L'hypophyse est l'élément principal du système endocrinien. Les hormones hypophysaires contrôlent le fonctionnement de plusieurs organes. Le dysfonctionnement de cette glande devient très souvent la cause de nombreuses maladies ou anomalies dans la croissance et le développement du corps humain.

Description de l'hypophyse

L'état de l'organisme dans son ensemble dépend du fonctionnement normal de cet organe. La glande pituitaire se développe déjà chez le fœtus à 4-5 semaines de gestation avec les artères pituitaires, responsables de l'irrigation sanguine de cette glande.

La glande pituitaire est située dans l'os sphénoïde du crâne et est maintenue au moyen d'une coquille de fixation. Il a une forme ovale, sa taille est d'environ 10 mm de long et 12 de large, mais peut varier légèrement. Poids - environ 5 à 7 mg, chez les femmes, il est plus développé que chez les hommes. On pense que cela est associé à la production de prolactines responsables de la manifestation de l'instinct maternel.

L'hypophyse produit diverses hormones et comprend les parties antérieure (adénohypophyse) et postérieure (neurohypophyse). La partie antérieure de l'hypophyse est la plus grande, produit plus d'hormones et a plus de fonctions, alors que le dos ne pèse que 20% de tout l'organe.

Fait intéressant: en cas de grossesse auto-perçue (l’absence réelle du fœtus), le sein, l’utérus et l’abdomen de la femme peuvent augmenter, ce qui prouve la connexion de la glande pituitaire avec le cortex cérébral.

Hormones de l'hypophyse antérieure

Le lobe antérieur est appelé adénohypophyse. Il est responsable de processus tels que le stress, la croissance, la reproduction, la lactation. L'hypothalamus contrôle l'activité de l'adénohypophyse et celle-ci, à son tour, régule l'activité des glandes surrénales, du foie, de la thyroïde et des glandes sexuelles, ainsi que du tissu osseux. La liste des hormones hypophysaires du lobe antérieur et leurs fonctions sont présentées dans le tableau de cet article.

Les principales parties de l'adénohypophyse:

  • distal - a la plus grande taille, produit la plupart des hormones;
  • tubulaire - situé dans la coque de la partie distale, mal compris;
  • la partie intermédiaire se situe entre la partie distale et la neurohypophyse.

Fonctions des hormones adénohypophyse

Hormone de croissance (hormone de croissance ou hormone de croissance)

Responsable de la croissance et du développement en influençant les longs os tubulaires des membres et en améliorant la synthèse des protéines. Dans la troisième douzaine de vies humaines, ainsi que toutes les 10 années suivantes, son niveau est réduit de 15%. L'hormone de croissance a l'effet d'un immunostimulant, peut affecter le métabolisme des glucides, augmenter la glycémie, réduire le risque de formation de dépôts adipeux (en combinaison avec des hormones sexuelles et des hormones thyroïdiennes), augmenter la masse musculaire.

Remarque: en cas de croissance lente de l'enfant, des pilules ou des injections contenant du GH sont prescrites. La deuxième option est considérée comme la plus efficace, car La somatotropine se conserve mieux sous forme de poudre, qui est dissoute dans un liquide et administrée par injection.

La quantité de somatotropine varie tout au long de la journée. Son pic est observé après environ deux heures de sommeil la nuit et atteint un pic toutes les 3 à 5 heures. Au cours de la vie, le fœtus atteint son plus haut niveau pendant la grossesse entre 4 et 6 mois - il est actuellement cent fois supérieur à celui d'un adulte.

La sécrétion de cette hormone hypophysaire est influencée par les hormones peptidiques de l'hypothalamus. Vous pouvez l'augmenter à l'aide de l'exercice, du sommeil ou de l'utilisation de certains acides aminés. Avec une teneur élevée en acides gras dans le sang, somatostatine, glucocorticoïdes et estradiol, le taux de somatotropine est réduit.

Un excès d'hormone de croissance conduit au développement de l'acromégalie

Une hormone de croissance excessive peut provoquer un épaississement des os, un épaississement de la langue, une acromégalie et l'apparition de traits faciaux grossiers. Sur l'état général du corps, cela se traduit par une faiblesse des muscles, un pincement des nerfs. Une faible somatotropine chez les enfants se traduit par une croissance plus lente, ainsi que par un développement sexuel et mental (l'apparition des deux derniers facteurs est influencée de manière significative par le sous-développement de l'hypoplasie).

TSH (hormone stimulant la thyroïde)

La TSH contrôle la production de T3 (thyroxine) et de T4 (triiodothyronine). Avec une TSH élevée, ces deux hormones sont réduites et inversement. Le taux de TSH varie en fonction de l'heure de la journée, de l'âge et du sexe de la personne. Pendant la grossesse, son niveau est assez bas au premier trimestre et peut dépasser la norme dans ce dernier.

Important: lorsque vous prenez un test sanguin pour la TSH, il est nécessaire de vérifier T3 et T4, sinon le diagnostic peut être erroné. En outre, les tests doivent avoir lieu au même moment de la journée.

Causes de TSH bas:

  • blessures et inflammations dans le cerveau;
  • processus inflammatoires, tumeurs ou oncologie de la glande thyroïde;
  • mauvaise thérapie hormonale:
  • stress

Une diminution simultanée de la TSH, de la T3 et de la T4 peut indiquer la présence d'une telle maladie sous la forme d'hypopituitarisme, et une augmentation de cette dernière peut indiquer une hyperthyroïdie.

Normes TSH, T3 T4

Causes de TSH élevé:

  • maladie de la thyroïde;
  • adénome hypophysaire;
  • production instable de thyréotropine;
  • prééclampsie (chez la femme enceinte);
  • troubles dépressifs.

Avec une augmentation de toutes les hormones hypophysaires de ce groupe, une hypothyroïdie primaire peut être diagnostiquée et, avec divers T3 et T4, des thyrotropinomes peuvent apparaître.

L'hormone adrénocorticotrope contrôle le degré d'activité des glandes surrénales produisant du cortisol, de la cortisone et de l'adrénocorticostérone. En général, l'ACTH affecte les hormones qui peuvent gérer le stress, contrôler le développement sexuel, la fonction de reproduction du corps.

Conseil: avant d'analyser cette hormone hypophysaire dans le sang, vous devez vous abstenir de tout effort physique intense, en prenant des aliments gras, épicés, fumés et de l'alcool. Le sang se prend le matin à jeun.

Dépendance de l'ACTH au cortisol

Raisons de l'augmentation d'ACTH:

  • La maladie d'Addison, Itsenko-Cushing;
  • la présence d'une tumeur dans l'hypophyse;
  • insuffisance surrénale congénitale;
  • Syndrome de Nelson;
  • syndrome ectopique d'ACTH;
  • prendre certains médicaments;
  • période postopératoire.

