Le corps humain est un mécanisme complexe qui nécessite une surveillance constante.

Cette fonction est assurée par les glandes endocrines, qui obéissent à leur tour à la glande pituitaire et à ses hormones.

Chaque personne a besoin de connaître les fonctions et le mécanisme des hormones, leurs valeurs normales et les maladies pouvant être associées à une violation de leurs produits.

L'article détaille l'effet des hormones sur l'activité vitale du corps.

Informations générales sur les hormones hypophysaires

L'hypophyse (hypophyse) est une glande endocrine sécrétant ses hormones dans le sang. À travers la tige hypophysaire, l’organe se connecte au cerveau, tandis qu’il se trouve dans la selle turque du sphénoïde. Dans sa composition a trois parts:

  1. Le lobe antérieur ou adénohypophyse est formé de cellules sécrétoires qui produisent des tropines qui affectent certains organes cibles.
  2. La fraction intermédiaire est constituée de cellules recueillies dans les follicules et produit de la mélanotropine, stimulant ainsi la formation de mélanine dans les cellules cutanées correspondantes.
  3. Le lobe postérieur ou neurohypophyse est formé par les cellules neurogliales. La neurohypophyse ne produit cependant pas d'hormones, car elle libère des substances biologiquement actives produites par les noyaux de l'hypothalamus.

L'hypophyse possède un système d'approvisionnement en sang développé, qui est également associé à l'hypothalamus, qui est déterminé par sa signification fonctionnelle pour l'homme.

Fonctions hormonales hypophysaires

Les hormones hypophysaires exercent leur influence sur de nombreux processus corporels (croissance tissulaire, métabolisme des graisses, des protéines et des glucides, ovulation et lactation) et régulent le travail de nombreux organes et systèmes.

La glande pituitaire sécrète:

Les hormones hypophysaires remplissent diverses fonctions et sont responsables du travail de presque tous les organes et systèmes du corps humain. Nous analysons chacun séparément.

Thyrotropine

La thyrotropine (TSH) est produite par l'adénohypophyse. Une TSH est une glycoprotéine, c'est-à-dire une protéine dans laquelle l'une des parties est liée de manière covalente à un hétérooligosaccharide. Le poids moléculaire de la thyréotropine est d'environ 28 kDa.

La sécrétion de TSH est contrôlée par l'hormone libérant de la thyrotropine, qui est produite dans l'hypothalamus.

La fonction principale de cette substance biologiquement active est de contrôler la sécrétion d'hormones thyroïdiennes: thyroxine (T4) et triiodothyronine (T3).

T4 et T3 régulent l'équilibre énergétique dans le corps humain, contrôlent la synthèse des protéines et de la vitamine A, le travail des intestins, la croissance, le cycle menstruel chez la femme, le travail du système nerveux central, du système cardiovasculaire.

L’hypophyse produit de la thyrotropine sur la base du retour: une diminution des taux de T4 et de T3 dans le sang stimule la production de thyrotropine par l’hypophyse, et une augmentation l’élimine. Avec une production insuffisante de TSH dans le corps, il se produit un élargissement compensatoire de la glande thyroïde.

La thyrotropine est soumise aux rythmes circadiens, elle est donc libérée au maximum dans le sang la nuit, et de façon minimale à 17-18 heures.

La norme plasmatique de la thyréotropine dépend de l’âge de la personne, mais elle est comprise entre 0,4 et 4 mU / l pour les personnes de plus de 14 ans.

En médecine, les médicaments TSH sont prescrits à des fins de diagnostic afin de confirmer ou d'infirmer le diagnostic d'hypothyroïdie ou de thyréotoxicose.

Corticotropine

La corticotropine ou hormone corticotrope (ACTH) est formée dans le lobe antérieur de l'hypophyse. Il s’agit d’un peptide composé de 39 résidus d’acides aminés d’un poids moléculaire de 4 540 Da.

Il est synthétisé à partir de sa protéine précurseur, la proopiomélanocortine.

La formation et la libération de corticotropine dans le sang sont régulées par le facteur de libération d’ACTH produit par l’hypothalamus. Dans le plasma, l’ACTH est stocké longtemps. Sa demi-vie est de 10 minutes.

La corticotropine agit sur le cortex surrénalien en activant la synthèse des corticostéroïdes, en particulier des glucocorticoïdes - cortisol, cortisone, corticostérone, 11-désoxycortisol, 11-déshydrocorticostérone, ainsi que des androgènes et des œstrogènes. Cela réduit le contenu des glandes surrénales en vitamine C et en cholestérol.

La production de corticotropine est réalisée sur la base du retour d’information.

Le taux plasmatique d’ACTH adrénocorticotrope est estimé à 9-46 pg / ml.

En médecine, la corticotropine est prescrite pour l'insuffisance surrénalienne, la fatigue chronique, le manque de sommeil et l'augmentation de la fatigue. Il est recommandé de l'inclure dans le traitement complexe des rhumatismes, de l'arthrite, de la goutte et de l'asthme bronchique.

Gonadotrophine

Les gonadotrophines sont sécrétées par l'adénohypophyse, dont la synthèse et la libération dans le plasma sont contrôlées par l'hormone de libération des gonadotrophines.

La gonadotrophine est attribuée à deux substances biologiquement actives: la stimulation folliculaire et la lutéine. Il existe une troisième gonadotrophine spéciale - la gonadotrophine chorionique humaine, produite par le placenta.

L'hormone folliculo-stimulante (FSH) est une glycoprotéine d'une masse de 30 kD.

La FSH chez la femme affecte le développement du follicule et la maturation de l'ovocyte. En outre, la FSH influence la sortie de la cellule germinale dans la cavité abdominale pour une fertilisation ultérieure.

La concentration plasmatique de FSH au cours du cycle menstruel est différente:

  • phase folliculaire du cycle - 2,8–11,3 mU / l;
  • la phase ovulatoire du cycle est de 5,8 à 21 mU / l;
  • phase lutéale du cycle - 1,2–9 mU / l..

Le taux de FSH dans le sang est contrôlé sur la base des informations en retour à l'aide d'estradiol et de progestérone.

Chez l'homme, la FSH a un impact sur le développement des tubes séminifères, accélère la spermatogenèse. Une production adéquate de testostérone et la fonction des cellules responsables de la maturation des spermatozoïdes dépendent de la FSH.

C'est la testostérone qui est responsable de la production et de la sécrétion dans le sang de cette gonadotrophine chez l'homme. La concentration plasmatique de FSH est comprise entre 1,37 et 13,58 mU / L.

L'hormone lutéinisante (LH) est une glycoprotéine d'une masse de 28,5 kDa. Affecte la production de progestérone et de testostérone.

La concentration de LH dans le sang varie en fonction du stade du cycle menstruel.

Chez les hommes, le taux de LH est compris entre 0,8 et 7,6.

La gonadotrophine chorionique (CG) est produite par le chorion après implantation de l'embryon dans la paroi utérine pendant environ 6 à 8 jours après la fécondation.

Somatropine

L'hormone de croissance (hormone de croissance) ou l'hormone de croissance est un polypeptide produit par un adénohypophyse.

