Une tumeur thyroïdienne est une tumeur bénigne ou maligne formée de thyrocytes ou de cellules épithéliales.

Contrairement aux tumeurs malignes, les tumeurs bénignes de métastases ne donnent pas, mais leur présence affecte également la santé du patient. Le plus souvent trouvé chez les femmes âgées, l'âge moyen des patients - 50-60 ans.

Raisons

Les tumeurs bénignes et malignes de la thyroïde apparaissent sous l’influence des facteurs suivants:

  • long cours de thyroïdite;
  • sexe féminin;
  • âge avancé;
  • carence en iode dans le corps, une petite quantité dans le régime alimentaire;
  • maladies chroniques des glandes mammaires et des organes génitaux;
  • prédisposition génétique;
  • les effets des radiations et des rayons X sur l'ensemble du corps et sur la région cervicale;
  • la présence d'adénome, qui a la capacité de malignité;
  • pathologies génétiques (syndrome de Cowden, maladie de Gardner, polypose héréditaire);
  • changements dans les niveaux hormonaux pendant la grossesse, l'allaitement et la ménopause.

Les tumeurs thyroïdiennes se forment le plus souvent sous l’influence de plusieurs causes.

Les symptômes

Le tableau clinique de la maladie dépend de l'activité des tissus tumoraux. Cependant, il existe également des symptômes généraux:

  • une bosse d'un côté. Le patient se plaint que le cou est gonflé. Le changement de contour en présence d'une tumeur de plus de 4 cm peut être vu à l'œil nu;
  • gonflement des tissus mous;
  • douleur dans la région cervicale, qui donne aux oreilles et aux tempes;
  • changement de voix, enrouement;
  • difficulté à respirer et à avaler;
  • accès de toux. Ils ne sont pas associés aux infections respiratoires et ils tourmentent une personne constamment. Ce symptôme est particulièrement prononcé au stade 4 du cancer de l'organe, lorsque la tumeur se métastase aux poumons;
  • maux de gorge. Renforce lors de la déglutition, le patient ressent une grosseur dans l'œsophage.

Le développement d'un nœud bénin peut être accompagné d'hypothyroïdie, qui présente les symptômes suivants:

  • fatigue accrue;
  • apathie et somnolence;
  • calvitie, changement de timbre de voix;
  • problèmes de puissance chez les hommes;
  • diminution de la libido chez les femmes;
  • retard de développement physique et mental chez les enfants.

La tumeur de Hürtcell contribue à l'activité de la glande thyroïde. L'hyperthyroïdie qui se développe en même temps présente les symptômes suivants:

  • transpiration accrue;
  • perte de poids sur le fond de l'appétit accru;
  • syndrome convulsif;
  • troubles menstruels chez les femmes;
  • irritabilité, insomnie.

Dans la vieillesse, les maladies ont des symptômes plus prononcés, les nœuds se développent plus rapidement.

Types de tumeurs

Le cancer de la thyroïde (code CIM 10 - C73) comprend:

  • Le carcinome papillaire est le type de tumeur maligne le plus courant. Il ressemble à un nœud unique sans contours clairs, affecte un lobe de la glande thyroïde. Avec le début du traitement en temps voulu, le taux moyen de survie du carcinome papillaire à 5 ans est élevé.
  • Une forme médullaire de cancer est une tumeur maligne, dont la structure cellulaire contient des éléments de tissus glandulaires produisant l'hormone calcitonine. Vous pouvez suspecter une maladie lorsqu'elle détecte une quantité accrue de cette substance dans le sang. Le carcinome médullaire est sujet aux métastases précoces. Des lésions secondaires dans le foie, le système lymphatique et les poumons se trouvent souvent au stade du diagnostic.
  • Le carcinome anaplasique est un cancer rare. Il grossit rapidement et affecte les tissus environnants. Les métastases pénètrent dans les zones proches et éloignées.

La classification des excroissances bénignes (code selon ICD 10 - D34) comprend:

  • Kyste représentant une cavité avec une capsule dense et un contenu liquide. Peut survenir dans n’importe quelle partie de la glande thyroïde.
  • Adénome folliculaire, formé à partir de cellules épithéliales. La tumeur est bénigne et présente l'aspect d'un nodule solide pouvant se transformer en goitre.
  • Adénome oncocytaire, se formant à partir de cellules de Gyurtle. Diffère la capacité de malignité.

Diagnostics

L’examen d’un patient chez qui on soupçonne des nodules thyroïdiens comprend:

  • Inspection primaire. La palpation peut détecter un ou plusieurs sceaux. Les ganglions malins ne sont pas séparés des tissus environnants, inactifs, ont une structure montagneuse.
  • Scintigraphie Vous permet de définir le stade de la maladie.
  • Échographie. Utilisé pour déterminer le nombre de nœuds. La nature de la tumeur utilisant cette procédure ne peut pas être déterminée.
  • IRM Vous permet de savoir si un nœud est bénin ou malin.
  • Biopsie à l'aiguille fine. L'ingestion et l'examen ultérieur du matériel sont nécessaires pour poser un diagnostic définitif.
  • Test sanguin pour les hormones. Utilisé pour évaluer l'activité du nœud.

Traitement des tumeurs thyroïdiennes

Le schéma thérapeutique est élaboré en fonction de la nature et du stade de développement de la tumeur. Cela peut inclure:

  • chirurgie:
  • traitement à l'iode radioactif;
  • l'exposition;
  • l'utilisation de médicaments hormonaux.

L’efficacité du traitement à l’iode radioactif s’explique par sa capacité à détruire les cellules glandulaires. Le médicament s'accumule dans la glande thyroïde, détruisant la tumeur. Dans le cancer, cette méthode est appliquée après la chirurgie.

Les médicaments hormonaux normalisent les fonctions de l'organe, empêchent le développement ultérieur d'adénomes ou de carcinomes.

Opération

L'intervention chirurgicale est considérée comme le moyen le plus efficace de traiter les nœuds. Il existe les types d'opérations suivants:

  • Enlèvement par laser. Utilisé en présence de petites formations bénignes.
  • Lobectomie - excision d'un lobe de la glande thyroïde. Il est utilisé si la tumeur ne s'est pas propagée au-delà de l'organe. Les agents hormonaux après une telle opération ne sont pas toujours prescrits, les tissus restants continuent à fonctionner.
  • La thyroïdectomie est l'ablation complète d'un organe. Le moyen le plus efficace de traiter le cancer. Après une telle intervention, le patient aura besoin d'un traitement de remplacement à vie.

Remèdes populaires

L'utilisation de préparations à base de plantes augmente l'efficacité du traitement, a un effet bénéfique sur tout le corps.

Les médicaments les plus couramment utilisés sont:

  • Potentilla teinture. Pour sa préparation, il faudra 100 g de rhizomes broyés et 1 litre de vodka. Le médicament est incubé pendant 3 semaines, après quoi il est pris 3 fois par jour, 30 gouttes chacune, après dilution avec de l’eau bouillie.
  • Teinture elecampane. Les fleurs sont placées dans une bouteille en verre et remplies en deux. Le volume restant est rempli d'alcool. Moyens insistent 2 semaines, utilisé pour se gargariser 1 fois par jour.
  • Une décoction de cloisons en noyer. On verse 50 g de matière première, on verse 200 ml d'eau, fait bouillir pendant 15 minutes, refroidit et filtre. Besoin liquide de boire 2 c. l une demi-heure avant les repas.

Complications et conséquences

Au début, les tumeurs bénignes n’ont pas de conséquences mortelles. Cependant, leur développement ultérieur peut perturber le travail de tout l'organisme.

Les ganglions hormonaux actifs peuvent provoquer une crise thyréotoxique qui, si elle n'est pas traitée, aboutit à la mort.

Les nodules malins ont un pronostic moins favorable. Les complications les plus courantes sont les lésions métastatiques de tissus distants; empoisonner le corps avec des produits de dégradation de la tumeur; violation des fonctions des organes internes sur le fond de la thérapie agressive.

Cancer de la thyroïde: papillaire, médullaire - symptômes, diagnostic, comment traiter

Le cancer de la thyroïde est considéré comme un néoplasme relativement rare. L'âge moyen des patients est compris entre 40 et 50 ans. Les femmes sont plus souvent malades. Cependant, chez les patients plus âgés, la proportion d'hommes augmente. Les symptômes du cancer de la thyroïde peuvent être absents pendant une longue période, mais la présence chez la plupart des patients de modifications bénignes antérieures de la glande incite à l’attention particulière des spécialistes.