Raisons pour réduire l'ACTH:

  • dépression de la fonction du cortex hypophysaire et / ou surrénalien;
  • la présence de tumeurs surrénales.

La prolactine

La prolactine joue un rôle très important dans le corps de la femme. Cette hormone pituitaire affecte le développement sexuel chez la femme, régule le processus de lactation (empêche notamment la conception pendant cette période), forme l'instinct maternel, aide à maintenir la progestérone. Dans le corps masculin, il contrôle la synthèse de la testostérone, est impliqué dans la régulation de la fonction sexuelle, à savoir la spermatogenèse.

Important: quelques jours avant de faire le test de prolactine, de contacts sexuels, de bains et de saunas, l’alcool est interdit, il est également conseillé d’éviter le stress. Même un peu de stress peut montrer cette hormone hypophysaire accrue.

Sécrétion de prolactine et d'oxytocine

Raisons pour augmenter la prolactine:

  • le prolactinome;
  • l'anorexie;
  • hypothyroïdie (faible production d'hormones thyroïdiennes);
  • ovaire polykystique.

L'absence de cette hormone de l'hypophyse provoque des tumeurs ou une tuberculose de l'hypophyse elle-même, ainsi que des blessures à la tête, qui inhibent la glande.

Hormones du lobe postérieur de l'hypophyse

La neurohypophyse a pour tâche principale de réguler la pression artérielle, le tonus cardiaque, l'équilibre hydrique et la fonction sexuelle.

Ocytocine

Le plus important concerne les femmes, car stimule les muscles utérins, contrôle le processus de lactation, est responsable de la manifestation de l'instinct maternel. Affecte significativement le comportement d'une personne, son psychisme, son excitation sexuelle, peut réduire le stress, donner une sensation de calme. C'est un neurotransmetteur. Chez les hommes, augmente la puissance.

C'est important! Cette hormone hypophysaire ne peut être augmentée que par la relaxation des procédures, des promenades, actions qui améliorent l'humeur d'une personne.

Réflexe sur l'oxytocine: les émotions et les sentiments de la mère affectent l'excrétion du lait

Vasopressine

La vasopressine a pour fonction principale l'équilibre hydrique du corps grâce à une fonction rénale active. La croissance active de cette hormone se produit avec une perte de sang importante, une pression artérielle basse, une déshydratation. La vasopressine est également capable d’éliminer le sodium dans le sang, de saturer les tissus du corps en liquide et, en association avec l’ocytocine, d’améliorer l’activité cérébrale.

Le manque de vasopressine conduit à la déshydratation et au diabète. Son excédent est extrêmement rare et s'appelle le syndrome de Parhona, dont les symptômes sont une faible densité sanguine, une teneur élevée en sodium. Les patients peuvent rapidement prendre du poids, avoir des maux de tête, des nausées, une perte d’appétit, une faiblesse générale.

Fait: le lobe postérieur de l'hypophyse contient un certain nombre d'autres hormones possédant des propriétés similaires: mésotocine, isotocine, vasotocine, valitocine, glumitocine, asparotocine.

Part moyenne

Un autre nom est intermédiaire. Sa valeur est inférieure à celle des autres composants, mais il est également capable de libérer des hormones. Les principaux sont:

  • alpha-mélanocytaire stimule - favorise la production de mélanine;
  • endorphine bêta - réduit la douleur et le stress;
  • γ-lipotropic - réduit les dépôts graisseux, accélère la dégradation des graisses;
  • γ-mélanocystimulant - analogue de l'hormone stimulant les mélanocytes alpha;
  • Met-Enkephalin - régule le comportement humain et la douleur.

Un déficit en hormone stimulant les mélanocytes mène à l'albinisme

Conclusion

De nombreuses hormones sont utilisées dans la pratique médicale pour le traitement de diverses maladies. Pour contrôler votre santé, il est recommandé de faire des tests une ou deux fois par an. Comme il est nécessaire de connaître non seulement les résultats de l'analyse, mais également l'influence des hormones hypophysaires, il est préférable de faire appel à des professionnels. Une correction rapide des niveaux d'hormones réduira au minimum les effets sur le corps.

Comment sont les anomalies dans l'hypophyse

L'hypophyse est une partie importante du système endocrinien humain, situé dans le cerveau. Il est situé à la base dans la cavité de la selle turque. La taille de l'hypophyse est insignifiante et son poids chez l'adulte ne dépasse pas 0,5 g, lequel produit une dizaine d'hormones différentes responsables du fonctionnement normal de l'organisme. Cette fonction en occupe la partie avant. La partie postérieure ou neurohypophyse est considérée comme un dérivé du tissu nerveux.

L'hypothalamus est une division située dans le cerveau intermédiaire. Il régule l'activité neuroendocrinienne et l'homéostasie du corps. On peut considérer que l’hypothalamus est relié par des voies nerveuses à la quasi-totalité du système nerveux. Ce département travaille en produisant des hormones et des neuropeptides. Avec l'hypophyse, il forme le système hypothalamo-hypophysaire, assurant le fonctionnement harmonieux de tout l'organisme.

Dysfonctionnement du système hypothalamo-hypophysaire

La perturbation de l'hypophyse et de l'hypothalamus entraîne des conséquences graves pour le corps humain. Dans la plupart des cas, la production de certaines hormones (TSH, ACTH, STH, FSH, LH, prolactine) se produit avec facultés affaiblies. On observe leur concentration faible ou au contraire élevée.

Le plus souvent, un dysfonctionnement de l'hypophyse est observé lors de la formation d'un adénome. Ceci est une tumeur bénigne, qui peut également être localisée dans d'autres parties du cerveau. Il se développe plutôt lentement, mais est capable de libérer de grandes doses d'hormones. Par la suite, de graves troubles métaboliques et endocriniens peuvent se développer et provoquer l’échec de tout le corps humain. Il arrive parfois que des tumeurs malignes soient diagnostiquées dans l'hypophyse (un dysfonctionnement est un symptôme présent). Cette pathologie s'accompagne d'une diminution de la concentration d'hormones sécrétant dans cette région du cerveau.

Ces troubles de l'hypophyse associés aux processus tumoraux sont déclenchés par divers facteurs. Ceux-ci comprennent l'évolution sévère et la présence de certaines pathologies pendant la grossesse et l'accouchement, les lésions cérébrales, la présence de maladies infectieuses affectant le système nerveux. En outre, l'utilisation de contraceptifs oraux réguliers et à long terme affecte négativement. En fonction de l'hormone produite par la tumeur, la corticotropine, la somatotropine, la thyrotropine et d'autres sont partagées.

L'hyperplasie de l'hypophyse peut également perturber son travail avec une hyperfonction caractéristique. Cette pathologie est causée par une prolifération de tissu glandulaire. Cette condition doit être déterminée par les méthodes de diagnostic modernes si une tumeur est suspectée.

