Quelle devrait être la période postopératoire après le retrait de la glande thyroïde? Cette question inquiète de nombreux patients ayant subi cette opération. En fait, une telle opération n’est pas difficile, mais, comme toute autre, elle apporte ses propres ajustements à l’état du corps et au bien-être de la personne. L’hypothyroïdie est un effet indésirable fréquent, à savoir une diminution de la fonctionnalité de cet organe du système endocrinien qui ralentit la production d’hormones thyroïdiennes. Dans certains cas, une hypoparathyroïdie peut survenir - une déviation de la glande parathyroïde.

L'opération sur la glande thyroïde n'est pas compliquée, mais, comme toute autre, elle apporte ses propres modifications à l'état du corps et au bien-être de la personne.

Il y a quelque temps, la médecine pratiquait une telle opération particulièrement souvent: presque un patient sur deux était opéré, celui-ci sollicitant de l'aide pour des symptômes indiquant des perturbations dans le travail de cet organe. Ce type de traitement a eu de nombreuses conséquences négatives: cicatrices au cou de taille impressionnante, hypothyroïdie persistante, risque constant de troubles du travail du cœur et des vaisseaux sanguins et même tendance à l'ostéoporose.

Pour rendre les traitements plus sûrs et pour s’éloigner des risques et des conséquences injustifiés, la médecine moderne n’utilise la procédure d’opération que lorsque cela est vraiment nécessaire.

Cependant, même après l'opération visant à enlever la glande thyroïde, le patient ne subit pas de telles conséquences déplorables. La procédure de couture est devenue cosmétique, ce qui vous permet de rendre la cicatrice plus précise et presque invisible aux yeux indiscrets. La procédure d'élimination de la thyroïde a également subi des changements positifs: les médecins tentent de préserver autant que possible l'intégrité de la glande en laissant ses pôles et ses glandes parathyroïdes. Bien sûr, seulement si cela semble possible.

La procédure de couture est devenue cosmétique, ce qui vous permet de rendre la cicatrice plus précise et presque invisible aux yeux indiscrets.

Thyroïdectomie partielle et complète

Naturellement, la réadaptation et l’état du patient dans ce processus dépendent directement du type d’opération. Si une thyroïdectomie partielle était pratiquée et que les médecins réussissaient à préserver des parties importantes de la glande thyroïde, le choc corporel ne serait pas aussi intense, le patient se sentirait beaucoup mieux. Mais il existe des cas où le retrait complet de la glande thyroïde est une mesure nécessaire. Déterminez quelles lectures ne permettent qu'un retrait partiel et celles qui sont complètes.

La thyroïdectomie partielle est possible si:

  • un patient a un adénome thyroïdien;
  • une tumeur maligne, dont la taille est minimale;
  • on trouve des formations nodulaires situées dans les lobes de la glande thyroïde;
  • le patient souffre de la présence de gros nœuds de fonctions diverses.

Récupération de la chirurgie thyroïdienne

Les maladies du système endocrinien nécessitent souvent une intervention chirurgicale. Un certain nombre de mesures permettent au patient de récupérer plus rapidement après une chirurgie à la thyroïde.

La glande thyroïde est l'un des organes du système endocrinien humain, qui comprend: les glandes parathyroïdes, l'hypophyse, l'épiphyse, l'hypothalamus, le thymus, les glandes surrénales, les gonades et le pancréas, le système APUD et les reins (ils produisent l'hormone rénine). La glande thyroïde est située devant la trachée et a la forme d'un papillon. C'est un organe produisant des hormones, à sécrétion interne, qui produit des hormones contenant de l'iode - thyroxine et triiodothyronine, ainsi que de la calcitonine.

Quelques statistiques

Il existe des zones endémiques pour les maladies de la thyroïde (avec une teneur insuffisante en iode): les régions montagneuses, la région centrale de la partie européenne de la Russie, les régions du nord, ainsi que la région de la Haute et la Moyenne Volga.

On remarque que les femmes souffrent de pathologies de la glande thyroïde 20 fois plus souvent (nodules) que les hommes.

30 à 50% de la population totale de la Russie souffre de maladies de la glande thyroïde.

Dans 90% des cas, les tumeurs de la glande sont bénignes.

Les maladies thyroïdiennes surviennent au niveau de la fonction augmentée, diminuée ou inchangée.

Les pathologies de cet organe sont traitées rapidement ou de manière conservatrice.

Le traitement chirurgical de la glande thyroïde implique un retrait partiel ou complet. De telles interventions sont considérées comme des manipulations de la plus haute complexité.

Indications pour le fonctionnement de la glande thyroïde

L’opération d’extraction de la glande thyroïde peut être recommandée au patient s’il présente les maladies suivantes:

  • formations bénignes à volume élevé qui gênent le processus de respiration et de déglutition;
  • tumeurs malignes;
  • les kystes;
  • traitement non conservateur de l'hyperthyroïdie.

Types de traitement chirurgical

Il existe les types suivants de traitement chirurgical de la glande thyroïde:

  • Thyroïdectomie - retrait de toute la glande. Indications: oncologie, goitre diffus multinodulaire, goitre toxique.
  • Hémithyroïdectomie - élimination de l'un des lobes de la glande. Indications: nœud "chaud", tumeur folliculaire.
  • Résection - retrait d'une partie de la glande thyroïde. Il est rarement fabriqué, car s’il est nécessaire de procéder à une nouvelle opération, sa mise en oeuvre rend difficile le processus d’adhérence formé.

Complications de l'opération

  • Saignement: Une intervention répétée est nécessaire pour détecter la source et arrêter le saignement.
  • Réactions allergiques aux drogues injectables: arrêter l’introduction de drogues, l’introduction d’antihistaminiques, la réanimation.
  • Atteinte nerveuse avec altération de la fonction vocale: la nomination de vitamines du groupe B, une trachéotomie temporaire et un traitement chirurgical sont possibles (cordes plastiques).
  • Parésie du larynx. Traitement en fonction de la cause: pharmacothérapie, stimulation, exercices avec un orthophoniste, correction chirurgicale.
  • Le développement de l'hypoparathyroïdie postopératoire nécessite un traitement médicamenteux ou une hydrothérapie.
  • Dommages à l'œsophage: traitement chirurgical.
  • Dommages causés aux glandes parathyroïdes. Pour la correction de la condition prescrite des suppléments de calcium et de vitamine D.
  • Raideur de la nuque due à la réduction de l'élasticité des tissus: thérapie manuelle, thérapie par l'exercice.
  • Infection d'accession: traitement antibiotique.

Après la chirurgie

Immédiatement après le traitement chirurgical des maladies de la glande thyroïde, les patients ressentent un mal de gorge, une tension musculaire à l'arrière du cou, une douleur dans la plaie postopératoire. Dans certains cas, l'enrouement apparaît à la suite d'une intubation ou d'une lésion du nerf récurrent.

Après l'opération sur la glande thyroïde, il reste une cicatrice dans la zone de manipulation, qui peut changer au cours des deux prochaines années: rougir, gonfler, grossir. Il est important de se rappeler que ces événements sont temporaires et que, par la suite, la cicatrice se rétrécira et s’illuminera.

