Bonjour, chers lecteurs du blog "Les hormones sont normales!". Je m'appelle Dilyara Lebedeva, je suis l'auteur de ce blog et une endocrinologue. La découverte du soi-disant «syndrome X» ou, comme on l'appelle plus exactement, du syndrome métabolique peut être considérée comme l'un des événements les plus marquants de la médecine au cours des 25 dernières années. En étudiant les mécanismes de développement des maladies chroniques qui sont très répandus dans la population moderne, les médecins ont découvert que beaucoup d’entre elles sont très proches les unes des autres et sont en fait des liens des mêmes troubles dans le corps humain.

Il s'est avéré que dans de nombreux cas d'hypertension, d'athérosclérose, d'obésité et de diabète sucré ne sont pas des maladies indépendantes, mais seulement des manifestations distinctes d'un processus commun appelé syndrome métabolique.

Syndrome métabolique

Quelle est la valeur inestimable de cette découverte? Premièrement, si les médecins précédents, ayant rencontré un patient souffrant d'hypertension, de diabète et d'athérosclérose, ont considéré ces maladies acquises séparément et simultanément prescrit trois types de traitement différents, nous savons maintenant que les véritables causes des maladies sont courantes et, partant, leur prévention. et le traitement peut être le même.

Deuxièmement, et surtout, ces mêmes mesures de prévention et de traitement ne devraient pas consister à prendre des tonnes de médicaments, mais à effectuer des recommandations très simples, mais en même temps beaucoup plus efficaces, pour changer les modes de vie et les habitudes alimentaires.

Le fait est que le mot "métabolique" est traduit par "échangeable". C'est-à-dire que le syndrome métabolique et toutes ses manifestations terribles sont en réalité associés à certains troubles du métabolisme des graisses et des glucides, qui, progressivement, conduisent à la formation d'athérosclérose, de diabète, d'hypertension et d'autres maladies chroniques.

Sous une forme simplifiée, toute la séquence d'événements conduisant à la formation du syndrome métabolique peut être représentée comme suit:

  1. La personne cesse de bouger beaucoup, ce qui entraîne une atrophie des muscles et une perte d'énergie supplémentaire.
  2. Puisque les muscles n'ont plus besoin d'énergie, ils perdent leur sensibilité à l'insuline, ce qui permet au glucose de pénétrer dans les muscles.
  3. La situation est aggravée par le fait que les gens mangent de manière chronique et abusent des aliments contenant des glucides, ce qui entraîne une trop grande quantité de sucre dans le sang.
  4. En raison du fait que les muscles atrophiés perdent la capacité d'absorption du sucre pour former de l'énergie, son taux sanguin augmente de manière critique et les premiers signes de diabète commencent à se développer.
  5. En réponse, le corps commence à libérer une énorme quantité d’insuline, conçue pour éliminer le sucre du sang.
  6. Étant donné que les muscles ne sont plus sensibles à l'insuline et ne peuvent pas «brûler» beaucoup de sucre, l'insuline stimule un moyen plus simple d'utiliser le sucre - en le transformant en graisse et en cholestérol.
  7. Cela conduit à la formation de l'obésité et de l'athérosclérose.

Il est clair que si ces raisons continuent d'être ignorées, alors, malgré tout traitement moderne, le diabète et l'athérosclérose ne feront que progresser. Et au contraire, si vous commencez à dénouer cette spirale métabolique dans le sens opposé, vous pourrez alors obtenir une régression significative du diabète, de l'hypertension, de l'obésité et de l'athérosclérose. C’est l’importance capitale, inestimable et révolutionnaire (du point de vue de la médecine pharmacologique) de la découverte du syndrome métabolique.

J'ai tout sur la question. Dans mes prochains articles, je parlerai plus en détail du syndrome métabolique, alors restez à l'écoute. Je suis sûr que ce sera intéressant pour vous de lire les articles suivants sur le sujet de l'obésité:

Syndrome métabolique - traitement, recommandations de prévention, régime alimentaire

Le syndrome métabolique (syndrome X) n'est pas une maladie indépendante, mais un ensemble de pathologies qui portent le deuxième nom terrible de «death quartet». Le complexe de symptômes en science médicale a été identifié relativement récemment, à la fin du 20ème siècle, par l'américain J. Riven.

Dans l’ensemble, l’hypertension artérielle, les maladies coronariennes, l’obésité et le diabète sucré de type 2 sont à l’origine de troubles graves de tous les systèmes organiques (athérosclérose des vaisseaux sanguins, crise cardiaque, accident vasculaire cérébral, néphropathie diabétique, diminution de la puissance, endométriose, troubles de la fertilité),.

En conséquence de ces troubles, l'insuline produite n'est plus absorbée au niveau cellulaire et ne remplit plus ses fonctions, c'est-à-dire qu'elle développe une résistance à l'insuline. En outre, le métabolisme des lipides, des protéines et des glucides est défaillant.

Bien que la médecine moderne ait atteint un bon niveau de développement, le syndrome métabolique ne peut être complètement guéri, mais la plupart des changements survenus sont réversibles. Selon les statistiques mondiales, environ 25% de la population totale de la planète souffre de cette maladie. Fondamentalement, la maladie affecte les femmes après 30 ans (et particulièrement après la ménopause) et les enfants à la puberté.

Causes et symptômes du syndrome métabolique

Les causes du développement du syndrome métabolique sont la prédisposition génétique, l'hypodynamie, le facteur de stress conduisant à la suralimentation, la perturbation du régime alimentaire et la consommation de grandes quantités de graisses et d'hydrates de carbone simples, des perturbations du système hormonal et des stades avancés de l'hypertension non traités.

Les patients souffrant de goutte, les femmes en surpoids, en particulier pendant la ménopause, les femmes - dysfonction érectile, la baisse du taux de testostérone après 45 à 50 ans sont également à risque.

Le syndrome métabolique se manifeste par les symptômes suivants:

  • L'augmentation du volume de graisse dans la région abdominale (abdomen), atteignant une moyenne de 80 centimètres.
  • Fatigue, transpiration.
  • Addiction aux aliments sucrés et à la confiserie.
  • Augmentation de la fréquence cardiaque.
  • Tête et chagrin d'amour
  • Nausée
  • Violation de la coordination des mouvements, tremblements des membres.
  • Sur la peau dans la poitrine et le cou, il y a des taches rouges.

Le syndrome métabolique affecte une population croissante en raison de son mode de vie sédentaire, des collations à emporter et de la popularité de la soude et de la restauration rapide.

Un taux de glucose dans le sang constamment élevé et un excès de poids excessif entraînent des violations des processus digestifs, la constipation.

Diagnostic différentiel du syndrome métabolique, code 10 de la CIM

En raison de la coïncidence de certains symptômes, le syndrome métabolique doit être différencié de la maladie de Itsenko-Cushing (on observe également un excès de graisse viscérale, une violation du métabolisme des glucides et des lipides).

Dans ces cas, une tomodensitométrie (TDM) ou une IRM de l'hypophyse doivent être réalisées. Dans d’autres cas, outre la collecte des antécédents, la pesée, la mesure de la pression artérielle, prenez du sang pour le glucose, le cholestérol, le cortisol, vérifiez le contenu de la TSH (hormone stimulante de la thyroïde) pour différencier de la thyroïdite auto-immune, le niveau de prolactine dans la pathologie existante des ovaires.

À titre de mesures supplémentaires, une échographie des organes abdominaux, un électrocardiogramme et une surveillance Holter de 24 heures sont effectués.

Le diagnostic de "syndrome métabolique" dans la CIM-10 n’est pas prescrit, car il ne s’agit pas d’une maladie distincte, mais d’un complexe symptomatique. Les en-têtes dans ICD ont une maladie hypertensive - code I10 et obésité - code Ε66.9.

Dans les dossiers médicaux, le syndrome X peut avoir un double codage (I10 et 66,9); de ce qui prévaut chez un individu particulier, il sera placé en premier lieu.

Traitement du syndrome métabolique, directives cliniques

Le traitement du complexe de symptômes du syndrome métabolique repose sur un traitement médicamenteux, la normalisation du poids, des paramètres corporels et des valeurs de pression artérielle.

1. Suivre le régime

C'est un aspect très important dans le traitement du syndrome. De nombreux aliments devront être abandonnés et reconsidérés. Il est préférable d’avoir un cahier spécial dans lequel sont consignés tous les repas. Si nécessaire, elle pourra aider le médecin traitant à ajuster et à surveiller le traitement.

Le nombre de repas devrait être grand (5 à 6 fois) et les portions sont petites. L'option idéale est le petit-déjeuner, le déjeuner et le dîner, et trois collations entre eux, ce dernier devrait être trois heures avant le coucher.

Les aliments doivent être bien mâchés, lavés avec du thé vert ou du jus de fruit fraîchement préparé sans ajouter de sucre. Les boissons alcoolisées et le café devront être éliminés ou réduits au minimum.

Pendant le processus de repas, vous n'êtes pas autorisé à regarder la télévision, à tablette, à lire ou à parler avec une autre personne.

La base du régime devrait être des glucides complexes. Depuis leur utilisation du sucre se propage dans le sang uniformément.

  • pâtes de blé dur;
  • céréales - sarrasin, orge, orge perlé, riz brun;
  • concombres, tomates, radis;
  • épinards, asperges, aneth, persil, oignon;
  • Chou de Bruxelles, chou blanc et chou-fleur;
  • oranges, poires, abricots, pommes;
  • groseilles à maquereau;
  • fraise, fraise, cerise, prune;
  • abricots secs, figues, pruneaux;
  • haricots, haricots, pois frais;
  • noix, noisettes, cacahuètes, noix de cajou;
  • kéfir, lait, fromage cottage faible en gras;
  • poisson maigre et viande.

Le nombre total de calories par jour devrait être de 1500. Veillez à utiliser dans le régime quotidien du bouillon de viande, des fruits, des légumes, une petite quantité de graisses et de protéines pour maintenir le fonctionnement normal du corps.

Le jeûne est strictement interdit! L'alcool, le sel et les aliments en conserve sont limités.

Il existe des médicaments pour perdre du poids. C'est Orlistat et Sibutramine. Orlistat empêche l'absorption intestinale des graisses inutiles et contribue à leur excrétion avec les selles. La sibutramine augmente la satiété. Les deux médicaments sont disponibles sous forme de capsules et ont un coût de 1000-1300 roubles par paquet.

2. Activité motrice

Un changement fondamental de style de vie est impératif. En l'absence de contre-indications, le sport devrait avoir lieu 1 à 3 fois par semaine. Il est nécessaire de choisir le moyen le plus pratique d'exercer.

Cela peut être la natation, l'aérobic, la danse, le pilates, le yoga, le jogging, la marche ou tout autre sport. L'effet le plus important peut être obtenu avec des cours réguliers et la formulation d'une motivation personnelle.
Une bonne perte de poids est une perte de poids de 10% du total.

3. Traitement des troubles glucidiques

Le métabolisme des glucides occupe une place prépondérante dans les processus vitaux: il décompose les glucides complexes en glucides simples, forme des composés non glucidiques, convertit les glucides simples en glucides complexes. À cette fin, des substituts de sucre (fructose, mélasse, sorbitol) et des édulcorants (saccharine, aspartame, lactulose) sont utilisés.

4. Médicaments réduisant la résistance à l'insuline

  • Métoformin (augmente la capacité d'absorption de l'insuline, réduit la formation d'acides gras libres, empêche la prise de poids).
  • Poglar, Diab-norm (médicament relativement nouveau et coûteux provoquant une altération pathologique du foie. Les effets positifs du remède incluent la réduction de la nécrose des tissus et la formation d'acides gras libres).
  • Acarbose (bloque l'absorption des glucides légers, réduit le poids corporel, normalise la pression artérielle).
  • Maninil, Diabeton (possède des propriétés antioxydantes et améliore la numération globulaire. Mais le moindre surdosage peut provoquer une hypoglycémie).
  • insulinothérapie. (L’utilisation de l’insuline n’est recommandée que sur prescription d’un médecin et sur la réussite des tests nécessaires. L’utilisation tardive de l’insulinothérapie induisant des conséquences indésirables encore plus graves. L’insuline au bon stade de la maladie facilite l’état de santé du patient et prolonge sa vie entière., accident vasculaire cérébral, inefficacité d’autres agents réducteurs du sucre, dysfonctionnement des reins et du foie, glycémie élevée à jeun Que ce soit le matin).

