Un kyste thyroïdien est une tumeur bénigne localisée dans les tissus de la glande la plus grande et la plus importante du système endocrinien. La tumeur a une taille relativement petite et contient un contenu colloïdal.

De nombreux endocrinologues identifient des concepts tels que kyste, adénome et nodules, car il n’existe aujourd’hui aucune frontière claire permettant de les distinguer. Et ceci malgré le fait que ces tumeurs ont une structure différente. Ainsi, les kystes sont appelés formations qui atteignent 15 millimètres ou plus de diamètre. Si leurs tailles sont plus petites, ils parlent alors de l'expansion du follicule thyroïdien.

L'adénome est une tumeur bénigne de la glande thyroïde, formée à partir des tissus épithéliaux de la glande. Un nœud est un néoplasme, à l'intérieur duquel se trouve une capsule fibreuse dense. Le kyste de la glande thyroïde se développe le plus souvent chez la femme, et ceci, en règle générale, dans le contexte d'autres pathologies endocriniennes. Dans ce cas, la tumeur est maligne extrêmement rare, le pronostic de récupération est donc plutôt favorable.

Classification

De nombreux patients confondent des concepts tels que kyste et nœud dans la région de la glande thyroïde. Ce sont des choses complètement différentes, qui diffèrent par leur structure et leurs conséquences possibles. Ainsi, en présence de nœuds dans la glande thyroïde, le risque qu’ils se transforment en une forme maligne est de 20%. Le kyste n'est malin que dans 7% des cas et uniquement en cas d'absence prolongée de traitement.

En pratique endocrinologique, les kystes thyroïdiens sont divisés en:

  1. Colloïde Dans sa structure, un tel néoplasme peut représenter un nodule colloïdal de petite taille. Au début, le processus pathologique est asymptomatique, mais dès que le diamètre atteint 10 mm, la formation de tumeur se manifeste progressivement. La personne commence à se plaindre de difficultés à avaler, exprimées par la douleur et l'inconfort. En grandissant, le kyste commence à exercer une pression sur les organes adjacents. Le signe principal d'un kyste colloïdal est le développement d'une thyrotoxicose. Il s'agit d'une affection dans laquelle le niveau d'hormones thyroïdiennes (T3, T4) augmente et qui s'accompagne de sautes d'humeur brutales, de bouffées de chaleur, de vertiges, d'instabilité pondérale, etc.
  2. Folliculaire. Un néoplasme, caractérisé par une structure plutôt dense, peut apparaître à droite, à gauche ou des deux côtés de la glande thyroïde, ainsi que dans la région de son isthme. Une tumeur est facilement détectée par la palpation, même si elle a atteint une taille ne dépassant pas 3 mm de diamètre. Au fur et à mesure que le kyste grossit, il commence à exercer une pression sur la nuque, provoquant inconfort et douleur au patient.
  3. Multiple. Un grand nombre de kystes ne constitue pas un diagnostic séparé - il ne s'agit que d'une conclusion possible du médecin, basée sur les données obtenues au cours d'études instrumentales. En particulier, lors de l'échographie. Les kystes multiples sont l’un des principaux signes de l’apparition de processus pathologiques dans les tissus de la glande thyroïde. Une des raisons de cette anomalie est considérée comme une carence en iode dans le corps humain.
  4. Malin ou cancéreux. Comparés aux adénocarcinomes, ces kystes sont rares. De tels néoplasmes sont plutôt difficiles à diagnostiquer, il est donc également nécessaire d'effectuer une biopsie de tissu avec leur examen de laboratoire supplémentaire.

La difficulté à diagnostiquer un kyste thyroïdien réside dans le fait que la maladie au stade initial de développement ne se manifeste pratiquement pas. S'il y a des symptômes désagréables sous la forme d'une élasticité suspecte ou d'une légère douleur dans la zone de la tumeur, le patient les ignore simplement.

De plus, un kyste peut disparaître de temps en temps, puis réapparaître. Cela entraîne également des difficultés pour établir un diagnostic précis.

Les causes

Il est très important de connaître les raisons pour lesquelles un kyste est formé. Cela aidera à prendre des mesures opportunes pour empêcher son développement.

La glande thyroïde humaine a une structure assez spécifique. Il se compose de 30 millions de follicules remplis de contenu colloïdal (acini et vésicules). Le colloïde est une substance protéique spéciale semblable à un gel (liquide), constituée de protohormones. En violation de l'équilibre hormonal et de la sortie des cellules colloïdales, une augmentation de la taille des follicules se produit. En conséquence, les kystes sont formés, et souvent au pluriel. Une surcharge physique banale, au cours de laquelle un dépassement des unités principales d'hormone thyroïdienne, la tri- et la tétraiodothyronine (thyroxine), peut provoquer le développement du processus pathologique.

Les principales raisons de la formation de kystes dans la glande thyroïde sont les suivantes:

  • stress, troubles psycho-émotionnels;
  • période de récupération après une maladie grave;
  • des brûlures;
  • sur-refroidissement ou surchauffe;
  • hyperactivité de la thyroïde;
  • production incontrôlée d'hormones thyroïdiennes hypophysaires.

Avec l'augmentation de la concentration de composés hormonaux, le tissu glandulaire devient moins élastique. Des cavités commencent à s'y former, qui sont ensuite remplies de cellules fluides et détruites. C’est ainsi que se forment plusieurs kystes.

Outre les causes de pathologie susmentionnées, certains facteurs peuvent accélérer son développement. Ceux-ci comprennent:

  • carence en iode;
  • développement de la thyroïdite;
  • intoxication du corps;
  • exposition à des substances nocives (poisons, toxines, produits chimiques);
  • échec hormonal;
  • mauvaises conditions environnementales;
  • dommages mécaniques au tissu thyroïdien;
  • malformations congénitales de la glande;
  • prédisposition héréditaire.

La cause la plus fréquente de la formation de kystes est l'hyperplasie des tissus de la glande thyroïde, accompagnée d'une dystrophie des follicules. Ce processus pathologique est souvent dû à un choc ou à une blessure.

Symptômes de kyste thyroïdien

Si le kyste est petit et que sa taille ne dépasse pas 3 mm de diamètre, la personne peut ne pas remarquer de manifestations inquiétantes indiquant sa présence. Par conséquent, il n’est pas surprenant que de nombreux patients se renseignent déjà sur le diagnostic lors d’un rendez-vous avec un endocrinologue. Au fur et à mesure que le kyste grossit, ses symptômes deviennent plus prononcés. Une des premières manifestations du kyste thyroïdien est une sensation de bosse dans la gorge.

Identifier la tumeur est également possible avec la palpation. Le kyste se sent facilement sous la peau, il est donc tout à fait possible de le détecter par vous-même.

Les autres symptômes du processus pathologique incluent:

  • difficulté à respirer à cause de la pression du kyste sur la trachée;
  • douleur dans la région de la tumeur, pouvant donner à la mâchoire inférieure ou à l'oreille;
  • inconfort ou douleur en avalant des aliments;
  • changement de la voix (est moins fréquent, et seulement dans le cas où un kyste agrandi serre des fibres nerveuses spécifiques).

La maladie se développe en 3 étapes:

  1. Au premier stade, la formation d'une tumeur bénigne se produit, ce qui se produit de manière latente. Dans ce cas, il est possible de détecter un kyste lors d'un bilan de routine avec un endocrinologue ou un thérapeute.
  2. La deuxième étape - la phase de croissance - est caractérisée par l’accumulation progressive de liquide dans la cavité du kyste. En augmentant en taille, la tumeur commence à provoquer une gêne et à l'apparition d'autres symptômes caractéristiques. À ce stade, le médecin peut déjà déterminer visuellement la présence d'un kyste, mais plusieurs études cliniques sont nécessaires pour confirmer le diagnostic.
  3. La troisième étape est accompagnée d'une résorption indépendante du néoplasme. Mais cela ne peut se produire que dans des conditions de fonctionnement normal du système immunitaire. Après la disparition du kyste, une cicatrice se forme à sa place, ce qui ne constitue pas un danger pour la santé du patient.

Si le kyste est malin, le risque de dégénérescence en tumeur cancéreuse est élevé. De tels néoplasmes sont denses au toucher et prédisposés à une croissance rapide et incontrôlée. En raison de la croissance rapide du kyste, des modifications du timbre de la voix se produisent, il devient pincé, sourd, enroué.

Lorsqu'un kyste est formé, la fonction de la glande thyroïde est perturbée, ce qui entraîne une défaillance de sa fonction productrice d'hormones. Les patients se plaignent de fatigue, de baisse de performance. La perte de poids accompagne également ce processus pathologique. Avec de tels symptômes, vous devriez immédiatement consulter un médecin pour écarter la possibilité ou déterminer à temps la nature maligne du kyste. Si le processus pathologique est accompagné de complications, la microflore pathogène commence à se multiplier dans les tissus du néoplasme. En conséquence, la formation d'ulcères et le développement du processus inflammatoire.

Reconnaître l’apparition d’une infection bactérienne par la présence des symptômes suivants:

  • douleur intense dans la partie du cou où se trouve le kyste thyroïdien;
  • gonflement des tissus cervicaux;
  • augmenter la température corporelle.

Une autre caractéristique est l’adénopathie, une hypertrophie des ganglions lymphatiques du cou.

A quoi ressemble un kyste, plus de détails sur la photo:

Des complications

Malgré sa nature bénigne, le kyste est lourd de conséquences graves. Le plus souvent, un processus pathologique non traité conduit à la suppuration ou au développement d'une inflammation dans les cellules du néoplasme.

Ces anomalies sont accompagnées de:

  • augmentation de la température corporelle à 39-40 ° C;
  • intoxication prononcée du corps;
  • augmentation des ganglions lymphatiques régionaux;
  • douleur intense au site de localisation du kyste.

