Au sommet du système endocrinien se trouve l'hypophyse, une petite glande rarement plus grosse que l'ongle du petit doigt de l'enfant.

Les hormones qui affectent le travail de tous les organes et systèmes pénètrent dans le sang à partir de glandes endocrines spéciales, qui sont combinées en un seul système endocrinien. Ce sont les glandes surrénales, la thyroïde et les glandes parathyroïdes, les ovaires (chez les femmes), les testicules et les testicules (chez les hommes), le pancréas, l'hypothalamus et l'hypophyse. Peut-être n'y a-t-il pas dans le corps de système plus hiérarchique et discipliné que le système endocrinien.

Le principe de l'hypophyse

L'hypophyse se situe au sommet du pouvoir - une petite glande dépassant rarement la taille de l'ongle du petit doigt de l'enfant. L’hypophyse se situe dans le cerveau (en son centre même) et contrôle étroitement le travail de la plupart des glandes endocrines, en libérant des hormones spéciales qui contrôlent la production d’autres hormones. Par exemple, la glande pituitaire libère de la thyréostimuline (TSH) dans le sang, ce qui provoque la thyroxine et la triiodothyronine dans la glande thyroïde. Certaines hormones hypophysaires ont un effet direct, par exemple l’hormone somatotrope (GH), responsable de la croissance et du développement physique de l’enfant.

Le manque ou l'excès d'hormones hypophysaires conduit inévitablement à des maladies graves.

Manque d'hormones hypophysaires

Un manque d'hormones hypophysaires entraîne:

  • Au manque secondaire d'hormones d'autres glandes endocrines, par exemple, à l'hypothyroïdie secondaire - déficit en hormones thyroïdiennes.
  • De plus, le manque d'hormones pituitaires entraîne une déficience physique grave. Ainsi, le manque d'hormone de croissance (hormone de croissance) dans l'enfance conduit au nanisme.
  • Le diabète insipide - avec un manque d'hormone antidiurétique (ADH est produite dans l'hypothalamus, puis entre dans la glande pituitaire, à partir de laquelle il est libéré dans le sang)
  • * Hypopituitarisme ** - manque de toutes les hormones hypophysaires - chez l’enfant, il peut se manifester par un retard du développement sexuel et, chez l’adulte, par des troubles sexuels. En général, l'hypopituitarisme entraîne de graves troubles métaboliques qui affectent tous les systèmes de l'organisme.

Excès d'hormones hypophysaires

Un excès d’hormones hypophysaires donne un tableau clinique saisissant et les manifestations de la maladie varient considérablement selon les hormones ou les quantités dépassant la norme.

S'il y a un excès d'hormones hypophysaires:

  • Un taux élevé de prolactine (* hyperprolactinémie **) chez la femme se manifeste par des irrégularités menstruelles, une infertilité, une lactation (gonflement des glandes mammaires et des sécrétions lactées). L'hyperprolactinémie entraîne une diminution du désir sexuel, de l'impuissance chez l'homme.
  • Un excès d'hormone somatotrope (STG) a donné aux géants du monde. Si la maladie débute à un âge précoce, il y a gigantisme, même dans une mature - acromégalie. Selon le livre des records Guinness, l'homme le plus élevé était Robert Pershing Wadlow, né en 1918 aux États-Unis. Sa taille était de 272 centimètres (288 centimètres d'envergure). Toutefois, selon le livre des archives national Divo, le citoyen russe Fedor Makhov était le plus haut de l'histoire. Sa taille était de 2 mètres 85 centimètres avec un poids de 182 kilogrammes. Avec l'acromégalie, le patient épaissit les mains et les pieds, les traits du visage deviennent grands, les organes internes augmentent. Ceci est accompagné par des désordres du coeur, des désordres neurologiques.
  • L'augmentation de l'hormone corticotrope (ACTH) provoque la maladie de Itsenko-Cushing. Cette maladie grave se manifeste par l'ostéoporose, une augmentation de la pression artérielle, l'apparition d'un diabète, des troubles mentaux. La maladie s'accompagne de changements d'aspect caractéristiques: perte de poids des jambes et des bras, obésité à l'abdomen, aux épaules et au visage.

Raisons

Pour comprendre les causes des maladies de la glande pituitaire, il est nécessaire de rappeler qu’elle fait partie du cerveau. Au-dessus se trouvent les nerfs optiques latéraux - gros vaisseaux cérébraux et nerfs oculomoteurs.

La cause d'un excès d'hormones hypophysaires dans la plupart des cas est une tumeur de l'hypophyse - adénome. Cela augmente le niveau de l'hormone ou des hormones qui produisent les cellules d'adénome, tandis que le niveau de toutes les autres hormones peut être considérablement réduit en raison de la compression de la partie restante de la glande pituitaire. La croissance d'un adénome est également dangereuse car elle comprime les nerfs optiques, les vaisseaux sanguins et les structures cérébrales à proximité. Presque tous les patients atteints d'adénome ont des maux de tête, des troubles visuels se produisent souvent.

Les causes de déficit en hormones hypophysaires peuvent être:

  • défauts d'approvisionnement en sang
  • hémorragie
  • développement congénital de l'hypophyse,
  • méningite ou encéphalite,
  • compression de l'hypophyse par la tumeur,
  • lésion cérébrale traumatique
  • certains médicaments
  • irradiation
  • intervention chirurgicale.

Diagnostic des maladies hypophysaires

Le diagnostic et le traitement des maladies de l'hypophyse est engagé dans endocrinologue. Lors de la première visite, le médecin collectera l'anamnèse (plaintes, informations sur les maladies passées et les prédispositions héréditaires) et prescrira sur cette base les études nécessaires sur le profil hormonal (test sanguin pour les hormones), le test à la thyrolibérine, le test à la synacthène, etc. Si nécessaire, on peut attribuer une tomodensitométrie du cerveau, une imagerie par résonance magnétique du cerveau, etc.

Traitement des maladies de l'hypophyse

Le traitement des maladies de l'hypophyse vise à normaliser le niveau d'hormones dans le sang et, dans le cas d'un adénome, à réduire la pression de la tumeur sur les structures cérébrales environnantes. En l'absence d'hormones hypophysaires, on utilise un traitement hormonal substitutif: une personne reçoit des analogues médicamenteux des hormones souhaitées. Un tel traitement dure souvent toute la vie. Heureusement, les tumeurs hypophysaires sont rarement malignes. Cependant, leur traitement est une tâche difficile pour le médecin.

Dans le traitement des tumeurs hypophysaires en utilisant les méthodes suivantes et leur combinaison:

  • traitement médicamenteux;
  • traitement chirurgical - ablation de la tumeur;
  • méthodes de radiothérapie.

L'effet de l'hypophyse sur l'apparence humaine

Cet article révélera la question de savoir quelle est la glande pituitaire du cerveau. Le centre neuroendocrinien du cerveau, l’hypophyse, joue le rôle le plus important dans la formation. En raison de la structure développée et des relations numériques, l'hypophyse, avec ses systèmes hormonaux, a la plus grande influence sur l'apparence humaine. L'hypophyse a des messages avec les glandes surrénales et thyroïdiennes, affecte l'activité des hormones sexuelles féminines, contacte l'hypothalamus, interagit directement avec les reins.

La structure

La glande pituitaire fait partie du système hypothalamo-hypophysaire du cerveau. Cette association est une composante cruciale de l'activité des systèmes nerveux et endocrinien humain. En plus de la proximité anatomique, l'hypophyse et l'hypothalamus sont étroitement connectés fonctionnellement. Dans la régulation hormonale, il existe une hiérarchie des glandes où, à la hauteur de la verticale, se trouve le principal régulateur de l'activité endocrinienne - l'hypothalamus. Il identifie deux types d'hormones - la libérine et les statines (facteurs de libération). Le premier groupe augmente la synthèse des hormones hypophysaires et le second inhibe. Ainsi, l'hypothalamus contrôle pleinement la glande pituitaire. Ce dernier, recevant une dose de libérines ou de statines, synthétise des substances nécessaires à l'organisme, ou inversement, suspend leur production.

