L'hypophyse est un organe complexe, composé d'un adénohypophyse (lobes antérieur et moyen) et d'une neurohypophyse (lobe postérieur). L'hypophyse est la principale glande endocrine du corps, qui régule l'activité des autres glandes endocrines en raison de la production d'hormones dites tropiques. Dans la pathologie de l'hypophyse, la fonction des autres glandes endocrines et le métabolisme général sont perturbés.

L'hormone de croissance (somatotrophine) est impliquée dans la régulation de la croissance, favorisant ainsi la formation de protéines. Son effet sur la croissance des cartilages épiphysaires des extrémités est le plus prononcé, la croissance osseuse va en longueur.

Hyperfonctionnement: la violation de la fonction somatotrope de l'hypophyse entraîne divers changements dans la croissance et le développement du corps humain: en cas d'hyperfonctionnement dans l'enfance, un gigantisme se développe. L'hyperfonctionnement chez l'adulte n'affecte pas la croissance en général, mais la taille des parties du corps encore capables de se développer (acromégalie).

Hypofonction: une production réduite d’hormone de croissance entraîne un retard de croissance et le développement du corps. Une grave altération de la glande pituitaire (tumeur, tuberculose) entraîne une cahoxie hypophysaire. Il s'agit d'un épuisement dramatique associé à une atrophie de l'os et de l'appareil sexuel, une perte de cheveux et de dents. À un jeune âge, l'hypophyse provoque le nanisme.

La prolactine favorise la formation de lait dans les alvéoles, mais après une exposition préliminaire à celles-ci d'hormones sexuelles féminines (progestérone et œstrogène). Après la naissance, la synthèse de la prolactine augmente et la lactation a lieu. Le fait de sucer par le mécanisme neuro-réflexe stimule la libération de prolactine. La prolactine a un effet lutéotrope, contribue au fonctionnement prolongé du corps jaune et au développement de la progestérone.

L'hyperfonctionnement (hypergalactie) entraîne une sortie spontanée du lait des mamelons (galactorrhée). Avec l'augmentation de la production de prolactine chez la femme, le cycle menstruel est perturbé, entraînant une infertilité, une diminution du désir sexuel, une augmentation de la taille des glandes mammaires, le développement de kystes et de mastopathies, précancéreux. les maladies.

L’hypofonction (hypogalactie) provoque un sous-développement des glandes mammaires et une violation de leur fonction. Cette affection survient lorsque l'insuffisance fonctionnelle de l'hypophyse, pouvant survenir après une perte de sang importante pendant l'accouchement, pendant le prolongement de la grossesse (la quantité d'oestrogène dans le sang diminue et donc la production de prolactine)

Hormone stimulant la thyroïde: l’hormone thyréotrope est produite par l’hypophyse et stimule la formation d’hormones thyroïdiennes: T3 - triiodothyronine et T4 - thyroxine. Ils sont responsables du métabolisme des graisses, des protéines et des glucides dans le corps, du travail du système sexuel, du système cardiovasculaire, du tractus gastro-intestinal et des fonctions mentales. Il agit sélectivement sur la glande thyroïde, améliore sa fonction.

Hypofonction: une diminution de la production de thyrotrophine entraîne une atrophie de la glande thyroïde,

Hyperproduction Avec l'augmentation de la production de thyrotropine, la glande thyroïde se développe, des changements histologiques se produisent, ce qui indique une augmentation de son activité;

Hormone adrénocorticotrope: Il s’agit d’une hormone produite dans le lobe antérieur de l’hypophyse (adénohypophyse). Il régule la formation et la libération d'hormones surrénales glucocorticoïdes (cortisol, androgènes et estrogènes dans une moindre mesure) dans le sang et maintient une masse constante de glandes surrénales.

La maladie d'Itsenko-Cushing est un trouble neuroendocrinien résultant d'une lésion du système hypothalamo-hypophysaire, d'une hypersécrétion d'ACTH et d'une hyperfonction secondaire du cortex surrénalien. Le complexe de symptômes, qui caractérise la maladie d’Itsenko-Cushing, comprend l’obésité, l’hypertension, le diabète, l’ostéoporose, une diminution de la fonction des glandes sexuelles, une peau sèche, une strie corporelle, l’hirsutisme.

Les hormones gonadotropes (FSH, LH) sont présentes chez les femmes et les hommes; Stimule la croissance et le développement du follicule dans l'ovaire. Ils ont peu d’effet sur la production d’œstrogènes chez la femme, chez l’homme sous l’influence de la formation de sperme; La perturbation de la production de gonadotrophines (FSH et LH) entraîne une perturbation de l'activité des ovaires qu'ils régulent, ainsi qu'une diminution des taux sanguins d'œstrogène, de progestérone et dans l'urine de 17C. Ces changements provoquent des envies de fumer.

La vasopressine remplit deux fonctions:

1. Renforce la contraction du muscle lisse vasculaire (le ton des artérioles augmente, suivi d'une augmentation de la pression artérielle);

2. Inhibe la formation d'urine dans les reins (effet antidiurétique). L'action antidiurétique est fournie par la capacité de la vasopressine à améliorer la réabsorption de l'eau des tubules rénaux dans le sang. La réduction de la formation de vasopressine est la cause du diabète insipide (diabète insipide).

L'ocytocine (Otsitotsin) affecte sélectivement les muscles lisses de l'utérus et améliore sa réduction. La contraction de l'utérus augmente considérablement si elle est sous l'influence d'œstrogènes. Pendant la grossesse, l'ocytocine n'affecte pas la contractilité de l'utérus, car l'hormone du corps jaune, la progestérone, le rend insensible à tous les stimuli. L'ocytocine stimule la sécrétion de lait, sa fonction excrétrice est renforcée et non sa sécrétion. Des cellules mammaires spécifiques répondent sélectivement à l'ocytocine. Le réflexe de succion contribue à la libération d'oxytocine par la neurohypophyse.

Date d'ajout: 2016-05-27; Vues: 1428; ECRITURE DE TRAVAIL

Les principales caractéristiques et méthodes de diagnostic de l'hypophyse hypofonction

L’hypophyse, malgré sa taille relativement petite, joue un rôle extrêmement important dans le corps humain. La fonction principale de cette partie du cerveau est de réguler l'activité des glandes endocrines humaines. Pour cela, l'hypophyse produit un certain nombre de ses propres hormones.

Le maintien de l'équilibre hormonal dans le corps est impossible sans la relation entre l'hypophyse et l'autre partie du cerveau - l'hypothalamus. En cas de diminution de la production des hormones nécessaires d’une des glandes endocrines, l’hypothalamus fournit à l’hypophyse un signal correspondant, auquel cette dernière réagit en augmentant la production de ses hormones. De ce fait, le travail d'une glande particulière est stimulé. Si, au contraire, on observe dans le sang une augmentation de la concentration d'une hormone, l'hypothalamus envoie un signal à l'hypophyse pour supprimer le travail de l'une des glandes endocrines.

Le rôle de l'hypophyse chez l'homme

Afin de comprendre ce que la glande pituitaire du cerveau est responsable, il est nécessaire de savoir quel type d'hormones elle produit.

  • La prolactine. Fournit la production de lait pendant la lactation.
  • Somatotropine. Régule la croissance du corps. Sa carence ou au contraire une quantité excessive peut ralentir ou stimuler la croissance d’une personne jusqu’au développement de la pathologie.
  • Hormone stimulant la thyroïde Nécessaire pour surveiller le travail de la glande thyroïde.
  • Hormones lutéinisantes et stimulantes du follicule. Fournir la production d'hormones sexuelles mâles et femelles.
  • Hormone corticotrope. Coordonne le travail des glandes surrénales pour produire leurs propres hormones.

