Pendant la grossesse, avec une attention particulière devrait être liée à la glande thyroïde. Cet organe interne est situé sur la face avant du cou et ressemble un peu à un papillon. Le poids de la glande thyroïde de l’adulte est normalement d’environ 20 g. Malgré cela, les hormones produites par la glande thyroïde ont des effets variés sur le métabolisme, la croissance normale, le développement physique et même l’intelligence. Lorsqu'ils parlent d'hormones thyroïdiennes, ils désignent la thyroxine (T4) et la triiodothyronine (T3). Leur composition comprend de l'iode. Cet oligo-élément est nécessaire pour que la glande thyroïde puisse synthétiser les hormones susmentionnées dans les quantités appropriées pour le corps. Si les hormones sont suffisamment produites, il y aura normalement un échange de glucides, de protéines et de lipides, de vitamines et de minéraux. Les hormones de cet organe sont nécessaires au développement intra-utérin normal des systèmes nerveux, cardiovasculaire, reproducteur et musculo-squelettique. Il est donc très important, pendant la grossesse, de surveiller l'état de la glande thyroïde.

Caractéristiques de la glande thyroïde fonctionnant enceinte

Il est très important pour une femme enceinte de s'intéresser à l'état de sa glande thyroïde elle-même, car cet organe ne fait pas mal lorsque son fonctionnement est perturbé et son élargissement peut rester longtemps inaperçu.

La thyroïde enceinte souffre d'un double fardeau, car elle travaille maintenant sur deux organismes à la fois. La ponte de la glande thyroïde de l’enfant a lieu à la 4 e et 5 e semaine du développement intra-utérin. Elle commence à fonctionner à partir de la 12 e semaine (accumule de l’iode et synthétise des hormones). Elle est déjà complètement formée et fonctionne activement aux 16 e et 17 e semaines. De plus, la seule source d’iode pour la thyroïde formée de l’enfant est l’iode qui circule dans le sang de la mère. S'il y a une quantité insuffisante d'iode dans le régime alimentaire d'une femme, la glande thyroïde réduit considérablement la production d'hormones. Et ceci est une violation dangereuse dans le développement du bébé: même s'il est né en bonne santé physique, ses capacités mentales peuvent être inférieures à celles de ses pairs. Par conséquent, nous concluons: le régime alimentaire d'une femme enceinte devrait être complet et équilibré. On trouve beaucoup de iode dans les fruits de mer: poisson, chou marin. Aussi riche en iode, kiwi, kaki, feijoa.

Maladie de la thyroïde

L'hyperthyroïdie et l'hypothyroïdie figurent parmi les principaux troubles de la thyroïde. Les deux affections ont un effet négatif sur l'issue du fœtus et de la grossesse.

Hyperthyroïdie (thyrotoxicose) - activité accrue de la glande thyroïde. Pendant la grossesse, cette condition est dangereuse pour la survenue d'une insuffisance cardiovasculaire et d'autres complications chez une femme, d'un accouchement avec facultés affaiblies et du risque de maladie thyroïdienne congénitale chez un bébé.

Changements dans la glande thyroïde pendant la grossesse

Les pathologies endocriniennes sont extrêmement courantes aujourd'hui. Souvent, les lésions de la glande thyroïde sont enregistrées et de plus en plus, une telle pathologie est détectée chez les femmes pendant la gestation.

Nous pouvons dire que la glande thyroïde pendant la grossesse commence à fonctionner de manière spéciale dès les premières semaines de la conception. Caractérisé par la stimulation de son travail, qui est associé à la période de formation des organes du fœtus et du système nerveux. Le processus normal de ce processus est assuré par une quantité accrue d'hormones thyroïdiennes provenant du corps de la mère. Ainsi, la production normale d’hormones thyroïdiennes augmente considérablement (jusqu’à 50%), ce qui entraîne à la fois la réorganisation de l’organisme maternel, ainsi que la mise en place et le développement des organes et des systèmes foetaux.

Que se passe-t-il dans la glande thyroïde pendant la grossesse?

Il est à noter que la thyroïde est stimulée par l'hormone stimulant la thyroïde de l'hypophyse, ainsi que par la gonadotrophine chorionique (CG), qui est produite par le placenta. Avec une concentration élevée de CG, la formation de TSH diminue. Ceci est observé dès les premières semaines de grossesse, mais au quatrième mois, le taux d'hépatite chronique diminue, ce qui entraîne une augmentation de l'hormone stimulant la thyroïde, qui est la norme.

Une hyperthyroïdie transitoire peut survenir chez certaines femmes enceintes lorsque la gonadotrophine chorionique est caractérisée par des taux constamment élevés, ce qui inhibe complètement la synthèse de la TSH. Le plus souvent, cette situation survient lors de grossesses multiples et nécessite une différenciation par rapport au goitre toxique diffus.

Les hormones thyroïdiennes pendant la grossesse sont attribuées en fonction de la production d’œstrogènes, dont le niveau augmente au cours de cette période. Cela stimule la formation de protéines liant la thyroxine, qui se forment dans le foie et se lient aux hormones thyroïdiennes, les rendant inactives. Ce processus déclenche une stimulation supplémentaire de la thyroïde. C'est pourquoi la concentration en T3 et T4 libres se situe dans la plage normale et que les concentrations totales en T4 et T3 augmentent. Compte tenu de cette tendance, le niveau des fractions hormonales libres est cliniquement significatif pendant la grossesse.

Les femmes enceintes développent des troubles de la thyroïde se traduisant par une augmentation de son activité sécrétoire et par une diminution entraînant le développement d'une thyréotoxicose ou d'une hypothyroïdie.

Avec la thyréotoxicose, l'activité de la thyroïde est renforcée. Cela peut entraîner le développement d'une insuffisance cardiovasculaire, une perturbation du cours normal du travail et une augmentation du risque d'avoir des enfants atteints de maladies thyroïdiennes congénitales. Les femmes malades commencent à se plaindre de faiblesse, de sensation de chaleur, la température peut augmenter. Les femmes enceintes deviennent irritables, dorment mal, notent des palpitations, des tremblements de la main, une faiblesse musculaire, une transpiration accrue et une diarrhée dans les selles.

Si une hypothyroïdie se développe, les femmes enceintes remarquent alors des crampes musculaires, des douleurs articulaires, des problèmes de mémoire, une dépression, une bradycardie, une peau sèche, une constipation, des nausées. Les femmes grossissent rapidement et se plaignent d'une perte de cheveux intense.

Influence de la glande thyroïde sur la grossesse

Il faut dire que la glande thyroïde affecte la grossesse, le développement du fœtus et le déroulement de l'accouchement ou du post-partum. Lorsque sa pathologie survient, un certain nombre de complications graves, parmi lesquelles il convient de noter:

  • hypertension artérielle ou augmentation transitoire de la pression artérielle;
  • prééclampsie;
  • décollement placentaire;
  • insuffisance cardiaque;
  • fausse couche spontanée ou travail prématuré;
  • saignements utérins post-partum.

En outre, lorsque la glande thyroïde est altérée, les femmes donnent naissance à des enfants présentant des troubles du développement, un poids faible, le nanisme, un engourdissement ou un retard mental. En raison de l'hypothyroïdie, les mortinaissances sont enregistrées.