La grande taille du kyste fait qu’il commence à exercer une pression sur les tissus des organes adjacents et des vaisseaux sanguins adjacents. Il est extrêmement rare qu'une tumeur soit maligne, c'est-à-dire qu'elle dégénère en une tumeur cancéreuse.

Diagnostics

Un spécialiste compétent peut détecter un kyste même lors de l'examen initial par palpation. Cependant, pour clarifier le diagnostic et déterminer la nature du néoplasme, il est nécessaire de procéder à des procédures de diagnostic supplémentaires:

  1. Échographie. Cette étude aide à déterminer la structure du kyste, à évaluer son apport en sang et la quantité de liquide concentrée dans les cellules du néoplasme.
  2. L'IRM, l'une des méthodes de diagnostic les plus instructives, permet de déterminer l'emplacement exact du kyste, le degré de lésion thyroïdienne et la nature du néoplasme.
  3. Les biopsies sont importantes pour établir le type de cellules qui forment le kyste.
  4. Scintigraphie La manipulation est nécessaire pour évaluer l'activité fonctionnelle des tissus d'un néoplasme pathologique.
  5. Analyse du sang veineux pour la thyrotropine. La TSH, ou hormone stimulant la thyroïde, est l'une des unités hormonales les plus importantes de la glande thyroïde. La concentration de la substance dans le sang peut être jugée sur le travail de la glande thyroïde.
  6. Une pneumographie est nécessaire pour déterminer la présence de métastases dans la région des autres organes.

Afin d'évaluer l'état des organes du système respiratoire, une laryngoscopie et une bronchoscopie peuvent également être effectuées. Une fois tous les trois mois, des analyses de sang cliniques peuvent être effectuées pour déterminer la teneur en hormones hypophysaires responsables du fonctionnement de la glande thyroïde.

Comment traiter un kyste?

Si le kyste est bénin, il ne sera pas difficile de le guérir. Pour ce faire, effectuez souvent son drainage par ponction. Après avoir vidé le néoplasme, des substances sclérosantes spéciales sont introduites dans sa cavité, ce qui provoque le dessèchement de son environnement et empêche également la récurrence de la pathologie.

De plus, une approche thérapeutique intégrée est importante. Il consiste à:

  • prescrire des médicaments qui contrôlent et régulent le niveau d'hormones produites par la glande thyroïde;
  • l'utilisation de fonds qui soulagent l'inflammation et normalisent le processus métabolique;
  • l'utilisation de médicaments anti-œdème et de médicaments améliorant la circulation sanguine;
  • traitement antibiotique en cas d’infection bactérienne.

De plus, des médicaments contenant de l'iode sont prescrits au patient. En règle générale, sous la forme de complexes de vitamines. En même temps, une échographie prophylactique est nécessairement réalisée une fois tous les 3 mois et une fois tous les 2 mois, une analyse sanguine est effectuée pour déterminer le niveau de TSH. Si l’étude révèle des écarts par rapport à la norme de l’hormone stimulante de la thyroïde, le médecin ajustera la dose des médicaments prescrits.

Une intervention chirurgicale est indiquée en cas de kyste important, de pression sur les organes et vaisseaux sanguins adjacents ou de récidives fréquentes du processus pathologique. Cela ne signifie pas que vous devez retirer complètement la glande - seule la partie où se trouve la tumeur est excisée.

Si une formation ressemblant à une tumeur est constatée dans les deux lobes thyroïdiens, une strumectomie est effectuée, ce qui est une technique assez compliquée, mais il s'agit d'une procédure plus bénigne. Le retrait complet de la glande n'est indiqué que s'il existe un risque ou la mise en place d'un cancer du kyste.

Remèdes populaires

Parallèlement au traitement conservateur du kyste thyroïdien, des recettes de médecine alternative peuvent également être utilisées. En tant que remèdes indépendants, ils ne conviennent pas, mais pour un traitement complexe, ils conviendront parfaitement. Vous trouverez ci-dessous les recettes les plus efficaces et les plus utiles.

  1. Mélange betterave-miel. Les betteraves fraîches râpent sur une râpe fine et mélangent dans des proportions égales avec du miel naturel. Bien mélanger et mettre sur une feuille de chou. Fixez-le à l'endroit où se trouve le kyste et corrigez-le. La compresse doit être laissée plusieurs heures ou toute la nuit. La durée du traitement dépend de l'efficacité des moyens appliqués.
  2. 100% d'oie de racine de potentille, hacher et verser 1 litre de vodka (ou d'alcool à usage médical) dans un thermos. Insister pendant un mois, puis filtrer. Teinture prête à prendre à raison de 50 gouttes 30 minutes avant les repas. Le cours de thérapie est 1 mois.
  3. Infusion de coquille de noix verte. Pour sa préparation, vous avez besoin de 3 cuillères à soupe. l Les matières premières versent 750 ml d’eau bouillante et exigent une heure. Appliquez-vous sur les lotions et les compresses en appliquant sur le cou la région de la glande thyroïde touchée par le kyste.
  4. Teinture de chélidoine. Hachez les feuilles fraîches ou les feuilles de chélidoine séchées et versez une cuillerée de demi-litre de vodka. Insister dans un endroit sombre pendant 10 jours, puis filtrer. Prêt signifie prendre oralement 50 ml avant les repas une fois par jour. La durée du traitement est de 3 semaines.

La bonne nutrition du patient atteint d'un kyste thyroïdien est d'une grande importance. Tous les produits doivent être d'origine végétale - cela contribuera à renforcer le système immunitaire du patient. Assurez-vous d'inclure dans le menu du jour des jus de fruits et de légumes faits maison!

Supprimer ou non?

Malgré la nature bénigne de la tumeur, elle peut parfois se comporter de manière imprévisible. Alors, c'est possible:

  • la tumeur ne se développera pas et ne causera pas de gêne, elle ne pourra donc pas être enlevée;
  • l'augmentation rapide de la taille du kyste avec toutes les conséquences qui en découlent;
  • auto-résorption de la formation de tumeurs.

Une bonne raison de faire appel à un endocrinologue est si un kyste fait saillie, entraîne une déformation de la vertèbre cervicale ou provoque d'autres complications. Dans un premier temps, le médecin observe le comportement de la tumeur, après quoi un échantillon de tissu est prélevé pour un examen cytologique plus approfondi. Si nécessaire, effectuez la vidange de la cavité du kyste du fluide la remplissant.

Dans ce cas, l'auto-traitement est interdit - des moyens inappropriés peuvent conduire à un processus inflammatoire. Prescrire un traitement devrait seulement un médecin, basé sur les résultats de la recherche.

Prévisions

Les kystes bénins sont faciles à traiter et ont un pronostic favorable pour la guérison. En outre, ils sont capables de se dissoudre d'eux-mêmes. Par conséquent, il n'est pas nécessaire de prendre des mesures - le patient n'a qu'à passer un examen périodique chez l'endocrinologue et à passer les tests nécessaires.

Plus grave est la situation lorsque la tumeur est de mauvaise qualité. Ces kystes sont capables de malignité, conduisant au développement de tumeurs cancéreuses, dont le pronostic est assez lourd.

Le traitement d'un kyste malin, commencé à un stade précoce du processus pathologique, est un succès. S'il y a des métastases dans d'autres organes, le pronostic de récupération est minime.

Méthodes de prévention

Pour réduire le risque de formation de kystes thyroïdiens, vous devez:

  • passer régulièrement des examens préventifs chez l’endocrinologue;
  • guérir complètement toute pathologie de la glande thyroïde;
  • consommez suffisamment de vitamines et de minéraux, en particulier d'iode;
  • limiter les effets des rayons ultraviolets et autres sur le corps.

Même si une personne n'a jamais eu de problèmes avec le travail de la thyroïde, l'observation préventive chez un endocrinologue ne sera jamais terminée. Il n’est pas étonnant que les médecins disent qu’il est beaucoup plus facile de prévenir toute maladie que de la guérir!

Kyste thyroïdien: qu'est-ce que c'est, quelles sont les causes, les symptômes, les types, le traitement, que les kystes dangereux

Le kyste thyroïdien - la masse abdominale dans l'une des glandes les plus importantes du corps humain, la thyroïde, est une très petite tumeur bénigne avec un contenu colloïdal à l'intérieur.

La plupart des néoplasmes sont bénins et faciles à traiter (jusqu'à 90%). La pratique médicale connaît également des cas où une tumeur a disparu sans l'intervention de médecins ou de méthodes de traitement traditionnelles. Cependant, il ne faut pas penser qu'il n'est pas nécessaire de traiter la glande thyroïde, car cela pourrait avoir des conséquences négatives.

Causes du kyste thyroïdien

La principale raison de la formation de lésions est une violation de l'écoulement de sécrétion ou du liquide colloïdal par les follicules. Cela conduit à l'accumulation de fluide à l'intérieur et à la formation de cavités. Une telle situation peut survenir sous l’influence de nombreux facteurs, car la glande thyroïde est un organe très sensible qui réagit à toute perturbation de l’homéostasie.

Une condition préalable à la formation de cavités dans la glande est la consommation excessive des principales hormones produites par la glande thyroïde - la thyroxine (T3) et la triiodothyronine (T4). Ceci est facilité par un stress psycho-émotionnel excessif, des changements excessivement prononcés de la température corporelle. Cela conduit à une violation de l'élasticité et à la formation de kystes.