5. Traitement de l'hypertension

Les préparations de ce groupe dilatent les vaisseaux périphériques et réduisent la charge sur le cœur. Anaprilin, Captopril, Hypothiazide, Losartan, Bisoprolol.

6. Traitement des troubles du métabolisme des graisses

Le métabolisme des graisses se produisant dans presque toutes les cellules du corps, il est donc assez difficile de différencier exactement le domaine dans lequel envoyer des manipulations médicales. Le symptôme le plus important de ce trouble est une augmentation sous-cutanée du tissu adipeux.

Les symptômes secondaires comprennent le ronflement, l’essoufflement, une sensation de faim fréquente. Les médicaments normalisent le métabolisme des graisses et contrôlent la réduction du cholestérol dans le sang. Rosulin, Liprimar, Atomaks, Provastatin.

Le pronostic de la maladie est favorable lorsqu'un traitement approprié est instauré à temps. Plus tôt la correction de la nutrition, le changement de la mobilité d'une personne, les mesures de traitement et de prévention, plus il y a de chances que ses efforts produisent le maximum d'effets.

Syndrome métabolique

Le syndrome métabolique est un complexe symptomatique, qui se manifeste par une violation du métabolisme des graisses et des glucides, une augmentation de la pression artérielle. Les patients développent une hypertension artérielle, une obésité, une résistance à l'insuline et une ischémie du muscle cardiaque. Le diagnostic comprend un examen endocrinologue, la détermination de l’indice de masse corporelle et du tour de taille, l’évaluation du profil lipidique, la glycémie. Si nécessaire, effectuez une échographie du cœur et mesurez chaque jour la pression artérielle. Le traitement consiste en un changement de mode de vie: poursuite de sports actifs, régime alimentaire spécial, normalisation du poids et du statut hormonal.

Syndrome métabolique

Le syndrome métabolique (syndrome X) est une maladie comorbide qui comprend plusieurs pathologies à la fois: diabète sucré, hypertension artérielle, obésité, maladie coronarienne. Le terme "syndrome X" a été introduit pour la première fois à la fin du XXe siècle par le scientifique américain Gerald Riven. La prévalence de la maladie varie de 20 à 40%. La maladie affecte souvent les personnes âgées de 35 à 65 ans, principalement des hommes. Chez les femmes, le risque de syndrome après la ménopause est multiplié par 5. Au cours des 25 dernières années, le nombre d'enfants atteints de ce trouble est passé à 7% et continue d'augmenter.

Causes du syndrome métabolique

Syndrome X - une condition pathologique qui se développe avec l'influence simultanée de plusieurs facteurs. La principale raison est une violation de la sensibilité des cellules à l'insuline. La base de la résistance à l'insuline est la prédisposition génétique, les maladies du pancréas. Les autres facteurs contribuant à l'apparition d'un complexe de symptômes incluent:

  • Trouble de l'alimentation. L'augmentation de la consommation de glucides et de lipides, ainsi que la suralimentation, entraînent un gain de poids. Si la quantité de calories consommée dépasse les coûts énergétiques, la graisse corporelle s'accumule.
  • Adynamia. Un mode de vie peu actif, le travail «sédentaire», le manque de charge sportive contribuent au ralentissement du métabolisme, à l'obésité et à l'apparition d'une résistance à l'insuline.
  • Cardiopathie hypertensive. Des épisodes d’hypertension non contrôlés et de longue durée entraînent une altération de la circulation sanguine dans les artérioles et les capillaires, ainsi qu’un spasme des vaisseaux sanguins et une perturbation du métabolisme des tissus.
  • Stress nerveux. Le stress et les expériences intenses mènent à des troubles endocriniens et à une alimentation excessive.
  • Perturbation de l'équilibre hormonal chez les femmes. Pendant la ménopause, les niveaux de testostérone augmentent, la production d'œstrogènes diminue. Cela provoque un ralentissement du métabolisme corporel et une augmentation de la graisse corporelle sur le type androïde.
  • Déséquilibre hormonal chez l'homme. Une diminution du taux de testostérone après 45 ans contribue à la prise de poids, à une altération du métabolisme de l'insuline et à une pression artérielle élevée.

Symptômes du syndrome métabolique

Les premiers signes de troubles métaboliques sont la fatigue, l'apathie, une agression non motivée et une mauvaise humeur dans un état de faim. En général, les patients choisissent un aliment de manière sélective, préfèrent les glucides «rapides» (gâteaux, pain, bonbons). La consommation de sucreries provoque des sautes d'humeur à court terme. Le développement ultérieur de la maladie et les modifications athéroscléreuses dans les vaisseaux entraînent des douleurs cardiaques récurrentes, une crise cardiaque. Une insuline élevée et l'obésité provoquent des troubles du système digestif, l'apparition de constipation. La fonction des systèmes nerveux parasympathique et sympathique est altérée, une tachycardie et des tremblements des extrémités se développent.

La maladie se caractérise par une augmentation de la masse adipeuse, non seulement au niveau de la poitrine, de l'abdomen et des extrémités supérieures, mais également au niveau des organes internes (graisse viscérale). Un gain de poids important contribue à l'apparition de vergetures bordeaux (vergetures) sur la peau de l'abdomen et des cuisses. Des épisodes d’augmentation de la pression artérielle au-dessus de 139/89 mm Hg sont fréquents. Art., Accompagné de nausées, maux de tête, bouche sèche et vertiges. Il existe une hyperémie de la moitié supérieure du corps, due à une altération du tonus des vaisseaux périphériques, à une augmentation de la transpiration due à des perturbations du système nerveux autonome.

Des complications

Le syndrome métabolique conduit à l'hypertension, à l'athérosclérose des artères coronaires et des vaisseaux cérébraux et, par conséquent, à une crise cardiaque et à un accident vasculaire cérébral. L’état de résistance à l’insuline est à l’origine du développement du diabète sucré de type 2 et de ses complications - rétinopathie et néphropathie diabétique. Chez les hommes, le complexe de symptômes contribue à l'affaiblissement de la puissance et à l'altération de la fonction érectile. Chez les femmes, le syndrome de X est la cause de la maladie des ovaires polykystiques, de l'endométriose et d'une diminution de la libido. En âge de procréer, les troubles menstruels et le développement de l'infertilité sont possibles.

Diagnostics

Le syndrome métabolique ne présente aucun symptôme clinique évident, la pathologie est souvent diagnostiquée à un stade tardif après le début des complications. Le diagnostic comprend:

  • Spécialiste en inspection. L'endocrinologue étudie les antécédents de vie et les maladies (hérédité, routine quotidienne, régime alimentaire, comorbidités, conditions de vie), effectue un examen général (paramètres de la pression artérielle, de la pesée). Si nécessaire, le patient est envoyé pour consultation chez un nutritionniste, un cardiologue, un gynécologue ou un andrologue.
  • Détermination des indicateurs anthropométriques. Le type d'obésité Android est diagnostiqué en mesurant le tour de taille. Dans le syndrome X, cet indicateur est supérieur à 102 cm chez les hommes et à 88 cm chez la femme.L'excès de poids est détecté en calculant l'indice de masse corporelle (IMC) en utilisant la formule BMI = poids (kg) / taille (m) ². Le diagnostic d'obésité est établi avec un IMC supérieur à 30.
  • Tests de laboratoire. Le métabolisme des lipides est perturbé: le taux de cholestérol, les LDL, les triglycérides augmentent, le taux de cholestérol HDL diminue. Des troubles du métabolisme des glucides entraînent une augmentation du glucose et de l'insuline dans le sang.
  • Recherche complémentaire. Selon les indications, une surveillance quotidienne de la pression artérielle, de l’ECG, de l’échocardiogramme, des ultrasons du foie et du rein, du profil glycémique et du test de tolérance au glucose est prescrite.

Les troubles métaboliques font suite à une maladie différenciée et au syndrome d'Itsenko-Cushing. Lorsque des difficultés surviennent, la détermination de l'excrétion quotidienne de cortisol dans l'urine, la sonde de dexaméthasone, la tomographie des glandes surrénales ou de l'hypophyse sont effectuées. Le diagnostic différentiel des troubles métaboliques est également posé dans les cas de thyroïdite auto-immune, d'hypothyroïdie, de phéochromocytome et du syndrome de l'hyperplasie ovarienne stromal. Dans ce cas, les niveaux d'ACTH, de prolactine, de FSH, de LH et d'hormone stimulant la thyroïde sont également déterminés.

Traitement du syndrome métabolique

Le traitement du syndrome X implique une thérapie complexe visant à normaliser le poids, les paramètres de la pression artérielle, les paramètres de laboratoire et les niveaux hormonaux.

  • Mode d'alimentation. Les patients doivent éliminer les glucides facilement digestibles (pâtisseries, bonbons, boissons sucrées), les fast-foods, les aliments en conserve et limiter la quantité de sel et de pâtes consommée. Le régime quotidien devrait comprendre des légumes frais, des fruits de saison, des céréales, du poisson et de la viande faibles en gras. Les aliments doivent être consommés 5 à 6 fois par jour en petites portions, en mastiquant bien et en ne buvant pas d'eau. Parmi les boissons, il est préférable de choisir du thé vert ou blanc non sucré, des boissons aux fruits et des boissons aux fruits sans sucre ajouté.
  • Activité physique En l’absence de contre-indications du système musculo-squelettique, il est recommandé de faire du jogging, de la natation, de la marche nordique, du Pilates et de l’aérobique. L'exercice devrait être régulier, au moins 2 à 3 fois par semaine. Exercices matinaux utiles, promenades quotidiennes dans le parc ou la ceinture forestière.
  • Traitement médicamenteux. Les médicaments sont prescrits pour traiter l'obésité, réduire la pression, normaliser le métabolisme des graisses et des glucides. En cas de violation de la tolérance au glucose, des préparations à base de metformine sont utilisées. La correction de la dyslipidémie avec l'inefficacité de la nutrition alimentaire est réalisée avec des statines. Dans l'hypertension, les inhibiteurs de l'ECA, les bloqueurs des canaux calciques, les diurétiques, les bêta-bloquants sont utilisés. Pour normaliser le poids des médicaments prescrits qui réduisent l'absorption des graisses dans l'intestin.

Pronostic et prévention

Avec un diagnostic et un traitement rapides du syndrome métabolique, le pronostic est favorable. La détection tardive de la pathologie et l'absence de traitement complexe entraînent des complications graves des reins et du système cardiovasculaire. La prévention du syndrome inclut une alimentation équilibrée, le rejet des mauvaises habitudes, des exercices réguliers. Il est nécessaire de contrôler non seulement le poids, mais également les paramètres de la silhouette (tour de taille). En présence de maladies endocriniennes concomitantes (hypothyroïdie, diabète sucré), il est recommandé d’observer au dispensaire un endocrinologue et d’étudier les taux hormonaux.

Syndrome métabolique: diagnostic, traitement, obésité avec SEP chez les femmes et les hommes

Le problème du syndrome métabolique (MS) prend aujourd'hui l'ampleur de cette épidémie dans presque tous les pays civilisés. Par conséquent, de nombreuses organisations médicales internationales se sont sérieusement engagées dans cette étude pendant de nombreuses années. En 2009, les scientifiques médicaux ont établi une liste de critères spécifiques permettant à un patient de diagnostiquer le développement du syndrome métabolique. Cette liste figurait dans le document intitulé «Harmonisation de la définition du syndrome métabolique», qui avait été signé par un certain nombre d'organisations sérieuses, notamment l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et l'Association internationale pour l'étude de l'obésité.

Danger du syndrome métabolique

Il convient de noter qu'un trouble de l'organisme, tel que le syndrome métabolique ou le syndrome de résistance à l'insuline, n'est pas une maladie distincte, mais un ensemble de modifications pathologiques survenant dans tous les systèmes du corps humain dans le contexte de l'obésité.

En raison de troubles métaboliques, le patient souffre simultanément de quatre maladies, à savoir:

Ce «groupe» de maladies est très dangereux pour une personne, car il menace le développement de conséquences graves telles que: l'athérosclérose vasculaire, le dysfonctionnement érectile, les ovaires polykystiques, la dégénérescence graisseuse du foie, la goutte, la thrombose, les accidents cérébrovasculaires et le myocarde.

