Une augmentation persistante des taux d'hormones thyroïdiennes de la glande thyroïde est appelée thyrotoxicose. L'hyperthyroïdie est synonyme de ce terme - fonctionnement excessif de la glande thyroïde. Cependant, contrairement à l'hyperthyroïdie, qui peut survenir en l'absence de la maladie, par exemple pendant la grossesse, le terme thyrotoxicose est traduit par un empoisonnement aux hormones thyroïdiennes, qui reflète avec précision l'essence de la maladie.


Avec la thyrotoxicose, tous les processus du corps commencent à se produire avec une vitesse et une intensité accrues. La transpiration et la sensation de chaleur, qui se manifestent même dans le froid, la peau des patients atteints d'humidité et de chaleur, peuvent être des symptômes. De nombreuses personnes ressentent de fréquentes fuites sanguines à la tête, au visage et dans la partie supérieure du corps. Les cheveux de ces patients sont fragiles, minces, enclins à la perte. Les changements mentaux se manifestent par une excitabilité accrue, une agressivité, des larmoiements, une agitation excessive. Les sautes d'humeur sont également courantes, de la dépression à l'euphorie. Avec de tels symptômes, les patients sont souvent orientés vers un psychiatre ou un psychologue. Le métabolisme est également accéléré, les patients ressentent un sentiment constant de faim, ils mangent trop, mais leur poids ne pèse pas, mais diminue au contraire. En plus de la faim, les patients ressentent une soif constante, une quantité excessive de liquide entraîne une miction abondante et une diarrhée. Avec la diarrhée, ces patients deviennent souvent des patients des services de gastro-entérologie. L'effet de la thyréotoxicose sur le système cardiovasculaire se manifeste par une accélération du rythme cardiaque, des interruptions du travail du muscle cardiaque, associées à une accélération des performances cardiaques. La dyspnée est également courante, ce qui conduit au diagnostic d'asthme. Les maladies cardiaques sont le principal problème des patients atteints de thyrotoxicose, elles surviennent dans la majorité absolue des cas.


Les lésions des systèmes musculaire et squelettique sont également très courantes. Près de 100% des patients souffrent de tremblements - des mains tremblantes, ce qui est particulièrement visible sur les doigts avec les mains tendues. Une augmentation des taux d'hormones thyroïdiennes entraîne une diminution des taux de calcium dans les tissus osseux. Par conséquent, le développement de l'ostéoporose et les fractures fréquentes sont probablement des satellites pour la thyréotoxicose. De nombreux patients remarquent également une faiblesse associée à une atrophie du tissu musculaire.


L'activité accrue de la glande thyroïde entraîne une altération de l'apparence des yeux. Le globe oculaire et l'oeil fendu sont élargis, les yeux deviennent bombés, les paupières gonflent et deviennent brunes.
Thyrotoxicose - causes.


Le plus souvent, la thyrotoxicose se développe dans un contexte de goitre toxique diffus (DTZ), également appelé maladie de Graves-Basedow. La DTZ est une maladie auto-immune, souvent héréditaire, associée à des maladies auto-immunes d'autres organes. Un seul gène ou un groupe de gènes responsables du développement de maladies auto-immunes, telles que DTZ et la thyroïdite, sont souvent conjointement hérités. Le goitre toxique diffus se manifeste le plus souvent à l'âge moyen, soit entre 20 et 40 ans. Toutefois, il peut être diagnostiqué chez les enfants, même les nouveau-nés.


Il a été décrit pour la première fois par DTZ en 1835 par le médecin irlandais R.J. Graves et en 1840 par le médecin allemand K.A. von Bazedov. Bazedov a décrit le triangle dit de Merseburg ou la triade de Bazedov - une combinaison de goitre, d'exophtalmie et de tachycardie, observée dans le goitre toxique diffus. On pense que le mécanisme de développement d'un processus auto-immun se produisant lors d'une DTC est la production par le système immunitaire d'anticorps dirigés contre les récepteurs de l'hormone stimulant la thyroïde situés sur les cellules thyroïdiennes. Cela stimule une augmentation de l'activité de ces derniers, conduit à une augmentation du niveau d'hormones thyroïdiennes.