Parfois, il peut y avoir plus d'un. Les facteurs qui déclenchent l'apparition de kystes sont les suivants:

  • surutilisation des hormones T3 et T4;
  • surtension;
  • stress prolongé;
  • rééducation après d'autres maux;
  • effets thermiques (la chaleur froide ou excessive augmente la production d'hormones et le travail de la glande est activé);
  • perte d'élasticité des tissus;
  • carence en iode;
  • thyroïdite (processus inflammatoire);
  • mauvaises conditions environnementales;
  • intoxication;
  • intoxication par des substances toxiques;
  • les blessures;
  • troubles congénitaux;
  • prédisposition génétique;
  • processus infectieux;
  • radiothérapie.

La présence de kystes n'affecte généralement pas la fonctionnalité de la glande. La perturbation du travail est possible avec le développement d'autres maladies. La particularité de cette maladie réside dans le fait que les kystes peuvent se développer et disparaître d'eux-mêmes sans traitement médical. Pendant des années, l'apparition de telles formations n'est pas détectée en raison de l'absence de symptômes. Parfois, un kyste est trouvé accidentellement dans le diagnostic d'autres maladies.

Ne confondez pas les kystes et les nœuds qui se produisent dans la glande thyroïde. Les nœuds ont un pronostic moins favorable: selon les statistiques, 20% des patients chez lesquels un nœud a été diagnostiqué développent des néoplasmes malins. Les cavités kystiques peuvent devenir malignes dans 7% des cas. En outre, une forte probabilité de formation d'une tumeur cancéreuse présente des cavités de plus de 4 cm de diamètre.

Kyste colloïdal de la glande thyroïde

Selon la structure structurelle du kyste peut être représenté sous la forme d'un nœud colloïdal. Au début, ils ne montrent aucun signe, mais lorsqu'ils atteignent des tailles supérieures à 10 mm, des symptômes associés à une difficulté à avaler commencent à apparaître et des effets de compression sur d'autres organes apparaissent. Des afflux et des vagues de chaleur importants, des éruptions soudaines d'irritation et de mauvaise humeur, ainsi qu'une teneur accrue en hormones dans le sang - un symptôme de la thyréotoxicose - sont des signes prononcés d'une telle pathologie de la glande thyroïde.

Kystes folliculaires

Un autre type de modification de la glande thyroïde est la formation d'un kyste folliculaire, qui a une structure très dense. Avec une croissance significative des frontières visibles dans sa formation. Les symptômes caractéristiques sont des manifestations cliniques de la pathologie. Il existe également des kystes du côté droit ou gauche de la glande thyroïde, bilatéraux ou éducatifs sur l'isthme de la glande thyroïde. Ils sont facilement diagnostiqués par la palpation, même avec des tailles d'environ trois millimètres. Sa croissance ultérieure entraîne une pression inconfortable dans la région cervicale.

Plusieurs kystes

La multiplication des kystes de la glande thyroïde est un phénomène qui peut difficilement être qualifié de diagnostic. C'est plutôt une conclusion de recherche instrumentale. Parmi eux - l'échographie. Une formation similaire est détectée par une échographie spéciale. Selon les statistiques, ceci est considéré comme l'hyperplasie pathologique initiale de la structure du tissu, la pathogenèse de la carence en sel d'iode. Il s’agit du premier signal le plus commun concernant le développement d’une pathologie de la glande thyroïde. La cause la plus fréquente de la maladie est la carence en iode.

Malin

Les kystes malins de la glande thyroïde sont également appelés cancer. Ils se rencontrent très rarement par rapport aux adénocarcinomes. Ils sont difficiles à diagnostiquer, prescrivent souvent une biopsie supplémentaire.

Les symptômes

Le problème dans le diagnostic de la maladie réside dans ses symptômes. Dans les premiers stades, personne ne donne la valeur d'une certaine élasticité et d'une légère douleur dans la zone du néoplasme.

L'une des caractéristiques du kyste thyroïdien est son parcours ondulant. Maintenant, il grandit, puis disparaît soudainement et se forme à nouveau. Lorsque le kyste atteint une taille considérable dans la glande thyroïde, le patient commence à ressentir les symptômes suivants:

  • changement de contour du cou;
  • changements dans la taille des ganglions lymphatiques;
  • sensation de coma dans la gorge;
  • maux de gorge;
  • enrouement;
  • changement de timbre;
  • La palpation sent un léger joint souple dans la région de la glande thyroïde.

Il y a beaucoup de symptômes de cette maladie, mais ils dépendent du stade de la maladie. C'est-à-dire à quel stade se trouve le kyste et quelle est sa taille. Si le patient ne s'est pas tourné vers le médecin à temps et que les nœuds ont commencé à grossir, il est fort possible que le changement soit perceptible à l'œil nu. Après tout, ce genre de renflement se distingue joliment dans le larynx.

Afin de ne pas perdre la glande thyroïde, il est nécessaire de demander l'aide d'un médecin immédiatement après l'apparition des symptômes correspondants.

  • Cou déformé
  • Essoufflement
  • Dilatation veineuse
  • Dysphagie (difficulté à avaler des aliments)
  • Enrouement
  • Douleur à la palpation
  • Ganglions lymphatiques enflés.

Selon l'emplacement du processus pathologique, il y a:

  • Kyste du lobe thyroïdien gauche;
  • Kystes d'isthme;
  • Le kyste du lobe droit de la glande.

Kyste du lobe gauche de la glande thyroïde

Le lobe gauche de la glande thyroïde - le lobus sinistre peut normalement avoir une taille légèrement inférieure, par rapport au droit, en raison de la structure anatomique de la glande. Les kystes peuvent se développer sur les deux lobes ou être unilatéraux, par exemple du côté gauche. Un kyste du lobe gauche de la thyroïde de moins de 1 centimètre est généralement soumis à une observation dynamique et ne nécessite aucun traitement conservateur, et encore moins un traitement chirurgical.

Au cours de l'examen de palpation, le médecin du lobe gauche sonde une formation indolore, indolore et dure qui se déplace pendant la déglutition en même temps que la peau. À des fins de diagnostic, la ponction du kyste est effectuée. Si le contenu d'un kyste est sanglant ou brun foncé, cela signifie qu'il existe depuis longtemps.

Kyste dans le lobe droit

Cette pathologie est assez fréquente. Cela est peut-être dû au fait que le lobe droit est légèrement plus grand que le gauche. Une telle structure est posée physiologiquement. Le kyste du lobe droit de la glande thyroïde a dans la plupart des cas un caractère bénin. À la taille pathologique, il augmente extrêmement rarement.

Si l’éducation n’est pas détectée à temps, elle peut atteindre 4 à 6 mm. Le patient dans ce cas ressent les signes suivants:

  • contraction désagréable dans le cou;
  • difficulté à respirer, déglutition;
  • une masse constante dans le larynx.

Kyste sur l'isthme de la glande thyroïde

L'isthme est un «coussin» transversal, lisse et dense qui relie les lobes droit et gauche de la glande au niveau du cartilage trachéal. Tout épaississement, tout agrandissement ou tout compactage atypique de l'isthme devrait être la raison de l'examen par l'endocrinologue pour identifier une pathologie possible, car c'est cette zone qui est la plus dangereuse en termes de cancer (processus oncologique).

Qu'est-ce qu'un kyste dangereux dans la glande thyroïde?

Le plus souvent, un kyste thyroïdien est diagnostiqué chez les femmes. Qu'est-ce que c'est, nous l'avons découvert, mais la maladie est-elle dangereuse? Un traitement opportun et correct apporte toujours un élan positif. Le danger est la cause initiale, qui est devenue la source du développement du néoplasme. Elle peut trouver un spécialiste qualifié en utilisant des méthodes d'examen modernes.

Les kystes thyroïdiens peuvent être sujets à l'inflammation et à la suppuration. Cela provoque une douleur vive au cou, de la fièvre, des symptômes d'intoxication, une augmentation et une inflammation des ganglions lymphatiques régionaux.

Les causes suivantes sont dangereuses:

  • thyroïdite;
  • hyperplasie des glandes;
  • les infections;
  • processus pathologiques dystrophiques dans les follicules.

Sur la base de cette étude, le médecin déterminera si le kyste est capable de provoquer un processus inflammatoire ou de se purifier. Ainsi, conclut-il, une tumeur dangereuse ou non.

Il convient de noter que dans la plupart des cas, un kyste n'est pas facile à ne pas causer d'angoisse à une personne, mais il peut simplement disparaître. Ceci ne s'applique qu'aux petites formations qui ne sont pas susceptibles d'augmenter.

Sinon, aucun traitement n'est nécessaire. Et plus tôt il commencera, plus il y aura de pathologie. Avec un traitement rapide, le kyste «partira» sans laisser de trace. Cette tumeur est facilement traitable.

Diagnostics

Le kyste de la glande thyroïde est le domaine d'activité de l'endocrinologue. La définition de la pathologie et un diagnostic précis reposent toujours sur les résultats d’une étude de diagnostic. L'examen initial comprend la collecte des plaintes du patient, la palpation de la glande thyroïde. Une inspection des ganglions lymphatiques est également effectuée, leur permettant de déterminer leur taille et leur sensibilité.

Cependant, pour obtenir des informations précises, appliquez la recherche:

  1. Pour déterminer le type, le volume et la structure, une échographie est attribuée.
  2. Pour savoir quelles cellules forment un kyste, appliquez une biopsie à l'aiguille fine.
  3. Pour déterminer la malignité possible de la tumeur, utilisez une pneumographie.
  4. Lorsqu'un patient se plaint de problèmes de gorge, il a également recours à la laryngoscopie pour étudier le larynx et à la bronchoscopie de la trachée.
  5. Les tests d'hormones dans le sang, l'imagerie par résonance magnétique et la scintigraphie sont effectués séparément.

Pour un travail ultérieur avec les kystes de la glande thyroïde, une ponction est prise.

