfant:

  • l'âge;
  • caractéristiques de la croissance et du développement;
  • rendement scolaire;
  • comportement collectif, relations établies avec d'autres enfants.

La recherche de ces questions et les résultats des inspections aident l’endocrinologue à désigner un traitement optimal pour l’enfant dans un ordre individuel.

La méthode de diagnostic la plus informative chez les enfants atteints de pathologies de la glande thyroïde est une étude par ultrasons.

À l'aide de l'échographie, la taille de l'organe à tester et la nature des modifications pathologiques affectant ses tissus sont déterminées.

En outre, lorsqu’une hyperplasie est détectée dans l’enfance, il est important d’effectuer une collecte complète de l’histoire de l’enfant, à savoir sa vie et les caractéristiques de la maladie, ainsi que de prendre note de toutes les plaintes signalées par l’enfant et ses parents.

Le plus attentif est de prendre en compte les plaintes des adultes concernant le retard dans le développement de leur enfant.

Méthodes de recherche supplémentaires

  • détermination immunologique de la présence d’autoanticorps dirigés contre la glande thyroïde (fraction microsomale et thyréoglobuline);
  • biopsie à l'aiguille fine, dont les résultats indiquent avec précision la nature de la pathologie;
  • détermination de l'iode dans l'urine - sa faible quantité indique le caractère endémique de l'hyperplasie.

Il existe également une liste de méthodes de diagnostic pour l'examen spécifique des patients, mais les méthodes énumérées ci-dessus sont les plus acceptables et les plus informatives pour les endocrinologues dans le diagnostic chez les enfants.

Traitement

L'hyperplasie thyroïdienne a son propre schéma thérapeutique, qui inclut un traitement pathogénétique et symptomatique, directement dépendant du diagnostic et du statut hormonal du patient.

Nous énumérons les principaux types de traitement de la glande thyroïde chez les enfants:

  1. Traitement hormonal substitutif avec des hormones thyroïdiennes synthétisées, visant à traiter l'hypothyroïdie afin d'éliminer ses manifestations cliniques et de réduire l'hyperplasie.

Dans ce cas, la lévothyroxine est généralement utilisée à l’âge optimal et à la posologie thérapeutique de 6 mois.

  1. Prescrire des préparations d'iode pour remédier à sa déficience chronique dans le corps, ce qui a entraîné une hyperplasie des glandes.

Le résultat attendu du traitement est une réduction de la taille de l'organe.

Dans les zones d'endémie, l'iodure de potassium doit être pris à vie, dans les autres cas, le cours du médicament à une dose équivalente de 100 à 200 µg par jour est prescrit pour le traitement thérapeutique.

La nomination de l’iodure de potassium n’est indiquée que dans le cadre d’un traitement hormonal substitutif.

  1. La thérapie combinée avec la nomination simultanée d'iodure de potassium et des hormones thyroïdiennes synthétisées (lévothyroxine) est utilisée le plus souvent dans la pratique.

Suite au traitement, la taille de l'organe endocrinien diminue, les manifestations cliniques de l'état hypothyroïdien sont éliminées.

  1. Le traitement par thyréostatique est prescrit pour la thyréotoxicose, ce qui permet de réduire l’activité accrue de la thyroïde, avec normalisation ultérieure de ses fonctions et diminution du volume.
  2. Le traitement chirurgical chez les enfants est prescrit pour l'inefficacité du traitement conservateur, une augmentation excessive de la glande, une suspicion de dégénérescence des cellules d'organes et une néoplasie.

Prévention

La meilleure méthode prophylactique d’hyperplasie consiste à enrichir l’alimentation quotidienne avec une quantité suffisante d’iode, par exemple en utilisant du sel iodé.

Il est également nécessaire de surveiller le bien-être de l'enfant, de faire attention à ses plaintes, de traiter efficacement et rapidement les maladies inflammatoires et infectieuses et d'éviter qu'elles ne deviennent chroniques.

Une hypertrophie de la thyroïde est le symptôme clinique le plus grave, indiquant certains troubles endocriniens et systémiques du corps de l’enfant.

Par conséquent, il n'est pas recommandé d'ignorer l'hyperplasie ou d'essayer de la guérir vous-même à l'aide de la médecine traditionnelle.

Sinon, des complications telles que des problèmes cardiaques ne peuvent pas être évitées en raison d'une production insuffisante de l'hormone T4, etc.

Si vous soupçonnez le développement d'une hyperplasie de la glande, il est important de consulter rapidement un spécialiste, car la maladie est plus facilement guérie au tout début de son développement.

Quelles maladies provoquent un élargissement de la glande thyroïde chez un enfant?

Tout le monde ne sait pas pourquoi il y a une augmentation de la glande thyroïde chez un enfant. La pathologie endocrinienne est assez fréquente. Une hypertrophie de la glande thyroïde est souvent diagnostiquée.

Chez les enfants, cette maladie est beaucoup moins répandue que chez les adultes. La glande thyroïde est un organe important pour l'enfant.

La glande thyroïde est un organe important pour l'enfant.

Cela contribue à maintenir la constance de l'environnement interne. En outre, le fer remplit un certain nombre de fonctions importantes:

  • aide à maintenir un état normal du cerveau;
  • participe à la formation du squelette de l'enfant;
  • régule le métabolisme des protéines, des lipides et des glucides;
  • normalise le poids corporel.

Toutes les fonctions susmentionnées sont assurées par la production d’hormones (thyroxine et triiodothyronine). Pourquoi et sous quelles maladies observe-t-on l'hypertrophie et l'hyperplasie de la glande?

Caractéristiques goitre chez les enfants

Le corps d'un enfant diffère de celui d'un adulte en ce sens qu'il se développe constamment. Pour cela, il nécessite diverses substances, notamment des vitamines, des composants minéraux et de l'iode. Ce dernier stimule la production d'hormones dans le corps.

Lorsque vous mangez mal, les aliments iodés peuvent former un goitre.

Cela représente une augmentation du volume de la thyroïde. Il existe plusieurs variétés de cette pathologie: goitre à fonction endocrinienne normale, goitre associé à une thyréotoxicose et à un goitre hypothyroïdien. Le goitre est l'une des principales manifestations de maladies telles que la maladie de Basedow et une inflammation de la thyroïde (thyroïdite). Moins fréquemment, une glande dilatée est le symptôme d'une tumeur ou d'un cancer.

Le corps d'un enfant diffère de celui d'un adulte en ce sens qu'il se développe constamment. Pour cela, il nécessite diverses substances, notamment des vitamines, des composants minéraux et de l'iode.

Le degré d'élargissement de la glande thyroïde chez les enfants est différent. Dans ce cas, le médecin doit connaître les normes d'âge du volume du corps. Par exemple, pour un enfant de 6 ans, sa valeur normale n’est pas supérieure à 5,4 cm³ pour les garçons et à 4,9 cm³ pour les filles. Avec l'âge, ces chiffres augmentent. Il est important que le goitre soit lié à une pathologie endémique. L'incidence est plus élevée dans les zones où la quantité d'iode est insuffisante. Actuellement, la prévention de la carence en iode chez les enfants n'est pas partout. Tout cela contribue à augmenter la fréquence du goitre.

Espèce de goitre

Aujourd'hui, les enfants et les adolescents présentent les types de goitre suivants:

  • endémique;
  • non toxique (euthyroïde);
  • toxique diffuse.