La libération d'hormone de croissance dans le sang est réalisée de manière cyclique avec le pic le plus élevé la nuit après quelques heures après s'être endormi. Les régulateurs de la production de GH sont la somatolibérine et la somatostatine, qui sont produites par les cellules de l'hypothalamus.

La concentration plasmatique de STH est normalement comprise entre 1 et 5 ng / ml (base). Pendant le pic de sécrétion - 10-20 ng / ml.

La somatropine affecte les zones de croissance dans les os, stimule leur croissance en longueur, elle affecte également le métabolisme des protéines (en l'augmentant), réduit les dépôts de graisse sous-cutanée. Le STH présente un antagonisme vis-à-vis de l'insuline, ce qui affecte le métabolisme des glucides (augmente le taux de glucose dans le sang).

Mélanotropine

La mélanotropine ou hormone stimulant les mélanocytes (MSH) est une substance polypeptidique biologiquement active produite par un lobe intermédiaire de la glande pituitaire.

MSH active la synthèse de mélanine dans les ménanocytes de la peau et des cheveux, la couche pigmentaire de la rétine.

Une augmentation de la teneur en mélanotropine est observée pendant la grossesse, la maladie d’Addison.

La prolactine

La prolactine (hormone lactotrope, mamotropine) est une hormone peptidique produite par une adénohypophyse. Se compose de 199 acides aminés et a une masse de 24 KD.

La prolactine active la formation de lait dans les glandes mammaires des femmes, contrôle le remplissage du sein avec du lait pour la prochaine tétée, mais n’est pas responsable de sa sécrétion.

La mammotropine inhibe la libération de FSH dans le sang, inhibant ainsi le cycle de l'ovulation. Il réduit également le niveau d'hormones sexuelles - œstrogènes et testostérone.

Ocytocine

L'ocytocine est une hormone peptidique de l'hypothalamus, qui se transporte vers la neurohypophyse, s'y dépose, puis est sécrétée dans le sang.

L'ocytocine remplit plusieurs fonctions importantes dans le corps d'une femme. Pour commencer, il affecte les cellules myépithéliales de la glande mammaire, entraînant leur réduction et, par conséquent, la libération de lait pendant l'alimentation. L'ocytocine stimule également l'activité contractile des muscles de l'utérus, ce qui en détermine l'importance lors du travail.

Dans le plasma, l'ocytocine est considérée comme une valeur de 1 à 5 µU / ml, mais lors de l'accouchement, cet indicateur peut augmenter jusqu'à 200 µU / ml.

Vasopressine

La vasopressine (hormone antidiurétique - ADH) est un peptide produit par l'hypothalamus, mais sécrété par la neurohypophyse. Construit à partir de 9 acides aminés.

La vasopressine régule la quantité d'eau excrétée par les reins, améliorant la réabsorption et retenant ainsi les liquides dans le corps (le volume de sang en circulation augmente). En outre, l'ADH affecte la pression artérielle, en l'augmentant.

Les scientifiques pensent que la vasopressine est impliquée dans les mécanismes de la mémoire.

Quelles sont les causes de l'augmentation ou de la diminution des niveaux d'hormones?

Chaque hormone est responsable de certaines fonctions dans le corps humain et la violation de sa production et de sa sécrétion entraîne le développement de diverses maladies.

Des troubles de la production d'hormones hypophysaires peuvent être associés à des néoplasmes bénins et malins de l'hypophyse, à des processus infectieux dans le cerveau ainsi qu'à des maladies de l'organe cible.

Une quantité accrue de thyréotropine peut déclencher le développement d'un goitre, une activité fonctionnelle accrue de la glande thyroïde.

L’augmentation de l’indice de corticotropine indique une maladie d’Issenko-Cushing, une insuffisance surrénalienne chronique et un syndrome paranéoplasique. Niveau réduit - Syndrome d'Itsenko-Cushing, hypocorticisme secondaire, adénome surrénalien.

Avec une production réduite de FSH dans le corps d'une femme, la croissance des follicules est inhibée, la formation de glandes mammaires est supprimée. De telles femmes peuvent rester stériles.

Avec la production réduite de FSH chez les hommes, il y a un faible développement des gonades, une inhibition de la gentogenèse, l'absence de manifestations prononcées de caractères sexuels secondaires, ainsi que des troubles de la croissance et du développement.

Un manque d'hormone de croissance chez un enfant peut être retardé dans son développement physique et mental, même jusqu'à son allée hypophysaire. Les adultes ont réduit le nombre de somatropine, ce qui menace l'augmentation des dépôts de graisse dans le corps. L'acromégalie se développe avec une production accrue de somatropine (se manifestant par des changements d'aspect - élargissement des éléments faciaux, arthralgie, grossissement de la voix).

Le déficit en prolactine affecte négativement l'allaitement de la femme. La réduction de la quantité d'oxytocine pendant le travail doit être compensée par la prise de mammotropine.

La production réduite d'ADH est une cause de diabète insipide. Les manifestations de cette maladie sont une soif sévère, une polyurie (augmentation de la formation d'urine), une perte de poids, une peau sèche. Le diabète insipide menace la déshydratation grave.

Fonctions des hormones hypophysaires dans le corps

L'hypophyse ou l'hypophyse est une petite partie du cerveau. Ses fonctions sont la production de substances actives qui contrôlent la croissance, le développement, le métabolisme et les fonctions de reproduction dans le corps.

Glande indispensable

L’hypophyse est l’un des principaux organes du système endocrinien du corps. Sa taille est très petite, mais elle est divisée en lobes, chacun étant responsable de la synthèse de substances d’un certain type. Pour répertorier tous les composés produits directement par l'hypophyse, leurs fonctions et leurs effets sur le corps, il faudra disposer d'un tableau assez volumineux. Quelles hormones l'hypophyse produit-elle et quelles fonctions remplissent-elles?

Part avant

Une des parties anatomiques de l'hypophyse est appelée le lobe antérieur ou adénohypophyse. Il produit toute une liste d'hormones vitales:

  • thyrotropique - responsable de la production normale de T4, de T3 et de la glande thyroïde;
  • adrénocorticotrope - stimule la production de substances actives du cortex surrénalien;
  • La somatotrophine est responsable de la croissance et du développement du corps, ainsi que de la synthèse des protéines au niveau cellulaire. Parfois, cela s'appelle l'hormone de croissance;
  • gonadotrophines (LH, FSH) - hormones adénohypophyse, qui corrigent la fonction de reproduction;
  • La prolactine, qui affecte la croissance des glandes mammaires pendant la grossesse, est responsable de leur développement au moment de la puberté, ainsi que du processus d'apparition du lait dans la glande.

Les hormones de l'hypophyse antérieure sont des stimulants des glandes endocrines. Le système fonctionne selon le principe de rétroaction: plus le niveau sanguin de substances des glandes endocrines est bas, plus les hormones de l'adénohypophyse sont produites.