En règle générale, après le retrait de la glande thyroïde, les patients sont irritables, rapidement fatigués, sujets à de brusques changements d'humeur, ressentent une raideur à la colonne cervicale, ont des troubles du sommeil, des palpitations, etc.

Pour un processus de rééducation réussi, il est nécessaire de suivre toutes les recommandations du médecin traitant et d’éviter:

  • effort physique intense;
  • surmenage et stress;
  • rester dans les bains, les saunas et les stations balnéaires au climat chaud;
  • utilisation de sucre (remplacer par du miel et des fruits secs).
  • prendre des médicaments prescrits;
  • être observé chez l’endocrinologue et sur le point d’être examiné;
  • observer le régime alimentaire;
  • abandonner les mauvaises habitudes;
  • pour élargir le mode moteur - l'hypodynamie est contre-indiquée;
  • normaliser le poids.

Réhabilitation

En postopératoire, on prescrit au patient un médicament en fonction des indications: calcium, traitement substitutif: hormonothérapie, etc. L'observation programmée par un endocrinologue avec contrôle de la glande thyroïde et des tissus environnants est nécessaire.

Pour la correction de l'état psycho-émotionnel devrait consulter un psychothérapeute, qui aidera à survivre à la difficile période postopératoire.

Si le patient a un syndrome du cou et des épaules, une thérapie manuelle peut être prescrite de manière douce.

Pour détendre et renforcer le corset musculaire, il est nécessaire d'effectuer les complexes d'exercices thérapeutiques prescrits par le médecin traitant.

Physiothérapie

Comme les indications pour le traitement chirurgical sont les néoplasmes de la glande thyroïde, l’utilisation de traitements de physiothérapie en période de rééducation en manipulation chirurgicale est un facteur provoquant la récurrence de la maladie ou l’implication de tissus sains dans le processus pathologique. Pour cette raison, la physiothérapie dans cette situation n'est pas attribuée.

Avec le développement de l'hypothyroïdie, il est possible d'utiliser des bains de térébenthine (émulsion blanche) selon un schéma spécial.

En règle générale, après le traitement chirurgical des maladies de la glande thyroïde, aucune mesure de réadaptation n'est nécessaire. Il est nécessaire de suivre strictement les recommandations du médecin traitant et de subir un examen de routine deux fois par an. Le respect de ces conditions permettra au patient de mener une vie normale et d’être une personne en bonne santé.

Régime après chirurgie sur la glande thyroïde

Les maladies du système endocrinien nécessitent souvent une intervention chirurgicale. Un certain nombre de mesures permettent au patient de récupérer plus rapidement après une chirurgie à la thyroïde.

La glande thyroïde est l'un des organes du système endocrinien humain, qui comprend: les glandes parathyroïdes, l'hypophyse, l'épiphyse, l'hypothalamus, le thymus, les glandes surrénales, les gonades et le pancréas, le système APUD et les reins (ils produisent l'hormone rénine). La glande thyroïde est située devant la trachée et a la forme d'un papillon. C'est un organe produisant des hormones, à sécrétion interne, qui produit des hormones contenant de l'iode - thyroxine et triiodothyronine, ainsi que de la calcitonine.

Quelques statistiques

Il existe des zones endémiques pour les maladies de la thyroïde (avec une teneur insuffisante en iode): les régions montagneuses, la région centrale de la partie européenne de la Russie, les régions du nord, ainsi que la région de la Haute et la Moyenne Volga.

On remarque que les femmes souffrent de pathologies de la glande thyroïde 20 fois plus souvent (nodules) que les hommes.

30 à 50% de la population totale de la Russie souffre de maladies de la glande thyroïde.

Dans 90% des cas, les tumeurs de la glande sont bénignes.

Les maladies thyroïdiennes surviennent au niveau de la fonction augmentée, diminuée ou inchangée.

Les pathologies de cet organe sont traitées rapidement ou de manière conservatrice.

Le traitement chirurgical de la glande thyroïde implique un retrait partiel ou complet. De telles interventions sont considérées comme des manipulations de la plus haute complexité.

Indications pour le fonctionnement de la glande thyroïde

Indications pour la chirurgie, le médecin détermine après un examen détaillé du patient et étudie la structure de la glande thyroïde en utilisant des ultrasons.

L’opération d’extraction de la glande thyroïde peut être recommandée au patient s’il présente les maladies suivantes:

formations bénignes à volume élevé qui gênent le processus de respiration et de déglutition; tumeurs malignes; les kystes; traitement non conservateur de l'hyperthyroïdie.

Types de traitement chirurgical

Il existe les types suivants de traitement chirurgical de la glande thyroïde:

Thyroïdectomie - retrait de toute la glande. Indications: oncologie, goitre diffus multinodulaire, goitre toxique. Hémithyroïdectomie - élimination de l'un des lobes de la glande. Indications: nœud "chaud", tumeur folliculaire. Résection - retrait d'une partie de la glande thyroïde. Il est rarement fabriqué, car s’il est nécessaire de procéder à une nouvelle opération, sa mise en oeuvre rend difficile le processus d’adhérence formé.

Complications de l'opération

Saignement: Une intervention répétée est nécessaire pour détecter la source et arrêter le saignement. Réactions allergiques aux drogues injectables: arrêter l’introduction de drogues, l’introduction d’antihistaminiques, la réanimation. Atteinte nerveuse avec altération de la fonction vocale: la nomination de vitamines du groupe B, une trachéotomie temporaire et un traitement chirurgical sont possibles (cordes plastiques). Parésie du larynx. Traitement en fonction de la cause: pharmacothérapie, stimulation, exercices avec un orthophoniste, correction chirurgicale. Le développement de l'hypoparathyroïdie postopératoire nécessite un traitement médicamenteux ou une hydrothérapie. Dommages à l'œsophage: traitement chirurgical. Dommages causés aux glandes parathyroïdes. Des médicaments sont prescrits pour le calcium et la vitamine D. Pour la correction de la condition, raideur de la nuque en réduisant l'élasticité des tissus: thérapie manuelle, thérapie par l'exercice. Infection d'accession: traitement antibiotique.

Après la chirurgie

Immédiatement après le traitement chirurgical des maladies de la glande thyroïde, les patients ressentent un mal de gorge, une tension musculaire à l'arrière du cou, une douleur dans la plaie postopératoire. Dans certains cas, l'enrouement apparaît à la suite d'une intubation ou d'une lésion du nerf récurrent.

Après l'opération sur la glande thyroïde, il reste une cicatrice dans la zone de manipulation, qui peut changer au cours des deux prochaines années: rougir, gonfler, grossir. Il est important de se rappeler que ces événements sont temporaires et que, par la suite, la cicatrice se rétrécira et s’illuminera.

En règle générale, après le retrait de la glande thyroïde, les patients sont irritables, rapidement fatigués, sujets à de brusques changements d'humeur, ressentent une raideur à la colonne cervicale, ont des troubles du sommeil, des palpitations, etc.