Compte tenu de ces complications graves, les femmes avant la grossesse devraient consulter un endocrinologue et déterminer l’état fonctionnel de la glande thyroïde.

Diagnostic de la glande thyroïde pendant la grossesse

Il convient de noter que le diagnostic de l’état thyroïdien pendant la grossesse présente certaines particularités:

  • déterminer le niveau de TSH, ainsi que la T4 libre et les anticorps anti-TPO (thyroïde peroxydase). Il convient de rappeler qu’il est normal de diminuer la concentration de TSH et d’augmenter la T4 libre au cours des trois premiers mois de la grossesse. Il est donc recommandé de déterminer le niveau de ces hormones avant 10 semaines de grossesse. De plus, une augmentation isolée des anticorps anti-TPO ne peut pas être considérée comme un critère de diagnostic, à condition que le niveau d'hormones soit normal, puisqu'il survient chez environ 10% des femmes enceintes et ne nécessite pas de traitement. En fin de grossesse, il existe une valeur normale de TSH et une diminution du taux de T4 libre, ce qui est également considéré comme normal et ne peut être considéré comme une hypothyroïdie;
  • Pour contrôler les nodules, une échographie de la glande thyroïde est effectuée et une biopsie à l'aiguille est également autorisée pendant la grossesse si la taille des ganglions est supérieure à un centimètre;
  • Les méthodes de scintigraphie et d’examen par radio-isotopes pendant la grossesse sont contre-indiquées en raison du fait que les rayonnements ionisants et les rayons X ont un effet négatif sur le fœtus à n’importe quel stade de la grossesse.

Si des anomalies sont détectées, un traitement approprié est prescrit, qui présente également certaines caractéristiques.

Donc, si l'hypothyroïdie a été détectée avant la grossesse et que le traitement a été réalisé avec de la L-thyroxine, la dose de ce médicament doit être augmentée et il est important de créer un profil hormonal dans le corps de la mère, similaire au profil hormonal thyroïdien pendant la grossesse, dans le contexte de l'état euthyroïdien. Si, toutefois, la capacité fonctionnelle réduite de la thyroïde est détectée pendant la grossesse pour la première fois, alors la L-thyroxine dans la dose de remplacement complète est administrée aux patientes sans l'augmenter davantage.

Dans le traitement de la thyréotoxicose, la tâche principale est de maintenir le niveau optimal de T4 libre, donc de prescrire des doses minimales de médicaments suffisantes à cette fin. Au troisième trimestre, il se produit une diminution physiologique du niveau des hormones thyroïdiennes; par conséquent, les médicaments de cette période sont annulés. Une rechute de thyrotoxicose est souvent observée après l'accouchement, par conséquent, les thyrostatiques sont repris.

Le programme de gestion de la grossesse chez les femmes souffrant d’activité altérée de la glande thyroïde nécessite une observation attentive et cohérente de la patiente, des modifications du profil hormonal et des paramètres fonctionnels, mais n’utilise pas de méthodes de diagnostic faisant appel à des méthodes ou des médicaments potentiellement dangereux.

Sceaux sur le cou, essoufflement, mal de gorge, peau sèche, ternes, perte de cheveux, ongles cassants, poches, visage bouffi, yeux éteints, fatigue, somnolence, larmoiement, etc. - Tout cela est un manque d'iode dans le corps. Si les symptômes sont "sur le visage" - peut-être que votre thyroïde ne sera plus capable de fonctionner en mode normal. Vous n'êtes pas seul, selon les statistiques, jusqu'à un tiers de la population totale de la planète souffre de problèmes liés au travail de la thyroïde.

Comment oublier les maladies de la glande thyroïde? Le professeur Ivashkin, Vladimir Trofimovich, en parle ici.

Problèmes de thyroïde pendant la grossesse et leur solution

Pendant la grossesse, la glande thyroïde nécessite une attention particulière.

À la naissance de l'enfant, le système endocrinien de la femme enceinte est soumis à un double fardeau, car elle doit produire des hormones et couvrir non seulement les besoins physiologiques de la femme, mais également son fœtus en développement.

Ainsi, la glande thyroïde de la femme enceinte fonctionne plus intensément, son tonus est élevé, son volume peut augmenter temporairement, mais vous n'avez pas à vous en soucier. Quelques mois après la naissance de l'enfant, tout redevient normal.

Importance de la glande pendant la grossesse

La glande thyroïde est un organe de sécrétion interne qui produit les hormones vitales triiodothyronine et thyroxine.

Avec leur aide, le système endocrinien régule les processus métaboliques dans le corps, est responsable de la condition physique de la personne et de son développement mental.

L'iode est nécessaire au fonctionnement normal de la glande thyroïde, y compris pendant l'accouchement.

Grâce à l'iode, la thyroïde produit exactement la quantité d'hormones thyroïdiennes nécessaire au bon fonctionnement du corps.

Les maladies de la glande thyroïde chez la femme enceinte occupent une place de choix parmi les autres processus pathologiques liés au système endocrinien.

Ainsi, il apparaît clairement que, pendant la grossesse, il est nécessaire de surveiller attentivement l’état de la glande thyroïde. Il suffit pour cela de contrôler systématiquement le taux d’hormones thyroïdiennes dans le sang.

Thyroïde et planification de la grossesse

Des soins de l'état de la glande thyroïde sont nécessaires au stade de la planification de la grossesse, si cela n'a pas été fait auparavant.

La condition de cet organe peut directement influer sur le succès de la conception d'une nouvelle vie et sur le processus de portage d'un enfant.

La quantité et la qualité des hormones thyroïdiennes ont un impact direct sur le développement physique et mental du futur bébé.

Pour ces raisons, il est recommandé de procéder à une échographie de la glande et de déterminer son statut hormonal avant le début de la grossesse: elle est élevée ou abaissée, ou est dans un état normal.

La concentration d'hormone stimulant la thyroïde au cours de la planification de la conception doit être comprise dans la plage physiologique de 2,5 μU / ml.

Si cet indicateur est augmenté, une femme devrait consulter un endocrinologue.

Le spécialiste déterminera la cause de la pathologie, prescrira le traitement approprié et le régime thérapeutique enrichi en iode.

Après la normalisation des niveaux d'hormones thyroïdiennes, vous pouvez planifier votre grossesse en toute sécurité.

Maladies de la glande thyroïde et grossesse

Les maladies de la glande thyroïde ont un impact direct sur le déroulement de la grossesse.

À cette époque, les femmes présentaient souvent des symptômes de problèmes endocriniens, qui n’avaient pas été signalés auparavant.

Cela est dû aux changements hormonaux dans le corps, visant le processus de porter un enfant.

Les pathologies thyroïdiennes suivantes sont caractéristiques des femmes enceintes:

  • goitre: apparaît en raison d'une carence en iode dans le corps et d'effets négatifs sur l'environnement (mauvaises conditions environnementales, rayonnements ultraviolets et radioactifs, travail dans une production dangereuse, etc.);
  • thyroïdite: processus inflammatoire dans les tissus d'un organe;
  • hypothyroïdie: état pathologique, accompagné d'une diminution des fonctions de la glande;
  • thyrotoxicose: augmentation de l'activité de la glande;
  • lésions organiques et tumeurs de la glande thyroïde de nature bénigne et maligne.