Environ 90% de toutes les tumeurs trouvées dans la glande thyroïde sont des néoplasmes malins d'origine épithéliale (cancers). La forme de cancer la plus fréquente et la plus favorable est considérée comme une variante papillaire, souvent diagnostiquée chez les jeunes patients et les enfants.

Aujourd'hui, avec une détection rapide, la tumeur peut être complètement guérie. Un taux de détection élevé de la maladie est associé à la possibilité d'utiliser des ultrasons pour un large éventail de personnes et une biopsie à partir de zones de la glande pathologiquement modifiées.

Pourquoi le cancer survient-il?

La glande thyroïde est la plus grande glande non appariée de la sécrétion interne, située latéralement et en avant du larynx et de la trachée. Elle se compose de deux lobes et d'un isthme. La fonction principale de ce corps est la formation d'hormones - thyroxine, triiodothyronine (T3, T4) et thyrocalcitonine. Ces substances biologiquement actives régulent le métabolisme basal, participent à la formation du tissu osseux, au métabolisme du calcium et du phosphore.

L'iode est nécessaire pour la synthèse des hormones thyroïdiennes, qui pénètre dans le corps de l'extérieur avec de la nourriture et de l'eau. La majeure partie de la glande est construite à partir de follicules microscopiques contenant un colloïde - le précurseur des hormones. La fonction de la glande thyroïde est régulée par l'hormone stimulant la thyroïde de l'hypophyse, qui contribue, si nécessaire, à une augmentation de la synthèse des hormones thyroïdiennes.

En cas de manque d'iode dans l'environnement ou d'aliments consommés, dans diverses lésions du parenchyme de la glande, il se produit une diminution du niveau de ses hormones et, par conséquent, une modification du métabolisme, de la thermorégulation, de la fonction du système cardiovasculaire, du métabolisme minéral, etc., ainsi que des manifestations de désordres systémiques.

On demande souvent aux patients atteints d'un cancer: pourquoi cela s'est-il produit chez eux? Quelles étaient les raisons pour cela?

On sait que la plupart des tumeurs n'apparaissent pas d'elles-mêmes et que, pour qu'elles se développent, des modifications préalables sont nécessaires. Cela se produit dans la glande thyroïde. Les lésions les plus fréquentes du parenchyme sont le goitre et l'adénome.

Le goitre est un processus pathologique diffus ou focal, accompagné d'une prolifération excessive de cellules du parenchyme avec une augmentation de son volume. Il est possible d'augmenter à la fois la glande entière (on parle alors de goitre diffus) et sa partie - le goitre nodulaire. Les follicules colloïdes et hypertrophiés peuvent être transformés en kystes, puis le goitre est appelé kystique.

L'adénome n'est rien d'autre qu'une tumeur bénigne. La détection des adénomes isolés et des adénomes dans le contexte d'un goitre existant est possible.

Parmi les causes de tumeurs malignes de la glande thyroïde sont:

  • Exposition aux rayonnements ionisants;
  • Manque d'iode dans les aliments et l'eau consommés;
  • Facteur génétique;
  • La présence d'autres pathologies endocriniennes, maladies auto-immunes, etc.

Les scientifiques ont suggéré que, dans la première moitié du XXe siècle, les enfants exposés à des tumeurs de la tête et du cou ont commencé à présenter plus souvent un cancer de la thyroïde, ce qui pourrait entraîner des effets cancérogènes indésirables des rayonnements ionisants. En outre, la recrudescence de l'incidence parmi les habitants survivants d'Hiroshima et de Nagasaki, ainsi que parmi la population des territoires contaminés après l'accident de la centrale nucléaire de Tchernobyl, a réaffirmé l'influence des rayonnements sur le risque de tumeurs de la thyroïde.

Il convient de noter que l'effet de l'iode radioactif était plus prononcé dans les zones présentant une déficience naturelle en cet oligo-élément, car la glande thyroïde, en proie à sa déficience chronique, a commencé à saisir l'isotope radioactif.

Le manque d'iode dans l'environnement peut être un facteur qui conduira au développement du goitre et, par la suite, au cancer. L'eau et les plantes dans certaines régions n'en transportent pas assez et la population de ces régions connaît une pénurie.

On sait que la formation d'hormones contenant de l'iode se produit dans la glande thyroïde (T3 et t4), qui est capturé dans le sang par les cellules folliculaires. En l'absence d'éléments traces venant de l'extérieur, la glande pituitaire produit de plus en plus d'hormones stimulant la thyroïde, nécessaires pour stimuler la fonction de la glande. Avec une augmentation de l'activité du tissu glandulaire, une augmentation de son volume, une augmentation de la capture de l'iode à partir de la circulation sanguine est observée et la fonction est relativement compensée. Cependant, avec une telle stimulation constante, la transformation des foyers de l'hyperplasie des glandes en goitre est possible. Dans ces cas, parlez de la nature endémique de la maladie, indiquant le déficit en iode naturel chez les patients. Les cas de cancer sur fond de goitre endémique sont relativement rares, mais une surveillance attentive de ces patients est toujours nécessaire.

Les mutations génétiques peuvent également causer le cancer de la thyroïde. Mutations génétiques connues du dixième chromosome, dans lesquelles il existe un cancer de la localisation spécifiée. La maladie est héréditaire et s'appelle le syndrome du cancer familial.

Les interactions hormonales complexes, en particulier celles caractéristiques de la grossesse et de l'allaitement, déterminent le fait que le cancer du goitre et de la thyroïde est plus fréquent chez les femmes.

Les maladies auto-immunes s'accompagnent de la formation de protéines spéciales (anticorps) dans leurs propres tissus, qui ont un effet néfaste. Si la thyroïdite auto-immune survient dans la glande thyroïde, certaines conditions préalables au cancer peuvent également survenir à la suite du processus inflammatoire chronique. La question du risque de cancer dans la thyroïdite auto-immune continue à être discutée et, selon les statistiques, ces maladies s’accompagnent souvent. Cette combinaison peut être liée aux mécanismes communs de développement du cancer de la thyroïde et de la thyroïdite auto-immune. Les processus auto-immuns sont également plus fréquents chez les femmes que chez les hommes.

Types de cancer de la thyroïde

Selon le type histologique de la structure d'une tumeur maligne de la glande thyroïde, il existe plusieurs types de cancer:

  • Carcinome papillaire (par erreur, certains patients l'appellent «capillaire»);
  • Folliculaire;
  • Médullaire;
  • Anaplasique

Le type le plus courant est le cancer papillaire de la thyroïde, que l'on retrouve chez les enfants et les jeunes de 30 à 40 ans. Dans un tiers des cas, des métastases sont détectées et de telles tumeurs se développent souvent sur le fond d'un goitre nodulaire précédent. Chez les enfants, cette espèce est plus agressive que chez les adultes. Ce type de tumeur est considéré comme hautement différencié et se caractérise par un pronostic plutôt favorable.

Cancer de la thyroïde

Cancer folliculaire de la glande thyroïde, bien qu'il soit considéré comme hautement différencié, mais son évolution est plus agressive que celle du papillaire. Le cancer folliculaire est détecté chez les patients âgés de 50 à 60 ans, souvent sous la forme d'un seul nœud, rappelant très bien l'adénome (tumeur bénigne). Son diagnostic peut donc être difficile. Ce type de tumeur est sujet aux métastases des ganglions lymphatiques du cou et parfois des os, des poumons et d’autres organes au moyen de vaisseaux sanguins. Les ganglions métastatiques du cancer folliculaire conservent la capacité d'absorber l'iode du sang; cette caractéristique peut donc être utilisée pour le diagnostic et le traitement ultérieur.

Le cancer médullaire de la thyroïde, par rapport aux deux variétés précédentes, a une évolution plus maligne. Une telle tumeur est capable de synthétiser d'autres hormones et substances biologiquement actives (ACTH, Prostaglandines, etc.), de sorte que les manifestations cliniques peuvent être assez particulières et sont associées à l'activité sécrétoire du cancer (diarrhée, bouffées de chaleur, tachycardie, etc.). Le cancer médullaire métastase aux ganglions lymphatiques du cou et est capable de développer des tissus et des organes situés à proximité.