Le goitre euthyroïdien est plus fréquent chez les filles. Cela est dû aux modifications des niveaux hormonaux au cours de la période pubertaire.

Un élargissement de la glande est souvent un signe de thyroïdite (aiguë, subaiguë ou chronique). Il existe un goitre congénital. Il est déterminé chez les nouveau-nés. On entend par là hypothyroïdie associée à un goitre diffus. Cet état pathologique survient chez environ 1 bébé sur 5 000 nouveau-nés. Les filles tombent malades beaucoup plus souvent. Dans la plupart des cas, la pathologie est sporadique. Rarement, il se produit sur le fond des désordres d'hormone congénitale. Les principales causes de goitre congénital incluent:

  • mauvaise alimentation de la mère en portant le bébé;
  • maladies infectieuses transmises pendant la grossesse;
  • effets sur le fœtus de substances toxiques ayant des effets embryotropes;
  • sous-développement du système hypothalamo-hypophysaire de l'enfant;
  • traumatisation anatomique de la glande thyroïde au cours de l'embryogenèse.

Il existe un goitre congénital. Il est déterminé chez les nouveau-nés. On entend par là hypothyroïdie associée à un goitre diffus.

Le fer chez un bébé peut être augmenté uniformément ou en formant des noeuds. Dans ce dernier cas, il s’agit d’un goitre nodulaire. S'il existe des formations nodulaires sur le fond d'une hyperplasie uniforme d'un organe, il s'agit alors d'un goitre nodulaire diffus. Le degré de goitre chez un enfant est également important pour le traitement ultérieur. Selon la classification de goitre proposée par l'OMS, il existe plusieurs degrés de cette pathologie. Avec grade 0, il n'y a pas de changement dans la glande. À 1 degré, l'augmentation est déterminée par la palpation et à 2 degrés, une augmentation d'organe est perceptible à l'œil nu. Dans cette situation, le diagnostic n'est pas difficile. La présence de goitre de grade 2 chez les enfants entraîne souvent une déformation du cou, ce qui est un grave défaut esthétique.

Goitre sans dysfonctionnement de la glande

Très souvent, le goitre euthyroïdien est détecté chez les enfants. Ceci est une condition dans laquelle la concentration d'hormones dans le sang ne dépasse pas la norme. Contrairement à toutes les autres conditions, le goitre euthyroïdien est le moins dangereux.

Des taux élevés de thyroxine ou de triiodothyronine nuisent au fonctionnement d'autres organes importants.

Lorsque cela se produit une intoxication massive du corps. Avec euthyroïdisme, cela ne se produit pas. Le facteur étiologique le plus fréquent est un apport insuffisant en iode dans les aliments. Le goitre euthyroïdien est divisé en sporadique (il existe des cas isolés de pathologie) et endémique. Dans ce dernier cas, le goitre est présent chez 5% des enfants plus jeunes et plus âgés. Il faut rappeler que le groupe à risque de cette pathologie est constitué de personnes âgées de moins de 20 ans. Les adultes souffrent beaucoup moins de cette maladie.

Il faut rappeler que le groupe à risque de cette pathologie est constitué de personnes âgées de moins de 20 ans.

Un fait intéressant est que le goitre euthyroïdien survient souvent chez les filles. Cela est dû aux modifications des niveaux hormonaux au cours de la période pubertaire. C'est pendant cette période que le besoin de cet élément augmente. Il existe actuellement deux formes de goitre euthyroïdien: le parenchymal et le colloïde. Dans le premier cas, une augmentation de la glande résulte d'une réaction protectrice du corps en réponse à une carence en iode. L'organe est dominé par de petits follicules. Dans le goitre colloïdal, le fer consiste en plusieurs gros follicules remplis de colloïde. Tout cela empêche le fonctionnement normal du corps. Une condition similaire se produit souvent chez les enfants opérés. Une caractéristique du goitre euthyroïdien est que, quand il n’augmente pas la production d’hormone stimulant la thyroïde. Les facteurs prédisposant à l'apparition du goitre euthyroïdien chez les enfants et les adolescents sont:

  • fumer;
  • la présence de foyers d'infection (amygdalite chronique, caries);
  • états stressants;
  • l'hérédité.

Les symptômes cliniques comprennent une augmentation de la taille de la thyroïde et du cou, une difficulté à respirer, un essoufflement, des signes de compression de l'œsophage (dysphagie). Le syndrome de compression se développe dans des situations difficiles lors de la compression des organes et des tissus adjacents.

Les symptômes cliniques comprennent une augmentation de la taille de la thyroïde et du cou, une difficulté à respirer, un essoufflement, des signes de compression de l'œsophage (dysphagie).

Maladie de Basedow chez les enfants

L'hyperfonctionnement de la glande survient dans la maladie de Basedow. Ces hormones perturbent le fonctionnement d'autres organes. Cette condition se forme souvent pendant la puberté, l'âge prépubère ou immédiatement après la naissance. Les principaux facteurs étiologiques comprennent:

  • développement de processus auto-immuns dans le corps;
  • augmentation de la synthèse hypophysaire de la thyréostimuline;
  • dysfonctionnement du système sympatho-surrénalien.

Dans l'enfance, un travail accru de la glande thyroïde entraîne une accélération des réactions d'oxydo-réduction, un catabolisme accru des molécules de protéines et une perturbation du métabolisme des lipides et des glucides. Avec le goitre toxique chez les enfants, le métabolisme principal augmente, dans le fond duquel le poids diminue. Le goitre toxique diffus chez les enfants peut être reconnu par les manifestations cliniques suivantes:

  • perte de poids;
  • retard dans la croissance et le développement;
  • augmentation de la température corporelle;
  • diminution de l'humeur (larmoiement, augmentation de l'excitabilité, nervosité);
  • dysfonctionnement du système cardiovasculaire;
  • exophtalmie bilatérale;
  • réduction de l'appétit;
  • des nausées;
  • polyurie;
  • selles perturbées (la diarrhée se développe);
  • soif forte.

Goitre avec thyroïdite auto-immune

Si l'enfant a une hypertrophie de la glande thyroïde, cela peut indiquer la présence d'une inflammation chronique. Cette maladie s'appelle la maladie de Hashimoto. La prévalence de la pathologie chez les enfants est comprise entre 0,1 et 1%. La maladie appartient aux auto-immunes. Cela signifie que les cellules responsables de l'immunité du bébé ont un effet néfaste sur les cellules de la glande elle-même. Un tel effet provoque le développement d'une réponse inflammatoire. La thyroïdite chronique est rarement diagnostiquée chez les enfants de moins de 4 ans. Dans cette situation, l'hypertrophie de la glande est généralement associée à l'euthyroïdie. Le goitre est caractérisé par une augmentation des organes et des changements dans la structure de la glande. Il devient granuleux et perd de la douceur. Certains enfants peuvent développer une thyrotoxicose. Il est capable de disparaître en quelques mois sans traitement. Un certain nombre d'enfants présentent des signes d'hypothyroïdie.

Hyperplasie chez les enfants

L'hyperplasie est une augmentation du nombre de cellules dans un tissu. En conséquence, une augmentation des organes ou l'apparition d'un néoplasme. Les tumeurs tumorales n'appartiennent pas à l'hyperplasie, mais une augmentation du tissu peut en être la cause. La prolifération pathologique de cellules augmente non seulement la taille des organes, mais perturbe également leur fonctionnement. Les cellules en expansion n'affectent pas les organes voisins et ne se propagent pas par le sang à travers le corps. L'hyperplasie peut être diagnostiquée dans divers organes. Le processus pathologique nécessite un traitement précoce, mais dans certains cas, l'hyperplasie disparaît d'elle-même sans intervention externe.