Chez une femme en bonne santé pendant la grossesse, les processus pathologiques de la glande thyroïde ne se développent pas initialement.

Parfois, une augmentation physiologique de l'organe peut survenir en raison d'une charge hormonale accrue, mais cette affection est un phénomène réversible et ne doit pas susciter de crainte chez la femme enceinte.

Thyroïde élargie et grossesse

La glande thyroïde chez la femme enceinte n'augmente pas toujours physiologiquement. L'organe peut se développer pathologiquement dans le contexte de troubles et de maladies endocriniens.

En règle générale, elles étaient présentes dans le corps d'une femme avant de concevoir un enfant.

Ainsi, une augmentation de la thyroïde peut se produire en raison des maladies suivantes:

  1. L'hypothyroïdie. Pathologie chronique due à l'inhibition de l'activité fonctionnelle de la glande.

Pendant la grossesse, le diagnostic est difficile car les symptômes de l'hypothyroïdie sont très similaires à ceux de la grossesse (tels que fatigue, nervosité, somnolence accrue, etc.).

Il est possible de diagnostiquer la maladie uniquement en laboratoire, en déterminant le statut hormonal de l'organe endocrinien.

Le risque d'hypothyroïdie pendant la grossesse réside dans le risque d'interruption spontanée de celui-ci et de la naissance d'un enfant présentant d'éventuelles anomalies du développement, notamment du système endocrinien.

  1. Thyrotoxicose. La maladie qui se développe sur le fond de l'activité accrue de la glande. Chez les femmes enceintes est très rare.

Généralement, cela pose des problèmes de conception, il est donc difficile de tomber enceinte avec un tel diagnostic.

Si la grossesse a néanmoins eu lieu et que le niveau d'hormones reste élevé, le risque de fausse couche et le risque d'anomalies congénitales chez l'enfant restent élevés.

Une hypertrophie de la thyroïde chez les femmes enceintes peut changer en raison de l'influence des hormones et du développement d'une certaine pathologie.

Il est conseillé de se renseigner sur les pathologies existantes du système endocrinien au stade de la planification de la maternité, à temps pour identifier et traiter la maladie.

Absence de glande thyroïde et grossesse

Ces deux états sont incompatibles à première vue et pourraient bien se produire dans la vie réelle.

Si par le passé une femme avait une glande thyroïde en raison d'un oncologie ou d'une autre maladie grave, la planification de la grossesse peut être effectuée un an après la rééducation et l'absence de récurrence de la pathologie.

Dans ces conditions, et sous le contrôle de la quantité d'hormones thyroïdiennes dans le sang (une hormonothérapie substitutive à vie est prescrite), une femme peut tomber enceinte. Pour mener une telle grossesse, non seulement un obstétricien-gynécologue, mais également un endocrinologue.

Nodules thyroïdiens et grossesse

Les glandes thyroïdiennes surviennent rarement pendant la grossesse principalement, elles sont généralement présentes chez la femme avant son apparition, surtout si le niveau d'hormones était élevé.

Dans le premier cas, les ganglions n’affectent pas la grossesse et le développement du bébé, ils entraînent une légère augmentation de l’organe et ne nuisent pas au bien-être de la femme. Dans le second cas, un traitement urgent de cette pathologie est nécessaire, surtout si le niveau d’hormones est augmenté de manière significative.

Les nœuds ne sont pas des indications d'avortement. Une femme doit en outre consulter un endocrinologue pour des tests appropriés, la sélection d’un traitement médical et la surveillance de l’évolution des ganglions.

Adénome thyroïdien et grossesse

L'adénome thyroïdien est une croissance bénigne caractérisée par une synthèse accrue d'hormones thyroïdiennes.

Cette condition est compatible avec la grossesse, elle n’affecte pratiquement pas son déroulement.

Le diagnostic d'adénome chez la femme enceinte est difficile en raison de la similitude des symptômes de la pathologie avec les symptômes de la grossesse elle-même.

L'adénome thyroïdien n'est pas une maladie mortelle, mais il peut parfois se transformer en une tumeur maligne.

Par conséquent, un endocrinologue devrait également observer une femme pendant toute la période de gestation.

Thyroïdite auto-immune et grossesse

Ces deux conditions sont interconnectées, la thyroïdite auto-immune se développant sous l'influence de changements hormonaux dans le corps.

La maladie débute en raison de l'incapacité du système immunitaire à cause de facteurs négatifs permettant d'identifier les propres cellules de l'organisme.

En conséquence, le tissu thyroïdien d'un organe subit une agression du côté de l'immunité, ce qui peut avoir un effet néfaste sur le déroulement de la grossesse et le développement de l'enfant.

Il n'est pas recommandé de planifier la conception avec une thyroïdite auto-immune. Vous devez d'abord suivre un traitement approprié avec la nomination de médicaments hormonaux synthétiques et d'iode.

Enlèvement de la glande thyroïde et grossesse

Chez la femme enceinte, la thyroïde n'est pas retirée, car une telle opération peut nuire gravement au cours de la grossesse.

Si une femme s’avère atteinte d’une maladie dans laquelle il est urgent de prélever un organe endocrinien, selon les indications médicales, un avortement artificiel ou un accouchement prématuré est réalisé.

Des modifications hormonales marquées perturbent dans tous les cas le cours normal de la grossesse et mettent en danger la vie de l'enfant. Les médecins prennent donc des mesures radicales.

Traitement de la thyroïde pendant la grossesse

Le traitement de la glande thyroïde chez la femme enceinte n’est pratiqué que par des méthodes de traitement conservateur.

Le traitement médicamenteux doit viser à soulager la condition de la femme et à éliminer les symptômes pathologiques de la maladie.

Dans la plupart des cas, le traitement conservateur est réduit à l’administration de médicaments contenant de l’iode et d’agents synthétiques hormonaux nécessaires au développement normal du fœtus.

Le processus de traitement thérapeutique pendant la grossesse dépend directement de la nature de la maladie et de son influence sur le processus de gestation.

Par exemple, lorsqu'une tumeur bénigne est détectée dans les tissus de la glande thyroïde, l'iodothérapie est toujours prise comme base du traitement.

Si une femme a une tumeur maligne, le fait de tomber enceinte et de subir des modifications hormonales dans son corps ne peuvent pas provoquer le développement de cet état pathologique: très probablement, le processus oncologique existait avant même de concevoir un enfant.

Le traitement de toutes les pathologies du système endocrinien chez la femme enceinte, quelle que soit sa gravité, est effectué par un endocrinologue en étroite collaboration avec un obstétricien-gynécologue.

Si, avant la grossesse, une femme souffrait de dysfonctionnements de la thyroïde et même de maladies de cet organe, par exemple, si sa glande augmentait ou si son taux d'hormones thyroïdiennes augmentait, vous devez consulter votre médecin au stade de la conception afin que les troubles endocriniens ne puissent affecter le déroulement de la grossesse et le développement fœtal à l'avenir.