Causes de violations

Les facteurs négatifs suivants sont considérés comme les causes des troubles hypophysaires:

  • une opération du cerveau causant des dommages à ce service;
  • troubles circulatoires dans l'hypophyse, qui peuvent être aigus ou survenir progressivement (processus chronique);
  • dommages à l'hypophyse à la suite de blessures à la tête;
  • traitement de certains problèmes avec antiépileptique, médicaments antiarythmiques, hormones stéroïdiennes.
  • une maladie infectieuse ou virale qui endommage le cerveau et ses membranes (y compris la méningite et l'encéphalite);
  • résultat négatif de l'irradiation dans le traitement des problèmes de cancer;
  • pathologies congénitales de l'hypophyse et autres causes.

Maladies de l'hypophyse, se développant sur le fond du déficit en hormone

Le travail de l'hypophyse, qui se caractérise par une diminution de ses fonctions, conduit au développement des maladies suivantes:

  • hypothyroïdie. Le manque d'hormones hypophysaires, dont les symptômes sont considérés comme une diminution des capacités intellectuelles, une perte de force, une fatigue constante, une peau sèche et autres, conduit à un dysfonctionnement de la glande thyroïde. Si l’hypothyroïdie n’est pas traitée, elle retarde le développement physique et mental de l’enfant. À un âge plus avancé, un manque d'hormones peut provoquer un coma hypothyroïdien avec la mort ultérieure;
  • diabète insipide. Il y a une pénurie d'hormone antidiurétique, produite dans l'hypothalamus, à partir de laquelle elle pénètre ensuite dans l'hypophyse et dans le sang. Les signes d'une telle violation - augmentation de la miction, soif constante, déshydratation;
  • nanisme. Il s'agit d'une maladie plutôt rare qui se développe chez 1 à 3 personnes sur 10 000. Le nanisme est plus fréquent chez les garçons. L’absence d’hypophyse chez l’hormone de croissance entraîne un ralentissement de la croissance linéaire chez l’enfant, qui est le plus souvent diagnostiqué à l’âge de 2 à 3 ans;
  • hypopituitarisme. Avec le développement de cette maladie de l'hypophyse, on observe un dysfonctionnement de son lobe antérieur. Cette pathologie s'accompagne d'une production réduite de certaines hormones ou de leur absence complète. Une telle violation de l'hypophyse provoque des changements négatifs dans tout le corps. Les organes et processus hormono-dépendants (croissance, fonction sexuelle et autres) sont particulièrement sensibles. Si cette glande n'est pas capable de produire des hormones, il y a diminution ou absence totale du désir sexuel, chez les hommes, impuissance, chez les femmes, aménorrhée, perte de poils et autres symptômes désagréables.

Maladies hyperfonctionnelles de l'hypophyse

Avec une sécrétion excessive d'hormones, les maladies suivantes de l'hypophyse se développent chez les femmes et les hommes:

  • hyperprolactinémie. Cette maladie s'accompagne d'un taux élevé de prolactine, responsable de l'infertilité chez les deux sexes. Chez les hommes et les femmes, il y a un écoulement des glandes mammaires. En outre, il y a une diminution du désir sexuel. La maladie est le plus souvent diagnostiquée chez les jeunes femmes âgées de 25 à 40 ans. L'hyperprolactinémie est beaucoup moins fréquente chez l'homme;
  • gigantisme, causé par une production excessive d'hormone somatotrope. Il y a une croissance linéaire trop intense d'une personne. Il devient très grand, a de longs membres et une petite tête. Ces patients meurent souvent prématurément à cause de complications fréquentes. Si cette pathologie survient à un âge plus avancé, une acromégalie se développe. En présence de cette violation, un épaississement des mains, des pieds, un élargissement du visage, tous les organes internes se multiplient. Ce processus négatif conduit à des problèmes cardiaques, des troubles neurologiques;
  • Maladie d'Itsenko-Cushing. Cette pathologie s'accompagne d'une augmentation du niveau d'hormone adrénocorticotrope. Un diagnostic d'ostéoporose, d'hypertension artérielle, d'obésité (visage, cou et corps), de diabète et d'autres problèmes de santé s'épaissit. L'apparence du patient présente des caractéristiques.

Symptômes de pathologies

Un endocrinologue est le médecin qui peut résoudre certains problèmes d’hypophyse chez les hommes et les femmes.

Il faut y remédier si les symptômes suivants sont observés:

  • la présence d'une déficience visuelle, accompagnée d'une perception limitée et de maux de tête;
  • dysfonctionnement menstruel chez les femmes;
  • identifier toute décharge de mamelon qui n'est pas liée à la lactation. Ce symptôme peut également être observé chez les hommes;
  • manque de désir sexuel;
  • retard du développement sexuel, physique et psycho-émotionnel;
  • infertilité;
  • changement de poids sans raison apparente;
  • fatigue, problèmes de mémoire;
  • sautes d'humeur fréquentes, dépression.

Diagnostics

Comment vérifier si tout est en ordre avec l'hypophyse? L'endocrinologue est engagé dans le diagnostic des maladies associées à cette région du cerveau. Sur la base des résultats des tests effectués, il peut prescrire le traitement nécessaire pour améliorer l'état de la personne. À cette fin, l’endocrinologue effectue une enquête exhaustive comprenant:

  • analyse de l'histoire. L'endocrinologue étudie les antécédents médicaux d'une personne, ses plaintes, la présence de facteurs influant sur la possibilité de lésions de l'hypophyse;
  • imagerie par résonance magnétique. Un endocrinologue, utilisant l'IRM, peut voir tous les changements survenus dans l'hypophyse. Cet examen permettra d'identifier facilement un adénome, une formation kystique. S'il est possible de trouver une tumeur, qui peut être localisée dans n'importe quelle partie du cerveau, la tomographie par contraste est également prescrite. Si vous choisissez les première et deuxième options de sondage, vous pouvez facilement identifier la cause, ce qui explique la synthèse insuffisante ou excessive de certaines hormones. À l'aide de la tomographie, il est facile de connaître la taille exacte de l'hypophyse et d'autres informations.
  • effectuer des tests pour déterminer le niveau d'hormones permettant d'identifier leur absence ou leur excès. Dans certains cas, un test est présenté avec la tyrobiline, le synacthen et d’autres types de tests;
  • ponction rachidienne. Il aide à déterminer si l'hypophyse est enflammée après une méningite, une encéphalite ou d'autres maladies similaires.

Méthodes de traitement des problèmes d'hypophyse

L'hypophyse, produisant des quantités d'hormones insuffisantes ou excessives, est soumise à un traitement spécifique en fonction de la pathologie identifiée. Le plus souvent, le médecin utilise une méthode neurochirurgicale, médicamenteuse ou radiologique d'élimination de la pathologie, conduisant à l'apparition de tous les symptômes désagréables.

