Après avoir appris que sa grossesse était attendue depuis longtemps, une femme est confrontée à la nécessité de passer de nombreux tests.

L’analyse des hormones est l’un des plus importants facteurs qui influent sur le développement du fœtus et sur le déroulement normal de la grossesse.

Les femmes ne sont pas appelées «créatures dépendantes d’hormones» - c’est vrai, mais le travail de l’ensemble du système endocrinien et le bon fonctionnement de la glande thyroïde déterminent le bon état de santé du futur bébé et la naissance de celui-ci.

Dans cet article, nous allons parler de ce qu'est la TSH et des raisons pour lesquelles vous devez passer ce test pendant la grossesse, ainsi que de ses normes et de ce que montre le faible taux de TSH pendant la grossesse.

TSH - Qu'est-ce que cette hormone et de quoi est-elle responsable?

L'hormone stimulant la thyroïde, ou TSH, est une hormone produite par l'hypophyse, qui influe sur la sécrétion et la formation des hormones thyroïdiennes.

Les tests de TSH sont administrés à la future mère si elle est soupçonnée d’avoir des problèmes de glande thyroïde ou un dysfonctionnement.

La glande thyroïde interagit avec la glande thyroïde selon le principe de rétroaction.

Qu'est ce que cela signifie? Cela signifie qu’avec une production accrue d’hormones thyroïdiennes, le taux de TSH dans le sang diminue et qu’au contraire, avec une production insuffisante, il augmente.

L'effet des hormones thyroïdiennes sur le corps d'une femme enceinte est difficile à surestimer. Avec leur excès, l'hyperthyroïdie (également appelée thyrotoxicose) est caractérisée par une augmentation de l'appétit (en même temps que le poids de la femme est réduite), des troubles du sommeil, des problèmes des organes de l'appareil digestif, des problèmes du système cardiovasculaire, une transpiration excessive.

En cas de manque d'hormones (hypothyroïdie), l'immunité de la femme enceinte est réduite, l'état général du corps se détériore et des troubles sexuels et un dysfonctionnement des organes de l'appareil reproducteur se produisent. Le principal danger de l'hypothyroïdie pendant la grossesse est le risque de malformations fœtales, d'avortements spontanés et la possibilité d'avoir un enfant atteint de troubles congénitaux de la thyroïde.

Les enfants atteints de dysfonctionnement thyroïdien congénital dans 85% des cas développent des retards de développement sévères.

Alors résumons. Le niveau de l’hormone TSH pendant la grossesse vous permet de déterminer le fonctionnement de la glande thyroïde de la future mère, la présence de tensions dans son travail et de dysfonctionnements cachés.

Une étude générale des hormones et de la glande thyroïde ne peut révéler que des écarts évidents par rapport à la norme, contrairement à l'analyse de la TSH.

Même si, pour une raison quelconque, le gynécologue ne vous a pas prescrit ce test, prenez le temps de rester calme. Le plus tôt vous le ferez, mieux ce sera.

Vous pouvez le prendre dans n'importe quelle clinique payante ou obtenir une référence à une analyse gratuite à la clinique du lieu de rattachement.

TSH normale pendant la grossesse

Après avoir reçu les résultats des analyses, vous pouvez effectuer leur décodage. La première chose à laquelle vous devriez prêter attention est les valeurs standard indiquées par le laboratoire dans le rapport d'analyse. En règle générale, ils diffèrent légèrement entre eux.

Le taux conditionnel de TSH pendant la grossesse est considéré comme étant compris entre 0,4 et 4 mU / l.

Le niveau de l'hormone varie avec la durée de la grossesse. Jusqu'à la semaine 12, l'hormone est maintenue au niveau le plus bas possible, après quoi sa concentration commence à augmenter progressivement.

Au cours du premier trimestre de la grossesse, de faibles taux de TSH sont considérés comme normaux, allant de 0,1 à 2 mU / L.

Le niveau de TSH peut s'avérer totalement nul et, en cas de grossesse multiple, la concentration de cette hormone diminue avec une probabilité de 100%.

En outre, les résultats des analyses dépendent fortement de la sensibilité du système de test utilisé par le laboratoire.

Si l'analyse TSH s'est avérée nulle, ne paniquez pas; il vous suffit de rechercher et de reprendre l'analyse en laboratoire à l'aide de systèmes de test ultra-sensibles. Si, même avec l'utilisation d'une telle méthode, TSH n'est pas déterminée, en restant à zéro, il convient de consulter un médecin endocrinologue pour consultation.

Même les femmes en parfaite santé qui ne présentent pas d'anomalies de la glande thyroïde peuvent présenter un faible taux de TSH au cours du premier trimestre de la grossesse. Cela est dû à l'augmentation de la production d'hormones par la glande thyroïde et à l'altération hormonale générale du corps au cours de cette période, ce qui entraîne ce qu'on appelle "l'hyperthyroïdie physiologique" des femmes enceintes. Habituellement, il passe seul, sans traitement spécial, au début du deuxième trimestre de la grossesse.

Le médecin doit déterminer individuellement s'il existe un écart réel par rapport à la norme. Ne paniquez pas à l'avance, faites confiance à un spécialiste. Si votre médecin n’inspire pas confiance en vous, adressez-vous à un autre. Il est important de prendre soin de votre système nerveux tout au long de la grossesse et de vous rappeler qu'il n'y a pas de problèmes insolubles avec une consultation rapide chez le médecin.

Si votre médecin vous a conseillé d'avorter, parce que votre taux de TSH pendant la grossesse est augmenté ou diminué, changez de médecin et en aucun cas, n'écoutez pas ces conseils!

TSH bas pendant la grossesse - symptômes

Si vous avez réussi tous les tests hormonaux principaux, mais n'avez pas encore subi de TSH, ou si vous présentez les symptômes suivants, vous devez être vigilant:

  • humeur changeante, larmoiement accru;
  • hypertension artérielle (artérielle);
  • palpitations cardiaques, tachycardie;
  • maux de tête sévères et fréquents;
  • une forte augmentation de l'appétit;
  • une forte hausse de la température, de la fièvre pendant une longue période;
  • tremblant dans les mains, dans le corps;
  • douleur abdominale basse, selles bouleversées;
  • perte de poids déraisonnable non liée à la toxicose.

Il est important d'évaluer dans le temps l'état général d'une femme enceinte et, si nécessaire, de se rendre à un rendez-vous avec un endocrinologue et de procéder à un dépistage de la glande thyroïde. Un traitement précoce aidera à éviter les risques liés à l'hyperthyroïdie, à protéger le futur bébé des pathologies du développement et à le préserver.

Pour le traitement de la thyrotoxicose et l'augmentation du taux de TSH, le médicament le plus fréquemment utilisé est le Tyrozol, qui a fait ses preuves. Le but et la posologie du médicament doivent être déterminés par le médecin en fonction des résultats de l’examen.

Pour pouvoir concevoir un bébé en bonne santé, une femme doit passer une série de tests importants. TSH lors de la planification de la grossesse est l’une des études nécessaires, car dans le cas d’un écart par rapport à la norme, une femme peut avoir des problèmes de conception et de portage d’un enfant.