Le cancer anaplasique est considéré comme le type de tumeur thyroïdienne le plus défavorable et le plus indifférencié, souvent diagnostiqué chez les personnes âgées. Dans cette forme de cancer, la taille de l'organe augmente rapidement et significativement, comprimant et endommageant les organes environnants, ce qui se traduit par une violation de la déglutition, de la respiration et même de la suffocation. Il y a assez tôt des métastases non seulement dans les ganglions lymphatiques du cou, mais aussi dans d'autres organes. En règle générale, la maladie est longtemps précédée par la présence d'un goitre. Comme le cancer anaplasique est considéré comme indifférencié, le pronostic est très défavorable, la tumeur est peu sensible au traitement et la majorité des patients décèdent dans la première année suivant le diagnostic.

Outre la classification histologique, on distingue différents stades du cancer de la thyroïde:

  • La maladie de stade I implique la présence d'une tumeur qui ne s'étend pas au-delà de l'organe et ne métastase pas.
  • Au stade II, une seule métastase peut apparaître du côté affecté, mais le cancer ne dépasse pas la capsule glandulaire.
  • Le stade III caractérise la néoplasie, qui peut s'étendre au-delà de la capsule et donner des métastases régionales.
  • Avec le degré IV de la maladie, le cancer envahit non seulement les tissus et les organes du cou, mais provoque également des métastases à distance.

Figure: Classification des tumeurs TNM

La métastase des tumeurs malignes de la glande thyroïde se produit en premier dans les ganglions lymphatiques régionaux - cervicaux. Moins souvent et plus tard, des métastases hématogènes peuvent être détectées dans les poumons, les os (en particulier les vertèbres) et le cerveau.

Signes de cancer

Très souvent, les tumeurs de la thyroïde sont asymptomatiques, en particulier aux premiers stades du développement. Le premier signe peut donc être la détection d'un nœud sans aucun symptôme supplémentaire. Dans certains cas, la tumeur est déjà diagnostiquée au stade de la présence de métastases dans les ganglions lymphatiques cervicaux.

Étant donné que, dans la plupart des cas, la tumeur est précédée d'un goitre nodulaire, tous les patients présentant des modifications glandulaires existantes doivent être soumis à des examens appropriés afin de ne pas rater le moment du cancer.

Les signes de cancer de la thyroïde incluent:

  • La présence de compaction, de tubérosité, de formation nodulaire palpable dans la glande;
  • Douleur au cou, parfois à l'oreille;
  • Violation de la déglutition, respiration, voix.

La présence d'un phoque est l'un des premiers signes d'un cancer de la thyroïde. Si l'on découvre un noeud isolé à croissance rapide chez un patient en bonne santé, on soupçonne généralement le cancer dans de tels cas. En particulier, il faut faire preuve de vigilance oncologique à l'égard des enfants et des jeunes de moins de 20 ans chez qui de telles formations sont le plus souvent une tumeur maligne.

Chez les patients présentant un goitre antérieur, il convient de prêter attention à l'augmentation rapide de certaines parties de l'organe, à l'apparition de nouveaux ganglions et à d'autres symptômes indiquant une transformation maligne.

La douleur dans le cou est généralement associée à une augmentation de la taille du site de la tumeur et de la glande thyroïde dans son ensemble, en plus de la germination du cancer dans les tissus, vaisseaux et nerfs voisins.

La perturbation de la déglutition, de la respiration et de la voix (enrouement jusqu’à sa disparition complète) est caractéristique des tumeurs de grande taille comprimant l’œsophage, la trachée, le larynx et endommageant le nerf récurrent qui se rend aux cordes vocales.

Avec la croissance de la néoplasie, des lésions des organes et des tissus du cou, ainsi que du faisceau vasculaire, il se produit une violation de la circulation sanguine sous la forme de veines saphènes dilatées à sang complet. Au stade de cancer se propageant dans les vaisseaux lymphatiques, les métastases dans les ganglions lymphatiques régionaux du cou sont assez facilement détectées.

Les formes individuelles de cancer de la thyroïde peuvent présenter des caractéristiques cliniques. Ainsi, le cancer papillaire se développe plutôt lentement, pendant des années et même des décennies, et seulement 20% des patients se métastasent aux ganglions lymphatiques régionaux. Le cancer folliculaire est plus agressif et est susceptible de donner des métastases hématogènes aux poumons. En raison de sa capacité à synthétiser des hormones et des substances biologiquement actives, la variété médullaire se manifeste chez un tiers des patients atteints de diarrhée et peut également être accompagnée de troubles du métabolisme des glucides, d'hypertension, de sensation de chaleur et de rougeur du visage.

Compte tenu des difficultés pouvant survenir dans le diagnostic des formes de cancer oligosymptomatiques, en particulier chez les patients présentant un goitre diffus ou nodulaire, il est nécessaire de faire particulièrement attention en présence des symptômes suivants:

  • Tumeur en croissance rapide, augmentant sa densité, limitant la mobilité de la glande;
  • La présence d'un cancer de la thyroïde chez les membres de la famille ou les proches parents;
  • Patient de moins de 20 ans ou plus de 70 ans;
  • La présence d'enrouement avec des ganglions lymphatiques élargis;
  • Les effets des rayonnements ionisants sur la tête et le cou dans le passé.

Souvent chez les enfants, le cancer est détecté par la présence de ganglions lymphatiques hypertrophiés. Par conséquent, tous les cas de lymphadénite ou d'adénopathies cervicales doivent être étudiés en détail pour rechercher la présence d'une tumeur maligne de la glande thyroïde.

Vidéo: symptômes et signes de la maladie thyroïdienne

Problèmes de diagnostic du cancer

Comme le cancer de la thyroïde n’est souvent pas accompagné d’un tableau clinique prononcé, la tumeur peut être détectée au cours des examens préventifs. En cas de l'un des symptômes ci-dessus, il est nécessaire de consulter un médecin qui examinera, palpera les glandes et les ganglions lymphatiques du cou, clarifiera en détail les symptômes et l'heure de leur apparition, ainsi que la présence de proches parents de patients cancéreux.

Les patients souffrant de goitre pendant une longue période doivent être sous la surveillance constante de spécialistes et subir des examens réguliers.

Lors de la détection d'une formation de tumeur dans la glande thyroïde, des études supplémentaires sont nommées:

  • Échographie;
  • Biopsie à l'aiguille fine;
  • Déterminer le niveau d'hormones thyroïdiennes;
  • Analyse de l'antigène embryonnaire du cancer;
  • Balayage radio-isotopique;
  • Laryngoscopie;
  • TDM, IRM, radiographie du thorax, échographie de la cavité abdominale en cas de suspicion de métastases.

L'échographie est la méthode la plus accessible et la plus simple pour diagnostiquer divers changements de la glande thyroïde. L'utilisation des ultrasons peut détecter la présence de ganglions, déterminer leur taille, leur emplacement, leur nombre, leurs contours et l'état des tissus environnants. Cette étude permet de détecter des formations de quelques millimètres seulement.

Etant donné qu’une échographie rend difficile la distinction entre la nature bénigne d’une tumeur et une tumeur maligne, des signes tels que rugosité du contour, limites floues, présence de calcinats (dépôts de sels de calcium), augmentation du flux sanguin doivent être alarmants quant à la nature maligne possible du noeud.

La prochaine étape du diagnostic consistera en une biopsie à l'aiguille, considérée à juste titre comme le «standard» en matière de cancer présumé. Dans cette étude, à l'aide d'une fine aiguille et sous contrôle des ultrasons, des tissus sont prélevés dans la partie malade de la glande thyroïde. Le matériel obtenu est envoyé pour d'autres recherches morphologiques. En règle générale, la biopsie à l'aiguille vous permet d'établir un diagnostic précis et de déterminer le type de tumeur maligne.

Dans les cas peu clairs, il est possible de réaliser une biopsie à ciel ouvert lorsque, pendant l'opération, le chirurgien prélève un fragment de tissu provenant d'une zone modifiée pour un examen histologique urgent. Si le diagnostic de cancer est confirmé, le médecin étendra le champ de l'opération à l'ablation de la glande, des ganglions lymphatiques et du tissu cervical, conformément aux principes du traitement chirurgical en oncopathologie. Il est à noter qu'avec une étude urgente (pendant l'opération), seul le carcinome papillaire peut être diagnostiqué de manière fiable, tandis que les autres espèces nécessitent une analyse plus approfondie de l'organe prélevé de manière planifiée.