Raisons

Pourquoi peut-il y avoir une hyperplasie chez les enfants? Il y a plusieurs raisons à son développement. Si un enfant commence à passer, il existe un risque d'hyperplasie hormonale.

  • L'hyperplasie chez un enfant peut provoquer une défaillance du système nerveux ainsi que du système endocrinien.
  • Les éléments nocifs et cancérigènes peuvent provoquer la croissance de cellules dans les tissus et les organes.
  • L'hyperplasie chez un enfant peut être une pathologie congénitale. Par exemple, l'hyperplasie du thymus est assez fréquente chez les enfants en bonne santé, pleinement matures et développés. Cette pathologie ne nécessite pas de traitement et disparaît d'elle-même au bout d'un moment. Mais dans la période d'augmentation du thymus, l'enfant a une immunité diminuée.

Les symptômes

  • Il est difficile de déterminer l'hyperplasie chez un enfant, mais cela est possible grâce à certains signes et à l'état général du bébé.
  • Un enfant peut se plaindre de douleur dans une partie du corps.
  • En raison de l'augmentation de la couche de tissu, l'organe devient plus grand. Cela se voit lors de l'examen d'un enfant.
  • Parfois, chez les enfants présentant une hyperplasie, de la fièvre, des nausées et des vomissements, ainsi que des frissons.
  • Avec l'hyperplasie des organes et des tissus visibles, une augmentation de la couche cellulaire sera clairement visible. Par exemple, l'hyperplasie de l'émail des dents chez un enfant.

Les parents doivent être conscients que l'hyperplasie diffère sous la forme de propagation.

  • La forme focale de l'hyperplasie est une pathologie des cellules agrandies sous la forme de zones clairement définies.
  • Dans la forme diffuse de la maladie, le processus s’étend sur toute la surface de la couche de tissu et d’organe.
  • L'hyperplasie chez un enfant peut se manifester par des polypes. Ils se forment en raison de la prolifération inégale des cellules et des tissus et augmentent également le risque de développement de tumeurs kystiques et malignes.

Reconnaître la forme de propagation de l'hyperplasie chez un enfant peut être diagnostiqué.

Diagnostic de l'hyperplasie chez un enfant

Si l'on soupçonne une prolifération pathologique de cellules se connectant aux tissus, le médecin examine l'enfant à l'aide d'une palpation manuelle. Pour déterminer le diagnostic exact de l'hyperplasie, vous pouvez utiliser des ultrasons, ainsi que des études par rayons X. Les tests de laboratoire, qui comprennent une biopsie, un curetage ou des études hormonales, vous permettent de déterminer plus précisément l’image de la maladie. Dans certains cas, la tomodensitométrie, qui répondra avec précision à la question sur la présence d’une hyperplasie. Les diagnostics doivent être effectués qualitativement pour déterminer la cause du développement de la pathologie.

Des complications

Quel est le processus dangereux d'augmentation des cellules dans le corps de l'enfant? Si le temps ne commence pas pour le traitement de l'hyperplasie, le processus de développement de la pathologie se poursuivra et des complications peuvent survenir.

La rechute est une complication fréquente de l'hyperplasie.

Une anémie chronique peut survenir dans le corps d’un enfant.

En raison de l'hyperplasie chez l'enfant, il existe un risque d'apparition de tumeurs malignes.

Selon l’organe affecté, ses fonctions seront altérées. Cela peut entraîner des dysfonctionnements de l'organisme dans son ensemble. Par conséquent, un traitement rapide de l'hyperplasie est nécessaire.

Traitement

Que pouvez vous faire

Lorsqu’un enfant est diagnostiqué avec une hyperplasie, les parents doivent procéder au traitement conformément aux instructions du médecin. Ne pas se soigner pour ne pas nuire à l'enfant. Le traitement ne doit pas retarder les parents afin d'éviter d'éventuelles complications dues au processus pathologique dans le corps de l'enfant. Si un enfant a été diagnostiqué avec une hyperplasie d'un organe, il est nécessaire de suivre les recommandations médicales pour l'élimination de la pathologie.

Que peut faire un docteur

Quel que soit le type d'organe ayant subi la prolifération de cellules et de tissus, un traitement rapide et correct est nécessaire. Après les examens nécessaires, le médecin prescrira un traitement à l'enfant. Quel sera exactement le traitement dépendra de l'organe affecté. Les causes de l'hyperplasie, le lieu de localisation et la présence d'autres maladies chez l'enfant sont également importantes. Il est possible de traiter l'hyperplasie chez un enfant par plusieurs méthodes:

  • Conservateur ou médical. Ce type de traitement implique l’utilisation de médicaments hormonaux et autres.
  • Chirurgical ou opératoire. Dans certains cas, il est nécessaire de retirer le tissu accru. Par exemple, avec l'apparition de nodules thyroïdiens, la trachée et l'œsophage seront compressés.
  • Combiné. Ce type de traitement de l'hyperplasie chez l'enfant implique l'utilisation simultanée du médicament et de la méthode opératoire.

La durée du traitement dépend de la cause, de la forme de localisation et du degré de pathologie. Habituellement, le traitement de l'hyperplasie chez un enfant prend beaucoup de temps.

Prévention

Pour éviter une hyperplasie dans le corps de l'enfant, vous devez surveiller sa nutrition. Il est également recommandé de mener une vie active, même si les enfants sont constamment en mouvement. Avec l'enfant, vous pouvez effectuer des exercices physiques à la maison et dans la rue. La prévention de l'hyperplasie chez un enfant est possible à l'aide d'examens et d'examens réguliers. Les jeunes enfants doivent régulièrement se rendre à la clinique et subir un test de dépistage de la maladie en temps voulu.

Hyperplasie de l'articulation de la hanche chez le nouveau-né

La dysplasie de la hanche est une pathologie congénitale du nouveau-né, au cours de laquelle la formation normale des tissus articulaires est perturbée. Si cette pathologie n'est pas détectée et guérie à temps, alors une arthrose dysplasique peut se développer chez l'adulte - une maladie grave des articulations de la hanche, pour laquelle une invalidité est donnée:

risque élevé de développement disproportionné des membres; les jambes seront faibles et ne pourront pas supporter la charge, le risque constant de luxation ou de fracture, il y a violation de la marche, diminution de l'amplitude des mouvements de l'articulation; marcher et rester immobile sans appui causera de la douleur.

La dysplasie de la hanche est une infériorité congénitale de l'articulation.

Facteurs pathologiques

L'hérédité. Maladies gynécologiques chez maman. Pathologie pendant la grossesse. Naissance prématurée. Chez les bébés prématurés, certains tissus et organes n’ont pas le temps de se former complètement. Position incorrecte du fœtus pendant la grossesse. Toute restriction de la mobilité fœtale dans l’utérus est la cause de l’apparition d’anomalies congénitales des articulations du bébé. L'adoption par la mère de divers médicaments pendant la gestation, le manque d'eau, le poids élevé à la naissance des nouveau-nés. Déséquilibre hormonal. Si trop de progestérone est notée dans le corps de la mère avant la naissance, cela peut ensuite provoquer une faiblesse du système musculaire.