Pour un processus de rééducation réussi, il est nécessaire de suivre toutes les recommandations du médecin traitant et d’éviter:

effort physique intense; surmenage et stress; rester dans les bains, les saunas et les stations balnéaires au climat chaud; utilisation de sucre (remplacer par du miel et des fruits secs). prendre des médicaments prescrits; être observé chez l’endocrinologue et sur le point d’être examiné; observer le régime alimentaire; abandonner les mauvaises habitudes; pour élargir le mode moteur - l'hypodynamie est contre-indiquée; normaliser le poids.

Réhabilitation

Après une intervention chirurgicale, un endocrinologue doit surveiller le patient pour surveiller le fonctionnement et l'état de la glande thyroïde.

En postopératoire, on prescrit au patient un médicament en fonction des indications: calcium, traitement substitutif: hormonothérapie, etc. L'observation programmée par un endocrinologue avec contrôle de la glande thyroïde et des tissus environnants est nécessaire.

Pour la correction de l'état psycho-émotionnel devrait consulter un psychothérapeute, qui aidera à survivre à la difficile période postopératoire.

Si le patient a un syndrome du cou et des épaules, une thérapie manuelle peut être prescrite de manière douce.

Pour détendre et renforcer le corset musculaire, il est nécessaire d'effectuer les complexes d'exercices thérapeutiques prescrits par le médecin traitant.

Physiothérapie

Comme les indications pour le traitement chirurgical sont les néoplasmes de la glande thyroïde, l’utilisation de traitements de physiothérapie en période de rééducation en manipulation chirurgicale est un facteur provoquant la récurrence de la maladie ou l’implication de tissus sains dans le processus pathologique. Pour cette raison, la physiothérapie dans cette situation n'est pas attribuée.

Avec le développement de l'hypothyroïdie, il est possible d'utiliser des bains de térébenthine (émulsion blanche) selon un schéma spécial.

En règle générale, après le traitement chirurgical des maladies de la glande thyroïde, aucune mesure de réadaptation n'est nécessaire. Il est nécessaire de suivre strictement les recommandations du médecin traitant et de subir un examen de routine deux fois par an. Le respect de ces conditions permettra au patient de mener une vie normale et d’être une personne en bonne santé.

Dans les maladies graves de la glande thyroïde, une intervention chirurgicale est nécessaire pour la retirer (thyroïdectomie). Naturellement, les patients qui subissent une telle intervention sont préoccupés par les questions suivantes: combien de temps vivrez-vous après l'opération, comment votre bien-être et votre vie changeront-ils après le retrait de la glande thyroïde?

Récupération et traitement dans la période postopératoire

La rééducation après le retrait de la glande thyroïde prend généralement deux à trois semaines. Premièrement, il y a une douleur dans la région de la suture, une douleur et des sensations de traction dans le cou, une suture postopératoire se gonfle. En 2-3 semaines, ces phénomènes disparaissent d'eux-mêmes sans traitement.

Une petite cicatrice reste sur le cou. Avec les méthodes chirurgicales modernes, elle est de petite taille et ne gâche pas son apparence. Elle constitue une suture résorbable. Après la guérison, il reste généralement une bande étroite sur la peau, facile à masquer si nécessaire.

Pour bien cicatriser la plaie postopératoire, il est nécessaire de soigner la suture afin de maintenir la stérilité de cette zone. Les suppurations dans le cou sont dangereuses, car les organes importants sont proches: le plexus cérébral, cardiaque et nerveux. S'il n'y a pas de complications, le patient est hospitalisé en moyenne pendant 2-3 jours, puis quitte l'hôpital.

Après l'excision de la glande entière ou de sa partie, il manque des hormones.

Par conséquent, un traitement hormonal substitutif est effectué. Pendant la période de rééducation, des injections de lévothyroxine sont administrées. Ils inhibent la synthèse de la TSH, de sorte qu'aucune tumeur dépendante de la TSH n'apparaisse.

La lévothyroxine est prescrite à l’avenir sous forme de comprimés à boire une fois par jour. La lévothyroxine doit être prise à la posologie prescrite par le médecin. Vous ne pouvez pas indépendamment augmenter ou diminuer. Si le patient a oublié de prendre le médicament, vous ne devez pas prendre deux comprimés au lieu d'un le lendemain.

En outre, une thérapie à l'iode radioactif. Il est nécessaire de détruire les cellules thyroïdiennes résiduelles, tant saines que tumorales. En outre, le traitement par radio-iode est effectué lorsque des métastases tumorales sont détectées ou en rechute.

Après le retrait complet de la glande thyroïde dans la période postopératoire, une faiblesse peut être ressentie en raison d'une diminution de la teneur en calcium dans le sang. Pour revenir à son niveau normal, il est important de bien manger, de prescrire également des suppléments de calcium.

au contenu ↑ Style de vie

La vie après une opération sur la glande thyroïde ne diffère pas des caractéristiques ou des difficultés significatives. Il faudra un certain temps, voire toute une vie, pour prendre les médicaments prescrits et consulter périodiquement un médecin, mais ces caractéristiques n’affectent pas vraiment la qualité de vie.

Ce qui ne peut pas être fait si une opération de la glande thyroïde est effectuée est énuméré ci-dessous:

Dans la période de récupération ne peut pas boire de l'alcool, la fumée. Vous ne pouvez pas boire du thé et du café forts. Vous pouvez prendre le soleil uniquement pendant les périodes d'activité solaire minimale (le matin, le soir). Le soleil après la chirurgie du cancer est particulièrement nocif. Vous ne pouvez pas surchauffer, procédures interdites qui sont associées à la fièvre. Vous ne pouvez pas vous assoir sur un régime hypocalorique, mourez de faim.

Chaque patient chez qui une opération pour enlever la thyroïde est programmée est intéressé par la question: combien de temps vivent-ils après? Des études à long terme montrent que l'espérance de vie après la thyroïdectomie n'est pas réduite. Le manque de thyroïde n'affecte pas la durée de la vie. Le cancer peut être réduit à vie, en raison de laquelle l'opération a été prescrite, en fonction du type de cancer. Le plus dangereux est le cancer médullaire: après des patients papillaires et folliculaires, le patient vivra plus longtemps.

Après le retrait de la glande thyroïde, s'il n'y a pas de complications, le patient restera à l'hôpital pendant 3 à 4 semaines, puis pourra se rendre au travail. Au début, ses conditions de travail seront allégées. Après la chirurgie, le travail physique lourd est contre-indiqué (pendant un an), il faut éviter un fort stress émotionnel et émotionnel.

En ce qui concerne la nourriture, dans les premiers jours, seule la nourriture liquide est autorisée:

soupes de viande et de poisson en purée; céréales liquides à base de céréales.

des fruits; les légumes; produits laitiers fermentés.

Ensuite, entrez d'autres produits, il devrait s'agir de plats mous ou liquides. Peu à peu, la personne reprend son régime habituel. Après la thyroïdectomie, le gain de poids est plus facile, il est donc nécessaire de suivre un régime alimentaire sain, en limitant les graisses animales et les glucides «rapides».

Vous devez consommer suffisamment de protéines et manger une variété de fruits et de légumes. Sont nuisibles

viande grasse; plats frits et fumés; des bonbons; les cornichons; la salinité; les légumineuses; boissons gazeuses.