L'hypophyse est située sur l'une des structures de la base du crâne, à savoir la selle turque. Il s'agit d'une petite poche osseuse située sur le corps de l'os sphénoïde. Au centre de cette poche se trouve une fosse hypophysaire, protégée par le dos du dos, devant le tubercule de la selle. Au bas de l'arrière de la selle se trouvent des sillons contenant les artères carotides internes, dont la branche est l'artère pituitaire inférieure qui nourrit l'appendice inférieur du cerveau avec des substances.

Adénohypophyse

L'hypophyse se compose de trois petites parties: l'adénohypophyse (antérieure), le lobe intermédiaire et la neurohypophyse (postérieure). La proportion moyenne de l'origine est proche de la partie antérieure et est représentée par une fine cloison séparant les deux lobes de l'hypophyse. Cependant, l'activité endocrinienne spécifique de la couche a forcé les spécialistes à l'isoler comme une partie distincte de l'appendice cérébral inférieur.

L'adénohypophyse consiste en différents types de cellules endocrines, chacune sécrétant sa propre hormone. En endocrinologie, il existe le concept d'organes cibles - un ensemble d'organes qui sont la cible d'activités ciblées d'hormones individuelles. Ainsi, le lobe antérieur produit des hormones tropicales, c’est-à-dire celles qui affectent les glandes, situées plus bas dans la hiérarchie du système vertical d’activité endocrinienne. Le secret sécrété par l'adénohypophyse initie le travail d'une certaine glande. De même, selon le principe de rétroaction, la partie antérieure de l'hypophyse, recevant une quantité accrue d'hormones d'une certaine glande avec du sang, suspend son activité.

Neurohypophyse

Cette partie de la glande pituitaire est située à l’arrière de celle-ci. Contrairement à la partie antérieure de l'adénohypophyse, la neurohypophyse remplit non seulement une fonction de sécrétion, mais joue également le rôle de «conteneur»: les hormones de l'hypothalamus descendent par les fibres nerveuses dans la neurohypophyse et y sont stockées. Le lobe postérieur de l'hypophyse est constitué de neuroglie et de corps neurosécréteurs. Les hormones stockées dans la neurohypophyse, affectent l'échange d'eau (équilibre eau-sel) et régulent partiellement le tonus des petites artères. En outre, le secret de l'arrière de l'hypophyse est activement impliqué dans les processus de naissance des femmes.

Part intermédiaire

Cette structure est représentée par un ruban mince comportant des protubérances. Le dos et le devant de la partie médiane de l'hypophyse sont limités à de fines sphères de la couche conjonctive contenant de petits capillaires. La structure du lobe intermédiaire est elle-même constituée de follicules colloïdaux. Le secret de la partie médiane de l'hypophyse détermine la couleur d'une personne, mais n'est pas déterminant pour la différence de couleur de la peau de différentes races.

Lieu et taille

L'hypophyse est située à la base du cerveau, à savoir sur sa surface inférieure dans la fosse de la selle turque, mais ne fait pas partie du cerveau lui-même. La taille de l'hypophyse n'est pas la même pour toutes les personnes et sa taille varie d'une personne à l'autre: sa longueur moyenne est de 10 mm, sa hauteur peut atteindre 8 à 9 mm et sa largeur ne dépasse pas 5 mm. En taille, l'hypophyse ressemble à un pois moyen. La masse de l'appendice inférieur du cerveau atteint en moyenne jusqu'à 0,5 g. Au cours de la grossesse et après celle-ci, la taille de l'hypophyse subit des modifications: la glande augmente et ne revient pas à la naissance après l'accouchement. De tels changements morphologiques sont associés à l'activité active de l'hypophyse au cours de la période des processus de naissance.

Fonction hypophysaire

L'hypophyse remplit de nombreuses fonctions importantes dans le corps humain. Les hormones hypophysaires et leurs fonctions constituent le phénomène le plus important dans tout organisme développé vivant: l'homéostasie. Grâce à ses systèmes, l’hypophyse régule le fonctionnement de la thyroïde, de la parathyroïde, des glandes surrénales, contrôle l’état de l’équilibre eau-sel et l’état des artérioles par une interaction particulière avec les systèmes internes et l’environnement externe - rétroaction.

Le lobe antérieur de l'hypophyse régule la synthèse des hormones suivantes:

Corticotropine (ACTH). Ces hormones sont des stimulants du travail du cortex surrénalien. Tout d'abord, l'hormone corticotrope affecte la formation du cortisol - la principale hormone du stress. De plus, l'ACTH stimule la synthèse d'aldostérone et de désoxycorticostérone. Ces hormones jouent un rôle important dans la formation de la pression artérielle en raison de la quantité d'eau en circulation dans le sang. En outre, la corticotropine a peu d’effet sur la synthèse des catécholamines (épinéphrine, noradrénaline et dopamine).

L'hormone de croissance (hormone de croissance, hormone de croissance) est une hormone qui affecte la croissance humaine. L'hormone a une structure spécifique, grâce à laquelle elle affecte la croissance de presque tous les types de cellules du corps. Processus de croissance La somatotropine fournit par anabolisme des protéines et une synthèse accrue de l'ARN. En outre, cette hormone supprime la participation au transport de substances. L’effet le plus prononcé de l’hormone de croissance a sur les tissus osseux et cartilagineux.

La thyrotropine (TSH, hormone stimulante de la thyroïde) a un lien direct avec la glande thyroïde. Ce secret initie des réactions d'échange en utilisant des messagers cellulaires (en biochimie, médiateurs secondaires). Influençant la structure de la glande thyroïde, la TSH effectue tous les types de métabolisme. Un rôle particulier de la thyrotrophine est attribué à l’échange d’iode. La fonction principale est la synthèse de toutes les hormones thyroïdiennes.

L'hormone gonadotrope (gonadotrophine) synthétise les hormones sexuelles humaines. Chez les hommes - la testostérone dans les testicules, chez les femmes la formation de l'ovulation. En outre, la gonadotrophine stimule la spermatogenèse, joue le rôle d'amplificateur dans la formation des caractères sexuels primaires et secondaires.

Hormones de neurohypophyse:

  • La vasopressine (hormone antidiurétique, ADH) régule deux phénomènes dans l'organisme: le contrôle du niveau de l'eau, dû à sa réabsorption dans les parties distales du néphron, et le spasme des artérioles. Cependant, la seconde fonction est due à une grande quantité de sécrétion dans le sang et est compensatoire: avec une perte importante d'eau (saignement, séjour prolongé sans fluide), la vasopressine contracte les vaisseaux sanguins, ce qui réduit leur pénétration, et moins d'eau pénètre dans les sections de filtration des reins. L’hormone antidiurétique est très sensible à la pression artérielle osmotique, à une pression artérielle basse et aux fluctuations du volume de liquide cellulaire et extracellulaire.
  • Ocytocine. Affecte l'activité des muscles lisses de l'utérus.

Chez les hommes et les femmes, les mêmes hormones peuvent agir différemment, de sorte que la question de la responsabilité de l'hypophyse du cerveau chez les femmes est rationnelle. En plus de ces hormones du lobe postérieur, l'adénohypophyse sécrète de la prolactine. Le but principal de cette hormone est la glande mammaire. La prolactine stimule la formation de tissus spécifiques et la synthèse du lait après l'accouchement. En outre, le secret de l'adénohypophyse affecte l'activation de l'instinct maternel.

L'ocytocine peut aussi être appelée l'hormone féminine. Les récepteurs de l'ocytocine se trouvent à la surface des muscles lisses de l'utérus. Directement pendant la grossesse, cette hormone n’a aucun effet, mais elle se manifeste pendant l’accouchement: les œstrogènes renforcent la sensibilité des récepteurs à l’ocytocine et ceux qui agissent sur les muscles de l’utérus renforcent leur fonction contractile. Au cours de la période post-partum, l'ocytocine est impliquée dans la formation de lait pour le bébé. Néanmoins, on ne peut pas affirmer avec certitude que l'ocytocine est une hormone féminine: son rôle dans le corps masculin n'a pas été suffisamment étudié.