Une étude du niveau des hormones thyroïdiennes montrera une possible altération de sa fonction, mais le fond hormonal reste souvent inchangé en cas de cancer ou de modifications des processus bénins. Dans le cancer médullaire, il est conseillé de déterminer la concentration de calcitonine dans le sérum.

Le test de l'antigène embryonnaire du cancer montre une augmentation de son niveau en présence d'une tumeur maligne. Cette étude chez des patients présentant un goitre de longue durée peut s'avérer particulièrement utile pour le diagnostic différentiel de la présence d'un cancer dans le goitre.

Lorsque la voix change, la laryngoscopie est enrouée, ce qui permet d'examiner le larynx et de déterminer le manque de mobilité du pli vocal sur un côté. Ce symptôme est très caractéristique du cancer de la thyroïde avec des lésions du nerf récurrent.

Le balayage des radio-isotopes est basé sur l'introduction d'isotopes d'iode radioactif, qui peuvent être absorbés à la fois par le tissu de la glande et par les cellules tumorales, y compris dans les métastases. Dans les cas où la tumeur n'est pas capable de capter l'iode, l'utilisation de technétium est possible (pour le cancer médullaire, par exemple).

L'utilisation de méthodes de diagnostic supplémentaires, telles que la tomodensitométrie, l'IRM, les rayons X et l'échographie des organes abdominaux est justifiée si vous suspectez la présence de métastases à distance dans les formes agressives de cancer.

Traitement des tumeurs malignes de la glande thyroïde

Le traitement du cancer de la thyroïde est aujourd'hui très efficace et le choix de méthodes spécifiques dépend du type de tumeur, de sa taille et de la présence de lésions aux organes et tissus du cou. L'âge des patients est tout aussi important.

Le traitement le plus efficace contre le cancer est la chirurgie. Dans la plupart des cas, toute la glande est enlevée - une thyroïdectomie totale, et avec elle - les ganglions lymphatiques et le tissu cervical.

Dans le cas d'une petite taille du nœud, une opération préservant l'organe est autorisée, laissant une partie de l'organe - résection sous-totale. Ces opérations de préservation des organes revêtent une importance particulière chez les enfants, car il est important de préserver au moins une partie de la glande capable de produire des hormones au cours du processus de croissance ultérieure de l'enfant.

Dans tous les cas d'ablation d'une partie ou de la totalité de la thyroïde, à la fois pendant et après l'opération, le diagnostic est confirmé par un examen histologique.

Après l'opération, il est possible de conserver des fragments du tissu thyroïdien. Des préparations hormonales sont donc prescrites au patient afin de réduire l'effet stimulant sur le tissu thyroïdien de la partie de la glande pituitaire et d'éviter une éventuelle récidive du cancer.

Le tissu de la glande thyroïde, ainsi que les cancers folliculaires et papillaires et leurs métastases, est capable d’absorber l’iode, notamment radioactif. Cette caractéristique est à la base de la thérapie à l'iode radioactif, dans laquelle se produit la destruction des résidus non seulement de la glande elle-même, mais également des ganglions métastatiques des poumons et des os. Lorsqu'elle est exposée à l'iode radioactif, la croissance ralentit et la régression des métastases se produit. La possibilité d'exposition à des foyers métastatiques peut améliorer considérablement le pronostic et l'espérance de vie des patients après le traitement.

Dans le cas du cancer anaplasique et d'autres tumeurs malignes d'origine non épithéliale (lymphome, sarcome), on utilise la radiothérapie ou la chimiothérapie.

Si un patient a découvert un cancer de grande envergure qui ne fait pas l'objet d'un traitement chirurgical, le médecin se limite alors à la radiothérapie, à la chimiothérapie et à l'utilisation d'iode radioactif dans le cas de tumeurs sensibles.

Étant donné l’enthousiasme de nombreux patients souffrant de remèdes populaires, il convient de noter que le cancer de la thyroïde n’est pas le cas lorsque leur utilisation est justifiée. Il n’est pas superflu d’utiliser diverses charges apaisantes et une bonne nutrition, notamment une grande quantité de légumes, de fruits, de fruits de mer et de légumes verts. Avec un tel diagnostic, même au stade de la métastase, il est possible d'obtenir de bons résultats avec le bon traitement par des spécialistes. Si vous voulez vraiment utiliser la médecine traditionnelle, vous pouvez le faire en parallèle avec les méthodes traditionnelles, mais vous devez consulter votre médecin.

La vie après le cancer

Comme indiqué ci-dessus, la plupart des tumeurs thyroïdiennes ont un pronostic plutôt favorable, même au stade métastatique. Cela est dû non seulement à la croissance relativement lente du cancer, mais également aux possibilités offertes par les méthodes de traitement modernes.

Dans les carcinomes papillaires et folliculaires, le taux de survie à cinq ans atteint 85%, et les chiffres sont plus élevés chez les femmes. Chez les patients plus jeunes, il est possible d'obtenir de meilleurs résultats de traitement que chez les patients plus âgés. En général, avec de telles formes de cancer, il est possible de vivre des dizaines d'années, sous réserve d'une détection et d'un traitement rapides.

Dans les formes anaplasiques et autres formes indifférenciées, l'évolution de la maladie est agressive, les métastases apparaissent assez tôt et les patients après le diagnostic ont été établis pour une période ne dépassant pas un an.

Étant donné que le traitement chirurgical du cancer de la thyroïde implique le prélèvement de l’ensemble de l’organe et que les patients sont obligés de prendre des médicaments hormonaux pour le reste de leur vie, on leur attribue généralement un groupe de personnes handicapées. plus loin.

Les conséquences du cancer de la thyroïde sont associées au développement d'une hypothyroïdie due à un manque d'hormones, mais cette condition peut être corrigée avec succès en prenant des comprimés de médicaments. Dans les cas graves, une perte ou une altération de la fonction vocale est possible.

Il est assez difficile d'empêcher le développement du cancer, vous devez donc être attentif à tout changement du corps et de la thyroïde en particulier, et une visite opportune chez le médecin aidera à obtenir de bons résultats de traitement et à sauver des vies.

Description des tumeurs malignes de la glande thyroïde

La pathologie fait référence aux formes rares d'oncologie. Il est assez facile à révéler, y compris au début. La maladie se caractérise par un pronostic favorable, car elle répond bien au traitement. Plus souvent, les personnes âgées de plus de 40 ans sont touchées.

Certificat médical

La glande thyroïde appartient aux organes appariés, car elle se compose de deux sections. Elle est dans la région cervicale. Le corps est responsable de la production d'hormones qui régulent la consommation d'énergie. Il assure le fonctionnement normal de tout l'organisme.

Une tumeur maligne dans la glande survient avec un développement anormal de cellules dans le corps. Le type de cancer papillaire est le plus souvent diagnostiqué.

Raisons

L'apparition d'une tumeur maligne dans la glande thyroïde est influencée par divers facteurs. En outre, il existe des statistiques selon lesquelles il est établi que la pathologie est plus souvent diagnostiquée chez les femmes, les représentants de race blanche et les personnes âgées.

Causes pouvant déclencher le développement d'une tumeur maligne:

  • rayonnements ionisants - une exposition prolongée du corps est associée à l'apparition d'une pathologie; par conséquent, ceux qui ont éliminé la centrale nucléaire de Tchernobyl, manipulé des substances radioactives, suivi une radiothérapie tombent dans la zone à risque;
  • hérédité - ceux qui ont une tumeur maligne parmi leurs proches doivent inspecter la glande thyroïde, car le gène muté est hérité;
  • maladies de la glande thyroïde - la dégénérescence des cellules en cellules malignes peut survenir dans le contexte de pathologies telles que la thyroïdite auto-immune, le goitre nodulaire, les excroissances bénignes;
  • Carence en iode - L’incidence est plus fréquente dans les régions où la carence en iode dans les aliments est importante.

Une tumeur maligne de la glande thyroïde peut être formée à partir de diverses cellules. En fonction de cela, la pathologie est généralement différenciée par type.