Si le patient est végétarien, il doit informer le médecin de son régime alimentaire. Les produits à base de soja peuvent réduire l'absorption de la lévothyroxine, sa dose est donc ajustée. Le médecin peut également prescrire des compléments alimentaires contenant de l'iode, du fer, de la vitamine C et d'autres vitamines et minéraux.

La vie sans thyroïde ne signifie pas l'absence d'un mode de vie actif. Lorsque le médecin le permettra, le patient pourra faire du sport comme avant. Cependant, les types d'activité physique qui impliquent une charge grave sur le cœur seront contre-indiqués:

haltérophilie; le football; volley-ball; le tennis

Les types suivants sont autorisés et recommandés:

courir (jogging le matin ou le soir); la natation; le cyclisme; aérobic - modérément; marche nordique; tennis de table; yoga (sous la direction d'un instructeur).

L'exercice peut être fait lorsque l'enflure disparaît, que la douleur disparaît et que vous vous sentez normal. La vie après le retrait de la thyroïde continue. Les femmes peuvent tomber enceintes et donner naissance à des enfants en bonne santé. Toutefois, lorsqu’elles planifient une grossesse et l’accouchement, elles doivent consulter régulièrement un endocrinologue et surveiller le niveau des hormones TSH et T4. Les femmes enceintes doivent faire un test sanguin tous les 3 mois.

vers la table des matières ↑ Surveillance médicale

Pour que la vie sans glande thyroïde soit complète et que le bien-être soit bénéfique, le patient doit continuer à consulter un endocrinologue. En plus de surveiller le bien-être du patient, le médecin sélectionne et ajuste la dose de médicaments hormonaux au fil du temps. Répétez le sondage 1 à 3 fois par an, s'il n'y a pas de complications.

Après un certain temps après la chirurgie, des examens supplémentaires sont effectués. Environ un mois plus tard, une scintigraphie est réalisée pour éliminer l'apparition de métastases tumorales dans d'autres organes. Le plus souvent, les cancers de la thyroïde se métastasent dans les poumons. Si, pour une raison quelconque, la scintigraphie ne peut pas être réalisée, une radiographie est réalisée. Ensuite, la scintigraphie avec l'introduction d'iode radioactif est réalisée 3 mois après la thyroïdectomie.

Après la chirurgie, le niveau de TSH est régulièrement contrôlé - généralement une fois tous les 6 mois ou plus souvent, selon les indications. Faites également un test sanguin pour le contenu de la thyroglobuline. Cette hormone indique la présence de cellules thyroïdiennes dans le corps. De plus, une augmentation de son niveau indique une récidive d'un néoplasme (cancer papillaire ou folliculaire).

Le patient doit obligatoirement informer le médecin de l'évolution de son état de santé, notamment de phénomènes tels que:

la violation du vote qui en résulte; gonflement de la gorge; douleur osseuse; maux de tête, migraine.

Après l'opération, le médecin prélève une dose d'hormones. S'il est trop petit ou trop haut, les phénomènes désagréables suivants peuvent se produire:

faiblesse, fatigue; rythme cardiaque rapide ou lent; nervosité; transpiration

Ces modifications du bien-être doivent être signalées au médecin. Après ajustement de la dose du médicament, ils doivent réussir. La vie après le retrait de la glande thyroïde est associée à l'utilisation constante de médicaments hormonaux, si la glande a été entièrement enlevée. Après avoir retiré l'un des lobes thyroïdiens, la dose de lévothyroxine est progressivement réduite et, lorsque les hormones sont produites en quantités suffisantes, le médicament est annulé. Si les glandes parathyroïdes ont été enlevées, des préparations de calcium et de vitamine D sont nécessaires.

Pour une récupération rapide, une thérapie physique est nécessaire. Un ensemble d'exercices est sélectionné avec le médecin en fonction de l'état du patient. L'exercice augmente la circulation sanguine et donc la nutrition des tissus, de sorte que la guérison est plus rapide. Les exercices spéciaux pour la glande thyroïde comprennent divers mouvements de la tête et des épaules, ainsi que des exercices de respiration.

au contenu ↑ Complications

Après la chirurgie, des troubles de la voix peuvent survenir. Ils apparaissent en raison d'une intubation, à la suite de quoi une laryngite commence en raison d'une irritation de la gorge. Au fil du temps, ils passent.

Parfois, des troubles de la voix se produisent si le nerf récurrent a été endommagé pendant la chirurgie. Cette complication est traitée pendant 1 à 4 mois si le nerf était seulement comprimé, mais pas croisé. Dans ce cas, il y a une paralysie temporaire. Si le nerf est croisé, sa paralysie est irréversible. La dissection nerveuse est nécessaire si le cancer se développe dans les tissus environnants. Une violation ou une disparition de la voix peut survenir à la suite d'une chirurgie ou d'une radiothérapie répétée en cas de récidive d'un cancer.

En cas de paralysie temporaire du nerf d’une part, la violation est compensée par le travail du nerf d’autre part, dans ce cas, une rééducation spéciale n’est pas nécessaire. S'il existe de graves troubles de la voix, un traitement phoniatrique est nécessaire pour le restaurer, ce qui inclut la stimulation des cordes vocales. Épargner la voix ou rester silencieux pendant la période de récupération n'est pas nécessaire. La normalisation de la voix peut prendre un certain temps - jusqu'à six mois, mais la voix peut se normaliser en quelques semaines. La probabilité d'une déficience vocale est d'environ 1% si l'opération a été réalisée par un spécialiste hautement qualifié. Dans d'autres cas, cela peut être plus.

Des mesures pour récupérer rapidement la voix après le retrait de la glande thyroïde peuvent être prises même avant une intervention chirurgicale. Habituellement, le médecin vous avertit de ce qu'il faut faire:

arrêter de fumer; guérir les maladies de la gorge (polypes, laryngite).

Un dysfonctionnement des glandes parathyroïdes peut survenir et un traitement hormonal est prescrit. Après élimination partielle ou complète de la thyroïde, une hypothyroïdie se développe, ce qui n’est pas considéré comme une complication. Il est facilement ajustable en prenant de la lévothyroxine.

Dans de rares cas (chez 0,2% des patients), des saignements se produisent, un hématome cutané peut apparaître à la même fréquence. Plus rarement, une suppuration de la suture se développe (dans 0,1% des cas).

L'absence de glande thyroïde n'est pas une indication pour l'attribution d'un handicap. L’invalidité peut être établie si, à la suite d’une maladie, les capacités d’une personne sont devenues limitées, si elle n’est pas en mesure de vivre et de travailler pleinement, elle a besoin d’un équipement spécial pour mener à bien ses activités quotidiennes. De tels états après la thyroïdectomie se produisent très rarement, des complications ou une maladie cancéreuse sévère ayant entraîné l'opération.

La vie après une opération sur la glande thyroïde est la vie d'une personne normale. Lorsque la période de rééducation, associée à certaines restrictions, sera écoulée, le patient pourra mener une vie habituelle, travailler, voyager, faire des choses préférées, avoir des enfants. Cependant, il ne doit pas oublier de consulter régulièrement son médecin et de prendre les médicaments prescrits.

