L'hyperthyroïdie, également appelée thyrotoxicose, est une maladie de la glande thyroïde causée par un excès d'iode. Son développement est dû à l'effet toxique d'un excès d'hormones thyroïdiennes sur la glande thyroïde, au cours duquel la synthèse des protéines augmente et où se produisent une dégradation forcée des graisses et des glucides. Des substances contenant de l'azote s'accumulent également et la capacité du muscle cardiaque à se contracter est altérée. La rétention d'eau dans les organes et les tissus conduit à un œdème et à une diminution du métabolisme de la chaleur énergétique. La décomposition du métabolisme des graisses avec l'accumulation de cholestérol et de substances analogues aux graisses provoque le développement de l'athérosclérose.

Le premier signe de thyréotoxicose est une forte perte de poids, une augmentation de l'appétit et des repas fréquents. La perte de poids entraîne des troubles du tractus gastro-intestinal, tels qu'une augmentation des selles, des nausées, des vomissements dus à une augmentation de l'activité motrice et une diminution de la fonction des glandes du système digestif. En conséquence, la dystrophie peut même se développer, la fragilité commence, puis la perte de cheveux et la transpiration peuvent augmenter.

La thyrotoxicose est également caractérisée par une fièvre sans raison apparente, une nervosité, une irritabilité, une diminution des performances et une paralysie du nerf facial. Les patients atteints de thyréotoxicose se caractérisent par un léger tremblement des doigts, une contraction de la tête, des lèvres et même de tout le corps. Avec une forme grave de la maladie, une augmentation de la fréquence cardiaque se produit, la pression augmente et diminue et la fréquence cardiaque est perturbée. Peu à peu, le patient commence à ressentir une faiblesse musculaire aiguë pouvant atteindre la paralysie; ses dents commencent à casser, la force du squelette diminue.

En règle générale, l'hyperthyroïdie survient après une utilisation fréquente de sel iodé, ainsi que lors de situations de stress, de traumatismes psychologiques ou de maladies infectieuses (amygdalite, grippe).

Pour éviter l'hyperthyroïdie, il est nécessaire d'utiliser du sel iodé en quantité modérée, ainsi que pendant le traitement et la prophylaxie, de prendre des médicaments contenant de l'iode, qui fait partie des composés protéiques, d'autant plus que cet iode est également présent dans le sang humain. Mais l’essentiel est qu’il est nécessaire de supprimer l’activité excessive de la glande à l’aide de médicaments appropriés, de radiothérapie ou de traitements chirurgicaux, ce qui doit être fait immédiatement après la découverte des premiers signes de troubles.

Identifier la maladie est facile. Ses signes sont un élargissement de la glande thyroïde, un pouls rapide, des tremblements des doigts - tremblements, des cheveux gris prématurés (à partir de 20 ans). Pour confirmer le diagnostic peut faire un test sanguin pour les hormones thyroïdiennes.

Une hyperthyroïdie est diagnostiquée si cette analyse révèle des taux élevés d’hormones thyroïdiennes et de faibles taux d’hormones stimulant la thyroïde. Le taux de TSH dans le sang est l'indicateur le plus précis de l'hyperthyroïdie. Seule cette analyse permet donc d'établir le diagnostic correct.

Lors de l'observation des résultats du traitement de l'hyperthyroïdie, il a été constaté que la maladie, quelle que soit la méthode de traitement utilisée, peut se transformer en hypothyroïdie. Et c'est le plus souvent le cas pour ceux qui ont la glande thyroïde endommagée par l'iode radioactif ou partiellement éliminée au cours de l'opération. L'hypothyroïdie est généralement facilement contrôlée et traitée en toute sécurité. Il suffit de prendre des pilules quotidiennes avec des hormones thyroïdiennes.

Iode dans l'hyperthyroïdie

Hyperthyroïdie de la glande thyroïde. Comment reconnaître?

L'hyperthyroïdie thyroïdienne est une maladie causée par l'hyperfonctionnement de la glande thyroïde lorsque le taux d'hormones thyroïdiennes augmente, thyroxine (T4) et triiodothyronine (T3).

Table des matières:

Selon le niveau d'origine de la violation, émettez:

  • hyperthyroïdie primaire - la glande thyroïde,
  • hyperthyroïdie secondaire - hypophyse,
  • hyperthyroïdie tertiaire - hypothalamus.

En pratique, dans la plupart des cas, l’hyperthyroïdie primaire résulte de la maladie de la glande thyroïde elle-même.

Causes de l'hyperthyroïdie thyroïdienne

En cas de production excessive d'hormones thyroïdiennes, des troubles du fonctionnement des organes internes sont souvent exprimés sous forme d'intoxication. Dans ce cas, l'hyperthyroïdie s'appelle thyrotoxicose. La thyrotoxicose est accompagnée de maladies telles que le goitre toxique diffus (ou maladie de Grave, maladie de Grave), l'adénome toxique de la thyroïde (goitre nodulaire, multinodulaire), les stades précoces de la thyroïdite auto-immune.

Alors, considérez quand il y a hyperthyroïdie de la glande thyroïde:

  • goitre toxique diffus - la cause la plus fréquente (dans 80% des cas). Cette maladie auto-immune, le plus souvent héréditaire, est observée à l’âge (on la retrouve plus jeune, même chez le nouveau-né). La glande thyroïde est constamment dans un état actif, produisant une grande quantité d'hormones, dont la concentration dans le sang augmente, entraînant une hyperplasie de la glande.
  • tumeurs bénignes de la glande thyroïde:
    • goitre toxique multinodulaire (environ 20% de tous les cas) - augmentation de la fonction thyroïdienne et augmentation nodulaire. Il existe un taux élevé d'hormone T3 et une légère augmentation de l'hormone T4.
    • L'adénome thyroïdien (jusqu'à 5% de tous les cas) produit une quantité excessive d'hormones thyroïdiennes. Le plus souvent, après l'élimination de cette formation et l'élimination de la thyrotoxicose, la sécrétion de l'hormone TSH est restaurée et la glande thyroïde commence à fonctionner normalement.
  • La thyroïdite subaiguë est une affection inflammatoire de la glande thyroïde causée par une infection virale (adénovirus, grippe). La glande thyroïde est modérément élargie et enflammée. Lorsque cela se produit, faiblesse, fièvre, douleur dans la région de la glande thyroïde.
  • adénome hypophysaire.
  • tumeurs de l'appareil génital féminin.
  • Une consommation excessive d'iode avec des aliments peut entraîner une synthèse accrue des hormones thyroïdiennes T3 et T4. La teneur accrue en iode se retrouve dans les fruits de mer.
  • hyperthyroïdie artificielle - surdosage d’hormones. Cela peut arriver dans deux cas:
    • utilisation incontrôlée d'hormones pour perdre du poids;
    • substituts de surdosage dans le traitement du cancer de la glande thyroïde.
  • effet secondaire des médicaments. Certains médicaments utilisés dans le traitement des maladies cardiovasculaires contiennent des quantités importantes d’iode.
  • stress et troubles neuropsychiatriques.
  • thyroïdite post-partum (très rare).

Symptômes de l'hyperthyroïdie thyroïdienne

Les patients atteints d'hyperthyroïdie de la glande thyroïde présentent divers symptômes et plaintes. Principaux symptômes:

  • La peau est amincie, sujette à la fièvre et à la transpiration.
  • Inconfort, douleur à la surface antérieure du cou.
  • Cheveux et ongles. L'un des symptômes les plus remarquables de l'hyperthyroïdie est l'amincissement des cheveux et la stratification des ongles.
  • Les yeux Le symptôme le plus perceptible de la part des yeux est une augmentation, une saillie du globe oculaire - l’exophtalmie. Les paupières chez les patients sont gonflées, hyperpigmentées, alors qu'il n'y a pas de violation des mouvements oculaires.
  • Violations des fonctions cardiaques. Des symptômes tels que la tachycardie, la fibrillation auriculaire, l'hypertension artérielle, l'insuffisance cardiaque sont observés.
  • Système respiratoire. Les patients ont un essoufflement, une réduction du volume pulmonaire.
  • Tractus gastro-intestinal. Les patients ont un trouble de l'appétit: il augmente ou diminue. Nausées observées, vomissements, diarrhée entraînant une perte de poids.
  • Système musculo-squelettique. Il y a une fatigue marquée, des douleurs musculaires, le développement de l'ostéoporose.
  • Mictions fréquentes.
  • Haute irritabilité nerveuse, larmoiement, changements d'humeur, tremblements des doigts.
  • Fonction sexuelle. L'hyperthyroïdie chez l'homme provoque une diminution du désir sexuel, de la puissance (insuffisance érectile), le développement de la gynécomastie est possible. Les femmes ont des irrégularités dans le cycle menstruel.
  • Augmentation de la glycémie - le développement et la formation de diabète thyroïdien.