La raison pour laquelle des anticorps sont formés n’est toujours pas claire. Selon une hypothèse, la prédisposition à la maladie est la présence de "mauvais" récepteurs d'hormones stimulant la thyroïde, que le système immunitaire considère comme étrangers. Selon une autre version, la maladie se développe lorsque le système immunitaire est défectueux, lorsqu'il produit une réponse immunitaire contre ses propres tissus. L'effet des bactéries sur l'apparition de la maladie est également pris en compte.


Une autre raison du développement de la thyrotoxicose peut être une augmentation non pas de la totalité de la thyroïde, mais de ses parties, ce qui entraîne la formation de nœuds. Cela peut être provoqué par un apport limité ou excessif en iode, par exemple lors de la prise de certains médicaments. Au fil du temps, les ganglions de la thyroïde commencent à fonctionner de manière trop active, cette maladie est appelée goitre toxique multinodulaire. Il se développe généralement plus près de la vieillesse.


L'adénome toxique, qui est un seul nœud hyperfonctionnel de la glande thyroïde, peut également causer une thyréotoxicose. L’adénome toxique, également appelé maladie de Plummer, survient le plus souvent chez les personnes d’âge moyen et plus âgées et peut être dû à une ingestion soudaine d’iode dans le corps, dans le contexte d’une longue carence en iode.


Les autres causes de thyréotoxicose peuvent être:

  • augmentation de la consommation d’iode dans le cas d’une maladie thyroïdienne existante (par exemple, la maladie de Bazedov);
  • thyroïdite survenant après l'accouchement dans un cas sur 20;
  • surdosage dans le traitement du goitre ou de l'hypothyroïdie des hormones thyroïdiennes. Parfois, les femmes prennent de fortes doses de thyroxine pour augmenter le métabolisme et la perte de poids, ce qui peut également entraîner une thyréotoxicose.
  • l'hyperfonction de l'hypophyse, ainsi que l'augmentation de la production de TSH, qui stimule constamment la glande thyroïde.

Thyrotoxicose - diagnostic


Les symptômes de la thyréotoxicose sont plus spécifiques que ceux de l'hypothyroïdie, mais le diagnostic est compliqué par le fait qu'ils ne sont pas clairement exprimés, en particulier chez les patients âgés. De nombreux patients considèrent que les symptômes d'une activité accrue de la glande thyroïde ne sont que des modifications du corps liées à l'âge et ne les associent pas à la maladie. En particulier, la sensation constante de chaleur, de bouffées de chaleur au visage peut être considérée comme un signe de ménopause. Les troubles mentaux, les maladies cardiaques sont souvent traités séparément des autres symptômes, en les considérant comme une maladie indépendante.
La thyréotoxicose, comme l’hypothyroïdie, affecte la mémoire, l’attention, ce qui conduit à l’incapacité de se souvenir de tous les symptômes de la maladie. Une bonne solution dans ce cas serait de tenir un journal de santé contenant les symptômes détectés et de poser des questions au médecin.
Examen du corps


Pendant l'examen, le médecin évalue l'apparence du patient, son poids, son mode de communication, sa conversation. Un discours précipité, confus, une agitation excessive peuvent indiquer une possible thyrotoxicose. Une attention particulière est également accordée à l'état des ongles, des cheveux, des yeux et de la peau. L'état de la glande thyroïde est déterminé visuellement, la pression artérielle et le pouls sont mesurés. Après l'examen initial, si nécessaire (en cas de suspicion de dysfonctionnement de la thyroïde), un examen complet du corps est indiqué.