Un lien a été établi entre une mauvaise écologie et le nombre de maladies chez les nouveau-nés. À bien des égards, la cause de l’exacerbation de la dysplasie sont des variantes rigides des enfants emmaillotés. La dysplasie de la hanche est significativement plus faible dans les pays où il n’est pas habituel d’emmitoufler un nouveau-né.

Diagnostics

Le meilleur moment pour déterminer la maladie d'un nouveau-né est de 3 semaines maximum. Après notification, les signes de dysplasie de la hanche sont impossibles, car il n’ya pas de symptômes externes. Les premiers signes d'une luxation compliquée apparaissent chez les enfants plus âgés lorsqu'ils commencent à apprendre à marcher.

Il est nécessaire d’effectuer un traitement rapide de l’articulation de la hanche.

Le diagnostic préliminaire de la pathologie ne peut que des spécialistes - toujours à l'hôpital. La dysplasie de la hanche chez les enfants présente les symptômes externes suivants:

La disposition asymétrique des plis cutanés inguinaux, fessiers et poplités est clairement visible chez les enfants de deux à trois mois. Symptôme cuisse raccourcie. Le symptôme d'un «clic» est que la tête de la cuisse peut sortir de l'acétabulum avec un son fort, puis revenir. Mouvement limité des hanches ou douleur lorsque vous essayez de diluer les jambes coudées des bébés sur le côté (pour les nourrissons, la position normale des jambes diluées atteint 90 degrés). Mobilité accrue - les jambes peuvent prendre une position non naturelle, en tournant vers l'intérieur ou l'extérieur.

Chez les enfants plus âgés, la dysplasie de la hanche peut entraîner les symptômes suivants: démarche de canard, déhanchement, douleur douloureuse en progressant sur les talons.

En cas de doute, il est nécessaire de consulter un médecin. Plus la dysplasie de la hanche est retrouvée rapidement chez les nouveau-nés, plus les chances de la guérir rapidement sont grandes. Pour confirmer le diagnostic, on procède à un examen radiographique et à une échographie permettant de détecter la présence d'une pathologie:

Déformation de l'acétabulum (dysplasie acétabulaire), développement anormal de la tête osseuse et du cartilage. Ligament ou capsule trop étirés. Luxation de l'os de la hanche. Déplacement partiel ou complet de l'os du cotyle.

Tous ces symptômes sont de bonnes raisons pour le diagnostic de dysplasie de la hanche.

Développement pathologique

La dysplasie de la hanche présente trois degrés de développement.

Avec un diagnostic tardif et sans traitement approprié, la dysplasie de la hanche peut entraîner des complications graves, voire un handicap. Par conséquent, les signes de pathologie de la hanche doivent être identifiés et traités dès le stade initial de développement. Avec un diagnostic précoce et le bon traitement, le pronostic peut être favorable.

Il y a trois degrés de pathologie - prédisposition, subluxation et luxation:

Pré-luxation de l'articulation: légère perturbation du développement de l'articulation dans le cotyle. En règle générale, un tel processus est diagnostiqué chez le nouveau-né. Subluxation de l'articulation: dans cette mesure, il y a un déplacement de la tête fémorale, mais elle se trouve toujours au moins partiellement dans le cotyle. Des perturbations dans le fonctionnement et le développement normaux sont perceptibles non seulement dans la région acétabulaire, mais également dans le fémur. Luxation de l'articulation: à ce stade, la tête fémorale est complètement déplacée au-delà des limites du cotyle. Les cavités se sont formées pendant la luxation, rapidement remplies de tissu conjonctif. Luxation - c'est l'étape la plus difficile, difficile à corriger. Une intervention chirurgicale est souvent nécessaire pour éliminer la luxation.

Le complexe des mesures thérapeutiques

Si vous avez le moindre soupçon de présence d'une pathologie, vous devez contacter un traumatologue ou un chirurgien orthopédique. Si le diagnostic est confirmé, le traitement commence immédiatement. Sa durée, les mesures prises et le pronostic dépendent du degré de développement de la pathologie chez le bébé.

L’objectif de l’élimination de la dysplasie de la hanche chez le nouveau-né est de fixer fermement la tête de l’os dans le cotyle. La première étape dans cette direction consiste à fixer les membres dans une certaine position (pour cela, des étriers, des pneus, des pantalons spéciaux, des langes larges sont utilisés). Étant donné que les ligaments et les os de la dysplasie sont trop mobiles, l'étape suivante consiste à renforcer les tissus cartilagineux et l'appareil musculo-ligamentaire.

Dans le traitement des articulations dans la dysplasie acétabulaire, les méthodes suivantes sont couramment utilisées:

L'ensemble des exercices nécessaires pour renforcer les muscles et rétablir l'amplitude normale des mouvements. À différents stades du développement des enfants, différents types de gymnastique sont utilisés. Des résultats élevés montrent des classes dans l'eau. Massage thérapeutique. Le massage se fait dans deux positions: les enfants sont placés sur le dos, puis sur le ventre. Commencez la procédure par des coups et un pétrissage des membres, du corps et de l'abdomen, suivis d'un massage plus intensif de la zone de l'articulation malade. Procédures thermiques avec l'utilisation d'applications d'ozocérite ou de paraffine. Physiothérapie: électrophorèse avec calcium et chlore, application d’ozokérite pour renforcer l’articulation.

Un traitement précoce dans 95% des cas conduit au rétablissement complet de l'enfant.

Attention! La gymnastique, le massage et le réchauffement ne devraient pas être faits à la maison. Ils doivent être effectués uniquement par du personnel qualifié. Sans certaines compétences et connaissances, on ne peut que nuire aux enfants.

Traitement orthopédique

Jusqu'à ce que les premiers signes de rétablissement soient visibles, il est important d'aider l'enfant à transférer plus facilement les instructions du médecin. Par exemple, de nombreux dispositifs correcteurs auxiliaires ont été inventés pour aider à maintenir les jambes en position de laisse pendant longtemps. La structure de l'oreiller, le pantalon moulant et les étriers Pavlik sont particulièrement remarquables:

L'oreiller Freyka est un produit spécial avec lequel vous pouvez fixer vos hanches dans la position souhaitée. Utilisez un oreiller pour les enfants d'un mois avant. La taille doit être sélectionnée par un spécialiste. Les culottes Becker sont une alternative à l’oreiller Frejka et permettent également aux jambes de l’enfant de rester en position grenouille. Comparés aux pneus durs, ils ne gênent pas les enfants. Étriers Pavlik. Les étriers sont constitués de plusieurs parties: la bande de fixation thoracique et les sangles maintenant les pieds et les hanches dans la position souhaitée. Il est nécessaire de s’assurer que la ceinture d’étriers est bien ajustée au corps, tout en étant confortable.

Dans les premiers mois de la vie, la reproduction des jambes des bébés est assurée par un emmaillotage large et des coussinets souples. Les structures rigides et solides à cet âge ne s'appliquent pas. Il est recommandé d'utiliser une élingue, qui crée le même effet que les étriers thérapeutiques.

Méthodes chirurgicales

Le traitement chirurgical chez les enfants est utilisé extrêmement rarement, uniquement en cas de luxation (dysplasie de la hanche à un stade avancé). Ou quand tous les autres moyens n'ont aucun effet.

Le massage est l'un des moyens les plus efficaces de renforcer les muscles des fesses et des cuisses.