Comment traiter un kyste thyroïdien

Le traitement des kystes peut être différent, en fonction de leur nature et de leur type. Les petites cavités ne nécessitent pas de chirurgie. Le traitement dans de tels cas est effectué avec des médicaments. Un examen médical régulier est également requis, ce qui permet de surveiller les modifications de la taille de la formation, de son contenu et de l’état des murs.

Les petits kystes qui n'interfèrent pas avec le travail de la glande thyroïde peuvent être arrêtés à l'aide de préparations d'hormones thyroïdiennes. Cependant, de nombreux médecins essaient aujourd'hui d'éviter de tels rendez-vous et tentent de contrôler le kyste avec un régime contenant de l'iode, des préparations d'iode. Presque tous les kystes ont une forme bénigne et un pronostic favorable, mais nécessitent une échographie périodique.

Réviser le régime, maintenir un régime spécial et augmenter la quantité d'iode consommée sont considérés comme des précautions obligatoires. Si la consolidation kystique dépasse 1 cm, les médecins vous prescriront une ponction et une introduction ultérieure dans la cavité du lobe gauche du sclérosant.

La sclérose du kyste thyroïdien contribue à l'adhérence des parois de la formation et ralentit sa croissance. Cependant, si après la reprise du kyste, les spécialistes désignent immédiatement un retrait chirurgical.

Après la guérison d'un kyste thyroïdien, il est nécessaire d'effectuer une échographie de contrôle une fois par an.

Opération

Le retrait d'un kyste thyroïdien à l'aide d'une intervention chirurgicale est utilisé pour sa grande taille, par exemple, lorsqu'il rend la respiration difficile et l'ingestion d'aliments ou pour un effet cosmétique. Notez qu'il existe des cas où le retrait d'un kyste de la glande thyroïde est effectué pour des raisons de santé, par exemple l'évolution maligne de cette maladie.

Certaines indications doivent être identifiées pour un traitement chirurgical:

  • Kystes de grande taille.
  • Syndrome se contractant sur les organes voisins et les vaisseaux sanguins dans le cou.
  • L’apparition fréquente de récidives rapides, qui survient après la procédure de ponction.
  • Tumeur maligne.

Si les indications sont là, il est nécessaire de retirer le lobe d'organe (hémistrumectomie).

Seul un endocrinologue peut déterminer si un kyste doit être retiré. À ce jour, les médecins progressistes ont commencé à abandonner les opérations totales auparavant populaires pour les kystes, les adénomes ou les nœuds ShZh.

Le pronostic de la croissance ultérieure d'un néoplasme dépend directement des résultats de l'analyse histologique réalisée. Habituellement, l'utilisation de drogues dans de tels cas n'est pas requise. Il suffit de suivre un régime limité avec l'inclusion des produits suivants:

  • Des fruits de mer;
  • Plats contenant de l'iode.

Méthodes traditionnelles de traitement

Les kystes thyroïdiens sont traités à l'aide de remèdes populaires. Mais avant de les appliquer, il est conseillé de faire appel à un médecin.

Traitement des remèdes populaires comprend les recettes suivantes:

  1. Les feuilles de noix vertes doivent être insistées sur l'alcool. Un verre de matière première - 500 ml d'alcool. Moyens est maintenu deux semaines. Trois fois par jour devrait être pris 5 gouttes. La consommation dure un mois.
  2. Attachez une écorce de chêne pendant quelques heures à un cou douloureux pendant qu'elle est fraîche.
  3. La teinture zamanihi est un mélange de 20 gouttes et de 100 ml d’eau bouillie et refroidie ordinaire. À utiliser deux fois par jour, un cours - 30 jours. Zamaniha est célèbre pour ses effets immunomodulateurs, il est capable d'activer le ton, de donner de l'énergie.
  4. Les compresses de guérison à base de miel et de betterave marchent bien. Les betteraves sont râpées (de préférence aussi petites que possible) et mélangées avec du miel dans un rapport d'environ 1/1. La bouillie qui en résulte doit être déposée sur une feuille de chou frais et fixée à la gorge pendant la nuit.
  5. Il existe également un certain nombre de recettes de jus qui devraient aider à faire face à cette maladie. Tout d’abord, il s’agit des jus de légumes. Vous pouvez prendre le jus de pommes de terre, de concombres ou de betteraves. La condition principale: les légumes doivent être frais et non traités avec des substances nocives.

Méthodes de prévention

Pour réduire le risque de pathologie peut être, en adhérant à certaines règles:

  1. La prévention comprend avant tout un examen régulier par un endocrinologue. Il aide à diagnostiquer l'apparition d'un kyste à ses débuts, sa récurrence. L'inspection est effectuée à des intervalles de 1 fois par an en l'absence d'infractions antérieures.
  2. Détecter et traiter rapidement les maladies de la thyroïde.
  3. De plus, les mesures préventives comprennent l’enrichissement de l’alimentation en complexes de vitamines et de minéraux, notamment d’iode.
  4. Pour prévenir les troubles de la glande thyroïde, limitez l'exposition à la lumière directe du soleil et à toute autre exposition aux radiations.

Des visites périodiques chez l’endocrinologue sont indispensables pour diagnostiquer rapidement et traiter correctement un kyste de la glande thyroïde.

Noeuds thyroïdiens et kystes

Les ganglions thyroïdiens sont des formations focales de la glande thyroïde de toute taille, comportant une capsule, déterminées par palpation ou par imagerie. Kystes thyroïdiens - formations nodulaires de la glande thyroïde avec une cavité remplie de liquide. Les nœuds et les kystes de la glande thyroïde peuvent durer longtemps, sans aucun symptôme, puis divers désagréments dans la gorge apparaissent et le nœud devient perceptible lorsque vous regardez le cou. Les sites hormonaux actifs de la glande thyroïde entraînent le développement d'une hyperthyroïdie. L'algorithme de diagnostic des nœuds ou kystes suspectés comprend l'imagerie par ultrasons de la glande thyroïde, la biopsie par ponction de la formation et les études hormonales.

Noeuds thyroïdiens et kystes

Les ganglions thyroïdiens sont des formations focales de la glande thyroïde de toute taille, comportant une capsule, déterminées par palpation ou par imagerie. Kystes thyroïdiens - formations nodulaires de la glande thyroïde avec une cavité remplie de liquide. Les glandes thyroïdiennes et les kystes peuvent être asymptomatiques pendant longtemps, avec une augmentation de leur taille, ils provoquent un syndrome de compression des structures adjacentes du cou: perturbation de la glande thyroïde, asphyxie, enrouement, déglutition perturbée, mal de gorge, sensations douloureuses. Les complications les plus dangereuses des kystes sont l'inflammation et la suppuration, des nœuds - dégénérescence maligne.

10% de la population mondiale a diverses formations focales de la glande thyroïde. Des formations nodulaires de formes morphologiques variées peuvent se développer dans la glande thyroïde, alors que la plupart d'entre elles sont de nature bénigne (goitre colloïdal nodulaire, adénome thyroïdien, kyste thyroïdien).

Les nœuds sont la pathologie la plus courante de la glande thyroïde, 4 à 8 fois plus fréquente chez la femme. La fréquence et le nombre de nœuds dans la glande thyroïde augmentent avec l'âge. La formation de nœuds dans la glande thyroïde est la prédisposition héréditaire à leur développement, une carence en iode dans les aliments et l’eau, des effets toxiques sur la glande des vernis et des peintures, des solvants, de l’essence, des phénols, du plomb, de la radiothérapie et de la radiothérapie.

Les nœuds dans la glande thyroïde peuvent être simples (solitaires) et multiples; toxique autonome (hormones produisant excessivement) ou calme, non toxique. Il existe des nœuds bénins et malins de la glande thyroïde. Les kystes constituent de 3 à 5% de toutes les formations de la glande thyroïde.

Macroscopiquement, la glande thyroïde est constituée de pseudo-lobes, formés de follicules (vésicules, acini) et entourés d'un réseau capillaire. À l'intérieur des follicules sont tapissées de cellules thyroïdiennes et remplies d'une substance protéique - un colloïde contenant les protohormones de la glande thyroïde. La violation de l'écoulement du contenu du follicule entraîne l'accumulation de liquide en excès et une augmentation de sa taille, c'est-à-dire la formation d'un kyste thyroïdien.

Les kystes thyroïdiens peuvent être formés à la suite de microchromosomes, de dystrophie ou d'hyperplasie des follicules glandulaires. En règle générale, les kystes thyroïdiens n'affectent pas sa fonction; un dysfonctionnement survient lorsque le kyste se développe dans le contexte d'autres maladies de la thyroïde. L'évolution d'un kyste est principalement bénigne, un kyste malin extrêmement rare de la glande thyroïde, atteignant généralement une taille importante. Cliniquement, les kystes de la glande thyroïde se comportent différemment: ils sont parfois observés au fil des années sans dynamique négative, parfois ils grossissent rapidement ou disparaissent spontanément.

Stades de développement des nodules thyroïdiens

Les processus de développement des ganglions thyroïdiens se distinguent par leur phasage séquentiel, déterminé par le degré d'échogénicité de ces ultrasons:

  • noeud homogène iséchoïque. La densité du contenu interne du noeud correspond aux tissus environnants de la glande thyroïde. Au stade de l'inéchogénicité, il y a augmentation de la circulation sanguine et expansion du réseau de vaisseaux entourant le noeud.
  • noeud hétérogène isoéchogène:
  1. avec des modifications mineures des tissus
  2. avec des changements marqués dans les tissus
  3. avec inclusions hypoéchogènes (zones de dégénérescence kystique)

Des noeuds hétérogènes isoéchogènes se forment lorsque les cellules thyroïdiennes et les follicules s’épuisent et meurent.