Glande thyroïde, caractéristiques du corps pendant la grossesse

La grossesse est l’une des étapes les plus difficiles de la vie d’une femme. Bien que la maternité soit la plus grande joie, cette période ne se passe pas toujours comme nous le souhaiterions. Pendant l'accouchement, le corps est complètement reconstruit: le flux sanguin change, le centre d'innervation se déplace, les hormones changent. La restructuration la plus grave au cours de la grossesse a lieu dans la glande thyroïde: la structure interne de l’organe endocrinien change, ainsi que le rapport entre les hormones qu’elle sécrète dans le sang.

Cependant, la pathologie de la glande thyroïde pendant la grossesse n’est pas aussi dangereuse que beaucoup pourraient le penser. La médecine moderne permet de donner naissance à un bébé en bonne santé, même en cas de maladie de cet organe.

Glande thyroïde

La glande thyroïde est l'un des organes du système endocrinien humain. Le fer se trouve normalement sur la surface frontale du cou et, dans sa forme, nombre d'entre eux peuvent ressembler à des papillons, car ils possèdent deux pôles, la «voilure», et un isthme entre eux. La glande se compose d'un parenchyme et d'un stroma.

Les cellules principales sont appelées thyriocytes. Ils remplissent la fonction principale de la glande - la production des hormones thyroxine (T4) et triiodothyronine (T3). Celles-ci sont l’une des hormones les plus importantes du corps, car elles sont capables de réguler tous les types de métabolisme, de les accélérer ou de les ralentir, ainsi que presque tous les processus de croissance et de maturation des cellules, des tissus et des organes qui se produisent dans le corps.

Les hormones thyroïdiennes contiennent de l'iode. Cela indique une autre fonction importante - l'accumulation et le stockage de l'iode dans le corps. Il est inclus dans une énorme quantité d'enzymes et de produits chimiques synthétisés dans le corps humain.

En plus des thyriocytes, la glande contient des cellules C appartenant au système endocrinien diffus et produisant de la calcitonine, laquelle régule les échanges de calcium dans le corps.

Les hormones thyroïdiennes pendant la grossesse revêtent une grande importance pour le développement normal du fœtus. T3 et T4 sont impliqués dans tous les processus de croissance et de maturation des cellules et des tissus. Le corps du fœtus ne fait pas exception.

Le développement normal du système nerveux, cardiovasculaire, génital, urinaire et de tous les autres systèmes de l'enfant n'est possible qu'avec une concentration suffisante de ces hormones dans le sang de la future mère.

Au cours des trois premières années suivant la naissance d'un bébé, les hormones dérivées du corps de la mère deviennent importantes pour le développement normal du cerveau, la formation et le maintien de l'intelligence, car la propre glande thyroïde du nouveau-né ne fonctionne pas encore.

Fonction thyroïdienne pendant la grossesse

La glande thyroïde subit des modifications pendant la grossesse. Il y a une augmentation physiologique et la croissance du parenchyme. Ainsi, une plus grande quantité d'hormones est produite entre 30 et 50%.

Il est très intéressant de noter que l’agrandissement de la glande thyroïde pendant la grossesse a été observé dans l’Égypte ancienne. Un test assez inhabituel y a été utilisé. Les femmes égyptiennes portaient un fin fil de soie autour du cou. Si le fil était déchiré, la confirmation de la grossesse était considérée.

Le processus de ponte et de différenciation de la glande thyroïde chez le fœtus commence dès la 12e semaine de grossesse. La formation finale a lieu à la 17e semaine.

À partir de ce moment, la glande thyroïde fœtale est capable de synthétiser de manière indépendante les hormones. Cependant, la source d'iode sont les hormones de la thyroïde maternelle. En outre, la masse de la glande thyroïde chez le fœtus ne représente qu'environ 1,5 à 2 grammes, c'est-à-dire qu'elle est incapable de fournir complètement le corps du bébé.

À partir des données ci-dessus, nous pouvons tirer plusieurs conclusions:

  1. Un fonctionnement adéquat et la production d’une quantité suffisante d’hormones thyroïdiennes sont essentiels à la fois pour l’organisme maternel et pour le fœtus. Le développement de tous les organes et systèmes sans exception n’est possible qu’avec la participation des organismes maternels T3 et T4. Cette situation persiste jusqu'à la fin du premier trimestre. Après cela, le fœtus a déjà différencié sa propre glande thyroïde, qui «prélève» cependant de l’iode dans le corps de la mère, puisque le corps n’a pas d’autres sources de ce micro-élément. Dans des conditions normales, les besoins quotidiens en iode sont de 150 µg, mais pendant la grossesse, ces besoins augmentent à 200-250 mcg. À la réception d'une quantité moindre d'iode, une maladie appelée hypothyroïdie se développe.
  2. Une production excessive d'hormones peut causer de nombreux problèmes chez la mère et le fœtus. Le plus souvent, une telle intoxication est observée au cours du premier trimestre de la grossesse car l'effet de la glande thyroïde sur la grossesse au cours de ce trimestre est maximal. Ainsi, la maladie se développe - hyperthyroïdie. Dans la plupart des cas, une telle réaction au cours de la grossesse est toujours considérée comme une variante de la norme, ne nécessite pas de traitement et peut se poursuivre toute seule après un certain temps. Par conséquent, ce type d'hyperfonctionnement thyroïdien est appelé thyrotoxicose transitoire ou temporaire de la grossesse. Cependant, la thyréotoxicose et l’hyperfonctionnement ne sont pas toujours bons. Dans certains cas, une maladie appelée maladie de Graves ou maladie de Basedow se développe, qui nécessite une intervention et un traitement thérapeutiques immédiats.

Le déplacement de la glande thyroïde dans une direction ou une autre entraîne de nombreuses complications et des dysfonctionnements. Mais il existe des méthodes modernes de compensation et de stabilisation dans chaque État.

L'hypothyroïdie

L'hypothyroïdie est une maladie caractérisée par un manque d'iode dans le corps et, par conséquent, par un manque d'hormones. Mais dans certains cas, la consommation d'iode dans le corps peut ne pas être réduite.

Les plaintes pour l'hypothyroïdie peuvent être les suivantes:

  • faiblesse, fatigue, gain de poids supérieur aux indicateurs standard, sensation de froideur;
  • anorexie, léthargie, apathie, somnolence constante, diminution de la concentration et de l'attention;
  • peau sèche, desquamation, chute des cheveux, ongles cassants;
  • l'apparition d'œdèmes, en particulier au niveau du visage et de la cheville;
  • l'apparition d'essoufflement, une diminution de la pression artérielle;
  • enrouement se produit souvent.

Il faut comprendre qu'un manque d'iode dans le corps et une diminution de la fonction thyroïdienne peuvent survenir même avant la grossesse. Par conséquent, il est extrêmement important de mener une étude sur les hormones thyroïdiennes lors de la planification, et il est également nécessaire de consulter un endocrinologue. En savoir plus sur la planification de la grossesse →

Sur la base des résultats de l’étude, le médecin a prescrit un traitement de substitution par des médicaments à base d’hormones thyroïdiennes, c’est-à-dire que les récepteurs T3 et T4 présents dans le corps seront reçus de l’extérieur.

Ainsi, le niveau d'hormone est corrigé et il est ensuite possible de planifier la conception en toute sécurité. Dans la plupart des cas, dans l'hypothyroïdie de la glande thyroïde, le traitement hormonal substitutif se poursuit pendant la grossesse.