Les neurosciences ont toujours porté une attention particulière à la question de savoir comment l'hypophyse régule le cerveau.

Premièrement, la régulation directe et directe de l'activité de l'hypophyse est réalisée par les hormones libérant l'hypothalamus. Il s’agit également de rythmes biologiques qui affectent la synthèse de certaines hormones, en particulier l’hormone corticotrope. Dans un grand nombre de cas, l'ACTH apparaît entre 6 et 8 heures du matin et la plus petite quantité dans le sang est observée le soir.

Deuxièmement, la réglementation sur la base du retour d’information. Les commentaires peuvent être positifs et négatifs. L’essence du premier type de communication est d’augmenter la production d’hormones de la glande pituitaire lorsque sa sécrétion n’est pas suffisante dans le sang. Le deuxième type, à savoir la rétroaction négative, est l'action opposée - arrêter l'activité hormonale. Le contrôle de l'activité des organes, de la quantité de sécrétion et de l'état des systèmes internes est effectué grâce à l'apport sanguin à l'hypophyse: des dizaines d'artères et des milliers d'artérioles percent le parenchyme du centre de la sécrétion.

Maladies et pathologies

Les déviations de l'hypophyse cérébrale sont étudiées dans plusieurs sciences: aspects théoriques, neurophysiologie (perturbation de la structure, expériences et recherche) et pathophysiologie (en particulier sur le cours de la pathologie), domaine médical, endocrinologie. L'endocrinologie des sciences cliniques traite des manifestations cliniques, des causes et du traitement des maladies de l'appendice inférieur du cerveau.

L'hypotrophie hypophysaire du cerveau ou le syndrome de selle turque vide est une maladie associée à une diminution du volume de l'hypophyse et à une diminution de sa fonction. Il est souvent congénital, mais il existe également un syndrome acquis dû à une maladie du cerveau. La pathologie se manifeste principalement par l’absence complète ou partielle de la fonction hypophysaire.

Le dysfonctionnement hypophysaire est une violation de l'activité fonctionnelle de la glande. Cependant, la fonction peut être altérée dans les deux sens: à un degré plus élevé (hyperfonctionnement) et à un degré moindre (hypofonction). Les hormones hypophysaires en excès comprennent l’hypothyroïdie, le nanisme, le diabète insipide et l’hypopituitarisme. Sur le revers (hyperfonctionnement) - hyperprolactinémie, gigantisme et maladie d'Itsenko-Cushing.

Les maladies de l'hypophyse chez les femmes ont un certain nombre de conséquences, qui peuvent être à la fois graves et favorables en termes de pronostic:

  • Hyperprolactinémie - surabondance de l'hormone prolactine dans le sang. La maladie se caractérise par une libération défectueuse de lait en dehors de la grossesse;
  • L'impossibilité de concevoir un enfant;
  • Pathologie qualitative et quantitative de la menstruation (quantité de sang libéré ou échec du cycle).

Les maladies de l'hypophyse des femmes surviennent souvent à la suite d'affections associées au sexe féminin, à savoir la grossesse. Au cours de ce processus, il se produit une grave altération hormonale du corps, dans laquelle une partie du travail de l'appendice cérébral inférieur vise le développement du fœtus. L'hypophyse est une structure très sensible et sa capacité à supporter des charges est largement déterminée par les caractéristiques individuelles de la femme et de son fœtus.

L'inflammation lymphocytaire de l'hypophyse est une pathologie auto-immune. Il se manifeste dans la plupart des cas chez les femmes. Les symptômes d'inflammation de l'hypophyse ne sont pas spécifiques et ce diagnostic est souvent difficile à établir, mais la maladie a toujours ses manifestations:

  • sauts de santé spontanés et inadéquats: un bon état peut se transformer radicalement en un mauvais état, et inversement;
  • maux de tête fréquents et non évidents;
  • les manifestations d'hypopituitarisme, c'est-à-dire que partiellement les fonctions de l'hypophyse diminuent temporairement.

La glande pituitaire est alimentée en sang par une variété de vaisseaux appropriés. Par conséquent, les causes d’une augmentation de la glande pituitaire du cerveau peuvent être variées. La modification de la forme de la glande peut être causée par:

  • infection: les processus inflammatoires provoquent un œdème tissulaire;
  • processus de naissance chez les femmes;
  • tumeurs bénignes et malignes;
  • paramètres congénitaux de la structure de la glande;
  • hémorragies dans l'hypophyse dues à une lésion directe (TBI).

Les symptômes des maladies de l'hypophyse peuvent être différents:

  • retard du développement sexuel des enfants, manque de désir sexuel (diminution de la libido);
  • chez les enfants: retard mental dû à l'incapacité de l'hypophyse de réguler le métabolisme de l'iode dans la glande thyroïde;
  • chez les patients atteints de diabète insipide diurèse diurne peut aller jusqu'à 20 litres d'eau par jour - miction excessive;
  • croissance excessive excessive, traits faciaux énormes (acromégalie), épaississement des membres, des doigts, des articulations;
  • violation de la dynamique de la pression artérielle;
  • perte de poids, obésité;
  • l'ostéoporose.

L'un de ces symptômes est l'incapacité de poser un diagnostic sur la pathologie de l'hypophyse. Pour confirmer cela, il est nécessaire de subir un examen complet du corps.

Adénome

L'adénome hypophysaire s'appelle une lésion bénigne qui se forme à partir des cellules de la glande. Cette pathologie est très fréquente: l'adénome hypophysaire est de 10% parmi toutes les tumeurs cérébrales. Une des causes communes est la régulation défectueuse de l'hypophyse par les hormones hypothalamiques. La maladie se manifeste par des symptômes neurologiques et endocriniens. L'essence de la maladie réside dans la sécrétion excessive de substances hormonales dans les cellules tumorales hypophysaires, ce qui entraîne les symptômes correspondants.

Vous trouverez plus d'informations sur les causes, l'évolution et les symptômes de la pathologie dans l'article Adénome hypophysaire.

Tumeur dans l'hypophyse

Toute néoplasie pathologique dans les structures de l'appendice inférieur du cerveau s'appelle une tumeur de l'hypophyse. Les tissus défectueux de l'hypophyse affectent grossièrement l'activité normale du corps. Heureusement, en fonction de la structure histologique et de la localisation topographique, les tumeurs hypophysaires ne sont pas agressives et, pour la plupart, bénignes.

Pour en savoir plus sur les spécificités des néoplasmes pathologiques de l'appendice inférieur du cerveau, on peut trouver dans l'article une tumeur de l'hypophyse.

Kyste hypophysaire

Contrairement à une tumeur classique, un kyste implique un néoplasme avec un contenu liquide à l'intérieur et une gaine robuste. La cause du kyste est l'hérédité, une lésion cérébrale et diverses infections. Une manifestation claire de la pathologie est un mal de tête constant et une déficience visuelle.

Vous pouvez en savoir plus sur la façon dont un kyste hypophysaire se manifeste en cliquant sur l'article sur le kyste hypophysaire.

Autres maladies

Le pangypopituitarisme (syndrome de Skien) est une pathologie caractérisée par une diminution de la fonction de toutes les parties de l'hypophyse (adénohypophyse, lobe moyen et neurohypophyse). C'est une maladie très grave accompagnée d'hypothyroïdie, d'hypocorticisme et d'hypogonadisme. L'évolution de la maladie peut conduire le patient au coma. Le traitement consiste en une élimination radicale de l'hypophyse avec un traitement hormonal ultérieur.