De nombreux patients remarquent également la sensation de chaleur irréconciliable dans le corps, de frissons internes, ils ne tolèrent pas l'exposition au soleil et la sensation de congestion.

Diagnostic de l'hyperthyroïdie

Tout d'abord, dans le diagnostic de l'hyperthyroïdie, les manifestations cliniques et symptomatiques sont importantes. Le patient reçoit un diagnostic de laboratoire:

  • numération globulaire complète
  • analyse du sérum sanguin au niveau des hormones thyroïdiennes.

Le diagnostic nécessite également un examen échographique de la glande thyroïde, électrocardiogramme. L'endocrinologue peut également attribuer des images en couches de la glande thyroïde à la tomodensitométrie, qui déterminent clairement l'emplacement exact de la pathologie de base.

La forme de l'hyperthyroïdie est déterminée à l'aide d'un balayage spécial et d'une fonction de collecte de l'iode, en comptant la quantité d'iode radioactif accumulée dans la glande thyroïde par jour. Le patient reçoit une injection ou est autorisé à prendre de l'iode radioactif, le lendemain en utilisant un capteur spécial pour scanner la glande. Puisque l'iode est le composant principal des hormones thyroïdiennes, il sera donc localisé dans les nœuds qui le produisent en excès.

Traitement de l'hyperthyroïdie thyroïdienne

Le traitement de l'hyperthyroïdie est effectué selon trois méthodes:

  • conservateur, méthode médicamenteuse,
  • traitement à l'iode radioactif
  • intervention chirurgicale.

Le choix de la méthode de traitement dépend de nombreux facteurs: l'âge du patient, les comorbidités, la cause, la quantité d'hormone formée et d'autres facteurs. Dans certains cas, une combinaison de traitements est possible.

Des médicaments antithyroïdiens sont prescrits pour l'hyperthyroïdie légère. Si un patient a des ganglions dans la glande thyroïde qui produisent une quantité excessive d'hormone thyroïdienne, l'endocrinologue vous prescrira de l'iode radioactif.

Il convient de noter que l'iode radioactif n'est pas prescrit dans les cas suivants:

  • malade moins de 20 ans,
  • les mères enceintes et allaitantes,
  • avec thyroïdite ou d'autres formes transitoires d'hyperthyroïdie.

Pendant et après le traitement, le patient doit régulièrement subir une analyse de sang afin de surveiller le niveau de hormone stimulante de la thyroïde (TSH) et des hormones thyroïdiennes T3, T4. Ces études aideront à déterminer l'efficacité du traitement.

Si l'utilisation d'antithyroïdiens et d'iode radioactif n'a pas donné de résultats significatifs, on a recours à une intervention chirurgicale - traitement chirurgical - retrait d'une partie ou de la totalité de la thyroïde (thyroïdectomie).

Après un traitement à l'iode radioactif, les patients développent souvent une hypothyroïdie, lorsqu'il y a peu d'hormones thyroïdiennes. Dans ce cas, un autre traitement contenant des hormones thyroïdiennes, de l'iode (par exemple, l'iodomarine) est prescrit. Il faut se rappeler que l'iodomarine dans l'hyperthyroïdie est contre-indiquée, à l'instar de nombreux autres médicaments contenant de l'iode.

Si l’hyperthyroïdie thyroïdienne n’est pas traitée correctement, une complication grave peut survenir - une crise thyréotoxique dans laquelle tous les symptômes de la thyréotoxicose sont fortement exacerbés.

Il existe d'autres méthodes de traitement: hydrothérapie, régime alimentaire, traitement des remèdes populaires, acupuncture, etc. Mais il convient de rappeler que toute méthode de traitement doit être effectuée sous la surveillance d'un endocrinologue.

souffert pendant longtemps avec la thyroïde..... est venu à l'opération, puis après le complexe de récupération, ils ont dit, vous devez bien manger pour qu'il n'y ait pas de problèmes. Bien que 2 ans se soient écoulés et que tout semble aller pour le mieux, j'espère vraiment que le problème ne se reproduira plus.

Causes de la douleur La douleur est toujours un signe alarmant, indiquant toute anomalie dans le corps. La douleur de...

Corps étranger Corps toxique Empoisonnement Processus inflammatoire Tumeur bénigne et maligne Réflexe gastro-oesophagien Douleur dans le larynx désagréable...

Les principales causes de l'œdème Symptômes de l'œdème Diagnostic et traitement Premiers secours Régime alimentaire pendant le traitement Problèmes...

La copie de matériel est interdite | Nous sommes sur Google+

L'hyperthyroïdie

L'hyperthyroïdie est une hyperfonction de la glande thyroïde (rayonnement solaire, excès d'iode pouvant se produire en mer).

L’approche de l’été inquiète à chaque fois ceux qui savent que tout n’est pas en ordre avec sa glande thyroïde (TG). Les rayons du soleil sont-ils nocifs pour la glande thyroïde? L’insolation excessive est l’un des principaux facteurs de risque de maladie thyroïdienne.

A dose modérée, les rayons du soleil ont un effet cicatrisant sur l'organisme vivant. Aux beaux jours, une personne se sent plus gaie, plus gaie, pleine de force. Sous l'action du soleil, agissant particulièrement sur le corps nu, la formation de sang, le métabolisme et l'activité vitale de la peau (respiration cutanée, croissance des poils, activité de la sueur et des glandes sébacées) sont activés encore plus qu'avec les bains d'air.

L'hyperthyroïdie n'est pas une maladie distincte, mais un complexe symptomatique qui se développe dans certaines maladies de la thyroïde. Dans la plupart des cas, la cause est un goitre toxique diffus (maladie de Graves). Il s’agit d’une maladie auto-immune accompagnée d’une augmentation de la glande thyroïde et d’une sécrétion excessive d’hormones. L’hyperthyroïdie peut également survenir dans le goitre toxique nodulaire (la maladie de Plummer est une tumeur bénigne produisant des hormones de manière autonome). En outre, la thyroïdite (inflammation de la glande thyroïde) peut en être la cause; l'hérédité joue un grand rôle. En général, les femmes souffrent d'hyperthyroïdie plus souvent que les hommes. Ces facteurs peuvent être à l’origine du développement de la maladie: surdosage dans le traitement des hormones thyroïdiennes, augmentation de l’apport en iode, exposition prolongée au soleil, surmenage nerveux, maladies infectieuses.

Les hormones thyroïdiennes accélèrent les processus métaboliques dans le corps, augmentent l'utilisation d'oxygène par les tissus et augmentent la formation de métabolisme de la chaleur et de l'énergie. En conséquence, une personne souffrant d'hyperthyroïdie ressent de la fièvre dans son corps, ne souffre guère de congestion et d'exposition au soleil, transpire beaucoup. Il y a une perte de poids rapide, malgré le bon appétit. De plus, le patient est excitable, agité, nerveux, il a les mains tremblantes, des palpitations cardiaques. Dans le corps, l'équilibre des hormones sexuelles change - chez les hommes, la puissance diminue et chez les femmes, le cycle menstruel est perturbé. En outre, les patients souffrent de fatigue constante et d'insomnie.