Toutes ces hormones protéiques, nécessaires à la circulation des processus métaboliques dans le corps, sont produites par l'hypophyse antérieure. Sa part de derrière est responsable de la production de deux autres hormones:

  • Vasopressine. Il protège le corps de la déshydratation en régulant l'activité des reins et en contrôlant la quantité d'eau excrétée dans les urines. En outre, la vasopressine régule la quantité de sodium dans le sang, en stimulant, si nécessaire, son excrétion du corps avec l'urine.
  • Ocytocine. Responsable de la réduction des muscles lisses de l'urine et de la vésicule biliaire et des intestins. Fournit la contraction des muscles utérins pendant le travail et participe également au processus de production de lait pendant la lactation.

Qu'est-ce qui menace l'hypofonction hypophysaire?

Le fonctionnement normal de l’hypophyse est le garant de la longévité et de la bonne santé d’une personne. En cas de violation de son activité, il peut y avoir un manque d'hormones produites ou, au contraire, leur quantité excessive dans le sang. Dans le premier cas, il s’agit d’une hypofonction de l’hypophyse. Son apparition est lourde de conséquences négatives pour le corps:

  • perturbation de la glande thyroïde;
  • hypothyroïdie due à un déficit hormonal grave;
  • la probabilité de développement du nanisme (nanisme);
  • puberté retardée;
  • dysfonctionnement sexuel, etc.

Les causes de ces troubles de l'hypophyse peuvent être des tumeurs, des processus inflammatoires et des lésions ischémiques.

Nanisme hypophysaire

Un autre nom pour cette maladie est le nanisme ou de petite taille. Il se développe en raison d'une production insuffisante de somatotrophine par l'hypophyse chez l'enfant. En règle générale, une telle violation est associée à un manque d'hormones lutéinisantes et stimulantes du follicule dans le corps des garçons et des filles, ce qui perturbe le cours naturel du développement sexuel. Ce problème a une nature génétique, c’est-à-dire que l’hypofonction de l’hypophyse est due à des défauts dans les gènes.

Syndrome de Simmonds

Dans ce cas, la cause d'une mauvaise production d'hormones est une infection transmise (tuberculose, encéphalite, syphilis), une lésion cérébrale ou un trouble vasculaire. Dans le même temps, des problèmes dans le travail de l'hypophyse conduisent au développement de l'hypothyroïdie et à une perturbation progressive du travail de toutes les glandes endocrines. Les premiers signes de la maladie - perte de poids brusque, perte d’appétit, faiblesse générale, sécheresse de la peau et des cheveux, etc.

Diabète insipide

Développe avec un manque de vasopressine, produite par le lobe postérieur de la glande pituitaire. L'hormone est responsable du maintien d'un niveau normal de liquide dans le corps. Ainsi, en raison d'une pénurie aiguë, presque tout le liquide est excrété dans l'urine. La cause de ce phénomène peut être une prédisposition héréditaire, ainsi que des blessures, des tumeurs ou des infections de la glande pituitaire.

Les informations les plus complètes sur l'état de l'hypophyse peuvent être obtenues par IRM du cerveau. Ce type d'examen vous permet d'identifier les néoplasmes possibles dans cette zone et d'évaluer le degré de perturbation de l'activité de la production d'hormones. Et effectuer une IRM de l'hypophyse avec contraste vous permet d'obtenir des informations fiables sur la présence d'adénomes même microscopiques ou de surveiller l'état de l'hypophyse après une chirurgie.

Causes et manifestations de l'hyperfonctionnement de l'hypophyse antérieure

L'hypophyse est un organe neuroendocrinien. Cela signifie que son rôle est non seulement dans la régulation par les neurotransmetteurs, mais également à l'aide d'hormones synthétisées. Ces derniers, à leur tour, contrôlent la croissance d’une personne, son métabolisme et ses fonctions de reproduction.

Toutes les maladies de l'organe, d'une manière ou d'une autre, peuvent se manifester de deux manières: une augmentation de la fonction de l'organe ou une diminution. L’hypofonction, ainsi que l’hyperfonction, sont des problèmes connexes des endocrinologues, des oncologues ainsi que d’autres spécialistes.

L'essence du problème

L'organe neuroendocrinien décrit remplit de nombreuses fonctions importantes dans le corps humain. Il se compose morphologiquement de deux parties - la glande pituitaire antérieure et postérieure. Les scientifiques appellent la région antérieure une adénohypophyse, soulignant ainsi son rôle important dans le système endocrinien.

Quelles sont les hormones synthétisées par les cellules de l'hypophyse antérieure? Il existe plusieurs types:

  • adrénocorticotrope (agit sur le cortex surrénalien);
  • thyrotropique (stimule la formation d'hormones thyroïdiennes dans les tissus de la glande thyroïde);
  • mélanotropine - un composé qui affecte l'échange de mélanine dans la peau;
  • hormone de croissance (hormone de croissance);
  • prolactine (pendant et après la grossesse);
  • hormones gonadotropes agissant sur diverses cellules des organes de reproduction.

L'ocytocine et la vasopressine sont des composés qui ne font pas partie de l'adénohypophyse, mais de la neurohypophyse (lobe postérieur). Par conséquent, l'hyperactivité hypophysaire de son lobe antérieur n'affectera pas le changement de ces substances biologiquement actives.

Chez les patients adultes, pour un certain nombre de raisons, dont la plupart sont des tumeurs (tumeurs malignes ou bénignes), la sécrétion des hormones répertoriées précédemment augmente.

Dans ce cas, les cellules tumorales sont considérées comme étant hormonales. Une autre raison possible de l'augmentation de la sécrétion d'hormones pituitaires est une violation du principe de rétroaction négative. C'est beaucoup moins commun. L’hypofonction hypophysaire est le plus souvent une anomalie congénitale. Le sous-développement d'un organe ou de ses zones spécifiques entraîne une synthèse insuffisante de certaines hormones.

Manifestations cliniques communes des tumeurs hypophysaires

La tumeur exerce une pression sur le cerveau et les méninges. C'est la cause de problèmes neurologiques. Au début, les maux de tête, les syndromes migraineux et les troubles du sommeil dus à l'insomnie présomnique ou intrasomnique sont typiques.

La céphalée est localisée dans la région frontale, les régions orbitales et temporales. Ce n'est pas palpitant. Le plus douloureux monotone. Premièrement, avec l’aide d’analgésiques, la douleur disparaît. Mais avec l'augmentation du volume de la formation de tumeurs, celle-ci devient plus prononcée et les analgésiques ont déjà très bien cessé.

Un symptôme commun peut être considéré comme une nausée, ainsi que des vomissements. Ceci est dû à l'irritation réflexe du centre de vomissement dans le cerveau.

Les symptômes focaux sont associés à la pression de la masse tumorale sur certaines structures cérébrales. Une manifestation très fréquente des tumeurs hypophysaires est la vision double appelée diplopie. Une autre variante de la vision consiste à réduire sa netteté. Souvent, tout le champ de vision tombe. Parfois, la cécité est totale.

Puisque la croissance de l'adénome est lente, les symptômes sont mis en œuvre sans à-coups, progressivement. Cependant, il existe un risque de saignement ou de rupture de l'hypophyse. En conséquence, cette situation entraînera une aggravation de la déficience visuelle.

Lorsque la croissance diminue, elle peut provoquer une rupture de la selle turque et des tissus cérébraux localisés. Dans le même temps sur les voies nasales peut être l'expiration du liquide céphalo-rachidien. Cela ressemblera à une image de rhinite chronique ou de sinusite.