Dans de très rares cas, une tumeur ne peut pas être reconnue, car ses cellules ne présentent pas de caractéristiques morphologiques claires. Ensuite, une tumeur maligne est appelée types d'oncologie non différenciés.

Épithélial

Dans 99% des cas, le cancer épithélial est diagnostiqué chez des patients. Il existe plusieurs formes qui diffèrent par le degré d'agressivité.

Formes d'oncologie épithéliale:

  • Papillaire - se produit dans 76% des cas, se développe à partir de thyrocytes. Il se caractérise par une croissance lente, la défaite de l'un des lobes de l'organe. Metastasize souvent aux poumons. On le trouve principalement dans les régions à faible teneur en iode dans les aliments.
  • Folliculaire - diagnostiqué dans 14% des cas. La tumeur est un type de forme papillaire, mais en diffère par une structure hétérogène. Il se développe dans les capsules et les vaisseaux du corps, est plus difficile à traiter. L'apparition de la forme folliculaire est associée aux rayonnements ionisants.
  • Médullaire - détecté dans 5% des cas, formé d’endocrinocytes parafolliculaires anormaux. La forme se distingue par une métastase précoce. Les ganglions lymphatiques, le foie et les poumons sont plus courants. La tumeur maligne elle-même se développe lentement, est diagnostiquée en raison de l'antigène carcinoblastique, produit par ses particules.
  • Anaplasique - diagnostiqué dans 3% des cas, se réfère à la forme indifférenciée. C'est particulièrement agressif car il se développe rapidement. Peut augmenter de manière significative en volume dans quelques jours. La tumeur métastase assez tôt, touchant les ganglions lymphatiques avec les poumons. La germination d'un néoplasme dans la trachée le rend inopérable.

La part des autres types de cancer de la thyroïde représente 1 à 2% des cas de toutes les maladies malignes de l’organe.

Photo: tumeur folliculaire

Non épithélial

Parmi les sarcomes organiques, les spécialistes sont plus susceptibles de diagnostiquer un fibrosarcome. Il est assez difficile de le distinguer du cancer indifférencié.

Fibrosarcome - fait référence aux tumeurs malignes d'origine connective. Dans la glande thyroïde, il est formé de fibres de tissu conjonctif immatures. Le néoplasme est un noeud indolore, rond et dense avec de petits tubercules.

Qu'est-ce qu'un carcinome neuroendocrinien de bas grade? Voici les informations détaillées.

Mixte

Dans des cas extrêmement rares, un processus oncologique de la glande thyroïde peut se développer à partir de plusieurs types de cellules anormales. Dans de tels cas, il est assez difficile de diagnostiquer l’oncoformage.

Types de cancer mixte:

  • Carcinosarcoma - l’oncoforme ressemble à une forme papillaire folliculaire. La pathologie de la glande thyroïde survient dans 0,1% des cas. Le parcours est très agressif, le pronostic est mauvais.
  • Lymphome malin - se développe à partir de tissu lymphoïde, caractérisé par un cou élargi. Plus fréquent chez les femmes âgées. Il est prouvé que dans la plupart des cas, la pathologie se produit lors d’une thyroïdite auto-immune.

Lors de la classification par étapes des lymphomes, la lettre «E» est ajoutée au numéro de stade.

Les étapes

Dans une tumeur maligne, on distingue 4 stades de son développement dans la glande thyroïde.

  • Étape 1 - la valeur d'oncoformation n'atteint pas 2 cm.
  • Stade 2 - la malignité s'est propagée à un ganglion lymphatique cervical.
  • Étape 3 - le processus pathologique a germé à travers la capsule et a propagé des métastases aux ganglions lymphatiques cervicaux.
  • Stade 4 - la formation de cancer a germé dans la trachée, les vaisseaux cervicaux, l'œsophage. Les lésions secondaires se propagent dans tout le corps.

La détermination précise de l’étape du traitement est nécessaire pour choisir le bon traitement. Aux premier et dernier stades, le tableau clinique de la maladie présente des différences.

Les symptômes

Au stade 1 du développement, la tumeur maligne ne présente aucun symptôme. Le tableau clinique change lorsque l'oncoformage fait germer une capsule d'organe.

  • La présence d'un corps étranger - le patient peut ressentir une pression sur la trachée. Le joint est plus souvent situé sur un côté du corps, ce qui le rend asymétrique. Parfois, il peut grossir rapidement.
  • Difficulté à avaler et à respirer - un symptôme signifie que le nerf récurrent est impliqué dans le processus malin.
  • Enrouement - devrait être alerté enrouement, non associé à un âge froid ou de transition chez les jeunes hommes.
  • Syndrome de la douleur - un symptôme se manifeste dans les stades avancés, la douleur peut être ressentie dans la région de la glande thyroïde ou à l'arrière de la tête et des oreilles.
  • Toux - Une toux prolongée non passagère peut être associée à une lésion trachéale et à une lésion secondaire des poumons.

Diagnostics

La formation de cancer dans la glande thyroïde est diagnostiquée sur la base de l'anamnèse. Ensuite, le médecin évalue visuellement l'avant du cou et le sonde afin de révéler la formation d'une forme floue avec une surface bosselée, une rigidité et une sensibilité de la glande thyroïde.

Le spécialiste vérifie également les ganglions lymphatiques cervicaux pour déterminer leur taille, leur mobilité et leur cohésion.

Est-ce qu'ils vivent avec un mélanome au stade initial? Il existe un pronostic pour cette maladie.

Méthodes de diagnostic de laboratoire et instrumentales:

  • Analyses sanguines - une analyse sanguine générale et biochimique révélera l’anémie et l’inflammation caractéristiques de la présence d’une tumeur maligne. Il est possible d'identifier la forme médullaire de la pathologie à l'aide d'un marqueur tumoral, sa concentration dépassera 100 pg / ml.
  • Échographie - examen révèle une augmentation de la thyroïde, son asymétrie, zones pathologiques, éducation à 2 mm, l'intégrité de la capsule. La méthode permet également d'étudier les ganglions lymphatiques environnants et les tissus mous.
  • IRM - un examen est attribué pour déterminer les foyers secondaires.
  • Biopsie - à l'aide d'une ponction à l'aiguille fine, le spécialiste produit un biomatériau pour un examen histologique. La méthode est réalisée sous le contrôle des ultrasons.

Parfois, un biomatériau est pris au cours d'une opération pour rechercher des cellules malignes.

Traitement

L'objectif principal du traitement est le rétablissement complet de la personne. Lors de l'exécution d'étapes, l'objectif est remplacé par l'extension maximale de la vie.

  • Enlèvement - la méthode mène dans le traitement des tumeurs malignes de la glande. En fonction des résultats du diagnostic, il est possible de prélever tout ou partie de l'organe. La préférence est donnée à la résection complète pour éviter les rechutes. Si nécessaire, une intervention chirurgicale est possible dans la trachée et l'œsophage.
  • Hormonothérapie - une méthode utilisée en conjonction avec la chirurgie. L'objectif est de soutenir l'équilibre hormonal, en excluant les particules malignes.
  • Chimiothérapie - la méthode est rarement utilisée si d'autres formes de thérapie sont inefficaces. Nommé après le retrait de la glande thyroïde.
  • La radiothérapie - est utilisée pour réduire le volume des tumeurs, pour détruire une partie des particules du cancer. Nommé avant l'opération, avec des formes inopérables et après la chirurgie.

Vous trouverez plus d'informations sur le diagnostic et le traitement du cancer différencié de la thyroïde dans cette vidéo:

Le traitement sera plus efficace si le patient se conforme aux recommandations telles que bien dormir, arrêter de fumer et autres mauvaises habitudes.

Prévisions

En général, le pronostic de la présence d'une tumeur maligne dans la glande thyroïde est favorable. Cependant, il peut être affecté par des facteurs tels que la structure du néoplasme, son stade de développement et l'état du patient.

Au stade 3, le cancer papillaire est guéri dans 93% des cas, folliculaire - 81%, médullaire - 71%. Au stade 4, le taux de survie dans le traitement des formes papillaires était de 51%, folliculaire - 50%, médullaire - 28%.

L'oncologie indifférenciée a un taux de survie extrêmement faible à cinq ans, soit 7% des cas.