Part moyenne

Les substances suivantes sont produites par l'hypophyse moyenne ou intermédiaire:

  • stimulant les mélanocytes, responsable de la production de mélanine, qui régule la protection de la peau contre les rayons ultraviolets;
  • l'endorphine est responsable de la réaction de l'anesthésie générale en état de choc, son effet atténue les réactions nerveuses au moment du stress, réduit l'appétit;
  • La lipotropine régule la dégradation des graisses en acides gras, ainsi que leur dépôt au niveau cellulaire.

La proportion moyenne de l'hypophyse alloue toute une liste de substances qui régulent les processus du métabolisme et les réactions nerveuses du corps dans des conditions stressantes.

Lobe arrière

La neurohypophyse est étroitement liée à l'hypothalamus, des hormones du lobe postérieur de l'hypophyse régulent les processus suivants dans le corps:

  • La vasopressine corrige le travail des reins et du système vasculaire humain, est un antidiurétique;
  • l'ocytocine régule le comportement sexuel, est responsable de la contraction utérine pendant le travail, régule le processus de lactation.

Les hormones de la neurohypophyse sont représentées par plusieurs autres substances ayant des fonctions similaires.

Fonctions

L’hypophyse est l’organe central qui régit la production des substances actives du système endocrinien. Les hormones hypophysaires exercent de nombreuses fonctions, dont l’échec entraîne des perturbations dans tous les systèmes et organes.

Si vous souhaitez un jour étudier plus en détail les hormones pituitaires et leurs fonctions, remplissez le tableau, car il est impossible de se souvenir de toutes les autres substances et de leur fonction:

  • L’hormone thyroïdienne de l’hypophyse est responsable de l’activité normale de la glande thyroïde. Les hormones de la glande thyroïde et de la glande pituitaire sont interdépendantes: une diminution de la fonction d’un organe entraîne une augmentation de l’activité d’un autre. En cas de troubles de la glande thyroïde, l'hypophyse peut surveiller temporairement le niveau de substances stimulant la thyroïde dans le corps. Quelles sont les fonctions de la glande pituitaire et de la glande thyroïde: elles sont responsables des processus métaboliques dans les tissus et les organes, du fonctionnement normal des systèmes cardiovasculaire, gastro-intestinal, reproductif et autres du corps au niveau cellulaire;
  • L'hormone somatotrope, produite lors de l'adénohypophyse, est une substance spécifique qui stimule non seulement le métabolisme cellulaire et le transport des protéines, mais procure également une sensation de satiété, une augmentation de la glycémie, un métabolisme du calcium et du phosphore, contribuant ainsi à la croissance et à la formation du tissu osseux. L'hormone de croissance régule la synthèse des protéines et la dégradation des lipides, affectant ainsi le processus de croissance;
  • l'hypophyse antérieure produit de l'ACTH ou de la corticotrophine, qui contrôle la production des substances actives du cortex surrénal, de l'insuline et du cholestérol, métabolisme des minéraux dans l'organisme;
  • La prolactine est produite lors de l'adénohypophyse et régule les processus de lactation dans le corps de la femme qui a accouché. Il participe à d'autres processus métaboliques: métabolisme du sel, de l'eau et des graisses;
  • le lobe postérieur de l'hypophyse produit de la vasopressine, capable de réguler la quantité de liquide dans le corps, déclenchant un mécanisme de réabsorption d'eau ou de rétrécissement des artérioles. Le mécanisme est particulièrement important pour les pertes de fluide importantes.

Les hormones sécrétées par l'hypophyse agissent comme des intermédiaires entre le système nerveux et le système endocrinien, leurs produits sont régulés par l'hypothalamus et corrigent le travail du système endocrinien humain dans son ensemble. La valeur de l'hypophyse pour le fonctionnement normal et le développement du corps est difficile à surestimer. Par exemple, son hormone somatotrope est capable de provoquer diverses pathologies de croissance, du gigantisme au nanisme.

L'insuffisance

L'échec provoque divers désordres dans le corps, allant des dysfonctionnements secondaires aux désordres graves de la croissance et du développement:

  • l'insuffisance des hormones du lobe antérieur provoque le développement d'une hypothyroïdie secondaire, dont les conséquences sont des maladies de la glande thyroïde, l'obésité, une altération du tonus général, une activité mentale, le développement d'un myxoedème, des modifications structurelles de la glande thyroïde;
  • Une libération insuffisante de somatotropine par l’hypophyse chez l’enfant entraîne un retard de croissance. L'hormone de croissance est conçue pour stimuler la croissance par la synthèse des protéines et la décomposition des graisses; sa carence provoque le nanisme, le corps humain ne se développant pratiquement pas;
  • le manque de vasopressine antidiurétique peut déclencher le développement du diabète insipide;
  • l'hypopituitarisme se développe si toutes les substances sont insuffisamment produites, ce qui retarde le développement de l'enfant et provoque des troubles sexuels chez l'adulte, ainsi que des perturbations du métabolisme de tous les organes et systèmes.

Produits excédentaires

Les excès de produits peuvent entraîner de telles maladies:

  • avec l'augmentation du taux d'ACTH, la maladie d'Itsenko-Cushing se caractérise par l'ostéoporose, les troubles mentaux, le développement de l'hypertension et le diabète. Avec la maladie d'Itsenko-Cushing, l'apparence du patient change: une enflure et un gonflement caractéristiques du visage et de la moitié supérieure du corps, ainsi qu'une extraordinaire maigreur des membres;
  • Dans l’enfance, l’hormone somatotrope en grande quantité provoque une pathologie appelée "gigantisme", à un âge plus avancé - l’acromégalie. Elle se caractérise par une croissance et un élargissement accrus de tous les organes.
  • des taux élevés de prolactine entraînent une dysménorrhée, une infertilité, une lactation pathologique chez la femme et une gynécomastie chez l'homme.

Le plus souvent, les violations de la production de substances sont caractérisées par une endocrinopathie secondaire, des troubles métaboliques et des maladies de tous les organes et systèmes.

Raisons

Pourquoi les substances actives commencent-elles à être produites en grande ou en petite quantité? Les raisons peuvent être:

  • divers troubles de la circulation cérébrale, y compris les hémorragies;
  • troubles du développement (généralement congénitaux);
  • processus inflammatoires aigus à la base d'infections bactériennes, virales ou autres causes (méningite);
  • l'utilisation de certains médicaments;
  • rayonnement ionisant;
  • les blessures;
  • processus tumoraux;
  • complications après la chirurgie.

La cause de la dégradation du produit devient souvent un adénome hypophysaire, provoquant une défaillance hormonale incontrôlée.

Diagnostics

Il est possible de diagnostiquer la maladie en adressant des plaintes à l’endocrinologue. Selon les symptômes, l'anamnèse sera compilée et un algorithme d'examen attribué:

  • détermination du niveau de substances dans le sang. La prescription dépend des plaintes du patient. Par exemple, s’il s’agit d’une suspicion d’hyperproduction de thyrotropine, l’étude comprendra des tests de dépistage de T4, T3, TSH, PTH, ATPO, etc.
  • CT et IRM du cerveau.