Traitement de la toxicomanie

Le traitement conservateur est populaire avec les troubles mineurs de l'hypophyse. Avec le développement d'une tumeur bénigne (adénome), des agonistes de la dopamine, des analogues ou des bloqueurs des récepteurs de la somatropine et d'autres médicaments peuvent être utilisés. Le choix d'un médicament particulier dépend du stade de formation bénigne et du taux de progression de tous les symptômes désagréables. Le traitement médicamenteux est considéré comme inefficace, dans la mesure où un résultat positif de son utilisation n’est observé que dans 25 à 30% des cas.

Le traitement des problèmes de l'hypophyse, accompagné d'un manque de certaines hormones, se produit avec l'utilisation d'un traitement hormonal substitutif:

  • avec le développement de l'hypothyroïdie secondaire, qui s'accompagne d'un déficit en TSH, l'utilisation de la L-thyroxine est nécessaire;
  • en cas de déficit en hormone somatotrophine chez l’enfant, un traitement par hormone de croissance recombinante est indiqué;
  • en cas de déficit en ACTH, des glucocorticoïdes sont utilisés;
  • en cas de concentration insuffisante de LH ou de FSH, il est recommandé d'utiliser des œstrogènes avec des gestagènes pour les femmes et de la testostérone chez les hommes.

Le traitement hormonal substitutif dure souvent toute la vie, car il ne parvient pas à éliminer les causes de la maladie et n'affecte que les symptômes désagréables.

Intervention chirurgicale

Zone pathologiquement modifiée, située près de l'hypophyse, il est souvent recommandé de l'éliminer par voie chirurgicale. Dans ce cas, un résultat positif de l'opération est observé dans 70% des cas, ce qui est considéré comme un très bon indicateur. Après la chirurgie, il y a une légère période de récupération qui nécessite la prise de certains médicaments.

Dans certains cas, la radiothérapie est également utilisée. Cela implique l’utilisation de rayonnements hautement ciblés qui affectent les cellules modifiées. Par la suite, leur mort survient, ce qui conduit à la normalisation de l'état du patient.

Troubles de l'hypophyse

Au sommet du système endocrinien se trouve l'hypophyse, une petite glande rarement plus grosse que l'ongle du petit doigt de l'enfant.

Les hormones qui affectent le travail de tous les organes et systèmes pénètrent dans le sang à partir de glandes endocrines spéciales, qui sont combinées en un seul système endocrinien. Ce sont les glandes surrénales, la thyroïde et les glandes parathyroïdes, les ovaires (chez les femmes), les testicules et les testicules (chez les hommes), le pancréas, l'hypothalamus et l'hypophyse. Peut-être n'y a-t-il pas dans le corps de système plus hiérarchique et discipliné que le système endocrinien.

Le principe de l'hypophyse

L'hypophyse se situe au sommet du pouvoir - une petite glande dépassant rarement la taille de l'ongle du petit doigt de l'enfant. L’hypophyse se situe dans le cerveau (en son centre même) et contrôle étroitement le travail de la plupart des glandes endocrines, en libérant des hormones spéciales qui contrôlent la production d’autres hormones. Par exemple, la glande pituitaire libère de la thyréostimuline (TSH) dans le sang, ce qui provoque la thyroxine et la triiodothyronine dans la glande thyroïde. Certaines hormones hypophysaires ont un effet direct, par exemple l’hormone somatotrope (GH), responsable de la croissance et du développement physique de l’enfant.

Le manque ou l'excès d'hormones hypophysaires conduit inévitablement à des maladies graves.

Manque d'hormones hypophysaires

Un manque d'hormones hypophysaires entraîne:

  • Au manque secondaire d'hormones d'autres glandes endocrines, par exemple, à l'hypothyroïdie secondaire - déficit en hormones thyroïdiennes.
  • De plus, le manque d'hormones pituitaires entraîne une déficience physique grave. Ainsi, le manque d'hormone de croissance (hormone de croissance) dans l'enfance conduit au nanisme.
  • Le diabète insipide - avec un manque d'hormone antidiurétique (ADH est produite dans l'hypothalamus, puis entre dans la glande pituitaire, à partir de laquelle il est libéré dans le sang)
  • * Hypopituitarisme ** - manque de toutes les hormones hypophysaires - chez l’enfant, il peut se manifester par un retard du développement sexuel et, chez l’adulte, par des troubles sexuels. En général, l'hypopituitarisme entraîne de graves troubles métaboliques qui affectent tous les systèmes de l'organisme.

Excès d'hormones hypophysaires

Un excès d’hormones hypophysaires donne un tableau clinique saisissant et les manifestations de la maladie varient considérablement selon les hormones ou les quantités dépassant la norme.

S'il y a un excès d'hormones hypophysaires:

  • Un taux élevé de prolactine (* hyperprolactinémie **) chez la femme se manifeste par des irrégularités menstruelles, une infertilité, une lactation (gonflement des glandes mammaires et des sécrétions lactées). L'hyperprolactinémie entraîne une diminution du désir sexuel, de l'impuissance chez l'homme.
  • Un excès d'hormone somatotrope (STG) a donné aux géants du monde. Si la maladie débute à un âge précoce, il y a gigantisme, même dans une mature - acromégalie. Selon le livre des records Guinness, l'homme le plus élevé était Robert Pershing Wadlow, né en 1918 aux États-Unis. Sa taille était de 272 centimètres (288 centimètres d'envergure). Toutefois, selon le livre des archives national Divo, le citoyen russe Fedor Makhov était le plus haut de l'histoire. Sa taille était de 2 mètres 85 centimètres avec un poids de 182 kilogrammes. Avec l'acromégalie, le patient épaissit les mains et les pieds, les traits du visage deviennent grands, les organes internes augmentent. Ceci est accompagné par des désordres du coeur, des désordres neurologiques.
  • L'augmentation de l'hormone corticotrope (ACTH) provoque la maladie de Itsenko-Cushing. Cette maladie grave se manifeste par l'ostéoporose, une augmentation de la pression artérielle, l'apparition d'un diabète, des troubles mentaux. La maladie s'accompagne de changements d'aspect caractéristiques: perte de poids des jambes et des bras, obésité à l'abdomen, aux épaules et au visage.

Raisons

Pour comprendre les causes des maladies de la glande pituitaire, il est nécessaire de rappeler qu’elle fait partie du cerveau. Au-dessus se trouvent les nerfs optiques latéraux - gros vaisseaux cérébraux et nerfs oculomoteurs.

La cause d'un excès d'hormones hypophysaires dans la plupart des cas est une tumeur de l'hypophyse - adénome. Cela augmente le niveau de l'hormone ou des hormones qui produisent les cellules d'adénome, tandis que le niveau de toutes les autres hormones peut être considérablement réduit en raison de la compression de la partie restante de la glande pituitaire. La croissance d'un adénome est également dangereuse car elle comprime les nerfs optiques, les vaisseaux sanguins et les structures cérébrales à proximité. Presque tous les patients atteints d'adénome ont des maux de tête, des troubles visuels se produisent souvent.