La chirurgie de la hanche peut être pratiquée de différentes manières:

Ostéotomie dans la région pelvienne ou sur le fémur: l'os est divisé en deux moitiés afin d'assurer une nouvelle fusion adéquate. Interventions palliatives visant à niveler la longueur des membres asymétriques. Endoprothèses - remplacement d'une articulation malade par un implant.

Après la chirurgie, les jambes seront fixées avec un pneu dur. Bien sûr, il est peu probable que l'enfant en profite, et il sera capricieux, mais croyez-moi, des pneus sont nécessaires - ils vous permettront d'obtenir une croissance normale des articulations et un alignement des os (le bébé peut plier les jambes au niveau des genoux mais l'angle entre les hanches reste fixe). À l'avenir, vous pourrez utiliser des étriers ou des oreillers médicaux pour prévenir les manifestations résiduelles de la maladie.

Caractéristiques de soins pour un enfant malade et pronostic

En plus du traitement professionnel, les enfants atteints de dysplasie nécessitent des soins appropriés, légèrement différents de ceux d'un bébé en bonne santé. Il y a quelques règles à retenir:

Si le bébé est couché sur le dos, ses pieds devraient pendre légèrement - cela enlèvera une tension excessive des articulations. Lors du transport, vous devez emmener les enfants face à vous et vos jambes sont enroulées autour de vous. N'essayez pas de mettre le bébé sur ses pieds - même la charge verticale minimale jusqu'à ce que la fin du traitement soit complètement interdite. Lorsque vous transportez des enfants dans la voiture, utilisez des sièges dans lesquels ils n’auront pas les jambes à contracter. Lorsque vous êtes assis sur un tabouret (par exemple pendant l’alimentation), utilisez les rouleaux d’une serviette ou d’un oreiller pour que les jambes soient légèrement écartées.

Si la dysplasie de la hanche n'est pas retrouvée chez les enfants de moins d'un an, le risque de complications supplémentaires augmente, ce qui complique le traitement et le rétablissement. Si le complexe de traitement est entré en vigueur au cours des premières semaines de vie, le pronostic pour se débarrasser de la dysplasie de la hanche chez les enfants est de 100%. Jusqu'à la première année de vie, les méthodes de traitement conservatrices modernes (étriers, massage, exercice, etc.) aident à guérir environ 95% des patients.

Si les parents apprennent que leur enfant a reçu un diagnostic de dysplasie de la hanche, ils réfléchissent à la nature de la maladie et à la manière de la traiter. Le traitement de cette pathologie est complexe et à long terme. De plus, son efficacité dépend en grande partie des parents, qui devraient de toutes façons contribuer au rétablissement de leur bébé.

La dysplasie de la hanche chez le nouveau-né peut survenir à tout moment. Par conséquent, les mères doivent tout savoir sur cette maladie afin de protéger leurs enfants de cette pathologie désagréable.

Vous devez d’abord comprendre ce qui constitue la dysplasie chez le nouveau-né. Donc, la maladie est une dislocation du fémur, autrement dit, l'articulation de la hanche est incomplète. Son développement sera donc mauvais, ce qui entraînerait une perturbation de la structure articulaire. En passant, la photo montre clairement ce qu'est une dysplasie de la hanche chez un enfant.

Malheureusement, une maladie telle que la dysplasie chez un nouveau-né peut survenir chez tout enfant, quels que soient son lieu de résidence et les caractéristiques de l'organisme. En règle générale, environ 2 à 3% des enfants souffrent de pathologie et ce taux n’atteint que 4% en Scandinavie.

De plus, il existe une prédisposition raciale. Par exemple, les Américains blancs sont plus susceptibles à cette maladie que les Noirs.

La mauvaise écologie contribue également au développement de la dysplasie. En règle générale, le nombre de patients en Russie est compris entre 2 et 3%, mais dans les régions où les conditions environnementales ne sont pas satisfaisantes, le pourcentage augmente de manière significative (12%).

Raisons

Il a été constaté qu'un emmêlement trop serré augmente le risque de maladie. Par conséquent, pour les parents qui n'emmitouflent pas leurs enfants et ne les portent pas sur le dos, le risque de dysplasie est très faible. Par exemple, au Japon, après l’abandon du harnachement serré, le taux d’apparition de la maladie est tombé à 0,2%.

Les causes de la dysplasie chez les nourrissons sont le sexe. Ainsi, chez les filles, cette pathologie est beaucoup plus fréquente (8 cas sur 10). Dans le même temps, les enfants dont les parents ont également été atteints de dysplasie de la hanche sont plus susceptibles de développer cette maladie que les enfants dont les parents ne souffraient pas de cette pathologie.

En outre, la possibilité d'apparition de la maladie augmente chez les bébés qui se trouvaient dans la mauvaise position dans l'abdomen de la mère avant la naissance. En outre, une dysplasie peut survenir si une grossesse nécessite une correction médicale. Une autre raison de l'apparition de la maladie réside dans une forte toxémie poursuivant une femme pendant le port de l'enfant.

Il convient de noter que l'articulation de la hanche droite est atteinte dans 2 cas sur 10. Une pathologie de la hanche gauche est observée dans 6 cas et les deux articulations sont atteintes dans 2 cas.

Formes de dysplasie

Il existe trois formes de dysplasie:

acétabulaire; rotationnel; dysplasie du fémur proximal.

Quelle que soit la forme, l'articulation de la hanche change. Son développement prend en compte l’interaction de l’acétabulum et de la tête fémorale. Cependant, la charge sur l'os doit être répartie uniformément.

Chez le nourrisson, la cavité articulaire fémorale est différente de l'anatomie de l'adulte et ses ligaments sont trop élastiques. La tête fémorale doit être placée dans la cavité, ce qui est facilité par un ligament rond de la hanche.

Pour empêcher l'os de se lever, le cartilage de l'acétabulum (limbe) le retient. Lorsque la dysplasie survient chez le nourrisson, les ligaments trop élastiques ne retiennent pas la tête fémorale dans la cavité, ce qui la tend à s’étirer vers le haut, déformant ainsi le limbe. La subluxation se forme lorsque, pour une raison quelconque, la tête fémorale quitte le cotyle,

La forme sévère de la maladie est considérée comme une luxation de la hanche chez le nouveau-né. Dans ce cas, la tête dépasse complètement les limites de la cavité au cours de laquelle le limbe pénètre au centre de l'articulation et tombe sous la tête fémorale et des tissus conjonctifs et adipeux s'accumulent dans le sinus articulaire.

Dans une telle situation, la luxation est presque impossible à corriger. Le trouble acétabulaire est la dysplasie acétabulaire.

La dysplasie rotationnelle se manifeste par un développement anormal du tissu osseux. De plus, en cas de violation, un fémur proximal peut se développer anormalement.

La forme de la section proximale est affichée sous l'angle cervical-diaphysaire. Vous pouvez voir le changement de l'angle et de ses éléments à l'aide d'un examen aux rayons X.

Si le diagnostic de dysplasie chez le nouveau-né est établi, la connexion entre le cotyle et la tête fémorale est perturbée.

Examen et diagnostic

Des facteurs tels que les gros fruits, la présentation du siège, la toxicose pendant la grossesse et la courbure du pied classent l'enfant comme une catégorie de risque. En effet, dans ces cas, le risque d'apparition de la maladie augmente considérablement.

Fondamentalement, les orthopédistes diagnostiquent rarement la dysplasie chez un nouveau-né. Ils appellent cette pathologie une luxation, une pré-luxation ou une subluxation de la hanche, qui empêchent la relation du cotyle avec la tête de la cuisse.