Rééducation et récupération après une chirurgie pour enlever la glande thyroïde

L'opération de l'excision complète de la thyroïde est dans la plupart des cas indiquée chez les patients chez qui un cancer a été découvert dans cet organe endocrinien.

Quand une intervention chirurgicale est nécessaire

Le chirurgien décide le retrait complet de l'organe en cas de:

  • processus pathologiques graves;
  • dysfonctionnement des glandes;
  • goitre nodulaire ou diffus qui, croissant et en expansion;
  • serre sévèrement les organes adjacents;
  • absence d'effet dans le traitement conservateur des tumeurs malignes.

Comme pour toute autre intervention, après l'opération sur la glande thyroïde, il y a une période de rééducation, parfois accompagnée de difficultés. Comment se passe la rééducation après le retrait de la glande thyroïde et sera discuté plus loin.

Caractéristiques de la période de récupération

Après le retrait de la glande thyroïde, le patient peut ressentir une gêne pendant un certain temps et se plaindre de se sentir mal. Ceci est normal après toute intervention chirurgicale. Naturellement, après une opération à la thyroïde, le corps souffre d'une pénurie d'organe distant, ce qui peut provoquer les manifestations suivantes:

  • tuméfaction grave accompagnée de douleur non seulement en avalant mais au repos;
  • gonflement de la suture chirurgicale;
  • douleur dans le cou, principalement dans le dos;
  • somnolence et faiblesse générale.

Il faut comprendre que ces symptômes sont naturels et que, pendant la période de rééducation, il n’ya pas de complications spécifiques et graves, ces phénomènes disparaissent en un mois.

En ce qui concerne les complications postopératoires, les patients présentent le plus souvent des problèmes de déficience vocale. Ceci est principalement dû au fait que le patient développe une laryngite due à l'effet du tube endotrachéal que les chirurgiens ont utilisé pendant l'opération.

Bien sûr, cette maladie est traitée pendant quelques semaines, mais dans de rares cas, la voix après une chirurgie disparaît non pas à cause d'une laryngite, mais à cause d'une blessure des cordes vocales, ceci est considéré comme une complication grave après une opération visant à retirer un organe endocrinien nécessitant un traitement plus complexe.

Souvent, les patients opérés ont un sentiment de forte faiblesse. Cela est dû à une carence en calcium, qui survient nécessairement dans la période postopératoire. Dans ce cas, il est recommandé au patient d'introduire cet élément dans votre alimentation.

Parfois, après le retrait de la glande thyroïde, la fonctionnalité des glandes parathyroïdes est perturbée. Dans ce cas, le patient est envoyé pour le diagnostic et, après confirmation du diagnostic, le traitement nécessaire est prescrit.

La complication la plus grave, mais heureusement la plus rare de toutes, est considérée comme une hémorragie locale. Dans le même temps, la couture gonfle, la zone qui l'entoure gonfle également, des formations purulentes sont observées. Mais un tel phénomène n'est observé que chez 0,1 à 0,2% des patients opérés.

Analyses et traitement après élimination complète de la glande thyroïde

Ainsi, le retrait de la glande thyroïde, en particulier la période postopératoire, doit nécessairement être surveillé par le médecin traitant. Tout d'abord, un spécialiste doit prescrire des injections de lévothyroxine, en particulier aux femmes opérées. En outre, tous les patients sont soumis aux tests obligatoires, y compris à la scintigraphie.

Cette étude permet de détecter la présence de métastases sur d'autres organes et de déterminer leur potentiel. La scintigraphie est prescrite aux patients environ 30 jours après la thyroïdectomie. À condition que, pour une raison quelconque, une telle étude soit contre-indiquée chez un patient, elle est remplacée par un examen aux rayons X.

Après la chirurgie, tous les patients sont soumis à des tests sanguins de laboratoire. Il est nécessaire de donner du sang à la thyréoglobuline. Cette analyse fournit également des informations sur les métastases ou les tissus malins.

Si un patient a des problèmes de suture postopératoire - cicatrisation prolongée, présence d'œdème, de formations purulentes, etc., une analyse en laboratoire doit être effectuée pour rechercher la présence de résidus de tissu malin de la glande. Dans ce cas, une thérapie à l'iode radioactif est prescrite. Une semaine après, il est nécessaire de refaire un examen scintigraphique pour évaluer l'état des tissus. Si nécessaire, un traitement à l'iode radioactif est effectué 12 mois après la chirurgie, mais il faut bien comprendre que ce traitement peut être accompagné de complications graves. Cela peut être une perte de voix ou le plus dangereux - la leucémie aiguë.

Traitement postopératoire

Il est très important de bien prendre soin de la suture et de bien observer la stérilité de cette zone. Les processus purulents dans cette région sont extrêmement dangereux, car les organes vitaux sont situés à proximité: le plexus cardiaque, cérébral et nerveux. Si un œdème survient, vous devez immédiatement informer votre médecin. Peut nécessiter une antibiothérapie ou un traitement antiseptique. Il est très important que le médecin traitant contrôle l'enflure de la suture, c'est le seul moyen d'éviter des conséquences graves.

Il est clair que le rétablissement après le retrait de la glande thyroïde est impossible sans traitement hormonal substitutif. Après une thyroïdectomie, une insuffisance hormonale survient dans le corps. Par conséquent, les patients reçoivent d'abord des injections de lévotriksine, puis il est nécessaire de passer aux pilules.

La restauration de la voix, à condition que les nerfs qui mettent les cordes vocales en mouvement, soient légèrement endommagés, peut prendre plusieurs mois. Dans ce cas, il est conseillé au patient de se faire surveiller par un phoniatre, un spécialiste étroit. Il prescrira le traitement nécessaire et élaborera des exercices individuels pour rétablir la voix plus rapidement. Dans de très rares cas, un traitement chirurgical peut être nécessaire.

Régime et exercice

Il n'y a pas de restrictions spéciales dans le régime de réadaptation. La seule exigence est une alimentation équilibrée et rationnelle et l'absence de produits nocifs. Les produits dangereux incluent la salinité, la viande fumée, les sucreries, le café, les boissons alcoolisées et les boissons gazeuses.

Si vous pratiquez le végétarisme, vous devez en informer votre médecin. Certains aliments peuvent avoir un impact négatif sur le corps sans glande thyroïde. Par exemple, il est nécessaire de refuser l'utilisation de soja.

Vous devez également faire extrêmement attention aux personnes qui adhèrent à un aliment diététique hypocalorique. Si le corps manque de protéines, les hormones nécessaires au travail ne seront pas produites dans la quantité requise. Puisque la thyroïdectomie affectera l'équilibre des hormones, le corps ne sera pas facile et le processus de rééducation sera plus long et plus difficile.

Dans le régime alimentaire devrait inclure en grande quantité les substances suivantes:

  • Vitamine C - cela permettra aux plaies de guérir plus rapidement;
  • l'iode est nécessaire à la production d'hormones thyroïdiennes;
  • fer - entraînera le processus normal de formation de sang, qui échouera après le retrait de l'organe;
  • Calcium - pour éliminer l'hypocalcémie.