La base du diagnostic de la thyrotoxicose est la mesure du taux de thyroïde et d'hormones stimulant la thyroïde dans le sang, une diminution du nombre de TSH et une augmentation de la quantité d'hormones thyroïdiennes pouvant indiquer une thyréotoxicose. Selon les résultats de l'analyse des hormones, des examens supplémentaires peuvent être prescrits, en particulier un examen par ultrasons (ultrasons). La méthode par ultrasons est basée sur la construction d’une image du corps à l’étude, à partir d’ondes ultrasonores. Cette méthode est absolument sans danger pour le patient et le médecin qui la pratique. Lorsque DTZ échographie montre une augmentation diffuse dans la glande, avec un goitre multinodal et nodulaire est déterminée par la taille des noeuds, ainsi que leur nombre.


Une autre méthode de diagnostic supplémentaire consiste à balayer la glande thyroïde à l'aide de technétium ou d'iode radioactif. La méthode s'appelle également la scintigraphie et on estime que la glande thyroïde saisira une substance radioactive. Effectuez cette étude si des lésions nodales se trouvent sur la glande thyroïde, à la fois avec une thyréotoxicose, et pour exclure la fonction autonome des nodules thyroïdiens.


La méthode de biopsie de la glande thyroïde par aspiration à l'aiguille fine consiste à recueillir une fine aiguille de cellules de la glande thyroïde pour les étudier au microscope. Cette procédure, menée par un spécialiste expérimenté, est indolore et informative. Une telle étude est réalisée lorsqu'une formation nodulaire est détectée sur la glande thyroïde, qui est facile à sentir à la palpation, ou si son diamètre selon les données ultrasonores est supérieur à 1 cm.
En cas de suspicion de dysfonctionnement hypophysaire ou d'ophtalmopathie endocrinienne, un ordinateur ou une imagerie par résonance magnétique est réalisé.


Thyrotoxicose - traitement


Contrairement à l'hypothyroïdie, dont le traitement ne pose pas de problème particulier et consiste exclusivement en un traitement de substitution, la thyrotoxicose est traitée de manière beaucoup plus compliquée.


Au début du traitement, les médicaments thyréostatiques sont généralement prescrits. Pour de nombreux patients, cela suffit pour éliminer les symptômes de la maladie. Cependant, après l'abolition de ces médicaments, même si le traitement était assez long, la maladie réapparaît dans 50% des cas. Dans ce cas, le traitement nécessaire par la méthode chirurgicale, ou la thérapie à l'iode radioactif. Ainsi, les principales méthodes utilisées dans le traitement de la thyrotoxicose sont les suivantes: 1. Traitement médicamenteux.


Les médicaments thyréostatiques prescrits pour la thyrotoxicose inhibent l'activité de la glande thyroïde. Ils sont prescrits pour la première fois, une DTZ de petite taille a été détectée. Il est très important avec cette méthode de traitement de choisir le médicament, de calculer le dosage exact et de recevoir le médicament en temps voulu. Le médicament le plus couramment utilisé est le thiamazole - Tyrosol, produit sous forme de comprimés à 5 mg. Il inhibe la synthèse de la thyroxine dans la glande thyroïde, inhibant la capture de l'iode par les cellules thyroïdiennes et d'autres étapes de la synthèse des hormones thyroïdiennes. Tiamazol est également capable de supprimer les processus auto-immuns de la glande thyroïde. La dose initiale de thiamazole varie de 30 à 40 mg par jour. Cette dose est réduite après suppression de la surproduction d'hormones thyroïdiennes. La dose d'entretien du thiamazole est d'environ 10 mg par jour. Lorsque le niveau d'hormones thyroïdiennes revient à la normale, le plus souvent, une petite dose de lévothyroxine (en particulier d'Eutirox) est ajoutée à la réception du thiamazole. Un tel schéma thérapeutique pour la thyrotoxicose est le plus courant, basé sur les effets de blocage et de substitution - le tiamazol bloque une activité excessive et la lévothyroxine empêche le développement de l'hypothyroïdie. Ce traitement dure au moins un an et demi - deux ans. Un tel régime ne doit pas être utilisé dans le traitement des femmes enceintes, car l’apport supplémentaire de thyroxine augmente le besoin d’une préparation thyréostatique, ce qui, à fortes doses, est dangereux pour le développement du fœtus.