  • noeud hypo - ou anéchoïque. Elle se caractérise par la destruction complète du tissu du noeud, le remplissage de la cavité avec du liquide et des cellules détruites, ce qui entraîne la formation d'un kyste de la glande thyroïde.
  • le stade de résorption du contenu du kyste de la glande thyroïde;
  • stade de cicatrisation du kyste de la glande thyroïde.

Le processus de transformation en phase des nodules thyroïdiens est long; sa vitesse dépend de la taille du site, du travail du système immunitaire, de l'état des mécanismes compensatoires et adaptatifs de la thyroïde et de la glande et de l'organisme dans son ensemble. Pour accélérer le processus de cicatrisation, le kyste de la glande thyroïde a parfois recours à sa sclérotisation.

Symptômes de nodules thyroïdiens

Les ganglions thyroïdiens et les kystes se développent pendant longtemps de manière asymptomatique, sans provoquer de sensations subjectives chez les patients. Ils sont généralement indolores et petits, ne causent pas de pression ou d'inconfort dans le cou. Les petits nœuds et les kystes de la glande thyroïde sont souvent détectés lors d'un examen de routine ou d'un examen pour d'autres maladies. Palpables, ils sont définis comme des nodules lisses et densément élastiques, faciles à sentir sous la peau. Par rapport aux nœuds, le reste du tissu thyroïdien a une consistance normale.

L'approche indépendante du patient vis-à-vis de l'endocrinologue s'explique généralement par le moment où le nœud devient visible à l'œil nu et déforme le cou. À ce stade, la taille du nœud ou du kyste de la glande thyroïde dépasse déjà 3 cm de diamètre et ne peut pas être traitée de manière conservatrice. Alors que la taille de la formation nodulaire et la compression des structures du cou anatomiquement proches augmentent, des troubles caractéristiques apparaissent: sensation de "nodule" et de mal de gorge, trouble des fonctions de déglutition et de respiration, enrouement ou perte de voix, douleur à la nuque. Les kystes thyroïdiens de grande taille peuvent comprimer les vaisseaux sanguins. Avec les nodules malins, les ganglions lymphatiques cervicaux sont élargis.

Les sites toxiques autonomes en raison de leur hyperactivité conduisent au développement de l'hyperthyroïdie et de ses symptômes: tachycardie, palpitations, bouffées de chaleur dans le corps, agitation, labilité émotionnelle, exophtalmie. Un seul noeud (solitaire), situé dans le tissu thyroïdien normal, est plus suspect d'une tumeur maligne que l'un des multiples noeuds, servant souvent de manifestation d'un goitre nodulaire diffus. Les ganglions malins sont caractérisés par une croissance rapide, ont une texture solide, souvent accompagnée d'une augmentation des ganglions lymphatiques cervicaux. Cependant, au début, il est très difficile de reconnaître la bonne qualité du noeud par des signes extérieurs.

Complications des kystes et des nodules thyroïdiens

Les kystes thyroïdiens peuvent être sujets à l'inflammation et à la suppuration. Cela provoque une douleur vive au cou, de la fièvre, des symptômes d'intoxication, une augmentation et une inflammation des ganglions lymphatiques régionaux. Les nodules et les kystes thyroïdiens de grande taille peuvent exercer une pression sur les organes et vaisseaux du cou situés à proximité. Les nodules thyroïdiens peuvent dégénérer en tumeurs malignes.

Diagnostic des nodules thyroïdiens

Avec la détermination par palpation de la formation nodulaire de la glande thyroïde, son diagnostic différentiel est poursuivi. Lors de l'examen échographique de la glande thyroïde, la présence de la formation est confirmée, sa taille et sa structure (goitre, adénome, kyste thyroïdien, etc.) sont déterminées. Pour déterminer la structure cyto-morphologique du nœud (bénigne ou maligne), une biopsie de ponction à l'aiguille fine est réalisée. Au cours de l'étude, la composition cellulaire du nœud est prise avec une aiguille et une seringue et envoyée pour un examen cyto-histologique.

En utilisant la méthode de ponction, vous pouvez également obtenir le contenu d'un kyste de la glande thyroïde. En règle générale, le contenu d'un kyste (à évolution bénigne ou maligne) est hémorragique, de couleur brun rougeâtre, contient du sang ancien et détruit les éléments cellulaires de la glande thyroïde. Les kystes congénitaux de la glande thyroïde contiennent un liquide transparent légèrement jaunâtre. Quand un abcès de la glande thyroïde survient pendant la ponction, du pus est obtenu.

À l'aide d'une biopsie à l'aiguille fine d'un kyste de la glande thyroïde, il est possible non seulement d'obtenir du matériel de recherche et de déterminer les signes de suppuration ou de malignité de la masse abdominale, mais également de réaliser une aspiration complète du liquide accumulé, ainsi que d'introduire des médicaments sclérosants. Après la vidange, environ la moitié des kystes de la thyroïde disparaissent et cessent d’accumuler du contenu.

Afin d'évaluer le dysfonctionnement de la glande thyroïde, le niveau d'hormones thyroïdiennes (TSH, T4, T3) est déterminé. Lorsque la scintigraphie scanne la glande thyroïde avec de l'iode I-123, des isotopes radioactifs I-131 ou du technétium Tc-99, la nature du site, son activité hormonale et l'état du tissu thyroïdien environnant sont déterminés.

Selon la capacité d'accumulation d'iode radioactif, la formation et les tissus environnants des nœuds sont divisés en:

  • "Réchauffer" - nœuds qui absorbent la même quantité d'iode radioactif que le tissu de la glande extra-nodulaire (nœuds en fonctionnement);
  • "À chaud" - ganglions qui accumulent une plus grande quantité d'iode radioactif que les tissus environnants inchangés de la glande thyroïde (ganglions fonctionnant de manière autonome);
  • «À froid» - nœuds qui ne accumulent pas d'iode radioactif; La substance de diagnostic est distribuée dans le tissu inchangé de la glande thyroïde. Le cancer de la thyroïde fait partie des nœuds «froids». Cependant, seuls 10% des nœuds «froids» sont malins.

En cas de taille importante des nœuds et des kystes de la glande thyroïde, ou en raison de leur nature maligne, une tomodensitométrie est réalisée. Avec des symptômes de compression des structures du cou, on effectue une laryngoscopie (pour examiner les cordes vocales et le larynx) et une bronchoscopie (pour examiner la trachée). Les techniques de radiographie des nodules et des kystes thyroïdiens reposent sur la pneumographie de la thyroïde (pour clarifier la germination des tissus environnants), l'angiographie (pour détecter les violations du réseau vasculaire), la radiographie de l'œsophage avec du baryum et la radiographie de la trachée (pour déterminer la germination ou la compression de la tumeur).

Traitement des kystes et des nodules thyroïdiens

Les nœuds et les kystes de la glande thyroïde d'un diamètre inférieur à 1 cm sont soumis à une observation dynamique et perforés en cas d'augmentation de leur taille. Le traitement des kystes de la glande thyroïde commence par la vidange de leur ponction. Les kystes bénins de la glande thyroïde sans signes d’inflammation en cas de rechute peuvent être à nouveau percés. Parfois, des sclérosants (notamment l’alcool éthylique) sont introduits dans la cavité du kyste après sa vidange pour mieux coller aux parois. Si le kyste de la glande thyroïde accumule rapidement le contenu et atteint sa taille initiale en une semaine, il est préférable de l'enlever rapidement.

Les ganglions thyroïdiens et les kystes de petite taille, qui ne sont pas accompagnés d'une perturbation du bien-être du patient, sont traités de façon conservatrice, en utilisant les mêmes produits pharmaceutiques que ceux utilisés pour traiter le goitre diffus non toxique: les préparations d'hormones thyroïdiennes et l'iode. Le processus de traitement aux hormones thyroïdiennes est contrôlé en examinant le niveau de TSH (toutes les 3 à 4 semaines) et en échographie de la glande thyroïde (1 fois sur 3 mois).

Le traitement avec des préparations contenant de l'iode est effectué sous contrôle des ultrasons et de la présence dans le sang d'anticorps dirigés contre le tissu thyroïdien (1 mois après le début du traitement). L'étude des anticorps est nécessaire pour exclure la thyroïdite auto-immune, se développant parfois en nœud et aggravée au cours d'un traitement par des préparations d'iode. Lors de la détermination d'un titre élevé d'anticorps dans le sang, les préparations d'iode sont annulées.

S'il y a des signes de processus inflammatoire dans le kyste de la glande thyroïde, déterminez l'agent pathogène et sa sensibilité aux antibiotiques et incluez un traitement anti-inflammatoire avec des médicaments antibactériens.

Les indications pour l'ablation chirurgicale d'un kyste bénin de la glande thyroïde sont sa grande taille, la compression des organes du cou, la récurrence rapide de l'accumulation de liquide après la vidange de la ponction. Le plus souvent, en présence d'un kyste thyroïdien, une hémistrumectomie (hémithyroïdectomie) est réalisée - retrait du lobe thyroïdien. La fonction de la glande thyroïde après une telle opération n’est généralement pas altérée. S'il existe des noeuds bénins dans les deux lobes de la glande thyroïde, une strumectomie bilatérale sous-totale bilatérale est utilisée - résection de la plus grande partie de la glande thyroïde.

Une indication absolue de la suppression rapide de l'éducation nodale est sa malignité. Au cours de l'opération, une détermination histopathologique urgente de la malignité du noeud et de sa forme est réalisée. Lors de la confirmation de la présence d'une tumeur maligne dans la glande thyroïde, il est parfois nécessaire de l'éliminer complètement (strumectomie totale), ainsi que du tissu adipeux et des ganglions lymphatiques environnants.