Traitement

Le traitement des maladies de l'hypophyse produit un traitement substitutif dont la fonction principale est d'éliminer le manque ou l'excès d'hormones pituitaires. La réception des médicaments et le contrôle sont effectués à vie.

Il existe trois façons de traiter les tumeurs:

  • ablation chirurgicale;
  • traitement médicamenteux;
  • radiothérapie en cas de malignité des cellules d'adénome.

Les tumeurs hypophysaires deviennent rarement malignes, mais leur croissance et leur pression sur les tissus environnants, les vaisseaux sanguins et les nerfs aggravent considérablement la condition humaine. Les compagnons permanents de l'adénome peuvent être considérés comme des maux de tête et des troubles visuels.

Quelles hormones l'hypophyse sécrète

Hypophyse

Hypophyse, ou appendice inférieur du cerveau, glande endocrine, située dans la poche osseuse (selle turque) à la base du cerveau. Chez l'homme, il a à peu près la taille d'un pois et pèse environ 0,5 g.

L'hypophyse se compose de trois lobes: antérieur, intermédiaire et postérieur. Les deux premiers lobes sont constitués de tissu glandulaire et se forment dans l'embryon à partir de la poche de la saillie antérieure du tube intestinal de Ratke. Le lobe postérieur est formé par l'excroissance du tissu nerveux, venant du bas du diencephale. Tous ces lobes sont des glandes pratiquement séparées, chacune sécrétant ses propres hormones.

Front end

L’hypophyse produit des hormones protéiques, dont six sont isolées sous une forme chimiquement pure. Leur structure est maintenant complètement déchiffrée. Le nombre correct de lobes antérieurs d'hormones sécrétés n'est pas établi, seuls les plus reconnaissables sont pris en compte ci-dessous.

Hormone de croissance

De nombreuses hormones ont une incidence sur la croissance du corps, mais le rôle le plus déterminant dans ce processus complexe est apparemment joué uniquement par l'hormone de croissance hypophysaire (somatotrophine). À la fin de l'enlèvement de l'hypophyse, la croissance prend effectivement fin. L'introduction de cette hormone chez les jeunes animaux active la croissance et, chez l'adulte, elle peut conduire à sa reprise. L'étude du métabolisme dans ces circonstances révèle en permanence une diminution de l'excrétion (élimination) de l'azote de l'organisme. La rétention d’azote est un indicateur nécessaire de la croissance réelle, indiquant que de nouveaux tissus sont en train de se former, et pas seulement une augmentation du poids corporel due à l’accumulation de graisse ou d’eau. Dans les processus pathologiques entraînant une diminution de la fonction de l'hypophyse, le nanisme hypophysaire apparaît dans certains cas; ces nains ont une petite taille, mais restent autrement des gens ordinaires. D'autres dysfonctionnements de l'hypophyse peuvent être accompagnés d'une libération excessive d'hormone de croissance, provoquant un gigantisme. Si de grandes quantités d’hormone de croissance sont produites avant la maturation de l’organisme, la croissance augmente proportionnellement; si cela se produit après maturité, une acromégalie apparaît, caractérisée par une croissance disproportionnée de certaines parties du corps, car chez certains adultes, certains os perdent leur capacité à s'allonger. En cas d'acromégalie, le patient présente un aspect caractéristique: les sourcils, le nez et la mâchoire inférieure commencent à se détacher, les mains, les pieds et la poitrine se multiplient, le dos est fixé, le nez et les lèvres s'épaississent.

Hormone lactogène

l'hypophyse (prolactine) stimule la lactation de la formation de lait dans les glandes mammaires. Une lactation persistante associée à une aménorrhée (absence anormale ou suppression du flux menstruel) peut survenir lors d'une tumeur hypophysaire. Cette violation est également associée à une activité sécrétoire altérée de l'hypothalamus, qui inhibe normalement la libération de prolactine. Chez certaines mammifères, la prolactine agit sur d'autres processus, en particulier, elle peut stimuler la sécrétion de l'hormone progestérone par le corps jaune de l'ovaire. La prolactine est présente dans l'hypophyse d'individus non seulement de sexe féminin, mais également de sexe masculin, et non seulement chez les mammifères, mais également chez les vertébrés inférieurs. On en sait peu sur ses fonctions dans le corps de l'homme et chez les animaux autres que de mammifères. Chez certains oiseaux, la prolactine stimule le développement du goitre. Comme le lait de goitre produit dans ce sac aide à nourrir les poussins, un tel effet de l'hormone est fonctionnellement similaire à son action chez les mammifères. Chez les poissons, la prolactine est impliquée dans la régulation de la pression artérielle osmotique.

Hormone stimulant la thyroïde

L'hypophyse (thyrotropine) stimule la croissance de la glande thyroïde et son activité sécrétoire. À la fin de l'enlèvement de l'hypophyse, la fonction de la glande thyroïde se termine complètement et sa taille est considérablement réduite. L'administration de thyrotropine peut entraîner une activité excessive de la glande thyroïde. Ainsi, le dysfonctionnement de sa fonction peut être le résultat non seulement de maladies de la glande elle-même, mais également de processus pathologiques de l'hypophyse et nécessite par conséquent un traitement différent.

Hormone corticotrope

l'hypophyse (ACTH, corticotrophine) stimule le cortex surrénalien, tout comme l'hormone thyréotrope stimule la glande thyroïde. Une des différences réside toutefois dans le fait que la fonction du cortex surrénal en l'absence d'ACTH ne se termine pas complètement. À un moment où la stimulation de l'hypophyse est absente, le cortex surrénalien conserve la capacité de sécréter l'hormone vitale aldostérone, qui régule la teneur en sodium et en potassium de l'organisme. Mais sans l'ACTH, les glandes surrénales produisent une quantité insuffisante d'une autre hormone extrêmement importante, le cortisol, et perdent leur capacité à augmenter sa sécrétion si nécessaire. Sur cette base, les patients présentant une insuffisance de la fonction hypophysaire deviennent très sensibles à toutes sortes de charges et de stress. Des quantités excessives d'ACTH, qui peuvent être produites dans les tumeurs hypophysaires, conduisent à la formation d'une maladie potentiellement mortelle, la soi-disant. Le syndrome de Cushing. Ses indicateurs caractéristiques comprennent la prise de poids, le visage lunaire, une augmentation de la graisse corporelle dans le haut du corps, une augmentation de la pression artérielle, une faiblesse musculaire.

Hormones gonadotropes

(gonadotrophines). La partie antérieure de l'hypophyse sécrète deux hormones gonadotropes. L'une d'entre elles, l'hormone folliculostimulante, stimule le développement des œufs dans les ovaires et des spermatozoïdes dans les testicules. La seconde s'appelle l'hormone lutéinisante; dans le corps féminin, il stimule la production d'hormones féminines dans les ovaires et la libération d'un ovule mature par l'ovaire, ainsi que dans la sécrétion masculine de l'hormone testostérone par les cellules interstitielles des testicules (voir aussi REPRODUCTION HUMAINE). L'introduction de ces hormones ou leur production excessive due à la maladie conduit à un développement sexuel prématuré de l'organisme immature. Lorsque la glande pituitaire est enlevée ou détruite par un processus pathologique, des transformations similaires à celles qui se produisent pendant la castration apparaissent.