Le régime d'alcool approprié est très important. En moyenne, le corps devrait recevoir 1,5 litre de liquide par jour. Avec une diminution du régime de consommation, le bien-être du patient peut se détériorer et, avec une augmentation, un œdème hautement indésirable peut se produire. Le jeûne et les monodiets sont interdits.

Quant à l'effort physique, ils devraient également être révisés. Un effort physique excessif après la chirurgie est contre-indiqué. Des charges accrues sont admissibles si le niveau hormonal se situe dans la plage normale. Cependant, le retrait de l'organe endocrinien est une bonne raison d'exclure les charges qui affectent fortement le fonctionnement du cœur.

Ping-pong, natation, marche à pied: voilà ce dont vous avez besoin, en plus des promenades quotidiennes dans les airs. Un sommeil complet est requis - au moins 8 heures.

En général, le mode de vie doit être rassuré et équilibré. Il est souhaitable d'éliminer la surcharge émotionnelle, car des situations de stress et de conflit affectent négativement le niveau d'hormones.

La période de récupération après la thyroïdectomie n’est pas difficile, elle se déroule le plus souvent sans complications ni problèmes de santé importants. Il est très important de passer régulièrement un examen médical chez le médecin et de respecter scrupuleusement ses instructions.

Récupération après le retrait de la glande thyroïde

Dans les maladies graves de la glande thyroïde, une intervention chirurgicale est nécessaire pour la retirer (thyroïdectomie). Naturellement, les patients qui subissent une telle intervention sont préoccupés par les questions suivantes: combien de temps vivrez-vous après l'opération, comment votre bien-être et votre vie changeront-ils après le retrait de la glande thyroïde?

Récupération et traitement dans la période postopératoire

La rééducation après le retrait de la glande thyroïde prend généralement deux à trois semaines. Premièrement, il y a une douleur dans la région de la suture, une douleur et des sensations de traction dans le cou, une suture postopératoire se gonfle. En 2-3 semaines, ces phénomènes disparaissent d'eux-mêmes sans traitement.

Une petite cicatrice reste sur le cou. Avec les méthodes chirurgicales modernes, elle est de petite taille et ne gâche pas son apparence. Elle constitue une suture résorbable. Après la guérison, il reste généralement une bande étroite sur la peau, facile à masquer si nécessaire.

Pour bien cicatriser la plaie postopératoire, il est nécessaire de soigner la suture afin de maintenir la stérilité de cette zone. Les suppurations dans le cou sont dangereuses, car les organes importants sont proches: le plexus cérébral, cardiaque et nerveux. S'il n'y a pas de complications, le patient est hospitalisé en moyenne pendant 2-3 jours, puis quitte l'hôpital.

Après l'excision de la glande entière ou de sa partie, il manque des hormones.

Par conséquent, un traitement hormonal substitutif est effectué. Pendant la période de rééducation, des injections de lévothyroxine sont administrées. Ils inhibent la synthèse de la TSH, de sorte qu'aucune tumeur dépendante de la TSH n'apparaisse.

La lévothyroxine est prescrite à l’avenir sous forme de comprimés à boire une fois par jour. La lévothyroxine doit être prise à la posologie prescrite par le médecin. Vous ne pouvez pas indépendamment augmenter ou diminuer. Si le patient a oublié de prendre le médicament, vous ne devez pas prendre deux comprimés au lieu d'un le lendemain.

En outre, une thérapie à l'iode radioactif. Il est nécessaire de détruire les cellules thyroïdiennes résiduelles, tant saines que tumorales. En outre, le traitement par radio-iode est effectué lorsque des métastases tumorales sont détectées ou en rechute.

Après le retrait complet de la glande thyroïde dans la période postopératoire, une faiblesse peut être ressentie en raison d'une diminution de la teneur en calcium dans le sang. Pour revenir à son niveau normal, il est important de bien manger, de prescrire également des suppléments de calcium.

Mode de vie

La vie après une opération sur la glande thyroïde ne diffère pas des caractéristiques ou des difficultés significatives. Il faudra un certain temps, voire toute une vie, pour prendre les médicaments prescrits et consulter périodiquement un médecin, mais ces caractéristiques n’affectent pas vraiment la qualité de vie.

Ce qui ne peut pas être fait si une opération de la glande thyroïde est effectuée est énuméré ci-dessous:

  1. Dans la période de récupération ne peut pas boire de l'alcool, la fumée.
  2. Vous ne pouvez pas boire du thé et du café forts.
  3. Vous pouvez prendre le soleil uniquement pendant les périodes d'activité solaire minimale (le matin, le soir). Le soleil après la chirurgie du cancer est particulièrement nocif. Vous ne pouvez pas surchauffer, procédures interdites qui sont associées à la fièvre.
  4. Vous ne pouvez pas vous assoir sur un régime hypocalorique, mourez de faim.

Chaque patient chez qui une opération pour enlever la thyroïde est programmée est intéressé par la question: combien de temps vivent-ils après? Des études à long terme montrent que l'espérance de vie après la thyroïdectomie n'est pas réduite. Le manque de thyroïde n'affecte pas la durée de la vie. Le cancer peut être réduit à vie, en raison de laquelle l'opération a été prescrite, en fonction du type de cancer. Le plus dangereux est le cancer médullaire: après des patients papillaires et folliculaires, le patient vivra plus longtemps.

Après le retrait de la glande thyroïde, s'il n'y a pas de complications, le patient restera à l'hôpital pendant 3 à 4 semaines, puis pourra se rendre au travail. Au début, ses conditions de travail seront allégées. Après la chirurgie, le travail physique lourd est contre-indiqué (pendant un an), il faut éviter un fort stress émotionnel et émotionnel.

En ce qui concerne la nourriture, dans les premiers jours, seule la nourriture liquide est autorisée:

  • soupes de viande et de poisson en purée;
  • céréales liquides à base de céréales.
  • des fruits;
  • les légumes;
  • produits laitiers fermentés.

Ensuite, entrez d'autres produits, il devrait s'agir de plats mous ou liquides. Peu à peu, la personne reprend son régime habituel. Après la thyroïdectomie, le gain de poids est plus facile, il est donc nécessaire de suivre un régime alimentaire sain, en limitant les graisses animales et les glucides «rapides».

Vous devez consommer suffisamment de protéines et manger une variété de fruits et de légumes. Sont nuisibles

  • viande grasse;
  • plats frits et fumés;
  • des bonbons;
  • les cornichons;
  • la salinité;
  • les légumineuses;
  • boissons gazeuses.

Si le patient est végétarien, il doit informer le médecin de son régime alimentaire. Les produits à base de soja peuvent réduire l'absorption de la lévothyroxine, sa dose est donc ajustée. Le médecin peut également prescrire des compléments alimentaires contenant de l'iode, du fer, de la vitamine C et d'autres vitamines et minéraux.