Avec la sclérose en plaques, les cellules ne perçoivent plus l'insuline, une hormone, ce qui ne lui permet pas de remplir sa fonction. Le développement de la résistance à l'insuline et de l'insensibilité à l'insuline commence, après quoi les cellules absorbent mal le glucose et des changements pathologiques se produisent dans tous les systèmes et tissus.

Selon les statistiques, les personnes atteintes de sclérose en plaques sont principalement des hommes; le risque d'être touchées par cette maladie est cinq fois plus élevé chez les femmes que pendant la période post ménopause.

Il convient de noter qu’à ce jour, le syndrome de résistance à l’insuline n’est pas traité. Cependant, avec une approche médicale appropriée, une alimentation équilibrée et un mode de vie sain, il est possible de stabiliser la condition pendant assez longtemps. En outre, certains des changements qui se développent avec ce syndrome sont réversibles.

Causes de l'apparition et du développement du syndrome métabolique

Premièrement, regardons quel est le rôle de l'hormone insuline dans le corps humain? Parmi les nombreuses fonctions de l'insuline, sa tâche la plus importante consiste à établir une communication avec les récepteurs sensibles à l'insuline situés dans la membrane de chaque cellule. Grâce à de telles connexions, les cellules ont la capacité de recevoir du glucose provenant de l'espace extracellulaire. La perte de sensibilité des récepteurs à l'insuline contribue au fait que le glucose et l'hormone elle-même s'accumulent dans le sang, à partir desquels la SEP commence à se développer.

Les principales causes de résistance à l'insuline sont l'insensibilité à l'insuline:

  1. Prédisposition génétique. Avec des mutations du gène responsable du développement du syndrome de résistance à l'insuline:
    • les cellules peuvent avoir un nombre insuffisant de récepteurs avec lesquels l'insuline doit se lier;
    • les récepteurs peuvent ne pas avoir de sensibilité à l'insuline;
    • le système immunitaire peut produire des anticorps qui bloquent le travail des récepteurs sensibles à l'insuline;
    • le pancréas peut produire de l'insuline de nature anormale.
  2. Repas hypercalorique, qui est considéré comme l'un des facteurs les plus importants provoquant le développement de la SEP. Les graisses animales qui proviennent d'aliments, et en particulier, contenant des acides gras saturés en grande quantité, sont la principale cause de l'obésité. En provoquant des modifications des membranes cellulaires, les acides gras réduisent leur sensibilité à l'action de l'insuline.
  3. Faible activité physique, ce qui réduit le taux de tous les processus métaboliques dans le corps. La même chose s'applique au processus de division et de digestion des graisses. Les acides gras réduisent la sensibilité des récepteurs de la paroi cellulaire à l'insuline, empêchant ainsi le glucose d'être transporté à l'intérieur de la cellule.
  4. Hypertension artérielle chronique, ce qui affecte négativement le processus de circulation du sang périphérique, ce qui réduit la sensibilité des tissus à l'insuline.
  5. Régimes hypocaloriques. Si le volume quotidien de kilocalories entrant dans le corps est inférieur à 300 kcal, le corps doit alors accumuler des réserves grâce à un meilleur dépôt de graisse. Le corps commence le processus de désordres métaboliques irréversibles.
  6. Stress chronique. Un stress psychologique de longue durée affecte négativement le processus de régulation nerveuse des organes et des tissus, entraînant une défaillance hormonale. La production d'hormones, y compris l'insuline, est perturbée, ainsi que la sensibilité des cellules à ces cellules.
  7. Prendre des hormones telles que les corticostéroïdes, le glucagon, les hormones thyroïdiennes et les contraceptifs oraux. Ils réduisent la capacité de la cellule à absorber le glucose et réduisent parallèlement la sensibilité des récepteurs à l'insuline.
  8. Perturbations hormonales. Chez l'homme, le tissu adipeux est un organe du système endocrinien qui produit des hormones qui réduisent la sensibilité des cellules à l'insuline. Dans ce cas, plus les dépôts graisseux sont abondants, plus la sensibilité des tissus est faible.
  9. Changements liés à l'âge chez l'homme. Plus l'homme est âgé, plus le taux de testostérone, une hormone masculine, est bas et plus le risque d'obésité, d'hypertension et de résistance à l'insuline est élevé.
  10. La respiration s'arrête pendant le sommeil (apnée). Lorsque la respiration s'arrête en rêve, le cerveau manque d'oxygène et une libération intense d'hormone somatotrope, ce qui produit le développement d'une insensibilité à l'insuline cellulaire.
  11. Mauvaise approche pour le traitement du diabète - La nomination d'insuline plus que le taux requis. Avec une concentration élevée d'insuline dans le sang, des récepteurs provoquant une dépendance apparaissent. Le corps commence à produire une sorte de réaction défensive contre une grande quantité d'insuline - une résistance à l'insuline.

Symptômes du syndrome métabolique

MS se développe comme suit. Une activité physique faible et une alimentation hypercalorique provoquent des modifications du travail des récepteurs cellulaires: ceux-ci deviennent moins sensibles à l'insuline. À cet égard, le pancréas, essayant de fournir aux cellules le glucose nécessaire à leurs fonctions vitales, commence à produire plus d'insuline. En conséquence, un excès d'hormones se forme dans le sang. Une hyperinsulinémie se développe, ce qui affecte négativement le métabolisme des lipides et la fonction vasculaire: une personne commence à souffrir d'obésité et d'hypertension. Puisqu'une grande quantité de glucose non digéré reste dans le sang, cela entraîne le développement d'une hyperglycémie. Un excès de glucose à l'extérieur de la cellule et une déficience à l'intérieur entraînent la destruction des protéines et l'apparition de radicaux libres qui endommagent la membrane cellulaire, provoquant ainsi leur vieillissement prématuré.

Le processus de changements qui détruisent le corps, passe inaperçu et sans douleur, mais cela ne le rend pas moins dangereux.

Symptômes externes de la SP:

  1. Obésité viscérale (abdominale ou supérieure), dans lequel l'excès de masse grasse se dépose dans la moitié supérieure du corps et dans l'abdomen. Dans l'obésité viscérale, la graisse sous-cutanée s'accumule. En outre, les tissus adipeux enveloppent tous les organes internes, les comprimant et compliquant leur travail. Les fibres grasses, qui agissent comme un organe endocrinien, sécrètent des hormones qui produisent des processus inflammatoires et augmentent le taux de fibrine dans le sang, ce qui augmente le risque de formation de thrombus. En règle générale, en cas d'obésité supérieure, le tour de taille chez les hommes dépasse 102 cm et chez les femmes, plus de 88 cm.
  2. Apparition constante de taches rouges sur la poitrine et le cou. Cela est dû à une pression accrue. Donc, avec l'obésité, la pression artérielle systolique dépasse 130 mm Hg. Art., Et diastolique - 85 mm Hg. st.

Sentiments du patient dans le développement de la SP:

  • éclats de mauvaise humeur, surtout quand faim. La mauvaise humeur, l'agressivité et l'irritabilité du patient sont dues à l'apport insuffisant de glucose dans les cellules du cerveau;
  • maux de tête fréquents. Dans la SEP, le mal de tête est le résultat d’une augmentation de la pression ou d’une vasoconstriction par le biais de plaques athéroscléreuses;
  • douleurs dans le cœur causées par une malnutrition cardiaque due à des dépôts de cholestérol dans les vaisseaux coronaires;
  • palpitations intermittentes. Une concentration élevée d'insuline accélère le rythme cardiaque tout en augmentant le volume de sang éjecté à chaque contraction du cœur. Par la suite, au début, les parois de la moitié gauche du cœur s'épaississent et, à long terme, l'usure de la paroi musculaire commence;
  • fatigue sévère associée à la «privation» de glucose des cellules. Malgré le fait que la glycémie soit élevée, en raison de la faible sensibilité des récepteurs cellulaires à l'insuline, les cellules ne reçoivent pas le glucose dont elles ont besoin et restent sans source d'énergie;
  • veux vraiment doux. En raison de la «famine» de glucose dans les cellules du cerveau, la nourriture est préférée aux sucreries et aux glucides, ce qui contribue à améliorer l'humeur à court terme. Dans le syndrome métabolique, une personne est indifférente aux légumes et aux aliments protéinés (viande, œufs, produits laitiers), après avoir consommé la somnolence;
  • http://bystrajadieta.ru/wp-content/uploads/2016/06/sladkaja-dieta-6.jpg
  • des nausées et une mauvaise coordination des mouvements associées à une augmentation de la pression intracrânienne, qui résulte d'une altération de la circulation sanguine du cerveau;
  • constipation récurrente. Les concentrations élevées d'insuline dans le sang et l'obésité ralentissent le travail du tractus gastro-intestinal;
  • transpiration excessive, sensation de soif inextinguible et bouche sèche. Le système nerveux sympathique sous l'influence de l'insuline agit sur les glandes salivaires et sudoripares, en les inhibant.

Méthodes de diagnostic du syndrome métabolique

Le problème du syndrome de résistance à l'insuline doit être soumis aux endocrinologues. Mais comme cette maladie affecte simultanément le corps humain à une variété de changements pathologiques, l'aide de plusieurs autres spécialistes peut être nécessaire: un cardiologue, un nutritionniste ou un thérapeute.

Un endocrinologue pour le diagnostic effectue une enquête et un examen du patient. Afin d'analyser avec précision les raisons ayant contribué à la prise de poids et au développement de la SEP, un spécialiste doit collecter des informations sur les points suivants:

  • conditions et mode de vie;
  • Quel âge a commencé le gain de poids?
  • Est-ce que l'un des membres de la famille souffre d'obésité?
  • caractéristiques du régime alimentaire, préférences alimentaires (aliments sucrés et gras);
  • la pression artérielle;
  • si le patient souffre de maladies cardiovasculaires.

Lors de l'examen d'un patient:

  1. Le type d'obésité est déterminé.. L'obésité est soit masculine (abdominale, viscérale, supérieure) ou féminine (gynoïde). Dans le premier cas, l'excès de graisse corporelle s'accumule dans l'abdomen et dans la moitié supérieure du corps, et dans le second, sur les cuisses et les fesses.
  2. Tour de taille mesuré. Avec le développement de l'obésité, l'OT chez les hommes est supérieur à 102 cm et chez la femme - plus de 88 cm S'il existe une prédisposition génétique, alors l'obésité est diagnostiquée: chez l'homme - 94 cm ou plus, chez la femme - à partir de 80 cm.
  3. Calcule le rapport tour de taille et tour de hanche (OT / OB). En règle générale, chez une personne en bonne santé, ce coefficient n'excède pas 1,0 pour les hommes et 0,8 pour les femmes.
  4. Poids déterminé et taille mesurée.
  5. Calcule l'indice de masse corporelle (IMC), représentant le rapport poids / taux de croissance.
  6. Le corps est vérifié pour la présence de vergetures (vergetures) sur la peau.. Avec un gain de poids important, la couche réticulaire de la peau est endommagée et les petits capillaires sanguins sont brisés et l'épiderme ne perd pas son intégrité. Extérieurement, ces changements se manifestent par des bandes rouges de 2 à 5 mm de largeur, qui deviennent plus claires au fil du temps.