Les causes de déficit en hormones hypophysaires peuvent être:

  • défauts d'approvisionnement en sang
  • hémorragie
  • développement congénital de l'hypophyse,
  • méningite ou encéphalite,
  • compression de l'hypophyse par la tumeur,
  • lésion cérébrale traumatique
  • certains médicaments
  • irradiation
  • intervention chirurgicale.

Diagnostic des maladies hypophysaires

Le diagnostic et le traitement des maladies de l'hypophyse est engagé dans endocrinologue. Lors de la première visite, le médecin collectera l'anamnèse (plaintes, informations sur les maladies passées et les prédispositions héréditaires) et prescrira sur cette base les études nécessaires sur le profil hormonal (test sanguin pour les hormones), le test à la thyrolibérine, le test à la synacthène, etc. Si nécessaire, on peut attribuer une tomodensitométrie du cerveau, une imagerie par résonance magnétique du cerveau, etc.

Traitement des maladies de l'hypophyse

Le traitement des maladies de l'hypophyse vise à normaliser le niveau d'hormones dans le sang et, dans le cas d'un adénome, à réduire la pression de la tumeur sur les structures cérébrales environnantes. En l'absence d'hormones hypophysaires, on utilise un traitement hormonal substitutif: une personne reçoit des analogues médicamenteux des hormones souhaitées. Un tel traitement dure souvent toute la vie. Heureusement, les tumeurs hypophysaires sont rarement malignes. Cependant, leur traitement est une tâche difficile pour le médecin.

Dans le traitement des tumeurs hypophysaires en utilisant les méthodes suivantes et leur combinaison:

  • traitement médicamenteux;
  • traitement chirurgical - ablation de la tumeur;
  • méthodes de radiothérapie.

La structure de la glande pituitaire, fonctions et caractéristiques des maladies

La taille de l'hypophyse est insignifiante, peut être comparée à une graine ou un pois. Dans des conditions normales, sa taille est d'environ un centimètre. Qu'est-ce que l'hypophyse, tout le monde ne le sait pas, il n'y a que des médecins et des professeurs d'anatomie humaine. Et aussi peu de gens savent que c'est une double glande. Chaque partie, recto et verso, remplit des fonctions complètement différentes.

À l'aide de la tige, les deux moitiés du cerveau communiquent l'une avec l'autre. Ainsi, la formation du complexe endocrinien se produit. Avec un complexe endocrinien sain, l'environnement interne est maintenu. Toutes les conditions sont créées pour une croissance active et une vie normale avec des changements associés à la maturation du corps. Pour répondre à la question de savoir ce qu’est l’hypophyse, vous devez comprendre ses principales fonctions.

Fonction hypophysaire

La tâche principale de la glande est de fournir au corps la quantité nécessaire d'hormones pour le fonctionnement normal de l'organisme. Le travail de l'hypophyse affecte la production de mélanine, le système reproducteur, les organes internes et la croissance.

Sachant où se trouvent la glande pituitaire et ses principales parties, il est facile de comprendre leurs fonctions principales. L'hypophyse se compose de trois parties:

  • le lobe antérieur ou adénohypophyse est responsable des glandes surrénales, la glande thyroïde. La stimulation des glandes fruitières, la production de spermatozoïdes et la création de follicules est la principale fonction de l'adénohypophyse. Pendant la grossesse, la glande produit une hormone pour le début de la lactation. L'approvisionnement en sang est effectué par les artères pituitaires supérieures. L'adénohypophyse est à son tour divisée en parties distale et bosselée. La seconde est représentée par les cordons épithéliaux attachés à l'hypothalamus;
  • part intermédiaire (moyenne) - la partie responsable de la pigmentation de la peau. Pendant la grossesse, la peau s'assombrit souvent pendant la période d'augmentation de la production d'hormones. La partie médiane est située entre les lobes antérieur et postérieur;
  • lobe postérieur ou neurohypophyse - contribue à la régulation de la pression artérielle. Avec son aide, l'échange d'eau dans le corps, le travail du système reproducteur est contrôlé. En l'absence d'une glande hormonale produisant le lobe postérieur de l'hypophyse, le psychisme peut être perturbé et la coagulation du sang peut se détériorer. L'alimentation est effectuée par les artères hypophysaires inférieures. La neurohypophyse comprend deux parties, la neurohypophyse antérieure et la postérieure.

En cas de troubles de la glande chez la femme, l'utérus, lorsqu'il est exposé à la progestérone, devient insensible à l'ocytocine, ce qui affecte la réduction des cellules myoépithéliales. Avec une telle violation des glandes mammaires ne produisent pas de lait, l'hypophyse ne remplit pas la fonction de production d'hormones.

Hormones de l'hypophyse

Les glandes endocrines, auxquelles appartient l'hypophyse, sécrètent des substances biologiquement actives - des hormones directement sécrétées dans le sang. Avec l'aide du sang, ils sont transférés aux organes humains. L'état mental et physique de l'organisme dépend du travail de chaque service et de sa fonction. Les différentes parties de l'hypophyse produisent différentes hormones. Après avoir examiné l'hypophyse: qu'est-ce que c'est et quelles sont ses responsabilités principales peuvent être identifiées comme plusieurs parties fonctionnelles.

Le front-end produit:

  • somatotrophine - dépend de cette hormone humaine pour la croissance, le développement et le métabolisme. Au cours du développement prénatal de 4 à 6 mois, la plus grande quantité de l'hormone est observée. La concentration est maximale dès le plus jeune âge et minimale chez les personnes âgées;
  • corticotropine - agit sur la membrane surrénale en activant sa fonction. Participe à la synthèse des glucocorticoïdes (cortisol, cortisone, corticostérone);
  • thyrotrope (TSH) - essentiel pour la fonction thyroïdienne. Avec son aide, la thyroxine, la triiodothyronine, les acides nucléiques, les phospholipides sont produits;
  • follicules stimulantes - pour la production et le développement de follicules dans les ovaires de la femme et du sperme chez l'homme;
  • lutéinisante - a un effet sur la synthèse de la testostérone masculine. La production de progestérone et d'œstrogène chez les femmes. Régule la production du corps jaune et le processus d'ovulation;
  • la prolactine - avec son aide stimule la production de lait pendant la lactation.

Ainsi, l'adénohypophyse, faisant partie de la glande endocrine, contrôle d'autres glandes endocrines: le sexe, la thyroïde et les glandes surrénales.

Back end

Le lobe postérieur de l'hypophyse produit (neurohypophyse) produit de l'ocytocine et de la vasopressine. Chaque élément a ses propres fonctions spéciales dans le corps.