Adénomes hypophysaires

La cause la plus courante d'hyperfonctionnement hypophysaire est une tumeur. Dans le même temps, il devrait s'agir de néoplasmes hormono-actifs. Qu'est-ce qui distingue les adénomes hypophysaires?

On distingue les tumeurs malignes et bénignes. Le groupe de ces derniers se retrouve beaucoup plus souvent dans la pratique de l'endocrinologue, ils peuvent être de tailles différentes. Plus la tumeur est volumineuse dans son volume, plus les symptômes neurologiques sont prononcés. Avec un diamètre inférieur à 30 mm, la tumeur est appelée picoadénome, de 30 à 100 mm est appelée microadénome, et lorsque la taille est de 100 mm, il existe un macroadénome.

La plupart des tumeurs hypophysaires sont hormonalement inactives. Mais pour le développement de l'hyperfonctionnement, il est nécessaire que les cellules du néoplasme soient elles-mêmes une source de synthèse hormonale accrue.

Le corticotropinome est une tumeur qui s'accompagne d'une augmentation de la quantité d'ACTH dans le sang, d'un prolactinome - source de taux élevés de prolactine, le thyrotropinome provoque une augmentation de la concentration de TSH et de somatotropinomes - tumeurs, entraînant un gigantisme.

Maladie d'Itsenko-Cushing

Il s'agit d'une pathologie associée à une augmentation de la synthèse et de la sécrétion de l'hormone adrénocorticotrope dans le sang. Il est nécessaire de distinguer cette affection du syndrome du même nom, associé à la pathologie des glandes surrénales.

Dans la maladie d'Itsenko-Cushing, l'adénome basophile est la base morphologique de tous les changements cliniques et physiopathologiques. En d'autres termes, il s'agit d'une tumeur de cellules acidophiles située dans le lobe antérieur de l'hypophyse. Le néoplasme est hormonalement actif. C'est-à-dire qu'il y a une augmentation de la synthèse de l'ACTH et de sa sécrétion. Dans le sang, la concentration de cet indicateur augmente.

L'organe cible de cette hormone est la glande surrénale, sa couche corticale. Les cellules surrénaliennes répondent à une quantité excessive d'hormone adrénocorticotrope en augmentant la sécrétion de cortisol et, dans une moindre mesure, d'aldostérone. L’hypercortisolémie de longue date conduit à l’apparence de ce que l’on appelle l’apparence coussingoïde:

  • le patient change de façon externe - le tissu adipeux se dépose sur le visage. Le visage devient lunaire;
  • le ventre grossit;
  • la graisse sous-cutanée sur les membres, au contraire, devient plus mince;
  • les jambes et les bras semblent desséchés.

L'obésité avec la maladie est dysplasique.

La pression tend à augmenter, complètement instable, et également les crises possibles. Lorsque le taux d'aldostérone dans le sang augmente, des troubles électrolytiques peuvent apparaître. Ils sont compliqués par l'apparition de divers types d'arythmie.

Les muscles sont flasques, peuvent être un peu douloureux. La région des fesses semble également être dystrophique. Sur la peau du tronc, les bras et les jambes sont faciles à voir les stries. Nous parlons de vergetures, d'apparence très semblable à celles de la grossesse.

Somatotropinomes

Les tumeurs hypophysaires sont la cause du gigantisme. Cette situation est réalisée si une tumeur hypophysaire survient dans l'enfance (lorsque les zones de croissance ne sont pas encore ossifiées), ce qui entraîne une augmentation de la synthèse et de la sécrétion d'une hormone telle que la somatotropine. Il est connu pour être une hormone de croissance. Lorsque somatotropinom augmente fortement la croissance du corps et de ses parties individuelles chez un enfant.

Lorsque le taux de somatotropine augmente chez les enfants présentant des points d’ossification fermés ou chez les patients adultes, une pathologie telle que l’acromégalie se développe. La croissance osseuse n'est pas observée, mais une splanchnomégalie apparaît. Ceci est une augmentation de la taille des organes internes.

En plus d’eux, les tissus mous augmentent: chez les patients, un nez disproportionné, de grandes lèvres et d’autres traits du visage sont visibles. Une manifestation dangereuse est la splanchnomégalie.

Les somatotropinomes sont généralement localisés dans la région de la selle turque. L'examen radiographique du crâne est l'une des méthodes les plus illustratives pour le diagnostic de la pathologie décrite. Si des résultats discutables sont recommandés tomographie - IRM ou CT.

Prolactinome

L'hyperfonctionnement survient dans les tumeurs des cellules synthétisant la prolactine. Les cibles de la prolactine sont les glandes mammaires chez les femmes et les glandes mammaires chez les hommes. La tumeur hypophysaire est également présente chez les deux sexes.

La taille des formations est estimée en fonction de leur comparaison avec la taille de la région de la selle turque. Lorsque la tumeur a un diamètre plus petit, ce sont des microadénomes. Les adénomes dont le diamètre dépasse la surface de la selle sont considérés comme des macroadénomes.

Chez les femmes, le prolactinome provoque des troubles menstruels. Mais la plainte la plus commune détectée par cette pathologie par les endocrinologues ou les endocrinologues est la stérilité.

Pour les hommes, l'une des manifestations de la pathologie devrait également être considérée comme l'impossibilité de laisser la progéniture en mariage avec une femme en bonne santé à cet égard. En outre, ils ont souvent des douleurs dans la région des glandes mammaires, ainsi que de la galactorrhée - l’expiration du colostrum, un liquide mammalien des mamelons.

Qui contacter?

L'hyperfonctionnement de l'hypophyse est un problème interdisciplinaire. Cela nécessite l’implication de plusieurs spécialistes du profil étroit dans sa solution. Il s’agit principalement d’un endocrinologue, d’un neurologue (ou d’un neurochirurgien, s’il s’agit d’une tumeur) et d’un oncologue.

Pour le diagnostic, il est nécessaire de conseiller les spécialistes ci-dessus. Ils collectent l'historique, découvrent les plaintes et évaluent objectivement l'état du patient. Ces méthodes sont complétées par la détermination du niveau d'hormones nécessaires ou par l'utilisation de techniques d'imagerie.

L'hyperfonctionnement hypo et hypophysaire nécessite un traitement complexe. Radiographie recommandée de la zone de selle turque. En cas de doute, il est nécessaire d’attribuer une tomographie par résonance magnétique ou une tomodensitométrie. Le traitement est effectué en fonction de la cause. Il s’agit généralement d’un retrait chirurgical de la tumeur par accès transnasal. Alternative - chimiothérapie ou exposition aux radiations.

Qu'est-ce qui cause l'hypofonction hypophysaire?

L’hypofonction de l’hypophyse entraîne le développement de:

En hypofonction, nous avons une déficience de la glande pituitaire, et donc une déficience dans la production de certaines hormones.

Le nanisme se produit généralement avec une déficience en hormone somatotrope, produite dans le lobe antérieur de l'hypophyse.

La maladie d'Addison est une déficience en cortisol, mais un type d'insuffisance primaire associé à la fonction surrénalienne.

Le gigantisme est une surabondance d'hormone de croissance, ce qui signifie une hyperactivité.

Diabète - sauf le sucre, mais comme il n’est pas indiqué lequel, nous comprenons que c’est normal, ce qui n’est pas associé à la glande pituitaire.

Il s'avère que la réponse correcte est la première.

Toutes les principales maladies, dysfonctionnements et anomalies de l'hypophyse

L'hypophyse est un important régulateur de l'activité hormonale du corps humain. Les perturbations de sa part se manifestent par une hyperfonction et une hypofonction. En termes simples - ou il fait des heures supplémentaires quand on ne lui demande pas, ou par paresse pour synthétiser les substances nécessaires.