Le diagnostic de l'hyperthyroïdie comprend une enquête, un examen du patient et la réalisation d'études de laboratoire et d'instruments (détermination des hormones thyroïdiennes - T3sv, T4sv, TSH dans le sérum ainsi que l'examen échographique de la glande thyroïde).

Le traitement de l'hyperthyroïdie peut être: une médication (comprend la prise de médicaments thyréostatiques nécessitant une utilisation régulière et un contrôle des hormones thyroïdiennes); chirurgical (montré en cas d'échec du traitement conservateur, avec compression des organes médiastinaux, avec développement d'effets secondaires graves de la thyréostatique, également en cas de suspicion de tumeur maligne de la glande thyroïde).

Le traitement de l'hyperthyroïdie ne peut être complet sans un régime et une nutrition rationnels. Vous devez manger plus de légumes, de baies et de fruits riches en vitamines. Vous devez également inclure dans votre régime les produits laitiers, la viande et le poisson. Ou utilisez des préparations de vitamines (Elkar et autres). Les amateurs de thé et de café forts devront renoncer à ces boissons. Les patients doivent être calmes, dormir suffisamment et se reposer suffisamment. Pendant la saison chaude, il est impossible de se détendre dans les stations balnéaires du sud du pays, une détérioration pouvant exister sous l'influence d'une insolation excessive.

Que faire quand vous étiez encore dans les magnifiques stations du sud?

Premièrement, il ne serait pas mauvais de partir en vacances à la saison du velours. Deuxièmement, la plage devra partir tôt avant 10h00 et après 17h00. Il est absolument inutile d'attacher un foulard au cou, car une trop grande insolation des zones ouvertes du corps affectera toujours l'état de la glande thyroïde.

Vous devez également savoir qu'une grande quantité d'iode est contenue dans l'eau de mer, ce qui signifie qu'il y en a beaucoup dans les poissons, les mollusques, les crevettes, les algues et autres habitants des grands fonds. Étant donné que l’iode est contre-indiqué dans l’hyperthyroïdie, il ne faut pas en abuser. Il faut se rappeler que l'hyperthyroïdie est toujours le signe de problèmes non seulement dans le travail de la thyroïde, mais aussi dans celui d'autres organes et systèmes importants. L'hyperthyroïdie ne doit jamais être ignorée. Si cette maladie, si elle n’est pas traitée, ou si elle est traitée de manière incorrecte, progresse toujours, aboutissant au fil du temps à des maladies cardiaques graves et à une maladie dangereuse - une crise thyrotoxique. Prends soin de toi!

Instructions de drogue

Commentaires

Se connecter avec:

Se connecter avec:

Les informations publiées sur le site sont uniquement fournies à titre de référence. Les méthodes décrites de diagnostic, traitement, recettes de la médecine traditionnelle, etc. l'auto-utilisation n'est pas recommandée. Assurez-vous de consulter un spécialiste afin de ne pas nuire à votre santé!

Quels médicaments aideront à l'hyperthyroïdie

Non seulement la normalisation des paramètres de laboratoire, mais également la qualité de vie future du patient dépendent du choix correct du médicament dans l'hyperthyroïdie.

L'hyperthyroïdie ou l'hyperthyroïdie est l'une des manifestations les plus courantes des pathologies du système endocrinien.

Qu'est-ce que l'hyperthyroïdie?

L'hyperthyroïdie est une affection causée par une production accrue d'hormones thyroïdiennes par la glande thyroïde.

La triiodothyronine et la thyroxine à doses augmentées ont un effet toxique sur le corps, se manifestant par une variété de symptômes.

Par conséquent, un autre nom pour cette maladie est thyrotoxicose.

La survenue d'une pathologie peut être due aux maladies suivantes:

  1. Thyroïdite d'origine diverse.
  2. Goitre toxique nodulaire ou diffus.
  3. Hyperthyroïdie, provoquée par un excès de médicaments contenant des hormones thyroïdiennes.

Les effets nocifs de l'environnement, l'iodisme dû à la consommation incontrôlée de médicaments iodés, les mutations héréditaires, les blessures, le stress peuvent également être à l'origine de l'hyperthyroïdie.

Manifestations cliniques de l'hyperthyroïdie

Avec la thyrotoxicose, tous les processus métaboliques sont fortement accélérés.

Par conséquent, le patient en état d'hyperthyroïdie regarde en conséquence:

  • maigreur due à une perte de poids rapide;
  • hyperexcitabilité, nervosité, larmoiement;
  • éclat des yeux, exophtalmie;
  • tremblement des doigts;
  • palpitations cardiaques;
  • hyperthermie - la température monte à 38 o C.

Les organes du système digestif réagissent également à l'hyperthyroïdie: constipation, douleurs abdominales - plaintes fréquentes de patients.

Une personne peut être perturbée par la soif et la faim, même si son régime alimentaire n’a pas changé. La peau acquiert une humidité élevée, elle devient chaude, amincie et veloutée au toucher.

Méthodes de traitement de l'hyperthyroïdie

Les principales méthodes de traitement de l'hyperthyroïdie sont associées à l'élimination de diverses manifestations de la thyréotoxicose et à la normalisation du statut thyroïdien. Lorsque cet état sera atteint, le bien-être du patient s’améliorera.

Les principales méthodes de traitement de l'hyperthyroïdie:

  • des médicaments;
  • chirurgical;
  • utilisation d'iode radioactif.

La maladie qui a provoqué la thyréotoxicose, l'âge du patient, les comorbidités, les taux d'hormones - ces indicateurs influencent le choix du traitement.

Le traitement médicamenteux de l'hyperthyroïdie est la méthode de traitement la plus courante.

Les médicaments qui agissent sur la cause principale de la thyrotoxicose - une augmentation de la quantité de triiodothyronine et de thyroxine dans le sang - sont appelés thyrostatiques (médicaments antithyroïdiens).

Ceux-ci comprennent:

  • Le propyl thiouracile;
  • Tiamazol (métizol, mercazolil, tyrosol);
  • Carbimazole;

L’effet principal de la thyréostatique est dû à l’accumulation dans les tissus de la glande thyroïde et au blocage de la production de thyroxine et de triiodothyronine.

Médicaments antithyroïdiens

Les thyrostatiques (thionamides) occupent une position dominante en pharmacothérapie, en particulier dans les groupes de patients suivants:

  • patients atteints de thyréotoxicose modérée;
  • les patients avec des contre-indications au traitement chirurgical;
  • patients âgés;
  • patientes.

La probabilité de récupération dans ces groupes de patients est très élevée.

Parmi les thionamides, le thiamazole, le carbimazole et le propylthiouracile sont les plus couramment utilisés.

L'action du tiamazole et du carbimazole est la même, mais en prescrivant du carbimazole à la place du tiamazole utilisé précédemment, une diminution de la gravité des effets indésirables est observée.

En outre, les réactions allergiques existantes sont réduites et peuvent disparaître complètement.

Le carbimazole et le tiamazole sont administrés sous forme de comprimés, par voie orale. La médecine moderne utilise une méthode de titration de la dose: tout d'abord, les doses thérapeutiques maximales de thyréostatiques sont prescrites, puis progressivement réduites jusqu'à atteindre l'état d'euthyroïdisme.

La dernière étape consistera à réduire la dose de thyréostatique au minimum (maintenance), qui dure de six mois à un an et demi.

Traitement de la thyréostatique

La posologie quotidienne de carbimazole et de thiamazole est prescrite en fonction de la gravité de l'hyperthyroïdie:

  • Thyrotoxicose légère - mg;
  • degré moyen –mg;
  • degré sévère mg.

Peut-être une seule utilisation de la drogue 2 à 4 fois. La fréquence d'administration pendant la journée dépend de la posologie quotidienne choisie.

Les effets secondaires des thionamides étant dépendants de la dose, il est recommandé de séparer le médicament en 2 à 4 doses aux doses maximales, afin de réduire les effets négatifs sur le tube digestif.

À l'avenir, lorsque la dose quotidienne sera réduite, vous pourrez utiliser un schéma posologique à dose unique.

