L'hypothyroïdie manifeste est une maladie du système endocrinien qui se manifeste par un déficit en hormone thyroïdienne. C'est une forme d'hypothyroïdie qui peut être identifiée et guérie.

Description de la maladie

Le déficit en hormone thyroïdienne est la maladie la plus couramment diagnostiquée et commune. L'hypothyroïdie peut être primaire, secondaire et tertiaire. L'hypothyroïdie primaire est diagnostiquée trois fois plus souvent chez les femmes que chez les hommes. Cette maladie s'appelle également les dames.

À mesure que les femmes vieillissent, la glande thyroïde commence à se détruire, ce qui provoque une hypothyroïdie primaire. Les causes de la maladie peuvent ne pas toujours être évidentes. En fait, les cellules de la glande cessent tout simplement de remplir leur fonction ou le système immunitaire les perçoit comme étrangères.

Comme il n’ya pas d’hormones inutiles dans le corps et que chacune d’elles joue un certain rôle, plus l’hypothyroïdie manifeste est décelée rapidement, plus il sera facile d’élaborer un schéma thérapeutique adéquat et d’éviter les complications.

Causes de la maladie

Pour la production d'hormones, la glande thyroïde a besoin d'iode. En outre, l'équilibre hormonal de l'ensemble du système endocrinien et la sensibilité du récepteur aux hormones thyroïdiennes sont nécessaires. Par conséquent, les raisons des écarts peuvent être:

  • Les prédispositions génétiques, par exemple, les membres les plus âgés de la famille souffrent de la maladie et, à un certain âge, elle se retrouve chez les enfants.
  • Anomalies congénitales et caractéristiques de la structure des glandes.
  • Manque de vitamines et de minéraux dans l’alimentation, en particulier carence en iode.
  • Parmi les facteurs de risque, il y a une intervention chirurgicale pour enlever une partie ou la totalité de la glande.
  • La maladie peut être le résultat d'une thérapie avec des doses de choc de médicaments thyréostatiques qui inhibent la sécrétion d'hormones.
  • Diverses perturbations hormonales peuvent également causer des maladies. L'hypothyroïdie manifeste est souvent détectée chez des femmes dans des conditions naturelles, mais instables sur le plan hormonal: puberté, grossesse, post-partum, ménopause.

Communication avec le système reproducteur

La plupart des hormones sont interconnectées: certaines hormones peuvent catalyser la production d’autres ou être leurs prédécesseurs. L'une des fonctions des hormones thyroïdiennes est la régulation de l'embryogenèse - la formation du placenta, la cessation de la libération d'un œuf, la nutrition de l'embryon et le transport des nutriments.

Les hormones de la glande assurent la formation du système musculo-squelettique, du système nerveux central, jusqu’à ce que la propre glande de l’enfant se forme et commence à produire des hormones.

Il existe le concept d’hypothyroïdie post-partum, lorsque le système immunitaire rétablit son travail pour protéger le corps de la femme, et non celui du fœtus, mais une performance excessive du système entraîne des attaques massives d’anticorps dirigés contre la glande.

Avec une pénurie d'hormones thyroïdiennes dans l'organisme maternel, l'enfant présente des déviations dans le fonctionnement du système nerveux central et du cerveau, une intelligence et des capacités cognitives réduites.

Symptomatologie

Les symptômes peuvent se manifester de différentes manières, tout dépend du stade de la maladie. En outre, les symptômes sont inhérents et inhabituels, cependant, indiquant toujours une déviation de la glande thyroïde.

L'hypothyroïdie infraclinique semble plutôt lente et peut durer longtemps. La forme manifeste se développe très rapidement et présente des symptômes vifs; il est donc important de contacter immédiatement un endocrinologue pour obtenir un diagnostic et un traitement.

L’hypothyroïdie thyroïdienne, quant à elle, peut être compensée longtemps par le corps et ne montrer aucun signe. Mais au fil du temps, le niveau d'hormones sera toujours ressenti.

L'hypothyroïdie manifeste primaire se manifeste en:

  • Prise de poids sans raison apparente, le poids ne disparaît pas du sport ni des régimes, mais continue à augmenter systématiquement.
  • Instabilité psychologique, manque d'intérêt pour tout ce qui l'entoure.
  • Faiblesse, léthargie, insomnie, inertie.
  • Faiblesse des cheveux et des ongles, leur fragilité, stratification, altération de la mémoire.

Souvent, ces symptômes sont associés à un manque de vitamines, mais après une cure de vitamines et de minéraux, la situation ne change pas. En l'absence de traitement prolongé, la maladie peut se transformer en une charge et les principaux signes seront complétés par ce qui suit:

  • Les violations du cycle menstruel, en particulier, les retards se produisent plus souvent que les premières règles, mais il existe une telle option. Il convient de noter que les saignements ou les écoulements au milieu du cycle peuvent servir de signal du développement de maladies de l'appareil reproducteur causées par une déficience en hormones thyroïdiennes.
  • Perturbation du rythme cardiaque, pouls lent, respiration lourde, intermittente.
  • Sensation de pincement de la trachée, de l'œsophage, de l'enrouement.
  • L'œdème des extrémités se développe, sous des formes plus graves - l'œdème des organes internes.

Le traitement de cette forme commence par la réanimation, car cet état des organes internes menace le coma de myxoedème et le gonflement du cerveau et des poumons.

Méthodes de diagnostic

Lorsqu’elle fait référence à un endocrinologue, une patiente est interrogée sur son état, ses plaintes, afin de dresser un tableau clinique des plaintes. Il convient de noter que les symptômes de l'hypothyroïdie sont à bien des égards similaires à ceux des maladies des systèmes nerveux central et autonome, car l'endocrinologue peut également conseiller un neuropathologiste.

Le diagnostic de laboratoire comprend les tests suivants:

  • Numération sanguine complète - En fonction de la concentration de globules rouges et de la VS, le médecin détermine la présence d’un processus inflammatoire dans le corps.
  • Analyse d'urine - pour exclure les maladies de la reproduction et évaluer l'état du corps.
  • Un test sanguin pour les hormones - vous permet de diagnostiquer avec précision les maladies endocrinologiques, les résultats montrent une augmentation de la thyrotropine dans le sang.
  • Prise de sang pour biochimie et immunogramme. Ils déterminent les protéines immunitaires dans le sang et le plasma, excluent le développement de maladies mineures, évaluent la résistance du corps et l'effet du système immunitaire sur la glande thyroïde.

Le diagnostic de l'hypothyroïdie est entravé par le fait que les symptômes de la maladie sont similaires à ceux d'autres maladies et qu'aucun symptôme spécifique de l'hypothyroïdie n'a été identifié. Par conséquent, seuls les tests de laboratoire hormonaux nous permettent de trouver la cause première de la maladie.

Pour évaluer la santé de la glande est réalisée scintigraphie, ainsi que des rayons X ou une tomographie pour confirmer le diagnostic. Ce ne sont là que de nombreuses recherches informatisées d'organes qui ne causent ni douleur ni inconfort au patient. En plus du neuropathologiste, une consultation avec un gynécologue, un immunologiste et un cardiologue peut être désignée.

Forme subclinique

La forme subclinique de la maladie est insidieuse, car son diagnostic est presque impossible. Le seul signe du développement de cette pathologie est une augmentation de la concentration de TSH avec un taux normal d'hormones thyroïdiennes, par exemple, T4 ou T3.