L'emploi de tiamazol, dans 0,1% des cas, provoque une agranulocytose - une affection dans laquelle le nombre de leucocytes, cellules sanguines, qui sont indispensables à la lutte contre les infections, diminue fortement. Les signes de l'agranulocytose - une augmentation de la température corporelle, des maux de gorge ou des maux de gorge, une exacerbation de maladies infectieuses chroniques, une pneumonie peuvent se développer. Si vous ressentez ces symptômes, vous devez immédiatement informer votre médecin.


Le propylthiouracile (PTU) est un autre médicament qui bloque la formation de thyroxine dans la thyroïde. Il bloque également la formation d'hormones thyroïdiennes dans les tissus périphériques. La forme de la libération des écoles professionnelles, ainsi que des comprimés de tiamazol. Ce médicament est généralement prescrit aux femmes enceintes et aux patients qui développent des effets indésirables au cours du traitement par tiamazol. Le PTU peut également provoquer des effets indésirables sous forme de nausées, maux de tête, éruptions cutanées, jaunisse, mais l'agranulocytose survient beaucoup moins fréquemment lors de la prise d'un PTU que lors d'une prise de tiamazol.


Afin d'abaisser le rythme cardiaque, d'éliminer les tremblements, l'excitabilité excessive, des bêta-bloquants sont prescrits aux patients atteints de thyréotoxicose. Il est recommandé d’utiliser les préparations de ce groupe en même temps que la préparation thyréostatique. Les bêta-bloquants sont le propranolol, le bisoprolol, l'aténolol et d'autres. Les ingrédients actifs de ces médicaments réduisent le rythme cardiaque, c’est-à-dire qu’ils ont un effet opposé à celui de l’adrénaline. Ils inhibent également la transformation des hormones thyroïdiennes en tissus périphériques.


Le traitement médicamenteux de la thyrotoxicose est assez efficace, mais la suspension de la prise de médicament conduit dans la moitié des cas à une rechute de la maladie. La rechute survient le plus souvent dans l'année qui suit la fin du traitement, soit un an et demi à deux ans. Les patients les plus susceptibles de rechuter sont les patients avec un goitre suffisamment grand au début du traitement, ainsi qu’une quantité suffisante d’hormones thyroïdiennes avant le début du traitement. En cas de symptômes de thyréotoxicose après la fin du traitement, il est nécessaire de consulter un médecin pour un nouvel examen et un traitement approprié.


Traitement chirurgical


La chirurgie des patients atteints de thyréotoxicose est indiquée dans les cas suivants:

  • glande thyroïde augmentée de plus de 45 ml;
  • une récidive de la maladie après la fin du traitement médicamenteux;
  • le traitement médicamenteux provoque des effets secondaires graves;
  • dans le diagnostic du goitre rétinien;
  • La DTZ chez un patient est associée à un processus néoplasique survenant dans la glande thyroïde.


L'intervention chirurgicale consiste actuellement en une résection sous-totale - retrait de 90% de la glande thyroïde. Une hypothyroïdie peut parfois survenir après une intervention chirurgicale. Des données précises sur le nombre de rechutes après la chirurgie ne sont pas reçues.


Avant la chirurgie, on prescrit aux thyréostatiques et aux bêta-bloquants des patients afin d’éliminer les symptômes de la thyréotoxicose. Effectuer l'opération sous anesthésie générale. Après l'opération, il est nécessaire de subir un examen périodique afin de détecter tout développement possible d'hypothyroïdie ou de récurrence de la maladie.