Diagnostic du syndrome métabolique à l'aide de tests de laboratoire

L'examen biochimique du sang permet de déterminer la présence de SEP à l'aide des indicateurs suivants:

  1. Triglycérides (graisses dépourvues de cholestérol) - plus de 1,7 mmol / l.
  2. HDL (lipoprotéines de haute densité) - «bon» cholestérol. Dans l'obésité, ce chiffre tombe en dessous de la norme: moins de 1,0 mmol / l - chez les hommes et moins de 1,3 mmol / l - chez les femmes.
  3. LDL (lipoprotéines de basse densité, cholestérol) - «mauvais» cholestérol. En règle générale, avec la maladie, cet indicateur dépasse la norme - 3,0 mmol / l. Les acides qui pénètrent dans le sang à partir du tissu adipeux stimulent le foie à produire du cholestérol peu soluble et se déposant sur les parois des vaisseaux sanguins, ce qui provoque le développement de l’athérosclérose vasculaire.
  4. La concentration de glucose sanguin à jeun le matin dépasse 6,1 mmol / l. Puisque le mécanisme d'assimilation du glucose ne fonctionne pas bien, son niveau ne baisse pas même après une nuit de sommeil.
  5. Le niveau d'acide urique augmente et peut dépasser 415 µmol / L. En raison de la perturbation du métabolisme de la purine, les cellules meurent, entraînant la formation d'acide urique, dont les reins produisent mal la production. L'augmentation de cet indicateur indique le développement de l'obésité et une forte probabilité de développer la goutte.
  6. La microalbuminurie détermine la présence de molécules de protéines dans l'urine. L’insuffisance rénale dans le développement du diabète sucré ou de l’hypertension provoque l’apparition de protéines dans l’urine mal filtrée.
  7. Vérifiez le corps pour la susceptibilité au glucose. Pour cela, une personne consomme 75 grammes de glucose par voie orale et sa concentration dans le sang est déterminée au bout de deux heures. En bonne santé, le corps humain absorbe le glucose pendant ce temps et son niveau ne doit pas dépasser la norme - 6,6 mmol / l.

Données statistiques sur le syndrome métabolique

Comme le montrent les statistiques mondiales, les maladies cardiovasculaires causent la mort de 16 millions de personnes chaque année. De plus, la plupart de ces maladies sont apparues dans le contexte du développement de la SP.

En Russie, plus de la moitié de la population est en surpoids et près du quart des Russes souffrent d'obésité. Bien que ce ne soient pas les pires indicateurs par rapport à d’autres pays, il convient de noter que le problème du taux élevé de cholestérol dans le sang, qui provoque des accidents vasculaires cérébraux et des crises cardiaques, est très courant dans la population russe.

Près de 75% des Russes meurent des suites de maladies non infectieuses, dues pour la plupart à des troubles métaboliques. Cela est dû à un changement de mode de vie de l'ensemble de la population terrestre: faible activité physique pendant la journée et consommation excessive d'aliments gras et contenant des glucides. Selon les prévisions médicales, d'ici un quart de siècle, le nombre de personnes atteintes de SP augmentera d'environ 50%.

Méthodes de traitement du syndrome métabolique

Traitement de la sclérose en plaques avec des médicaments

Les médicaments sont attribués à un individu pour chaque patient, en tenant compte du stade et de la cause de son obésité, ainsi que des indicateurs de la composition biochimique du sang. En règle générale, les médicaments prescrits ont pour effet d'accroître la sensibilité des tissus à l'insuline, d'établir des processus métaboliques et de réduire le taux de sucre dans le sang.

Syndrome métabolique

Le groupe le plus sensible à ces facteurs est le groupe des nourrissons, des enfants et des adolescents. Pour sa part, le danger est également causé par un groupe de maladies appelées maladies de civilisation. Ceux-ci incluent des maladies du système respiratoire, de la circulation sanguine, des allergies, du cancer, du SIDA, de la maladie d'Alzheimer et bien d'autres. Récemment, ils ont été attribués, et le syndrome métabolique, apparaissant de plus en plus chez t.ch. chez les enfants.

Le syndrome métabolique est une maladie très grave qui, jusqu'à récemment, était décrite chez les adultes. Ceci est un ensemble de facteurs qui augmentent le risque de maladie cardiovasculaire.

Syndrome métabolique: tout sur le problème

Le syndrome métabolique est une combinaison de divers troubles et / ou maladies métaboliques à l'origine du développement précoce de l'athérosclérose et de ses complications cardiovasculaires. Le syndrome métabolique chez les femmes en âge de procréer qui étaient auparavant des médecins praticiens est connu sous le nom de syndrome neuro-endocrinien, se présentant comme une forme bénigne de la maladie de Cushing, du syndrome hypothalamique ou diencéphalique.

Dans cette section, le matériel sera présenté du point de vue du gynécologue et de l’endocrinologue. Chez les femmes en âge de procréer, le syndrome métabolique est l’une des causes les plus courantes d’altération de la fonction de reproduction compte tenu de l’obésité progressive et des symptômes diencephaliques.

Logiciel CIM-10, code E28.8 Autres types de dysfonctionnement ovarien.

Épidémiologie

L'incidence de cette pathologie dans la population peut atteindre 15 à 20%, environ 30 à 35% dans la structure des troubles de la reproduction et jusqu'à 70% chez les patients présentant des processus hyperplasiques endométriaux récurrents; la fréquence des pertes en début de grossesse augmente à 35%.

Étiologie

Les causes du syndrome métabolique sont les effets de divers facteurs (stress mental, neuroinfection, opérations diverses, blessures, accouchement, avortements, etc.) chez les femmes ayant un certain fond prémorbide (labilité fonctionnelle congénitale ou acquise des structures hypothalamiques et extrahypothalamiques).

Pathogenèse

En premier lieu, il y a violation de la régulation neuroendocrinienne de l'hypothalamus, d'où l'apparition de nombreux symptômes diencéphaliques (trouble du sommeil, appétit, soif, vertiges, maux de tête, hypertension, etc.) indiquant la genèse centrale (hypothalamique) de cette pathologie.

En conséquence, la sécrétion d'ACTH, de prolactine augmente, le rythme cychoral de libération de GnRH et, en conséquence, les gonadotrophines de l'hypophyse sont perturbés. L'œstrone, synthétisé de manière extragonale à partir d'androgènes, augmente la sensibilité de la glande pituitaire à la gonadolibérine, ce qui perturbe en outre le fonctionnement du système hypothalamo-hypophyso-ovarien avec la formation d'ovaires polykystiques secondaires.

Troubles dans le système hypothalamus-hypophyso-surrénalien. En réponse à la stimulation excessive de l'ACTH dans les glandes surrénales, la formation de toutes les hormones stéroïdiennes du cortex augmente: glucocorticoïdes (cortisol), minéralocorticoïdes (aldostérone) et hormones sexuelles, principalement des androgènes.

L’hypercortisolisme contribue à l’obésité spécifique, appelée obésité viscérale (obésité centrale, coussingoïde, masculine, androïde) avec la déposition prédominante de tissu adipeux dans la ceinture scapulaire, l’abdomen et le mésentère des organes internes.

Le tissu adipeux viscéral entraîne la formation d'une résistance à l'insuline due à l'hyperinsulinémie. Ensuite, on observe une violation du spectre lipidique sanguin (dyslipidémie), caractérisée par une augmentation des facteurs athérogènes (triglycérides, lipoprotéines de basse densité, lipoprotéines de très basse densité) et une diminution des lipoprotéines de haute densité, ce qui entraîne une athérosclérose et une hypertension artérielle.

La séquence de développement des troubles métaboliques correspond à la durée de la maladie. Ainsi, l'hypertension artérielle, composante essentielle du syndrome métabolique, apparaît généralement après 35 ans.

L’obésité viscérale est également favorisée par la boulimie (augmentation de l’appétit et consommation excessive de nourriture) en raison d’une altération du contrôle des neurotransmetteurs sur la fonction des centres de restauration situés dans l’hypothalamus.

Ainsi, à la suite de l'activation de l'axe «hypothalamus hypiphysheptenus», 4 composantes principales («quartet de la mort») du syndrome métabolique se forment: obésité viscérale, résistance à l'insuline, dyslipidémie et hypertension artérielle.

Le rôle de l'insuline dans la fonction ovarienne est réduit à l'amélioration de la synthèse de la testostérone dépendante de la LH. De plus, l'insuline inhibe la production de SHBG dans le foie, augmentant ainsi le taux sanguin de fractions biologiquement libres de testostérone et d'estradiol.

Le système hypothalamo-hypophyso-ovarien. Chez les femmes atteintes du syndrome métabolique, les ovaires polykystiques sont formés non seulement à la suite de troubles métaboliques, mais également en tant que trouble primaire du contrôle des neurotransmetteurs sur la fonction de la GnRH. Les mécanismes de formation des ovaires polykystiques secondaires peuvent être simplifiés comme suit.

En raison de changements dans la sécrétion de gonadolibérine, la production de gonadotrophines est perturbée dans le sens d’une augmentation du taux de LH et d’une diminution relative de la synthèse de la FSH. Dans les ovaires, le processus d'ovulation est perturbé, d'abord la persistance des follicules, puis leur atrésie.

Un excès d'androgènes, provenant principalement des glandes surrénales, puis des ovaires polykystiques du tissu adipeux, augmente la synthèse d'estrone. De fortes concentrations d'estrone extragonadique augmentent la sensibilité de l'hypophyse à la gonadolibérine, ce qui conduit à une hypersécrétion chronique de LH et ferme le "cercle vicieux" dans la formation des ovaires polykystiques secondaires.

Tableau clinique

Le signe cardinal du syndrome métabolique est une violation de la fonction menstruelle et générative sur fond de prise de poids de 10-30 kg. La plupart des patientes se plaignent d'irrégularités menstruelles, de fausse couche, de stérilité, d'une croissance excessive des cheveux, d'obésité et de diverses "plaintes dienphoriques".

De plus, le surpoids du patient est associé à des troubles endocriniens, mais pas à des facteurs alimentaires. Vous ne pouvez détecter la présence d’un appétit accru, principal facteur de l’obésité, que si vos antécédents sont soigneusement recueillis.

Diagnostics

Le diagnostic du syndrome métabolique est basé sur des données cliniques et des caractéristiques phénotypiques (troubles menstruels, gain de poids, obésité androïde et plaintes de type «diencephalique»).

Anamnèse

Parmi les maladies transférées, il existe une fréquence élevée d'infections virales respiratoires aiguës dans diverses pathologies extragénitales. L'hérédité chez la plupart des patients est aggravée par une altération de la fonction de reproduction, l'obésité, un diabète sucré non insulino-dépendant, des maladies cardiovasculaires.

Il est nécessaire d'identifier les facteurs contribuant à la prise de poids, de déterminer la durée de la maladie et la probabilité de formation de ovaires polykystiques secondaires. Fonction menstruelle et générative: l'âge de la ménarche ne diffère pas de celui de la population - 12-13 ans.

Le poinçon est une violation secondaire du cycle menstruel après une exposition à divers facteurs sur le fond de la prise de poids. La perturbation du cycle menstruel commence par une augmentation de la durée du cycle, du FLN, puis se développent une oligoménorrhée et une anovulation chronique; la fréquence des saignements utérins anormaux - jusqu'à 20%.

Étant donné que la majorité des patientes ayant eu des antécédents de grossesse ont abouti à un accouchement, à un avortement, une fonction générative altérée est plus souvent caractérisée par une stérilité secondaire ou une fausse couche (au début de la maladie).

Examen physique

Examen physique - L'indice de masse corporelle correspond à l'obésité et est supérieur à 30 ans. Le rapport tour de taille / tour de hanche est caractéristique du type d'obésité viscérale (supérieur à 0,85). Les bandes élastiques sur la peau de l'abdomen et des cuisses, allant du rose pâle au violet, constituent un signe clinique important.

La sévérité de l'hirsutisme, l'acné est plus élevée qu'avec le SOPK, en raison de l'influence non seulement des androgènes surrénaliens, mais également de la testostérone synthétisée de manière extragonale dans une grande quantité de tissu adipeux.

Au cours de la formation des ovaires polykystiques secondaires, la croissance des poils en tige augmente non seulement le long de la ligne blanche de l'abdomen, des champs et de la face interne des cuisses, mais aussi souvent au niveau du menton, des favoris, du sternum, du dos et des fesses.

Dans le même temps, certains patients présentent des signes de syndrome viril - alopécie androgéno-dépendante et diminution du timbre de la voix. L'état des glandes mammaires est caractérisé par une hypertrophie due au tissu adipeux et une fréquence élevée de mastopathie fibrokystique.

Lors d'un examen gynécologique, il convient de prêter attention au degré de saturation en estrogènes sur le nombre de lésions cervicales, qui est de 10–12 cm dans la première phase de la maladie et de 5–6 cm lors de la formation d'ovaires polykystiques secondaires. dans les plis inguinaux.

Études instrumentales

L'échographie transvaginale aidera à identifier les ovaires polykystiques secondaires. Au début de la maladie, on définit les ovaires multifolliculaires, qui diffèrent par le volume normal du stroma par une multitude de follicules atteignant 10-12 mm de diamètre.