La vie sans thyroïde ne signifie pas l'absence d'un mode de vie actif. Lorsque le médecin le permettra, le patient pourra faire du sport comme avant. Cependant, les types d'activité physique qui impliquent une charge grave sur le cœur seront contre-indiqués:

  • haltérophilie;
  • le football;
  • volley-ball;
  • le tennis

Les types suivants sont autorisés et recommandés:

  • courir (jogging le matin ou le soir);
  • la natation;
  • le cyclisme;
  • aérobic - modérément;
  • marche nordique;
  • tennis de table;
  • yoga (sous la direction d'un instructeur).

L'exercice peut être fait lorsque l'enflure disparaît, que la douleur disparaît et que vous vous sentez normal. La vie après le retrait de la thyroïde continue. Les femmes peuvent tomber enceintes et donner naissance à des enfants en bonne santé. Toutefois, lorsqu’elles planifient une grossesse et l’accouchement, elles doivent consulter régulièrement un endocrinologue et surveiller le niveau des hormones TSH et T4. Les femmes enceintes doivent faire un test sanguin tous les 3 mois.

Observation du docteur

Pour que la vie sans glande thyroïde soit complète et que le bien-être soit bénéfique, le patient doit continuer à consulter un endocrinologue. En plus de surveiller le bien-être du patient, le médecin sélectionne et ajuste la dose de médicaments hormonaux au fil du temps. Répétez le sondage 1 à 3 fois par an, s'il n'y a pas de complications.

Après un certain temps après la chirurgie, des examens supplémentaires sont effectués. Environ un mois plus tard, une scintigraphie est réalisée pour éliminer l'apparition de métastases tumorales dans d'autres organes. Le plus souvent, les cancers de la thyroïde se métastasent dans les poumons. Si, pour une raison quelconque, la scintigraphie ne peut pas être réalisée, une radiographie est réalisée. Ensuite, la scintigraphie avec l'introduction d'iode radioactif est réalisée 3 mois après la thyroïdectomie.

Après la chirurgie, le niveau de TSH est régulièrement contrôlé - généralement une fois tous les 6 mois ou plus souvent, selon les indications. Faites également un test sanguin pour le contenu de la thyroglobuline. Cette hormone indique la présence de cellules thyroïdiennes dans le corps. De plus, une augmentation de son niveau indique une récidive d'un néoplasme (cancer papillaire ou folliculaire).

Le patient doit obligatoirement informer le médecin de l'évolution de son état de santé, notamment de phénomènes tels que:

  • la violation du vote qui en résulte;
  • gonflement de la gorge;
  • douleur osseuse;
  • maux de tête, migraine.

Après l'opération, le médecin prélève une dose d'hormones. S'il est trop petit ou trop haut, les phénomènes désagréables suivants peuvent se produire:

  • faiblesse, fatigue;
  • rythme cardiaque rapide ou lent;
  • nervosité;
  • transpiration

Ces modifications du bien-être doivent être signalées au médecin. Après ajustement de la dose du médicament, ils doivent réussir. La vie après le retrait de la glande thyroïde est associée à l'utilisation constante de médicaments hormonaux, si la glande a été entièrement enlevée. Après avoir retiré l'un des lobes thyroïdiens, la dose de lévothyroxine est progressivement réduite et, lorsque les hormones sont produites en quantités suffisantes, le médicament est annulé. Si les glandes parathyroïdes ont été enlevées, des préparations de calcium et de vitamine D sont nécessaires.

Pour une récupération rapide, une thérapie physique est nécessaire. Un ensemble d'exercices est sélectionné avec le médecin en fonction de l'état du patient. L'exercice augmente la circulation sanguine et donc la nutrition des tissus, de sorte que la guérison est plus rapide. Les exercices spéciaux pour la glande thyroïde comprennent divers mouvements de la tête et des épaules, ainsi que des exercices de respiration.

Des complications

Après la chirurgie, des troubles de la voix peuvent survenir. Ils apparaissent en raison d'une intubation, à la suite de quoi une laryngite commence en raison d'une irritation de la gorge. Au fil du temps, ils passent.

Parfois, des troubles de la voix se produisent si le nerf récurrent a été endommagé pendant la chirurgie. Cette complication est traitée pendant 1 à 4 mois si le nerf était seulement comprimé, mais pas croisé. Dans ce cas, il y a une paralysie temporaire. Si le nerf est croisé, sa paralysie est irréversible. La dissection nerveuse est nécessaire si le cancer se développe dans les tissus environnants. Une violation ou une disparition de la voix peut survenir à la suite d'une chirurgie ou d'une radiothérapie répétée en cas de récidive d'un cancer.

En cas de paralysie temporaire du nerf d’une part, la violation est compensée par le travail du nerf d’autre part, dans ce cas, une rééducation spéciale n’est pas nécessaire. S'il existe de graves troubles de la voix, un traitement phoniatrique est nécessaire pour le restaurer, ce qui inclut la stimulation des cordes vocales. Épargner la voix ou rester silencieux pendant la période de récupération n'est pas nécessaire. La normalisation de la voix peut prendre un certain temps - jusqu'à six mois, mais la voix peut se normaliser en quelques semaines. La probabilité d'une déficience vocale est d'environ 1% si l'opération a été réalisée par un spécialiste hautement qualifié. Dans d'autres cas, cela peut être plus.

Des mesures pour récupérer rapidement la voix après le retrait de la glande thyroïde peuvent être prises même avant une intervention chirurgicale. Habituellement, le médecin vous avertit de ce qu'il faut faire:

  • arrêter de fumer;
  • guérir les maladies de la gorge (polypes, laryngite).

Un dysfonctionnement des glandes parathyroïdes peut survenir et un traitement hormonal est prescrit. Après élimination partielle ou complète de la thyroïde, une hypothyroïdie se développe, ce qui n’est pas considéré comme une complication. Il est facilement ajustable en prenant de la lévothyroxine.

Dans de rares cas (chez 0,2% des patients), des saignements se produisent, un hématome cutané peut apparaître à la même fréquence. Plus rarement, une suppuration de la suture se développe (dans 0,1% des cas).

L'absence de glande thyroïde n'est pas une indication pour l'attribution d'un handicap. L’invalidité peut être établie si, à la suite d’une maladie, les capacités d’une personne sont devenues limitées, si elle n’est pas en mesure de vivre et de travailler pleinement, elle a besoin d’un équipement spécial pour mener à bien ses activités quotidiennes. De tels états après la thyroïdectomie se produisent très rarement, des complications ou une maladie cancéreuse sévère ayant entraîné l'opération.

La vie après une opération sur la glande thyroïde est la vie d'une personne normale. Lorsque la période de rééducation, associée à certaines restrictions, sera écoulée, le patient pourra mener une vie habituelle, travailler, voyager, faire des choses préférées, avoir des enfants. Cependant, il ne doit pas oublier de consulter régulièrement son médecin et de prendre les médicaments prescrits.

Récupération thyroïdienne

Le traitement chirurgical de la glande thyroïde est utilisé pour identifier les ganglions de grande taille, avec hyperthyroïdie et tumeurs malignes. Pendant l'opération, l'organe peut être retiré complètement ou partiellement et plusieurs jours après l'intervention chirurgicale, le patient est renvoyé chez lui. Beaucoup de gens s'intéressent à la question de savoir comment vivre après l'extraction de la glande thyroïde et si une telle opération affectera d'une manière ou d'une autre le travail de tout l'organisme.