Régulation du métabolisme.

Les hormones sécrétées par le lobe antérieur de l'hypophyse sont nécessaires pour une utilisation appropriée dans le corps des glucides provenant des aliments; En outre, ils exercent d'autres fonctions responsables dans le métabolisme. Un rôle spécial dans la régulation du métabolisme appartient apparemment à l'hormone de croissance et à l'hormone corticotrope, qui sont fonctionnellement étroitement associées à l'hormone pancréatique, l'insuline. Comme nous le savons, en l’absence d’insuline, une maladie chronique du diabète commence. Avec l'ablation simultanée du pancréas et de l'hypophyse, la plupart des signes de diabète sont absents, de sorte qu'à cet égard, l'effet des hormones de l'hypophyse et du pancréas semble être l'inverse.

Partie intermédiaire

L'hypophyse sécrète l'hormone stimulant les mélanocytes (MSH, intermédine), qui augmente la taille de certaines cellules pigmentaires de la peau des vertébrés inférieurs. Par exemple, les têtards privés de cette hormone achètent de l'argent en raison de la réduction (compression) des cellules pigmentaires. MSH est formé à partir de la même molécule précurseur que l'hormone adrénocorticotrope (ACTH). Dans le lobe antérieur de l’hypophyse, ce prédécesseur est converti en ACTH et dans l’intermédiaire en MSH. Le MSH est également produit dans l'hypophyse de mammifère, mais sa fonction reste incertaine.

Back end

L'hypophyse contient deux hormones, qui sont toutes deux produites dans l'hypothalamus, et de là, elles entrent dans l'hypophyse. L’un d’eux, l’ocytocine, est le plus actif des facteurs présents dans le corps, provoquant autant de contractions utérines que lors de l’accouchement. Cette hormone est parfois utilisée en obstétrique pour stimuler le travail prolongé, mais la valeur de ses concentrations habituelles en travail n'est pas établie. L'ocytocine provoque en outre la contraction des parois musculaires de la vésicule biliaire, des intestins, des uretères et de la vessie. La deuxième hormone, la vasopressine, lorsqu'elle est introduite dans le corps entraîne de nombreux effets, ainsi qu'une augmentation de la pression artérielle due à une vasoconstriction et une diminution de la diurèse (excrétion de l'urine). Mais dans des conditions normales, il n’exerce dans le corps qu’un effet connu qui régule la quantité d’eau excrétée par les reins. De plus, sous l’influence de très faibles concentrations d’eau filtrée dans les glomérules, absorbée par les tubules rénaux (réabsorbée), il se forme une urine concentrée. Avec la destruction du lobe postérieur de l'hypophyse par des tumeurs ou d'autres processus pathologiques, une condition appelée diabète insipide commence. Parallèlement à cette maladie, le corps perd par les reins une énorme quantité d'eau, dépassant de temps en temps 38 litres par jour. La soif est forte et, pour éviter la déshydratation, les patients doivent consommer la quantité d’eau appropriée. Voir aussi cette hormones; SYSTÈME ENDOCRIN

Le rôle des hormones hypophysaires dans le corps

Il interagit étroitement avec l'hypothalamus et forme avec lui l'appareil hypothalamo-hypophysaire.

Les hormones hypophysaires contrôlent l'activité de multiples glandes endocrines et régulent le développement, la croissance, le métabolisme et les fonctions de reproduction dans le corps. La pathologie de l'appendice cérébral conduit à de graves maladies endocriniennes.

Structure hypophysaire

La glande pituitaire se compose de deux parties anatomiquement et fonctionnellement différentes. Allouer les lobes antérieurs (adénohypophyse) et postérieurs (neurohypophyse). L'adénohypophyse, à son tour, est divisée en parties principale, intermédiaire (centrale) et tubulaire.

La part de l'appendice antérieur représente près de 80% de sa masse. Il synthétise les hormones tropicales. À l'arrière de la glande, des substances produites par l'hypothalamus sont déposées. Ensuite, réfléchissez aux fonctions de la glande pituitaire et à ses effets sur le corps.

Le rôle de l'hypophyse

L'activité de l'appendice cérébral est causée par l'action des hormones synthétisées. Avec l'aide de ces substances, l'hypophyse affecte le travail des glandes surrénales et des glandes sexuelles, corrige la croissance d'une personne et la formation d'organes, contrôle l'activité de tous les systèmes. De plus, un appendice cérébral stimule la synthèse de mélanines.

Ci-dessous, nous analyserons en détail les hormones produites par l'hypophyse, leurs fonctions et leur valeur.

Adénohypophyse

Le lobe antérieur de l'appendice cérébral, étant le plus grand, produit six types de substances actives.

Quatre tropiques qui régulent le travail des glandes endocrines:

  • l'hormone adrénocorticotrope (ACTH) ou la corticotropine;
  • substance stimulant la thyroïde (TSH) ou thyrotropine;
  • gonadotrophine stimulante folliculaire (FSH) ou follitropine;
  • gonadotrophine lutéinisante (LH), ou lutropine.

et deux effecteurs agissant directement sur le tissu cible:

Les hormones du lobe antérieur de l'hypophyse jouent le rôle d'activateur des glandes endocrines. En d'autres termes, plus les substances de l'adénohypophyse sont synthétisées avec force, plus le niveau d'activité des glandes endocrines est faible.

Part intermédiaire

La partie médiane de l'appendice sur la genèse appartient à l'adénohypophyse. C'est une fine couche de cellules basophiles située entre les parties antérieure et postérieure de l'appendice.

La part intermédiaire produit ses substances spécifiques:

Les hormones sécrétées par le lobe moyen de l'hypophyse régulent la pigmentation des tissus superficiels d'une personne et, selon les données les plus récentes, sont responsables de la formation de la mémoire. En outre, l'endorphine est responsable du comportement de l'individu dans des situations stressantes.

Neurohypophyse

Le dos de l'hypophyse interagit étroitement avec l'hypothalamus. La neurohypophyse prélève et dépose des hormones hypothalamiques (produites dans l'hypothalamus), puis les jette dans le sang et la lymphe.

Les principales hormones du lobe postérieur de l'hypophyse sont responsables des fonctions suivantes du corps:

  • ocytocine - corrige le comportement sexuel, affecte la contractilité de l'utérus et améliore le processus de lactation;
  • La vasopressine affecte les reins et le système vasculaire humain, elle est considérée comme un antidiurétique.

En plus de cela, il existe d'autres hormones de neurohypophyse qui ont un effet similaire, mais qui ont un effet moindre sur le corps: vasotocine, asparotocine, valitocine, mésotocine, isotocine, glumitocine.

L'activité de l'appendice cérébral est étroitement liée à l'hypothalamus. Cela s'applique non seulement à la neurohypophyse, mais également aux parties antérieure et moyenne de la glande, dont le travail est sous le contrôle des hormones hypothalamiques.