Diagnostics

Les personnes qui ont remarqué les symptômes de l'hypophyse s'interrogent: "Comment vérifier l'hypophyse du cerveau?". Pour ce faire, vous devez suivre plusieurs procédures simples:

  • donner du sang;
  • passer le test;
  • examen externe de la glande thyroïde et échographie;
  • craniogramme;
  • CT

L’imagerie par résonance magnétique est peut-être l’une des méthodes les plus instructives pour étudier la structure de l’hypophyse. À propos de ce qu'est l'IRM et de la manière dont il peut être utilisé pour examiner l'hypophyse dans cet article IRM de l'hypophyse

Beaucoup de gens s'intéressent à la façon d'améliorer les performances de l'hypophyse et de l'hypothalamus. Cependant, le problème est qu’il s’agit de structures sous-corticales et que leur régulation s’effectue au plus haut niveau autonome. Malgré les modifications de l'environnement externe et les différents types d'adaptation altérée, ces deux structures fonctionneront toujours en mode normal. Leur activité visera à soutenir la stabilité de l'environnement interne de l'organisme, car l'appareil génétique humain est programmé de cette manière. Comme les instincts, incontrôlés par la conscience humaine, l'hypophyse et l'hypothalamus obéiront continuellement aux tâches qui leur sont assignées, qui visent à assurer l'intégrité et la survie de l'organisme.

Tout sur les causes de l'hypophyse cérébrale, les symptômes et le traitement

L'hypophyse - Pituitaria glandula - est une minuscule glande endocrine du cerveau, non appariée, ne dépassant pas la taille d'un pois et pesant environ 0,5 gramme. Il est situé dans la selle turque du crâne.

L'essence du problème

En dépit de sa taille très modeste, l'hypophyse est le summum du système endocrinien, dirigeant le travail de toutes les glandes du système endocrinien. Son pouvoir peut être considéré comme presque illimité. La glande a 3 lobes, le lobe antérieur (adénohypophyse - représentant 70% de la glande) et le postérieur (neurohypophyse; avec un lobe intermédiaire de seulement 30%).

Dans le lobe moyen intermédiaire, les stocks d’hormones de l’hypothalamus, qui contrôle à lui seul l’hypophyse. Le système hypothalamo-hypophysaire est le conducteur de toutes les glandes endocrines, il maintient l'homéostasie (constance de l'environnement interne du corps). C'est pourquoi il est si important d'imaginer des changements de la part de l'hypophyse, d'autant plus qu'il est difficile de les guérir.

L'adénohypophyse produit 6 hormones: la prolactine, l'hormone somatotrope, l'adénocorticotropine, l'hormone stimulant la thyroïde, l'hormone lutéinisante, l'ocytocine. La neurohypophyse produit de l'ocytocine et de la vasopressine ou une hormone antidiurétique. Les maladies de l'hypophyse et les troubles de son travail chez une personne sont immédiatement ressentis: le système nerveux central réagit, la respiration, le cœur, le système hématopoïétique et sexuel.

Une partie de l'anatomie de l'hypophyse

La glande pituitaire a une forme en forme de haricot et est autrement appelée la glande pituitaire. On pensait que cette glande produisait du mucus, d’où son nom hypophysaire ("pituita" - mucus). Sa localisation est une niche ou une fosse pituitaire de la selle turque. Les glandes pituitaires fournissent du sang de manière autonome.

Fonction hypophysaire

Dans le département d'adénohypophyse se produit: la synthèse de l'hormone de croissance - l'hormone de croissance. Si cela ne suffit pas, la personne sera un nain et vice versa. Dans cette hormone, les os du squelette humain se développent. En outre, il stimule le métabolisme des protéines et intervient dans le métabolisme.

  1. La production de TSH - thyréotropine stimule la thyroïde. Sa production se produit avec un déficit en triiodothyronine.
  2. La synthèse de la prolactine ou hormone lactogène - elle est impliquée dans le métabolisme des lipides et est responsable du travail des glandes mammaires, stimulant leur croissance et leur lactation après l'accouchement. Il favorise la maturation du colostrum et du lait.
  3. La synthèse de mélanocytropine - est responsable de la pigmentation de la peau.
  4. La synthèse de l'ACTH - l'adrénocorticotropine est responsable du travail des glandes surrénales, améliore la synthèse de la GCS.
  5. Hormone folliculo-stimulante - FSH - avec sa participation, les follicules des ovaires et les spermatozoïdes des testicules mûrissent.
  6. Luteinisante (LH) - chez les hommes, elle aide à former de la testostérone, et chez les femmes -, elle aide à former le corps jaune et les hormones féminines - œstrogènes, progestérone.

Toutes les hormones, à l'exception de la GH et de la prolactine, sont des substances tropicales, c'est-à-dire stimulent le fonctionnement des glandes tropicales et sont produites lorsque leurs hormones sont déficientes.

Le lobe postérieur produit une hormone antidiurétique ou vasopressine et ocytocine. L'ADH est responsable de l'équilibre sel-eau et de la formation d'urine. L'ocytocine est responsable des contractions des naissances et stimule la production de lait.

L’interaction de l’hypophyse et des glandes endocrines se déroule selon le principe de "rétroaction", c’est-à-dire commentaires Si un excès d'hormones est produit, la synthèse tropique dans l'hypophyse est inhibée et inversement.

Causes des troubles hypophysaires

La perturbation de la production d'hormones dans l'hypophyse est souvent due à une maladie telle que l'adénome, une tumeur bénigne. Les tumeurs hypophysaires surviennent chez une personne sur cinq.

L'hypophyse du cerveau, les causes de la déviation, il existe d'autres:

  • troubles congénitaux - particulièrement manifestés par la GH;
  • infections cérébrales (méningite - inflammation de la paroi du cerveau et encéphalite);
  • radiothérapie en oncologie, toujours négative pour l'hypophyse;
  • le rayonnement;
  • les raisons peuvent être dans les complications après une opération du cerveau;
  • effets à long terme du TBI;
  • prendre des hormones;
  • troubles de la circulation cérébrale;
  • les causes des déviations peuvent également être la compression de la glande avec une tumeur au cerveau (méningiome, gliome), qui provoque son atrophie;
  • infections courantes - TB, syphilis, virus;
  • hémorragie cérébrale;
  • dégénérescence de la nature kystique dans l'hypophyse.

Les troubles de l'hypophyse peuvent également être congénitaux. Avec son développement anormal, les troubles suivants peuvent survenir: aplasie de l'hypophyse (son absence) - avec cette anomalie, la selle turque est déformée et il existe des combinaisons avec d'autres malformations.

L'hypoplasie de l'hypophyse (son sous-développement) survient avec l'anencéphalie. Une autre violation de l'hypophyse est son ectopie (localisation dans le pharynx).

Kyste hypophysaire congénital - souvent entre le devant et les parties intermédiaires, doublant l'hypophyse (puis doublant la selle turque, pharynx). Ce défaut rare est accompagné de graves défauts du système nerveux central. Il convient de noter que les causes de certaines pathologies de l'hypophyse ne sont pas claires.

Kyste hypophysaire

Ce kyste a toujours une capsule. Plus souvent, une pathologie se développe sur le fond d'une inflammation ou d'un traumatisme crânien chez les jeunes. Un grand rôle est attaché à l'hérédité. Pendant longtemps, un kyste est silencieux et peut être détecté accidentellement lors d'un examen.

Lorsque sa taille dépasse 1 cm, la perturbation de l'hypophyse devient évidente: une personne a une céphalgie et une perte de vision. Le kyste peut modifier la synthèse des hormones dans n'importe quelle direction. C'est à dire hypophyse: les signes de la maladie peuvent être un déficit en hormone et leur excès.

Maladies avec manque de synthèse hormonale

Hypothyroïdie secondaire - la fonction thyroïdienne est réduite en raison d’une production insuffisante de TSH. La maladie se manifeste par un gain de poids, une peau sèche, un gonflement du corps, des myalgies et des céphalalgies, une faiblesse, une perte de force. Chez les enfants sans traitement, il y a un retard dans le développement psychomoteur, une diminution de l'intelligence. Chez l’adulte, l’hypothyroïdie peut entraîner un coma hypothyroïdien et être mortelle.

Pas de diabète sucré - avec cela, il y a un manque d'ADH. La soif est associée à une miction abondante, ce qui conduit également à l'eksikozu et au coma.