L'état de la musculature des intestins dépend de l'ocytocine. Affecte les parois de l'utérus et de la vésicule biliaire. Une concentration accrue conduit à des attaques de contraction des tissus des organes internes. Régule la pression artérielle et le métabolisme du corps humain. La production avec facultés affaiblies s'accompagne de l'apparition de problèmes psychologiques et d'un dysfonctionnement des organes génitaux.

La vasopressine joue un rôle important dans la régulation du travail du système urinaire et du métabolisme des sels d'eau. En l'absence d'hormone, le corps est rapidement déshydraté.

Les hormones qui contrôlent la neurohypophyse sont directement liées à l'activité du système cardiovasculaire, sexuel et métabolique. Le manque ou l'excès de production aggrave instantanément le bien-être d'une personne.

Partie centrale

La proportion intermédiaire produit une mélanocytose hormonale liée à la régulation de la pigmentation de la peau, des cheveux et de la couleur des yeux.

Chez les personnes à la peau claire, il existe un gène qui affecte la production d’un récepteur altérant les mélanocytes. En fait, il s'agit également d'une déviation, bien que cela ne crée pas d'impact sur les autres processus du corps.

L'effet de l'hypophyse sur le travail des organes du corps

Le bon fonctionnement de la glande est normalement la clé de la santé et de la longévité humaine. Les symptômes des maladies des glandes sont spécifiques et distinctifs. Le résultat d'une surabondance ou d'un manque de quantité d'une certaine hormone forme une certaine maladie.

Une quantité insuffisante d'hormones peut provoquer des maladies graves:

  • dysfonctionnement de la glande thyroïde (carence en hormone conduit à l'hypothyroïdie);
  • le développement de l'hypopituitarisme (déficit hormonal) se traduit par un développement sexuel retardé chez l'enfant ou des troubles sexuels chez l'adulte;
  • hypertension artérielle;
  • l'ostéoporose;
  • gigantisme (hauteur corporelle excessive).

Développement du nanisme hypophysaire

La croissance s'arrête et la personne reste sous-dimensionnée. Elle est causée par une petite quantité de somatotropine et d'hormones sexuelles.

Syndrome de Sheehan

Cela devient le résultat d'un infarctus des glandes en raison d'un travail pénible. Dans le même temps, tous les types d'hormones présentent un échec critique.

Maladie de Simmonds

Échec hypophysaire, développé à la suite d'une infection du cerveau, d'un traumatisme ou d'un trouble vasculaire.

Le déficit en vasopressine résulte en un diabète insipide. La cause peut être congénitale ou acquise après des tumeurs, des infections, de l'alcoolisme. L'absence de traitement pour ce trouble peut entraîner le coma ou la mort.

Une tumeur hormonalement active peut entraîner des taux d'hormones. Dans le même temps, il peut y avoir des néoplasmes hormonaux actifs, qui se manifestent par des symptômes et des signes particuliers.

En plus du fait que l'hypophyse du cerveau régule le travail d'organes importants, la perturbation de son fonctionnement provoque des défaillances dans d'autres systèmes:

  • trouble du système génito-urinaire - il y a une déshydratation rapide, développant un diabète insipide;
  • troubles de la reproduction et du système reproducteur - hyperfonctionnement de la partie antérieure de la glande, le corps de la femme se trouvant dans un état dans lequel la grossesse devient impossible. En même temps, il y a un saignement mensuel, utérin faible, non associé au cycle menstruel;
  • troubles psycho-émotionnels - Les signes peuvent être l'insomnie, la confusion, des perturbations dans le mode quotidien;
  • interruptions dans le système endocrinien - toute violation affecte la glande thyroïde et tout le corps en souffre.

Développement hypophysaire

Dans l'embryon, à 4–5 semaines, la structure de la glande pituitaire est formée. Il continue son développement après la naissance du fœtus. La masse hypophysaire d'un nouveau-né est d'environ 0,125 à 0,250 gramme. Par la puberté peut doubler.

L'adénohypophyse est formée par le processus épithélial, la protrusion épithéliale se présente sous la forme d'une poche hypophysaire (la poche de Rathke), à ​​partir de laquelle le fer est d'abord formé avec une sécrétion externe. Après avoir atteint l'âge de 40 à 60 ans, le fer diminue de manière insignifiante. Au cours de la grossesse chez les femmes, l'hypophyse augmente légèrement et revient à la normale après l'accouchement.

Symptômes des troubles hypophysaires

Lorsque la maladie est partiellement altérée de la vision (directe et périphérique). Une personne ne tolère pas le froid ni le changement de poids. Perte de cheveux

Dans le syndrome de Cushing, d'importants dépôts graisseux se forment dans l'abdomen, le dos et la poitrine. La tension artérielle augmente, des muscles atrophiés, des ecchymoses et des vergetures apparaissent.

Diagnostic de l'hypophyse

Une technique unifiée permettant de poser immédiatement le diagnostic correct et de déterminer le travail de la glande n'est pas encore établie. On peut dire de quoi la glande pituitaire est responsable, mais différentes parties de la glande produisent différentes hormones qui concernent des systèmes entiers. Par conséquent, la définition exacte des violations par les symptômes est impossible.

Pour les troubles, un diagnostic différentiel est réalisé, qui inclut les méthodes d'examen suivantes:

  • le sang est examiné pour la présence d'hormones;
  • effectuer une imagerie par résonance magnétique ou une tomographie assistée par contraste.

Les procédures nécessaires sont prescrites par le médecin traitant, en fonction des résultats des indications et de la manifestation clinique de la maladie.

Il convient de noter que le lobe antérieur de l'hypophyse occupe environ 80% du volume total de la glande, tandis que la partie intermédiaire est peu développée. Certaines parties de l'hypophyse ont un apport sanguin différent et remplissent des fonctions parallèles distinctes. En même temps, seule l'histologie permet de distinguer les actions au niveau cellulaire. La neurohypophyse est beaucoup plus petite que la partie antérieure. La structure de la glande pituitaire assure la réalisation de multiples fonctions.

L'hypophyse est la glande principale du système endocrinien. En dépit de sa petite taille, l'hypophyse exerce des fonctions graves et présente une anatomie complexe. Le travail des autres glandes du système endocrinien est complètement dépendant du travail de la glande pituitaire.

Tout sur les causes de l'hypophyse cérébrale, les symptômes et le traitement

L'hypophyse - Pituitaria glandula - est une minuscule glande endocrine du cerveau, non appariée, ne dépassant pas la taille d'un pois et pesant environ 0,5 gramme. Il est situé dans la selle turque du crâne.

L'essence du problème

En dépit de sa taille très modeste, l'hypophyse est le summum du système endocrinien, dirigeant le travail de toutes les glandes du système endocrinien. Son pouvoir peut être considéré comme presque illimité. La glande a 3 lobes, le lobe antérieur (adénohypophyse - représentant 70% de la glande) et le postérieur (neurohypophyse; avec un lobe intermédiaire de seulement 30%).