Après une strumectomie totale, une hypofonction sévère de la glande thyroïde se développe, ce qui impose au patient de recevoir des hormones thyroïdiennes au cours de la période postopératoire. Comme la glande thyroïde est retirée en même temps que les glandes parathyroïdes, des préparations à base de calcium sont également prescrites. Une complication fréquente après une chirurgie de la thyroïde est une violation des fonctions des cordes vocales.

Prévision et prévention des nodules thyroïdiens

Le pronostic pour les nodules thyroïdiens est déterminé par leur forme histologique. Avec une structure bénigne des noeuds et des kystes de la glande thyroïde, une guérison complète est probable. Les kystes thyroïdiens peuvent se reproduire. Les tumeurs thyroïdiennes bénignes en l'absence de dépistage métastatique peuvent être guéries chez 70 à 80% des patients. Le pire pronostic pour les néoplasmes malins, la germination d'organes adjacents et donnant des métastases à distance.

La prévention de la formation de ganglions et de kystes de la glande thyroïde implique un apport quotidien en iode dans les limites de la norme physiologique d'âge, une quantité suffisante de vitamines, la prévention de l'ensoleillement, des radiations et de la physiothérapie dans la région du cou. Après la guérison d'un kyste thyroïdien, il est nécessaire d'effectuer une échographie de contrôle une fois par an. Les patients présentant de petits nodules et des kystes de la glande thyroïde doivent être enregistrés et soumis à une observation dynamique chez l’endocrinologue.

Kyste thyroïde

Le kyste thyroïdien - la masse abdominale dans l'une des glandes les plus importantes du corps humain, la thyroïde, est une très petite tumeur bénigne avec un contenu colloïdal à l'intérieur.

De nombreux endocrinologues réunissent les nodules, les kystes et les adénomes dans une catégorie. Il n’existe toujours pas de frontière claire entre ces formes, bien que leur structure diffère. En pratique clinique, les kystes sont appelées formations de 15 millimètres, tout ce qui est inférieur à cette limite est considéré comme un follicule élargi (1,5 mm et plus). L'adénome est une tumeur mature bénigne constituée de l'épithélium de la glande thyroïde. Un nœud est une lésion qui contient une capsule fibreuse dense à l'intérieur.

Selon les statistiques, un kyste est diagnostiqué dans 3 à 5% des cas de toutes les maladies de la thyroïde thyroïde. Le kyste de la glande thyroïde se développe le plus souvent chez les femmes, se développe asymptomatiquement au stade initial en tant que complication de la maladie endocrinienne sous-jacente et devient très rarement malin (il prend une forme maligne). Sa forme morphologique peut être différente, mais son pronostic est généralement favorable avec un diagnostic et un traitement rapides.

Le code pour la classification internationale des maladies - CIM-10:

D34 - Tumeur thyroïdienne bénigne

On estime que 90% des kystes thyroïdiens diagnostiqués ne constituent pas un danger au sens de la transformation en maladie oncologique. Le danger est la principale cause de l’apparition de kystes. En règle générale, il s’agit d’une hyperplasie des glandes, d’une thyroïdite, de modifications dégénératives des follicules et de processus infectieux. En plus, kyste thyroïdien est-il dangereux?, L'endocrinologue peut déterminer, après un examen approfondi, que la capacité des tumeurs à provoquer la suppuration, l'inflammation. Les symptômes de complications possibles d'un kyste dans un sens clinique se manifestent comme suit:

  • Hyperthermie - température corporelle élevée, parfois jusqu'à 39-40 degrés.
  • Ganglion cervical élargi.
  • Intoxication générale du corps.
  • Symptôme douloureux localisé au site de formation du kyste.

Les kystes de grandes tailles peuvent former des nœuds, qui sont à leur tour dangereux au sens de malignité (évoluant vers une tumeur maligne).

Code CIM-10

Causes du kyste thyroïdien

Les causes de la formation de kystes sont dues à la structure même du tissu glandulaire, constitué de plus de 30 millions de follicules remplis de colloïdes (acini et vésicules). Un colloïde est un liquide gel protéique spécial contenant des protohormones, des substances spéciales qui agissent à l'intérieur des cellules qui les reproduisent. Si le flux d'hormones et de substance colloïdale est perturbé, les follicules s'agrandissent, de petits kystes se forment souvent. De plus, les causes du kyste thyroïdien sont la surtension, la surutilisation d'hormones fournissant de l'énergie, la T3 (triiodothyronine) et la T4 (thyroxine). Ceci est associé au stress psycho-émotionnel, à la période de rééducation après une maladie grave, à des effets thermiques (froid ou chaleur extrême), qui augmentent la production d'hormones et l'activité de la glande. La densité du tissu thyroïdien perd progressivement de son élasticité pour se transformer en zones modifiées sous la forme d'une cavité, remplie de liquide colloïdal et de cellules détruites.

Aussi les causes du kyste de la glande thyroïde sont expliquées par de tels facteurs:

  • Carence en iode.
  • Le processus inflammatoire dans la glande non modifiée est la thyroïdite.
  • Déséquilibre hormonal.
  • Environnement défavorable au sens écologique.
  • Intoxication, intoxication par des poisons.
  • Trauma à la glande.
  • Pathologies congénitales de la glande thyroïde.
  • Facteur héréditaire.

Symptômes de kyste thyroïdien

Le kyste thyroïdien se développe souvent lentement et de manière asymptomatique, en raison de sa petite taille et de son manque de pression sur le système vasculaire. En règle générale, les tumeurs primitives sont détectées lors d'inspections programmées pour d'autres maladies de nature endocrinienne et hormonale.

Les symptômes commencent à apparaître lorsque la formation devient assez grosse, parfois jusqu'à 3 centimètres, souvent perceptible visuellement. Cependant, à mesure que la tumeur se développe, elle peut provoquer un inconfort discret, auquel il convient de prêter attention, car au stade initial, elle est traitée de manière conservatrice et ne nécessite pas d'autres méthodes de traitement. En outre, il existe des cas où il se forme et se développe assez rapidement et peut se dissoudre de lui-même. Les signes et les symptômes d’une lésion bénigne en développement dans la glande peuvent être:

  • Maux de gorge.
  • Se sentir petit compactage.
  • Timbre de voix atypique, enrouement.
  • Douleur en signe de suppuration du kyste.
  • Température corporelle basse, la température peut atteindre 39-40 degrés.
  • Sensation fréquente de frissons.
  • Mal de tête sans autre raison objective.
  • Changement visuel du cou, ses contours.
  • Ganglions lymphatiques élargis.

Kyste inférieur à 1 centimètre

Kyste de 1 à 3 centimètres

Kyste de plus de 3 centimètres

Il n'y a pas de sentiments subjectifs

Peut-être une définition indépendante de la palpation

L'éducation est palpable, visible visuellement

Manifestations cliniques non

Difformité visible du cou
Ressent une gêne périodique dans la gorge, dans le cou

Cou déformé
Essoufflement
Dilatation veineuse
Dysphagie (difficulté à avaler des aliments)
Enrouement
Douleur à la palpation
Ganglions lymphatiques enflés
Température corporelle rarement élevée

Les symptômes d'un kyste thyroïdien peuvent survenir périodiquement, mais même un seul épisode de signes inquiétants devrait être une raison pour aller voir un médecin.

Kyste colloïdal - il s'agit en fait d'un nœud colloïdal formé à la suite d'un goitre non toxique. Les formations nodulaires sont des follicules dilatés avec des thyrocytes aplatis qui tapissent leurs parois. Si le tissu de la glande est structurellement pratiquement inchangé, un goitre nodulaire se développe et, si le parenchyme thyroïdien change, un goitre nodulaire diffus se forme. Environ 95% des néoplasmes colloïdaux diagnostiqués sont considérés comme étant plutôt bénins, ne nécessitant qu'un suivi, mais il reste 5% qui peuvent être dangereux dans le sens de la transformation en processus oncologique. La cause principale du développement de kystes colloïdaux est la carence en iode dans le corps et l'hérédité affecte cette pathologie endocrinienne dans une moindre mesure. En outre, des doses excessives de radiations, comme lors de l'explosion atomique de 1945 dans les villes japonaises d'Hiroshima et de Nagasaki ou de l'accident de la centrale nucléaire de Tchernobyl, sont également un facteur provoquant de nombreuses maladies de la glande thyroïde.

Au stade initial, les ganglions colloïdaux ne présentent pas de signes cliniques, les formations d'une taille inférieure à 10 mm ne sont pas ressenties par l'homme et, en principe, ne sont pas nocives pour la santé. Cependant, l’augmentation du nombre de nœuds peut empêcher le processus d’avaler des aliments, de comprimer l’œsophage, la trachée, les terminaisons nerveuses récurrentes du larynx. Un autre signe typique d'un nœud en croissance est une transpiration accrue, des bouffées de chaleur, une tachycardie et des éclairs périodiques d'irritabilité injustifiée, ce qui s'explique par une libération excessive d'hormones dans le sang (thyrotoxicose).

Presque tous les endocrinologues sont unanimes sur le fait que le kyste colloïdal de la glande thyroïde n’a pas besoin de traitement chirurgical. Seule une surveillance régulière et un suivi de l’état de la glande à l’aide d’un examen échographique sont nécessaires.

Kyste folliculaire thyroïdien dans la pratique clinique, il est défini comme un adénome folliculaire, il est beaucoup plus alphabétisé et plus précis, car une telle formation consiste en un grand nombre de cellules tissulaires - les follicules, c'est-à-dire une structure assez dense ne comportant pas de cavité comme dans un kyste. L'adénome folliculaire se manifeste également rarement au stade initial au stade clinique et n'est visible à l'œil nu que lorsqu'il est élargi, lorsqu'il se déforme. Ce type de tumeur est plus dangereux au sens de malignité et renaît plus souvent en adénocarcinome qu'un kyste colloïdal.