Le nanisme hypophysaire (nanisme) - une telle lésion et une défaillance de l'hypophyse se traduit par un retard important du développement physique et de la croissance en raison du manque de production de GH - est diagnostiqué plus souvent dans 2-3 ans. En outre, cela réduit la synthèse de la TSH et de la gonadotrophine. Il est plus fréquent chez les garçons, ces troubles sont très rares - 1 personne. pour 10 000 habitants.

L’hypopituitarisme est un dysfonctionnement de l’ensemble de l’hypophyse antérieure. Les symptômes sont dus au fait que les hormones sont soit très peu produites, soit pas du tout. Il y a un manque de libido; pour les femmes, il n'y a pas de menstruation, les cheveux tombent; chez les hommes, l'impuissance apparaît. Si la maladie est post-partum à la suite d'une perte de sang massive, on parle de syndrome de Sheehan. Dans ce cas, l'hypophyse meurt complètement et la femme meurt le premier jour. Souvent, ces pathologies se produisent sur le fond du diabète.

Cachexie hypophysaire ou maladie de Simmonds - les tissus hypophysaires sont également nécrotiques, mais plus lentement. Le poids chute rapidement à 30 kg par mois, les cheveux et les dents tombent, la peau sèche; la faiblesse augmente, il n'y a pas de libido, toutes les manifestations du syndrome d'hypothyroïdie et une baisse du travail des glandes surrénales, pas d'appétit, la pression artérielle est réduite, les convulsions et les hallucinations, le métabolisme tombe à zéro, l'atrophie des organes internes. La maladie se termine par la mort si 90% ou plus du tissu hypophysaire est affecté.

Il résulte de ce qui précède que les maladies de la glande pituitaire sont très graves et qu’il est donc très important de les détecter et de les traiter à temps.

Adénome hypophysaire

Cette tumeur bénigne conduit le plus souvent à une hyperfonction et à une hypertrophie de la glande. Par la taille des adénomes sont divisés: en microadénomes - lorsque la taille de la tumeur est jusqu'à 10 mm; une plus grande taille est déjà un macroadénome. L'adénome peut produire 2 hormones ou plus et une personne peut avoir plusieurs syndromes.

  • Somatotropinome - conduit à l'acromégalie et au gigantisme, avec le gigantisme - avec ce type de trouble, il y a la taille, les membres longs et la microcéphalie. Survient plus souvent chez les enfants et la puberté. Ces patients meurent rapidement en raison de diverses complications. L'acromégalie grossit le visage (nez, lèvres), épaissit les mains, les pieds, la langue, etc. Les organes internes se multiplient, entraînant des cardiopathies et des troubles neurologiques. L'acromégalie se développe chez l'adulte.
  • La corticotropinomie est la cause de la maladie d'Itsenko-Cushing. Manifestations pathologiques: l'obésité de l'abdomen, du cou et du visage devient semblable à la lune - caractéristiques, augmentation de la pression artérielle, calvitie, troubles mentaux, troubles sexuels, ostéoporose, développement, diabète se joint souvent.
  • Thyrotropinome - conduit à l'hyperthyroïdie. Rarement rencontré.
  • Le prolactinome provoque une hyperprolactinémie. Un taux élevé de prolactine conduit à la stérilité, à la gynécomastie et à un écoulement du mamelon, à une diminution de la libido, chez les femmes - la MC est perturbée. Chez les hommes, c'est moins fréquent. Prolactino est traité avec succès par l'homéopathie.
  • Vous pouvez également noter gonadotropinomu - synthèse accrue de FSH et de LH - est rare.

Symptômes communs de troubles de l'hypophyse

Hypophyse et symptômes de maladie: les maladies peuvent se manifester après quelques jours ou quelques mois. Ils ne peuvent pas être ignorés.

Les troubles cérébraux hypophysaires se manifestent dans:

  • vision floue (l'acuité visuelle diminue et les champs visuels sont limités);
  • maux de tête persistants;
  • écoulement du lait sans lactation;
  • disparition de la libido;
  • infertilité;
  • le retard de tous les types de développement;
  • développement disproportionné de parties individuelles du corps;
  • fluctuations de poids déraisonnables;
  • soif constante;
  • débit urinaire abondant - plus de 5 litres par jour;
  • perte de mémoire;
  • fatigue
  • mauvaise humeur;
  • cardialgie et arythmies;
  • croissance disproportionnée des différentes parties du corps;
  • changement de timbre vocal.

Les femmes en plus:

violation du MC, augmentation mammaire, dysurie. Chez les hommes, en outre: pas d'érection, organes génitaux externes modifiés. Bien entendu, ces signes ne permettent pas toujours d'indiquer uniquement l'hypophyse, mais il est nécessaire de passer le diagnostic.

Mesures de diagnostic

Les problèmes de l'hypophyse peuvent être identifiés à l'aide d'une IRM. Des irrégularités minimes apparaîtront, leur localisation et la cause de la pathologie de l'hypophyse. Si une tumeur se trouve dans une partie du cerveau, la tomographie avec contraste est prescrite par le médecin traitant.

Un test sanguin est également effectué pour identifier le statut hormonal; ponction de la moelle épinière - pour identifier les processus inflammatoires dans le cerveau. Ces méthodes sont basiques. Si nécessaire, nommés et autres.

Glande pituitaire et son traitement

Hypophyse: comment traiter? Le traitement dépend de la cause, du stade et de l'âge du patient. Les neurochirurgiens travaillent souvent sur les problèmes de l'hypophyse; Il existe également un traitement médicamenteux et une radiothérapie. De plus, l'homéopathie est souvent utilisée.

Traitement de la toxicomanie

Le traitement conservateur est applicable pour les petites déviations du statut hypophysaire. Dans l'adénome hypophysaire, on affecte les agonistes de la dopamine, les bloqueurs des récepteurs de la somatotrophine, etc. - ceci est déterminé par le type d'adénome et le degré de progression.

Le traitement conservateur, souvent inefficace, donne le résultat dans 25% des cas. En cas de pénurie d'hormones hypophysaires, un traitement hormonal substitutif est utilisé. Elle est nommée à vie car elle n'agit pas sur la cause, mais uniquement sur les symptômes.

Intervention chirurgicale

La zone touchée est enlevée - succès chez 70% des patients. La radiothérapie est également parfois utilisée - l'application d'un faisceau focalisé à des cellules anormales. Après cela, ces cellules meurent progressivement et l'état de la patiente revient à la normale.

L'homéopathie a récemment été utilisée avec succès dans le traitement de l'adénome hypophysaire. On croit qu'il peut complètement guérir cette pathologie. Selon les homéopathes, le succès du traitement homéopathique dépend de la constitution du patient, de ses caractéristiques.

Il existe de nombreux remèdes homéopathiques pour le traitement de l'adénome hormono-actif. Parmi eux, il y a ceux qui suppriment le processus inflammatoire. Ceux-ci incluent Glonoinum, Uranium, Iodatum. Également nommé par l'homéopathe Aconite et Belladonna; Nux vomica; Arnica. L'homéopathie est différente en ce que le choix du traitement est toujours individuel, sans effets secondaires et contre-indications.

Cerveau de l'hypophyse

Glande pituitaire: structure, travail et fonction

L’hypophyse fait partie du diencephale et se compose de trois lobes: le lobe antérieur (glandulaire), appelé adénohypophyse, le lobe moyen-intermédiaire et le lobe postérieur - la neurohypophyse.

L’hypophyse a une forme arrondie et pèse entre 0,5 et 0,6 g. Malgré sa petite taille, l’hypophyse occupe une place particulière parmi les glandes endocrines. C'est ce qu'on appelle la "glande des glandes", la glande conductrice, car toute une série de ses hormones régulent l'activité des autres glandes (Fig. 1).

Fonction hypophysaire

  • contrôle de la fonction des autres glandes endocrines (thyroïde, génitales, surrénales)
  • contrôle de la croissance et de la maturation des organes
  • coordination des fonctions de divers organes (tels que les reins, les glandes mammaires, l'utérus).