Le pic d'insulinémie est observé après 60 minutes et après 120 minutes, les indicateurs d'insuline (mais pas de glucose) reviennent à leur valeur de base ou sont légèrement supérieurs aux valeurs de référence. En outre, les critères de laboratoire pour la résistance à l'insuline sont une concentration d'insuline de base de 12,2 mIU / L ou plus.

Informative peut également être considérée comme la définition de l'indice HOMA, dont la valeur est supérieure à 2,5 indique une résistance à l'insuline. Pour calculer cet indice, seules les concentrations basales de glucose et d'insuline sont nécessaires, lesquelles sont multipliées et divisées par 22,5.

Tests de laboratoire

Les études hormonales se caractérisent par une augmentation des concentrations sanguines d'ACTH, de cortisol et de prolactine. Les taux de LH et de FSH peuvent être normaux et, lorsque des ovaires polykystiques secondaires se forment, la concentration de LH augmente avec une augmentation du rapport LH / FSH jusqu'à 2,5–3.

Au cours de la biopsie de l'endomètre, on note une fréquence plus élevée de processus hyperplasiques et d'adénomatose de l'endomètre (jusqu'à 60%), ce qui est sans aucun doute associé à des troubles métaboliques prononcés. Par conséquent, les praticiens doivent traiter ces patients avec une vigilance oncologique et recommander un curetage séparé pour les troubles menstruels, ainsi que les signes échographiques d'hyperplasie de l'endomètre.

Diagnostic différentiel

Le diagnostic différentiel est réalisé principalement avec la maladie de Cushing. Le diagnostic nécessite la participation d’endocrinologues ordinaires, pour qui la maladie de Cushing n’est pas rare. Dans le même temps, il existe des taux élevés d’ACTH, de cortisol et de prolactine, ainsi que des signes échographiques d’hyperplasie surrénalienne. Le diagnostic différentiel est également réalisé avec une pathologie spéciale des ovaires - tekamatoz stromal.

Le tableau clinique de cette pathologie est caractérisé par l’obésité, un syndrome viril sévère avec «acanthose nigroïde» et une résistance à l’insuline. Dans le sang, le niveau d'androgènes est significativement élevé avec un contenu normal de LH et de FSH, la taille des ovaires peut être normale. Les processus hyperplasiques récurrents de l’endomètre qui ne se prêtent pas à un traitement hormonal constituent un trait caractéristique.

Le plus souvent, il est nécessaire d'effectuer des diagnostics différentiels avec le SOPK et l'obésité. Dans ce cas, le rôle principal est attribué à l’anamnèse (nature secondaire des troubles de la fonction menstruelle et générative avec l’arrière-plan du syndrome métabolique), car lors de la formation des ovaires polykystiques secondaires, les caractéristiques échographiques, endocrinologiques et métaboliques ne diffèrent pas de celles associées à l’obésité sous PCOS.

Traitement

Le traitement présente certaines difficultés, car la récupération de la fonction menstruelle et générative ne peut être obtenue que dans le contexte de la normalisation du poids corporel. L'erreur la plus commune des praticiens est la stimulation de l'ovulation sur le fond de l'obésité.

Il est important de détecter précocement la maladie au stade des troubles fonctionnels, avant la formation des ovaires polykystiques. Dans ce cas, la thérapie métabolique conduit à la restauration des cycles menstruels ovulatoires et de la fertilité.

Objectifs de traitement

L'objectif principal du traitement est la normalisation du poids corporel, la restauration de l'homéostasie métabolique et hormonale, qui contribue non seulement à la réalisation de la fonction générative, mais réduit également les risques pour la santé et permet de développer à long terme des habitudes de vie sain. Une nutrition rationnelle implique une diminution de la valeur énergétique due aux graisses et aux glucides et constitue la base du traitement métabolique.

Traitement de la toxicomanie

Parmi les médicaments neurotransmetteurs, la sibutramine, un inhibiteur sélectif de la recapture de la sérotonine et de la noradrénaline dans les synapses du système nerveux central, a fait ses preuves. Renforce et prolonge la sensation de plénitude, supprimant ainsi l'appétit, stimulant le système nerveux sympathique, augmentant la dépense énergétique. Nommé par 10-15 mg par jour.

Les effets secondaires associés au mécanisme d'action du médicament: selles grasses, augmentation des selles, envie de déféquer, flatulences. Lorsque la teneur en matières grasses du régime alimentaire correspond à 30% de la valeur énergétique quotidienne, ces phénomènes sont minimes. Le mécanisme d’action de la bodymarine est basé sur la division et l’élimination des graisses, de sorte que la diarrhée et les selles grasses ne sont pas observées. Pour perdre du poids, prenez 2 comprimés 2 fois par jour pendant 30 à 45 minutes avant le repas principal (déjeuner et dîner), en buvant chaque comprimé avec 1 verre d'eau.

En outre, il est recommandé de modérer l'exercice, ce qui contribue non seulement à la perte de poids, mais également à augmenter la sensibilité des tissus périphériques (muscles) à l'insuline. Comme l’obésité viscérale, qui est toujours caractérisée par une résistance à l’insuline, est notée chez tous les patients, la metformine est recommandée chez la majorité des patients à 1500 mg par jour.

Après avoir perdu du poids chez certaines femmes, le cycle menstruel et la fertilité ovulatoires sont rétablis, les ovaires secondaires polykystiques ne se sont pas encore formés. Pour la période de normalisation du poids corporel, une protection contre la grossesse est recommandée, qui peut être compliquée par une prééclampsie sévère ou être interrompue à un stade précoce.

Une anovulation après normalisation du poids corporel et des troubles métaboliques indiquent la formation d'ovaires polykystiques secondaires. Dans ce cas, il est recommandé de stimuler l'ovulation par des moyens conservateurs ou chirurgicaux. L’infertilité étant souvent secondaire, il est nécessaire d’exclure le facteur tubulaire avant de procéder à la stimulation de l’ovulation.

Pour le traitement de l'hirsutisme, des COC sans effet métabolique sont prescrits, notamment le janin © ou le yarin ©, qui comprend un nouveau progestatif, la drospirénone, aussi proche que possible de la progestérone endogène. En tant qu'analogue de la spirolactone, la drospirénone a des effets anti-minéralocorticoïdes et anti-androgéniques. Dans le contexte d'une alimentation équilibrée avec une diminution de la masse du tissu adipeux, la synthèse des androgènes diminue, ce qui donne déjà des résultats positifs.

La pathogenèse multifactorielle du syndrome métabolique impliquant de nombreux systèmes corporels détermine la complexité et la faible efficacité du traitement, sur laquelle devrait reposer la régulation du métabolisme du neurotransmetteur du SNC dans le contexte de la normalisation du poids, en particulier lors de la formation d'ovaires polykystiques secondaires.

La correction opportune des troubles métaboliques au premier stade (fonctionnel) de la maladie est plus efficace pour rétablir la santé reproductive et prévenir le développement de maladies cardiovasculaires, diabète sucré non insulino-dépendant - les effets du syndrome métabolique dégradant la qualité de vie des femmes non ménopausées.

Symptômes du syndrome métabolique

À l'heure actuelle, les maladies cardiovasculaires (infarctus du myocarde, accident vasculaire cérébral, etc.) et le diabète sucré de type 2 comptent parmi les principales causes de décès. La prévention de ces maladies est donc un problème important de notre époque. La lutte contre les facteurs de risque est au cœur de la prévention de toute maladie. Le terme syndrome métabolique est utilisé en médecine spécifiquement pour la détection précoce et l'élimination des facteurs de risque de maladies cardiovasculaires et de diabète.

Le syndrome métabolique est un groupe de facteurs de risque de maladies cardiovasculaires et de diabète. Les violations dans le cadre du syndrome métabolique, longtemps méconnues, commencent souvent à se former dans l'enfance et l'adolescence, entraînant inévitablement des maladies athérosclérotiques, le diabète et l'hypertension artérielle.

Souvent, les patients obèses, le glucose «légèrement» élevé, la pression artérielle à la limite supérieure de la normale ne sont pas pris en compte. Ce n'est que lorsque ces facteurs de risque se transforment en une maladie grave que le patient reçoit l'attention de la santé publique.

Pour la commodité des patients et des praticiens, des critères clairs ont été établis pour permettre le diagnostic du syndrome métabolique avec un examen minimal. Actuellement, la plupart des médecins utilisent la même définition du syndrome métabolique proposée par la Fédération internationale du diabète: une combinaison d'obésité abdominale et de deux critères supplémentaires (dyslipidémie, troubles du métabolisme des glucides, hypertension artérielle).

Considérez tous les critères du syndrome métabolique:

Le critère principal et obligatoire est l'obésité abdominale, c'est-à-dire l'obésité, dans laquelle les tissus adipeux se déposent principalement dans l'abdomen. Parfois, une telle obésité est appelée obésité «semblable à une pomme» ou «androïde». Le dépôt de graisse principalement dans les cuisses et les fesses («type poire», «gynoïde») n’a pas ces effets indésirables et n’est pas considéré comme un critère de syndrome métabolique.

Il convient de rappeler que l’obésité peut être non seulement le résultat d’une alimentation excessive et d’un mode de vie médiocre, mais également le symptôme d’une maladie génétique ou endocrinienne grave. Par conséquent, si vous présentez une combinaison d'obésité et de symptômes tels que gonflement, sécheresse de la peau, constipation, douleurs osseuses, vergetures ("vergetures") sur la peau, changements de couleur de la peau et déficience visuelle, vous devez contacter un endocrinologue dès que possible pour écarter les formes secondaires d'obésité.

Critères supplémentaires:

  1. L'hypertension est diagnostiquée si la pression artérielle systolique est supérieure ou égale à 130 mm Hg. Art., Diastolique supérieur ou égal à 85 mm. Hg, ou dans le cas de patients recevant des médicaments antihypertenseurs.
  2. Troubles du spectre lipidique Le diagnostic nécessitera un test sanguin biochimique: détermination du taux de triacylglycéride et du cholestérol des lipoprotéines de haute densité. Les critères du syndrome incluent le taux de triacylglycérides supérieur à 1,7 mmol / l, le taux de lipoprotéines de haute densité inférieur à 1,03 mmol / l chez l'homme et inférieur à 1,2 mmol / l chez la femme, ou encore au traitement établi de la dyslipidémie.
  3. Une violation du métabolisme des glucides est une glycémie à jeun supérieure à 5,6 mmol / l ou un traitement par des agents hypoglycémiants.

Diagnostics

Si nécessaire, votre médecin vous prescrira un examen supplémentaire:

  • surveillance quotidienne de la pression artérielle,
  • Étude ECG
  • échographie du coeur et des vaisseaux sanguins
  • détermination des paramètres biochimiques des lipides sanguins,
  • tests de la fonction hépatique et rénale,
  • détermination de la glycémie 2 heures après un repas ou après avoir effectué un test de tolérance au glucose par voie orale.

Traitement

Le traitement du syndrome métabolique consiste à maintenir un mode de vie sain et une pharmacothérapie. Changer de mode de vie signifie changer de régime alimentaire, faire de l'exercice physique et abandonner ses mauvaises habitudes. La pharmacothérapie (prescription de médicaments) n'aura aucun effet si le patient ne respecte pas les règles de la nutrition et de l'activité physique.