Hyperfonction hypophysaire

Dans le premier cas, les violations se manifestent par les maladies suivantes:

1 Augmentation de la production d'hormone de croissance - gigantisme et acromégalie. Le développement d'une maladie est associé à l'âge. Le gigantisme se développe pendant l'enfance et l'adolescence, pendant la croissance des os. La hauteur du corps est relativement proportionnelle, mais dépasse les normes établies. Une croissance pathologique chez l'homme est supérieure à 200 cm et chez la femme supérieure à 190 cm. L'acromégalie en cas de perturbation de l'hypophyse se produit déjà pendant la période d'ossification des zones de croissance pendant la période de maturité et de vieillesse.

Dans ce cas, les os continuent à se développer, mais pas en longueur, mais en largeur. Cela se manifeste par une augmentation du nez, des oreilles, des sourcils, des mains et même des organes internes se développent! Dans les deux cas, les patients se plaignent de maux de tête, courbatures, raideurs, articulations douloureuses, faiblesse, bouche sèche et soif sévère. Il est également possible violation du système nerveux: irritabilité, insomnie, dépression.

2 Excès d’hormone corticotrope - Maladie de Itsenko-Cushing. Se manifeste par la sécheresse et la pâleur de la peau, une sorte d'obésité (face lunaire, obésité de la ceinture scapulaire supérieure), une faiblesse musculaire (due à une atrophie musculaire). Souvent visible sur l'étirement rouge vif de la peau.

Les patients souffrent d'hypertension artérielle et d'éruption cutanée pustuleuse. Caractérisé par un changement dans la sphère sexuelle: troubles menstruels et hirsutisme (croissance des poils masculins) chez les femmes, impuissance chez les hommes. Les patients changent d'état mental: sujets à la dépression, aux sautes d'humeur, à la psychose.

3 Augmentation de la sécrétion de prolactine - syndrome de galactorrhée persistante - aménorrhée. Cette maladie de l'hypophyse se rencontre chez les jeunes femmes en âge de procréer, très rarement chez les enfants, les personnes âgées et les hommes. Les patients vont le plus souvent chez le médecin avec des plaintes d'infertilité et de menstruation. Une femme ne peut pas tomber enceinte ou perd un enfant à un stade précoce (7 à 10 semaines).

4 Les troubles de la sphère sexuelle sont également définis - anorgasmie, diminution de la libido, douleur pendant ou après les rapports sexuels. La galactorrhée (libération de colostrum par les glandes mammaires) est un autre signe typique. La sortie du lait peut être goutte à goutte et jet, avec la maladie s'arrête parfois à long terme lente.

Outre les symptômes principaux, il existe des symptômes connexes: dépression, maux de tête, léthargie, asthénie (vertiges, évanouissements).

Hypofonction de l'hypophyse

Nous parlerons ensuite de l'hypofonction de l'hypophyse. Les manifestations dépendent également du type d'hormone.

  • Manque d'hormone de croissance - nanizm nain. Il est facile de reconnaître la maladie, car le retard de croissance apparent et le retard dans le développement de l’enfant attirent immédiatement l’œil. En outre, les patients ont une peau pâle, sèche et ridée, des organes génitaux sous-développés. Intellect ne souffre pas de cette pathologie.
  • Hypopituitarisme (panhypopituitarisme) - réduction ou absence totale de toutes les hormones produites par l'hypophyse. Les symptômes sont variables: cheveux et ongles cassants, décoloration de la peau (sécheresse, jaunissement, rides), modification du désir sexuel, gonflement. Dans les cas graves, l'ostéoporose survient, entraînant des fractures. Effet destructeur sur le système nerveux, développe l'apathie, la léthargie, la démence et la démence.
  • L'hypothyroïdie secondaire est une diminution de la production d'hormones thyroïdiennes due à la pathologie de l'hypophyse.

Le développement du dysfonctionnement hypophysaire a de nombreuses raisons. Les substances médicinales, les maladies infectieuses, les néoplasmes et les anomalies congénitales, les blessures et les interventions médicales ne sont que quelques exemples.

Symptômes de pathologies

Un peu plus haut, nous avons démonté les maladies fonctionnelles de l'hypophyse associées à des modifications de la sécrétion d'hormones. Parlons maintenant des changements anatomiques et physiologiques et des maladies associées.

  • La croissance des tissus des glandes s'appelle l'hyperplasie. Dans ce cas, l'hypophyse est volumineuse, elle exerce une pression sur la selle turque et augmente donc sa taille, ce qui peut être diagnostiqué sur une IRM. La dégénérescence des cellules agrandies conduit à l'apparition d'un adénome - une tumeur bénigne. La symptomatologie est équivalente à l'hyperfonctionnement hypophysaire.
  • Néoplasmes - kyste, tumeurs (malignes et bénignes). Les signes cliniques vont apparaître:
  1. symptômes d'augmentation de la pression intracrânienne - maux de tête, vertiges, diminution et modification du champ visuel, insomnie, irritabilité
  2. La survenue d'une hydrocéphalie (diarrhée commune) est la cessation de l'écoulement de liquide céphalo-rachidien par les ventricules cérébraux, une condition très dangereuse qui nécessite une intervention neurochirurgicale immédiate. La clinique est lumineuse - maux de tête, nausées, vomissements, trouble de la conscience délirant, arrêt respiratoire soudain
  3. déséquilibre hormonal de l'hypophyse (hypo-, hyperfonctionnement)
  • Hypotrophie ou syndrome de selle turque vide - une diminution de la masse de la glande, jusqu'à la disparition complète. Se produit avec des tumeurs au cerveau, des blessures et peut être une anomalie congénitale. La symptomatologie correspond au type de panhypopituitarisme.

Nous avons considéré les pathologies les plus significatives de l'hypophyse et avons pu nous assurer que le moindre changement de sa part entraîne des conséquences graves, parfois irréversibles.

L'auteur de l'article: docteur Gural Tamara Sergeevna.

Question gratuite chez le médecin

Les informations sur ce site sont fournies pour examen. Chaque cas de la maladie est unique et nécessite une consultation personnelle avec un médecin expérimenté. Sous cette forme, vous pouvez poser une question à nos médecins - c'est gratuit, prenez rendez-vous dans des cliniques de la Fédération de Russie ou à l'étranger.

L'hypofonction de l'hypophyse conduit à

Peut être physiologique et pathologique. Une hyperprolactinémie physiologique peut survenir chez les femmes pendant la grossesse et après l’accouchement avant la fin de l’allaitement. L'hyperprolactinémie pathologique survient chez l'homme et la femme. Il convient de noter que la prolactine est synthétisée non seulement dans l'adénohypophyse. Les sources extrahypophysaires de prolactine sont l’endomètre et les cellules du système immunitaire (presque toutes, mais principalement des lymphocytes T).

Étiologie: syndrome d'hyperprolactinémie peut survenir et se développer en tant que maladie primaire indépendante et secondairement dans le contexte de la pathologie existante.