Après une journée après le début du traitement, l'état du patient s'améliore: les symptômes de l'hyperthyroïdie diminuent, la personne commence à se rétablir.

Du fait que l'effet de l'euthyroïdie a été atteint, les doses de thyréostatique diminuent progressivement: tout d'abord d'un tiers de la dose initiale, puis de 2 semaines à 5 mg. La réduction de la posologie est de l'ordre de 5 à 10 mg par jour.

Il est nécessaire de traiter les patients avec une telle dose pendant un an et demi ou même deux ans.

Si les doses de thyréostatiques ont été annulées avant d'obtenir et de maintenir les effets souhaités, une rechute de thyréotoxicose est très probable, ce qui nécessitera à nouveau de fortes doses d'antithyroïdiens.

Le propylthiouracile est administré quotidiennement. La dose est divisée en 2-3 doses.

Après la dose quotidienne est réduite domg. Des doses maximales (jusqu’à 900 mg) peuvent être nécessaires en cas de thyrotoxicose grave. Le traitement d'entretien dure jusqu'à deux ans.

Jusque dans les années 90 du 20e siècle, le propylthiouracile était le médicament de choix pour la thyrotoxicose chez la femme enceinte.

Cependant, les résultats des méthodes de recherche modernes indiquent que la capacité du tiamazole et du propylthiouracile à pénétrer dans le placenta jusqu'au fœtus est la même.

Sur la base de données provenant d'études menées en 2000, il a été constaté que les effets du fruit du tiamazole et du propylthiouracile sur la glande thyroïde sont les mêmes.

Médicaments symptomatiques

Afin de soulager l’état du patient et de réduire les symptômes de thyrotoxicose, les groupes de médicaments suivants sont utilisés:

Bêta-bloquants. L'hyperthyroïdie, la fréquence cardiaque et l'inconfort de la région du cœur ont normalisé la pression artérielle.

Ce groupe comprend:

En règle générale, les bêta-bloquants sont appliqués une fois par jour, sous le contrôle de la fréquence cardiaque et de la pression artérielle.

Cela signifie réduire l'anxiété, la nervosité, les larmoiements, améliorer le sommeil:

Glucocorticoïdes - Dexaméthasone, Prednisone. Ils sont prescrits si la thyréotoxicose est causée par une maladie d'origine auto-immune.

Anabolisants - Methandienone, Methandriol. Utilisé lorsque le patient est épuisé, vomissements graves, diarrhée.

Suppléments - Endocrinol. Il est prescrit pour l'hypo et l'hyperthyroïdie. Le médicament contient des flavonoïdes, de la vitamine E. Posologie quotidienne - 2 gélules. Le médicament accepté a un effet auxiliaire sur le travail de la glande thyroïde.

Traitement à l'iode radioactif

Lors de l'utilisation de ce type de traitement, le patient doit prendre une solution d'iode radioactif. Lors de la prise d'iode, c'est son accumulation dans les tissus de la glande.

Tissu iodé accumulé nécrotique (die), sans capacité de production d'hormones. La méthode est appliquée si le patient a plus de 20 ans. L'utilisation de cette méthode de thérapie n'est pas recommandée pour les femmes enceintes et allaitantes.

Le traitement à l'iode radioactif est indiqué en cas d'hyperthyroïdie modérée à sévère. Après le traitement, l'hypothyroïdie peut se développer. L'iode radioactif est la méthode de traitement la plus efficace avec l'utilisation de la thyréostatique.

Traitement des remèdes populaires d'hyperthyroïdie

Variantes de méthodes de traitement folkloriques:

  1. Des compresses d'argile sur la région thyroïdienne. Appliquer pendant une heure, trois fois par jour.
  2. Teinture alcoolique de kaki. Jus de kaki et alcool dans un rapport de 5: 1 après la perfusion quotidienne, boire 60 g par jour avant les repas.
  3. Huile de lin - vous pouvez en prendre 60 g par jour.
  4. Teinture alcoolique de fruits de noix immatures. L'outil doit être pris 15 g par jour pendant une demi-heure avant les repas.

Il convient de noter que toutes les méthodes de traitement non traditionnelles ne doivent être utilisées qu'après consultation d'un endocrinologue.

Il est impossible de guérir et de guérir complètement l'hyperthyroïdie uniquement par des méthodes traditionnelles. Ils doivent être utilisés conjointement avec des méthodes médicales et autres.

L'hyperthyroïdie

L'hyperthyroïdie, également appelée thyrotoxicose, est une maladie de la glande thyroïde causée par un excès d'iode. Son développement est dû à l'effet toxique d'un excès d'hormones thyroïdiennes sur la glande thyroïde, au cours duquel la synthèse des protéines augmente et où se produisent une dégradation forcée des graisses et des glucides. Des substances contenant de l'azote s'accumulent également et la capacité du muscle cardiaque à se contracter est altérée. La rétention d'eau dans les organes et les tissus conduit à un œdème et à une diminution du métabolisme de la chaleur énergétique. La décomposition du métabolisme des graisses avec l'accumulation de cholestérol et de substances analogues aux graisses provoque le développement de l'athérosclérose.

Le premier signe de thyréotoxicose est une forte perte de poids, une augmentation de l'appétit et des repas fréquents. La perte de poids entraîne des troubles du tractus gastro-intestinal, tels qu'une augmentation des selles, des nausées, des vomissements dus à une augmentation de l'activité motrice et une diminution de la fonction des glandes du système digestif. En conséquence, la dystrophie peut même se développer, la fragilité commence, puis la perte de cheveux et la transpiration peuvent augmenter.

La thyrotoxicose est également caractérisée par une fièvre sans raison apparente, une nervosité, une irritabilité, une diminution des performances et une paralysie du nerf facial. Les patients atteints de thyréotoxicose se caractérisent par un léger tremblement des doigts, une contraction de la tête, des lèvres et même de tout le corps. Avec une forme grave de la maladie, une augmentation de la fréquence cardiaque se produit, la pression augmente et diminue et la fréquence cardiaque est perturbée. Peu à peu, le patient commence à ressentir une faiblesse musculaire aiguë pouvant atteindre la paralysie; ses dents commencent à casser, la force du squelette diminue.

En règle générale, l'hyperthyroïdie survient après une utilisation fréquente de sel iodé, ainsi que lors de situations de stress, de traumatismes psychologiques ou de maladies infectieuses (amygdalite, grippe).

Identifier la maladie est facile. Ses signes sont un élargissement de la glande thyroïde, un pouls rapide, des tremblements des doigts - tremblements, des cheveux gris prématurés (à partir de 20 ans). Pour confirmer le diagnostic peut faire un test sanguin pour les hormones thyroïdiennes.

Une hyperthyroïdie est diagnostiquée si cette analyse révèle des taux élevés d’hormones thyroïdiennes et de faibles taux d’hormones stimulant la thyroïde. Le taux de TSH dans le sang est l'indicateur le plus précis de l'hyperthyroïdie. Seule cette analyse permet donc d'établir le diagnostic correct.

Lors de l'observation des résultats du traitement de l'hyperthyroïdie, il a été constaté que la maladie, quelle que soit la méthode de traitement utilisée, peut se transformer en hypothyroïdie. Et c'est le plus souvent le cas pour ceux qui ont la glande thyroïde endommagée par l'iode radioactif ou partiellement éliminée au cours de l'opération. L'hypothyroïdie est généralement facilement contrôlée et traitée en toute sécurité. Il suffit de prendre des pilules quotidiennes avec des hormones thyroïdiennes.