Le néoplasme folliculaire est diagnostiqué chez des patients de tout âge - de l’enfant à l’adulte, mais le plus souvent chez la femme.

  • Formation dense dans le cou, bien palpable et parfois perceptible à l'œil.
  • Aucune douleur à la palpation.
  • Limites claires de l'éducation (avec palpation).
  • Respiration difficile.
  • Inconfort dans le cou.
  • Sensation d'une boule dans la gorge, en train de se pincer.
  • Toux fréquente.
  • Maux de gorge.
  • Avec un kyste développé - une diminution du poids corporel.
  • Irritabilité.
  • Fatigue accrue.
  • Sensibilité aux changements de température.
  • Transpiration
  • Tachycardie
  • Augmentation de la pression artérielle, instabilité de la pression.
  • Température corporelle basse possible.
  • Antécédents médicaux, plaintes subjectives.
  • Palpation.
  • Échographie de la glande.
  • Si nécessaire - ponction et analyses histologiques.
  • Etude scintigraphique (radionucléide) à l'aide d'un radio-indicateur.
  • Contrairement aux formations colloïdales, les adénomes folliculaires sont peu susceptibles de traitement conservateur, ils sont le plus souvent opérés.

Kyste du lobe droit de la glande thyroïde

Comme on le sait, la glande thyroïde en structure ressemble à un «papillon» composé de deux lobes. Le côté droit est légèrement plus grand que le côté gauche, car le lobe droit de la thyroïde se forme plus tôt au cours du développement fœtal, ses follicules se forment plus intensément et la gauche termine sa formation 10 à 14 jours plus tard. Cela explique peut-être la forte prévalence de kystes du lobe droit de la glande thyroïde. En plus des néoplasmes typiques associés à l’expansion des follicules, le kyste du côté droit est généralement bénin et s’aggrave rarement dans les dimensions pathologiques. Si la détection n’est pas effectuée à temps, et qu’il s’agit également d’un phénomène courant en raison du processus asymptomatique, la tumeur peut atteindre une taille allant de 4 à 6 centimètres. Ces kystes se signalent déjà par les symptômes suivants:

  • Mal à l'aise en serrant dans le cou.
  • Sensation de grosseur constante dans le larynx.
  • Difficulté à avaler, à respirer.

Hyperthyroïdie - sensation de chaleur, exophtalmie (yeux excessivement gonflés), chute des cheveux, dyspepsie, tachycardie, agression, irritabilité

Le kyste du lobe droit de la thyroïde est bien palpé quand il augmente de plus de 3 millimètres en solitaire (simple). Pour le diagnostic de cette formation, ainsi que pour les nœuds diffus multiples, une analyse histologique (cytologique) est réalisée à l'aide d'une échographie et d'une biopsie d'extraction du kyste, si sa taille est égale ou supérieure à 1 cm.

Les kystes du côté droit jusqu’à 6 millimètres font l’objet d’un traitement conservateur et d’une observation régulière; le pronostic dépend de ce que l’histologie montrera. Habituellement, même les médicaments ne sont pas nécessaires, mais un certain régime alimentaire comprenant l'inclusion de fruits de mer, des plats contenant de l'iode dans le menu est suffisant. Vous devez également surveiller les performances de TSH dans la dynamique, tous les six mois. Dans 80 à 90% des cas, avec la détection rapide de telles formations, les kystes sont bien traités avec l'aide d'un régime ou d'un traitement médicamenteux et ne sont pas opérés.

Kyste du lobe gauche de la glande thyroïde

Le lobe gauche de la glande thyroïde - le lobus sinistre peut normalement avoir une taille légèrement inférieure, par rapport au droit, en raison de la structure anatomique de la glande. Les kystes peuvent se développer sur les deux lobes ou être unilatéraux, par exemple du côté gauche. Un kyste du lobe gauche de la thyroïde de moins de 1 centimètre est généralement soumis à une observation dynamique et ne nécessite aucun traitement conservateur, et encore moins un traitement chirurgical. Avec son augmentation, une ponction est possible, au cours de laquelle la cavité est vidée et l'introduction d'une préparation spéciale, sclérosante, est effectuée. Cet outil aide à «coller ensemble» les parois du kyste et empêche la récurrence de l'accumulation de contenu colloïdal dans celui-ci. En outre, au cours d’un processus inflammatoire purulent dans le kyste, une ponction aide à identifier le véritable agent responsable de l’infection et à préciser le traitement antibactérien. Dans les cas où, après la sclérothérapie, un kyste se reforme dans le lobe thyroïdien gauche, une opération est montrée - sa résection.

Les endocrinologues pensent qu'en cas de pathologie unilatérale de la glande, un mécanisme compensatoire est activé, c'est-à-dire que si le lobe gauche est excessivement actif, le lobe droit sera alors normal ou hypoactif. Ainsi, le kyste du lobe gauche n'est pas une maladie complexe mettant la vie en danger. C'est un problème qui peut être résolu au sens du fonctionnement de la glande elle-même (niveau de TSH) et d'une augmentation possible de sa taille.

Diagnostiqué avec kyste standard côté gauche:

  • Palpation.
  • Peut-être une crevaison.
  • Analyse de la TSH (T3 et T4).
  • Échographie de la glande thyroïde.

En tant que traitement, des médicaments contenant de l'iode, un régime alimentaire spécial, ainsi qu'un suivi de l'état de la glande et de la taille de la tumeur tous les six mois sont généralement prescrits. Diverses procédures physiothérapeutiques, échauffement, radiation sont inadmissibles. Avec une surveillance constante, le respect de toutes les recommandations médicales kyste du lobe thyroïdien gauche a un pronostic très favorable.

Kyste de l'isthme de la glande thyroïde

Isthmus glandulae thyroideae - l'isthme lors de la palpation est bien défini, contrairement à la glande thyroïde elle-même, qui normalement ne devrait être ni visible ni explorée. L'isthme est un «coussin» transversal, lisse et dense qui relie les lobes droit et gauche de la glande au niveau du cartilage trachéal. Tout épaississement, tout agrandissement ou tout compactage atypique de l'isthme devrait être la raison de l'examen par l'endocrinologue pour identifier une pathologie possible, car c'est cette zone qui est la plus dangereuse en termes de cancer (processus oncologique).

Un kyste de l’isthme thyroïdien est diagnostiqué comme suit:

  • Antécédents médicaux, plaintes subjectives.
  • Palpation de l'isthme, la glande entière.
  • Biopsie à l'aiguille fine pour différencier la nature de la tumeur (bénigne / maligne).

Il convient de noter que la ponction du kyste est recommandée pour toutes les entités dépassant un centimètre, ainsi que pour les patients présentant une susceptibilité héréditaire aux maladies endocriniennes ou ceux vivant dans la zone d'activité radioactive accrue.

Si le kyste d'isthme ne dépasse pas 0,5 à 1 centimètre, il ne nécessite pas de traitement spécial. En règle générale, des examens échographiques réguliers sont nommés et l'enregistrement du dispensaire est indiqué. Si une biopsie révèle la nature bénigne d’une tumeur, c’est-à-dire qu’elle est diagnostiquée comme colloïdale, l’endocrinologue détermine la tactique du traitement, mais il n’existe aujourd’hui aucun médicament qui puisse réduire ou arrêter la croissance des tumeurs. Dans les cas où le kyste de l'isthme de la thyroïde ne viole pas les fonctions fondamentales, n'affecte pas le fond hormonal et ne manifeste pas de symptômes douloureux, il fait l'objet d'une surveillance constante.

La thyroxine, auparavant populaire, est aujourd'hui reconnue comme étant insuffisamment efficace. De plus, ses effets secondaires dépassent souvent l'efficacité discutable. Les cours de radiothérapie à l'iode radioactif ne sont pas pratiqués dans notre pays, ils sont principalement utilisés dans des cliniques étrangères. Par conséquent, si un caractère malin est suspecté, sa taille importante peut être opérée.

Petits kystes de la glande thyroïde

Les petites formations diagnostiquées comme de petits kystes de la glande thyroïde ne sont généralement soumises à aucun traitement conservateur ni chirurgical. En fait, ce sont des follicules pathologiquement dilatés identifiés par la méthode histologique. Il convient de noter que l'échographie n'est pas en mesure de déterminer la nature de petites formations, surtout si elles ne dépassent pas 1,5 millimètre. On pense que toutes les tumeurs atypiques de la glande, dépassant 1,5 à 2 millimètres, sont appelées kystes, c'est-à-dire formations anéchoïques contenant du colloïde. Si l'échographie montre une formation hypoéchogène, elle est diagnostiquée comme un nœud, mais la différenciation à des tailles aussi petites n'est possible qu'avec l'aide de l'histologie et de l'échographie Doppler.

Les petits kystes de la glande thyroïde disparaissent souvent d'eux-mêmes si le régime alimentaire contenant de l'iode est suivi, en excluant les effets de la chaleur et du stress psychoémotionnel. Le pronostic de telles formations colloïdales est favorable à presque 100%.