Dans certains cas, après la chirurgie, une rechute est possible. Cela se manifeste en un an. Pour cette raison, les spécialistes ont tendance à procéder à un prélèvement complet de l'organe.

Si vous trouvez une erreur, sélectionnez le fragment de texte et appuyez sur Ctrl + Entrée.

Symptômes d'une tumeur thyroïdienne: lorsque vous devez consulter un médecin

Les symptômes d'une tumeur thyroïdienne chez les femmes et les hommes en général ne présentent pas de différences majeures. Tout d'abord, ne paniquez pas - la présence d'une tumeur ne signifie pas qu'elle est maligne. Selon les statistiques, seuls 5% des cancers sont malins et même parmi ces 5%, plus de la moitié des cas peuvent être traités avec succès et leur pronostic est favorable pour les décennies à venir.

Cet article portera sur les types de tumeurs, les raisons de leur apparition, les manifestations des formes à la fois malignes et bénignes, ainsi que sur les méthodes de diagnostic.

Types de tumeurs

Les tumeurs thyroïdiennes se développent à partir de ses cellules et peuvent être bénignes ou malignes. La maladie survient le plus souvent chez les femmes de plus de 45 ans, mais après 60 ans, les cas de cancer sont plus souvent observés chez les hommes. La pathologie est plus fréquente dans les régions exposées aux rayonnements, ainsi que dans les régions carencées en iode.

Une tumeur bénigne se distingue de maligne par les caractéristiques suivantes:

  1. Les tumeurs malignes sont accompagnées de troubles métaboliques dans les tissus. Avec les tumeurs bénignes, de tels changements ne sont pas observés.
  2. Les tumeurs malignes ont la capacité de germer dans les tissus environnants et les tumeurs bénignes avec croissance repoussent les tissus environnants.
  3. Les tumeurs malignes sont accompagnées d'un atypisme cellulaire et tissulaire. Lorsque cela se produit, endommage la structure du tissu et augmente le nombre de cellules immatures. Les tumeurs bénignes ne sont accompagnées que d'un atypisme tissulaire, avec un état cellulaire normal.
  4. Les tumeurs bénignes ont une capsule, mais pas les malignes.
  5. Les deux types de tumeurs peuvent être récurrents, mais bénins - beaucoup moins.
  6. Les tumeurs malignes provoquent des métastases; dans les tumeurs bénignes, cela n’est pas observé en raison de la présence d’une capsule et de la plus forte adhérence des éléments.
  7. Dans les tumeurs bénignes, l'état des parois des vaisseaux lymphatiques et sanguins est normal et, dans les tumeurs malignes, des pathologies se forment.

À leur tour, les tumeurs bénignes et malignes sont représentées sous différentes formes. Les symptômes de la maladie et son pronostic dépendent de la forme de la tumeur.

Tumeurs bénignes

L'adénome thyroïdien, qui est une tumeur épithéliale encapsulée, est présenté.

L'adénome peut être:

  • folliculaire (macro ou microfolliculaire, embryonnaire);
  • papillaire;
  • se composent de cellules de Gyurtl.

Si une tumeur bénigne de la thyroïde apparaît, les symptômes apparaissent après une longue période, car les adénomes sont caractérisés par une croissance lente. Dans certains cas, la tumeur peut atteindre une taille importante ou maligne.

Noeud adénomateux rond ou ovale, à surface lisse et à bords nets. Il existe des cas d'adénomes multiples, ainsi que des combinaisons d'adénome et de goitre.

Tumeurs malignes

Les tumeurs malignes comprennent:

  • carcinome folliculaire;
  • carcinome papillaire;
  • carcinome médullaire;
  • carcinome indifférencié;
  • autres tumeurs.

Les tumeurs malignes se caractérisent par une origine épithéliale et présentent également diverses manifestations d’agressivité et un pronostic différent. La prévalence du cancer dans les pays économiquement développés est d'environ 7 personnes sur 100 000. Par exemple, le cancer de la thyroïde n’existe presque pas chez les enfants, mais il atteint le pourcentage maximum d’occurrence chez les patients âgés de 50 à 70 ans.

A propos, le cancer papillaire est le plus courant, mais dans la plupart des cas, on observe différentes formes de mélange - solide, mixte, sclérotique diffuse, etc.

Causes des tumeurs

Les mécanismes de développement et les causes de l'apparition de tumeurs ne sont pas complètement clairs à l'heure actuelle. Cependant, certains facteurs ont un impact significatif sur l'état de la glande thyroïde.

  1. Activité accrue de l'hypophyse - avec une production excessive d'hormones hypophysaires, des adénomes thyroïdiens se produisent souvent.
  2. Perturbation du fonctionnement du système nerveux autonome, qui régule le travail des organes.
  3. Prédisposition héréditaire - les scientifiques ont établi qu'il existe dans le corps humain un gène responsable du développement du cancer de la thyroïde. S'il existe, la probabilité d'une tumeur est d'environ 90 à 95%.
  4. Exposition à des substances toxiques, des risques professionnels, inhalation d'air pollué.
  5. L'âge de plus de 40 ans - dans le processus de vieillissement du corps, la glande thyroïde est plus souvent exposée à des perturbations dans les gènes.
  6. Les habitudes néfastes - la fumée du tabac contient des substances cancérigènes et l'alcool - des substances qui affaiblissent la défense de l'organisme, visant les cellules atypiques.
  7. Des situations de stress et des dépressions fréquentes, suivies d'une longue période de récupération, sapent les forces immunitaires du corps, à savoir les cellules immunitaires détruisent les cellules cancéreuses.
  8. La présence d'autres maladies accompagnées de troubles hormonaux.
  9. Radiothérapie et radiothérapie sur le cou et la tête. Avec une exposition prolongée aux rayons X, une tumeur peut survenir, même après des décennies. C'est pourquoi les instructions sont si importantes en radiothérapie - les risques peuvent être minimisés avec la dose correcte, la durée d'exposition et l'état initial de la glande.
  10. Néoplasie endocrinienne multiple.
  11. Dans un goitre nodulaire, un nœud peut dégénérer en adénome toxique.

Manifestations des tumeurs thyroïdiennes

Le tableau clinique de la maladie dépend du type de tumeur. En outre, il convient de prendre en compte le fait que la fonctionnalité de la glande thyroïde soit préservée ou altérée, ainsi que la taille de la tumeur.

Faites attention! Les tumeurs dans lesquelles il n'y a pas de changement du niveau des hormones thyroïdiennes, ainsi que celles caractérisées par une croissance lente, peuvent ne pas se manifester avant des années.

S'il existe une tumeur bénigne de la glande thyroïde, les symptômes dépendent du fait que la fonctionnalité de la glande soit perturbée, c'est-à-dire accompagné d’adénome thyrotoxicose ou non. Dans les adénomes toxiques, une production accrue de T3 et de T4 se produit directement dans le noeud, malgré l’activité réduite du tissu thyroïdien.

En outre, ce type d'adénome est caractérisé par les mêmes symptômes mécaniques que dans l'adénome non toxique, mais des manifestations de thyréotoxicose sont ajoutées.

Signes d'adénome thyroïdien toxique et non toxique:

  • Déformation des contours du cou.
  • Sensation de pincement du cou, d'essoufflement, de déglutition, de difficulté à respirer par le nez.
  • Toux, changement de voix.
  • Excitabilité accrue, irritabilité, anxiété, élocution rapide, troubles du sommeil, tremblements.
  • Arythmie, insuffisance cardiaque, augmentation de la pression artérielle, tachycardie.
  • Ophtalmopathie endocrinienne.
  • Changements d'appétit, douleurs abdominales, perte de poids.
  • Faiblesse musculaire, fatigue, paralysie.
  • Augmentation de la température corporelle, transpiration, soif constante, gonflement, amincissement des ongles, des cheveux et de la peau.
  • Violation de la menstruation, infertilité, augmentation des glandes mammaires chez l'homme.

Si l'on soupçonne que la maladie existante est une tumeur maligne de la glande thyroïde, les symptômes affectent presque tous les organes et systèmes du corps. Très souvent, la tumeur peut être asymptomatique, comme dans le cancer papillaire, et ne pas causer de métastases.

Dans de tels cas, les patients ne consultent leur médecin que lorsque le nœud qui est apparu a augmenté de taille pour pouvoir être palpé de vos propres mains.