Les problèmes de glande thyroïde chez les femmes sont plus fréquents que chez les hommes. Comment reconnaître la maladie à temps, lisez cet article.

Les niveaux d'hormones élevés ou réduits sont également mauvais. Qu'est-ce que la réduction de la thyréostimuline, vous apprendrez dans cette rubrique: http://gormonexpert.ru/zhelezy-vnutrennej-sekrecii/shhitovidnaya-zheleza/tireotropnyj-gormon-ponizhen-chto-eto-znachit.html. Parlons de diagnostics tels que l'hyperthyroïdie et l'hypothyroïdie secondaire.

Que faire si la TSH est inférieure à la normale

Avant de détecter un faible taux de TSH pendant la grossesse, il est important de contacter un médecin pour un examen complet et un traitement. Les remèdes populaires et l’auto-traitement sur la base de critiques sur Internet dans cette situation sont inacceptables.

Si vous avez réussi les tests et que les résultats vous effraient, utilisez nos recommandations:

  • Reprendre l'analyse dans les laboratoires avec des systèmes de test ultra-sensibles;
  • prendre rendez-vous avec un endocrinologue;
  • passer un examen complet, faire une échographie de la glande thyroïde;
  • test pour T4 libre;
  • obtenir la nomination d'un endocrinologue et prendre les médicaments nécessaires.

S'il y a des problèmes de glande thyroïde et de faible TSH, il est recommandé de surveiller son niveau pendant toute la période de la grossesse, tout en étant suivi par un endocrinologue. Un traitement précoce est la clé du succès de la grossesse et de la naissance d'un bébé en bonne santé. L'essentiel - ne paniquez pas et ne vous inquiétez pas pour rien.

Pendant la grossesse, la femme subit une restructuration non seulement dans la production d’hormones sexuelles, mais également dans les hormones du système endocrinien. Le taux de TSH pendant la grossesse varie selon les trimestres. L'article présente les règles de TSH en termes.

Comment déterminer la pathologie de la glande thyroïde chez un enfant, considérez dans ce document. Méthodes modernes de diagnostic et causes de la maladie.

Pourquoi une TSH basse en T4 normal et comment l'augmenter

Le contenu

L'abréviation TSH désigne l'hormone stimulant la thyroïde, qui est produite par l'hypophyse. T4 - une substance pour la production de laquelle la glande thyroïde est responsable. Si tous les organes internes fonctionnent correctement dans le corps, le niveau normal de TSH sera en ligne avec T4. S'il y a des problèmes dans le fonctionnement des organes producteurs d'hormones, l'arrière-plan hormonal échoue. Une condition où une TSH basse est détectée dans la T4 normale peut indiquer l'apparition de processus pathologiques dans le corps. Dans de tels cas, un diagnostic complet est requis pour établir les causes de la violation. Après cela, vous pouvez appliquer des mesures pour la correction des indicateurs et la prévention des complications.

Symptômes et indicateurs pendant la grossesse

Les signes de TSH bas dans le T4 normal peuvent ne pas apparaître. Une diminution ou une augmentation de l'hormone stimulant la thyroïde n'est pas accompagnée de symptômes expressifs. Mais en violation de la concentration de l'hormone T4, un tableau clinique se présente, comme dans la thyréotoxicose.

Un examen détaillé peut montrer les symptômes suivants:

  • la tachycardie;
  • tremblement des membres;
  • l'hyperexcitabilité;
  • irritabilité;
  • agressivité;
  • fatigue chronique;
  • maux de tête récurrents;
  • légère diminution ou augmentation de la pression artérielle.

Un des cas les plus courants de réduction de la TSH, lorsque le niveau de T4 reste normal, est pendant la grossesse. À ce stade, le corps de la femme ne fonctionne pas seulement pour lui-même, il assure la croissance et le développement normaux du fœtus. Les hormones thyroïdiennes sont nécessaires à la formation normale des organes internes du futur bébé. La thyroïde devrait travailler plus fort pour augmenter la production de T4 de près de 50%.

L'hypophyse fonctionne à un rythme normal, car au lieu de la TSH, le corps de la mère a besoin de HCG, qui est produite par le placenta. La présence de gonadotrophine chorionique humaine dans le sang suggère qu'une nouvelle vie se développe dans le corps de la femme. Son niveau normal assure la formation et le développement appropriés de tous les organes et systèmes internes du fœtus.

La réduction de la concentration d'hormone stimulant la thyroïde ne peut se produire sans cause. Une telle violation indique des problèmes dans l'hypophyse ou la glande thyroïde.

Raisons

Les facteurs contribuant à une diminution de la TSH à un niveau de T4 normal sont classiquement divisés en facteurs physiologiques et pathologiques. La première catégorie comprend la période de grossesse et l’âge avancé. Dans le corps des patients âgés, tous les processus, y compris le métabolisme, sont naturellement ralentis. En conséquence, l'activité des glandes endocrines et la concentration de certaines hormones sont réduites.

Les raisons pathologiques de l'abaissement des taux de TSH incluent:

  • fonction thyroïdienne autonome;
  • l'hypothyroïdie;
  • thyrotoxicose infraclinique;
  • coups précédents et crises cardiaques;
  • blessures graves;
  • interventions chirurgicales extensives;
  • forts chocs nerveux.

Des taux faibles de TSH peuvent survenir après la prise de médicaments appartenant à certains groupes pharmacocinétiques. Ainsi, le problème se pose souvent sur le fond de la posologie mal ajustée de thyréostatique pendant la thérapie de remplacement. Les patients sont souvent responsables d'eux-mêmes s'ils n'assistent pas aux consultations de spécialistes et ne se soumettent pas aux examens prévus.

Traitement et prévention

Indépendamment de chez vous, vous ne pouvez ni déterminer la pathologie, ni vous en débarrasser. Avant de commencer le traitement, il est nécessaire d’établir la cause de l’anomalie et de prescrire ensuite un traitement. Par exemple, si la concentration de TSH est réduite pendant l’autonomie de la thyroïde, cela peut être dû à la présence de goitre toxique. Dans ce cas, le traitement consiste à enlever les néoplasmes, à corriger le fond hormonal. Dans les cas avancés, vous devrez peut-être retirer tout ou partie de la glande thyroïde.

Le stress est la cause la plus fréquente de troubles hormonaux, le fonctionnement des organes internes et du corps tout entier.

Pour prévenir la réduction de TSH, il est recommandé d'appliquer de telles mesures:

  1. Augmentation de la résistance au stress.
  2. Traitement en temps opportun des maladies du système nerveux.
  3. Éviter les situations stressantes.
  4. Prendre des médicaments avec un effet sédatif.
  5. Utilisez des décoctions à base de plantes et des thés.

Des problèmes de fonctionnement de la glande thyroïde peuvent survenir dans le contexte d'un manque d'iode dans le corps. Pour prévenir les effets négatifs de la carence en iode, doivent être inclus dans le régime alimentaire des aliments riches en cet oligo-élément.