Kystes thyroïdiens multiples

Les endocrinologues considèrent comme erronée l’expression «multiples kystes de la glande thyroïde», ce n’est pas une définition clinique de la maladie, mais une conclusion d’études instrumentales incluant l’échographie. Le terme polykystose est en principe exclu du dictionnaire de diagnostic et est transféré à la catégorie des définitions (définitions) des altérations tissulaires dans tout organe - les ovaires, la glande thyroïde et les reins. Plusieurs kystes de la glande thyroïde sont détectés par échographie comme l'hyperplasie pathologique initiale de la structure du tissu en réponse à une carence en sel d'iode. Le plus souvent - c’est le premier signe d’une pathologie en développement de la glande thyroïde, par exemple, le struma - goitre. La principale raison de cette déformation est une carence en iode. Le traitement doit viser à neutraliser les facteurs provoquants - l’impact des facteurs environnementaux, psycho-émotionnels, alimentaires et de réapprovisionnement en iode. La soi-disant maladie thyroïdienne polykystique nécessite une surveillance régulière de sa taille, une évaluation de son fonctionnement, c'est-à-dire que le patient est simplement sous la surveillance d'un médecin et qu'une échographie de la thyroïde est effectuée tous les six mois. En outre, il est conseillé de développer un régime spécial, en collaboration avec le médecin nutritionniste, éventuellement en assistant à des séances de psychothérapie pour rétablir l'équilibre émotionnel.

Kyste thyroïdien chez les enfants

Malheureusement, les conditions environnementales défavorables, la pollution de l'environnement, une nutrition déraisonnable, l'activité solaire et de nombreux autres facteurs provoquent le développement de pathologies thyroïdiennes chez les enfants et les adultes.

Les maladies ou les modifications de la structure de la glande de l'enfant se développent le plus souvent au stade prénatal, en particulier si la femme enceinte a des antécédents de perturbation du système endocrinien.

Le kyste thyroïdien chez les enfants est assez rare, selon les statistiques, il n'est diagnostiqué que dans 1% du nombre total de modifications fonctionnelles ou pathologiques de l'organe. Cependant, les maladies endocriniennes chez les enfants sont considérées comme les plus dangereuses au sens de malignité, c'est-à-dire de transformation éventuelle en cancer.

Sur le plan anatomique, la glande thyroïde chez l’enfant diffère de la structure d’un organe adulte, son poids est plus petit et ses dimensions un peu plus grandes. De plus, le système lymphatique et la glande thyroïde de l'enfant sont plus actifs car ils sont responsables de la production d'hormones de croissance, de la synthèse des protéines, de la fonction cardiovasculaire et de nombreuses autres fonctions.

Les raisons pour lesquelles peuvent développer un kyste de la glande thyroïde chez les enfants:

  • La THA est une thyroïdite auto-immune chronique.
  • Aiguë - thyroïdite diffuse, purulente ou non purulente.
  • Dommages traumatiques à la glande à la suite d'une chute, coup.
  • Carence en iode.
  • Nutrition inadéquate.
  • Mauvaises conditions environnementales.
  • Facteur héréditaire.
  • Période pubertaire avec des troubles hormonaux.
  • Les tumeurs de la clinique chez l'adulte sont presque identiques.

Les symptômes pouvant manifester une formation bénigne sont:

  • Le stade initial est asymptomatique.
  • Peut-être un mal de gorge avec une grande quantité de kystes.
  • Maux de gorge.
  • Toux sèche et fréquente sans raisons objectives.
  • Difficulté à avaler de la nourriture (dysphagie).
  • Respiration rapide, souvent essoufflement.
  • Peut-être un changement visuel dans la forme du cou.
  • Capricieux, irritabilité.

En outre, un kyste thyroïdien chez les enfants peut se développer très rapidement et exercer une pression sur les cordes vocales à un point tel que l'enfant perd la voix.

Le plus grand danger est un kyste purulent qui provoque une hyperthermie, une intoxication générale du corps. En outre, la triste statistique indique que plus de 25% de tous les néoplasmes détectés chez les enfants sont malins. Par conséquent, les parents doivent être très attentifs à la moindre manifestation de signes de maladie thyroïdienne, en particulier si la famille vit dans une zone avec un fond radioactif élevé.

Le diagnostic s'apparente à un plan de dépistage chez l'adulte:

  • Collecte d'informations anamnestiques, notamment héréditaires.
  • Examen et palpation de la glande.
  • Échographie de la glande thyroïde.
  • Ponction de la tumeur.
  • Si vous soupçonnez une forme maligne - une biopsie.

Le traitement, qui consiste en un kyste de la glande thyroïde chez un enfant, dépend des résultats du diagnostic: il peut être à la fois conservateur et opératoire. Le pronostic pour la détection rapide de lésions bénignes de petite taille est généralement favorable.

Kyste thyroïdien chez les adolescents

Le problème actuel concerne les maladies de la glande thyroïde, il concerne à la fois la population adulte et les enfants, en particulier les adolescents dont l’âge implique une croissance rapide, le travail actif du système hormonal. En outre, la pathologie thyroïdienne de la glande thyroïde est de plus en plus courante en raison d'une carence en iode, de conditions environnementales défavorables, qui ont également une incidence sur le déclin de la fonction et de l'activité de la glande. La production réduite d'hormones thyroïdiennes perturbe le développement normal du corps pendant la période pubère, modifie les processus métaboliques, ralentit la croissance et le développement du système nerveux central. Sur la base de tous les facteurs provoquant une pathologie endocrinienne, le kyste thyroïdien chez les adolescents n'est pas rare aujourd'hui. Le plus souvent, ces néoplasmes sont détectés au hasard ou lors de visites médicales de routine. Environ 80% de toutes les pathologies sont des kystes colloïdaux, des nœuds. Malgré le fait que cette forme de formation soit considérée comme assez favorable dans le sens d'un pronostic bénin, le cancer de la thyroïde chez les enfants et les adolescents a commencé à se manifester 25% plus souvent qu'il y a 15 ans.

Avec une détection rapide des kystes, des nœuds, des adénomes de la thyroïde, un traitement complexe adéquat ou une intervention chirurgicale, le pourcentage de mortalité est très faible - pas plus de 5%.

Le diagnostic, qui implique un kyste thyroïdien chez les adolescents, est similaire aux normes pour l'examen de la glande adulte:

  • Examen, palpation des ganglions lymphatiques, glande thyroïde.
  • Glande à ultrasons.
  • TAPB - biopsie par ponction à l'aiguille fine.
  • Test sanguin pour TSH.
  • Peut-être un examen radio-isotopique.

Le choix de la méthode, la méthode de traitement d'un kyste dépend de sa nature, sa taille, sa localisation - gauche, lobe droit, isthme.

Les recommandations générales destinées aux adolescents vivant dans des zones à faible teneur en sels d’iode sont également standard et sont associées à la prévention de l’hypothyroïdie, en tant que maladie la plus fréquemment détectée. L'apport en iode chez les enfants de plus de 12 ans est de 100 µg par jour.

Kyste thyroïdien et grossesse

L'attente d'un bébé est une période extrêmement joyeuse et difficile pour chaque femme enceinte. Surtout si, lors de l'inscription à la consultation, celles-ci ou d'autres violations du travail de la glande thyroïde sont identifiées. Il n’est pas nécessaire d’annuler les problèmes détectés comme changements hormonaux dus à la grossesse, il est préférable d’être en sécurité et de subir un examen complet afin de ne pas nuire à votre santé ni à celle du fœtus, qui a tant besoin d’un organisme maternel en bonne santé. Toute perturbation du travail de la glande thyroïde, y compris le kyste thyroïdien et la grossesse, ne sont pas bien combinées. Tout d'abord, dans le sens du développement prénatal normal du bébé, ainsi que par rapport au cours de la grossesse et aux complications possibles lors de l'accouchement. Bien sûr, une anxiété excessive, en particulier la panique, ne sera pas utile pour la future mère. Il est donc conseillé d’en apprendre autant que possible sur ce qui constitue un kyste thyroïdien.

Étiologie, facteurs pouvant déclencher le développement de kystes, nœuds, adénome thyroïdien:

  • En réalité, le fait de la grossesse est une modification physiologique du corps dans son ensemble, des systèmes hormonaux et de la structure de la glande en particulier.
  • Manque de sels d'iode.
  • Processus inflammatoires dans la glande, la thyroïdite.
  • Psyché instable et instable, stress.
  • L'hérédité.
  • Rarement - blessures de la glande thyroïde.

Un kyste thyroïdien et une grossesse peuvent vivre en toute quiétude si l’éducation est de petite taille (jusqu’à 1 cm) et bénigne. En règle générale, il s’agit d’un kyste colloïde qui se dissipe de lui-même.

La clinique peut être très diverse, contrairement aux symptômes des tumeurs chez les femmes qui n’attendent pas d’enfant. Les futures mères sont plus sensibles et peuvent donc ressentir une gêne au cou très tôt. Parmi les signes d'un kyste en développement, il peut également exister un timbre atypique de la voix: enrouement, chatouillement, difficulté à avaler même de petits morceaux de nourriture. Toutes ces manifestations n'indiquent pas nécessairement que le kyste est de grande taille, mais plutôt un indicateur des sensations aggravées d'une femme enceinte.

Les kystes purulents, les abcès, qui peuvent se développer dans le contexte d’une immunité réduite et de maladies inflammatoires associées, sont plus dangereux.

Les kystes thyroïdiens sont diagnostiqués en standard chez les femmes enceintes, mais le pourcentage de dépistage précoce est beaucoup plus élevé, en raison des examens et de l'observation obligatoires du dispensaire. Souvent, les futures mères craignent totalement les piqûres, ce n’est pas seulement un moyen de déterminer avec précision et de confirmer le bien-fondé des tumeurs, mais aussi de scléroser le kyste à temps pour qu’il ne puisse plus augmenter. Autre information positive, le kyste thyroïdien et la grossesse sont tout à fait compatibles et l’éducation diagnostiquée ne peut servir de base à une interruption de grossesse. Les kystes sont sujets à observation, de même que les médicaments contenant de l'iode et le repos sont prescrits à la femme. Les formations de grande taille, qui peuvent altérer de manière significative le fonctionnement de la glande thyroïde, ne fonctionnent qu'après l'accouchement et en cas de besoin urgent.

Vous Pouvez, Comme Pro Hormones