Habituellement, la forme subclinique d'hypothyroïdie compensée se manifeste de manière assez aléatoire lors du diagnostic d'autres maladies et lors de tests de laboratoire hormonaux.

Méthodes de traitement

Il est possible de prescrire un traitement complet uniquement après un diagnostic complet, car la spécificité de la maladie ne permet pas à 100 pour cent d'être revendiquée par un simple endocrinologue.

Le traitement se poursuit souvent tout au long de la vie, mais cela ne réduit pas la qualité de vie du patient. La sélection des médicaments doit être effectuée consciemment, afin de ne pas nuire au tractus gastro-intestinal et au métabolisme.

Le traitement implique un traitement substitutif - le patient doit prendre des hormones synthétiques de la thyroïde, en particulier de la thyroïde.

Une bonne alimentation et une activité physique modérée sont également nécessaires. Sous le régime approprié devrait être compris le refus des aliments gras et gras, des bonbons et de la farine.

Si la maladie est causée par d'autres pathologies sur lesquelles le patient travaille, il est possible d'arrêter de prendre des hormones après avoir éliminé la cause fondamentale. Les patients sont souvent retirés de l'hormonothérapie après plusieurs cures et restauration des fonctions des glandes.

Drogues

Parmi les médicaments qui remplacent synthétiquement les hormones thyroïdiennes ou restaurent la fonction de la glande thyroïde, prescrivent:

  • La thyroxine;
  • Alostin;
  • Sanglier;
  • L'iodure;
  • Jodbalans;
  • La yodomarine;
  • Bagothyrox;
  • L'iode;
  • La calcitonine;
  • Le métizol;
  • Le mercazolil;
  • Microdead;
  • Lévothyroxine sodique;
  • Propitsil;
  • Le tiamazol;
  • Le tyrosol;
  • Eutirox.

En aucun cas, ne vous auto-médiquez avec aucun de ces médicaments - un médicament mal choisi et un déséquilibre hormonal, par conséquent, peuvent entraîner des conséquences graves et un coma.

En fonction des résultats du diagnostic et du tableau clinique, un ou deux médicaments avec un schéma posologique variable sont sélectionnés. Tout d'abord, prenez de petites doses pour évaluer la réponse du corps.

Ensuite, un schéma thérapeutique primaire, souvent trois fois par jour, est prescrit. Ensuite, tous les trois mois, le patient subit des tests sanguins répétés sur les hormones afin d'évaluer l'exactitude du schéma thérapeutique et de l'ajuster si nécessaire.

A l'avenir, tentatives possibles pour réduire les concentrations d'hormones et tests répétés pour déterminer le fonctionnement de la glande thyroïde et la possibilité d'une interruption de la prise d'hormones.

Symptômes et traitement de l'hypothyroïdie manifeste

L'hypothyroïdie manifeste est une maladie endocrinienne qui consiste en une déficience en thyroïde des hormones thyroïdiennes.

Informations générales

C’est la pénurie d’hormones produites par la thyroïde qui est diagnostiquée aujourd’hui le plus souvent et qui constitue la violation la plus courante du système endocrinien.
L'hypothyroïdie est classée en primaire, secondaire et tertiaire. Contrairement aux hommes, chez qui les pathologies primaires sont fixées dans 3% des cas, chez les femmes, ce chiffre atteint 10%. La principale cause de maladies chez les femmes est l’âge. Les femmes moyennes et âgées souffrent généralement de cette maladie.
En raison de modifications destructrices de la glande thyroïde, l’hypothyroïdie thyrogénique (primaire) est présente partout. Les raisons peuvent être différentes et souvent même imperceptibles au début de leur développement. Ceux-ci comprennent: la thyroïdite auto-immune, la rééducation après une opération de la glande ou après une exposition à l'iode radioactif. En outre, la cause de la phase initiale de la maladie peut être une combinaison de maladies chroniques de nature endocrinienne et générale.

Causes de l'hypothyroïdie

La principale différence entre cette maladie et une maladie similaire est son développement rapide. Causes de perturbation endocrinienne:

  • L'hérédité, ainsi que des anomalies congénitales de la glande;
  • Manque d'oligo-éléments bénéfiques et d'iode dans les aliments consommés;
  • Le risque de maladie et ceux qui ont subi une intervention chirurgicale pour l'ablation fragmentée ou complète de la glande thyroïde;
  • La thérapie entraîne également des conséquences négatives, notamment des doses de choc de médicaments thyréostatiques qui suppriment les fonctions de production d’hormones.

S'il existe même l'une de ces raisons, la maladie peut survenir sous une forme atypique. Par conséquent, au premier signe de faiblesse, il est préférable de consulter un médecin. Après tout, le temps passé à diagnostiquer va considérablement accélérer et simplifier le processus de traitement.

Fonction de reproduction

Une personne doit maintenir le niveau d'hormones thyroïdiennes à l'état normal, car cet organe affecte directement la fonction de reproduction.
Assurer une embryogenèse normale est la fonction principale de la glande chez une femme. C'est l'embrogyne affecte le développement du fœtus, la formation de son système nerveux central et de son système musculo-squelettique, ainsi que du système immunitaire. Si le corps de la mère manque d’hormones thyroïdiennes, le fœtus en souffre beaucoup. Surtout son système nerveux central. Il est à noter que ces enfants naissent avec un QI et des capacités cognitives réduits.

Les symptômes

Les symptômes de l'hypothyroïdie dépendent en grande partie de la négligence de la maladie. Ils sont à la fois intrinsèques et non naturels. Bien que le type subclinique soit lent et imperceptible au début, la forme manifeste se révèle beaucoup plus rapidement et il ne vaut pas la peine de retarder la visite à la clinique. L’hypothyroïdie thyroïdienne est supprimée jusqu’à un certain temps par le corps. Cependant, lorsque, au fil du temps, le niveau des niveaux hormonaux diminue et que la maladie se décompense, un tableau clinique éclatant est observé. Il y a souvent des complications.

Les principaux symptômes de la maladie comprennent les signes suivants, parfois simplement imperceptibles: une prise de poids nette et sans fondement, qui n'est pas réduite par l'effort physique et le régime alimentaire, une attitude indifférente envers tout ce qui l'entoure. Ongles cassants, perte de cheveux, faiblesse, troubles de la mémoire. Ces symptômes de la maladie sont souvent confondus avec une carence en vitamines ordinaire. Si vous constatez que ces symptômes doivent immédiatement contacter la clinique à l'endocrinologue.
Si vous ignorez les symptômes initiaux, la maladie devient une forme plus grave. Les signes d’un déficit en hormone thyroïdienne sont nettement aggravés. Le cycle menstruel change de manière significative ou ce cycle est complètement absent. L'activité cardiaque est perturbée: le pouls ralentit, la respiration devient plus lourde. Il n’est pas rare que des patients ressentent une compression de l’œsophage ou de la trachée à l’intérieur. Aussi voix enrouée.
En l'absence d'intervention thérapeutique, la maladie continue de progresser. Le patient présente un œdème interne et externe des organes et des problèmes encore plus graves. Le traitement de l'hypothyroïdie à ce stade ne peut se passer de la réanimation. Si cela n’est pas fait à temps, le coma de myxoedème provoque un œdème à grande échelle, dans lequel le cerveau souffre et les poumons s’échouent.
À la clinique, l'hypothyroïdie est traitée une fois que le patient devient un compte de dispensaire.