Lorsque l'hypothyroïdie augmente considérablement le risque de fausses couches, la naissance prématurée, la mort du bébé in utero, en particulier dans les premiers stades.

Avec une diminution significative de la concentration d'hormones thyroïdiennes pendant la grossesse, un bébé présentant des anomalies du développement: retard mental, surdité, strabisme, etc. peut naître.

Afin d'éviter tous ces problèmes, il est nécessaire de consulter un endocrinologue lors de la planification d'une grossesse ou déjà au tout début.

Ne négligez pas les complexes vitaminiques prescrits par le médecin traitant.

Le sel ou le lait iodé est également indiqué pour la prophylaxie, mais n'oubliez pas que manger des aliments trop salés a de lourdes conséquences pour une femme enceinte. De nombreux médecins recommandent de diversifier les fruits de mer dans le régime alimentaire.

Dans les poissons de mer, les calmars, les crevettes et les moules contiennent une énorme quantité d’iode, comme dans les produits laitiers et la viande. En aucun cas, ne peut être emporté par le végétarisme pendant la grossesse. Les figues séchées sont un autre produit contenant une grande quantité d'iode.

En outre, il est important de noter tous les changements survenant dans le corps. Somnolence, apathie, cheveux cassants, ongles, peau sèche - ce sont des signes anormaux qui accompagnent la grossesse.

Porter un enfant n'est en aucun cas une maladie, c'est pourquoi il est recommandé de contacter un spécialiste afin d'attirer l'attention sur ces symptômes et de mener une étude détaillée pour en déterminer les raisons.

Hyperfonctionnement de la glande thyroïde

En plus d’une diminution de la fonction thyroïdienne, son augmentation est possible. Comme mentionné, l'hyperfonctionnement est de nature physiologique pour répondre aux besoins du fœtus. Mais, dans certains cas, cela peut être une pathologie.

Goitre nodulaire

Le goitre nodulaire est un groupe entier de maladies de la thyroïde qui surviennent lors du développement de gros nodules. L'étiologie de la maladie est la plus diverse. En cas de formation d'un goitre de grande taille, un défaut esthétique est également possible. La grossesse et la glande thyroïde ne s’excluent pas.

Les nœuds ne sont pas dangereux avec une correction correcte de la concentration d'hormones dans le sang. La grossesse, s'il existe des nœuds dans la thyroïde, doit être effectuée sous le contrôle strict de l'endocrinologue. Si les nœuds sont plus grands que 4 cm, alors la chirurgie est nécessaire, mais pas pendant la grossesse. Les opérations en cours de gestation ne sont effectuées qu'en cas de compression trachéale.

Symptômes de l'hyperthyroïdie

L’augmentation des taux sanguins d’hormones thyroïdiennes peut entraîner:

  • fatigue, perte de poids, fièvre, jusqu'à la fièvre;
  • excitabilité nerveuse accrue, irritabilité, peur sans cause, insomnie;
  • renforcement du système cardiovasculaire, augmentation du rythme cardiaque, de la pression artérielle;
  • faiblesse musculaire, tremblement des mains;
  • troubles possibles du système digestif: perte d'appétit, selles molles, douleur;
  • l'expansion de la fissure palpébrale et l'apparition de brillance dans les yeux.

La difficulté de diagnostiquer l'hyperthyroïdie réside dans le fait qu'il est assez difficile de distinguer la norme physiologique de renforcement du travail d'un organe de l'activité pathologique. Par conséquent, ces symptômes: sous-fébrile, fièvre, perte de poids et vomissements au début de la grossesse doivent être considérés comme des manifestations possibles de l'hyperthyroïdie et soigneusement examinés.

Une augmentation de la fréquence cardiaque supérieure à 100 battements par minute, une différence importante entre les valeurs numériques de la pression systolique et de la pression diastolique indiquent dans la plupart des cas la présence d'hyperthyroïdie. Le diagnostic revêt une importance cruciale pour la détermination du taux d'hormones dans le sang et des ultrasons de la glande thyroïde pendant la grossesse.

L'hyperthyroïdie peut entraîner un certain nombre de complications:

La détection de la maladie doit être effectuée aux stades précoces, les chances d’avoir un bébé en bonne santé et fort sont alors considérablement augmentées.

Le traitement de l'hyperthyroïdie vise à supprimer la fonction de la glande. C'est là que réside la difficulté, car en aucun cas vous ne pouvez toucher la glande thyroïde. Par conséquent, le traitement utilise uniquement les concentrations minimales des fonds qui ne possèdent pas de perméabilité à travers la barrière placentaire.

Très rarement, il est nécessaire de retirer une partie de la glande thyroïde. Cette opération ne peut être réalisée qu'au deuxième trimestre de la grossesse, si le risque de complications dépasse le risque d'intervention chirurgicale.

Processus auto-immuns dans la glande

Les maladies auto-immunes sont des maladies résultant de la production d'anticorps dirigés contre leurs propres cellules. En d'autres termes, le système immunitaire détruit les cellules de son propre organisme. Ces maladies sont souvent héréditaires ou dues à des mutations.

Cette pathologie est la plus difficile du point de vue de la gestion de la grossesse, car le traitement des processus auto-immuns repose sur l’utilisation de fortes doses de stéroïdes et de médicaments cytotoxiques, qui sont contre-indiqués lorsqu’un fœtus est porté.

Maladie compliquée et absence de surproduction d’hormones thyroïdiennes, donc nécessaire au développement normal du fœtus. Le traitement peut être conservateur ou chirurgical.

Conservative consiste à prévenir le développement de l'hypothyroïdie en injectant des hormones par voie orale. Chirurgie - résection de la thyroïde est nommé uniquement lorsque la menace pour la vie de la mère.

Thyrotoxicose

La thyrotoxicose est une maladie accompagnée d'une augmentation de la production d'hormones thyroïdiennes. La principale différence avec l'hyperthyroïdie est qu'il n'y a pas d'augmentation de la glande elle-même. La thyrotoxicose pendant la grossesse est très rare. Les symptômes et le traitement sont les mêmes que dans l'hyperthyroïdie.

Tumeurs thyroïdiennes

Le cancer de la thyroïde n’est en aucun cas une indication de mettre fin à une grossesse. Avec la bonne approche, il est possible de supporter et de donner naissance à un bébé en bonne santé dans presque tous les rayons.

Le traitement est rapide. L'élimination du cancer de la thyroïde et de la grossesse n'est pas non plus contre-indiquée. Cependant, le plus souvent, l'opération est reportée pour la période post-partum. Si cela ne peut pas être fait, il est effectué au deuxième trimestre, jusqu'à 24 semaines, le risque d'effets négatifs sur le fœtus étant minime.

Diagnostic des maladies

Les maladies de la glande thyroïde pendant la grossesse sont compliquées par le fait que de nombreux types de diagnostics peuvent nuire au fœtus, de sorte que la recherche doit être effectuée avec beaucoup de soin. L'échographie est la méthode de diagnostic la plus courante, donnant 100% de résultats et absolument sans danger pour le fœtus. Cette étude est souhaitable de mener au moindre soupçon d'une violation du corps.

Échographie et test sanguin pour détecter les hormones - voici deux études indispensables qui aideront à poser un diagnostic précis dans presque tous les cas.