Période postopératoire

Après le retrait de la glande thyroïde, la période de récupération commence, ce que les experts divisent en plusieurs étapes:

  • traitement hospitalier;
  • surveillance ambulatoire;
  • vie indépendante sans thyroïde.

Immédiatement après l'opération visant à enlever la glande thyroïde, la période de récupération commence dans l'unité de soins intensifs. Le patient y reste jusqu’à ce qu’il sorte du sommeil narcotique. Si la période postopératoire se déroule sans aucune complication, les effets de l'anesthésie disparaissent généralement après quelques heures et le patient passe en mode d'observation générale.

Immédiatement après la convalescence après l'anesthésie, des sensations douloureuses mineures dans la zone chirurgicale sont concernées, ce qui peut être obtenu grâce à des analgésiques. La patiente commence progressivement à ressentir des douleurs à la surface antérieure du cou, ce qui est considéré comme tout à fait normal car l'intégrité de la peau a été endommagée.

Dans la période postopératoire après le retrait de la glande thyroïde, le patient peut rencontrer les conditions spécifiques suivantes:

  • inflammation des tissus dans le champ opératoire, c'est-à-dire un gonflement et une rougeur graves des sutures;
  • mobilité limitée du cou en raison de lésions graves aux ligaments et aux muscles;
  • enrouement à la suite de l'insertion d'une sonde trachéale pendant l'anesthésie;
  • cordes vocales affaiblies en raison de lésions nerveuses au cours de la chirurgie pour enlever la glande thyroïde

De telles conditions pathologiques peuvent être facilement identifiées immédiatement après le retrait de la glande thyroïde dans la période postopératoire. Les experts prennent les mesures appropriées pour les éliminer, ce qui permet d'éviter des conséquences désagréables.

À l'hôpital, on prescrit au patient des médicaments hormonaux qui sont injectés. En l'absence de complications dangereuses après le retrait de la glande thyroïde, le patient est renvoyé chez lui pendant 3 à 7 jours.

Surveillance ambulatoire

Après la sortie d'un établissement médical, un endocrinologue contrôle la récupération après l'extraction de la thyroïde. Le spécialiste procède à l'examen du patient et sélectionne le traitement médicamenteux nécessaire. L'objectif principal de ce traitement est de fournir au corps des hormones qui étaient auparavant produites dans le corps par la glande thyroïde.

Généralement, l'ingestion de lévothyroxine est prescrite, ce qui inhibe la production d'hormone stimulant la thyroïde et aide à prévenir le développement d'une hypothyroïdie et d'une rechute secondaires De plus, l'iode radioactif est introduit dans le corps humain en quantité destructive. Ceci est fait pour préserver la partie résiduelle de la thyroïde, mais seulement en l'absence de métastases à distance. Le traitement combiné à la lévothyroxine et à l'iode radioactif réduit considérablement le risque de récidive du cancer.

Une étape importante de la rééducation après le retrait de la glande thyroïde est considérée comme une période de consultation externe, lorsque le patient se réadapte aux conditions de vie. Il est possible de prolonger la durée de vie des patients en choisissant correctement les médicaments et en déterminant leur dosage correct. Pendant la période de rééducation, il est important de prendre les médicaments prescrits à temps et de consulter un médecin en cas de complications.

Les conditions suivantes sont considérées comme des manifestations dangereuses du corps:

  • une forte diminution ou une augmentation de poids sans aucune raison expliquée;
  • augmentation de la fragilité de la peau et des muqueuses;
  • éruptions cutanées et perte de cheveux;
  • fatigue corporelle constante et somnolence;
  • perte d'appétit ou sa disparition complète;
  • température corporelle instable.

De telles complications pendant la période de récupération après la chirurgie peuvent apparaître si une posologie incorrecte du médicament hormonal a été choisie. Vous n'avez pas besoin de supporter de tels symptômes, mais vous devez contacter un spécialiste pour ajuster les rendez-vous.

Il est important de se rappeler qu'après le retrait de la glande thyroïde, le patient devra prendre des médicaments jusqu'à la fin de sa vie. Pour cette raison, il est nécessaire de choisir le dosage correct, ce qui aidera à éviter divers problèmes.

Récupération après chirurgie

Après l'ablation chirurgicale de la glande thyroïde, une cicatrice se forme pendant plusieurs semaines. Un mois après l'opération, il ne reste aucune tumeur sur le cou, la rougeur de la peau disparaît et l'écoulement cesse. Seule une petite bande brillante sur la gorge, qui ne se distingue pas du reste de la peau, peut rappeler l'opération expérimentée. Un mois après l'opération, tous les inconvénients liés aux mouvements du cou et à la gêne disparaissent.

L'opération d'enlèvement de la glande thyroïde n'est pas une raison pour attribuer un handicap. En fait, une personne peut mener une vie normale et bien remplie sans glande thyroïde et l’invalidité n’est donnée que dans les situations suivantes:

  • une blessure ou une maladie grave a entraîné une dégradation grave de la santé humaine;
  • une personne est incapable de vivre et de travailler normalement;
  • des dispositifs techniques sont nécessaires.

En cas de complications après l'opération pour enlever la glande thyroïde, une invalidité peut être prescrite. De plus, l'indication peut être une intervention chirurgicale réalisée pour cause d'oncologie.

Nutrition et activité physique

Une place importante dans la période de réadaptation est la nutrition correcte après le retrait de la glande thyroïde. Il n'y a pas de restrictions spéciales, mais il est nécessaire de respecter certaines règles d'alimentation saine:

  • limiter la consommation d'aliments gras, fumés et sucrés;
  • ne buvez pas de boissons alcoolisées ou non alcoolisées;
  • privilégier les produits naturels et minimiser l’utilisation de produits semi-finis et en conserve;
  • lors de la cuisson, soumettez tous les produits à un traitement thermique doux;
  • prendre des aliments régulièrement pour éviter les complications du travail du tractus gastro-intestinal;
  • organiser un régime après l'élimination de la glande thyroïde avec un contenu suffisant en graisses, glucides, vitamines et fibres.

Dans la première année après le retrait de la glande thyroïde, il est nécessaire de limiter toutes les charges physiques sur le corps. Dans le même temps, une activité physique modérée contribue au rétablissement rapide du corps après une intervention chirurgicale et améliore l'apparence de la personne.

Pendant la période de réadaptation, vous pouvez participer aux activités suivantes:

  • balades à vélo;
  • marche
  • la natation;
  • faire du jogging

Après le retrait de la glande thyroïde, la contre-indication consiste à soulever des poids, à pratiquer des sports traumatiques et à des jeux de contact en équipe.

La glande thyroïde est considérée comme l’un des organes importants et son extraction entraîne des modifications du mode de vie. Dans le respect d'un mode de vie sain et de médicaments appropriés, il est possible d'assurer la longévité et le bien-être d'une personne.

Vous Pouvez, Comme Pro Hormones