Chapitres similaires d'autres livres

Cas II. L'hyperthyroïdie

Cas II. Hyperthyroïdie 04/12/97: une jeune fille de 18 ans, étudiante dans un collège commercial, est venue se plaindre de: hyperthyroïdie avec exophtalmie depuis 1990 (à partir de 11 ans) et d'une tumeur de la glande thyroïde. J'ai pris EItroxin avec 1 comprimé. par jour depuis 1990. L’étude de la fonction de la glande thyroïde en date du 22.2.97 a montré: T3 52

Hyperthyroïdie, goitre toxique diffus, iodisme

Hyperthyroïdie, goitre toxique diffus, iodisme La glande thyroïde hyperthyroïdienne et le goitre toxique diffus (goitre de Bazedov) en raison du fort remplissage sanguin ont la même texture que le goitre vasculaire. À la palpation et à l'auscultation, le bruit est un facteur déterminant

L'hyperthyroïdie

Hyperthyroïdie Cette affection est parfois appelée thyrotoxicose. Les autres synonymes d’hyperthyroïdie sont «maladie de Bazedov» et «maladie de Graves». L’une des variantes cliniques de l’hyperthyroïdie est appelée goitre toxique diffus (DT3).

L'hyperthyroïdie

Hyperthyroïdie Une quantité accrue d'hormones thyroïdiennes dans le sang est appelée hyperthyroïdie. La cause de l'hyperthyroïdie est le plus souvent le stress chronique, mais également le stress physique et l'exacerbation de maladies chroniques dans le corps. Amélioration de la fonction

L'hyperthyroïdie

L'hyperthyroïdie

AUGMENTATION DE LA FONCTION DE LA GLANDE THYROIDIENNE (HYPERTENSIS)

AUGMENTATION DE LA FONCTION DE LA GLANDE THYROÏDIENNE (HYPERTENSIS) L’hyperthyroïdie est causée par une production excessive d’hormones thyroïdiennes et est associée à un goitre toxique (maladie de Graves) chez l’enfant. Parmi les autres causes rares d'hyperthyroïdie chez l'enfant, citons:

L'hyperthyroïdie

Hyperthyroïdie L'hyperthyroïdie, également appelée thyrotoxicose, est une maladie de la glande thyroïde causée par un excès d'iode. Son développement est dû à l’effet toxique d’un excès d’hormones thyroïdiennes sur la glande thyroïde, au cours duquel la synthèse des protéines augmente et oblige

Hyperthyroïdie chez les personnes âgées

Hyperthyroïdie chez les personnes âgées L'hyperthyroïdie, ou thyrotoxicose, est la maladie thyroïdienne la plus répandue chez les personnes âgées de plus de 60 ans. Pour le tableau clinique présentant une hyperfonction de la glande thyroïde, on observe généralement:

Hyperthyroïdie, thyréotoxicose, augmentation de la fonction thyroïdienne

Hyperthyroïdie, thyréotoxicose, augmentation de la fonction thyroïdienne? Ramassez les feuilles fraîches de sureau, faites-les cuire à la vapeur, faites-les compacter, faites une compresse sur la région thyroïdienne le soir, placez les feuilles en cinq couches, saupoudrez de bicarbonate de soude, couvrez d'un journal,

L'hyperthyroïdie

Hyperthyroïdie Bouillon de cueillette médicinale avec racines de bardane n ° 1Po 20 g de racines de bardane, consoude, médicinales, herbe des renouées, agripaume à cinq lobes et aubépine rouge sang, 200 ml d'eau. Mélange de matières premières végétales, prélever 20 g de collection, verser de l’eau, mettre

L'hyperthyroïdie

Hyperthyroïdie Collection médicinale en bouillon avec racines de bardane n ° 1 20 g de racines de bardane, consoude médicinale, herbe des renouées, épépéphale à cinq branches et aubépine rouge sang, 200 ml d'eau. Mélanger l'alimentation végétale, prélever 20 g de produit à prélever.

L'hyperthyroïdie (thyrotoxicose)

Hyperthyroïdie (thyrotoxicose) L'hyperthyroïdie, ou thyrotoxicose, est une affection dans laquelle l'activité de la glande thyroïde est augmentée et où trop d'hormones thyroïdiennes sont produites. L'hyperthyroïdie est notée 5 à 10 fois plus souvent chez la femme que chez l'homme. Environ une femme sur 50

L'hyperthyroïdie

Hyperthyroïdie L'hyperthyroïdie se développe souvent après des expériences fortes et des difficultés de vie aiguës, avec prédisposition constitutionnelle et relations de famille importantes dans la petite enfance du patient. Décès d'un être cher

Hyperthyroïdie (maladie de Basedow)

Hyperthyroïdie (maladie de Basedow) racine de murénum 2 partiesRoad of swortwort 2 parties de réglisse racine 1 partie Préparation: 1 cuillère à soupe du mélange verser un verre d'eau bouillante. À boire à plusieurs reprises au cours de la journée À parts égales: Racine Racine de consoude

L'hyperthyroïdie

L'hyperthyroïdie? Prenez 300 grammes de cimes de pin et 100 grammes de coquilles de noix, faites cuire 20 minutes dans 2 litres d’eau de gingembre, ajoutez 10 morceaux de feuilles de citronnier fraîches, 0,5 kg de miel de gingembre et de sucre et laissez cuire 10 minutes. Prendre 1 cuillère à soupe. l 3 fois par jour pendant 20 minutes avant les repas. Mélanger 1

Hyperthyroïdie de la glande thyroïde: symptômes, traitement, ce qu’elle est, causes, signes

L'hyperthyroïdie est caractérisée par un hypermétabolisme. Parmi les nombreux symptômes figurent généralement la tachycardie mélohique, la faiblesse, la perte de poids, l'irritabilité et les tremblements.

L'état du métabolisme hyperthyroïdien survient en cas d'indice de TSH bas. Si les hormones libres périphériques de la glande thyroïde se trouvent toujours dans la plage de base, on parle alors d'hyperthyroïdie subclinique. Si les concentrations périphériques d'hormones thyroïdiennes sont élevées, une hyperthyroïdie manifeste se produit.

Causes de l'hyperthyroïdie thyroïdienne

Les causes de l'hyperthyroïdie peuvent être:

  • Processus auto-immun: Une maladie à base> 50%, la cause la plus fréquente, affecte principalement les femmes âgées de 20 à 50 ans; base physiopathologique est la stimulation des récepteurs de la TSH par des anticorps
  • Autonomie monofocale ou multifocale (avec adénome thyroïdien)
  • Inflammation de la glande thyroïde: thyroïdite de Hashimoto, thyroïdite de De Kerven
  • Préparations: agents de contraste contenant de l'iode, amiodarone («hyperthyroïdie de type I et II induite par l'amiodarone»), remplacement des hormones thyroïdiennes
  • Adénome hypophysaire produisant rarement de la TSH.

Les causes de la crise thyréotoxique peuvent être:

  • Réception d'iode / de médicaments contenant de l'iode (p. Ex. Amiodarone, agents radio-opaques)
  • Annuler la thyréostatique
  • Opérations.

La cause de l'hyperthyroïdie peut être une synthèse accrue et la sécrétion d'hormones thyroxiniques (T4) et la triiodothyronine (T3une glande thyroïde causée par ses stimulants présents dans le sang ou associée à son hyperfonctionnement auto-immun. Une sécrétion accrue d'hormones thyroïdiennes peut survenir sans augmenter leur synthèse. La raison en est généralement les processus destructifs de la glande thyroïde avec thyroïdite de différents types. L'hyperthyroïdie peut également être l'un des composants de divers syndromes cliniques.

Les causes les plus courantes d'hyperthyroïdie incluent:

  • Maladie de Graves; et thyroïdite; Je suis un goitre multinodulaire;
  • seul nœud hyperfonctionnel autonome ("à chaud").