Grossesse après l'ablation chirurgicale de la glande

Une grossesse après une intervention chirurgicale pour enlever la glande thyroïde est possible, mais pas avant deux ans. Cette période est nécessaire pour la réhabilitation complète et la restauration de l'équilibre hormonal du corps féminin.

Après le retrait de la glande thyroïde, une femme sera obligée de suivre un traitement hormonal substitutif toute sa vie, même pendant sa grossesse. Par conséquent, lors de la planification, il est nécessaire de consulter un endocrinologue-gynécologue, qui dirigera la grossesse jusqu'à l'accouchement.

La grossesse et les maladies de la thyroïde sont étroitement liées. Un médecin traitant compétent est la seule chose nécessaire dans la détection de pathologies de la thyroïde pendant la grossesse.

La pathologie de l'organe endocrinien peut affecter gravement la santé de la mère et du bébé. Peut-être même plus d'une fois pendant toute la grossesse, la question de la nécessité d'une interruption se posera.

Mais ce n'est que grâce à l'humeur psychologique de la mère et à un traitement approprié que vous obtiendrez des résultats incroyables.

Auteur: Zuleta Hapsirokov,
spécifiquement pour Mama66.ru

Douleur thyroïdienne pendant la grossesse

J'ai une thyroïdite auto-immune, 6ème semaine de grossesse. La glande thyroïde est très agrandie, il n'y a pas de nœuds. Les hormones sont passées - normal. TTG - 2.180, T4 (gratuit) - 1,20. Je me sens bien, je me lève facilement le matin, je ne me sens pas malade, je n’ai pas mal au ventre, je ne fais pas de plats exotiques. L'endocrinologue, qui m'a prescrit du jodomarine, a déclaré que mon état de santé s'aggraverait avec mon utilisation, mais que le fœtus aurait plus d'avantages. Et aussi prescrit

Bonjour à tous, je m'appelle Daria, j'ai 30 ans et je viens de Saint-Pétersbourg. J'ai la première grossesse, le terme mis 5 semaines, mais il me semble plus. Mais, ce n’est pas si important jusqu’à présent))). J'espère que tout ira bien et sans aucun problème. MAIS Je pense que mon état de santé s’aggrave de jour en jour: fatigue constante, même si je reste à la maison et que je ne me lasse pas du travail, etc., je travaille à la maison pour mon bien-être, je dors entre 8 et 9 heures (mais ce n’est pas à la fois, je ne peux pas dormir avant 4 heures)..

Aujourd'hui, lors de la prochaine visite chez mon médecin, j'ai écouté une tirade de 20 minutes dans laquelle j'allais accoucher pour moins de 110 kg.

Plus précisément, goitre toxique diffus au 3ème degré, voici mon diagnostic que l’endocrinologue a énoncé en me regardant. Je vais partir de loin. Étant sur le dernier mois de grossesse, j'ai été testé, y compris aux hormones, et je suis allé chez l’endocrinologue avec des tests. Elle a filé les résultats pendant longtemps, affirmant qu'elle ne pourrait pas avoir de tels indicateurs au cours du dernier trimestre. J'ai ordonné de passer à nouveau et ensuite nous verrons. A propos, ma pression était trop forte, mais le guinéen soupçonnait une prééclampsie (c'est ainsi que cela s'appelle), mais il n'y avait pas de gonflement. Ensuite, j'ai eu une naissance difficile, césarienne, bébé.

Commencez votre agenda à partir de cette date. Je te le dirai depuis le début. J'ai un problème avec la glande thyroïde. Goitre 3 degrés. En analyse, tout va bien. Elle est venue à l'endocrinologue a décidé d'aller pour une opération. Je rentre à la maison en disant à mon futur mari, même à ce moment-là, etc. Et puis il m'a d'abord proposé un enfant? Dans cette opération, la glande thyroïde et le reste de la vie sont dépourvus d'hormones. Nous avons décidé d'abandonner l'opération. La première tentative de conception et le tour est joué, au début de novembre, je vais trouver quoi.

Au début, cette entrée était très détaillée et détaillée. Voici une description de tout ce qui s'est passé en 2015 et au cours de la moitié de 2016, de notre mauvaise planification, de notre tristesse et de notre déception. Mais mon chat a traversé le clavier et a effacé tout l'excès que j'ai versé ici en une heure. Peut-être qu'elle a très bien fait! J'essaierai encore une fois, mais sans m'embêter. En avril 2015, en tant que futur parent responsable, j'ai vérifié la glande thyroïde, les MST, la cytologie et autre chose. avis du médecin: vous êtes en bonne santé, buvez des vitamines, revenez.

Les filles, bonjour! Il a longtemps écrit un post-triche sur les médicaments pris pendant la grossesse. En même temps, discutez avec vous du montant que vous pouvez ou ne pouvez pas accepter, car les rendez-vous sont des rendez-vous, mais l'expérience réelle est un tout autre problème. Par exemple, j'ai des enfants avec des allergies, ils m'ont permis de boire des herbes pendant la grossesse et m'ont même encouragé, ou peut-être qu'ils me donnaient un tel backstage? Juste au cas où, mon message n’est pas un guide d’action - tout médicament ne peut être pris qu’en consultation avec le médecin. Tous les médicaments que j'ai pris.

Comme je suis fatiguée de ces problèmes liés à la grossesse! L'enfant a 4 mois et je me sens plus mal que le lendemain de la naissance. Je vais commencer par le fait que le corps souffre toujours de brûlures d'estomac qui ne passent pas nifigushechki. Je me suis assis sur un régime, a pris des médicaments - tout est inutile. Vertiges, acouphènes, baisse de la vue et yeux blessés. A réussi l’analyse des hormones thyroïdiennes - et elle travaille toujours comme pendant la grossesse en mode intensif. Diagnostic-teriotoksikoz. Cours mensuel non (bien sûr avec cet échec).

Les filles, encore un clearblue électronique peuvent donner de faux résultats? Aujourd’hui, nous sommes au 27e jour du cycle, je ne sais pas quel OPH, car je n’ai pas suivi O. ce mois-ci, mais il n’est pas non plus permanent (la structure multifolliculaire de l’ovaire et la prlikistose s’opposent à l’endocrinologie, je n’ai pas de thyroïde et je suis en thérapie). J'ai fait ce test aujourd'hui, écrit que je ne suis pas enceinte. Mais ici des sensations comme B, des nausées, la poitrine se sont déversées et je ne dirai pas ce qui fait mal si seulement sur les côtés, des vertiges, mais. Je comprends que ça peut.

J'ai à peine vécu à ce jour. Eh bien, il n'y a aucun signe, la poitrine est normale, il n'y a pas de toxémie, rien ne fait mal nulle part (dans tout mon B, j'ai tout le temps senti l'utérus). Eh bien, comment suis-je enceinte? Déjà pensé à ce que je ne veux pas nettoyer, je vais demander à G médicament. C'est avec de telles pensées que je suis allé à l'échographie. J'ai aimé le docteur, très agréable. Elle a demandé pourquoi j'étais ici et le premier mot qu'elle a dit: Alive. Elle a dit que la grossesse normale la plus ordinaire. KTR 19mm, ce qui correspond à une période de 8 jours à 4 jours (ainsi que le.