S'il n'est pas possible de compenser le déficit à l'aide d'une correction nutritionnelle, vous devez commencer à prendre des médicaments spéciaux, mais uniquement selon les directives de votre médecin.

Toute violation dans le corps ne peut pas passer sans laisser de trace. Une diminution de la concentration de TSH, même si la T4 est normale, est un signe évident de dysfonctionnements dans le fonctionnement de l'hypophyse ou de la glande thyroïde. Vous devez d’abord en établir les raisons.

Niveau bas de TSH à T4 normal

Si, dans le corps humain, tous les processus physiologiques se déroulent normalement, l'équilibre thyroïde-hypophysaire sera également harmonieux et raisonnable: avec une production suffisante d'hormones thyroïdiennes, en particulier de T4, l'hypophyse produit une petite quantité d'hormone stimulant la thyroïde. Avec une maladie telle que la thyrotoxicose, caractérisée par un hyperfonctionnement de la glande thyroïde, l'hypophyse se repose généralement et la production d'hormone stimulant la thyroïde ne se produit pas.

Mais il arrive aussi que la T4 de l'hormone thyroïdienne soit produite en quantité normale, mais simultanément, l'hypophyse produit beaucoup moins d'hormone stimulant la thyroïde qu'il n'est nécessaire à ce niveau de T4.

La raison de la baisse de production de TSH

Les causes de ces violations peuvent être généralement divisées en deux groupes:

Un faible niveau de TSH à un niveau de T4 normal peut être un signe de pathologies endocrinologiques dans le corps humain. Ceux-ci peuvent être:

  • hypothyroïdie provoquée par des maladies de l'hypophyse ou du cerveau,
  • thyrotoxicose avec cours subclinique.

Les raisons physiologiques incluent les processus naturels:

Séparément, il est nécessaire de mentionner un facteur comme un faible niveau de TSH dans certaines maladies graves de nature somatique, et une diminution de la TSH peut être provoquée par un traitement médicamenteux.

Lorsqu'une personne atteint l'âge de la vieillesse, tous les processus, y compris métaboliques, ralentissent dans l'organisme vieillissant. Le corps s'habitue progressivement au nouvel "horaire de travail" de tous les organes, y compris les glandes endocrines, et corrige la production de l'hormone thyroïdienne T4.

Si nous parlons d'hypothyroïdie associée à des changements survenant dans le système hypothalamo-hypophysaire, on parle d'hypothyroïdie de la genèse centrale. Cela concerne les néoplasmes de l'hypophyse ou du cerveau (tant malignes que bénins), ainsi que la dégradation des tissus de ces organes (nécrose). Ces modifications pathologiques empêchent la circulation sanguine physiologique dans la glande thyroïde. Mais il convient de garder à l’esprit qu’au début de la maladie, un taux normal de T4 peut être observé. Et à mesure que la situation s'aggrave, la tumeur grossit, le déficit en hormone thyroïdienne TSH s'accentue et une hypothyroïdie classique se développe, accompagnée de tous les symptômes qui lui sont inhérents.

Mais une pathologie directement dans la glande thyroïde peut entraîner une diminution du taux de TSH. Avec le développement de maladies telles que l'adénome thyroïdien ou le goitre toxique, la glande thyroïde commence à fonctionner de manière autonome, sans la participation de la glande pituitaire. Les cellules toxiques formées dans l'adénome ou le goitre produisent des hormones thyroïdiennes par elles-mêmes, l'hypophyse n'a pas besoin de les «pousser». La valeur de T4 dans ce cas est dans la plage normale, le cerveau perçoit cela comme un signal pour réduire la production de TSH par l'hypophyse. En conséquence, les cellules thyroïdiennes en bonne santé quittent le processus de production d'hormones, car elles ne sont pas stimulées par l'hypophyse.

Quelque chose de similaire se produit dans certaines maladies auto-immunes, en particulier la thyroïdite auto-immune. Le système immunitaire humain commence à produire des anticorps et à les envoyer à l'attaque de la glande thyroïde. À la suite de ces actions, la glande thyroïde subit des pertes. Sous l’attaque des anticorps, ses cellules meurent et l’hormone thyroïdienne T4 en est libérée. L'hypophyse est indifférente à ce moment-là, la production de TSH sera inférieure à la normale. Mais dans ce cas, une clinique progressive sera observée, les symptômes de la thyrotoxicose vont se développer rapidement, ce qui donne lieu à une visite raisonnée chez le médecin. Avec la thyrotoxicose infraclinique, la personne objectivement malade ne ressent subjectivement aucun changement pathologique, sa santé est normale et ne va pas chez le médecin.

Maladies graves et médicaments

Les maladies dites somatiques sévères - accident vasculaire cérébral et crise cardiaque - peuvent provoquer une TSH basse aux taux de T4 normaux. Aussi à cette liste comprennent:

  • blessures graves, lorsque dans le corps tous les processus sont reconstruits pour la restauration la plus rapide de la norme physiologique;
  • la famine, l'anorexie, la cachexie (les jeunes filles qui cherchent aveuglément à perdre du poids par n'importe quel moyen devraient en tenir compte de façon particulière pour ressembler à des mannequins);
  • interventions chirurgicales, y compris transplantations d'organes;
  • forts chocs nerveux, états stressants.

Quelques mots sur les hormones thyroïdiennes T3 et T4. Un peu moins de la moitié de la T4 est convertie en T3 à la suite de la séparation d'un atome d'iode d'une molécule (les trois et quatre dans les noms abrégés d'hormones correspondent au nombre d'atomes d'iode dans la molécule). La T4, convertie en T3, est impliquée dans le métabolisme. Dans les maladies graves, l'atome d'iode ne peut souvent pas se séparer de la molécule (ce phénomène est appelé trouble de déiodination). Le taux de T4 est normal, donc l'hypophyse «ralentit» la production de TSH, une hormone stimulant la thyroïde. La pathologie n'est détectée que par les résultats d'analyses, dans lesquelles le niveau de T3 est déraisonnablement bas.

Une autre situation dans laquelle la TSH reste faible à un niveau de T4 normal est la difficulté de la délivrance d'hormones thyroïdiennes de la thyroïde aux organes et tissus du corps humain. Mais ce n'est pas la faute de la glande thyroïde, et pour le traitement de cette pathologie, il est nécessaire de procéder à un examen approfondi pour déterminer la cause.

Compte tenu des tests avec une hormone stimulant la thyroïde faible ou faible, il est nécessaire de déterminer si le patient prend des médicaments, car la liste des médicaments qui affectent la production de TSH est assez longue et contient même de l'aspirine et du furosémide apparemment inoffensifs.

Cette situation peut également se produire si les patients auxquels un traitement hormonal substitutif a été prescrit se réfèrent négligemment à des visites et à des examens médicaux programmés obligatoires et continuent à prendre des médicaments à la même dose - ce qui peut déjà être surestimé avec une amélioration de l'état. Dans ce cas, le niveau de T4 peut même être légèrement surestimé, avec un niveau de TSH sous-estimé.