Les glandes, dont l'activité dépend de la glande pituitaire, sont appelées dépendantes de la glande pituitaire. Les autres glandes endocrines, dont les fonctions ne sont pas soumises à l'influence directe de l'hypophyse, sont appelées indépendantes de l'hypophyse (Tableau 1).

Tableau 1. Glandes endocrines

Dépendant de l'hypophyse

Pituitaire-indépendant

Glande thyroïde (follicules thyroïdiens)

Cellules thyroïdiennes sécrétant de la calcitonine thyroïdienne

Appareil îlot du pancréas

Lobe antérieur de l'hypophyse, son travail

Le lobe antérieur de l'hypophyse est constitué de cellules glandulaires sécrétant des hormones. Toutes les hormones du lobe antérieur sont des substances protéiques.

L'hormone de croissance (hormone de croissance) est une protéine produite dans l'hypophyse, qui stimule la croissance du corps et qui participe activement à la régulation du métabolisme des protéines, des graisses et des glucides. La structure de l'hormone de croissance a une spécificité d'espèce: plusieurs isoformes sont présentes dans le sang, dont la principale contient 191 acides aminés.

L'hormone de croissance (hormone de croissance), ou hormone de croissance, consiste en une chaîne polypeptidique comprenant 245 résidus d'acides aminés. Il stimule la synthèse des protéines dans les organes et les tissus et la croissance du tissu osseux chez les enfants. Cette hormone est une spécificité d'espèce bien exprimée. Les préparations obtenues à partir de l'hypophyse de bovins et de porcins ont peu d'effet sur la croissance des singes et des humains.

La STG modifie le métabolisme des glucides et des lipides: inhibe l'oxydation des glucides dans les tissus; provoque la mobilisation et l'utilisation des graisses du dépôt, ce qui s'accompagne d'une augmentation de la quantité d'acides gras dans le sang. L'hormone contribue également à augmenter la masse de tous les organes et tissus, car elle active la synthèse des protéines.

Fig. 1. Système "organes cibles hypothalamus-hypophyse-périphérique" Dans l'hypophyse, à gauche, se trouve le lobe antérieur et à droite, le lobe postérieur. MK - mélanocortines

La GH est sécrétée de manière continue tout au long de la vie de l'organisme. Sa sécrétion est contrôlée par l'hypothalamus.

Chez les jeunes enfants, les changements résultant d’un manque d’hormone de croissance conduisent au développement d’un nanisme hypophysaire, c’est-à-dire l'homme reste nain. La forme corporelle de ces personnes est relativement proportionnelle, cependant, les mains et les pieds sont petits, les doigts sont minces, l'ossification du squelette est retardée, les organes génitaux sont sous-développés. Chez les hommes atteints de cette maladie, on note l’impuissance et chez la femme, la stérilité. L'intellect avec le nanisme hypophysaire n'est pas violé.

Avec la sécrétion excessive d'hormone de croissance dans l'enfance, le gigantisme se développe. La taille d'une personne peut atteindre 240-250 cm et son poids corporel - 150 kg ou plus. Si une production excessive d'hormone de croissance se produit chez un adulte, la croissance de l'ensemble du corps n'augmente pas, car elle est déjà terminée, mais la taille des parties du corps qui conservent encore du tissu cartilagineux capable de croître: doigts et orteils, mains et pieds, nez, mandibule, langue. Cette maladie s'appelle l'acromégalie. L'acromégalie est le plus souvent une tumeur de l'hypophyse antérieure.

L'hormone de stimulation de la thyroïde (TSH), constituée de polypeptides et d'hydrates de carbone, active l'activité de la glande thyroïde. Son absence entraîne une atrophie de la glande thyroïde. Le mécanisme d'action de la TSH est de stimuler la synthèse d'i-ARN dans les cellules thyroïdiennes, à partir desquelles les enzymes nécessaires à la formation, à la libération des composés et à la libération de ses hormones, la thyroxine et la triiodothyronine, sont construits.

La TSH est libérée en petites quantités de manière continue. La production de cette hormone est contrôlée par l'hypothalamus via un mécanisme de rétroaction.

Lorsque le corps est refroidi, la sécrétion de TSH augmente, ainsi que la formation d'hormones thyroïdiennes, ce qui entraîne une augmentation de la production de chaleur. Si l'organisme est soumis à un refroidissement répété, la sécrétion de TSH est stimulée, même sous l'action des signaux qui précèdent le refroidissement, en raison de l'apparition de réflexes conditionnés. Par conséquent, le cortex cérébral peut influer sur la sécrétion d'hormone stimulant la thyroïde et, en définitive, sur son augmentation en entraînant l'endurance du corps au froid.

L'hormone adrénocorticotrope (ACTH) stimule le cortex surrénalien. Il consiste en une chaîne polypeptidique comprenant 39 résidus d'acides aminés. L’introduction d’ACTH dans le corps entraîne une forte augmentation du cortex surrénalien.

L'élimination de l'hypophyse s'accompagne d'une atrophie des glandes surrénales et d'une diminution progressive de la quantité d'hormones sécrétées par celle-ci. Il en ressort que la fonction améliorée ou diminuée des cellules adénohypophyse sécrétées par l'ACTH est accompagnée des mêmes troubles dans le corps que ceux observés avec une fonction améliorée et diminuée du cortex surrénalien. La durée d'action de l'ACTH est faible et les réserves suffisent pour une heure, ce qui indique que la synthèse et la sécrétion d'ACTH peuvent changer très rapidement.

Dans les situations qui provoquent un état de tension (stress) dans le corps et qui nécessitent la mobilisation de la capacité de réserve du corps, la synthèse et la sécrétion d'ACTH augmentent très rapidement, ce qui s'accompagne de l'activation du cortex surrénalien. Le mécanisme d'action de l'ACTH est qu'il s'accumule dans les cellules du cortex surrénalien, stimule la synthèse des enzymes qui assurent la formation de leurs hormones, principalement des glucocorticoïdes et, dans une moindre mesure, des minéralocorticoïdes.

Les hormones gonadotroniques (THG) - folliculostimulantes (FSH) et lutéinisantes (LH) - sont produites par les cellules de l'hypophyse antérieure.

La FSH est composée de glucides et de protéines. Dans le corps féminin, il régule le développement et la fonction des ovaires, stimule la croissance des follicules, la formation de leurs membranes, provoque la sécrétion de liquide folliculaire. Cependant, pour la maturation complète du follicule, la présence d'hormone lutéinisante est nécessaire. La FSH chez l'homme contribue au développement du canal déférent et provoque la spermatogenèse.

La LH, ainsi que la FSH, est une protéine protéique. Dans le corps de la femme, il stimule la croissance du follicule avant l'ovulation et la sécrétion d'hormones sexuelles féminines, provoque l'ovulation et la formation du corps jaune. Dans le corps masculin, la LH agit sur les testicules et accélère la production d'hormones sexuelles masculines.

Sur la production de THG chez l'homme affectent les expériences mentales. Ainsi, au cours de la Seconde Guerre mondiale, la peur suscitée par les raids de bombardiers a fortement perturbé la libération d’hormones gonadotropes et conduit à la cessation des cycles menstruels.

Le lobe antérieur de l'hypophyse produit de l'hormone lutéotrope (LTG), ou prolactine, qui, par sa structure chimique, est un polypeptide, favorise la séparation du lait, préserve le corps jaune et stimule sa sécrétion. La sécrétion de prolactine augmente après l'accouchement, ce qui entraîne la lactation - la séparation du lait.

La stimulation de la sécrétion de prolactine est réalisée par les centres réflexes de l'hypothalamus. Le réflexe survient lorsque les récepteurs des mamelons des glandes mammaires sont irrités (pendant la succion). Cela conduit à l'excitation des noyaux de l'hypothalamus, qui affectent la fonction de l'hypophyse par des moyens humoraux. Cependant, contrairement à la régulation de la sécrétion de FSH et de LH, l'hypothalamus ne stimule pas mais inhibe la sécrétion de prolactine, mettant en évidence le facteur inhibiteur de la prolactine (prolactinostatine). La stimulation réflexe de la sécrétion de prolactine est réalisée en réduisant la production de prolactinostatine. Il existe une relation réciproque entre la sécrétion de FSH et de LGG, d’une part, et la prolactine, d’autre part: la sécrétion accrue des deux premières hormones inhibe la sécrétion de celle-ci, et inversement.