Mais certains médecins entendent par ce concept divers troubles de la hanche. Cependant, la maladie ne peut être classée qu’après un examen radiologique et l’analyse de certains troubles cliniques.

Il est nécessaire de connaître la différence entre une violation dans le développement d'une articulation, c'est-à-dire une dysplasie du nourrisson et un retard dans son développement. Un diagnostic obtenu par des études cliniques doit être confirmé par échographie.

Si le bébé a déjà plus de 3 mois, un examen aux rayons X est autorisé. En raison du fait que la prédisposition peut évoluer en luxation, le traitement doit être urgent.

L'orthopédiste peut poser le bon diagnostic même lorsque la mère du nouveau-né reste à l'hôpital pendant l'examen de l'enfant. Après cela, une observation médicale est effectuée dans la clinique locale. Un enfant qui appartient à la catégorie de risque doit suivre un traitement jusqu'au diagnostic final.

Lors de la réalisation de l’enquête, certains facteurs sont pris en compte:

le degré de violation de l'état du joint; l'âge de l'enfant.

Il est préférable de procéder à une inspection dans une pièce où la température de l'air sera chaude. L’enquête sera donc non seulement confortable, mais également fiable. De plus, l'enfant ne doit pas avoir faim ni être absolument calme.

Au cours de la première année de vie, la dysplasie de la hanche chez le nourrisson peut se manifester comme suit:

Symptôme de Marx-Ortolani; plis fémoraux et inguinaux inégaux de la peau; l'incapacité de prendre complètement la cuisse de côté; raccourcissement visible de la cuisse.

Au début de l'examen, le médecin compare les plis fémoraux. Mais avec le développement de la dysplasie bilatérale, l'asymétrie sera invisible.

Si la pathologie est présente chez un enfant de moins de 3 mois, la possibilité de voir l’inégalité des plis augmente. Souvent, la forme et la profondeur des plis de la peau sont différentes. Une attention particulière doit être portée aux plis poplités, inguinaux et fessiers.

Sur la cuisse, qui est touchée par la dysplasie, il y a plus de plis, de plus, ils sont plus profonds. Mais ce symptôme n'est pas suffisant pour établir un diagnostic précis.

Symptômes caractéristiques

Le raccourcissement de la hanche est un signe clair de dysplasie. Ce phénomène est dû au déplacement de la tête fémorale qui s’éloigne du cotyle. Le symptôme indique la présence de la forme la plus grave de la maladie.

De plus, si l'enfant plie les jambes au niveau des genoux, l'articulation douloureuse sera plus basse. Lors de l'établissement du diagnostic, le symptôme de Marx-Ortloani est d'une importance non négligeable. Ce nom du symptôme est apparu parce qu'il avait été décrit par deux médecins différents.

La méthode consiste en ce qui suit: lors de la dilution sur les côtés des jambes pliées, il est nécessaire de suivre leur mouvement. En cas de luxation, la tête du fémur au moment de la reproduction se dirigera vers le cotyle et le processus de mouvement se fera avec un réflexe.

Un tel test a été décrit dans les années 30 du siècle dernier. Mais aujourd'hui, il est activement utilisé pour le diagnostic correct.

Bien que, si, après ce test, les craintes soient confirmées, cela ne garantit pas la présence de dysplasie. Le glissement peut être un enfant en bonne santé dans 4 cas sur 6.

Seulement 12% des 40% des cas ont confirmé par la suite une dysplasie de la hanche. De plus, à mesure que l'adulte grandit, le contenu informatif du symptôme diminue.

Pour éviter tout doute, il est nécessaire de confirmer le diagnostic à l'aide d'une radiographie. Mais chez le nourrisson, l'acétabulum et la tête fémorale sont des cartilages que l'on ne peut pas voir sur une radiographie.

Par conséquent, d'autres méthodes sont utilisées pour évaluer les radiographies. Par conséquent, des traits sont tracés sur les rayons X pour aider à trouver l'angle acétabulaire, déterminant ainsi l'état de la cuisse.

Dans la dysplasie de la hanche chez les nourrissons, le noyau d'ossification de la tête se déplace vers le haut. Ces noyaux sont formés au plus tôt 6 mois chez les garçons et 4 ans chez les filles. Dans le même temps, l'angle acétabulaire n'est pas inférieur à 20 degrés chez les enfants âgés de trois mois et à moins de 30 ans chez les nouveau-nés.

Une échographie est réalisée lorsque les symptômes caractéristiques de la dysplasie sont observés chez des enfants âgés de moins de 3 mois. Cette méthode de diagnostic est sûre et précise. De plus, il vous permet de déterminer le déplacement de la tête au cours du mouvement.

Traitement

Pour que le traitement de la maladie soit efficace, il doit être effectué dès que possible. En règle générale, le médecin prescrit l'un des outils orthopédiques permettant de maintenir les jambes divorcées.

Les deux premiers mois de la vie d'un enfant appartenant à la catégorie de risque sont suffisants si le traitement est de nature thérapeutique et prophylactique. Donc, vous devez écarter les jambes dans différentes directions. Ensuite, utilisez la méthode du swaddling wide ou de l’oreiller Frejka, du massage et de la gymnastique.

En outre, le traitement de la dysplasie implique l’utilisation de:

Pantalons Becker; pneus élastiques Volkova ou Vilensky; Les étriers de Pavlik.

Dans ce cas, les pneus durs ne peuvent pas être utilisés. Dans les cas difficiles, le traitement consiste à réduire simultanément la luxation et à porter ultérieurement un pansement au coxite. Si ces méthodes échouent, une intervention chirurgicale est appliquée.

Les étriers de Pavlik constituent un moyen efficace de lutter contre la dysplasie. Avant l'invention de ce dispositif, des installations rigides étaient utilisées, entraînant des complications dans un tiers des cas.

Récemment, les étriers créés par l'orthopédiste tchèque ont été légèrement modernisés. Aujourd'hui, ils forment un bandage avec des sangles d'épaule reliées aux sangles placées à l'arrière du genou et des bandages fixés à la cheville.

Les enfants à risque et les nouveau-nés dont les articulations sont sous-développées doivent juste emmailloter. De plus, cette méthode est utile à des fins de prévention. Il consiste en ce qui suit: 2 films sont placés entre les jambes de l'enfant tandis que les jambes sont fixées à l'aide de la troisième feuille.

En cas de dysplasie, la gymnastique thérapeutique et le massage aident à renforcer le système musculaire. De plus, la thérapie par l'exercice pour la dysplasie de la hanche chez les enfants peut être utilisée à n'importe quel stade du traitement.

Si la dysplasie est sous forme négligée, la méthode la plus souvent utilisée consiste à repositionner la hanche et à appliquer ensuite un plâtre.

Le premier cas de se débarrasser d'une maladie en utilisant cette méthode a été décrit au 19ème siècle. Mais la méthode de réduction fermée peut être utilisée lorsque l'enfant a au moins 2 ans et pas plus de 5 ans.

Pour les nourrissons, l'utilisation de pneus et d'étriers Pavlik est considérée comme efficace. Un enfant doit porter un plâtre d'environ 6 mois.

À partir de cinq ans, la luxation ne peut pas être éliminée à l'aide d'une méthode fermée, c'est pourquoi une réduction ouverte est utilisée. Mais dans certaines situations, cette méthode est utilisée lorsque l'enfant a 1,5 ans.