La grossesse

À l'avenir, le corps entier devrait répondre aux besoins non seulement du corps de la mère, mais également du corps du fœtus. Pour le développement normal du futur enfant, afin que l'embryon puisse former correctement tous les systèmes et tous les organes, des hormones thyroïdiennes sont nécessaires. Lui-même ne les produit pas encore, alors sa mère devrait essayer pour lui: le corps de la mère devrait faire augmenter de moitié la production de T4 par sa glande thyroïde.

En même temps, l'hypophyse n'est pas surmenée, car la nature a tout prévu et pour les femmes enceintes a créé sa propre «bouée de sauvetage» - l'hormone dite de grossesse, hCG (gonadotrophine chorionique humaine). En fait, il s’agit d’un analogue de la TSH, une hormone stimulant la thyroïde, produite par l’hypophyse, dans le corps d’une femme enceinte, le placenta assume la fonction de sa production. Cette substance est particulièrement active chez les femmes enceintes au cours du premier trimestre, lorsque les fondations des organes et des systèmes sont posées.

Ce phénomène est tout à fait normal et naturel, mais vous devez toujours faire l’objet d’un examen et donner votre sang pour déterminer le niveau d’hormones thyroïdiennes, en cas d’hypothyroïdie, afin de détecter la maladie au tout début et de commencer le traitement à temps.

Symptomatologie

Les symptômes avec une TSH basse et un T4 normal sont profondément cachés, car, d’une part, les violations mineures sont considérées comme pratiquement normales, et dans l’évolution infraclinique, il n’ya pas de symptômes prononcés en tant que tels, à la différence, par exemple, de la thyréotoxicose dans la maladie grave, où nous avons une expression faciale caractéristique., couleur de la peau et autres signes cliniques.

Le fait est que l'hormone stimulant la thyroïde produite par l'hypophyse est conçue pour stimuler uniquement la glande thyroïde, le niveau réduit de TSH n'affecte en aucune manière le reste du corps.

Cependant, il est possible de «contracter» certains symptômes caractéristiques de la thyrotoxicose en les examinant de près et en les surveillant de manière prolongée. C'est:

  • palpitations cardiaques (tachycardie);
  • tremblement des mains (tremblements), et ce symptôme peut être à peine perceptible;
  • labilité du système nerveux, irritabilité, irritabilité, tendance aux réactions hystériques.

Étant donné que les signes externes de la maladie sont pratiquement absents et que très peu de personnes seront en mesure de faire un test sanguin en bonne santé, le diagnostic est souvent posé même lorsque les symptômes deviennent cliniques.

Pour que le diagnostic soit réussi, des tests de laboratoire sont nécessaires, ainsi que des examens utilisant des méthodes matérielles (par exemple, une échographie), si nécessaire - une biopsie pour déterminer la nature de la tumeur. En même temps, un test de grossesse et la liste des médicaments qu'une personne a pris ou a pris récemment sont nécessaires.

Traitement et prévention

Si une personne a un taux de T4 faible en TSH, vous devez d’abord déterminer le motif de cet écart (et s’il s’agit bien d’un écart), puis, après avoir établi l’étiologie, déterminer le schéma posologique. Dans le cas de formations dans le corps de la glande thyroïde, un traitement chirurgical approprié est réalisé (une partie de la glande est enlevée ou elle est excisée complètement - elle est déterminée après l'examen) ou une radiothérapie est appliquée.

La prévention inclut une teneur en iode suffisante dans les produits alimentaires (principalement les fruits de mer) et l’évitement des situations stressantes, ainsi qu’en général un mode de vie sain et une attitude attentive à l’égard de la santé.

TSH bas pendant la grossesse

L'hormone stimulant la thyroïde (TSH ou thyrotropine) est une hormone spécifique produite dans l'hypophyse antérieure. Cette substance affecte la glande thyroïde et détermine la possibilité de son fonctionnement complet. Pendant la grossesse, il est possible de modifier le taux de TSH dans le sang, y compris dans le sens d'une diminution. Qu'est-ce qui menace une basse hormone thyroïdienne pour une future mère et son bébé?

Informations générales sur TTG

L'hormone stimulant la thyroïde est synthétisée dans le cerveau de chaque personne. Le lieu de sa production est la glande pituitaire antérieure. La libération de thyréotropine est régulée par l'hypothalamus via un système de rétroaction. Les récepteurs sensibles à la TSH sont situés dans les tissus de la glande thyroïde.

La thyrotropine affecte la synthèse de la thyroxine (T4) et de la triiodothyronine (T3) - les principales hormones thyroïdiennes. Ces substances stimulent la croissance cellulaire et la différenciation de tous les tissus du corps, ainsi que remplissent d'autres fonctions:

  • augmenter la demande en oxygène des tissus;
  • affecter la pression artérielle et la fréquence cardiaque;
  • affecter l'activité motrice et l'humeur;
  • participer à la régulation du métabolisme;
  • affecter la thermorégulation.

La TSH se caractérise par des changements diurnes de la sécrétion. La thyréotropine maximale est notée dans l'intervalle de 2 à 4 heures du matin. De 6 à 8 heures du matin, le niveau de TSH est légèrement réduit. TSH minimum détecté de 17 à 19 heures. Pendant la veille nocturne, la production normale de cette hormone est perturbée. Avec l'âge, le taux de TSH diminue de nuit.

TSH changement pendant la grossesse

Normalement, toutes les femmes enceintes diminuent les taux de thyrotropine au cours du premier trimestre de la grossesse. Ce phénomène est particulièrement fréquent chez les femmes enceintes atteintes de toxémie sévère. Sur une période de 14 à 16 semaines, le TTG revient à la normale de manière indépendante. Dans la seconde moitié de la grossesse, le niveau de l'hormone reste pratiquement inchangé et reste le même qu'avant la conception de l'enfant.

Taux de TSH chez les femmes enceintes:

  • 1 trimestre: 0,1-2,5 mU / l;
  • 2 trimestres: 0,2-3,0 mU / l;
  • 3 trimestres: 0,3-3,0 mU / l.

Pour déterminer le niveau de TSH, il convient de s’inspirer des normes du laboratoire où l’analyse a été effectuée. L'évaluation des résultats doit être effectuée par un médecin.

Règles de prélèvement sanguin pour la détermination de la TSH:

  • Le sang est prélevé dans une veine.
  • Le sang est prélevé le matin à jeun (8 à 14 heures de jeûne).
  • Avant de donner du sang, vous pouvez boire de l'eau propre.
  • Lors du contrôle de la dynamique de la TSH, il est recommandé de faire un don de sang pour analyse au même moment de la journée.

En cas de violation de la technique de prélèvement sanguin, une interprétation erronée des résultats et un diagnostic erroné peuvent être établis. Il n'est pas recommandé de prendre TSH au cours du premier trimestre de la grossesse car, à ce jour, le niveau d'hormone est quelque peu élevé chez la plupart des femmes. Le moment optimal pour le test est de 16 à 18 semaines de gestation.