Prescrire une hormone hypophysaire

Les substances actives produites par l'appendice jouent le rôle d'intermédiaire entre le système nerveux central et le système endocrinien, contrôlant le travail de tout l'organisme. C'est pourquoi l'appendice cérébral est considéré comme l'une des principales glandes endocrines.

Le tableau montre les principales hormones de l'hypophyse et leurs fonctions.

· Les hormones de la glande thyroïde et de l'hypophyse sont interdépendantes: un dysfonctionnement temporaire d'un organe entraîne automatiquement une augmentation de l'activité d'un autre.

Quelles sont les fonctions de l'hypophyse et de la thyroïde dans le corps? Ils sont responsables du métabolisme, du travail stable du système cardiovasculaire et reproducteur, de la fonctionnalité du tractus gastro-intestinal.

Le niveau de TSH dépend de l'heure de la journée, de l'âge et du sexe de la personne.

L'activité de la follitropine dépend de la phase du cycle mensuel.

En outre, l'hormone somatotrope agit comme un immunostimulant, ajuste la quantité de glucides, réduit la graisse corporelle, atténue quelque peu les envies de sucreries.

La quantité d'hormone dans le sang change plusieurs fois par jour. Son maximum est célébré la nuit. Pendant la journée, la somatropine a de nombreux pics, qui se produisent toutes les 4 heures.

Chez l'homme, il contrôle la sécrétion de testostérone et est responsable de la spermatogenèse.

En outre, cette hormone hypophysaire s'appelle le stress. Son niveau sanguin augmente brusquement lors d'efforts physiques excessifs et de surmenage émotionnel.

Les médecins pensent que le MSG provoque la croissance active des mélanocytes et leur transformation ultérieure en cancer.

Lorsque des pathologies associées à l'appendice cérébral apparaissent, ses substances actives commencent à fonctionner de manière incorrecte. Dans le contexte d'une perturbation hormonale du corps humain, de graves affections se forment: syndrome d'Itsenko-Cushing, gigantisme ou acromégalie, nécrose postpartum de l'hypophyse, nanisme, insuffisance des glandes sexuelles, diabète insipide.

Ces pathologies peuvent se développer avec un dysfonctionnement de l'appendice ou, inversement, en cas d'activité excessive des glandes. De telles maladies nécessitent des soins médicaux sérieux et un traitement à long terme.

Hormones hypophysaires et leurs fonctions

L'hypophyse est un appendice cérébral petit mais extrêmement important, qui est responsable de la synthèse d'un certain nombre d'hormones peptidiques et protéiques. Il est considéré comme l'organe principal du système endocrinien et entretient une relation étroite avec l'hypothalamus. L'hypophyse sert de lien entre les éléments endocriniens et neuronaux du système de coordination du corps. Les hormones hypophysaires et leurs fonctions sont un facteur très intéressant.

Chacune de ces parties de l'hypophyse joue un rôle particulier et sécrète une variété d'hormones. Il en est question et sera discuté dans ce document.

Lobe antérieur de l'hypophyse: hormones

L'hypophyse antérieure s'appelle également l'adénohypophyse, elle est responsable de la synthèse des hormones tropiques, somatotropes et lutéotropes. Laissez-nous nous attarder sur chacun d’eux.

  1. L'hormone stimulant la thyroïde de l'hypophyse, également appelée thyrotrophine, est un régulateur de la production d'hormones thyroïdiennes telles que T3 et T4. Qui, à leur tour, sont responsables des processus métaboliques, du fonctionnement normal du tractus gastro-intestinal, des systèmes cardiovasculaire et mental de l'homme. Cette hormone est caractérisée par un rythme quotidien de fluctuation de la sécrétion.
  2. Hormone adrénocorticotrope de la glande pituitaire, à structure peptidique. Il est responsable de la synthèse et de la sécrétion par le cortex surrénalien d'hormones telles que: cortisol, cortisone, corticostérone et, dans une moindre mesure, de la progestérone, des androgènes et des œstrogènes.
  3. Hormones gonadotropes: hormone lutéinisante et hormone folliculo-stimulante. Les deux hormones interagissent avec le système reproducteur humain. La première initie l'ovulation et est responsable de la fabrication du corps jaune. La seconde est responsable de la maturation des follicules dans les ovaires femelles.
  4. Hormone de croissance, également appelée hormone de croissance. Stimule la synthèse des protéines dans les cellules, contribue à la dégradation des graisses et à la formation de glucose. Responsable du développement des organes et des tissus et de la croissance globale du corps.
  5. Hormone lutéotrope, également connue sous le nom de prolactine. Les instincts maternels et la normalisation du processus d'alimentation dépendent directement de cette hormone hypophysaire. Ainsi que les processus métaboliques, les processus de croissance et la différenciation tissulaire.

Lobe arrière de l'hypophyse: hormones

Le lobe postérieur de l'hypophyse, également appelé neurohypophyse, se compose de deux parties: l'entonnoir et le lobe nerveux.

Parmi les hormones synthétisées dans le lobe postérieur de l'hypophyse, il y a:

  1. Ocytocine. Hormone hypophysaire multifonctionnelle, qui peut à la fois stimuler la contraction utérine pendant l’accouchement et favoriser la lactation. En outre, cette hormone joue un rôle énorme dans le processus d'excitation sexuelle de l'homme.
  2. La vasopressine, c'est une hormone antidiurétique. Affecte le travail des reins, du système nerveux central et du système cardiovasculaire. Les violations dans sa production ou sa perception par le corps peuvent conduire au diabète insipide et au syndrome de Parhona.
  3. Un certain nombre d'hormones dont l'action biologique est similaire à celle ci-dessus, parmi lesquelles: la mésotocine, l'isotocine, l'asparotocine, la vazotocine, la glumitocine et la valitocine.

La proportion moyenne de l'hypophyse: hormones

La proportion moyenne de l'hypophyse, souvent appelée intermédiaire, produit un certain nombre d'hormones spécifiques, parmi lesquelles:

  1. l'hormone stimulant les mélanocytes α, également appelée hormone stimulant les mélanocytes alpha. Responsable de la production de mélanine, ce qui augmente la pigmentation de la peau et sa résistance aux rayons ultraviolets.
  2. Bêta-endorphine. Il possède un grand nombre de fonctions physiologiques: analgésique, anti-stress et anti-choc, diminution du tonus du système nerveux, perte d'appétit, etc.
  3. hormone gamma-lipotrope. Il est responsable de l'accélération du processus de division des graisses dans le tissu sous-cutané en acides gras. Réduit également la synthèse et le dépôt de graisse.
  4. Hormone stimulant les mélanocytes γ, dont les fonctions biologiques et physiologiques sont similaires à celles de l'hormone stimulant les mélanocytes α.
  5. Met-Enkephalin est un neuropeptide opioïde spécifique. Participe à la régulation des facteurs comportementaux et de la douleur.

Comme vous pouvez le constater, malgré la petite taille de l'hypophyse, les hormones qu'elle sécrète sont diverses et multifonctionnelles. Sans cette glande minuscule, notre vie entière serait impensable.