Pathogenèse: hyperprolactinémie chronique donne la libération de gonadotrophine cyclique, réduit la fréquence et l'amplitude des pics de la sécrétion de LH, inhibe l'action des gonadotrophines sur les glandes sexuelles, ce qui conduit à un hypogonadisme, le syndrome de formation galaktorreya + aménorrhée, l'impuissance, la frigidité, l'anorgasmie, diminution de la libido, la stérilité, la gynécomastie, une hypoplasie utérine. L'effet immédiat de la prolactine sur le métabolisme des lipides entraîne des modifications du spectre lipidique et l'apparition de l'obésité. procédés de synthèse de rapport se rapportant à la concentration du mécanisme de rétroaction de gonadotrophines provoque un déséquilibre hormonal autres hormones tropic. Si hyperprolactinémie se développe sur le fond d'une tumeur GGNSA croissance expansive, avec l'augmentation de sa taille manifestent des symptômes neurologiques apparaissent des troubles ophtalmiques, augmentation de la pression intracrânienne. Pour les formes de prolactine de haut poids moléculaire, quand ils entrent dans le sang, des anticorps sont produits qui se lient à la prolactine. Dans une forme apparentée de la prolactine lentement excrétée et hors du mécanisme de régulation de rétroaction. Dans ce cas, l’hyperprolactinémie se développe sans manifestations cliniques.

Clinique: varie pour les hommes et les femmes.

Chez les hommes: diminution de la libido, le manque d'érections matinales spontanées, des maux de tête, l'hypogonadisme, l'anorgasmie, l'obésité est le type féminin, l'infertilité, la vraie gynécomastie, galactorrhée.

Chez les femmes: le manque de ménarche, défaillance de la fonction du corps jaune, le raccourcissement de la phase lutéale, cycles anovulatoires, opsomenoreya, oligoménorrhée, aménorrhée, ménométrorragie, l'infertilité, galactorrhée, la migraine, ce qui limite le champ de vision, la frigidité, l'obésité, la croissance excessive de cheveux, l'absence de symptômes « élève » et "Tension du mucus" lors d'un examen gynécologique.

Nanisme hypophysaire - absence de fonction de la GH, une maladie dont la manifestation principale est le retard de croissance.

Étiologie et pathogenèse:

1) déficit absolu ou relatif en GH dû à la pathologie de l'hypophyse elle-même

2) violation de la régulation hypothalamique (cérébrale).

3) violation de la sensibilité des tissus à la GH.

Le nanisme panhypopituitaire est hérité principalement par le type récessif. Il est supposé qu'il existe 2 types de transmission de cette forme de pathologie - par autosome et par le chromosome X. Dans cette forme de nanisme, associée à un défaut dans la sécrétion de l'hormone de croissance, la sécrétion de gonadotrophines et d'hormone thyrotrope est le plus souvent contrariée. La sécrétion d'ACTH est altérée dans une moindre mesure. La plupart des patients présentent une pathologie au niveau de l'hypothalamus.

Hypogonadisme hypophysaire. (hypogonadisme secondaire) - développement insuffisant et hypofonction des gonades en raison de l'échec de la GGNSA,

Étiologie: Lésion GGNA avec diminution de la production de gonadotropine

Pathogenèse: réduction de la production des gonadotrophines entraîne une réduction de la synthèse périphérique d'hormones sexuelles (androgènes, les oestrogènes, les progestatifs), ce qui conduit à des violations vyrzhennym dans la formation des caractères sexuels, ainsi que les violations de la fonction sexuelle.

Clinique: les premières formes de déficit en gonadotrophine se manifeste chez les hommes comme chez les femmes, evnuhoidizma - infantilisme hypophysaire, la névrose végétative et aménorrhée secondaire chez les femmes, diminution de la libido, et gynécomastie chez les hommes, l'impuissance, la stérilité, diminution de la libido, le sous-développement des organes génitaux. Déséquilibre squelettique, obésité de type féminin lors de l'après-puberté. Intellect sauvé.

Le pangipopituitarisme est un syndrome d'affection de la GGNSA avec perte de la fonction hypophysaire et insuffisance des glandes endocrines périphériques.

Développé à la suite de l'une des deux maladies suivantes:

- Maladie de Simmonds (cachexie hypophysaire) - Insuffisance grave hypothalamo-hypophysaire due à une nécrose de l'hypophyse

maladie Shihena (puerpérale hypopituitarisme) - lourd post-partum insuffisance hypothalamo-hypophysaire a causé la perte de sang massive et / ou la septicémie.

L'hypopituitarisme par origine peut être divisé en primaire et secondaire. Causes de la maladie de Simmonds:

maladies infectieuses, - AVC de n'importe quelle genèse avec lésions du GGNSA

tumeurs hypophysaires primaires et lésions métastatiques - lésions de la GGNSA

lésions infiltrantes - la radiothérapie et la chirurgie en GGNSA, - une hémorragie sévère - nécrose ischémique de la glande pituitaire chez les diabétiques, avec d'autres maladies systémiques (anémie drépanocytaire, l'artériosclérose)

forme idiopathique d'étiologie inconnue

La cause de la nécrose de l'adénohypophyse avec le syndrome de Shihene: est artérioles spasme occlusifs au site d'entrée de la part devant elle dure 2-3 heures, pendant lesquelles la nécrose hypophysaire se produit. hémorragie post-partum est souvent accompagnée de coagulation intravasculaire, conduisant à la thrombose des vaisseaux passivement étirées et à la nécrose d'une grande partie de l'hypophyse. Association syndrome mis Shehan et une toxicité sévère au 2ème semestre de la grossesse, qui est associée au développement des processus auto-immunes.

Pathogenèse: Indépendamment de la nature du facteur dommageable et de la nature du processus destructeur, la base pathogénétique de la maladie est la suppression complète de la production d'hormones tropicales adénophytaires. Il en résulte une hypofonction secondaire des glandes endocrines périphériques.

Clinique: cachexie progressive, anorexie, peau sèche, squameuse, couleur cire. Œdème périphérique, anasarka possible. Atrophie des muscles squelettiques, hypochondrie, dépression, ostéoporose. Perte de cheveux et de dents, signes de vieillissement prématuré, faiblesse, apathie, faiblesse, évanouissement, collapsus. Atrophie des glandes mammaires, les symptômes de gipotiroza secondaire (sensibilité au froid, constipation, trouble de la mémoire). atrophie génitale, aménorrhée, oligo- / azoospermie, diminution de la libido, le dysfonctionnement sexuel, hypotension, hypoglycémie jusqu'à coma, des douleurs abdominales d'étiologie inconnue, des nausées, des vomissements, la diarrhée. Troubles de la thermorégulation. Lésions de NS: polynévrite, maux de tête, diminution de l’acuité visuelle.

Maladies de l'hypophyse: symptômes, causes et traitement

Les maladies les plus courantes de l'hypophyse comprennent l'hyperfonctionnement et l'hypofonction, la ganose hypophysaire et le prolactinome.

Maladies de l'hypophyse rarement diagnostiquées, telles que le syndrome de Sheehan et le syndrome de Simmonds.

En outre, en cas d'échec de la production d'hormones hypophysaires, il peut se développer un gigantisme, une acromégalie, une maladie d'Itsenko-Cushing, un syndrome hypothalamique pubertaire et d'autres maladies.

Hyperfonctionnement et hypofonction de l'hypophyse

Lorsque l'hyperfonction de l'hypophyse développe une tumeur bénigne - un adénome, qui produit trop d'hormones. Dans des conditions normales, un mécanisme de rétroaction négative fonctionne: un taux élevé d'hormones dans le sang inhibe la production d'hormones libérant du système nerveux dans l'hypothalamus, il inhibe la production d'hormones dans la glande pituitaire et la production d'hormones dans les glandes périphériques diminue.

Avec l'hyperfonctionnement, les cellules productrices d'hormones deviennent autonomes, elles n'obéissent plus aux signaux de l'hypophyse et continuent à produire des hormones, même si elles ne sont plus bénéfiques mais au détriment de l'organisme.

L’hypofonction hypophysaire est une diminution de la production d’hormones ou son arrêt complet. Cela se produit généralement lorsque l'hypophyse s'effondre à la suite d'une lésion cérébrale, de l'exsanguination de l'hypophyse lors d'un saignement ou à la suite de troubles génétiques.