Interprétation des résultats

La réduction du niveau de TSH se produit dans de telles situations:

  • hyperthyroïdie physiologique de la femme enceinte (I term);
  • goitre toxique;
  • la thyréotoxicose comme l'une des étapes de la thyroïdite auto-immune;
  • traumatisme à la glande pituitaire;
  • stress sévère;
  • jeûne prolongé;
  • administration inadéquate de médicaments réduisant le niveau de TSH (mauvaise sélection de la dose, auto-traitement);
  • prendre des médicaments cytotoxiques, des corticostéroïdes et d’autres médicaments qui influent sur le taux de TSH.

Toutes ces conditions indiquent un dysfonctionnement de la glande thyroïde. Lors de la réduction du taux de TSH pendant la grossesse, il est impératif de consulter un endocrinologue.

La concentration de TSH pendant la grossesse n’est pas déterminée par toutes les femmes. Les indications pour la recherche peuvent être de tels états:

  • pathologie thyroïdienne suspectée;
  • contrôle du niveau de TSH dans le traitement précédent et d'une maladie existante;
  • maladie cardiaque (modifications du rythme et de la fréquence cardiaque).

Le niveau de TSH est déterminé lors de l'examen d'infertilité d'une femme. Avant de concevoir un enfant, il est également recommandé de connaître la concentration de thyrotropine dans le sang lors de la planification de la grossesse.

TSH réduite et conséquences pour le fœtus

L'hyperthyroïdie physiologique et la réduction de la TSH au cours du premier trimestre de la grossesse ne sont pas dangereuses pour la future mère et son bébé. Un tel phénomène est considéré comme parfaitement normal. Une baisse de la concentration en thyréotropine est particulièrement perceptible sur le fond d’une toxicose marquée, accompagnée de nausées et de vomissements répétés pendant la journée. Le niveau de TSH redevient normal après 16 semaines sans traitement.

Le danger est une réduction significative de la thyréotropine associée à la pathologie de la glande thyroïde ou de la glande pituitaire. Dans le contexte d'une diminution de la TSH, une augmentation compensatoire des hormones thyroïdiennes - T3 et T4 se produit. La glande thyroïde augmente de taille. Cette affection s'appelle thyrotoxicose (hyperthyroïdie). La pathologie est présente chez 1 à 4% des femmes enceintes.

  • faible gain de poids et perte de poids sur le fond de l'appétit accru;
  • transpiration;
  • la tachycardie;
  • beau tremblement des doigts;
  • anxiété, anxiété, agitation;
  • discours rapide;
  • exophtalmie (déplacement des yeux en avant).

En dehors de la grossesse chez les femmes, l'hyperthyroïdie est souvent compliquée par le développement d'une aménorrhée (absence complète de menstruation). La thyrotoxicose interfère avec la conception d'un enfant et est l'une des causes les plus courantes d'infertilité.

Pendant la grossesse, une diminution de la TSH et le développement d'une thyrotoxicose entraînent les complications suivantes:

  • fausse couche dans les premiers stades;
  • accouchement prématuré;
  • mortinaissance
  • prééclampsie;
  • décollement placentaire;
  • l'anémie;
  • hypoxie fœtale et retardé son développement.

Chez 3% des femmes atteintes de thyrotoxicose sur fond de goitre toxique diffus, il se produit une transition d'anticorps agressifs du fœtus à travers le placenta. Une thyrotoxicose intra-utérine puis néonatale se développe, qui se manifeste par de tels symptômes:

  • hyper irritabilité;
  • tachycardie (augmentation du rythme cardiaque);
  • hypotrophie (perte de poids);
  • pathologie de l'organe de la vision.

La thyrotoxicose congénitale disparaît d'elle-même à l'âge de 6 mois. Dans les cas bénins, un traitement spécial n'est pas nécessaire. En cas d'état grave de l'enfant, l'endocrinologue prend en charge le traitement.

Il n’est pas toujours possible de sauver une grossesse en raison d’une diminution marquée du taux de TSH et de thyréotoxicose. La condition difficile d'une femme peut indiquer un avortement à un stade précoce. Lorsqu’elle prolonge la grossesse, il est recommandé à la future mère d’observer l’endocrinologue jusqu’à la naissance. L'accouchement par le canal utérin est possible dans un état satisfaisant de la femme et du fœtus.

T4 faible pendant la grossesse: à quoi cela peut-il aboutir?

T4 libre chez les femmes enceintes est une hormone thyroïdienne responsable du développement intra-utérin normal de tous les organes et systèmes du fœtus. Toute modification de la fonction thyroïdienne peut constituer une menace pour le développement normal du système nerveux du fœtus.

Si une déficience en hormone thyroïdienne est détectée pendant la grossesse, la femme doit contacter le centre de santé le plus tôt possible et commencer le traitement. En aucun cas, on ne peut se soigner soi-même, cela peut nuire à la fois à la mère et à l'enfant.

Lors du fonctionnement normal de la glande thyroïde, des hormones très importantes pour le corps humain sont produites: thyroxine et triiodothyronine. Pendant la grossesse, la glande thyroïde maternelle est soumise à une charge importante, ce qui la fait augmenter et commencer à travailler plus fort.

L’hypothyroïdie maternelle non compensée (carence en hormones thyroïdiennes dans le corps) constitue un danger pour le développement normal du fœtus, en particulier du système nerveux central du futur enfant. Une altération de la fonction thyroïdienne chez la mère affecte la formation des structures cérébrales centrales du fœtus.

La thyréostimuline (TSH) de la glande thyroïde, produite par l'hypophyse, régule la synthèse des substances actives (T4 et T3) de la glande thyroïde. Avec une diminution du niveau de ces hormones dans le sang, un signal est émis concernant une violation de l'hypophyse, ce qui augmente la sécrétion de TSH pour stimuler la glande thyroïde à libérer ces hormones T. Avec l'augmentation du taux sanguin des substances actives de la glande thyroïde, la synthèse de la TSH diminue et la stimulation de la glande s'affaiblit.

Le taux de TSH tout au long de la grossesse est en constante évolution et diffère d'un trimestre à l'autre. Pour identifier la pathologie, effectuez des diagnostics.

Pour obtenir une image complète de la maladie, une étude simultanée des niveaux de TSH et de T4 libre par une méthode très sensible est réalisée car, lorsqu’on n’examine que la T4 totale (T3), la situation n’est pas claire.

La fonction principale de T4 free est l’accélération du métabolisme dans les organes et les tissus. La concentration normale de l'hormone dans le sang est de 9-22 pmol / l, cependant, le t4 libre pendant la grossesse est légèrement réduit. Un indicateur normal du niveau de T4 chez les femmes enceintes est de 8 à 21 pmol / l.

Compte tenu de la diminution naturelle de la TSH au cours du premier trimestre de la grossesse, il est nécessaire de tester les hormones thyroïdiennes jusqu’à 10 semaines, les chiffres de la TSH étant réduits à 10-12 semaines.