Conseils nutritionnels

  • Les régimes extrêmement stricts et la famine ne sont pas recommandés. La perte de poids doit être progressive (de 5 à 10% pour la première année). Avec le rythme rapide de la perte de poids, il est difficile pour le patient de maintenir le résultat. Les kilogrammes perdus reviennent presque toujours aussi rapidement.
  • Un changement dans la composition des aliments sera plus bénéfique et efficace: réduction de la consommation de graisses animales, remplacement des graisses animales par des graisses végétales, augmentation de la consommation de fibres végétales, de fibres et réduction de la consommation de sel.
  • Il devrait être presque complètement éliminé les boissons gazeuses sucrées, les confiseries, les fast-foods.
  • Il est préférable de limiter le pain à 150-200 grammes par jour,
  • Les soupes doivent être principalement de légumes.
  • Parmi les produits à base de viande, il est préférable de choisir du bœuf, de la volaille ou du poisson maigre, bouilli ou en gelée.
  • Parmi les céréales il vaut mieux utiliser le sarrasin et l'avoine, il est également possible de limiter le riz, le millet, l'orge perlé, les céréales, la semoule.
  • Pommes de terre, carottes, betteraves, il est recommandé de ne pas utiliser plus de 200 grammes par jour. Les légumes riches en fibres (tomates, concombres, poivrons, choux, laitue, radis, courgettes) et les légumes verts peuvent être utilisés presque sans restrictions en cru et cuit ou cuit au four.
  • Les oeufs sont recommandés pour ne pas utiliser plus de 1 morceau par jour.
  • Les fruits et les baies peuvent être consommés jusqu'à 200-300 grammes par jour.
  • Lait de produits laitiers à faible teneur en matière grasse, à faible teneur en matière grasse et de fromage cottage - 1 à 2 tasses par jour. Crème, fromages gras, crème sure est recommandé d'utiliser occasionnellement.
  • Parmi les boissons autorisées thé, café faible modéré, jus de tomate, boissons aux fruits et jus de baies et fruits, variétés aigres, mieux fait maison sans sucre.

La lutte contre les mauvaises habitudes: la restriction de l'alcool, le sevrage tabagique.

Recommandations sur le régime d'activité physique

Une augmentation progressive de l'activité physique est recommandée. Vous devriez préférer des sports comme la marche, le jogging, la gymnastique, la natation. L'essentiel est de faire de l'exercice régulièrement et de correspondre à vos capacités.

Traitement de la toxicomanie

La pharmacothérapie du syndrome métabolique vise à traiter l'obésité, les troubles du métabolisme des glucides, l'hypertension artérielle et la dyslipidémie.

Aujourd'hui, la metformine (Siofor, Glucophage) est utilisée pour traiter les troubles du métabolisme des glucides dans le syndrome métabolique. La dose de metformine est sélectionnée sous le contrôle de la glycémie. La dose initiale est généralement de 500 à 850 mg, la dose quotidienne maximale étant de 2,5 à 3 g.

En cas de surdosage du médicament ou en violation du régime peut provoquer une hypoglycémie - une diminution de la glycémie. L'hypoglycémie se manifeste par une faiblesse, un tremblement du corps, la faim, l'anxiété. À cet égard, il est important de surveiller attentivement les taux de glucose sanguin pendant le traitement par la metformine. Le meilleur de tout, si le patient a un lecteur de glycémie - un dispositif d'auto-mesure de la glycémie à la maison.

Pour le traitement de l'obésité, le médicament Orlistat (Xenical) est largement utilisé. La dose est de 120 mg pendant ou moins d'une heure après le repas principal (mais pas plus de trois fois par jour). Dans le cas d'une petite quantité de graisse dans la nourriture, la consommation d'orlistat est permise.

Ce médicament réduit l'absorption des graisses dans les intestins. Par conséquent, si le patient augmente la quantité de graisses dans son alimentation, il produit des effets secondaires désagréables: écoulement huileux de l'anus, flatulences, besoin fréquent de déféquer.

Les patients atteints de dyslipidémie, dont le régime alimentaire est inefficace pendant au moins 3 à 6 mois, se voient prescrire des hypolipémiants, comprenant des statines ou des fibrates. Ces médicaments ont des limitations d'utilisation importantes et des effets secondaires graves, doivent être prescrits que par le médecin traitant.

Les antihypertenseurs recommandés pour le syndrome métabolique comprennent les inhibiteurs de l'enzyme de conversion de l'angiotensine (énalapril, lisinopril), les inhibiteurs des canaux calciques (amlodipine) et les agonistes des récepteurs de l'imidosaline (rilménidine, moxonidine). La sélection des médicaments est effectuée par le thérapeute ou le cardiologue individuellement, en fonction de la situation clinique spécifique.

Des complications

Comme mentionné ci-dessus, le syndrome métabolique est un facteur de risque de développement de maladies cardiovasculaires graves et de diabète. Vous devez donc porter une attention particulière à sa prévention et à son traitement.

Syndrome métabolique ou pourquoi vous prenez du poids

Syndrome métabolique - le concept d'une série de "entendu la sonnerie, mais ne sais pas où il est." Nous disons de quel type de problème il s'agit, comment il nous empêche de perdre du poids et nous recherchons des moyens efficaces de protection.

Explique ce que c'est. En raison d'un mode de vie inapproprié et d'une alimentation riche en glucides (hamburgers, brioches, friandises, tablettes de chocolat), les cellules perdent la capacité de prendre de l'insuline et ne reçoivent donc pas de glucose (il est responsable de son absorption).

Les deux substances ─ et l'insuline, ainsi que le glucose ─ s'accumulent en excès dans le sang, ne pouvant "pénétrer" dans les cellules. Au fil du temps, le déséquilibre augmente et donne lieu à toute une série de troubles: métaboliques et hormonaux. Cela entraîne une détérioration du bien-être général: poids excessif, essoufflement se déclare, sauts de pression et souvent mal à la tête.

Afin de prévenir un tel outrage au travail de votre corps et de ne pas devenir victime du syndrome métabolique (ou de vous en débarrasser le plus tôt possible, si une telle nuisance est survenue), il suffit de suivre des règles simples.

Allez pour les céréales et les pois

Le gage de stabilisation du poids et de normalisation du bien-être est un régime alimentaire équilibré. Par conséquent, tout d’abord, examinez le régime alimentaire. Ne vous précipitez pas aux extrêmes - les régimes «affamés» ne feront que dire adieu pendant un court instant aux kilogrammes détestés, tout en causant de graves dommages à l'organisme.

De la «plus simple», à propos, devra abandonner: elle contient du sucré et les produits à base de farine deviennent l’une des principales raisons pour gagner du poids.

Oubliez l'ascenseur

Tout le monde comprend à quel point l'activité physique est importante pour la santé. Cependant, seule la motivation pour des visites régulières dans un club de fitness ne suffit souvent pas. La justification est facile à trouver: le rythme de la vie moderne ne laisse pas de choix - le temps libre fait cruellement défaut.

Mais pour accélérer le métabolisme, il faut transpirer. N'hésitez pas à choisir ce que vous préférez - yoga, marche (y compris la marche nordique avec des bâtons), natation. Avec «Je ne peux pas», essayez au moins deux fois par semaine de vous entraîner pleinement pendant une heure et demie. Dans les cas extrêmes, abandonnez la voiture au profit de la marche et préférez l'ascenseur au sol.

Ne pas boire, ne pas fumer

Combien de fois le monde a-t-il été informé que le tabagisme et la consommation d'alcool étaient extrêmement préjudiciables à la santé. Les boissons contenant de l'alcool sont, en outre, des aliments extrêmement caloriques. Abandonner de telles habitudes peut être extrêmement difficile. Mais gardez à l'esprit qu'ils provoquent des défaillances dans le travail de presque tous les systèmes internes, épuisant le corps.

Se calmer

Le stress est une autre raison du développement du syndrome métabolique. Dépression émotionnelle, irritabilité et fatigue constante ont un effet néfaste sur la tension artérielle et augmentent le risque de maladies cardiovasculaires. Presque tous les jours, nous nous sentons surchargés de nerfs ─ nous perdons du temps dans la circulation, quittons la maison sans parapluie, nous disputons avec un collègue à la table voisine à cause du café renversé...

Ces bagatelles valent-elles la peine de gaspiller de précieuses cellules nerveuses? Bien sûr, vous pensez également que la bonne réponse est non. Pas d'antidépresseurs, mais des tisanes apaisantes, des promenades avant d'aller se coucher en plein air, des massages relaxants et des techniques de respiration aideront à lutter contre le stress.

Aller chez le docteur

Si vous ne suspectez pas seulement le syndrome métabolique, mais avez entendu ce verdict de la part du médecin, il est préférable de le gérer sous la supervision de professionnels. Il est important de traiter le mal en personne, et pas seulement de prendre du poids avec une cure de désintoxication, une perte de poids importante du corps et une perte de poids importante (bien sûr, il est utile, mais ne garantit pas une séparation complète et durable avec le XL).

Le médecin doit choisir un régime alimentaire prévoyant une réduction progressive du poids (la norme ne dépassant pas 2-3 kg par semaine) et, si nécessaire, prescrire un médicament.

Traitement non médicamenteux du syndrome métabolique

Le syndrome métabolique X (MS) n’est pas un diagnostic, mais un complexe symptomatique de pathologies interdépendantes. Le problème du syndrome métabolique X (MS) est dû à un mode de vie malsain: apport alimentaire excessif, dans lequel se trouvent beaucoup de glucides facilement digestibles, stress constant et surmenage neuro-psychique. Ce n'est pas une maladie, pas un diagnostic, mais un complexe de symptômes d'états pathologiques interdépendants.

En 1988, le professeur endocrinologue américain G. Reaven, basé sur ses propres observations et sur des recherches effectuées par d'autres spécialistes, émettait l'hypothèse suivante: résistance à l'insuline, obésité abdominale, hypertension, dyslipidémie athérogène et maladie coronarienne sont des manifestations d'un état pathologique qu'il a proposé d'appeler Syndrome X

Les troubles métaboliques chez les patients atteints de SEP sont dus à la résistance à l'insuline (IR) des tissus (en particulier les muscles et les tissus adipeux) et à l'hyperinsulinémie. Aujourd'hui, la SEP se propage parmi la population des pays développés aussi largement que la dysbactériose ou le froid saisonnier. Selon les scientifiques, il deviendra bientôt la principale cause de maladies cardiovasculaires, dépassant le tabagisme.

Selon l’OMS, entre 40 et 60 millions de patients atteints du syndrome insulinorésistant en Europe courent un risque élevé de développer un diabète de type 2. Dans les pays industrialisés, 10 à 20% des personnes de plus de 30 ans sont atteintes de SEP, et 25% aux États-Unis.

On croyait qu'il s'agissait d'une maladie chez les personnes d'âge moyen. Cependant, une étude menée sous les auspices de l'American Diabetes Association montre que: de 1994 à 2000, la fréquence de la SP chez les adolescents est passée de 4,2 à 6,4%.

À risque:

  • les personnes présentant des signes héréditaires d'hypertension;
  • diabète de type 2;
  • surpoids et obésité généralisée avec augmentation de la sécrétion d'acides gras libres (FFA) dans la veine porte;
  • CHD;
  • maladies cérébrovasculaires associées à l'athérosclérose;
  • parents directs de patients atteints d'hyperlipidémie et / ou d'obésité, de diabète, de cardiopathies ischémiques;
  • mener une vie sédentaire;
  • souffrant d'ovaires polykystiques;
  • ayant des troubles métaboliques de l'acide urique;
  • les femmes ménopausées.

Signes cliniques de SEP: augmentation de l'IMC (indice de Quetelet), en particulier de l'obésité de type androïde (on l'appelle aussi abdominale), lorsque le tour de taille chez la femme est supérieur à 80 cm, chez l'homme plus de 94 cm. réduit de 30 à 40%.

L'obésité Android est le principal facteur de risque de développement de l'hypertension, de l'athérosclérose et du diabète de type 2. Un excès de FFA pénètre dans le sang par le système de la veine porte. Le foie est soumis à leurs effets constants et puissants, entraînant des troubles métaboliques: hyperglycémie, augmentation du nombre de lipoprotéines de basse densité (LDL) enrichies en triglycérides, IL, hyperinsulinémie.

Critères supplémentaires pour le développement de la SEP:

  • AG (pression artérielle> 140/90 mm Hg. Art.);
  • triglycérides augmentés> 1,7 mmol / l;
  • abaissement du cholestérol HDL de 3,0 mmol / l;
  • hyperglycémie à jeun (glycémie> 6,1 mmol / l);
  • tolérance au glucose altérée (taux de glucose dans le plasma sanguin 2 heures après le test entre 7,8 et 11,1 mmol / l).

Un critère principal et deux critères supplémentaires confirment la présence de la SP.