Diagnostics

Si une femme s'adresse à un endocrinologue qui a révélé des signes de déséquilibre ou qui a tout simplement certaines plaintes, le médecin ordonnera un examen complet. Outre une étude générale qui aidera à trouver une solution au problème de la glande thyroïde, le diagnostic comprend des méthodes et des analyses modernes.
Le patient subit les tests d'hypothyroïdie suivants:

  • Test sanguin général. Grâce à elle, les médecins parviennent à identifier une anémie hypochrome, une éosinophilie, une augmentation de l'ESR
  • Analyse d'urine
  • Test sanguin pour les hormones. Cette analyse peut aider à identifier l'hypothyroïdie à un stade précoce. Depuis la maladie, la thyréotropine augmente considérablement.
  • Tests sanguins biochimiques et immunologiques.

Malgré le niveau élevé de la médecine, le diagnostic de l'hypothyroïdie pose souvent de nombreuses difficultés et problèmes, à savoir:

  • Absence de symptômes spécifiques qui se produisent exclusivement avec l'hypothyroïdie
  • Les symptômes non spécifiques ressemblent aux signes d'autres maladies. Selon les statistiques, environ 15% des personnes en bonne santé présentent un ou plusieurs symptômes d'hypothyroïdie.
  • Il n'y a pas de relation entre le degré de déficit en hormone thyroïdienne.

La scintigraphie est utilisée pour déterminer comment la glande thyroïde a conservé la capacité d’assumer ses fonctions directes. Les autres techniques informatiques (rayons X, tomographie et autres) sont utilisées pour établir le diagnostic final et choisir le traitement approprié. Pour le traitement de l'hypothyroïdie avec un grand succès, le diagnostic devrait également être effectué par d'autres médecins. Ce gynécologue, immunologiste, cardiologue, qui détermine comment endommagé tous les organes et systèmes importants de l'activité vitale.

Hypothyroïdie infraclinique

L'hypothyroïdie subclinique compensée est assez courante en médecine. Sa particularité réside dans le fait qu'il est pratiquement impossible de le diagnostiquer par les méthodes cliniques conventionnelles. Le seul signe clair est une augmentation de la concentration de TSH, alors que les hormones de la glande thyroïde sont normales ou que leur niveau est légèrement réduit.

Traitement de l'hypothyroïdie manifeste

Le traitement n'est prescrit qu'après un diagnostic complet, car il dure généralement toute la vie et il est très difficile de le changer. Par conséquent, le médecin traitant avec le patient doit faire tout son possible pour le traiter.

Le plus important est de maintenir le mode de vie des patients et de suivre scrupuleusement toutes les instructions du médecin.

Il est également nécessaire d’utiliser des médicaments à temps, avec le respect de toutes les doses recommandées, et en aucun cas, on ne doit pas essayer de se soigner soi-même. Cela est particulièrement vrai pour les femmes enceintes et les femmes en âge de procréer.
Les conséquences de la destruction de la glande malade rétablissent les hormones. Ils sont la base de la thérapie complexe.
La thyroxine, la lévothyroxine ou d'autres préparations artificielles d'hormones thyroïdiennes sont prescrits pour améliorer les processus métaboliques du corps. Des complexes spéciaux enrichis en vitamines, minéraux et oligo-éléments essentiels sont également rédigés. Pour consolider pleinement en utilisant un régime alimentaire spécial. Elle a plusieurs règles à suivre, à savoir:

  • Il est totalement interdit de manger du saindoux, des saucisses, de la viande riche en matières grasses, ainsi que des boissons sucrées, de la farine et des boissons alcoolisées;
  • Le menu devrait privilégier les produits riches en fibres (fromage et fromage cottage allégés, viande de volaille allégée). Au lieu de pain, il est recommandé de manger des craquelins;
  • Limiter l'utilisation de beurre et de poisson contenant beaucoup de graisse;
  • Vous devez également réduire votre consommation de sel et de diverses épices et boire moins

La prévention de l'hypothyroïdie consiste à maintenir un style de vie sain et sportif, une alimentation appropriée et à minimiser les mauvaises habitudes. Il faut aussi oublier l’auto-traitement et aller directement à l’hôpital dès les premiers signes d’indisposition.

Quelles sont les caractéristiques de l'hypothyroïdie manifeste?

Le mécanisme de développement et la classification de l'hypothyroïdie

L'hypothyroïdie (faible fonctionnalité ou manque d'hormones thyroïdiennes) est une conséquence de troubles de la glande thyroïde, de l'hypophyse ou de l'hypothalamus. Si les cellules de ces glandes sont endommagées, la quantité de thyrolibérine produite (hormone hypothalamique), de thyrotrophine (l'hormone pituitaire, également appelée abréviation de TSH) ou directement d'hormones contenant de l'iode, diminue.

Un manque d'hormones thyroïdiennes entraîne une fatigue constante, une diminution du taux d'utilisation du glucose dans les cellules et une érythropoïèse (formation de globules rouges).

L’hypothyroïdie est, selon l’emplacement de la lésion, ce qui entraîne une perturbation de la glande thyroïde:

  • primaire (tissu directement endommagé de la glande thyroïde);
  • secondaire ou centrale (hypophyse, hypothalamus, ou leur système de connexion) avec facultés affaiblies;
  • périphérique (avec une fonctionnalité préservée de toutes les glandes, la réponse des cellules cibles ou le niveau d'hormones contenant de l'iode dans le sang périphérique est réduit).

Dans un certain nombre de sources, l'hypothyroïdie hypophysaire et hypophysaire est isolée en groupes distincts. Le développement d'une hypothyroïdie primaire peut être associé à une diminution de la masse de la glande thyroïde, à son aplasie, ainsi qu'à un manque d'oligo-éléments nécessaires à la production d'hormones thyroïdiennes - l'iode et le sélénium. Cependant, le plus souvent, une hypothyroïdie primaire manifeste se développe à la suite de processus auto-immuns dans lesquels le tissu glandulaire est perçu comme étranger par l'immunité du patient.

Les dysfonctionnements de l'hypothalamus et de l'hypophyse entraînent une diminution de la production d'hormones régulant la production de thyroxine et de triiodothyronine. La restauration des taux normaux d'hormones thyroïdiennes n'est possible qu'après traitement des glandes centrales endommagées. L’hypothyroïdie secondaire peut être accompagnée d’une altération du fonctionnement d’autres organes du système endocrinien - les glandes surrénales, les glandes sexuelles, etc.

L'hypothyroïdie manifeste (clinique) est également classée en fonction du degré de compensation. Avec une violation compensée, le corps fait face à la pathologie elle-même, les symptômes de la maladie sont enregistrés rarement. L'hypothyroïdie clinique décompensée se manifeste constamment et peut progresser jusqu'à la forme compliquée du syndrome et de la mort.

Causes de la maladie

Les causes probables de l'hypothyroïdie dépendent de l'emplacement de la lésion.

Traitement de l'hypothyroïdie manifeste

L'hypothyroïdie manifeste est une maladie endocrinienne et est un syndrome de déficit en hormone thyroïdienne de la glande thyroïde. Une quantité insuffisante de substances hormonales affecte le fonctionnement normal de la glande thyroïde et provoque diverses anomalies dans le corps.

Les hormones thyroïdiennes et leurs fonctions.

Informations générales sur l'hypothyroïdie

La médecine clinique moderne caractérise le dysfonctionnement des organes producteurs d'hormones en tant que phénomène conditionnellement pathologique.