La maladie de Basedow, principale cause d'hyperthyroïdie, en plus de l'hyperthyroïdie elle-même, est caractérisée par la présence d'un ou de plusieurs des symptômes suivants:

La maladie de Graves est causée par des auto-anticorps. Ces auto-anticorps sont stimulants, c'est-à-dire améliorer chroniquement la synthèse et la sécrétion de T4 et t3. La maladie de Graves est parfois accompagnée d'autres pathologies auto-immunes, notamment le diabète de type 1, le vitiligo, les cheveux gris prématurés, l'anémie pernicieuse. La pathogenèse de l'ophtalmopathie infiltrante (provoquant l'exophtalmie) n'est pas bien comprise, mais elle peut impliquer l'interaction d'autoanticorps avec les récepteurs de la TSH sur les fibroblastes orbitaux et les adipocytes. En conséquence, la libération de cytokines pro-inflammatoires augmente, l’inflammation se développe et les glycosaminoglycanes s’accumulent. L'ophtalmopathie peut apparaître avant le début de l'hyperthyroïdie ou longtemps après son développement et augmente ou diminue souvent indépendamment de l'évolution clinique de l'hypothyroïdie.

Lors de la formation de cloques, le choriocarcinome et les vomissements dans le sérum des femmes enceintes reçoivent une grande quantité de hCG, qui stimule faiblement la glande thyroïde. Le niveau d'hCG est le plus élevé au cours du premier trimestre de la grossesse et, pendant ces périodes, la concentration de T libre augmente parfois4 dans le sérum avec une diminution correspondante du contenu en TSH. L'hyperthyroïdie en cas de formation de cloques, de choriocarcinome et de vomissements chez la femme enceinte est un phénomène temporaire.

L'hyperthyroïdie d'origine médicamenteuse peut résulter de l'utilisation d'amiodarone ou d'interféron alpha, qui provoque une thyroïdite avec hyperthyroïdie et d'autres troubles de la fonction thyroïdienne. Bien que le lithium soit plus susceptible de provoquer une hypothyroïdie, il peut dans de rares cas être la cause de l'hyperthyroïdie. Les patients utilisant ces agents nécessitent une surveillance étroite.

La thyréotoxicose artificielle se produit lors de la prise consciente ou accidentelle de fortes doses d'hormones thyroïdiennes.

L’hyperthyroïdie due à un apport excessif en iode se développe le plus souvent dans le contexte du goitre nodulaire non toxique préexistant lors de l’utilisation de médicaments contenant de l’iode ou lors d’études de radiothérapie avec des agents de contraste contenant de l’iode. La raison peut en être que l'excès d'iode sert de substrat à la production d'hormones par des sites fonctionnellement autonomes (c'est-à-dire TSH non régulés) de la glande thyroïde.

Dans les cas où les tératomes ovariens contiennent des quantités suffisantes de tissu thyroïdien, un struma ovarien se développe, ce qui provoque une véritable hyperthyroïdie. Dans ces cas, le centre d'accumulation d'iode radioactif est localisé dans la cavité pelvienne et sa saisie par la glande thyroïde est fortement réduite.

Symptômes et signes d'hyperthyroïdie thyroïdienne

  • Tachycardie, hypertension artérielle
  • Hyperthermie et intolérance à la chaleur
  • Perte de poids
  • La diarrhée
  • Troubles moteurs hyperkinétiques (dyskinésie choréiforme, paroxystique, dystonie du corps, tremblements), convulsions rarement convulsives
  • Symptômes psychiatriques: anxiété, agitation, psychose
  • Effets à long terme de l'hyperthyroïdie: fibrillation auriculaire, ostéopénie / ostéoporose, dysfonctionnement sexuel.

La crise thyréotoxique est une maladie potentiellement mortelle qui peut se développer de quelques heures à plusieurs jours. La raison en est généralement l'hyperthyroïdie (connue ou non diagnostiquée), qui est provoquée dans certaines conditions (par exemple, lorsque l'iode est administré par un agent de contraste ou par l'amiodarone, en cas d'infections, de traumatismes, d'opérations ou de refus de prendre des médicaments thyréostatiques).

Les manifestations cliniques sont à la fois vives et effacées. Un goitre ou un nœud thyroïdien peuvent survenir. Une grande partie des symptômes courants de l'hyperthyroïdie - anxiété, palpitations, convulsions, transpiration excessive, intolérance à la chaleur, fatigue, augmentation de l'appétit, perte de poids, insomnie, faiblesse et besoin accru de défécation (parfois de diarrhée) - sont des signes d'activation du système adrénergique. Les patients peuvent se plaindre d'hypoménorrhée.

Chez les patients âgés, le tableau clinique est atypique (hyperthyroïdie «déguisée» ou «apathique») et les symptômes ressemblent davantage à une dépression ou à une démence. L'exophtalmie et les tremblements sont pour la plupart absents. La fibrillation auriculaire, la syncope, la confusion et la faiblesse sont plus courantes. Les symptômes et les signes de dommages à un organe peuvent prévaloir.

Parmi les symptômes oculaires, notons: œil dans les yeux, non-fermeture des paupières et certaines injections de la conjonctive, dues principalement à une stimulation accrue de la fonction adrénergique. Un traitement réussi de l'hyperthyroïdie entraîne généralement la disparition de ces signes. Un symptôme plus grave spécifique à la maladie de Graves est l'ophtalmopathie infiltrante, qui peut se manifester des années avant le développement de l'hyperthyroïdie et beaucoup plus tard. Elle se caractérise par des douleurs orbitales, des larmoiements, des irritations, une photophobie, une prolifération des tissus rétro-orbitaux, une exophtalmie et une infiltration lymphoïde de l’œil oculomoteur, accompagnée de leur faiblesse et souvent provoquant une diplopie.

La dermopathie infiltrante, également appelée miksemem cutané nodulaire (ce terme est incorrect, car le miksemem implique l'hypothyroïdie), se caractérise par une infiltration dense de la substance basique de type protéine, habituellement située dans la zone prétibiale. Il survient rarement en l'absence d'ophtalmopathie de Graves. Aux premiers stades, des démangeaisons et des rougeurs surviennent souvent dans la zone touchée, qui se durcit ensuite. La dermopathie infiltrante peut survenir des années avant ou après l'hyperthyroïdie.

Crise thyréotoxique. La crise thyréotoxique est une forme aiguë d'hyperthyroïdie qui se produit sur le fond d'une hyperthyroïdie grave non traitée ou mal traitée. Ses causes immédiates peuvent être des infections, des blessures, des chirurgies, des embolies, une acidocétose diabétique ou une prééclampsie. La crise thyréotoxique se caractérise par une forte exacerbation des symptômes de l'hyperthyroïdie et s'accompagne d'une ou plusieurs des manifestations suivantes: fièvre, faiblesse grave, atrophie musculaire, agitation extrême, labilité émotionnelle, opacification de la conscience, vomissements, diarrhée et hépatomégalie avec jaunisse légère.

Diagnostic de l'hyperthyroïdie thyroïdienne

L'attention est attirée sur l'orbitopathie endocrine, l'élargissement et parfois le nodule thyroïdien, ainsi que sur la tachycardie.

Les tests de laboratoire sur l'hyperthyroïdie infraclinique révèlent une TSH basse avec des valeurs normales (hyperthyroïdie infraclinique) ou élevées (hyperthyroïdisme manifeste) de T3 et T4.

Il n'y a pas de corrélation entre le niveau de concentration en hormone thyroïdienne dans les tissus périphériques et la gravité clinique de l'hyperthyroïdie. Les concentrations périphériques normales d'hormones thyroïdiennes n'excluent pas une crise thyréotoxique!

L'imagerie diagnostique est réalisée avec une échographie de la glande thyroïde (goitre nodulaire, adénome) et selon les indications de la scintigraphie.

L'indicateur le plus fiable est le taux sérique de TSH, puisqu'il est réduit en hyperthyroïdie. Parmi certains groupes de la population, le dépistage des taux de TSH est justifié. Dans l'hyperthyroïdie, le niveau de T libre4 hyperthyroïdie vraie sur fond de maladies systémiques graves (comme la diminution du syndrome euthyroïdien) et de T3-La toxicose peut rester normale. Chez les patients présentant des symptômes légers et des signes d'hyperthyroïdie, le niveau de T libre4 normale, et la teneur en TSH est réduite, devrait déterminer la concentration de T3.

Les causes de l'hyperthyroïdie sont souvent clairement identifiées dès l'examen clinique (par exemple, l'effet de certains médicaments ou signes). Dans d'autres cas, la définition de la capture par la glande thyroïde peut être montrée.