Manifestations de tumeurs malignes de la glande thyroïde:

Cancer de la thyroïde

Le cancer de la thyroïde est une formation nodulaire maligne qui se développe à partir de l'épithélium folliculaire ou parafolliculaire (cellules C) de la glande thyroïde. Il existe des cancers folliculaire, papillaire, médullaire, anaplasique et lymphome thyroïdien, ainsi que des lésions métastatiques. Cliniquement, le cancer de la thyroïde se manifeste par une difficulté à avaler, une constriction et un mal de gorge, un enrouement, une toux, une perte de poids, une faiblesse et une transpiration. Le diagnostic est réalisé par échographie, IRM et scintigraphie thyroïdienne. Cependant, le critère principal est la détection de cellules cancéreuses dans le matériel obtenu par biopsie à l'aiguille fine de la glande.

Cancer de la thyroïde

Le cancer de la thyroïde est une formation nodulaire maligne qui se développe à partir de l'épithélium folliculaire ou parafolliculaire (cellules C) de la glande thyroïde. La prévalence du cancer de la thyroïde est d'environ 1,5% de toutes les tumeurs malignes des autres sites. Le cancer de la thyroïde est plus fréquent chez les femmes après 40 à 60 ans (3,5 fois plus souvent que chez les hommes). Après la catastrophe de Tchernobyl, l'incidence du cancer de la thyroïde a considérablement augmenté, en particulier chez les enfants, dont la glande thyroïde est beaucoup plus sensible à l'accumulation d'iode radioactif. En l'absence d'exposition aux rayonnements, l'incidence du cancer de la thyroïde augmente avec l'âge.

L'évolution du cancer de la thyroïde se caractérise par l'abrasion du tableau clinique, l'absence de douleur des ganglions palpables, des métastases précoces des ganglions lymphatiques et d'autres organes (dans certaines formes de cancer). Les nodules bénins de la glande thyroïde sont beaucoup plus communs malins (90% à 95% et 5% à 10%, respectivement), ce qui nécessite un diagnostic différentiel approfondi.

Causes du cancer de la thyroïde

Les recherches confirment que dans 80% des cas, le cancer de la thyroïde se développe dans le contexte d'un goitre existant et que sa fréquence est 10 fois plus élevée dans les zones d'endémie du goitre.

Le développement du cancer de la thyroïde contribue également à un certain nombre de facteurs de risque élevés:

  • la présence de processus inflammatoires chroniques dans la glande thyroïde;
  • processus inflammatoires ou néoplasiques prolongés des glandes génitales et mammaires;
  • prédisposition génétique au dysfonctionnement et aux tumeurs des glandes endocrines;
  • rayons X ou rayonnements ionisants généraux ou locaux (tête et cou), en particulier chez les enfants et les adolescents;
  • adénome thyroïdien, considéré comme une maladie précancéreuse;
  • un certain nombre d'affections génétiques héréditaires (polypose familiale, syndrome de Gardner, maladie de Cowden, formes familiales de carcinome médullaire de la glande thyroïde, etc.);
  • affections associées à des modifications de l'équilibre hormonal dans le corps de la femme (ménopause, grossesse, allaitement).

Souvent dans le développement du cancer de la thyroïde, le rôle joué par la combinaison mutuelle d'un certain nombre de facteurs.

Classification du cancer de la thyroïde

Selon la classification internationale des tumeurs de la glande thyroïde sont attribués: les tumeurs épithéliales de nature bénigne et maligne, ainsi que les tumeurs non épithéliales. Selon les formes histologiques, on distingue les types de cancers de la thyroïde suivants: papillaire (environ 60-70%), folliculaire (15-20%), médullaire (5%), anaplasique (2-3%), mixte (5-10%), lymphome (2-3%).

La classification du cancer de la thyroïde selon le système international TNM est basée sur le critère de prévalence de la tumeur dans la glande et de la présence de métastases dans les ganglions lymphatiques et les organes distants, où:

T - l'incidence du cancer dans la glande thyroïde

  • T0 - pas de tumeur primitive dans la glande thyroïde détectée pendant l'opération
  • T1 - une tumeur dans le plus grand diamètre jusqu'à 2 cm, qui ne s'étend pas au-delà des frontières de la glande thyroïde (c'est-à-dire qui ne germe pas dans sa capsule)
  • T2 - une tumeur> 2 cm, mais 4 cm de plus grand diamètre, ne dépassant pas les frontières de la glande thyroïde ou une tumeur de plus petit diamètre, avec une germination dans sa capsule
  • T4 - ce stade du cancer de la thyroïde est divisé en 2 sous-étapes:
  • T4a - tumeur de n'importe quelle taille avec germination de la capsule de la glande thyroïde, des tissus mous sous-cutanés, du larynx, de la trachée, de l'œsophage ou d'un nerf laryngé récurrent
  • T4b - tumeur avec germination du fascia prévertébral, de l'artère carotide ou des vaisseaux rétrosternaux;

N - la présence ou l'absence de métastases régionales du cancer de la thyroïde

  • NX - Il est impossible d'estimer les métastases tumorales aux ganglions cervicaux
  • N0 - pas de métastases régionales
  • N1 - les métastases régionales sont déterminées (ganglions lymphatiques paratrachéal, pré-trachéal, pré-aryngé, cervical latéral, rétrosternal);

M - la présence ou l'absence de métastases aux organes distants

  • MX - métastases tumorales distantes impossibles à estimer
  • M0 - les métastases à distance sont absentes
  • M1 - les métastases à distance sont déterminées

La classification du cancer de la thyroïde par le système TNM est utilisée pour la stadification de la tumeur et la prévision de son traitement.

Le cancer de la thyroïde se développe en quatre étapes (du plus favorable au moins favorable):

  • Stade I - la tumeur est localisée, la capsule de la glande thyroïde n'est pas déformée, il n'y a pas de métastases
  • Stade IIa - une tumeur unique, déformant la glande ou de multiples nœuds sans métastases ni déformation de la capsule
  • Stade IIb - présence d'une tumeur avec ganglions lymphatiques métastatiques unilatéraux
  • Stade III - une tumeur, une capsule poussant ou une compression des organes et des tissus voisins, ainsi que la présence de lésions bilatérales des ganglions lymphatiques
  • Stade IV - une tumeur avec une germination dans les tissus ou les organes environnants, ainsi qu'une tumeur avec des métastases dans les organes les plus proches et / ou les plus éloignés.

Le cancer de la thyroïde peut être primaire (si la tumeur survient initialement dans la glande elle-même) ou secondaire (si la tumeur se développe dans la glande à partir d'organes voisins).

Types de cancer de la thyroïde

Le cancer papillaire (carcinome) de la glande thyroïde représente jusqu'à 70% et plus de tous les cas de néoplasmes malins de la glande thyroïde. Les carcinomes papillaires microscopiques ont de multiples projections papillaires, qui ont déterminé leur nom (du latin "Papilla" - papille). La tumeur se développe extrêmement lentement, se produit plus souvent dans l'un des lobes des glandes et seulement 10 à 20% des patients présentent une lésion bilatérale. Malgré la croissance lente du cancer papillaire de la thyroïde, des métastases souvent aux ganglions lymphatiques cervicaux Le pronostic du carcinome papillaire de la thyroïde est relativement favorable: la plupart des patients ont un pourcentage élevé de survie à 25 ans. Métastases du cancer aux ganglions lymphatiques et aux organes distants, l'âge des patients âgés de plus de 50 ans et moins de 25 ans, la taille de la tumeur est> 4 cm s'aggrave de manière significative.

Le cancer folliculaire (carcinome) de la glande thyroïde est le deuxième type de tumeur maligne de la glande thyroïde en importance, survenant dans 5 à 10% des cas. Développe à partir des cellules folliculaires qui constituent la structure normale de la glande thyroïde. Le développement pathogénique du cancer de la thyroïde folliculaire est associé à une carence en iode dans l'alimentation. Dans la plupart des cas, ce type de cancer ne s'étend pas au-delà de la glande, les métastases des ganglions lymphatiques, des os et des poumons sont moins courantes. Le pronostic par rapport à la forme morphologique papillaire du cancer est moins favorable.