Prolactinome hypophysaire: symptômes et traitement

Si le prolactinome de l'hypophyse affecte les cellules qui produisent la prolactine, l'écoulement du sein commence chez les femmes qui n'allaitent pas leur enfant. Ce n'est pas toujours du lait à part entière, mais souvent un liquide clair. L'augmentation des taux de prolactine dans le sang entraîne également des troubles menstruels et une aménorrhée (similaire à l'aménorrhée physiologique chez la femme qui allaite), dans cet état, une femme ne peut pas concevoir.

Il est enregistré que l'hyperprolactinémie se rencontre chez une femme sur trois souffrant d'infertilité.

Les hommes développent l'infertilité. En outre, un symptôme de la tumeur hypophysaire dans le sexe fort est une diminution du désir sexuel et un affaiblissement de la puissance.

Dans le traitement du prolactinome de l'hypophyse, prescrit des médicaments qui bloquent la production de prolactine. Si le traitement échoue, la tumeur hypophysaire est enlevée par chirurgie.

Maladies du gigantisme hypophysaire et de l'acromégalie

Avec l'adénome de cellules produisant l'hormone somatotrope chez les enfants, la croissance ne s'arrête pas et un gigantisme se développe. Il survient généralement à l'âge de 9-10 ans ou pendant la puberté. À l'âge de 15-16 ans, les patientes atteignent plus de 1,9 mètre et les hommes - 2 mètres, tout en conservant un physique relativement proportionnel. En plus de la forte croissance, ils peuvent être perturbés par des maux de tête, une faiblesse, un engourdissement des mains et des douleurs articulaires, une bouche sèche et la soif - résultant de l'action de l'hormone de croissance en tant que contrinsuline. presque toutes les femmes ont un cycle menstruel brisé; 30% des hommes développent une faiblesse sexuelle.

Si la maladie provoquée par les hormones de l'hypophyse se développe alors que la croissance est déjà terminée, les parties individuelles du patient du corps augmentent: le nez, les pieds, les paumes. Avec l'acromégalie, les proportions du visage sont déformées, cela devient moche.

Traitement. Radiothérapie, opératoire, médicale.

Maladie de la fonction hypophysaire: Itsenko - Maladie de Cushing

La maladie Itsenko-Cushing est nommée d'après deux médecins qui l'ont décrite indépendamment l'une de l'autre. En 1924, le neurologue soviétique Nikolai Mikhailovich Itsenko a décrit une clinique qui gambadait chez deux patients présentant des lésions dans la région interstitielle-hypophysaire. En 1932, le chirurgien américain Harvey Cushing a décrit un syndrome clinique qu'il a appelé "basophilisme hypophysaire". La cause en est une tumeur bénigne de l'hypophyse, produisant de grandes quantités d'ACTH, ce qui entraîne une surproduction d'hormones surrénales.

Symptômes:

  1. Augmentation du poids: la graisse se dépose sur les épaules, l'abdomen, le visage, les seins et le dos. Malgré le corps gras, les bras et les jambes du patient sont minces. Le visage devient lunaire, rond, les joues rouges.
  2. Des rayures rose-violet ou violet (stries) apparaissent sur la peau.
  3. On observe une croissance excessive des poils (les femmes ont une moustache et une barbe).
  4. Chez les femmes, le cycle menstruel est perturbé et la stérilité est observée, chez les hommes, le désir sexuel et la puissance diminuent.
  5. Un autre symptôme de cette maladie de l'hypophyse est la faiblesse musculaire.
  6. La fragilité des os (ostéoporose) augmente, jusqu’à des fractures pathologiques de la colonne vertébrale et des côtes.
  7. La tension artérielle augmente.
  8. La sensibilité à l'insuline est altérée et un diabète sucré se développe.
  9. L'immunité diminue. Manifesté par la formation d'ulcères trophiques, de lésions cutanées pustuleuses, de pyélonéphrite chronique, de septicémie, etc.

Traitement. Radiothérapie de l'hypophyse, médicament.

Syndrome d'hypophyse pubertaire

Des changements similaires, mais plus faiblement exprimés, se développent parfois à l'adolescence et sont appelés syndrome hypothalamique pubertaire ou dispituarisme pubertaire juvénile. Il se développe souvent dans le contexte de l'obésité constitutionnelle existante. Les autres facteurs de risque sont les maladies infectieuses, notamment les neuroinfections, les blessures physiques et mentales, une forte diminution de l'activité physique normale, telle que la cessation de l'exercice systématique, l'amygdalite chronique et les maux de gorge récurrents.

Heureusement, il ne s’agit pas d’une tumeur hypophysaire, mais seulement de la hypophyse de l’hypothalamus, qui alloue de fortes doses de CRH, stimulant la libération d’ACTH, qui augmente la production d’hormones surrénaliennes. Étant donné que les mécanismes de rétroaction (diminution de la production d'hormones en réponse à une augmentation de leurs taux sanguins) ne sont pas détruits dans ce cas, les modifications ne sont pas aussi grossières et prononcées que dans le cas du syndrome d'Itsenko-Cushing.

Traitement. Régime alimentaire pour le traitement de l'obésité. Si nécessaire, la nomination de médicaments diurétiques qui réduisent la pression, les médicaments des hormones sexuelles qui restaurent le cycle menstruel. Aux mêmes fins, on prescrit une thérapie vitaminique aux filles en fonction de la phase du cycle.

Nanizm hypophysaire (déficit en hormones hypophysaires)

La ganose hypophysaire est de petite taille en raison d'une production insuffisante d'hormone de croissance pendant l'enfance. Cette maladie est associée à une activité altérée de la glande pituitaire, a une nature génétique. Des défauts dans les gènes violent la synthèse de l'hormone de croissance dans l'hypophyse et sont généralement associés à une déficience en hormones folliculostimulantes et lutéinisantes.

Le symptôme principal est un retard de croissance entre 2 et 4 ans, le taux de croissance n'excédant pas 4 centimètres par an. La constitution des patients est proportionnelle, cependant, les proportions sont plus appropriées pour les enfants. Le retard du développement sexuel est souvent noté. Les organes génitaux sont nettement sous-développés, mais leurs défauts sont rares. Les caractères sexuels secondaires sont souvent absents. L'intelligence de la majorité des patients est entièrement préservée.

Le diagnostic est posé sur la base d'une faible concentration d'hormone somatotrope dans le sang.

Traitement. Les patients ont injecté de la somatotropine artificielle, ce qui stimule leur croissance. Il est préférable de commencer le traitement au plus tard dans 5 à 7 ans. On peut alors espérer «maintenir» le patient à une croissance normale. Afin d'éviter les erreurs lors du diagnostic (la petite taille peut être due à d'autres raisons, telles que des carences nutritionnelles), une période de 6 à 12 mois est nécessaire. Pendant ce temps, prescrire un traitement fortifiant complet, une bonne nutrition, des vitamines A et D, des préparations de calcium et de phosphore. Si, dans un tel contexte, on n'observe pas une amélioration suffisante du développement physique, commencez à prendre une hormone somatotrope.

Une nutrition adéquate, un traitement enrichissant en vitamines et biostimulants, ainsi que des préparations à base de zinc sont également importants. Une surveillance à vie par un endocrinologue est effectuée.