Trouvez un médecin et prenez rendez-vous:

La valeur des hormones pituitaires pour l'homme

1. Qu'est-ce que l'hypophyse? 2. Fonctions 3. Brève description des hormones du lobe frontal 4. Hormones produites par le lobe postérieur

Les systèmes nerveux et endocrinien humain ne sont toujours pas complètement compris. Qu'est-ce qui est commun entre eux? Que signifient-ils pour le corps humain et quelles fonctions remplissent-ils?

Quelle est la glande pituitaire?

L'hypophyse est située dans la formation osseuse - la selle turque, composée de neurones et de cellules endocrines, coordonne l'interaction de ces deux systèmes les plus importants du corps. Les hormones hypophysaires sont produites par l'action du système nerveux. Elles réunissent toutes les glandes endocrines en un système commun.

L'hypophyse se compose dans sa structure d'un adénohypophyse et d'une neurohypophyse. Il y a aussi la partie centrale de l'hypophyse, mais en raison de la structure et de la fonction similaires, on parle généralement d'adénohypophyse. Le pourcentage de neurohypophyse et d'adénohypophyse n'est pas le même, la majeure partie de la glande est adénohypophyse (jusqu'à 80% selon certaines sources).

L’hypophyse est une petite glande dont la forme est semblable à celle des légumineuses; elle est située dans la selle turque (formation du crâne), son poids ne dépasse guère 0,5 g. Elle appartient aux glandes centrales.

Les hormones hypophysaires diffèrent également:

  • les hormones adénohypophyse sécrétées dans la glande et libérées dans le sang;
  • les hormones du lobe postérieur de l'hypophyse ne sont stockées que dans celui-ci et libérées dans le sang lorsque cela est nécessaire;
  • les hormones de neurohypophyse sont produites par les noyaux neurosécréteurs dans l'hypothalamus, puis envoyées vers la glande pituitaire le long des fibres nerveuses, où elles restent jusqu'à ce qu'elles soient demandées par d'autres glandes;

Hypothalamus - combine les fonctions du système endocrinien et du système nerveux. Les hormones de l'hypothalamus et de l'hypophyse sont étroitement liées.

Fonctions

Les hormones hypophysaires contribuent à la sécrétion de la thyroïde, du cortex surrénalien et des glandes sexuelles.

Les hormones de l'adénohypophyse sont des substances tropicales (à l'exception de la β-endorphine et de la met-enképhaline), des substances biologiquement actives dont l'action est dirigée vers les tissus et les cellules ou qui stimule les autres glandes endocrines pour obtenir le résultat souhaité. Les hormones de l'hypophyse antérieure comprennent:

  1. Hormone stimulant la thyroïde (TSH).
  2. Adrénocorticotrope (ACTH).
  3. Follicule-stimulant (FSH).
  4. Luteinisation (LH).
  5. Hormone de croissance (STG).
  6. La prolactine.
  7. Hormones lipotropes.
  8. Mélanocyte-Stimulant (MSH).

La vasopressine et l'ocytocine sont produites dans le lobe postérieur de l'hypophyse.

Il est difficile de surestimer l’importance de ces substances biologiquement actives pour l’organisme, qui sont responsables de la plupart des fonctions vitales.

Brève description des hormones du lobe frontal

Thyrotropique

L'hormone stimulant la thyroïde est une protéine constituée de deux structures, α et β. Seul β a une activité. La thyréotropine a pour fonction principale de stimuler la sécrétion de thyroxine, de triiodothyronine et de calcitonine en quantité suffisante. L'hormone stimulant la thyroïde fluctue considérablement pendant la journée. La concentration maximale en hormone stimulante de la thyroïde est observée à 2-3 heures du matin, le minimum à 17-19 heures. À mesure que le vieillissement décompose la sécrétion d'hormone stimulant la thyroïde, il en devient moins.

Cependant, un excès d'hormone stimulant la thyroïde entraîne une violation de la fonction et de la structure de la glande thyroïde, son tissu étant progressivement mélangé à un colloïde. Ces changements sont détectés par un diagnostic par ultrasons de la glande thyroïde.

Adrénocorticotrope

L'hormone adrénocorticotrope est le principal stimulateur du cortex surrénalien. Sous son influence, la masse principale de corticostéroïdes est produite, elle affecte également la sécrétion de minéralocorticoïdes, d’œstrogènes et de progestérone. Il affecte le corps humain ou animal indirectement, affectant les processus métaboliques qui régulent les corticostéroïdes. Une autre de ses fonctions - la participation à la sécrétion de pigments entraîne souvent la formation de taches pigmentaires sur la peau. Le gomon adrénocorticotrope est le même chez l'homme et chez l'animal.

Somatropine

La somattropine est l’un des facteurs de croissance les plus importants. Une perturbation de la sécrétion lors de l'accouchement ou une sensibilité à celle-ci dans l'enfance entraîne des conséquences irréparables. Il est responsable de:

  • la croissance du squelette, en particulier pour la croissance des os tubulaires;
  • le dépôt de tissu adipeux et sa distribution dans le corps;
  • la formation de protéines et leur métabolisme;
  • croissance musculaire et force.

Sa fonction est qu’il participe aux processus métaboliques et affecte le métabolisme de l’insuline et des cellules pancréatiques elles-mêmes.

Gonadotrophines

Les hormones gonadotropes hypophysaires comprennent les hormones folliculostimulantes et lutéinisantes. Ils sont composés d'acides aminés et sont des protéines dans leur structure. Leur fonction principale est de fournir une fonction de reproduction à part entière chez les hommes et les femmes. PHG est responsable de la maturation des follicules chez les femmes et du sperme chez les hommes. L'hormone lutéinisante contribue à la dégradation des follicules, à la libération de l'œuf, à la formation du corps jaune chez la femme et stimule la sécrétion d'androgènes chez l'homme.

Le taux de gonadotrophines chez les hommes et les femmes en âge de procréer n'est pas le même. Chez les hommes, il est à peu près constant et, chez le beau sexe, varie considérablement avec la phase du cycle menstruel. Dans la première phase du cycle, l'hormone folliculostimulante domine, la LH est minimale pendant cette période et, à l'inverse, elle est activée dans la seconde. Leur action est continuellement interconnectée, elles se complètent.

La prolactine

La prolactine joue également un rôle important dans la mise en œuvre de la fonction de procréation. Il est responsable du développement futur des glandes mammaires et de l'allaitement, de la sévérité des caractéristiques sexuelles secondaires, du dépôt de graisse dans le corps, de la maturation du corps jaune, de la croissance et du développement des organes internes, de la fonction des appendices de la peau.

L'action de la prolactine est double. D'une part, c'est lui qui est considéré comme responsable de la formation de l'instinct maternel, du comportement d'une femme enceinte et d'une jeune mère. D'autre part, un excès de prolactine conduit à la stérilité. Pendant la grossesse et l’allaitement, l’effet maximal de l’hormone lactogène est observé en association avec la somatotropine et le lactogène placentaire. Leur interaction assure la croissance et le développement complets du fœtus et la santé de la femme enceinte.