Aujourd'hui, les organisations internationales de la santé indiquent que le manque d'hormones produites par la glande thyroïde est l'une des maladies les plus fréquemment diagnostiquées et des troubles communs du système endocrinien.

L'hypothyroïdie est divisée en hypothyroïdie primaire et secondaire, elle peut être à la fois congénitale et acquise. Les manifestations primaires de la pathologie sont enregistrées chez les femmes chez 10% et chez les hommes jusqu'à 3%. Dans une plus large mesure, l’augmentation de l’incidence parmi la population féminine est associée à l’âge, pour de nombreuses raisons.

Les changements destructifs dans la glande conduisent au fait que la phase initiale, l'hypothyroïdie primaire, est diagnostiquée partout. Cela peut être dû à certaines raisons presque imperceptibles au début du développement de la pathologie: thyroïdite auto-immune, rééducation après une intervention chirurgicale sur la glande et après les effets thérapeutiques de l'iode radioactif. Il existe souvent une combinaison de maladies somatiques chroniques de nature endocrinienne et générale. Par exemple, une hypothyroïdie manifeste se manifeste parfois lors de tests d'hypocorticisme ou de diabète de type 1.

Causes de l'hypothyroïdie

La différence entre ce type de maladie et les autres est qu’avec les mêmes causes, l’hypothyroïdie se développe très rapidement. Les causes de dysfonctionnement endocrinien de la glande thyroïde sont les groupes de facteurs suivants:

  • Déficit naturel en oligo-éléments et en iode dans les aliments et l’eau.
  • La glande thyroïde souffre des inflammations virales et bactériennes. Processus infectieux chroniques dans le corps.
  • Anomalies héréditaires et congénitales de la structure et de la physiologie de la glande.
  • Une histoire de thyroïdite auto-immune sévère Hashimoto, des dommages à l'hypophyse, une violation de la synthèse de l'hormone stimulant la thyroïde, qui contrôle l'activité de l'appareil glandulaire.
  • La période postopératoire après le retrait complet ou fragmentaire de la glande. Traitement à l'iode radioactif.
  • Les effets à long terme de la thérapie avec l'utilisation de doses de choc de médicaments thyréostatiques qui suppriment la fonction de production d'hormones thyroïdiennes.

Le diagnostic primaire de la glande thyroïde peut être réalisé indépendamment.

En présence d'une des causes de la maladie peut survenir sous une forme atypique. Par conséquent, même avec une affection légère, vous devriez contacter un spécialiste. Ceci est particulièrement important pour les femmes d'âge moyen et plus avancé.

Symptômes de l'hypothyroïdie

Les symptômes de cette pathologie dépendent de la façon dont le changement dans le travail de la glande est négligé. Si la forme infraclinique ne se manifeste pas pendant longtemps, le manifeste devient rapidement perceptible et nécessite une visite urgente chez l’endocrinologue. Jusqu'à un certain temps, le corps régule ces processus; par conséquent, l'hypothyroïdie primaire peut être compensée aux stades précoces.

Une diminution significative des niveaux hormonaux conduit au fait que la forme est décompensée.

Un tableau clinique saisissant est possible, mais aussi des complications.

Les premiers symptômes peuvent être qualifiés de phénomènes assez imperceptibles: prise de poids spontanée, absence d'exposition à la gymnastique et aux régimes alimentaires, humeur passive, indifférence au monde extérieur. Sur le fond des signes de dépression, d'importants troubles psycho-émotionnels se produisent. Les premiers signes de faiblesse, la léthargie, la lenteur, les problèmes de mémoire, la difficulté à effectuer un effort physique, la perte de cheveux, les ongles cassants, la peau sèche sont souvent confondus avec une carence en banitamine.

En l'absence de traitement adéquat, il se produit des modifications importantes du cycle menstruel ou une absence complète de menstruations, des anomalies cardiaques telles que des interruptions du rythme cardiaque, un affaiblissement du pouls et des difficultés respiratoires. Souvent, les patients se plaignent d'avoir la sensation de pincer l'œsophage, le larynx, la trachée, la voix grossière et le ton de voix enroué.

Les symptômes de cette pathologie dépendent de la façon dont le changement dans le travail de la glande est négligé.

De plus, avec l’augmentation de ces symptômes et l’absence de traitement, des œdèmes externes et internes des organes et des systèmes (myxoedème) apparaissent. Cette pathologie compliquée entraîne généralement des problèmes encore plus graves. La réanimation est nécessaire, car le myxoedème avec une augmentation des défaillances du système cardiovasculaire, de la respiration et du système nerveux provoque un œdème à grande échelle. Dans ce cas, le cerveau souffre, les poumons échouent. Étant donné la possibilité de telles complications, la maladie nécessite un traitement obligatoire dans une clinique spécialisée ou une surveillance constante par un endocrinologue. La pratique traditionnelle est que lorsque les premiers symptômes sont détectés, une femme est mise sur un compte au dispensaire.

Diagnostic d'hypothyroïdie

Lorsque l'un des signes de déséquilibre est détecté ou lorsqu'une femme se présente avec certaines plaintes, l'endocrinologue vous prescrira un examen complet et exhaustif. Le complexe de réceptions comprend des techniques et technologies classiques et modernes.

Le médecin recueille des informations sur la violation en interrogeant, en identifiant les facteurs héréditaires, en signalant la présence d'autres maladies aiguës et chroniques et en réalisant un diagnostic palpatoire de la glande. La prochaine étape est l'examen de laboratoire et de l'instrument.

Des tests sanguins et urinaires généraux, des échantillons de sang pour déterminer les taux d'hormones, des anticorps anti-thyroglobuline et thyroperoxydase peuvent déterminer l'état et le niveau de l'effet pathologique du processus sur l'organisme dans son ensemble.

Caractéristiques et traitement de l'hypothyroïdie manifeste

L'hypothyroïdie manifeste primaire est le trouble le plus répandu dans la glande thyroïde.

Pour comprendre ce qui cause la maladie, comment elle se manifeste et comment fonctionne le traitement, vous devez comprendre la classification de l'hypothyroïdie.

Qu'est-ce que l'hypothyroïdie manifeste?

Une violation commune à tous les types d'hypothyroïdie est une diminution du niveau d'hormones thyroïdiennes.

La valeur pratique a un test sanguin pour les hormones:

  • triiodothyronine (TK);
  • thyroxine (T4);
  • hormone stimulante de la thyroïde (TSH).

Selon la gravité et la symptomatologie, l'hypothyroïdie a une classification:

  1. Primaire, causée par des modifications organiques ou fonctionnelles de la glande thyroïde - la forme la plus courante.
  2. Secondaire, causé par des modifications organiques ou fonctionnelles de l'hypophyse - la forme la plus rare.
  3. Tertiaire, provoqué par des désordres organiques ou fonctionnels de l'hypothalamus.

La forme primaire, comme toutes les autres, entraîne des conséquences néfastes pour tout l'organisme, viole la stabilité du fond hormonal et introduit des troubles dans le travail coordonné du système endocrinien. Selon les analyses, l'hypothyroïdie diffère:

  1. Subclinique, symptômes flous, l'analyse montre une TSH élevée avec une T4 normale.
  2. Manifeste, la symptomatologie est prononcée, la TSH est élevée, la T4 est réduite.
  3. Compliqué, il se caractérise par tout un ensemble de maladies associées, telles que l’insuffisance cardiaque, le crétinisme, les adénomes hypophysaires secondaires et bien d’autres. L'hypothyroïdie compliquée dégrade considérablement la qualité et raccourcit la vie du patient.