Infarctus hypophysaire postpartum (syndrome de Sheehan)

Le syndrome de Sheehan a été décrit en 1937 par N. L. Sheehan. Il se développe après des saignements abondants lors de l'accouchement ou lors d'un avortement. Au cours de la grossesse, l’hypophyse grossit et se remplit de sang; lorsqu’elle est exsanguinée, la nécrose et la destruction des cellules y commencent. Si plus de 90% de l'hypophyse est détruite, une insuffisance totale des glandes endocrines se développe dans le corps, du fait qu'elles ne reçoivent plus de signaux stimulants de l'hypophyse. Dans cette maladie de la fonction hypophysaire, faiblesse, léthargie, vertiges, perte d'appétit. Des troubles peuvent survenir lors de la libération du lait.

La chute de pression due à une insuffisance du cortex surrénal est particulièrement dangereuse. Cela peut mener à la mort. Les faibles niveaux de toutes les hormones sont trouvés dans les analyses.

Traitement. Thérapie de remplacement. Introduit des analogues artificiels d'hormones. Le traitement continue à vie.

Syndrome de Symmonds de la maladie hypophysaire

Le syndrome de Symmonds est décrit en 1974 par le médecin allemand M. Simmonds. C’est aussi une insuffisance hypophysaire qui ne se développe pas dans la période post-partum, mais qui résulte de blessures, d’infections (sepsis, encéphalite, tuberculose, syphilis) ou de troubles vasculaires (spasmes, collapsus).

Le tableau clinique d'une combinaison d'hypothyroïdie, d'insuffisance surrénalienne et d'hypogonadisme, mais au début de la défaillance d'une seule des glandes endocrines.

L'un des premiers symptômes de cette maladie de l'hypophyse est une perte de poids rapide. Faiblesse, léthargie, apathie, perte d'appétit, peau sèche et muqueuses, cheveux secs et cassants, chute des cheveux, gonflement du visage, constipation apparente, diminution de la fréquence cardiaque, puis diminution de la menstruation chez la femme et diminution de la pression artérielle chez l'homme, puis diminution de la pression conduire à un collapsus vasculaire et à la mort.

Le diagnostic est établi sur la base d'une combinaison de troubles caractéristiques associés à une faible concentration d'hormones dans le sang.

Traitement. Régime alimentaire avec l'introduction d'une quantité suffisante de protéines, lipides, vitamines et traitement hormonal substitutif, et ce, toute la vie durant.

Maladie associée à des troubles de l'hypophyse: diabète insipide

Traduit du grec "diabète" signifie "passer à travers". Dans le diabète, la cause de la maladie est une violation de la production de l'hormone insuline par le pancréas.

Le diabète insipide est une maladie complètement différente, bien qu’il soit également endocrinien. Elle est associée à une production insuffisante de l'hormone vasopressine par l'hypophyse, qui retient les liquides dans le corps.

En l'absence d'hormone, le liquide commence à passer littéralement: le patient boit beaucoup (jusqu'à 5 à 6 litres par jour) et la même quantité d'urine est excrétée.

La cause de cette maladie de l'hypophyse peut être une anomalie congénitale de la synthèse de la vasopressine ou des lésions de l'hypophyse par des tumeurs, des lésions, des infections. Parfois, le taux de vasopressine dans le sang est normal, mais les reins y sont insensibles.

Si vous limitez votre consommation de liquide, le patient peut développer des symptômes de lésions du système nerveux central: diminution de la pression, léthargie, irritabilité, incoordination, augmentation de la température corporelle. Si la perte de liquide ne cesse pas, le coma peut se développer.

Un analogue artificiel de la vasopressine est utilisé pour le traitement. Si le diabète sucré est la cause de l’immunité des reins, utilisez une classe spéciale de diurétiques qui peuvent restaurer la sensibilité.

Hypofonction de l'hypophyse

Le système endocrinien du corps humain a une structure hiérarchique claire, dirigée par la glande pituitaire. C'est une très petite glande située dans la partie inférieure arrière du cerveau. Avec une production insuffisante d'hormones nécessaires au fonctionnement de la glande thyroïde et à l'activité normale de l'ensemble du système endocrinien, il se produit une hypofonction de l'hypophyse. Cette pathologie n'est pas fréquente, mais elle affecte négativement l'état du corps et son développement.

Pourquoi l'hypofonction du lobe antérieur de l'hypophyse?

En médecine, ce trouble est appelé hypopituitarisme. Ses causes principales sont les facteurs suivants:

  1. Les tumeurs. Toute tumeur présente dans ou à proximité de la glande endocrine a un effet destructeur sur le tissu hypophysaire en empêchant la production normale d'hormones.
  2. Blessures. Les blessures à la tête ouvertes et fermées d'un organe y sont réfléchies de la même manière que les tumeurs.
  3. Maladies inflammatoires (syphilis, tuberculose et autres). Les infections bactériennes ou virales granulomateuses purulentes du cerveau ou de son cortex entraînent souvent des lésions irréversibles des tissus hypophysaires.
  4. Crises cardiaques vasculaires. Les hémorragies dans les zones du cerveau, situées près de la glande endocrine, entraînent de graves violations de l’approvisionnement en sang et une hypoxie.
  5. Exposition chimique, chirurgie. Les procédures externes impliquant des zones du cerveau adjacentes à l'hypophyse sont préjudiciables à son fonctionnement.

Cas rarement enregistrés de sous-développement héréditaire de la glande endocrine décrite.

L’hypofonction hypophysaire entraîne-t-elle le développement d’une maladie quelconque?

Un travail insuffisant du corps et la pénurie constante d'hormones produites par celui-ci ont de très graves conséquences:

  1. Maladie de Symmonds ou cachexie hypophysaire. La pathologie s'accompagne d'une perte de poids rapide, d'une perte d'appétit, d'une sécheresse, d'une fragilité et d'une perte de cheveux, d'une faiblesse et d'une apathie face à ce qui se passe. Dans les cas avancés et dans les stades graves de la maladie, les symptômes augmentent - la peau devient sèche et pâle, déshydratée, le rythme cardiaque et la pression artérielle diminuent, le système de reproduction s'arrête complètement et les organes sexuels s'atrophient. L'absence de traitement d'une maladie peut entraîner un collapsus vasculaire et la mort.
  2. Nanizm hypophysaire. En cas d'hypophyse, l'hypofonction survient avec le nanisme ou une petite taille associée à une production insuffisante d'hormones de croissance par la glande endocrine. La pathologie a une origine génétique, elle est donc diagnostiquée tôt, l’écart de développement physique est observé dès 2-4 ans. La maladie est associée à une déficience en hormone lutéinisante et stimulante du follicule.
  3. Diabète insipide ou diabète insipide. La maladie est un manque de vasopressine - une substance qui retient les liquides dans le corps. En fait, pendant le développement de la maladie décrite, l'eau passe dans le système urinaire: la quantité d'urine libérée est exactement la même que celle que le patient boit (jusqu'à 5 à 6 litres par jour).

Les femmes ont parfois le syndrome de Shihan ou l'infarctus de l'hypophyse post-partum. Il se produit sur le fond de saignement grave pendant l'avortement ou l'accouchement. Le fait est que pendant la grossesse, l'hypophyse est remplie de sang et augmente considérablement. Si l'écoulement du fluide biologique se produit trop rapidement, la nécrose des tissus commence à mourir et à la destruction des cellules dans la glande endocrine.

Traitement des symptômes d'hypofonction hypophysaire

Le traitement des pathologies décrites est développé par l’endocrinologue individuellement pour chaque patient. Habituellement, cela implique une correction stricte du régime ou une stricte observance du régime et du traitement hormonal substitutif, souvent à vie.

Tout sur les glandes
et système hormonal

L'hypofonction de l'hypophyse est une maladie endocrinienne, tandis que la production d'hormones de cette glande peut être réduite ou complètement arrêtée. Le plus souvent, cela se produit avec des lésions cérébrales, des saignements ou des troubles génétiques.