Dans le régime

Pour la prévention et le traitement de la SP, ainsi que pour le refus du tabac et de l'alcool, l'augmentation de l'activité physique, une alimentation rationnelle et équilibrée revêt une grande importance. Le régime alimentaire pendant la correction de la SP est très différent de la normale - en ce qui concerne la perte de poids. Tout d'abord, il est nécessaire de revoir l'approche en matière de nutrition, y compris la sélection correcte des aliments préférés, les méthodes de cuisson, le mode et les règles de l'alimentation.

Besoin d'exercice régulier et dosé. Ils ont un effet positif sur presque tous les composants du MC.

Exercice quotidien minimum: marcher à l'air libre à une cadence rapide (30 minutes) ou lente (1 heure 20 minutes) et, en outre, entraîner les muscles abdominaux. Le mode d'entraînement optimal peut être calculé à l'aide de la formule suivante: (220 moins l'âge) * 0,6. Cela devrait être la fréquence cardiaque (HR).

La thèse principale d'une alimentation saine à la fin du XXe siècle - utiliser le moins possible de graisse - ne se justifiait pas. Par exemple, les Français, comparés aux Américains, mangent plus d'aliments gras et les MCV en souffrent beaucoup moins. Le besoin en composants gras devrait être déterminé par les principes d'un régime équilibré.

La clé de la santé - dans l'assiette

Lorsque les glucides sont inclus dans le régime alimentaire, en particulier dans le menu du syndrome métabolique X, il est important de prendre en compte leur potentiel hyperglycémique, qui est déterminé par l'indice glycémique (IG) - la capacité à augmenter la glycémie. Plus l'hyperglycémie est élevée après la décomposition des glucides, plus l'IG est élevé.

La transformation culinaire et industrielle des aliments peut entraîner une augmentation de l'IG. Ainsi, l'IG de la purée de pommes de terre instantanée est de 90 et celui bouilli est de 70. L'IG réduit considérablement les fibres alimentaires (fibres). Par exemple, brioches GI - 95, pains - 70, pain complet - 50, son - 35.

Compte tenu de l'IG, les glucides peuvent être divisés en utiles («bons») et malsains («mauvais»). Ces derniers sont contenus dans des produits ayant une IG supérieure à 50: sucre raffiné, bonbons, gâteaux, confiture, pain à la farine blanche, riz blanc, pommes de terre, maïs, etc.

Les glucides utiles - grains entiers, haricots, lentilles, la plupart des fruits et légumes - contiennent peu de glucose et beaucoup de fibres, sont lentement absorbés et ne provoquent pas d’augmentation significative du taux de sucre dans le sang.

Le pain de farine raffinée est dépourvu de composants biologiquement actifs nécessaires au métabolisme normal, de préférence grossier. Le pain blanc est autorisé uniquement au petit-déjeuner.
Les pommes de terre sont riches en oligo-éléments (principalement dans la peau), elles contiennent beaucoup de glucides; lors de la cuisson, le GI est de 70, lors de la cuisson au four - 95.

Le plat de pommes de terre ne se combine pas avec les plats de viande, il doit être remplacé par des aubergines, du chou-fleur, des haricots (riches en magnésium), des tomates ou une salade verte. L'indice glycémique de certains légumes (carottes, betteraves) augmente considérablement après le traitement thermique; Les salades fraîches sont recommandées.

Les fruits doivent être inclus dans le régime alimentaire des patients atteints de SEP. Ils contiennent non seulement du glucose, du saccharose, mais également une grande quantité de fructose, ainsi que des fibres, réduisant ainsi la digestibilité de l'IG et du sucre. Les poires et les pommes sont riches en pectine; il inhibe la croissance de la glycémie et est un sorbant. Les nutritionnistes conseillent de manger des fruits 1,5 à 2 heures après le repas principal, car ils peuvent nuire à sa digestion et à sa fonction gastro-intestinale. Les régimes de déchargement sont utiles.

La composition chimique et la fréquence des repas sont importantes. Les personnes dont le régime alimentaire est riche en protéines sont moins sujettes à l'obésité, car elles dépensent beaucoup d'énergie pour utiliser leurs aliments. L'alcool, les boissons sucrées et une alimentation irrégulière contribuent à la prise de poids.

Le régime alimentaire des patients présentant une hypersensibilité aux matières grasses est faible en glucides; il devrait inclure de la viande maigre, de la volaille maigre, du poisson et du fromage cottage. Les aliments frits devraient être évités; Il est préférable de cuire sur le gril sans graisse supplémentaire. Plats à cuisiner sans sel, sel au moment de servir. Les vinaigrettes au jus de citron et aux épices donnent aux produits un goût plus prononcé et aident à réduire la consommation de sel.

Avec la SP, il est nécessaire de manger au moins 6 fois par jour, en divisant le régime alimentaire en 4 prises de base et plusieurs collations à base de fruits et de légumes frais. Cela évitera le sentiment de faim. Habituez-vous au repas lent.

Souvent, les patients en transition vers la nutrition notent des flatulences et des diarrhées, dues à une augmentation des fibres dans leur régime alimentaire. Pour éviter tout inconfort, vous pouvez d’abord prendre des enzymes alimentaires.

Règles de nutrition clinique et poids stable dans la SEP après une thérapie de régime pour l'obésité

  1. La valeur énergétique de la ration doit correspondre à la limite inférieure des besoins physiologiques (pas plus de 30 kcal pour 1 kg de poids corporel normal): pour les hommes pesant 70 kg effectuant un travail physique et pour les femmes (60 kg), respectivement 2 100 et 1 800 kcal par jour.
  2. L'apport en protéines devrait être augmenté: de 1,2 à 1,3 g / kg de poids corporel normal, ou de 85 à 90 g par jour pour les hommes et de 70 à 80 g pour les femmes.
  3. Graisse - pas plus de 0,9 g pour 1 kg de poids corporel normal. Limitez fortement les aliments riches en acides gras saturés. Les huiles végétales, les margarines douces, le poisson moyennement gras (surtout la mer), la viande maigre, le lait et les produits laitiers sont autorisés.
  4. Glucides - 4 g pour 1 kg de poids corporel normal: pour les hommes et pour les femmes, respectivement, 280 et 240 g par jour. Réduire de manière significative ou éliminer complètement le sucre, les confiseries, les boissons non alcoolisées sucrées, les vins, les jus de fabrication industrielle, les céréales hautement raffinées - pain à base de farine de qualité supérieure, de semoule, etc. et leurs proches, notamment l'orge, l'avoine et le seigle. Pain préféré à base de farine complète avec addition de grain ou de son broyé. Légumes (certains crus), fruits et baies - au moins 3 fois par jour.
  5. Consommation de sel avec hypertension - pas plus de 5 g par jour (excluez les saucisses, les viandes fumées, le poisson salé, les fromages, les collations en conserve); avec une pression artérielle normale - 7-8 ans

Faire un régime n'est pas boiteux

La variété des manifestations de la SEP peut apporter des changements et des ajouts à la nutrition. Ainsi, avec des taux sanguins élevés d’acide urique (hyperuricémie) et / ou de goutte, ils réduisent la consommation de viande, de poisson et de légumineuses; exclure les abats (foie, rognons, cervelle), les bouillons de viande et de poisson.

Il convient de prêter attention au chrome - un oligo-élément qui joue un rôle majeur dans l'absorption du glucose. Il réduit les sucreries pour les sucreries, contribue à la perte de tissu adipeux, tout en maintenant le muscle; active la combustion des graisses lors d'efforts physiques. Permet de réduire le dosage des antidiabétiques. Son action est renforcée par la niacine et l'acide nicotinique. Beaucoup de chrome dans la levure de bière.

Le magnésium aide à normaliser la glycémie et à augmenter la sensibilité à l'insuline; participe à la formation du tissu osseux, améliore la fonction cérébrale. Pénètre dans l'organisme par l'utilisation de flocons d'avoine, de céréales non blanchies, de son, de noix, de sésame et de chocolat. Pour les patients atteints de SEP souffrant d'hypertension et de diabète sucré, 400 à 1 000 mg de magnésium sont nécessaires par jour.

Le calcium est une quantité importante dans les produits laitiers (fromage cottage, fromage), les haricots, les noix, les amandes, le sésame, les graines de pavot, les jeunes orties et les églantines. Il contribue à la normalisation de la glycémie à jeun et augmente la sensibilité musculaire à l'insuline.

Dans la prévention et le traitement de la SP, l’acide lipoïque joue un rôle important: il augmente la sensibilité des tissus à l’insuline, réduit les taux de cholestérol, prévient le développement de l’athérosclérose, améliore le fonctionnement du foie et du cerveau. Contient du boeuf et du foie, du lait, du chou blanc et rouge, des haricots, de la levure. Dose prophylactique quotidienne - 100-300 mg.

La vitamine E (tocophérol) affecte les LDL, réduit le taux de triglycérides, d’acides gras et de glycérol; thrombose. S'il y a peu de tocophérol dans le corps, le risque de diabète de type 2 chez l'adulte augmente 4 fois. Contient du blé germé, du son, des grains non raffinés, des légumes frais, des épinards, du brocoli et des huiles végétales.

La carnitine améliore le métabolisme énergétique, favorise la perte de poids due à la combustion des graisses pendant l'exercice; normalise la pression artérielle, diminue le cholestérol dans le sang. La carnitine dans la viande rouge, la volaille, les fruits de mer.

En spécifiant les principaux éléments du développement de la SP et en incluant dans le régime certains composants alimentaires et substances biologiquement actives, vous pouvez influencer l'évolution et la prévention des processus métaboliques.

Médicaments - aide norme

Les médicaments sont également utilisés pour normaliser les troubles métaboliques. Augmenter la sensibilité des tissus aux médicaments à base d’insuline sulfonylurée. Leur effet hypoglycémiant est également obtenu par une sécrétion accrue d'insuline, mais son efficacité pour vaincre les RI est discutable.

L'absorption des sucres simples est réduite par les inhibiteurs de l'alpha-glucosidase (acarbose, miglitol et éligmicate). Ils inhibent l'activité des enzymes dans les cellules intestinales, qui décomposent les oligo- et les disaccharides en monosaccharides et réduisent ainsi l'hyperglycémie et l'hypertriglycéridémie après des charges alimentaires chez les patients atteints de NIDDM.

Supprime la lipolyse, réduit le taux de NEFA et améliore l'utilisation du glucose acipimox - un analogue de l'acide nicotinique.

Le régime alimentaire dans la SEP n’est pas une exclusion temporaire du régime alimentaire de tout aliment, mais un examen de l’approche nutrition Il est nécessaire de faire en sorte qu'il n'y ait pas de sensation de faim ou d'autres sensations désagréables.

Le syndrome métabolique est un problème de civilisation

L'une des caractéristiques de nombreuses professions modernes est un mode de vie inactif. C’est ce facteur, ainsi que la fascination pour les aliments glucidiques, qui conduit à des changements hormonaux progressifs dans le corps humain: les cellules deviennent insensibles à l’insuline, l’insuline, et absorbent mal le glucose.

Ce trouble, qui se manifeste sous la forme de diabète sucré, d'hypertension, d'obésité, de maladie coronarienne, a été appelé "syndrome métabolique". Ils souffrent de 10 à 25% des personnes après 30 ans (le plus souvent diagnostiqué chez les hommes).

Syndrome métabolique: qu'est-ce que c'est?

La médecine définit cette maladie non pas comme une maladie indépendante, mais comme un complexe de troubles qui surviennent dans le corps sous l'influence de certains facteurs. En conséquence, les cellules arrêtent l'absorption normale de l'une des hormones - l'insuline, ce qui entraîne un excès de glucose dans le corps. C'est l'insuline qui est responsable de son administration à l'intérieur des cellules.

En conséquence, dans le corps:

  • la graisse corporelle augmente;
  • la pression artérielle augmente;
  • le travail du coeur est perturbé;
  • le diabète de type 2 se développe.

Au premier stade de développement, la plupart des gens n'attachent pas d'importance à des symptômes alarmants. Cependant, ils peuvent avoir par la suite des conséquences catastrophiques: insuffisance cardiaque, infarctus du myocarde, athérosclérose, dysfonction érectile, accident vasculaire cérébral, etc.

Les symptômes

L'un des changements évidents qui se reflètent dans l'apparence d'une personne est l'obésité abdominale - l'accumulation de graisse sur l'abdomen et les épaules. Si vous avez remarqué la croissance d'un «ventre de bière» en vous-même, il ne s'agit peut-être pas simplement d'un signe de malnutrition, mais du début d'une grave maladie cardiovasculaire ou endocrinienne.