Toutes les variétés d'hypothyroïdie ont des causes similaires. Les prérequis les plus courants pour la maladie sont:

  • hypoplasie congénitale ou défaillance fonctionnelle de la glande thyroïde;
  • strumectomie;
  • exposition aux radiations, intoxication par les métaux lourds, brûlures thermiques, hypothermie, blessures mécaniques (coup porté au larynx, lésion de la glande);
  • aliments à teneur insuffisante en iode;
  • tumeurs bénignes et malignes, nœuds, kystes, follicules élargis;
  • maladies infectieuses - abcès, tuberculose, actinomycose.

En règle générale, l'hypothyroïdie est précédée par un processus inflammatoire dans les tissus de la glande thyroïde - thyroïdite.

Dans la formation de la thyroïdite, dans certains cas, des réactions auto-immunes sont impliquées.

Dans ce cas, si les cellules du système immunitaire, les cellules T auxiliaires et les suppresseurs T réagissent avec les antigènes des cellules thyroïdiennes, la maladie est appelée thyroïdite lymphocytaire.

L'hypothyroïdie manifeste dans l'issue de la thyroïdite chronique lymphocytaire se produit si le patient élude le traitement, ou si le déroulement du traitement est choisi de manière incorrecte.

Caractéristiques de la maladie chez les femmes enceintes

Un autre facteur qui entraîne souvent une carence en hormones thyroïdiennes est la grossesse.

Avec l'insuffisance congénitale de la glande, le corps de la femme ne peut pas faire face à la charge accrue.

L'hypothyroïdie se manifestant pendant la grossesse est facilement détectée lors d'études de routine sur le sang pour la recherche des hormones.

Afin de détecter en temps voulu un écart par rapport à la norme, il est nécessaire de subir une inspection de routine et de faire un don de sang dans les délais prescrits.

Si la future mère ignore que sa violation a été commise, le déficit en hormone décompensée nuit à la formation du fœtus.

Signes de maladie

Le patient peut, de manière indépendante, en cas de modification de son état de santé, suspecter une hypothyroïdie manifeste, dont les symptômes devraient servir d'incitation à une visite chez un endocrinologue. Comment une violation se manifeste:

  • somnolence, léthargie, diminution des performances, perte de concentration;
  • maux de tête fréquents, diminution de la fréquence cardiaque, réduction du tonus vasculaire;
  • indigestion, constipation atonique (moins de diarrhée);
  • congestion nasale chronique, gonflement de la muqueuse nasale;
  • grossièreté de la voix, enrouement;
  • dans certains cas, la maladie est accompagnée d'un gonflement du visage, des pieds et des mains;
  • température corporelle basse, transpiration, douleurs musculaires;
  • perte de cheveux, amincissement des plaques à ongles;
  • chez la femme, retard ou absence de menstruation;
  • chez les hommes, diminution de la puissance ou dysfonction érectile.

Les hormones thyroïdiennes sont impliquées dans tous les processus métaboliques, le manque de substances vitales conduit à:

  • perturbation du cœur et des vaisseaux sanguins;
  • à une violation de la thermorégulation, la transpiration;
  • dyskinésie biliaire, à une diminution de la motilité intestinale.

La forme manifeste de l'hypothyroïdie peut être:

  • compensée, c’est-à-dire que la maladie est exacerbée périodiquement et que le corps fait face à la pathologie;
  • décompensée, la maladie est stable et capable de progresser.

Comment est le traitement?

Pour reconstituer le déficit hormonal, les médicaments sont sélectionnés individuellement, par exemple,

Si l’hypothyroïdie manifeste est diagnostiquée, le traitement avec des remèdes populaires ne peut être que complémentaire, et non fondamental.

Tout médicament qui affecte la glande thyroïde doit faire l’objet d’une discussion préalable avec votre médecin.

Pour surveiller la récupération, vous devez surveiller périodiquement vos niveaux hormonaux, faire une analyse de sang.

Dans certains cas, par exemple, lorsqu'un lobe thyroïdien est retiré, le patient doit bénéficier d'un soutien hormonal tout au long de sa vie.

En plus des médicaments principaux, sont sélectionnés symptomatiques, en fonction des complications de la maladie. Habituellement, la liste comprend:

  • stabilisateurs du rythme cardiaque et du tonus vasculaire;
  • enzymes pour améliorer le système digestif, laxatifs contre la constipation;
  • crème et pommade pour la restauration des lésions cutanées (dues à un œdème muqueux);
  • produits de restauration pour les cheveux et les ongles (de la calvitie et des ongles fins);
  • nécessairement - un régime alimentaire, des médicaments avec de l'iode, du sélénium, des vitamines.

Les possibilités de la médecine moderne permettent d'assurer une bonne santé même aux patients ayant subi une lésion grave de la glande thyroïde.

À condition que le patient reçoive des médicaments compensateurs en stricte conformité avec le régime choisi par le médecin.

Ce que vous pouvez faire vous-même

Le régime alimentaire est choisi en consultation avec l’endocrinologue, en fonction du stade de l’obésité.

L'obésité et l'athérosclérose sont prévenues avec un poids corporel normal.

Aucun médecin ne prévoit de maintenir constamment le patient sous laxatif et de limiter la nutrition.

Les patients raisonnables comprennent que tout conseil nutritionnel est pour leur bien.

Les patients aliénés continuent d'adhérer à une alimentation pauvre en iode, composée de graisses animales et végétales.

En conséquence, ils souffrent d'athérosclérose, de pression artérielle élevée ou basse, de maux de tête et d'insuffisance cardiaque.

Une hémorragie ou un apport sanguin insuffisant au cerveau peut causer la démence sénile. La démence est une perspective sombre pour la deuxième moitié de la vie.

La mort prématurée des patients atteints d'hypothyroïdie non contrôlée survient à la suite d'une crise cardiaque ou d'un accident vasculaire cérébral.

L'hypothyroïdie particulièrement rapide progresse chez les femmes après 60 ans.

Si vous soupçonnez une hypothyroïdie, vous devez sélectionner un endocrinologue compétent, réussir les tests, clarifier le tableau clinique et avec un enthousiasme inépuisable pour exécuter une ordonnance de médecin.

Qu'est-ce que l'hypothyroïdie manifeste?

L’hypothyroïdie manifeste est un trouble de la glande thyroïde, caractérisée par une augmentation de la concentration de thyrotropine (TSH) dans le sang au-dessus de la limite supérieure de la normale, avec une faible concentration de thyroxine libre (T4) et de triiodothyronine (T3).

Un diagnostic précoce de cette maladie vous permettra d'éviter des conséquences graves pour la santé, notamment le développement d'une hypothyroïdie grave et d'une maladie cardiaque.

Types d'hypothyroïdie

L'hypothyroïdie - ce que c'est et comment le traiter correctement, seul un médecin vous dira. C'est une condition dans laquelle trop peu d'hormones thyroïdiennes circulent dans le corps.

Il existe plusieurs types d'hypothyroïdie. Leur classification dépend des causes et de la gravité de la maladie.

Selon la manifestation de la maladie, on distingue les types suivants:

  • type latent;
  • hypothyroïdie manifeste;
  • décompensé;
  • hypothyroïdie compensée.