Le lobe intermédiaire de l'hypophyse

Le lobe intermédiaire de l'hypophyse sécrète l'hormone intermédine, ou mélanocytostimulante. Il favorise la distribution de mélanine dans les cellules pigmentaires. Il consiste en 22 acides aminés. La molécule d'ingrédient contient un segment de 13 acides aminés, qui coïncide complètement avec une partie de la molécule d'ACTH. Par conséquent, il est clair que la propriété générale de ces deux hormones d’améliorer la pigmentation. On pense qu'avec la maladie surrénalienne, accompagnée d'une pigmentation accrue de la peau (maladie d'Addison), un changement de couleur est simultanément provoqué par deux hormones sécrétées en grande quantité. On note une augmentation du taux d'intermédine dans le sang pendant la grossesse, ce qui entraîne une pigmentation accrue de certaines zones de la peau, par exemple le visage.

Le lobe postérieur de l'hypophyse, ses fonctions

Le lobe postérieur de l'hypophyse (neurohypophyse) est constitué de cellules ressemblant à des cellules gliales, appelées pituicites. Ces cellules sont régulées par les fibres nerveuses qui traversent la tige hypophysaire et sont des processus des neurones de l'hypothalamus. La neurohypophyse ne produit pas d'hormones. Les deux hormones du lobe postérieur de l'hypophyse - vasopressine (ou antidiurétique - ADH) et ocytocine - sont produites par la neurosécrétion dans les cellules de l'hypothalamus antérieur (noyaux supra-optic et paraventriculaire) et sont transportées par le sang dans la partie inférieure du corps. 2)

Fig. 2. Tractus hypothalamo-hypophysaire

Synthétisé dans les corps des cellules nerveuses des noyaux supra-optique (noyau supra-optique) et paraventriculaire (n. Paraventricularis) de l'hypothalamus oxytocine et ADH sont transportés le long des axones de ces neurones vers l'hypophyse postérieure, d'où ils entrent dans le sang

Les deux hormones dans leur structure chimique sont des polypeptides constitués de huit acides aminés, dont six sont les mêmes et deux sont différents. La différence entre ces acides aminés provoque l'action biologique inégale de la vasopressine et de l'ocytocine.

La vasopressine (ADH) entraîne une réduction des muscles lisses et un effet antidiurétique se traduisant par une diminution de la quantité d'urine libérée. Influençant les muscles lisses des artérioles, la vasopressine provoque leur rétrécissement et augmente ainsi la pression artérielle. Il contribue à augmenter l'intensité de la réabsorption de l'eau des tubules et des tubules collecteurs des reins dans le sang, entraînant une diminution de la diurèse.

Lorsque vous réduisez la quantité de vasopressine dans la diurèse sanguine, au contraire, elle augmente à 10-20 litres par jour. Cette maladie s'appelle le diabète insipide (diabète insipide). L'effet antidiurétique de la vasopressine est dû à la stimulation de la synthèse de l'enzyme hyaluronidase. Dans les espaces intercellulaires de l'épithélium des tubules et des tubules collecteurs contient de l'acide hyaluronique, qui empêche le passage de l'eau provenant de ces tubes dans la circulation sanguine. La hyaluronidase décompose l’acide hyaluronique, libérant ainsi le passage de l’eau et rendant les parois des tubules et des tubes collecteurs perméables. En plus de la voie extracellulaire, l'ADH stimule le transport transcellulaire de l'eau en activant et en insérant dans les membranes des activateurs de protéines des canaux de l'eau - les aquaporines.

L'ocytocine affecte sélectivement les muscles lisses de l'utérus et stimule la sécrétion de lait par les glandes mammaires. La séparation du lait sous l'influence de l'ocytocine ne peut être réalisée que si la pré-sécrétion des glandes mammaires a été stimulée par la prolactine. En provoquant de fortes contractions utérines, l'ocytocine est impliquée dans le processus générique. Lorsque la glande pituitaire est retirée des femelles gravides, l'accouchement est difficile et prolongé.

L'attribution d'ADH est effectuée réflexe. Avec une augmentation de la pression artérielle osmotique (ou une diminution du volume de fluide), les osmorcepteurs (ou récepteurs de volume) sont irrités, informations qui pénètrent dans les noyaux de l'hypothalamus, stimulant la sécrétion de l'ADH et sa libération par la neurohypophyse. L'excrétion de l'ocytocine est également effectuée par réflexe. Les impulsions efférentes du mamelon, résultant de l'allaitement au sein ou des organes génitaux externes lors d'une stimulation tactile, provoquent la sécrétion d'ocytocine par les cellules hypophysaires.

La structure de la glande pituitaire, fonctions et caractéristiques des maladies

La taille de l'hypophyse est insignifiante, peut être comparée à une graine ou un pois. Dans des conditions normales, sa taille est d'environ un centimètre. Qu'est-ce que l'hypophyse, tout le monde ne le sait pas, il n'y a que des médecins et des professeurs d'anatomie humaine. Et aussi peu de gens savent que c'est une double glande. Chaque partie, recto et verso, remplit des fonctions complètement différentes.

À l'aide de la tige, les deux moitiés du cerveau communiquent l'une avec l'autre. Ainsi, la formation du complexe endocrinien se produit. Avec un complexe endocrinien sain, l'environnement interne est maintenu. Toutes les conditions sont créées pour une croissance active et une vie normale avec des changements associés à la maturation du corps. Pour répondre à la question de savoir ce qu’est l’hypophyse, vous devez comprendre ses principales fonctions.

Fonction hypophysaire

La tâche principale de la glande est de fournir au corps la quantité nécessaire d'hormones pour le fonctionnement normal de l'organisme. Le travail de l'hypophyse affecte la production de mélanine, le système reproducteur, les organes internes et la croissance.

Sachant où se trouvent la glande pituitaire et ses principales parties, il est facile de comprendre leurs fonctions principales. L'hypophyse se compose de trois parties:

  • le lobe antérieur ou adénohypophyse est responsable des glandes surrénales, la glande thyroïde. La stimulation des glandes fruitières, la production de spermatozoïdes et la création de follicules est la principale fonction de l'adénohypophyse. Pendant la grossesse, la glande produit une hormone pour le début de la lactation. L'approvisionnement en sang est effectué par les artères pituitaires supérieures. L'adénohypophyse est à son tour divisée en parties distale et bosselée. La seconde est représentée par les cordons épithéliaux attachés à l'hypothalamus;
  • part intermédiaire (moyenne) - la partie responsable de la pigmentation de la peau. Pendant la grossesse, la peau s'assombrit souvent pendant la période d'augmentation de la production d'hormones. La partie médiane est située entre les lobes antérieur et postérieur;
  • lobe postérieur ou neurohypophyse - contribue à la régulation de la pression artérielle. Avec son aide, l'échange d'eau dans le corps, le travail du système reproducteur est contrôlé. En l'absence d'une glande hormonale produisant le lobe postérieur de l'hypophyse, le psychisme peut être perturbé et la coagulation du sang peut se détériorer. L'alimentation est effectuée par les artères hypophysaires inférieures. La neurohypophyse comprend deux parties, la neurohypophyse antérieure et la postérieure.

En cas de troubles de la glande chez la femme, l'utérus, lorsqu'il est exposé à la progestérone, devient insensible à l'ocytocine, ce qui affecte la réduction des cellules myoépithéliales. Avec une telle violation des glandes mammaires ne produisent pas de lait, l'hypophyse ne remplit pas la fonction de production d'hormones.