Les changements explicites dans le corps montrent l'enquête. En laboratoire, fixez le nombre de triglycérides, lipoprotéines, cholestérol, loin de la norme. Les niveaux de glucose augmentent, la tolérance au glucose et d'autres troubles du métabolisme des glucides et des lipides sont diagnostiqués.

Au niveau des sensations, apparaissent les symptômes de syndrome métabolique suivants:

  • bouche sèche;
  • nausée, vertiges;
  • mal de coeur et de tête;
  • douleur osseuse;
  • niveau élevé de fatigue;
  • transpiration;
  • déficience visuelle;
  • la constipation;
  • palpitations cardiaques.

Des changements mentaux se produisent également: une personne affamée devient irritable et même agressive, son humeur se dégrade.

Les causes

  • Le mode de vie inactif affecte souvent le métabolisme. Les graisses sont absorbées plus mal, s'accumulent dans le corps, bloquant le mouvement du glucose.
  • L'observance des aliments riches en glucides et en graisses provoque l'obésité. Une quantité excessive de glucose, les acides gras s'accumulent dans le corps.
  • Régimes hypocaloriques - l'autre extrême, entraînant une augmentation des dépôts graisseux. En ne consommant pas plus de 300 kcal par jour, une personne crée un test sérieux pour le corps.
  • Le stress peut modifier considérablement l'activité des nerfs dans divers organes et perturber la production d'hormones.
  • Des troubles endocriniens apparaissent lors de l'accumulation de tissu adipeux, produisant des substances, grâce auxquelles la sensibilité des cellules à l'insuline est réduite.
  • L'hypertension artérielle et les modifications de la circulation sanguine des vaisseaux périphériques ont également un effet similaire.
  • L'acceptation de médicaments individuels donne le même effet. Ce sont certains types d'hormones, les contraceptifs oraux. Des doses excessives d'insuline ont un effet négatif sur le corps lors du traitement erroné du diabète.
  • Une prédisposition génétique à une faible sensibilité à l'insuline est observée chez les individus. La raison en est une mutation du gène responsable de la prévention du développement du syndrome métabolique.

Syndrome métabolique chez la femme

Le plus souvent, le syndrome métabolique survient chez les femmes ménopausées: après 50 ans, la possibilité d'être parmi les personnes touchées par cette maladie se multiplie par 5. Parmi les complications - les ovaires polykystiques et autres violations de leur travail. Il existe également des déviations dans le travail du système cardiovasculaire - en particulier l'hypertension artérielle, l'athérosclérose vasculaire.

Le facteur de risque du syndrome métabolique chez la femme est constitué par les changements hormonaux liés à l’âge, en particulier la production trop élevée de testostérone, qui entraîne une accumulation de graisse.

Syndrome métabolique masculin

Près de 30% des hommes de plus de 40 ans présentent des symptômes du syndrome métabolique. Les causes purement masculines du développement de cette maladie sont considérées comme un mode de vie inactif, la fascination pour de grandes portions de nourriture et d’alcool. De plus, les hommes font rarement attention à leur propre taille, ignorant la prévention de l'obésité.

Avec une augmentation du poids et du volume du tissu adipeux dans le corps des hommes, des changements négatifs se produisent:

  • diminue la quantité de testostérone, qui affecte la fonction sexuelle;
  • L'athérosclérose vasculaire se développe, menaçant d'un AVC, d'une crise cardiaque;
  • lésions ischémiques observées du cerveau, du cœur;
  • le pancréas est épuisé - il y a des signes de diabète.

Syndrome métabolique chez les enfants et les adolescents

Chez les adolescents, le syndrome métabolique est souvent observé dans le contexte de problèmes liés aux processus métaboliques provoquant l'obésité. Le diabète gestationnel peut être diagnostiqué chez les nouveau-nés.

Parmi les causes typiques du développement de la maladie chez les enfants:

  • faible poids à la naissance;
  • alimentation inadéquate et nutrition ultérieure;
  • faible niveau d'activité physique;
  • prédisposition génétique.

En conséquence, l'hypertrophie ventriculaire gauche, un dysfonctionnement endothélial peuvent se développer, des problèmes apparaissent lors de l'élimination de l'eau du corps, du travail des reins.

Diagnostics

Un rôle important dans le diagnostic des analyses de sang en laboratoire joue. Le diagnostic est le plus souvent posé par un endocrinologue, mais l'aide d'un cardiologue, d'un nutritionniste, d'un thérapeute peut être nécessaire.

Enquête complexe complétée par:

  • surveillance quotidienne de la pression artérielle;
  • balayage duplex des artères brachiocephalic;
  • différents types d'électrocardiogramme;
  • Échographie du cœur et des vaisseaux sanguins;
  • rythmographie cardiaque, dépistage cardiaque, etc.

Traitement

La pharmacothérapie affecte les mécanismes d’absorption de l’insuline par le corps et améliore leur action. Sur la base du développement individuel de la maladie sont attribués:

  • médicaments hypolipidémiants;
  • médicaments pour réduire la résistance à l'insuline;
  • médicaments pour augmenter la sensibilité à l'insuline;
  • des moyens pour la normalisation des processus métaboliques, la pression artérielle;
  • coupe-faim;
  • vitamines.

Traitement chirurgical

Le plus souvent, la chirurgie nécessite des complications à un stade avancé. En particulier, le traitement de l'obésité dans certains cas (lorsqu'il est impossible de perdre du poids par des méthodes traditionnelles) est effectué chirurgicalement.

Le diabète sucré est traité par chirurgie métabolique (dérivation gastrique, bilio-pancréatique). Vous pouvez également avoir besoin de l'aide d'un chirurgien cardiaque (pour des problèmes cardiaques), d'un chirurgien vasculaire.

Prévention

Pouvoir

Dans le syndrome métabolique, l’alimentation joue l’un des rôles décisifs; par conséquent, la consultation individuelle d’un nutritionniste est obligatoire. Les recommandations les plus courantes consistent à réduire au minimum la consommation de graisses et de glucides, tout en maintenant l'apport calorique quotidien. Un régime alimentaire pauvre en glucides est complété par un mode de prise alimentaire particulier - vous devez manger 4-5 fois par jour, petit à petit.

Mode de vie

Le traitement et la prévention du syndrome métabolique consistent à maintenir l'activité physique. S'entraîner au gymnase, s'entraîner à la maison, courir, marcher, nager, faire du vélo - ces charges sont dosées strictement selon les recommandations d'un spécialiste et en tenant compte des caractéristiques individuelles de l'évolution de la maladie. La consommation d'alcool, il est strictement interdit de fumer.

Traitement sanatorium et prophylaxie dans le syndrome métabolique

Le syndrome métabolique, communément appelé «dérangement métabolique», résulte de l'action sur le corps humain d'un groupe de facteurs de risque de diabète et de maladies cardiovasculaires, c'est-à-dire des causes de décès les plus fréquentes chez les personnes matures et âgées. De plus, l'âge moyen de ces patients diminuant d'année en année, la maladie "rajeunit".

Les troubles du corps, qui caractérisent le syndrome métabolique, passent inaperçus pendant très longtemps. Souvent, la majeure partie d'entre eux est déposée à un jeune âge. Des modifications mineures de la glycémie, un léger gain de poids et une légère augmentation de la pression inquiètent rarement immédiatement, ce qui augmente le risque de maladies graves au fil du temps. Sans correction, les violations conduisent au diabète, à des modifications vasculaires athéroscléreuses et à l'hypertension.

Le syndrome métabolique permet de suspecter le risque de développer un diabète ou des maladies cardiovasculaires aux stades précoces et de commencer leur traitement rapidement. Ce syndrome est facilement reconnu par ses manifestations cliniques.

Le premier d'entre eux est la présence d'obésité abdominale, c'est-à-dire le dépôt prédominant de graisse sous-cutanée dans la région de la taille, chez les femmes et les hommes. Deux autres critères (métabolisme des glucides ou augmentation de la glycémie, perturbation du métabolisme des lipides ou dyslipidémie, augmentation de la pression artérielle) confirment la présence d'un syndrome métabolique chez l'homme.

Les symptômes

Le symptôme principal du syndrome est l'obésité abdominale, dans laquelle la graisse se dépose principalement dans l'abdomen et la taille (il y a une silhouette du corps comme une pomme). Une augmentation du tour de taille chez les femmes de plus de 80 cm et chez les hommes de plus de 94 cm permet de penser à l'obésité abdominale.

Un excès important de poids normal n'est pas toujours la conséquence d'un style de vie sédentaire et d'une alimentation excessive, et mérite une attention particulière, à l'exclusion de la maladie endocrinienne, y compris celle génétiquement déterminée. Dans une telle situation, il est conseillé de consulter un endocrinologue.

Les symptômes supplémentaires du syndrome métabolique sont les suivants (pour diagnostiquer un médecin, il suffit de détecter deux d’entre eux):

  • tension artérielle avec un niveau systolique supérieur ou égal à 130 mm. Hg Art., Et diastolique - supérieur ou égal à 85 mm. Hg v.
  • des troubles du métabolisme des graisses, dont la détection nécessite un test sanguin biochimique du cholestérol et du spectre lipidique;
  • la violation du métabolisme des glucides est détectée dans l'étude de la glycémie à jeun;
  • augmentation des niveaux d'acide urique dans le sang;
  • perturbation de l'insuline.

Diagnostics

Pour diagnostiquer avec précision, vous devez passer une série d'études simples:

  • surveillance quotidienne de la pression artérielle;
  • Échographie du cœur et des vaisseaux sanguins;
  • ECG;
  • détermination des lipides sanguins;
  • détermination de la glycémie;
  • étude des fonctions du foie.

Prévention

Pour prévenir l'apparition du syndrome métabolique et, par conséquent, les risques de diabète ou de problèmes de cœur et de vaisseaux sanguins, vous devez surveiller votre santé, en faisant attention aux changements même mineurs de votre état ou de votre bien-être.

Tout le monde, quel que soit son âge, a besoin d'efforts physiques, même les plus petits: il faut marcher davantage, faire du vélo pendant la saison chaude, faire du ski l'hiver, il est également utile d'aller à la piscine ou, par exemple, d'aller danser.

Une excellente prévention de la maladie est un traitement de spa, qui offre aux hôtes un effet complexe sur le corps dû à des facteurs naturels, des procédures de santé modernes sous la supervision de médecins qualifiés. Il est important que c’est dans les conditions de la station que vous pouvez améliorer votre nourriture de la manière la plus confortable.

Méthodes de traitement sanatorium-resort dans le syndrome métabolique

Avec le syndrome métabolique, le traitement en spa est extrêmement efficace, car il a un effet complexe sur le corps humain. Dans de telles conditions, les facteurs de risque de développement du diabète et des maladies cardiovasculaires sont réduits (ou éliminés), le bien-être s'améliore et la correction du poids réussit.

Maintenant, les procédures suivantes sont utilisées dans les centres de santé pour les personnes atteintes du syndrome métabolique:

  • thérapie diététique;
  • traitement de l'eau de boisson à l'aide d'eau minérale (l'une des méthodes les plus importantes de traitement du syndrome métabolique en sanatorium et en spa);
  • Exercices thérapeutiques et charges motrices dosées (parcours de santé, gymnastique, natation en piscine, aquagym, aérothérapeute, mécanothérapie, danse);
  • bains thérapeutiques (radon, conifères, par exemple);
  • douche de massage sous l'eau;
  • thérapie de boue;
  • physiothérapie (en particulier bains au dioxyde de carbone sec);
  • aromathérapie
  • hypoxytherapie;
  • Hirudothérapie;
  • procédures pour la perte de poids et le nettoyage du corps (uniquement en l'absence de contre-indications et strictement dans le but prévu; par exemple, cryosauna, mini-sauna «Cedar Barrel», capsule SPA, hydrocolonothérapie);
  • climat, air, thalasso, daso et héliothérapie et autres.

Le traitement dans les centres de santé en présence de maladies chroniques est possible dans la phase de rémission ou au stade de compensation, dans le cas de maladies aiguës - dans la phase de récupération.

Vous Pouvez, Comme Pro Hormones