Classement par gravité:

  1. Hypothyroïdie primaire - des lésions de la glande thyroïde retardent la production de thyroxine et de triiodothyronine.
  2. Hypothyroïdie secondaire - des lésions de l'hypophyse entraînent une diminution du nombre de TSH dans le corps. La glande thyroïde produit des hormones dans les bonnes quantités.
  3. Hypothyroïdie tertiaire - des lésions de l'hypothalamus entraînent une diminution du nombre de TSH dans le corps. La glande pituitaire cesse de produire des hormones thyroïdiennes. L'hypothyroïdie secondaire (tertiaire) peut être due à la destruction de l'hypothalamus par un cancer ou un traumatisme.

Causes et facteurs de risque de maladie

Les causes de l'hypothyroïdie sont les suivantes:

  • thyroïdite auto-immune chronique;
  • résection de la glande thyroïde;
  • traitement par thyrotoxicose à l'iode radioactif (l'iode libère des électrons qui détruisent les cellules de la glande thyroïde);
  • irradiation du cou due au cancer (les rayons endommagent les cellules de la glande thyroïde);
  • une quantité excessive de substances contenant de l'iode (un excès d'iode bloque la production d'hormones thyroïdiennes);
  • carence en iode dans l'alimentation (une carence en iode bloque la synthèse d'une quantité suffisante d'hormones thyroïdiennes);
  • l'utilisation de certains médicaments, par exemple la phénytoïne, le nitroprussiate de sodium, les composés du lithium (inhibent la production d'hormones thyroïdiennes ou augmentent leur dégradation dans le foie);
  • manque congénital d’enzymes nécessaires à la production d’hormones thyroïdiennes, d’absence ou d’hypoplasie de la glande thyroïde (hypothyroïdie congénitale).

Une quantité insuffisante d'hormones thyroïdiennes perturbe les processus métaboliques (transformations des protéines, des sucres et des graisses).

La distribution de l'acide hyaluronique est également réduite (composant principal du tissu conjonctif, créant notamment la peau, les muscles).

Son accumulation dans le tissu conjonctif entraîne une rétention d'eau et l'apparition d'un œdème. L'excès d'eau s'accumule dans le cœur et les muscles. Cela conduit à une augmentation de leur taille.

Une thyréotoxicose manifestable peut survenir en raison d’une violation de la biosynthèse des hormones thyroïdiennes (héréditaire).

L'hypothyroïdie est plus fréquente chez les femmes que chez les hommes, en particulier après 60 ans.

Symptomatologie

Les symptômes suivants sont observés par le patient et sa famille:

La maladie est souvent accompagnée de constipation, de formes graves d'hypothyroïdie, d'une obstruction intestinale ainsi que d'une accumulation de liquide dans la cavité abdominale et les poumons.

Le patient urine moins souvent.

Chez les femmes, des irrégularités menstruelles sont observées (les cycles sont considérablement réduits, les règles deviennent plus abondantes), ce qui rend difficile la survenue d'une grossesse et d'une fausse couche. Les hommes souffrent d'une diminution de la libido et d'un dysfonctionnement érectile.

Dans le cas de la maladie de Hashimoto (en particulier au début de son développement), des symptômes d'aggravation peuvent se produire. Ils se caractérisent par:

  • hypertrophie soudaine et sensibilité de la glande thyroïde;
  • augmentation de la température;
  • l'apparition des symptômes de l'hyperthyroïdie - ils sont causés par des lésions du parenchyme thyroïdien et par la libération soudaine d'hormones qui s'y sont accumulées.

Les symptômes de l'exacerbation disparaissent généralement spontanément, puis une hypothyroïdie apparait clairement.

Les symptômes décrits ci-dessus peuvent être le stade précédent de l'hypothyroïdie infraclinique. Les symptômes de ces derniers sont très contenus et imperceptibles. Ceux-ci comprennent:

  • troubles de l'humeur, dépression;
  • dans les études de laboratoire - en augmentant la concentration de cholestérol et de TSH, la concentration de T4 est normale ou à la limite inférieure de la norme;
  • pas d'autres symptômes d'hypothyroïdie.

Chez les jeunes enfants, les symptômes de la maladie sont les suivants:

  • jaunisse des nouveau-nés;
  • un retard dans le développement mental et physique de l'enfant, tel qu'une croissance anormale, des difficultés à manger, une diminution de la mobilité;
  • voix enrouée;
  • peau froide et squameuse.

Les enfants plus âgés ont une croissance plus lente, une puberté retardée, des difficultés d'apprentissage, une intolérance au froid, de la constipation, de la somnolence, des maux de tête, des cheveux secs, cassants et fins, une peau sèche et rêche.

Diagnostic de la maladie

Pour le diagnostic de thyrotoxicose, prescrire des tests de laboratoire, des ultrasons et des rayons X.

La désignation de TSH est la principale étude sur les maladies de la glande thyroïde. Selon la forme spécifique de l'hypothyroïdie, les valeurs de TSH sont formées comme suit:

  1. Hypothyroïdie primaire - La TSH est élevée (l'hypophyse essaie de stimuler la glande thyroïde pour qu'elle produise des hormones, mais la glande thyroïde endommagée ne peut en produire suffisamment).
  2. Hypothyroïdie secondaire - la TSH est réduite (l'hypophyse endommagée cesse de produire de la TSH, la glande thyroïde ne reçoit aucune information indiquant que le corps manque de thyroxine et de triiodothyronine).
  3. Hypothyroïdie tertiaire - diminution de la TSH (diminution de la production de TSH due à un dysfonctionnement hypothalamique).

Pour confirmer le diagnostic de la maladie de Hashimoto, la désignation des anticorps anti-TPO (le plus souvent) et anti-TG est utile. Leurs taux élevés se produisent dans plus de 90% des patients.

Le médecin doit également orienter le patient vers des analyses de sang de base: profil lipidique (cholestérol et triglycérides) et des analyses hépatiques (ALAT, ASPAT, bilirubine) afin d’évaluer la performance d’autres organes. Dans le cas de l'hypothyroïdie, les études ci-dessus peuvent révéler:

  • l'augmentation de la concentration de cholestérol total et de ses sous-espèces (les fractions) de LDL et de triglycérides;
  • anémie (anémie) - diminution de la concentration en hémoglobine et du nombre de globules rouges (globules rouges);
  • augmentation de la concentration des enzymes: AspAT, LDH.

L'échographie de la glande thyroïde permet d'estimer la taille et sa structure. Le médecin étudiera attentivement les modifications de la structure de l'organe et vérifiera l'état des ganglions lymphatiques voisins.

Au cours de l'étude de l'échographie possible biopsie par aspiration. Le médecin avec une aiguille et une seringue charge les fragments de la glande thyroïde.

Le matériau résultant est évalué au microscope pour déterminer la nature des modifications. Dans le cas de la maladie de Hashimoto, il est possible de visualiser un grand nombre de lymphocytes dans la glande thyroïde.

Dans le cas d’une hypothyroïdie grave et complexe, une évaluation de l’aspect et de la fonction du cœur peut être nécessaire. Le médecin vous prescrira un échocardiogramme du cœur et une radiographie des poumons. Cela vous permettra de voir le liquide présent dans la cavité pleurale des poumons.

Traitement de la maladie

Quelle que soit la cause, l'hypothyroïdie manifeste est traitée avec des médicaments. Le traitement consiste à prendre de la thyroxine (en particulier la lévothyroxine) jusqu'à la fin de la vie.