Hormones de l'hypophyse

Les glandes endocrines, auxquelles appartient l'hypophyse, sécrètent des substances biologiquement actives - des hormones directement sécrétées dans le sang. Avec l'aide du sang, ils sont transférés aux organes humains. L'état mental et physique de l'organisme dépend du travail de chaque service et de sa fonction. Les différentes parties de l'hypophyse produisent différentes hormones. Après avoir examiné l'hypophyse: qu'est-ce que c'est et quelles sont ses responsabilités principales peuvent être identifiées comme plusieurs parties fonctionnelles.

Le front-end produit:

  • somatotrophine - dépend de cette hormone humaine pour la croissance, le développement et le métabolisme. Au cours du développement prénatal de 4 à 6 mois, la plus grande quantité de l'hormone est observée. La concentration est maximale dès le plus jeune âge et minimale chez les personnes âgées;
  • corticotropine - agit sur la membrane surrénale en activant sa fonction. Participe à la synthèse des glucocorticoïdes (cortisol, cortisone, corticostérone);
  • thyrotrope (TSH) - essentiel pour la fonction thyroïdienne. Avec son aide, la thyroxine, la triiodothyronine, les acides nucléiques, les phospholipides sont produits;
  • follicules stimulantes - pour la production et le développement de follicules dans les ovaires de la femme et du sperme chez l'homme;
  • lutéinisante - a un effet sur la synthèse de la testostérone masculine. La production de progestérone et d'œstrogène chez les femmes. Régule la production du corps jaune et le processus d'ovulation;
  • la prolactine - avec son aide stimule la production de lait pendant la lactation.

Ainsi, l'adénohypophyse, faisant partie de la glande endocrine, contrôle d'autres glandes endocrines: le sexe, la thyroïde et les glandes surrénales.

Back end

Le lobe postérieur de l'hypophyse produit (neurohypophyse) produit de l'ocytocine et de la vasopressine. Chaque élément a ses propres fonctions spéciales dans le corps.

L'état de la musculature des intestins dépend de l'ocytocine. Affecte les parois de l'utérus et de la vésicule biliaire. Une concentration accrue conduit à des attaques de contraction des tissus des organes internes. Régule la pression artérielle et le métabolisme du corps humain. La production avec facultés affaiblies s'accompagne de l'apparition de problèmes psychologiques et d'un dysfonctionnement des organes génitaux.

La vasopressine joue un rôle important dans la régulation du travail du système urinaire et du métabolisme des sels d'eau. En l'absence d'hormone, le corps est rapidement déshydraté.

Les hormones qui contrôlent la neurohypophyse sont directement liées à l'activité du système cardiovasculaire, sexuel et métabolique. Le manque ou l'excès de production aggrave instantanément le bien-être d'une personne.

Partie centrale

La proportion intermédiaire produit une mélanocytose hormonale liée à la régulation de la pigmentation de la peau, des cheveux et de la couleur des yeux.

Chez les personnes à la peau claire, il existe un gène qui affecte la production d’un récepteur altérant les mélanocytes. En fait, il s'agit également d'une déviation, bien que cela ne crée pas d'impact sur les autres processus du corps.

L'effet de l'hypophyse sur le travail des organes du corps

Le bon fonctionnement de la glande est normalement la clé de la santé et de la longévité humaine. Les symptômes des maladies des glandes sont spécifiques et distinctifs. Le résultat d'une surabondance ou d'un manque de quantité d'une certaine hormone forme une certaine maladie.

Une quantité insuffisante d'hormones peut provoquer des maladies graves:

  • dysfonctionnement de la glande thyroïde (carence en hormone conduit à l'hypothyroïdie);
  • le développement de l'hypopituitarisme (déficit hormonal) se traduit par un développement sexuel retardé chez l'enfant ou des troubles sexuels chez l'adulte;
  • hypertension artérielle;
  • l'ostéoporose;
  • gigantisme (hauteur corporelle excessive).

Développement du nanisme hypophysaire

La croissance s'arrête et la personne reste sous-dimensionnée. Elle est causée par une petite quantité de somatotropine et d'hormones sexuelles.

Syndrome de Sheehan

Cela devient le résultat d'un infarctus des glandes en raison d'un travail pénible. Dans le même temps, tous les types d'hormones présentent un échec critique.

Maladie de Simmonds

Échec hypophysaire, développé à la suite d'une infection du cerveau, d'un traumatisme ou d'un trouble vasculaire.

Le déficit en vasopressine résulte en un diabète insipide. La cause peut être congénitale ou acquise après des tumeurs, des infections, de l'alcoolisme. L'absence de traitement pour ce trouble peut entraîner le coma ou la mort.

Une tumeur hormonalement active peut entraîner des taux d'hormones. Dans le même temps, il peut y avoir des néoplasmes hormonaux actifs, qui se manifestent par des symptômes et des signes particuliers.

En plus du fait que l'hypophyse du cerveau régule le travail d'organes importants, la perturbation de son fonctionnement provoque des défaillances dans d'autres systèmes:

  • trouble du système génito-urinaire - il y a une déshydratation rapide, développant un diabète insipide;
  • troubles de la reproduction et du système reproducteur - hyperfonctionnement de la partie antérieure de la glande, le corps de la femme se trouvant dans un état dans lequel la grossesse devient impossible. En même temps, il y a un saignement mensuel, utérin faible, non associé au cycle menstruel;
  • troubles psycho-émotionnels - Les signes peuvent être l'insomnie, la confusion, des perturbations dans le mode quotidien;
  • interruptions dans le système endocrinien - toute violation affecte la glande thyroïde et tout le corps en souffre.

Développement hypophysaire

Dans l'embryon, à 4–5 semaines, la structure de la glande pituitaire est formée. Il continue son développement après la naissance du fœtus. La masse hypophysaire d'un nouveau-né est d'environ 0,125 à 0,250 gramme. Par la puberté peut doubler.

L'adénohypophyse est formée par le processus épithélial, la protrusion épithéliale se présente sous la forme d'une poche hypophysaire (la poche de Rathke), à ​​partir de laquelle le fer est d'abord formé avec une sécrétion externe. Après avoir atteint l'âge de 40 à 60 ans, le fer diminue de manière insignifiante. Au cours de la grossesse chez les femmes, l'hypophyse augmente légèrement et revient à la normale après l'accouchement.

Symptômes des troubles hypophysaires

Lorsque la maladie est partiellement altérée de la vision (directe et périphérique). Une personne ne tolère pas le froid ni le changement de poids. Perte de cheveux

Dans le syndrome de Cushing, d'importants dépôts graisseux se forment dans l'abdomen, le dos et la poitrine. La tension artérielle augmente, des muscles atrophiés, des ecchymoses et des vergetures apparaissent.

Diagnostic de l'hypophyse

Une technique unifiée permettant de poser immédiatement le diagnostic correct et de déterminer le travail de la glande n'est pas encore établie. On peut dire de quoi la glande pituitaire est responsable, mais différentes parties de la glande produisent différentes hormones qui concernent des systèmes entiers. Par conséquent, la définition exacte des violations par les symptômes est impossible.

Pour les troubles, un diagnostic différentiel est réalisé, qui inclut les méthodes d'examen suivantes:

  • le sang est examiné pour la présence d'hormones;
  • effectuer une imagerie par résonance magnétique ou une tomographie assistée par contraste.

Les procédures nécessaires sont prescrites par le médecin traitant, en fonction des résultats des indications et de la manifestation clinique de la maladie.

Il convient de noter que le lobe antérieur de l'hypophyse occupe environ 80% du volume total de la glande, tandis que la partie intermédiaire est peu développée. Certaines parties de l'hypophyse ont un apport sanguin différent et remplissent des fonctions parallèles distinctes. En même temps, seule l'histologie permet de distinguer les actions au niveau cellulaire. La neurohypophyse est beaucoup plus petite que la partie antérieure. La structure de la glande pituitaire assure la réalisation de multiples fonctions.

L'hypophyse est la glande principale du système endocrinien. En dépit de sa petite taille, l'hypophyse exerce des fonctions graves et présente une anatomie complexe. Le travail des autres glandes du système endocrinien est complètement dépendant du travail de la glande pituitaire.

Vous Pouvez, Comme Pro Hormones