Dans le lobe moyen intermédiaire, les stocks d’hormones de l’hypothalamus, qui contrôle à lui seul l’hypophyse. Le système hypothalamo-hypophysaire est le conducteur de toutes les glandes endocrines, il maintient l'homéostasie (constance de l'environnement interne du corps). C'est pourquoi il est si important d'imaginer des changements de la part de l'hypophyse, d'autant plus qu'il est difficile de les guérir.

L'adénohypophyse produit 6 hormones: la prolactine, l'hormone somatotrope, l'adénocorticotropine, l'hormone stimulant la thyroïde, l'hormone lutéinisante, l'ocytocine. La neurohypophyse produit de l'ocytocine et de la vasopressine ou une hormone antidiurétique. Les maladies de l'hypophyse et les troubles de son travail chez une personne sont immédiatement ressentis: le système nerveux central réagit, la respiration, le cœur, le système hématopoïétique et sexuel.

Une partie de l'anatomie de l'hypophyse

La glande pituitaire a une forme en forme de haricot et est autrement appelée la glande pituitaire. On pensait que cette glande produisait du mucus, d’où son nom hypophysaire ("pituita" - mucus). Sa localisation est une niche ou une fosse pituitaire de la selle turque. Les glandes pituitaires fournissent du sang de manière autonome.

Fonction hypophysaire

Dans le département d'adénohypophyse se produit: la synthèse de l'hormone de croissance - l'hormone de croissance. Si cela ne suffit pas, la personne sera un nain et vice versa. Dans cette hormone, les os du squelette humain se développent. En outre, il stimule le métabolisme des protéines et intervient dans le métabolisme.

  1. La production de TSH - thyréotropine stimule la thyroïde. Sa production se produit avec un déficit en triiodothyronine.
  2. La synthèse de la prolactine ou hormone lactogène - elle est impliquée dans le métabolisme des lipides et est responsable du travail des glandes mammaires, stimulant leur croissance et leur lactation après l'accouchement. Il favorise la maturation du colostrum et du lait.
  3. La synthèse de mélanocytropine - est responsable de la pigmentation de la peau.
  4. La synthèse de l'ACTH - l'adrénocorticotropine est responsable du travail des glandes surrénales, améliore la synthèse de la GCS.
  5. Hormone folliculo-stimulante - FSH - avec sa participation, les follicules des ovaires et les spermatozoïdes des testicules mûrissent.
  6. Luteinisante (LH) - chez les hommes, elle aide à former de la testostérone, et chez les femmes -, elle aide à former le corps jaune et les hormones féminines - œstrogènes, progestérone.

Toutes les hormones, à l'exception de la GH et de la prolactine, sont des substances tropicales, c'est-à-dire stimulent le fonctionnement des glandes tropicales et sont produites lorsque leurs hormones sont déficientes.

Le lobe postérieur produit une hormone antidiurétique ou vasopressine et ocytocine. L'ADH est responsable de l'équilibre sel-eau et de la formation d'urine. L'ocytocine est responsable des contractions des naissances et stimule la production de lait.

L’interaction de l’hypophyse et des glandes endocrines se déroule selon le principe de "rétroaction", c’est-à-dire commentaires Si un excès d'hormones est produit, la synthèse tropique dans l'hypophyse est inhibée et inversement.

Causes des troubles hypophysaires

La perturbation de la production d'hormones dans l'hypophyse est souvent due à une maladie telle que l'adénome, une tumeur bénigne. Les tumeurs hypophysaires surviennent chez une personne sur cinq.

L'hypophyse du cerveau, les causes de la déviation, il existe d'autres:

  • troubles congénitaux - particulièrement manifestés par la GH;
  • infections cérébrales (méningite - inflammation de la paroi du cerveau et encéphalite);
  • radiothérapie en oncologie, toujours négative pour l'hypophyse;
  • le rayonnement;
  • les raisons peuvent être dans les complications après une opération du cerveau;
  • effets à long terme du TBI;
  • prendre des hormones;
  • troubles de la circulation cérébrale;
  • les causes des déviations peuvent également être la compression de la glande avec une tumeur au cerveau (méningiome, gliome), qui provoque son atrophie;
  • infections courantes - TB, syphilis, virus;
  • hémorragie cérébrale;
  • dégénérescence de la nature kystique dans l'hypophyse.

Les troubles de l'hypophyse peuvent également être congénitaux. Avec son développement anormal, les troubles suivants peuvent survenir: aplasie de l'hypophyse (son absence) - avec cette anomalie, la selle turque est déformée et il existe des combinaisons avec d'autres malformations.

L'hypoplasie de l'hypophyse (son sous-développement) survient avec l'anencéphalie. Une autre violation de l'hypophyse est son ectopie (localisation dans le pharynx).

Kyste hypophysaire congénital - souvent entre le devant et les parties intermédiaires, doublant l'hypophyse (puis doublant la selle turque, pharynx). Ce défaut rare est accompagné de graves défauts du système nerveux central. Il convient de noter que les causes de certaines pathologies de l'hypophyse ne sont pas claires.

Kyste hypophysaire

Ce kyste a toujours une capsule. Plus souvent, une pathologie se développe sur le fond d'une inflammation ou d'un traumatisme crânien chez les jeunes. Un grand rôle est attaché à l'hérédité. Pendant longtemps, un kyste est silencieux et peut être détecté accidentellement lors d'un examen.

Lorsque sa taille dépasse 1 cm, la perturbation de l'hypophyse devient évidente: une personne a une céphalgie et une perte de vision. Le kyste peut modifier la synthèse des hormones dans n'importe quelle direction. C'est à dire hypophyse: les signes de la maladie peuvent être un déficit en hormone et leur excès.

Maladies avec manque de synthèse hormonale

Hypothyroïdie secondaire - la fonction thyroïdienne est réduite en raison d’une production insuffisante de TSH. La maladie se manifeste par un gain de poids, une peau sèche, un gonflement du corps, des myalgies et des céphalalgies, une faiblesse, une perte de force. Chez les enfants sans traitement, il y a un retard dans le développement psychomoteur, une diminution de l'intelligence. Chez l’adulte, l’hypothyroïdie peut entraîner un coma hypothyroïdien et être mortelle.

Pas de diabète sucré - avec cela, il y a un manque d'ADH. La soif est associée à une miction abondante, ce qui conduit également à l'eksikozu et au coma.

Le nanisme hypophysaire (nanisme) - une telle lésion et une défaillance de l'hypophyse se traduit par un retard important du développement physique et de la croissance en raison du manque de production de GH - est diagnostiqué plus souvent dans 2-3 ans. En outre, cela réduit la synthèse de la TSH et de la gonadotrophine. Il est plus fréquent chez les garçons, ces troubles sont très rares - 1 personne. pour 10 000 habitants.