Mélanocyte stimulant

L'hormone stimulant les mélanocytes est responsable de la production de pigment dans les cellules de la peau. Ils pensent aussi que c’est lui qui est responsable de la croissance inadéquate des mélanocytes et de leur dégénérescence ultérieure en tumeurs malignes.

Hormones produites par les lobes postérieurs

Ocytocine et vasopressine

Les hormones du lobe postérieur de l'ocytocine et de la vasopressine de l'hypophyse ont des fonctions complètement différentes. La vasopressine est responsable de l'équilibre eau-sel du corps, son action est dirigée vers les néphrons rénaux. Il stimule la perméabilité de la paroi de l'eau, contrôlant ainsi la diurèse et le volume de sang en circulation. En violation de la sécrétion d'hormone antidiurétique développe une maladie aussi terrible que le diabète insipide.

L'ocytocine est importante pour les femmes enceintes et allaitantes, car elle stimule le travail et l'excrétion du lait. Mais le point d'application et l'effet de l'ocytocine chez les femmes qui allaitent et les femmes enceintes sont différents. En fin de grossesse, l'endomètre de l'utérus devient plus sensible aux effets de l'ocytocine, sa sécrétion augmente considérablement pendant cette période et continue de croître jusqu'à la naissance sous l'influence de la prolactine. Les contractions de l'utérus contribuent au progrès du fœtus vers le col de l'utérus, ce qui provoque le travail et la promotion de l'enfant par le canal utérin. Pendant la lactation, l'ocytocine est produite lorsque le bébé tète le sein, ce qui stimule la production de lait.

Il est très important pour une jeune mère d'avoir un attachement précoce du bébé au sein. Plus le bébé tentera de téter souvent et souvent, plus la lactation sera rapide chez la mère.

Hormones hypophysaires

C'est difficile à croire, mais un appendice cérébral relativement petit détermine la nature du développement et les processus vitaux les plus importants de tout l'organisme. Il est difficile de trouver un système d'organes qui ne soit pas directement ou indirectement affecté par les hormones hypophysaires. La glande endocrine la plus importante produit des substances hétérogènes dans le spectre d'action. Différents départements (zones ou lobes) de l'hypophyse produisent différentes hormones.

Structure hypophysaire

Différentes approches déterminent la composition suivante de l'hypophyse:

  • le lobe postérieur, constitué de cellules du tissu nerveux;
  • le lobe antérieur à la base duquel se trouvent les cellules glandulaires;
  • partie intermédiaire.

La partie arrière agit comme une sorte de chambre ou de réservoir, qui n’est pas non plus privé de la fonction de production de ses propres hormones. C'est ici que s'accumulent les hormones produites par l'hypothalamus qui, le cas échéant, seront envoyées au corps. Les hormones hypophysaires sont produites dans la partie glandulaire antérieure. La fonction endocrine d'une glande pesant seulement 0,5 gramme affecte directement le fonctionnement de pratiquement tous les organes et systèmes.

Hormones de la partie antérieure de l'hypophyse

Les substances actives de l'adénohypophyse (parties antérieure et intermédiaire) sont réglementaires. En d'autres termes, ils régulent l'activité de la plupart des autres glandes périphériques du système endocrinien.

L’hormone adrénocorticotrope stimule presque indépendamment le travail du cortex surrénalien. C'est l'ACTH qui active les mécanismes de résistance naturelle aux facteurs de stress, stimulant la synthèse des glucocorticoïdes dans les glandes surrénales. L'ACTH stimule également la prolifération de la couche productive des glandes surrénales, provoquant son hyperfonctionnement. Entre autres choses, il affecte directement la pigmentation de la peau, provoquant la production de pigment mélanique.

Hormones gonadotropes

La lutéinisation (LH), ainsi que les hormones folliculostimulantes (FSH) «responsables» de l'état du système reproducteur du corps. La LH régule l'évolution de l'ovulation et de la production d'œstrogènes chez les femmes (chez les hommes, androgènes). La FSH est directement liée à la production de sperme chez les hommes et à la maturation des follicules dans les ovaires chez les femmes.

La thyréostimuline (TSH) est le principal régulateur de l'activité de la glande thyroïde, qui produit les hormones thyroxine et triiodothyronine. Il est prouvé que TSH a un rapport direct avec la nature de la thyroïde et détermine également la taille du corps. Lorsque le dysfonctionnement hypophysaire chez l'homme, il existe un trouble de la glande thyroïde et une surabondance ou un manque de ses hormones. En outre, la TSH régule la production de phospholipides et de nucléotides, qui font partie intégrante du métabolisme approprié.

L'hormone de croissance (STG) est impliquée dans la régulation de la croissance de l'organisme, ainsi que dans la production de composés protéiques. La somatotroprine est également impliquée dans la production de glucose et la dégradation des lipides (graisses). «Responsable» du niveau de développement physique d'une personne, la STG remplit sa fonction indirectement par le foie, ainsi que par la fourche, en régulant la nature de leurs activités.

Les manuels de biologie des classes élémentaires de pathologie - gigantisme et nanisme - sont le résultat du dysfonctionnement de l’activité de l’hypophyse. Une surabondance de somatotropine chez les enfants et les adolescents entraîne une croissance intensive des os tubulaires et une augmentation proportionnelle de la croissance de l'organisme. Chez les adultes, le gigantisme peut se manifester par une augmentation disproportionnée de la taille d'un organe particulier. Les mécanismes d'occurrence d'une telle maladie ne sont pas complètement révélés. Cependant, la cause de la pathologie peut être l’hérédité, ainsi qu’une tumeur bénigne de l’hypophyse.

Dans le cas du nanisme (nanisme), le corps en phase de croissance intensive ressent une carence en somatotrophine. La raison de la pathologie est le sous-développement de l'appendice cérébral ou la violation de la nature de son travail.

La prolactine

Il est directement impliqué dans la production de lait chez l'homme et les mammifères. Si l'hypophyse produit une quantité insuffisante d'hormone, des troubles menstruels et des troubles de la fonction sexuelle sont observés. Prolactin effectue une liste de fonctions et de tâches importantes:

  • stimulation et régulation des processus métaboliques;
  • régulation de la transition du colostrum au lait maternel chez la femme;
  • croissance de la prostate chez les hommes;
  • la réalisation de l'instinct de survie de la progéniture;
  • la formation de caractéristiques sexuelles secondaires des filles;
  • stimuler la croissance des glandes mammaires, ainsi que la production de lait maternel.

Hormones du lobe moyen

La mélanotrophine est produite dans une partie centrale relativement petite de l'appendice cérébral. Celle-ci (vraisemblablement) forme la mémoire et (est établie) participe à la pigmentation épithéliale.

Retour des hormones

Dans une sorte de chambre de réservoir, l'ocytocine et la vasopressine sont accumulées et envoyées au corps: les hormones de l'hypothalamus. La vasopressine régule le système urinaire, en particulier les reins. Dans le même temps, cette hormone a un effet stimulant sur les muscles lisses. L'ocytocine régule l'état et la contractilité de l'utérus, stimule la production de prolactine et de colostrum chez les filles.

Vous Pouvez, Comme Pro Hormones