Bonjour tout le monde) Je bois, comme toutes les femmes enceintes, 200 mcg d'iodomarine par jour. Après 2 semaines d'administration, des douleurs pressantes désagréables au niveau de la thyroïde et parfois un goût amer dans la bouche ont commencé le matin. Il n'y a pas encore de moyen de contacter un endocrinologue, mais avant de prendre l'iodomarine (il y a environ un mois), j'ai pris l'analyse de la TSH. et au printemps, quand on prévoyait scier 100 µg d’iodomarine, tout allait bien. que dois-je faire? réduire le dosage? ou annuler du tout? peut-être que quelqu'un avait le même. Merci)

Les filles aident des conseils, n'importe qui peut-il venir!? Lorsque l'AP souffre constamment (excuses pour les détails) comme si on se frottait les murs, que faire et que ne pas savoir. 3-4 mois ont été traités pour l'inflammation, les tests récents sont bons - tout est normal, mais la douleur est restée. Il y avait des problèmes d'hormones - mais G ne prescrit rien pour baisser la testostérone et augmenter la progestérone, je bois de la thyroxine pour la thyroïde - il affectera la testostérone et le duphaston et c'est tout. L'endométriose a également été placée sur l'échographie, mais ils ne l'ont dit que lorsqu'ils ont mis un gister. A cause de ce qui peut être.

Dimanche nous volons à Moscou.

Les filles, dites-moi s'il vous plaît la première grossesse, alors je saurai tout dans le processus. G nommé boire Elevit, jusqu'au mois. Trois comprimés ont bu, le mauvais état de sa part, tord les intestins, mal au ventre, etc. J'ai arrêté de boire, je vais aller la voir dans 2 semaines. Dites-moi, à quoi servent les multivitamines, elles sont toutes prescrites indifféremment? Che, je ne veux pas les boire :( La nutrition que je peux, j’essaie de le diversifier et de le rendre utile, fruits et légumes selon la saison, fromage cottage, etc.

Bonjour tout le monde! C'est ma quatrième grossesse et j'espère qu'il y aura une deuxième naissance. Après une visite chez le médecin, j'ai décidé de vérifier ici :) Avant cela, je viens de lire les messages :) Est-ce 9 semaines, le 10 ou 11e jour at-il commencé? Quelque chose ici je suis confus et ne peut tout simplement pas compter.

Cela fait mal au côté droit depuis 22 semaines et cela fait mal, évidemment après avoir mangé, le régime ne m'aide pas, la pathologie reste à 28 semaines, examinée, une cholécystite a été instaurée et l'échographie abdominale était normale, les femmes enceintes ont été diabétiques, il y avait aussi un régime et un glucomètre pour aider tous les repas; ((Bien que je mesure le sucre - toutes les règles! Anémie - buvez du fer, buvez de Ydomorin, les hormones thyroïdiennes sont faibles; ((((Ne pas manger toute la douleur, même le caillé 9%), que faire? Allez à la chirurgie sur enquête ou recherche.

Dès le début de ma grossesse, j'ai des douleurs dans le bas de l'abdomen, toujours différentes, d'une douleur aiguë à l'autre. À la semaine 6, un hématome rétrochoral et un hypertonus ont été découverts. Le gynécologue a dit qu'il y avait aussi un pli dans l'utérus. Passé des tests pour les infections, les hormones, vérifié la glande thyroïde. Tout va bien. Nicode nebylo avortement, fausses couches et césarienne. Le traitement que je reçois est le suivant: duphaston, des bougies à la papaverine, mais avec douleur. Il semble être calme, pas nerveux, sexuel (le mari se pendra bientôt)) et la paix physique. Mais la douleur ne s'en va pas, parfois telle que je me penche. Et l'utérus.

Bonjour Natalia Nikolaevna. ma fille a 18 ans elle a une grossesse de 27 semaines a eu des maux de tête constants au premier trimestre, elle a transmis des hormones vérifié la glande thyroïde tout était en ordre a fait un ecg et une surveillance cardiaque. Extrusion ventriculaire 2 degrés, fibrillation auriculaire paroxystique, et litige en cause, PMH, MIC, CHF, a déclaré le cardiologue qu’il était mauvais d’accoucher dans le centre prénatal de quelle manière cela pouvait-il affecter la santé de la mère et de l’enfant? Nous sommes très inquiets: la surveillance a eu lieu pendant le premier trimestre et une insomnie au cours du mois a dormi 4 heures par jour.

Bon sang, quel genre de médecins avons-nous? Bon pour le poids d'or)))) Ensuite, sous le chat

Cela fait mal au côté droit depuis 22 semaines et cela fait mal, évidemment après avoir mangé, le régime ne m'aide pas, la pathologie reste à 28 semaines, examinée, une cholécystite a été instaurée et l'échographie abdominale était normale, les femmes enceintes ont été diabétiques, il y avait aussi un régime et un glucomètre pour aider tous les repas; ((Bien que je mesure le sucre - toutes les règles! Anémie - buvez du fer, buvez de Ydomorin, les hormones thyroïdiennes sont faibles; ((((Ne pas manger toute la douleur, même le caillé 9%), que faire? Allez à la chirurgie sur enquête ou recherche.

Après le voyage d'été, j'ai mis à jour les tests obsolètes (frottis gynécologique, biochimie, numération globulaire, analyse d'urine), j'ai attendu le début du cycle le 06/09/2016 et suis venu chez le médecin, prêt à être stimulé. Seulement ici, lors de la collecte des tests, j'ai passé les hormones thyroïdiennes pour le contrôle et il s'est avéré que le niveau de TSH est passé à 4,63. Ma guinée m'a envoyé chez un endocrinologue pour traiter la glande thyroïde. Ne pas traiter avec une telle TSH pour tomber enceinte, dit réduire à 2,5. Elle est venue chez l'endocrinologue (17/06/2016), il a dit que tout allait bien avec ma glande thyroïde (diagnostic: subclinique.

Toute la vie a élevé des hormones mâles. Et déjà alors les problèmes initiaux avec la glande thyroïde. Avant la grossesse, le médecin nommé métipred onglet 1/4. Sur elle, je suis tombée enceinte et j'ai enduré. J'espérais qu'après l'accouchement, tout irait bien, naïf) Pendant les deux premiers mois, tout va bien. Le premier a passé la thyroïde. Gagné 10 kg par mois. Je suis revenue à mes esprits, j'ai couru pour passer des tests et y assister à la huitième réunion. Bon, d'accord, j'ai compris avec elle. Je suis assis sur eutiroks. Mais avec des problèmes d'androgènes. J'ai essayé le régulon, c'était mauvais et le dysfonctionnement a commencé. Déplacé à Diana 35. Sur elle.

Cela fait mal au côté droit depuis 22 semaines et cela fait mal, évidemment après avoir mangé, le régime ne m'aide pas, la pathologie reste à 28 semaines, examinée, une cholécystite a été instaurée et l'échographie abdominale était normale, les femmes enceintes ont été diabétiques, il y avait aussi un régime et un glucomètre pour aider tous les repas; ((Bien que je mesure le sucre - toutes les règles !! Anémie - buvez du fer, buvez de Ydomorin, les hormones thyroïdiennes sont faibles; ((((Ne pas manger toute la douleur, même pour le fromage cottage à 9%), que faire? Se rendre à la chirurgie pour une enquête ou pour chercher privé.