En règle générale, chez 30% des femmes, le taux d'hormone T est réduit au cours de la première moitié de la grossesse. La raison en est tout à fait claire: la thyroïde fœtale ne peut encore assumer seule ses fonctions et le futur bébé a besoin d'hormones maternelles. Avec un manque d'hormones thyroïdiennes dans la seconde moitié de la grossesse, le travail intensif augmente, comblant le manque de cette hormone, il y a un transfert de thyroxine de la mère au fœtus.

Au cours des neuf mois de la grossesse, le besoin en iode augmente et, avec une réorganisation normale de la glande thyroïde pour fournir deux organismes avec des hormones T, il est possible uniquement avec un apport normal en iode pendant et avant la grossesse.

Avec une pénurie d'hormones thyroïdiennes nécessaires au développement fonctionnel du corps, de graves troubles se développent dans tous les organes et systèmes.

Dans de nombreux cas, chez les femmes enceintes, présentant une TSH élevée et une T4 libre réduite (hypothyroïdie manifeste), l'hypothyroïdie détectée est considérée comme un phénomène physiologique normal garantissant l'adaptation du système endocrinien du corps de la femme à la grossesse et ne causant en général aucun événement négatif pour la mère ou pour l'enfant. bébé Mais, dans de rares cas, il peut provoquer des peurs, dans lesquelles il existe néanmoins un risque de perturbation de toutes les fonctions du corps.

L'hypothyroïdie de la glande thyroïde pendant la grossesse, sous une forme manifeste, signifie la nécessité d'une indemnisation, c'est-à-dire la prescription d'un traitement hormonal substitutif (prise de lévothyroxine), ce qui est particulièrement important au premier trimestre.

La dose est choisie exclusivement par le médecin et dépend du degré de réduction de la production de ses propres hormones T et de l'état de la glande thyroïde. Une surveillance continue de la TSH et de la T4 chez la femme enceinte permet d'éviter des conséquences négatives. À 20-22 semaines de grossesse, réduisez la dose du médicament, car il pourrait provoquer une hyperthyroïdie.

L'hypothyroïdie n'est pas un verdict, la grossesse et l'accouchement ne sont pas contre-indiqués, mais n'oublions pas que la grossesse et l'hypothyroïdie peuvent constituer un test sérieux pour l'organisme. Et afin d'éliminer le dysfonctionnement de la thyroïde pendant la grossesse, il est recommandé de commencer le traitement avant qu'il ne se produise.

Le test des hormones TSH est prescrit, en règle générale, uniquement aux femmes enceintes ayant déjà souffert d’une maladie de la thyroïde et à celles présentant des signes de dysfonction thyroïdienne (somnolence, fatigue, peau sèche, perte de cheveux, gonflement, hypotension artérielle et autres signes).

Ainsi, l'état du système nerveux du fœtus dépend du travail fonctionnel de la glande thyroïde. Pendant la grossesse, il est très important d'être supervisé par un spécialiste qui surveillera le TSH et le T4 sera gratuit et, si nécessaire, prendra des mesures.

Faibles niveaux de TSH pendant la grossesse

Ainsi, après des tests, vous avez découvert que votre TSH est dégradée: qu'est-ce que cela signifie?

Lorsque la fonction de la glande thyroïde est prononcée, il se produit une diminution du taux de TSH. La norme hormonale est mieux déterminée avant la conception, afin d’identifier les anomalies du système endocrinien. Avec l'identification en temps voulu des problèmes, ils peuvent être éliminés au stade de la planification de la grossesse.

Un faible niveau de TSH n'affectera pas la capacité de concevoir, mais peut avoir un effet négatif sur le développement ultérieur de l'enfant.

Le problème des faibles taux d'hormone TSH survient souvent pendant la grossesse. Cela se produit si la glande thyroïde de la future mère ne parvient pas à produire une hormone pour deux êtres vivants à la fois. Les écarts deviennent visibles immédiatement après le test, ce qui, en règle générale, est recommandé par un médecin.

Il est important que la future mère sache qu’au cours du premier trimestre, un faible taux de teriotropine, compris entre 0,1 et 2,0 mU / l, est une conséquence de certains changements associés à l’émergence d’une nouvelle vie. Le souci dans ce cas n'en vaut pas la peine. Un médecin ne devrait être consulté que si l'hormone est inférieure aux normes spécifiées.

Quel est dangereux basse TSH pendant la grossesse

Si TSH pendant la grossesse est inférieur à la normale, cela signifie que la femme enceinte est atteinte de thyrotoxicose. C'est une maladie qui provoque beaucoup d'effets négatifs. Les effets de la TSH basse pendant la grossesse peuvent être irréversibles. Parfois, une réduction du taux d'hormones entraîne une fausse couche, provoque un décollement du placenta et l'apparition d'anomalies dans le développement du fœtus. C'est pourquoi la maladie doit être traitée le plus tôt possible afin d'éviter des conséquences négatives pour la santé de la mère et de son bébé.

Causes d'abaisser la TSH pendant la grossesse

Qu'est-ce qui peut causer une chute de la TSH pendant la grossesse? Premièrement, les grossesses multiples. On pense que réduire le niveau de l'hormone à presque zéro peut très bien indiquer que la future mère est enceinte de jumeaux, voire même tripler, car dans ce cas, le corps dépense toutes ses ressources pour nourrir ses bébés dans l'utérus. Mais il existe une telle condition dans diverses pathologies. Par exemple, en cas de tumeur bénigne de la glande thyroïde, en cas de maladie de Plummer, en prenant des préparations hormonales.

Pour établir un diagnostic précis, des tests sont prescrits à la fillette. Le médecin décide ensuite de son traitement. Thyrotoxicose symptomatique est souvent une tachycardie.

TSH bas avec T4 normal pendant la grossesse

La TSH produit le lobe antérieur de l'hypophyse, responsable du fonctionnement stable de la glande thyroïde. C'est la glande thyroïde qui crée l'hormone de croissance - la thyroxine (T4). Si la glande thyroïde produit une quantité insuffisante de T4, l'hypophyse forme davantage de TSH, ce qui stabilise l'action de la T4. Inversement, si la T4 est produite en grande quantité, la thyrotropine est réduite.

Si la TSH est abaissée pendant la grossesse et que la T4 est normale, cela signifie que la thyroxine inhibe la production de thyrotropine. Ces indicateurs peuvent refléter divers problèmes dans le corps de la future mère, notamment la maladie émergente de Graves-Basedow, ainsi qu'une autonomie fonctionnelle disséminée. De plus, cet indicateur peut être affecté par la prise de certains médicaments et compléments alimentaires.

Il n’ya pas lieu de désespérer si les indices de TSH sont inférieurs à la normale: la médecine moderne est en mesure de faire face à la plupart des problèmes liés aux troubles hormonaux. L'essentiel est d'identifier et de commencer le traitement de la thyrotoxicose le plus tôt possible, de manière à ce que cela n'affecte pas plus tard le développement complet du bébé. Et n'oubliez pas qu'il est possible de passer des tests de taux de TSH même pendant la période de planification de la grossesse: une approche responsable de la conception d'un bébé vous évitera de nombreux problèmes pouvant survenir à l'avenir.

Quel est le niveau de TSH au 1,2,3 trimestre de la grossesse?