Le traitement chirurgical de la dysplasie peut être différent. Par conséquent, il est divisé en groupes:

chirurgie pelvienne; intervention palliative; chirurgie sur le fémur proximal.

Mais si le traitement de la maladie était opportun, l'opération ne sera probablement pas nécessaire. En l'absence d'un traitement correct et immédiat, une coxarthrose dysplasique peut survenir, nécessitant un traitement spécial.

En outre, il existe un type distinct de dysplasie chez les nouveau-nés, il est appelé capillaire. Il se caractérise par l'apparition de taches de vin sur la peau, comme sur la photo, en se concentrant sur le visage. Cette maladie apporte un sentiment d'inconfort psychologique, car il s'agit d'un défaut esthétique.

En règle générale, la dysplasie capillaire est éliminée à l'aide d'un laser en raison du fait que d'autres méthodes de traitement ont échoué. On pense que l'effet maximum apporte un traitement, qui utilise des dispositifs qui émettent des impulsions lumineuses intenses.

Après exposition au laser, la peau est refroidie. Et le nombre de procédures (2 à 20) dépend de la taille et du nombre de points.

Détails de l'hyperplasie thyroïdienne

Beaucoup d'entre eux sont accompagnés d'hyperplasie - prolifération d'organes.

Informations générales sur la maladie

Hyper-over, plasma-éducation.

Le mot combinaison de l'hyperplasie est utilisé par les médecins, caractérisant l'augmentation excessive du nombre de cellules dans les tissus d'un organe sans changer la structure et la structure intracellulaire.

L'hyperplasie de la glande thyroïde est physiologique et pathologique.

L'augmentation du nombre de cellules d'organes associée à la physiologie est un phénomène compensatoire qui restaure les tissus perdus.

La métaplasie est l’augmentation pathologique du nombre de cellules dont la structure du tissu intracellulaire est altérée et qui altère la fonction et l’aspect des organes.

L'hyperplasie physiologique de la thyroïde survient pendant la période de formation sexuelle ou pendant la grossesse. Au bout d'un moment, le fer cesse d'augmenter ou d'acquérir son volume d'origine.

Souvent, une augmentation de la glande thyroïde est un symptôme de maladies, sous le nom général de goitre.

Des méthodes de diagnostic spéciales sont utilisées pour classer l'hyperplasie thyroïdienne en tant que phénomène physiologique normal ou en tant que processus pathologique.

La glande thyroïde normale d'une personne adulte en bonne santé dans un volume de 18 à 30 ml. La masse d'un organe composé de deux lobes reliés par un isthme est d'environ 20 g. La taille d'un lobule est comparée à la phalange terminale du pouce.

La glande, qui est le plus grand des organes endocriniens, n’est pas visible de l’extérieur en fonctionnement normal.

Quels sont les follicules dans la glande thyroïde - regardez au microscope

La structure du tissu glandulaire de la thyroïde est représentée par les follicules. Il s'agit de bulles microscopiques remplies d'une masse colloïdale, la thyroglobuline, dans laquelle s'accumulent les hormones.

Les follicules de la glande inchangée sont répartis uniformément.

La coque est un épithélium à une couche de cellules de type A, B. Des cellules simples de type C sont situées dans le contenu des follicules.

La biosynthèse des iodures dans les hormones contenant des atomes d'iode a lieu dans les cellules A (thyrocytes). Leur forme change, passant de plat à devenir cubique puis cylindrique, ce qui est causé par la forte activité de la glande.

La surface des thyrocytes de trois types. La partie apicale (avec des fibres) faisant face à l'intérieur du follicule, la partie latérale se confondant en une couche continue et dense.

La surface basale des cellules sépare les follicules du parenchyme, pénétré par les capillaires, et leur est associée.

Les cellules B (autre nom - cellules Ashkenazy-Gyurtl) commencent à apparaître à partir de 14 ans, atteignant leur nombre maximum à l’âge de 50-60 ans.

Ils sont plus gros que les thyrocytes avec un noyau arrondi au centre et ils ont la sérotonine, un neurotransmetteur biogénique. Le rôle pathologique des cellules de type B est à l'étude.

Il a été prouvé qu'ils forment un cancer de la thyroïde à cellules de Gyurtle.

Les cellules de type C sont plus grosses que les thyrocytes, leur cytoplasme est plus léger, les follicules sont localisés séparément et n'ont pas de surface apicale.

Ils n'absorbent pas les iodures, ils produisent l'hormone calcitonine, nécessaire au métabolisme du calcium et du phosphore.

Caractéristique pathologique des cellules C - un cancer médullaire agressif de la glande se développe.

Les îles parafolliculaires sont situées entre les follicules. Ils sont constitués de cellules de tous types.

Si nécessaire, la régénération des îlots d’organes se développe en follicules à part entière.

Avec l'âge, une diminution naturelle progressive du volume de la glande se produit: le nombre de follicules est réduit, les îlots interfolliculaires disparaissent, la fonction de l'organe diminue.

Le sang qui alimente la glande en iodures pénètre dans les artères inférieures et supérieures, tandis que le sang contenant des hormones thyroïdiennes s'écoule par les veines de la glande reliées aux veines jugulaire interne et faciale.

La lymphe contenant des hormones pénètre dans les ganglions lymphatiques situés dans les ganglions lymphatiques cervicaux.

Signes de maladie

Au stade initial, l'hyperplasie est asymptomatique - à l'extérieur, le fer n'est pas excrété, le patient ne se plaint pas. Une augmentation peut être détectée avec le diagnostic par ultrasons.

Avec le développement ultérieur du fer est détecté par la palpation, avec une augmentation significative est déterminée visuellement.

Lors de la déglutition, le mouvement sur la surface frontale du cou se dresse comme un pont d’organes. Dans les stades ultérieurs, les nœuds sont visibles, la forme du cou change et les veines saphènes apparaissent.

En plus des symptômes visuels et tangibles:

  • plaintes d'une boule dans la gorge,
  • difficulté à avaler
  • manque d'air
  • essoufflement avant une crise d'asthme lors d'un effort physique,
  • voix enrouée
  • toux

L'inconfort est dû à une augmentation de la glande, qui comprime les vaisseaux sanguins, les nerfs, l'œsophage et les organes respiratoires.

D'autres symptômes qui ne sont pas localisés à l'emplacement de la glande sont associés à une altération des fonctions organiques. Ils sont caractéristiques d’un manque d’hormones thyroïdiennes ou de leur excès (hypothyroïdie et hyperthyroïdie).

Transpiration manifeste, fatigue constante, modification de la fréquence cardiaque, maux de tête, chaleur constante ou frissons, sensations désagréables au cœur, tremblements des membres, irritabilité, diminution des performances intellectuelles et physiques, fluctuations du poids corporel, insomnie, hypertension, pupilles dilatées.

Types d'hyperplasie

L'hyperplasie thyroïdienne (goitre) est classée comme suit:

  1. Zones de distribution:
  • endémique,
  • sporadique,
  • épidémie.
  1. Selon la forme de croissance:
  • distinguer nodal,
  • diffuse et
  • mixte
  1. Pour les troubles fonctionnels:
  • euthyroïde (la fonction de la glande est normale),
  • hyperthyroïdie (le corps produit plus d'hormones que nécessaire),
  • hypothyroïdie (production insuffisante d'hormones).
  1. Par la taille de l'organe élargi:
  • selon la classification de l'OMS (depuis 2001) - 3 degrés,
  • selon la classification de Nikolaev A.V. - 5 degrés.