En cas de suspicion de thyréotoxicose artificielle, la teneur en thyréoglobuline sérique est déterminée.

Diagnostic différentiel de l'hyperthyroïdie thyroïdienne

Diagnostics différentiels de l'hyperthyroïdie:

  • Infections fébriles (pneumonie, sepsie) sans métabolisme hyperthyroïdien
  • Encéphalite, méningite
  • Psychoses
  • Hyperthermie maligne.

Traitement de l'hyperthyroïdie thyroïdienne

Le traitement dépend de la cause et peut inclure l'utilisation de:

  • méthimazole ou propylthiouracile;
  • les β-bloquants;
  • l'iode;
  • iode radioactif;
  • chirurgie.

Méthymazole et propylthiouracile. Ces agents antithyroïdiens bloquent la peroxydase thyroïdienne, empêchant ainsi l’organisation de l’iodure et la condensation des iodotyrosines. L’utilisation simultanée d’antithyroïdiens, la L-thyroxine, n’augmente pas la fréquence de rémission de la maladie de Graves. Dans la mesure où la rémission du goitre nodulaire toxique est rarement observée, les médicaments antithyroïdiens ne sont dans ce cas prescrits que pour préparer les patients à une chirurgie ou à une radiothérapie.

En raison des effets toxiques du propylthiouracile sur le foie chez de nombreuses patientes âgées de moins de 40 ans, il est actuellement recommandé d’utiliser ce médicament uniquement dans certaines situations (par exemple, au cours du premier trimestre de la grossesse ou en cas de crise thyréotoxique). L'agent préféré est le méthimazole. Après normalisation des niveaux de T4 et t3 les doses sont réduites au minimum efficace: méthimazole est généralement utilisé 5-15 mg 1 fois, et propylthiouracile - 50 mg trois fois par jour. L'effet souhaité est généralement atteint après 1-2 mois de traitement. Un effet plus rapide peut être obtenu en augmentant les doses de propylthiouracile. De telles doses, voire plus, sont habituellement utilisées dans les cas graves de la maladie, y compris les crises thyréotoxiques, afin de bloquer la conversion du T4 dans t3. Les doses d'entretien de méthimazole peuvent être prises pendant de nombreuses années, selon la situation. En Europe, le carbimazole est largement utilisé et se transforme rapidement en méthimazole.

Les effets secondaires incluent éruption cutanée, réactions allergiques, dysfonctionnement hépatique (jusqu’à insuffisance hépatique lorsqu’on prend du propylthiouracile) et agranulocytose réversible, qui se développe dans environ 0,1% des cas. Lorsque l'agranulocytose est détectée, les patients ne peuvent pas être transférés à un autre agent oral. Vous devez avoir recours à une autre méthode de traitement (traitement par radioiodine ou chirurgie).

Le méthimazole ne peut être pris qu'une fois par jour, ce qui augmente la compliance du patient. En outre, lorsqu’on utilise le méthimazole à des doses

Puisque nous pouvons toujours lutter contre les anomalies de l'hypophyse, en stabilisant la thyroïde ou par tout autre moyen, nous écarterons le sujet du traitement des glandes à l'intérieur du cerveau. Il est probable que nous ayons une pathologie de son développement dans sa forme pure. Mais alors, sans l'aide d'un neurologue, nous ne pouvons tout simplement pas faire. Nous n'avons nous-mêmes rien à faire ici - cela nécessite un stock énorme de connaissances, que nous n'avons pas. Nous passons donc immédiatement aux questions que nous avons la possibilité de résoudre nous-mêmes.

Comme nous l’avons compris, par analogie avec l’hypothyroïdie, si le problème est la réponse immunitaire aux hormones thyroïdiennes, le traitement doit commencer par agir dans les deux sens simultanément. À savoir, supprimer la réponse immunitaire et réduire l'activité de la glande thyroïde. En moyenne, le stade de l’exposition bilatérale ne devrait pas être retardé de plus d’un mois. Après cette période, le traitement suppressif de la thyroïde est annulé, ne laissant que la partie immunisée.

Que pouvons-nous ajouter «de nous-mêmes» au traitement médical des hormones qui suppriment l’activité de la glande thyroïde? Nous pouvons recourir à certaines mesures que la médecine traditionnelle nous conseillera volontiers. Par exemple, les légumes contenant des doses relativement élevées de soufre et de thiocyanates sont des dérivés de l'acide thiocyanique. Ces légumes comprennent le chou (toutes sortes), le navet, les épinards, le soja et les haricots. Parmi les fruits, on peut citer les pêches, la mangue et le kasava. En ce qui concerne le nombre de thiocyanates, le thiocyanate de mercure supprime le plus activement la glande thyroïde.

Cependant, il convient de rappeler que le thiocyanate de mercure est une substance extrêmement toxique qui, seule, sous une forme chimiquement pure, est tout simplement inacceptable! À des fins thérapeutiques, il ne peut être utilisé que sous la supervision d'un spécialiste, en qui nous faisons pleinement confiance.

L’action des substances d’un certain nombre de thiocyanates repose dans l’ensemble sur la perturbation de l’entrée des molécules d’iode dans les thyrocytes (cellules thyroïdiennes). Naturellement, cela réduit considérablement la synthèse des hormones.

En plus d'inclure ces fruits et légumes dans le régime alimentaire, nous pouvons recommander d'autres mesures. Supposons la création progressive et délibérée d'une déficience dans le corps en sélénium. Rappelons que cette recommandation aura pour sens que, sans sélénium, la thyroxine ne peut être décomposée en triiodothyronine. Et si nous augmentons la teneur en cobalt du régime alimentaire, nous réduisons ainsi l'activité de l'enzyme, permettant ainsi aux cellules d'absorber les hormones de la glande.

Comme on le voit, le problème ici n’est même pas que certaines de ces mesures impliquent l’administration de substances hautement toxiques - des sels de métaux lourds. C'est que personne ne peut dire exactement pourquoi le patient a lancé un processus auto-immunitaire sur les hormones du corps. Il y a deux scénarios ici.

Scénario 1. La réponse immunitaire a commencé en réponse à un excès d'hormones dans le sang - un des mécanismes de la légitime défense biologique. Ensuite, le schéma de médecine alternative proposé pour supprimer la production et l'activité chimique des hormones fonctionnera de manière très efficace.

Scénario 2. Cela a commencé parce que la glande thyroïde produit des hormones appelées irrégulières d'un point de vue biochimique. Les hormones sont défectueuses, contenant des protéines étrangères ou des modifications de structure. Ces défauts, reconnus par les organismes immunitaires comme un signe d'invasion, peuvent apparaître dans le produit de la synthèse des glandes pour diverses raisons.

Y compris en raison de:

  • anomalies génétiques congénitales ou acquises dans l'ADN des cellules des glandes;
  • dégénérescence maligne des cellules des glandes, ce qui entraîne l'apparition dans la molécule d'hormone de protéines spéciales sécrétées par les cellules cancéreuses;
  • déficit chronique en composants de synthèse - acides aminés (en particulier la tyrosine) et l'iode.

Si nous comprenons bien, s’il existe un deuxième scénario, les mesures énumérées ci-dessus pour perturber les processus de synthèse individuels ne nous aideront pas ou nous nuisent franchement. Supposons que si les protéines sont formées avec une erreur due à des déviations héréditaires dans la région de l'ADN responsable de leur synthèse, aucune thérapie ne résoudra ce problème. Est-ce l'opération qui consiste à enlever complètement la glande thyroïde et la transition ultérieure vers un traitement hormonal substitutif? La variante décrite n’est pas du tout fantastique: le diabète sucré est hérité de son nom I de cette manière. Les molécules d'insuline présentant un diabète héréditaire se forment dans le pancréas à un taux normal. Mais les cellules des tissus au sens littéral du terme ne les reconnaissent pas en raison de défauts dans leur structure. Et ne les capturez pas ou le glucose qui leur est attaché. De même, lorsque les endocrinologues parlent d'une prédisposition héréditaire aux pathologies de la thyroïde, ils désignent un mécanisme complètement similaire:

Si les hormones sont mal formées en raison de l’apparition d’oncomarkers (protéines cancéreuses spéciales) dans leur structure, leur activité est déjà réduite. En réalité, la glande thyroïde augmente la synthèse. L'hypophyse capture les anomalies associées au manque d'activité des hormones. Et cela stimule la glande, bien qu’il n’y ait pas de «culpabilité» réelle ici. Nous ne ferons qu’aggraver nos problèmes et même réduire l’efficacité de ses travaux.