Temps de préparation pour devenir une mère pour une femme n'est pas facile. Nous voulons tous que l'enfant naisse en bonne santé et prêt à tout, aussi longtemps qu'il est. On peut dire que le travail de la glande thyroïde joue le rôle principal, mais pas le seul, et il est important que cela fonctionne sans faute.

Quel devrait être le niveau de TSH pendant la grossesse dans les trimestres 1, 2 et 3, quelle est la norme, le niveau d'hormone élevé ou bas, comment la TSH affecte-t-elle la planification et la conception?

Aujourd'hui, vous recevrez des réponses non seulement à ces questions, mais également à d'autres qui concernent de nombreuses femmes. Considérez dans l’ordre: la norme, lorsque TSH est élevée et quand elle est abaissée.

Norme TSH chez la femme enceinte

Avant d'analyser les situations pathologiques, vous devez savoir quel indicateur d'hormone stimulant la thyroïde est normal pour une femme dans une position intéressante. En passant, sur le reçu du laboratoire, vous pouvez voir une autre désignation - TSH.

TSH supérieur dans le sang

Donc, sans préfaces inutiles, je répondrai que pour les jeunes filles qui attendent un enfant ou envisagent de le concevoir, le niveau supérieur de TSH ne doit pas dépasser 2,5 μIU / L.

Cet indicateur est valable pour tout trimestre de grossesse et pour les femmes avant la grossesse. En d’autres termes, votre TSH doit être inférieure à 2,5 µMe / l et avant la grossesse, ainsi qu’à 1, 2 et 3 trimestres.

Ces normes n'ont pas été inventées par moi, elles ont été adoptées lors du Congrès mondial des endocrinologues, approuvées par l'OMS et sont valables en Russie. Selon les statistiques, c’est précisément à ces chiffres que la moindre pathologie du développement du fœtus et du déroulement de la grossesse a été enregistrée.

Je pense qu’il serait insensé de penser qu’avec des résultats de test optimaux, vous êtes complètement protégé des irrégularités dans le développement de l’enfant, car il n’ya pas que les hormones thyroïdiennes qui interviennent dans la formation d’un petit organisme. Mais ne vous inquiétez pas trop des légères divergences avec ces normes, car, encore une fois, la pathologie du développement n’a pas été retrouvée chez 100% des femmes présentant un taux de TSH supérieur à 2,5%.

En d'autres termes, si vous avez un taux de thyrotropine de 4,0 μIU / L et que vous êtes enceinte, ce n'est pas une raison pour paniquer, mais une occasion de penser à un médecin et de lui faire suivre un traitement de remplacement. Je vous conseille de courir avec un autre médecin, si celui-ci voit votre performance et vous incite à vous faire avorter. Ces chiffres ne sont pas des indications d'avortement.

Qu'est-ce qu'ils sont En cas d'hypothyroïdie de type Terry avec une clinique prononcée, avec des nombres de TSH très élevés et de faibles niveaux de T4 libre et de T3 libre, trouvés à la fin du premier trimestre.

Niveaux inférieurs d'hormone thyrotope

Officiellement, la limite inférieure de la normale pour les femmes enceintes est de 0,4 µMe / l, mais les valeurs inférieures à ce chiffre ne correspondent pas toujours à une pathologie.

Une TSH faible peut également se produire chez des femmes en parfaite santé, c'est-à-dire que, dans certains cas, une hyperthyroïdie physiologique survient aux stades précoces, qui surviennent au début du deuxième trimestre.

Pourquoi cela se produit-il et dans quels cas cela peut arriver, lisez l'article "Thyroïde et grossesse". Pendant la grossesse, une restructuration totale des organes endocriniens se produit. Ce fait n'est parfois pas pris en compte avec une évaluation adéquate des niveaux hormonaux.

Taux de TSH par semaine et par trimestre

Chers filles et femmes, les valeurs normales de TSH sont les mêmes quelle que soit la période de votre grossesse. Ne cherchez pas de tables sur lesquelles le niveau de TTG est peint presque par semaine. Cela ne vous induira en erreur et vous contrariera que si votre indicateur ne correspond pas à celui du tableau ou du graphique.

La concentration en hormones thyroïdiennes fluctue constamment individuellement pour chaque personne. Tout ce qui correspond aux limites indiquées par moi est considéré comme la norme. Prends soin de toi et t'inquiète moins!

TSH et infertilité

La nature a fait en sorte que les femmes à qui il manque des hormones thyroïdiennes ne puissent pas tomber enceinte correctement. C’est pourquoi certaines femmes présentant une TSH élevée souffrent d’infertilité. Ceci a été conçu pour que les enfants atteints de pathologie du système nerveux et les handicapés mentaux ne soient pas nés. Cela gâche le potentiel génétique de l'humanité.

Avant de concevoir, vous devez vous assurer que vous n’avez pas de maladies associées à des signes d’hypothyroïdie. Et s’ils le sont, normalisez d’abord le niveau d’hormones et planifiez une grossesse ultérieure.

Pendant la grossesse, vous devez faire un don de sang pour la TSH?

Le temps idéal est de 6-8 semaines. Auparavant, les violations ne sont peut-être pas encore visibles et vous pouvez les ignorer ultérieurement. Les femmes déjà atteintes d’hypothyroïdie doivent augmenter leurs doses de thyroxine dès que la grossesse est détectée.

Ensuite, contrôlez le niveau d'hormones une fois par trimestre, sauf indication contraire de votre médecin. Regarder pendant la grossesse et vous devriez toujours l'hormone TSH, et svT4.

Lorsque la TSH est élevée pendant la grossesse

Les cas d'augmentation de la thyréostimuline avec le début de la grossesse ne sont pas rares. Cela signifie que votre glande thyroïde ne fait pas face et produit de petites hormones. Cela peut se produire à la fois chez les femmes en bonne santé et le manque déjà existant de fonction thyroïdienne. Causes de l'augmentation de la thyrotopine pendant la grossesse:

  • thyroïdite auto-immune et hypothyroïdie
  • goitre endémique
  • glande opérée
  • traitement de l'iode radioactif dans le passé
au contenu

Augmentation de la thyrotopine chez les femmes enceintes en bonne santé

La grossesse est une charge qui fait travailler la glande avec une double force. Avant la grossesse, la femme était en bonne santé et elle n’avait aucune maladie de la thyroïde, ou elle n’a tout simplement pas été examinée.

Des maladies telles que la thyroïdite auto-immune ou le goitre endémique peuvent être asymptomatiques et que la glande réussit à maintenir le niveau d'hormones à un niveau optimal et, avec le début de la grossesse et l'augmentation des performances organiques, les mécanismes d'adaptation ne résistent pas. Les tests de laboratoire révèlent des violations de la même augmentation de TSH dans le sang.

Pour la première fois, une TSH élevée pendant la grossesse a été révélée, conséquence de la rupture de l'adaptation chez une femme présentant une pathologie cachée de la glande thyroïde.

Que faire dans ce cas?