Il est préférable de le prendre le matin 30 minutes avant le petit-déjeuner. La nourriture réduit l'absorption de la thyroxine.

Au départ, le médecin prescrit une dose plus faible du médicament, qui augmentera progressivement.

L'optimum pour le patient sera déterminé après 3 mois de traitement (dans le cas de patients jeunes ne présentant pas de symptômes graves d'hypothyroïdie, cette période peut être réduite).

L’objectif du traitement est de compenser la thyrotoxicose, c’est-à-dire fournir au corps suffisamment d'hormones thyroïdiennes.

L'utilisation de certains médicaments peut réduire l'absorption de la lévothyroxine dans le sang. Ces médicaments comprennent des préparations de composés d'aluminium, de calcium et de fer.

Dans le cas de ces médicaments, vous devrez peut-être augmenter la dose de lévothyroxine.

Les personnes souffrant d'hypothyroïdie sont exposées à une augmentation du poids corporel et à une augmentation du taux de cholestérol dans le sang. Il est donc extrêmement important de maintenir un régime alimentaire équilibré.

Cinq repas sont recommandés: petit-déjeuner, petit-déjeuner II, déjeuner, thé de l'après-midi et dîner. Le dernier repas devrait être de 2 à 3 heures avant le coucher.

Évitez les aliments gras tels que le porc, les fromages et les saucisses. Pour la friture, vous devez utiliser des huiles végétales (par exemple, le colza).

Il est recommandé de préparer les salades de légumes frais avec de l'huile d'olive (vous devez éviter la mayonnaise). Il faut se souvenir de l’utilisation de grandes quantités de fruits et de légumes.

Le patient doit fournir au corps l'apport nécessaire en iode. Ce dernier est présent dans des aliments tels que le sel iodé, le poisson de mer (par exemple, la morue, la goberge), les tomates et les asperges.

Dans le même temps, le patient doit limiter la consommation d'aliments bloquant l'absorption d'iode par la glande thyroïde. Ceux-ci incluent les choux de Bruxelles, le chou-fleur, les haricots, les pois, les oignons.

Si une patiente souffrant d'hypothyroïdie tombe enceinte, le médecin recommande d'augmenter la dose de ce médicament de 25 à 50% pendant la période de grossesse et l'allaitement.

Une personne malade doit suivre les recommandations du médecin et prendre régulièrement les médicaments prescrits. Ne pas changer les doses indépendamment.

Cela peut entraîner une aggravation de l'état du patient et la récurrence des symptômes. La surveillance, l'inspection et l'étude régulières de la concentration d'hormones dans le sang sont non moins importantes.

Causes et pronostic de l'hypothyroïdie primaire

La forte diminution des hormones sanguines résultant du processus pathologique de la glande thyroïde est classée dans l'hypothyroïdie primaire. Cette maladie est assez commune.

Le risque d'hypothyroïdie réside dans l'évolution latente, ce qui complique le diagnostic opportun.

Pathogenèse de la maladie

Le manque d'hormones thyroïdiennes contribue à la défaite de presque tous les organes. De plus, ces hormones soutiennent la fonction respiratoire des cellules, dont la carence conditionne un apport insuffisant en oxygène, une diminution des échanges énergétiques et une élimination retardée des substances toxiques de l'organisme.

Les causes de tels troubles entraînent une perturbation du fonctionnement normal des organes et des cellules du corps. En règle générale, l'inflammation thyroïdienne auto-immune primaire représente la plupart de ces cas.

Si la fonctionnalité de la glande thyroïde est réduite en raison du manque d'hormone stimulant la thyroïde (TSH), ainsi que du relargage d'hormones (TSH-RG), la maladie est classée en tant qu'hypothyroïdie secondaire ou même tertiaire. Dans le contexte d’une hypothyroïdie grave, un myxoedème (œdème mucineux), qui est le plus souvent observé dans les tissus conjonctifs, peut se développer.

Causes de l'hypothyroïdie primaire

Avec le développement de l'hypothyroïdie du stade primaire, il n'y a pas de symptômes spécifiques. Souvent, les personnes ayant une glande thyroïde en bonne santé peuvent présenter des signes évidents d'hypothyroïdie.

L'inflammation la plus commune de nature auto-immune se trouve chez les femmes. Il est important de noter qu'il n'y a pas de corrélation directe entre le déficit en hormone et la gravité des symptômes. En d'autres termes, dans un groupe de patients présentant une hypothyroïdie manifeste, les symptômes de la maladie peuvent être complètement absents, contrairement à d'autres patients dont les symptômes sont prononcés même lorsque l'hypothyroïdie subclinique est notée.

Des études scientifiques indiquent que l'hypothyroïdie primaire peut déclencher les raisons suivantes:

  • manque d'iode dans le corps, entraînant une faible production d'hormones;
  • impact négatif des facteurs externes et internes;
  • usage prolongé et incontrôlé de certains médicaments (hormone surrénalienne, lithium, vitamines A, etc.);
  • processus inflammatoires;
  • retrait ou résection de la glande thyroïde;
  • prédisposition génétique;
  • régime alimentaire malsain;
  • traitement de la toxicomanie à l'iode radioactif;
  • hypoplasie ou atrophie de la glande.

Symptômes de l'hypothyroïdie primaire

Malgré l’influence des hormones thyroïdiennes sur l’organisme dans son ensemble, les symptômes de chaque patient se manifestent de manière individuelle, en endommageant un organe particulier. Une telle prédominance à système unique est appelée "masques" hypothyroïdiens.

Il est caractéristique que les symptômes de l'hypothyroïdie primaire soient des syndromes groupés:

SYNDROME D'ÉCHANGE-HYPOTHERME. Ce syndrome est accompagné d’une hypothermie sévère, d’une altération de la composition sanguine des lipoprotéines et d’un gain de poids. Il est caractéristique que, dans l'hypothyroïdie primaire, il n'y ait pas de stades sévères de l'obésité, ce qui s'explique par une diminution de l'appétit et un état dépressif du patient.

DÉFAITE DES ORGANES SENSIBLES. Dans ce syndrome, on note un gonflement de la muqueuse nasale, ce qui rend difficile une respiration normale, un gonflement possible de la trompe d'Eustache et de l'oreille moyenne, ce qui conduit à une déficience auditive. En outre, il y a une voix enrouée à la suite du gonflement des cordes vocales.

TROUBLES ECTODERMIQUES. Le syndrome, accompagné de cette symptomatologie, est caractérisé par un gonflement de la région faciale et des extrémités, une augmentation de la rupture et de la perte des poils, une couleur jaune de la peau, une alopécie. Dans le même temps, on observe des traits du visage durcis.

HYPOGONADISME HYPERPROLACTINÉMIQUE. Aménorrhée, stérilité, galactorrhée, gynécomastie, impuissance caractérisent cette manifestation. Le processus principal est la stimulation de la TRH de l'adénohypophyse avec la sécrétion de prolactine.

"MICEDEDOMATIC" COEUR. Ce syndrome est accompagné du développement d'un épanchement de bradycardie dans la cavité pleurale, ainsi que dans la région péricardique et le péritoine. En outre, il existe des signes évidents d’activité cardiaque affaiblie. Le développement atypique de ce syndrome, apparaissant avec une hypertension artérielle et une tachycardie, est rarement observé.

SYNDROME DE DOMMAGE AU SYSTÈME NERVEUX. Accompagné de somnolence accrue, bradifrénie (léthargie), troubles de la mémoire, douleurs musculaires. De plus, une polyneuropathie, une constipation, une diminution du réflexe tendineux et un état dépressif sont possibles.