Enfin, s'il existe déjà une pénurie de composants, de quelle réduction supplémentaire d'absorption d'iode pouvons-nous parler?

Il faut noter en toute honnêteté que la médecine officielle lutte avec l'hyperactivité de la glande thyroïde en utilisant les mêmes méthodes. Les médicaments antithyroïdiens qu'elle utilise inhibent la synthèse des hormones dans la glande thyroïde en interrompant les différentes étapes de cette transformation. Par exemple, le médicament "Propylthiouracile" (ingrédient actif indiqué, le nom de l'agent peut différer]) inhibe la conversion de la thyroxine en triiodothyronine. Et le médicament "Tyrozol" (nom commercial) bloque l'enzyme peroxydase, sans laquelle la synthèse de triiodothyronine dans la glande thyroïde est impossible en principe.

Naturellement, les produits pharmaceutiques fonctionnent invariablement plus efficacement que les médecines alternatives. Peut-être pour cette raison, dans les cas de maladie bénigne, ils ne devraient pas être pressés de recourir. Surtout si, pour diverses raisons, nous ne sommes pas en mesure d'établir avec précision le mécanisme de développement de la thyrotoxicose. Il convient de rappeler que dans une telle situation, le médecin lui-même agira très largement au hasard. Et pourtant, comme il a été dit, dans certains scénarios, le traitement prescrit peut aggraver nos problèmes et rendre le processus irréversible.

Ainsi, si la situation nous laisse un peu de temps pour choisir une thérapie de manière empirique, il est préférable de commencer des expériences avec des moyens moins efficaces. Le premier doit inclure dans le régime tous les produits ayant un effet inhibiteur - les légumes et les fruits énumérés ci-dessus. En plus d’eux, il est permis de diversifier le menu avec des légumes-racines comme le radis, utilisez souvent le raifort comme assaisonnement. Il est permis de commencer la prise de l'un des médicaments avec l'action la plus douce. Ceux-ci incluent des agents qui inhibent la conversion de la thyroxine en triiodothyronine.

Les préparations de cette ligne affectent non seulement l'activité de la thyroïde elle-même, mais plutôt la division de l'hormone dans les tissus eux-mêmes. La glande thyroïde fonctionne déjà mal. Par conséquent, toute tentative visant à interférer davantage avec le travail de ses cellules peut entraîner leur refus ou leur renaissance - elles n’en ont désormais plus besoin autant qu’il le semble et de plus, les substances qui inhibent la désintégration de la thyroxine augmenteront inévitablement la quantité d’hormones non réclamées dans le sang. Indiquant indirectement à la thyroïde un signal indiquant son niveau suffisant. En ce qui concerne la menace de perturbations irréversibles dans les cellules des tissus, il convient de rappeler qu’elles se renouvellent beaucoup plus souvent que les cellules des glandes endocrines. Ainsi, avec le temps, les cellules qui ont perdu leur capacité à absorber la thyroxine seront remplacées par de nouvelles cellules viables.

Ainsi, le choix que nous devons faire ici sur le principe des "deux maux". Mais si nous sommes dans de telles circonstances, nous prendrons au moins la meilleure solution disponible.

Après deux semaines de traitement suppressif pour la thyroïde, vous pouvez passer à la deuxième étape. En principe, la période d'inhibition primaire peut être longue en fonction de la rapidité avec laquelle un résultat positif apparaît. La deuxième étape consistera à essayer de ramener progressivement la glande à un fonctionnement normal. C’est précisément pour cela que nous devons restaurer l’entrée dans le corps de tous les éléments - participants à la synthèse - il est préférable de le démarrer en période de diminution de l’activité des glandes.

À partir de la prise d’acides aminés et d’iode, les doses doivent être deux fois plus faibles que la normale. Si nous utilisons des substances qui violent le dédoublement de la thyroxine, les doses de sélénium sont généralement divisées en 4 - pas même par 2. Cependant, même si nos doses de départ sont faibles, elles doivent être ingérées quotidiennement, régulièrement et constamment. C'est-à-dire que la méthode d'application de l'iode ne nous convient pas ici. L'explication de la dernière exigence est simple: la glande thyroïde fonctionne en permanence. Ensuite, plus les substances qu’elle aura à traiter seront stables, plus elle sera habituée au travail.

Résumez brièvement. L'hyperthyroïdie est une augmentation injustifiée de la production quotidienne de ses hormones par la glande thyroïde. En règle générale, elle s'accompagne d'une augmentation physique du nombre de tissus de la glande normaux et viables. La thyroïde accélère la sécrétion de ses hormones pour plusieurs raisons. Et l'un d'eux, à son tour, peut être le résultat d'un certain nombre de phénomènes différents.

Ainsi, l'activité de la glande thyroïde peut augmenter en raison de la faible valeur biologique des hormones qu'elle produit. En outre, une perturbation du fonctionnement de l'hypophyse ou de l'hypothalamus peut nuire à son travail. Mais maintenant, la baisse de la valeur des hormones a des racines différentes. Tout d'abord, cela se produit lorsque vous commencez une réaction auto-immune, lorsque, pour une raison quelconque, les agents du système immunitaire bloquent le travail des hormones dans les tissus. Deuxièmement, il arrive que la glande commence à produire des hormones avec une structure cassée et défectueuse.

Ceci est possible avec la manifestation d'anomalies congénitales définies au niveau du code génétique du patient. Ou dans la transformation maligne des cellules des glandes, lorsque des protéines spéciales synthétisées par des cellules tumorales, des marqueurs tumoraux, sont incorporées aux protéines des molécules d'hormone. Enfin, des défauts dans la structure des molécules d'hormones peuvent être attribués au manque chronique de substances nécessaires à leur synthèse normale.

Dans tous ces cas, l'activité de ces hormones sera nettement inférieure à la norme. Et la réaction aggravée à leur immunité indiquera sans équivoque la présence de défauts dans leur structure.

Cependant, comme nous pouvons le constater, des diagnostics en plusieurs étapes parfois complexes sont nécessaires pour identifier les véritables causes de l'hyperthyroïdie. Soyons francs: de telles études détaillées ne sont pas toujours disponibles et, en conséquence, ne sont pas toujours prescrites par un médecin. En attendant, il est clair que la thérapie traditionnelle pour supprimer la synthèse des hormones ou leur assimilation ne prend pas en compte tous les scénarios ci-dessus. En particulier, dans certains cas (comme une pénurie de composants), une interruption artificielle de la synthèse dans certaines parties du processus ne peut qu'aggraver la pathologie, mais ne la corrige pas.

Prévention de l'hyperthyroïdie thyroïdienne

  • Dans le cas d'une situation de métabolisme hyperthyroïdien avec l'utilisation d'agents de contraste contenant de l'iode, du perchlorate de sodium est préalablement pris (Irenat; 500 mg [= 25 gouttes] 2-4 heures avant l'utilisation de l'iode et continue à être pris quotidiennement pendant 2 semaines).
  • Lorsque le traitement nécessite une fibrillation auriculaire et une situation métabolique hyperthyroïdienne, ou dans le cas d'une hyperthyroïdie induite par l'amiodarone, passez à la dronédarone (Multaq).
  • Noter cet article

La réimpression de contenu du site est strictement interdite!

Les informations sur ce site sont fournies à des fins éducatives et ne constituent en aucun cas un avis médical ou un traitement.

Vous Pouvez, Comme Pro Hormones