La seule bonne décision consiste à attribuer rapidement une dose efficace de thyroxine, un analogue synthétique de l'hormone thyroïdienne humaine. Plus le traitement est prescrit rapidement, mieux c'est. La dose estimée initiale est calculée à l'aide de la formule 2,3 µg / kg. Ensuite, la dose est titrée, c’est-à-dire que les doses les plus précises sont sélectionnées après analyse des résultats répétés de TSH et de sTT4.

TSH élevé chez une femme enceinte atteinte d'hypothyroïdie

J'espère sincèrement que les femmes dont le diagnostic est exposé seront prévenues que des problèmes pourraient survenir avec le début de la grossesse à l'avenir. Avant la grossesse, pendant la planification, les femmes reçoivent des médicaments à base de thyroxine afin de normaliser les niveaux hormonaux. Elle a déjà pris une certaine dose de médicament et se sent bien.

Mais voici la grossesse tant attendue et tous les indicateurs idéaux d'hormones "fly to tartar". Cela se produit pour la même raison que dans le premier cas. Les doses ont été sélectionnées en fonction de l'état "non enceinte" et, dès l'apparition de ce dernier, le besoin augmente naturellement. Donc, la dose devrait être augmentée.

Et bien qu'il existe une formule pour calculer la thyroxine chez les femmes enceintes - 2,3 µg / kg, mais un réglage plus précis est fait expérimentalement. En d'autres termes, il est nécessaire d'évaluer l'efficacité de la dose prescrite de thyroxine par des tests répétés, voire répétés.

Conséquences d'une TSH élevée pendant la grossesse ou à quel point c'est dangereux

Les indicateurs gonflés de l'hormone thyratropique indiquent un manque d'hormones thyroïdiennes, ce qui entraîne un risque de pathologie liée au développement d'organes chez l'enfant à naître. Ceci est pertinent pour la période initiale, c’est-à-dire pour le 1er trimestre. Si, au cours du premier trimestre, votre taux d'hormones était normal et qu'il était ensuite élevé, il n'y a aucun risque de pathologie fœtale, mais il existe un risque de grossesse et d'accouchement si vous ne rétablissez pas rapidement le bon équilibre.

Encore une fois, je veux rassurer les femmes qui ont trouvé un écart par rapport à la norme. Une pathologie grave et un retard mental sont observés chez les femmes non indemnisées à long terme ayant une clinique d'hypothyroïdie prononcée, avec de très faibles niveaux de T3 libre et de T4 libre.

Si vous avez seulement augmenté le délai de traitement, mais que T3 et T4 sont normaux ou si leur limite est inférieure, cela signifie que le risque de déviations fœtales est extrêmement faible et que cela peut se produire pour une autre raison indépendante de votre volonté.

Vous n'avez pas besoin non plus de penser que l'enfant va naître entier, mais stupide. L'intelligence du bébé dépend non seulement du travail de la glande de la mère, mais également du fonds génétique, composé de maman et papa. En d'autres termes, les parents académiciens sont plus susceptibles de naître d'un doctorat en sciences.

Il vous sera également utile d'apprendre comment Eutirox affecte le développement de la grossesse. Lire l'article "Eutiroks, grossesse et allaitement?".

Soyez préparé à l'avance afin que la situation ne soit pas prise au dépourvu.

C’est juste qu’avec une petite pénurie d’hormones maternelles, le potentiel génétique n’est peut-être pas pleinement exploité, mais ce n’est pas terrible non plus, car le cerveau d’un enfant à la naissance n’est pas encore complètement mature et continue à le devenir tout au long de sa première année de vie. C'est-à-dire que les connexions neuronales responsables de l'esprit et de la rapidité de la pensée seront complétées au cours de la première année de vie. Et cela contribue à l'allaitement prolongé, car les substances qui ne sont que dans le lait de ma mère sont les mieux adaptées à la croissance et au développement des cellules nerveuses.

TSH bas pendant la grossesse

Je vous ai déjà dit plus haut qu'un faible taux de TSH peut être considéré comme un état physiologique et ne nécessite aucun traitement. Mais il existe des cas où une diminution de la thyrotropine est causée par un processus pathologique. En savoir plus sur la pathologie dans l'article "Low TSH: qu'est-ce que cela signifie?".

Ci-dessous, je liste les causes possibles d'une diminution du taux de thyrotropine chez une femme enceinte:

  1. goitre toxique diffus (maladie de Graves)
  2. goitre toxique multinodulaire
  3. autonomie fonctionnelle de la glande thyroïde
  4. overdose de thyroxine

En premier lieu, bien sûr, il y a le DTZ (goitre toxique diffus). Heureusement, cette maladie n'est pas si courante. Toutes les femmes dont la TSH est inférieure à la norme peuvent être divisées en:

  • avoir la thyréotoxicose dans le passé
  • d'abord identifié pendant la grossesse

Dans le premier cas, une rechute de la maladie peut survenir au début de la grossesse et le diagnostic n'est pas difficile. Mais dans le second cas, il est nécessaire de comprendre plus en détail pour trouver la cause exacte, car cela peut être une variante de la norme.

Pour la TSH physiologiquement basse pendant la grossesse, la suppression incomplète de l’hormone stimulante de la thyroïde est caractéristique, ce qui est observé dans la DTZ. De plus, le T4 libre dépasse rarement 30 pmol / l. Vrai avec les grossesses multiples, TSH peut être considérablement réduit. Avec une TSH basse due à la grossesse, aucune ophtalmopathie (lésion oculaire) n’est jamais observée, caractéristique du DTZ. Les symptômes de thyréotoxicose de la glande thyroïde ne sont ni exprimés ni totalement absents.

Et le plus important, c’est que la TSH augmente avec le cours de la grossesse, ce qui ne se produira jamais avec un goitre toxique diffus. Par conséquent, de nombreux médecins, y compris moi-même, adhèrent à la tactique d'observation tout au long du premier trimestre. Si, au deuxième trimestre, le niveau de TSH n'est pas revenu à la normale ou si, du moins, la dynamique de croissance positive n'a pas pu être déterminée, les T3 et T4 libres sont toujours élevés, mais la décision est prise de prescrire un traitement spécifique, que j'ai mentionné ci-dessus.

Vous ne pouvez pas craindre que cela nuira à votre bébé ou à vous-même. Des niveaux élevés d'hormones thyroïdiennes (T4 et T3) de la glande n'ont pas d'effet négatif au cours du premier trimestre de la grossesse, contrairement à leur déficience.

Que faire lorsque la TSH est basse et qu'un traitement est nécessaire?

Je dois dire que cette situation n'est pas une indication d'avortement. La thyrotoxicose affecte moins le fœtus et la grossesse que l'hypothyroïdie, mais le traitement ne peut être négligé.

Le traitement est effectué à l'aide de dispositifs thyréostatiques qui bloquent la fonction excessive de la glande. Le traitement sélectionne et contrôle uniquement l'endocrinologue.

C'est tout. Partagez des informations avec vos amis via des boutons de réseaux sociaux et abonnez-vous aux mises à jour de blogs.

Vous Pouvez, Comme Pro Hormones