Est-ce que l'une de vous commence à avoir des problèmes cardiaques pendant la grossesse? Jusqu'à ce que tout aille bien, jamais de problèmes, mais ici. Il ya quelque mois, j’ai ressenti une douleur à la poitrine (je ne vais pas décrire le personnage, je ne sais pas comment la caractériser), je l’écrivais pour névralgie intercostale, j’ai récemment commencé à me faire masser, certains problèmes ont disparu, mais la douleur à la poitrine est restée et des palpitations cardiaques sont apparues jour avant hier et hier. il y a eu des crises convulsives la veille avant hier soir, elle a pris un spasme de gouttes d’aubépine-valériane, de nouveau c’était mauvais le matin, encore des gouttes, puis elle est partie au travail, tout va bien, le soir elle a eu une attaque encore et encore ((douleur.

Bonjour à toutes et à tous, même si j'ai une deuxième grossesse, j'ai beaucoup de questions. 1. Comment prenez-vous du folic à cela - avant les repas, à l'heure, après? 2. La question est pour ceux qui ont des problèmes avec la thyroïde - j'ai supprimé la moitié de la thyroïde il y a deux ans, les hormones sont normales, maintenant, l'endocrinologue a prescrit l'eutirox à prendre. Y a-t-il des difficultés pendant la grossesse, quand il y en a un? Sur Internet, je lis ce que j'ai, mais je suis intéressé par l'opinion des femmes enceintes elles-mêmes)))) 3. J'ai le début de la grossesse, le premier.

Bonjour les filles.. Je veux partager mon chagrin d'amour, je sais que ce sera plus facile. Depuis 2014, nous planifions un bébé, mon mari a 6 ans de plus que moi et en a déjà 32, et j’ai 26 ans. Et comme par hasard, rien ne se passe. Ne pas avoir d’enfants était mon pire cauchemar, et le voilà réellement. problèmes en soi, fait une série d’ultrasons, guéri-uréplasmose à 3 reprises, vu un utérus de bore, des vitamines, une régulation de 3 mois.. et tout est vide. Je n’ai toujours pas vérifié la glande thyroïde et les tubes (c’est juste effrayant de les vérifier.

Ainsi a commencé la 19ème semaine. L'état de santé a radicalement changé. S'il n'y a pas eu de toxicose au cours du dernier mois, c'est comme si elle revenait! Ça irrite tout, ça sent, ça commence à être nauséeux. Au cours des deux derniers jours, maux de tête. Une faiblesse affreuse, toujours envie de dormir, ne dormez pas suffisamment, même si vous vous couchez tôt. Dimanche dernier, j’ai passé presque une journée entière sur le canapé, mais je ne sens pas une poussée de force, c’est comme une heure, pas une journée. Je ne veux pas du tout travailler. Attention réduite. Les pensées ne vont pas tarder à la maison et tomber.

26 semaines. Les forces émotionnelles partent souvent. Je crains tout le temps que quelque chose ne va pas. J'en ai marre d'être enceinte. Pour longtemps. Constamment inquiet pour l'enfant et l'accouchement. Je ne suis pas du tout satisfait du médecin de l'écran LCD, elle ferait mieux de ne se plaindre de rien. Elle a une réponse: "à l'hôpital". Je prends conseil auprès d'un médecin chez une connaissance, mais je vais loin. S'inquiète en arrière, fait mal au-dessous de la taille. Je soupçonne que c'est un ton, même si l'estomac ne tire pas. Récemment, j'ai eu un nouveau bzik c'est.

Les filles, seulement ici je suis venu à mes sens. À 11 semaines. Il y a des problèmes avec le cou, plus précisément avec le souffle. juste ne sais pas. d’où viennent exactement l’étouffement et son lien, elle a tout vérifié avant la grossesse: glande thyroïde, IRM du cou et bronches. dans les bronches, il y a un léger rétrécissement. Mais la chose est. que pendant la grossesse, mon mari 3-4 fois fait un massage avec des crèmes dolobene, zhivokost, long. J'ai maintenant regardé sur internet. ils sont contre-indiqués pendant la grossesse et maintenant que dois-je faire. Quelles pourraient être les conséquences pour.

Bonjour tout le monde! Je voulais demander l'analyse de hCG, si j'ai des indicateurs normaux? J'ai vu ces données sur Internet: 14dpo - 29 [105] 170 15dpo - 39 [160] 270 16dpo - 68 [260] 400 17dpo - 120 [410] 580 18dpo - 220 [650] 840 19dpo - 370 [980] 1300 I Le résultat était 15 dpo - 307 mU / ml. Ensuite, j'ai lu que pour la dynamique, mieux vaut passer non pas en un jour, mais en deux jours. A remis le 18, et maintenant le résultat est venu -.

Aujourd'hui, nous avons 14 semaines + 5 jours, le matin, j'ai commencé à siroter un peu l'abdomen. et toute la journée gémit un peu. J'ai lu sur Internet que cela peut être comme les règles (l'utérus se développe) et sous la menace.

Bonjour tout le monde! Je m'appelle Olga et je viens de Tcheliabinsk. Avec le mari Vladimir, nous sommes mariés depuis 2 ans et ensemble, il s’agit de notre première grossesse. La nôtre, parce que j’ai le sentiment que nous portons tout cela ensemble, une telle aide et un tel soutien de sa part, une attention et un soin que chaque fille voudrait souhaiter! C’est ma première expérience de tenue d’un journal électronique. Je vous prie de nous excuser par avance, brièvement et simplement.) Aujourd’hui, nous avons 17 semaines et ce bonheur, ce miracle, c’est la grâce. Enregistré.

Les filles! Maintenant, je suis une femme enceinte officielle))) Je me suis inscrit aujourd'hui. Jeudi, il y aura 8 semaines d'obstétrique. Nous avons regardé la chaise et immédiatement le gynécologue a mis des gants. J'ai des vaisseaux fragiles. S'ils ont l'air, ou surtout si l'échographie est interne, alors j'ai des saignements immédiats (les vaisseaux sont fragiles et il y avait de l'érosion, mais une petite blessure en est restée). Je n'avais pas une telle décharge avant la visite. À la maison, à mon arrivée à l’écran LCD, j’ai trouvé des taches brunes sur le linge, puis, après chaque visite aux toilettes, il en restait encore quelques petites translucides.

Pour exclure ectopique, je suis allé à ma première échographie. selon mes calculs, j'ai eu 4 semaines et 5 jours.. sur uzi mon fœtus 3 semaines et trois jours. Ils ont donné des photos, si vous regardez bien, les contours de l'embryon sont déjà visibles. tellement excitant. Je suis arrivé chez le médecin avec une analyse de la progestérone, de sa dynamique et des hormones thyroïdiennes. Selon les analyses, Progik était normal, mais il avait quand même été nommé entre 200 et 14 semaines, ils avaient quand même trouvé un kyste dans l'ovaire, mais ils ont dit qu'elle devait partir en urinaire. Par.

Vous Pouvez, Comme Pro Hormones