L'hyperplasie de type endémique (local) est fréquente dans les zones de carence en iode dans l'air, dans l'eau, dans le sol et dans les aliments d'origine végétale et animale.

La localité est considérée comme endémique pour le goitre avec un taux d'incidence de 10% de la population. Les zones endémiques incluent les hautes terres, la steppe, les zones forestières et les vallées des grands fleuves. Chez la femme, l'hyperplasie est observée plus souvent.

Une hyperplasie sporadique est observée parmi la population des zones qui ne sont pas endémiques pour le goitre.

Il est plus souvent détecté chez les femmes pendant la puberté (puberté), pendant la grossesse et l'allaitement, après un avortement, à la ménopause, accompagné d'un myome utérin. Manifester de faibles symptômes d'hyperthyroïdie.

Hyperplasie épidémique. Le signe étiologique d’une augmentation de la glande thyroïde est le caractère massif d’un contingent limité de personnes (entreprises, casernes, écoles, lieux d’emprisonnement).

Hyperplasie diffuse - caractérisée par une augmentation uniforme de tout l’organe ou de la partie.

Hyperplasie nodulaire - dans une glande dilatée, la palpation est déterminée par des grappes de cellules denses appelées nœuds.

Forme mixte - hyperplasie diffuse avec présence de nœuds.

Élargissement euthyroïdien de la glande avec une fonction d'organe intacte.

Hypothyroïdien - hyperplasie sur le fond d’un contenu insuffisant d’hormones thyroïdiennes dans le sang.

Hyperthyroïdie - présence excessive d'hormones.

Le degré d'hyperplasie de la glande thyroïde

Depuis 2001, l’Organisation mondiale de la santé a adopté une classification simplifiée du dimensionnement de la thyroïde, comprenant 3 degrés:

  • 0 - pas d'hyperplasie (goitre);
  • 1 - la glande thyroïde est agrandie mais non détectée visuellement;
  • 2 - la glande thyroïde est agrandie de manière à être visible.

Auparavant, pour déterminer le degré d'hyperplasie, la classification d'AVNikolaev était utilisée, qui distinguait 5 degrés de développement du goitre.

  • 1 - l'isthme de la glande thyroïde est élargi, palpable, visible lors de la déglutition;
  • 2 - lobes et isthme élargis, déterminés par palpation, visibles en avalant;
  • 3 - la glande thyroïde est remplie de la surface antérieure du cou, l’organe est visible lorsqu’on le regarde (une comparaison avec le cou «épais» convient);
  • 4 - le goitre est clairement visible, la forme du cou est modifiée;
  • 5 - un énorme struma défigure le cou.

Causes de la maladie

L'hyperplasie thyroïdienne est une affection principalement associée à une sécrétion insuffisante d'hormones.

Dans le développement de l’endémie goitrique, le principal mérite réside dans la carence en iode de la localité (air, sol, eau, plantes et animaux ne contenant pas d’iode).

La deuxième raison est la prévention insuffisante de la carence en iode.

Le rôle négatif de l'hérédité affecte: les parents qui ont subi une maladie thyroïdienne ont des enfants localisés au goitre.

L'iode est mal absorbé avec un apport insuffisant en sélénium, brome, cuivre, cobalt, molybdène, excès de fluor, chrome, manganèse, calcium.

La carence en iode exacerbe l’alimentation avec le strumogenami qui interfère avec l’absorption de l’iode, provoquant ainsi une augmentation du nombre de cellules thyroïdiennes.

Ces substances contiennent des carottes, du chou-fleur, du navet, du rutabaga, des haricots, des radis, des épinards, du soja, des mangues, des arachides.

Les causes de l'hyperplasie sporadique ne sont pas bien comprises. Il est maintenant considéré comme coupable de facteurs génétiques et exogènes qui stimulent le processus de production excessive de l’hormone TSH par l’hypophyse.

Cela provoque une diminution de la synthèse des hormones thyroïdiennes. Le fer, cherchant à remplir sa fonction, construit des cellules. Souvent, le goitre sporadique se développe avec des troubles mentaux, la puberté, la ménopause.

Les causes d'une consommation insuffisante d'oligo-éléments contribuant à l'absorption de l'iode, d'un excès de strumogenov dans les aliments, d'une perte d'iode pendant la grossesse et l'allaitement ne sont pas exclues.

L'hyperplasie épidémique est causée par un environnement défavorable à l'environnement (rayonnement accru, concentrations excessives de substances nocives dans l'air et l'eau potable, mauvaises conditions sanitaires et hygiéniques, nutrition monotone).

Les autres causes d'hyperplasie de tous types sont: infections, affaiblissement de l'immunité, tumeurs de l'un des organes qui perturbent l'équilibre de l'hypothalamus, de l'hypophyse et de la thyroïde, préparations hormonales, contraceptifs oraux, maladies inflammatoires de la thyroïde, maladies parasitaires.

Hyperplasie chez les enfants

On peut suspecter un élargissement précoce de la glande en raison du développement physique tardif de l’enfant, de son inattention et de son incapacité à se concentrer, de son comportement agressif, à une réduction des résultats scolaires.

L'examen clinique doit être confirmé par échographie, prise de sang. L'hyperplasie correspond à une augmentation du taux d'hormone stimulant la thyroïde, en tenant compte de la norme d'âge.

Traitement

En fonction du type et du degré d'hyperplasie, le médecin prescrit un traitement. Dans les cas bénins, une alimentation équilibrée avec des aliments contenant de l'iode, des comprimés d'iodomarine et d'iodactiva sera nécessaire et suffisante.

Dans la majorité des cas non admis, des méthodes conservatrices sont utilisées - traitement hormonal substitutif. Ils compensent la carence en hormones thyroïdiennes, la croissance de la glande s'arrête.

L'indication d'une intervention chirurgicale est une augmentation supplémentaire de la glande, entraînant une compression des organes.

L'intervention est réalisée après l'étude instrumentale, qui a confirmé l'hyperplasie progressive de l'organe (échographie, rayons X, tomographie de la région cervicale).

L'indication d'un traitement chirurgical est la suspicion d'une tumeur maligne.

La méthode de traitement à l'iode radioactif peut réduire la taille de la glande, mais un recours constant aux médicaments hormonaux est nécessaire.

Prévisions

L'hyperplasie thyroïdienne est un processus bénin, mais il convient de l'arrêter dès que possible lorsque les premiers symptômes sont détectés. Les résultats du traitement dépendent des causes de la maladie organique sous-jacente.

Le pronostic du traitement de substitution (prise de pilules d'hormones) est favorable aux premiers stades.

Avec le goitre nodulaire, les signes d'hyperplasie ne disparaissent que chez la troisième partie des patients traités. Une méthode efficace à ce stade consiste à supprimer le nœud.

Mais la récurrence de la maladie n'est pas exclue. Un contrôle périodique de l'endocrinologue est requis.

L'hyperplasie progressive développe une déficience en hormone thyroxine (T4), qui affecte malheureusement l'activité cardiaque jusqu'à l'arrêt cardiaque.

L'hyperplasie provoquée par un cancer de la glande a des conséquences défavorables en cas d'efficacité insuffisante des mesures thérapeutiques.

Vous Pouvez, Comme Pro Hormones