La tomodensitométrie permet d’établir la cause de l’hypofonction hypophysaire

Est important. Une diminution de la fonction de l'hypophyse peut se développer à la fois chez les enfants et à l'âge adulte, et pour des raisons totalement inconnues.

Avec une telle violation, les hormones suivantes peuvent être déficientes:

  • adrénocorticotrope;
  • thyrotrope;
  • follicules stimulantes et lutéinisantes;
  • hormone de croissance (hormone de croissance);
  • la prolactine;
  • antidiurétique (vasopressine);
  • l'ocytocine.

Les deux derniers sont produits par le lobe postérieur de l'hypophyse.

Chacune d’elles est responsable de fonctions importantes dans le corps et, en conséquence, lorsqu’elles sont déficientes, des perturbations de l’activité de l’une ou une autre glande endocrine et, parfois, du corps dans son ensemble se développent.

L’hypophyse produit des hormones qui régulent l’activité de toutes les glandes endocrines du corps.

Qu'est-ce qui se passe avec l'hypofonction?

Avec l'hypofonction hypofonction, le tableau clinique dépend de l'hormone qui ne suffit pas. L'hypopituitarisme est une maladie dans laquelle une ou plusieurs hormones ne sont pas produites en quantité suffisante.

Lorsque l'hypofonction de l'hypophyse antérieure chez l'adulte présente les problèmes suivants:

  • l'hypoglycémie;
  • perte de cheveux et de dents;
  • peau sèche;
  • vieillissement prématuré;
  • l'acromégalie;
  • diminution de la fonction de reproduction jusqu'à la cessation complète du travail des glandes sexuelles;
  • trouble mental;
  • atrophie osseuse;
  • hypothyroïdie.

La gravité de la maladie dépend du déséquilibre hormonal ainsi que de la cause du dysfonctionnement de l'hypophyse.

Lorsque l'hypofonction du lobe postérieur chez l'adulte présente les problèmes suivants:

  • diabète insipide (diabète insipide), dont les symptômes sont soif constante et polyurie;
  • faible activité sexuelle;
  • manque ou réduction de la lactation chez les femmes avec des nourrissons.

La carence en ADH (vasopressine) provoque une forte soif et une polyurie, signes du développement du diabète insipide

Nanisme Hypophysaire Et Carence En Somatotropine

Lorsque la carence en somatotropine chez les enfants développe un nanisme hypophysaire (petite taille ou nanisme).

Un retard de croissance peut être observé à partir de deux ans, lorsque l'augmentation de croissance par an est inférieure à 4 cm.En plus de cette violation, il y a un retard de la puberté.

Dans la ganose hypophysaire, le corps se développe proportionnellement. Une personne à l'âge adulte ressemble visuellement à un enfant dans ses paramètres.

Note La diminution de la production d'hormone de croissance par l'hypophyse peut être déterminée génétiquement.

Chez les enfants présentant une quantité insuffisante de somatotrophine, une croissance et un développement physique lents, une prolifération lente de la fontanelle, une faible croissance des dents et une tendance à l'obésité sont observés. Le diagnostic est posé après la détection d'un faible taux de somatotropine dans le sang.

Le nanisme se développe depuis l'enfance. Mais chez un adulte, il peut aussi y avoir un déficit en hormone de croissance. Le plus souvent, il est associé à des tumeurs hypophysaires bénignes ou à des lésions cérébrales traumatiques. Dans ce cas, l'hypofonction entraîne les troubles suivants:

  • acromégalie (augmentation disproportionnée de certaines parties du corps: pieds, mains, menton, nez, etc.);
  • développement de l'ostéoporose;
  • métabolisme des lipides;
  • maladies du système cardiovasculaire;
  • résistance à l'insuline.

Hypopituitarisme

Les symptômes de l'hypopituitarisme sont variés. Le patient peut manifester divers troubles, selon le type d'hormone qui ne suffit pas.

Avec une déficience en hormone corticotrope, une hypotension apparaît, une personne perd du poids et des troubles fréquents des selles peuvent être perturbés.

Avec une production insuffisante d'hormone stimulant la thyroïde, il y a un gain de poids accru, les muscles s'affaiblissent et la personne elle-même éprouve un manque d'énergie, une sensibilité accrue au froid.

Le corps du patient peut être modifié en raison d'une prise de poids excessive, d'une atrophie des muscles et des os.

Le manque de follitropine et de lutropine chez les hommes et les femmes se manifeste différemment. Les femmes ont des problèmes liés au cycle menstruel, tandis que les hommes diminuent leur désir sexuel et leur érection, réduisent l'intensité de la croissance des cheveux sur le visage et le corps et développent une perte de poids. Les patients des deux sexes peuvent développer une infertilité.

Le déficit en prolactine s'exprime par l'absence de lactation chez la femme après la naissance d'un enfant, ainsi que par la réduction du nombre de poils pubiens et des aisselles.

Hypogonadisme

Il existe une telle violation en cas de travail insuffisant de l’hypophyse antérieure pour produire l’hormone gonadotrophine. Cette maladie est aussi appelée syndrome de Kalman.

Lorsque cela se produit, les violations suivantes:

  • puberté retardée;
  • infertilité;
  • diminution de la libido;
  • sous-développement du système reproducteur, formation insuffisante des organes génitaux.

Est important. L'absence de gonadotrophine n'affecte que le travail du système reproducteur.

L’hypofonction du lobe antérieur de l’hypophyse affecte négativement la synthèse des hormones sexuelles dans les testicules et les ovaires

L’hypogonadisme hypogonadotrope est un type d’hypogonadisme. En même temps, on diagnostique un déficit en gonadotrophine, follitropine et lutropine. Les violations chez les adolescents sont assez graves. Chez les filles, avant l’apparition du cycle menstruel, les seins sont absents et chez les garçons, les organes génitaux ne se développent pas. Les enfants manquent de tout signe de puberté.

Le syndrome eunuchoïde fertile est une conséquence de l'hypogonadisme. Il se développe à la suite d'un déficit en lutropine. Souvent, la maladie est congénitale. Une petite quantité de lutropine provoque un déficit en testostérone, ce qui conduit à la stérilité.

Est important. L’introduction de gonadotrophine chorionique peut améliorer l’état pathologique en l’absence de malformations congénitales du système reproducteur.

Diabète insipide

Se produit avec un déficit en vasopressine (une hormone antidiurétique), qui est synthétisée dans le lobe postérieur de la glande pituitaire.

  • soif intense;
  • la libération d'une grande quantité d'urine quotidienne (jusqu'à 25 litres);
  • peau sèche;
  • gonflement;
  • transpiration

Note Tous les symptômes ci-dessus sont dus à une perturbation des reins à la suite d'un déficit en vasopressine.

La cause de la maladie peut être une infection, une lésion cérébrale ou des tumeurs hypophysaires.

Après l'apparition des premiers symptômes de pathologie endocrinienne, vous devez être examiné et commencer le traitement.

Il existe deux types de maladie:

  • Le diabète insipide néphrogénique survient lorsqu'il existe un défaut dans les tubules rénaux. Dans ce cas, le stockage et la libération de vasopressine sont perturbés.
  • Le type central de la maladie est causé par une perturbation de la production de vasopressine, et c'est ce type de maladie qui se développe avec l'hypofonction de l'hypophyse postérieure.

L’hypofonction de l’hypophyse, si elle a débuté dans l’enfance, peut entraîner le développement de graves anomalies du développement physique. Le sous-développement sexuel, le nanisme, le diabète insipide sont les conséquences les plus graves de cette pathologie.

Vous Pouvez, Comme Pro Hormones