L’hypopituitarisme est un dysfonctionnement de l’ensemble de l’hypophyse antérieure. Les symptômes sont dus au fait que les hormones sont soit très peu produites, soit pas du tout. Il y a un manque de libido; pour les femmes, il n'y a pas de menstruation, les cheveux tombent; chez les hommes, l'impuissance apparaît. Si la maladie est post-partum à la suite d'une perte de sang massive, on parle de syndrome de Sheehan. Dans ce cas, l'hypophyse meurt complètement et la femme meurt le premier jour. Souvent, ces pathologies se produisent sur le fond du diabète.

Cachexie hypophysaire ou maladie de Simmonds - les tissus hypophysaires sont également nécrotiques, mais plus lentement. Le poids chute rapidement à 30 kg par mois, les cheveux et les dents tombent, la peau sèche; la faiblesse augmente, il n'y a pas de libido, toutes les manifestations du syndrome d'hypothyroïdie et une baisse du travail des glandes surrénales, pas d'appétit, la pression artérielle est réduite, les convulsions et les hallucinations, le métabolisme tombe à zéro, l'atrophie des organes internes. La maladie se termine par la mort si 90% ou plus du tissu hypophysaire est affecté.

Il résulte de ce qui précède que les maladies de la glande pituitaire sont très graves et qu’il est donc très important de les détecter et de les traiter à temps.

Adénome hypophysaire

Cette tumeur bénigne conduit le plus souvent à une hyperfonction et à une hypertrophie de la glande. Par la taille des adénomes sont divisés: en microadénomes - lorsque la taille de la tumeur est jusqu'à 10 mm; une plus grande taille est déjà un macroadénome. L'adénome peut produire 2 hormones ou plus et une personne peut avoir plusieurs syndromes.

  • Somatotropinome - conduit à l'acromégalie et au gigantisme, avec le gigantisme - avec ce type de trouble, il y a la taille, les membres longs et la microcéphalie. Survient plus souvent chez les enfants et la puberté. Ces patients meurent rapidement en raison de diverses complications. L'acromégalie grossit le visage (nez, lèvres), épaissit les mains, les pieds, la langue, etc. Les organes internes se multiplient, entraînant des cardiopathies et des troubles neurologiques. L'acromégalie se développe chez l'adulte.
  • La corticotropinomie est la cause de la maladie d'Itsenko-Cushing. Manifestations pathologiques: l'obésité de l'abdomen, du cou et du visage devient semblable à la lune - caractéristiques, augmentation de la pression artérielle, calvitie, troubles mentaux, troubles sexuels, ostéoporose, développement, diabète se joint souvent.
  • Thyrotropinome - conduit à l'hyperthyroïdie. Rarement rencontré.
  • Le prolactinome provoque une hyperprolactinémie. Un taux élevé de prolactine conduit à la stérilité, à la gynécomastie et à un écoulement du mamelon, à une diminution de la libido, chez les femmes - la MC est perturbée. Chez les hommes, c'est moins fréquent. Prolactino est traité avec succès par l'homéopathie.
  • Vous pouvez également noter gonadotropinomu - synthèse accrue de FSH et de LH - est rare.

Symptômes communs de troubles de l'hypophyse

Hypophyse et symptômes de maladie: les maladies peuvent se manifester après quelques jours ou quelques mois. Ils ne peuvent pas être ignorés.

Les troubles cérébraux hypophysaires se manifestent dans:

  • vision floue (l'acuité visuelle diminue et les champs visuels sont limités);
  • maux de tête persistants;
  • écoulement du lait sans lactation;
  • disparition de la libido;
  • infertilité;
  • le retard de tous les types de développement;
  • développement disproportionné de parties individuelles du corps;
  • fluctuations de poids déraisonnables;
  • soif constante;
  • débit urinaire abondant - plus de 5 litres par jour;
  • perte de mémoire;
  • fatigue
  • mauvaise humeur;
  • cardialgie et arythmies;
  • croissance disproportionnée des différentes parties du corps;
  • changement de timbre vocal.

Les femmes en plus:

violation du MC, augmentation mammaire, dysurie. Chez les hommes, en outre: pas d'érection, organes génitaux externes modifiés. Bien entendu, ces signes ne permettent pas toujours d'indiquer uniquement l'hypophyse, mais il est nécessaire de passer le diagnostic.

Mesures de diagnostic

Les problèmes de l'hypophyse peuvent être identifiés à l'aide d'une IRM. Des irrégularités minimes apparaîtront, leur localisation et la cause de la pathologie de l'hypophyse. Si une tumeur se trouve dans une partie du cerveau, la tomographie avec contraste est prescrite par le médecin traitant.

Un test sanguin est également effectué pour identifier le statut hormonal; ponction de la moelle épinière - pour identifier les processus inflammatoires dans le cerveau. Ces méthodes sont basiques. Si nécessaire, nommés et autres.

Glande pituitaire et son traitement

Hypophyse: comment traiter? Le traitement dépend de la cause, du stade et de l'âge du patient. Les neurochirurgiens travaillent souvent sur les problèmes de l'hypophyse; Il existe également un traitement médicamenteux et une radiothérapie. De plus, l'homéopathie est souvent utilisée.

Traitement de la toxicomanie

Le traitement conservateur est applicable pour les petites déviations du statut hypophysaire. Dans l'adénome hypophysaire, on affecte les agonistes de la dopamine, les bloqueurs des récepteurs de la somatotrophine, etc. - ceci est déterminé par le type d'adénome et le degré de progression.

Le traitement conservateur, souvent inefficace, donne le résultat dans 25% des cas. En cas de pénurie d'hormones hypophysaires, un traitement hormonal substitutif est utilisé. Elle est nommée à vie car elle n'agit pas sur la cause, mais uniquement sur les symptômes.

Intervention chirurgicale

La zone touchée est enlevée - succès chez 70% des patients. La radiothérapie est également parfois utilisée - l'application d'un faisceau focalisé à des cellules anormales. Après cela, ces cellules meurent progressivement et l'état de la patiente revient à la normale.

L'homéopathie a récemment été utilisée avec succès dans le traitement de l'adénome hypophysaire. On croit qu'il peut complètement guérir cette pathologie. Selon les homéopathes, le succès du traitement homéopathique dépend de la constitution du patient, de ses caractéristiques.

Il existe de nombreux remèdes homéopathiques pour le traitement de l'adénome hormono-actif. Parmi eux, il y a ceux qui suppriment le processus inflammatoire. Ceux-ci incluent Glonoinum, Uranium, Iodatum. Également nommé par l'homéopathe Aconite et Belladonna; Nux vomica; Arnica. L'homéopathie est différente en ce que le choix du traitement est toujours individuel, sans effets secondaires et contre-indications.

Vous Pouvez, Comme Pro Hormones