Le cancer de la thyroïde anaplasique est une forme rare de tumeur maligne, avec une tendance à la croissance rapide, des dommages aux structures du cou et une propagation dans le corps avec un pronostic très défavorable pour la vie. Se développe habituellement chez les patients âgés dans le contexte d'un goitre nodulaire longtemps observé. La croissance rapide d'une tumeur associée à un dysfonctionnement des structures du médiastin (asphyxie, difficulté à avaler, dysphonie) et à la germination des organes voisins entraîne le développement d'une issue fatale au cours de l'année.

Le cancer médullaire de la thyroïde (carcinome) est une forme de tumeur maligne qui se développe à partir de la glande parafolliculaire (cellules C) et représente environ 5% des cas. Même avant que la tumeur primitive de la glande thyroïde ne soit révélée, elle peut métastaser dans les ganglions lymphatiques, le foie et les poumons. L'antigène embryonnaire du cancer et la calcitonine élevée, synthétisés par la tumeur, sont détectés dans le sang du patient. L'évolution du cancer médullaire de la thyroïde est plus agressive que les cancers folliculaires et papillaires, avec l'apparition précoce de métastases dans les ganglions lymphatiques voisins et leur propagation vers les muscles, la trachée, les poumons et d'autres organes.

Lymphome thyroïdien - une tumeur qui se développe à partir de lymphocytes sur le fond de la thyroïdite auto-immune ou indépendamment. Il y a une augmentation rapide de la taille de la glande thyroïde avec l'implication de ganglions lymphatiques et des symptômes de compression du médiastin. Le lymphome répond bien aux rayonnements ionisants.

Les métastases des tumeurs malignes d'autres localisations dans la glande thyroïde sont rares. Des lésions métatstatiques de la glande thyroïde s'observent dans les mélanomes, les cancers de l'estomac, des seins, des poumons, des intestins, du pancréas et des lymphomes.

Symptômes du cancer de la thyroïde

En règle générale, les plaintes des patients sont associées à l'apparition de nodules dans la glande thyroïde ou à une augmentation des ganglions lymphatiques cervicaux. À mesure que la tumeur se développe, des symptômes de compression des structures du cou se développent: enrouement de la voix, violation de la déglutition, essoufflement, toux, suffocation, douleur. Les patients ont des sueurs, une faiblesse, une perte d’appétit, une perte de poids.

Chez les enfants, l'évolution du cancer de la thyroïde est relativement lente et favorable. Chez les patients plus jeunes, il existe une prédisposition aux métastases lymphogènes de la tumeur, chez les patients plus âgés - à la germination des organes environnants du cou. Les patients âgés ont des signes communs plus prononcés, il y a une progression rapide de la pathologie, la prévalence des formes très malignes du cancer de la thyroïde.

Diagnostic du cancer de la thyroïde

A la palpation de la glande thyroïde, simple ou multiple, de taille plus petite ou plus grande, on trouve des nœuds de consistance denses, soudés aux tissus environnants; mobilité limitée de la glande, rugosité de surface; ganglions lymphatiques enflés.

La scintigraphie de la glande thyroïde n’informe pas en termes de diagnostic différentiel de la nature bénigne ou maligne de la tumeur, mais elle aide à préciser le degré de prévalence (stade) du processus tumoral. Au cours de l'étude, l'iode radioactif injecté par voie intraveineuse s'accumule dans les nœuds de la glande thyroïde et des tissus environnants. Les nœuds qui absorbent une grande quantité d'iode radioactif sont définis par les balayages comme étant «chauds» et moins «froids».

Une échographie de la glande thyroïde révèle la taille et le nombre de nœuds dans la glande thyroïde. Cependant, les ultrasons, les tumeurs bénignes et le cancer de la thyroïde sont difficiles à distinguer, ce qui nécessite l'utilisation de méthodes supplémentaires de visualisation de la glande.

À l'aide de l'imagerie par résonance magnétique, le cancer de la thyroïde peut se différencier d'un nodule bénin. La tomodensitométrie de la glande thyroïde permet de préciser le stade de la maladie. La principale méthode de vérification du cancer est une biopsie à l'aiguille fine de la thyroïde, suivie d'un examen histologique de la biopsie.

Pour les patients atteints d'un cancer de la thyroïde, l'anémie, l'ESR accélérée, les modifications de la fonction thyroïdienne (augmentées ou diminuées) sont caractéristiques. Lorsque la forme médullaire du cancer dans le sang augmente le niveau de l'hormone calcitonine. Une augmentation de la thyroglobuline, protéine thyroïdienne, peut indiquer une récidive d'une tumeur maligne.

Traitement du cancer de la thyroïde

Lors du choix d'une méthode de traitement du cancer de la thyroïde, le type de tumeur, le stade et l'état général du patient sont pris en compte. Aujourd'hui, l'endocrinologie a dans son arsenal plusieurs moyens efficaces de lutter contre le cancer de la thyroïde. Le traitement peut inclure une intervention chirurgicale, un traitement à l'iode radioactif ou des hormones, une chimiothérapie, une radiothérapie. L'utilisation d'une combinaison de deux méthodes ou plus vous permet d'obtenir un pourcentage élevé de guérison du cancer de la thyroïde.

La plus radicale est l'ablation chirurgicale de la glande thyroïde - thyroïdectomie totale et sous-totale. Dans le cancer du degré I-II de la glande thyroïde, la localisation de la tumeur dans un lobe est limitée à son enlèvement, de même que l'isthme et les zones suspectes de l'autre lobe. La thyroïdectomie étendue, comprenant l'ablation des muscles du cou, l'excision de la veine jugulaire, les ganglions lymphatiques régionaux et le tissu sous-cutané adipeux, est montrée aux stades III-IV du cancer de la thyroïde.

En plus de l'opération, un traitement par l'iode radioactif I-131 (50 à 150 mCi) est prescrit, détruisant les métastases du cancer de la thyroïde et les résidus de tissu thyroïdien après la chirurgie. La thérapie à l'iode radioactif est plus efficace dans la métastase du cancer de la thyroïde dans les poumons et peut conduire à leur disparition complète.

La survenue d'une récidive tumorale est contrôlée par l'étude du taux de thyroglobuline dans le sang. Avec une métastase progressive du cancer de la thyroïde, on utilise une irradiation externe. La radiothérapie et la chimiothérapie sont utilisées pour le traitement palliatif d'un processus tumoral commun.

Après une chirurgie pour cancer de la thyroïde, un réexamen périodique est nécessaire pour exclure les récidives et les métastases de la tumeur, notamment une radiographie thoracique, une échographie de la glande thyroïde, une scintigraphie, une étude du niveau de thyroglobuline dans le sang, etc. ) de maintenir la concentration de TSH dans la limite inférieure de la norme et de réduire le risque de récurrence du cancer de la thyroïde.

Pronostic pour le cancer de la thyroïde

Le pronostic dépend du stade du cancer de la thyroïde, du début du traitement, ainsi que de la structure histologique de la tumeur. La probabilité de guérison du cancer de la thyroïde avec un diagnostic précoce et un degré modéré de tumeur maligne de la tumeur atteint 85 à 90%.

Un pronostic insatisfaisant est observé dans les lymphomes et les formes anaplasiques de cancer de la thyroïde: la mortalité dans les six mois suivant le début de la maladie est proche de la valeur absolue. Un degré élevé de malignité est caractérisé par l'évolution du cancer médullaire, qui se métastase tôt dans des organes distants.

Le cancer folliculaire de la glande thyroïde est moins agressif en termes de valeur prédictive, les formes papillaire et mixte ayant l’évolution la plus bénigne. L'évolution du cancer de la thyroïde est plus favorable chez les personnes d'âge mûr, moins chez les personnes de plus de 60 ans et moins de 20 ans.

Prévention du cancer de la thyroïde

La prévention extensive du cancer de la thyroïde implique l’élimination de la carence en iode par la consommation de sel et de fruits de mer iodés. Une exposition radiographique de la tête et du cou est strictement indiquée. Une partie importante de la prévention est le traitement opportun de la pathologie thyroïdienne, l’observation dynamique des patients endocrinologues à risque: ceux atteints d’une maladie de la thyroïde, vivant dans une zone de carence en iode, exposés à des radiations, présentant des cas familiaux de cancer médullaire de la thyroïde.

Vous Pouvez, Comme Pro Hormones