ANEMIC. Ce syndrome est plus fréquent lorsque l'hypothyroïdie primaire se développe pour la première fois, accompagnée de saignements et d'anémie.

OBSTRUCTIVE-HIPOXEMIC. Les signes de ce syndrome sont accompagnés d'une apnée, d'une hypoventilation alvéolaire et d'une diminution de la capacité pulmonaire.

Maladies du tube digestif. L'hypothyroïdie primaire avec ce syndrome se manifeste par une dyskinésie de la vésicule biliaire, une hépatomégalie, une constipation, une diminution de la motilité fonctionnelle dans le gros intestin. De plus, des lésions atrophiques des muqueuses et une perte d'appétit peuvent survenir.

Classification par gravité

La thyréotoxicose peut être classée sous plusieurs formes:

HYPOTHYRHOSE SUBCLINIQUE (C’EST AMÉLIORÉ MAIS T4 EST NORMAL). Dans le même temps, la T4 est une hormone libre produite par la thyroïde et comprend de l'iode (4 unités), qui stimule la production de protéines, de protéines. TSH se réfère aux hormones stimulant la thyroïde qui sont produites par la glande pituitaire. Le type infraclinique de la maladie n’ayant pas de symptôme clair, l’hypothyroïdie infraclinique est le plus souvent diagnostiquée par hasard, dans le contexte d’un examen de routine du patient. Dans le même temps, une analyse de sang indique un taux élevé d'hormones stimulant la thyroïde de l'hypophyse;

L’HYPOTHYROIDISME MANIFESTIQUE (C’EST AMÉLIORÉ ET RÉDUIT T4) présente des sous-types avec des symptômes cliniques caractéristiques:

  • médicaments compensés (le taux de TSH est normal);
  • manifeste décompensé;
  • compliqué (hypothyroïdie grave).

La maladie de cette forme se développe rapidement avec une augmentation des symptômes. Il est à noter que l'hypothyroïdie infraclinique peut être compliquée par le syndrome d'un processus auto-immun de type 1 et 2.

Diagnostic de la maladie

Pour déterminer la fonctionnalité de la glande thyroïde, une analyse est effectuée pour déterminer la TSH. Aux faibles taux, on donne au patient une définition supplémentaire des niveaux de T3 et de T4 et des anticorps anti-récepteur de la TSH.

Sur la base d'un examen visuel, des plaintes du patient et des résultats de l'examen, le médecin peut confirmer le diagnostic "d'hypothyroïdie primitive".

Pour obtenir une image complète de la maladie de la glande thyroïde, un test sanguin biochimique est prescrit (un taux de cholestérol élevé et des lipides indiquent le développement d’une hypothyroïdie). En outre, une échographie est utilisée pour déterminer la structure et la taille de la glande thyroïde. Parfois, une scintigraphie de la glande thyroïde est réalisée, ainsi qu'une biopsie à l'aiguille à la ponction.

Traitement de l'hypothyroïdie primaire

Le traitement de la maladie est effectué dans un complexe, en utilisant la pharmacothérapie suivante:

  • on prescrit au patient de la thyroïde (un extrait de la glande thyroïde d'un grand animal) sous forme de comprimés de 0,1 et 0,05 gramme;
  • En cas de cardiopathie concomitante, l’Eutirox (L-thyroxine), qui est un analogue synthétique de la thyroxine, est administré. Le médicament est prescrit à la dose de 50-100 μg. L'effet maximal est observé après 1-2 jours;
  • en cas de développement sévère de la maladie, la triiodothyronine (un substitut synthétique des hormones thyroïdiennes) est prescrite. Le médicament est pris à une dose de 20 à 50 mg. L'efficacité de la triiodothyronine est supérieure à la thyroxine 10 fois. L'effet maximal est atteint 6 heures après la première dose.

Méthodes traditionnelles de traitement

En plus de la pharmacothérapie, le traitement de la thyréotoxicose est effectué en médecine traditionnelle.

Les recettes les plus couramment utilisées sont:

  • 1 cuillère à soupe miel de fleurs mélangé avec 1 cuillère à soupe. citron émincé (avec la peau). Il est recommandé de prendre 3 fois par jour pendant 1 cuillère à soupe. pas moins de 1-2 mois;
  • 1 cuillère à café poivre rouge moulu mélangé à 1 cuillère à soupe. pulmonaire et 1 cuillère à café poudre de varech sec. Le mélange préparé est versé sur 200 ml. eau chaude et laissé insister pendant la nuit. Après avoir filtré la solution, il est recommandé de prendre 1/3 c. solution avant de manger au moins 3 fois par jour;
  • 1 cuillère à soupe le miel est mélangé à 4-5 noyaux de noix broyés. ½ cuillère à café est pris. le matin, avant de manger;
  • De plus, l'utilisation d'adaptogènes est recommandée pour cette maladie (ginseng, schisandra chinois, argousier, Eleutherococcus, zamaniha, etc.). Ces médicaments d'origine naturelle contribuent au renforcement du processus métabolique dans l'organisme.

Des complications

Si le traitement de la maladie est commencé tardivement, le risque de complications augmente.

Une des complications les plus dangereuses est le coma hypothyroïdien, une menace pour la vie du patient. Cette pathologie est le plus souvent observée chez les patients affaiblis et âgés. Pour provoquer qui peut l'hypothermie, l'intoxication, les processus infectieux et les blessures. L'issue fatale provient d'une insuffisance cardiaque et respiratoire. Malgré l'aide d'urgence, au moins 40% des patients décèdent.

Avant le début du coma, l'état de la prévention est observé, lorsque tous les symptômes de la maladie deviennent plus lourds, une stupeur se développe et la fonctionnalité des glandes surrénales est fortement réduite.

Bonne nutrition

Les patients présentant une hypothyroïdie identifiée de la forme primaire doivent adhérer à une nutrition adéquate, notamment:

  • restriction des sucreries et des graisses;
  • refus des aliments frits, salés et fumés;
  • lard, saucisses et produits semi-finis à base de viande exclus;
  • pâtisserie, produits laitiers à haute teneur en matières grasses, le chocolat n'est pas recommandé;
  • produits contenant du soja, car cela ralentit l’absorption de Levothyrexin, ce qui rend le traitement inefficace.

En outre, il est recommandé de surveiller le régime en eau, ce qui empêchera le développement de l'œdème. La quantité de liquide autorisée ne doit pas dépasser 1,5 litre. pendant la journée

Prévention et pronostic de l'hypothyroïdie primaire

Le traitement opportun des infections chroniques et en particulier la prévention de la survenue d'une thyroïdite chez la femme enceinte joue un rôle important dans la prévention du développement de l'hypothyroïdie.

Il faut faire attention aux procédures de fortification et de durcissement.

En règle générale, la prévision de récupération, après le traitement de l'hypophyroïdisme, FAVORABLE. Tout dépend de la durée de la maladie (en cas d'hypothyroïdie chronique, le pronostic du rétablissement est compliqué par des maladies concomitantes acquises au cours du processus de complications).

Il est important de se rappeler que le traitement précoce de l'hypothyroïdie détermine son efficacité. Par conséquent, dès les premiers symptômes de l'hypothyroïdie, vous devez contacter immédiatement l'endocrinologue pour un examen plus approfondi.

Vous Pouvez, Comme Pro Hormones