Une complication possible après une chirurgie peut être de retirer ou d’endommager les glandes parathyroïdes, qui régulent l’équilibre du calcium dans le corps humain. Le niveau de calcium diminue fortement, un engourdissement des bras et des jambes, des crampes et une faiblesse des muscles des extrémités supérieures et inférieures peuvent en devenir une manifestation. Une telle complication est traitée avec des suppléments de calcium et de vitamine D. Une autre complication possible est une lésion des nerfs laryngés associée aux cordes vocales. Cela peut entraîner un enrouement ou même une perte totale de la voix. Il convient de souligner qu'un chirurgien expérimenté n'autorise pas de telles complications et que leur développement ces dernières années est de moins en moins possible.


Traitement à l'iode radioactif


Le traitement à l'iode radioactif est l'une des méthodes de traitement de la thyrotoxicose les plus efficaces et les plus sûres. Cette méthode de traitement est très répandue aux États-Unis, en tant que traitement de premier choix pour les patients de plus de 28 ans. Le patient prend une capsule avec de l'iode radioactif ou un liquide. L'iode, piégé dans le corps, est capturé par les cellules de la glande thyroïde et les tue, en remplacement du tissu conjonctif. Les symptômes de thyréotoxicose associés à ce traitement disparaissent en quelques semaines. La réception des médicaments thyréostatiques est suspendue plusieurs jours avant la prise d’iode radioactif. Dans certains cas, vous aurez peut-être besoin d'un deuxième cycle d'apport en iode, alors que la fonction de la glande thyroïde est complètement supprimée, ce qui conduit au développement de l'hypothyroïdie. Après un traitement à l'iode radioactif, l'examen doit être effectué tous les trois à quatre mois au cours de la première année pour un diagnostic précoce d'hypothyroïdie. L'hypothyroïdie dans ce cas n'est pas considérée comme une complication, mais est le résultat logique du traitement. L'usage constant de médicaments pour l'hypothyroïdie L-T4, en particulier Eutiroks, vous permet de mener une vie de qualité sans risque pour la santé.


La méthode de traitement à l'iode radioactif est utilisée depuis plus de 40 ans. Il existe de nombreuses preuves de son innocuité dans le développement de tumeurs malignes et d'autres maladies. En règle générale, la libération d’une grande quantité d’hormones thyroïdiennes dans le sang du patient ne provoque pas d’effets secondaires ni de complications. Cette méthode est contre-indiquée uniquement pendant la grossesse et l'allaitement. Dans l’année suivant cette thérapie, il est recommandé aux femmes d’utiliser des contraceptifs afin que les substances radioactives puissent être éliminées de l’organisme avant la grossesse.

Thyrotoxicose (hyperthyroïdie)

La thyrotoxicose est une affection associée à un excès d'hormones thyroïdiennes dans le corps. En outre, cette condition s'appelle l'hyperthyroïdie. Ce n'est pas un diagnostic, mais une conséquence de certaines maladies de la glande thyroïde ou de l'influence de facteurs externes.

La racine "toxicose" caractérise bien ces changements. Lorsque la thyréotoxicose survient, l'intoxication s'accompagne d'un excès d'hormones thyroïdiennes. Une quantité excessive d'hormones dans le corps entraîne divers changements physiques et émotionnels.

Causes de la thyréotoxicose

Les causes de la thyréotoxicose sont nombreuses. Classiquement, ils peuvent être divisés en plusieurs groupes:

1. Maladies accompagnées de surproduction d’hormones thyroïdiennes.

Ceux-ci comprennent:

A) Goitre toxique diffus (maladie de Graves, maladie de Basedow). Dans 80 à 85% des cas, cette maladie est la cause de la thyrotoxicose.

Pour une raison quelconque, il y a une défaillance du système immunitaire. Les leucocytes (globules blancs) commencent à produire des anticorps, des protéines qui se lient aux cellules de la glande thyroïde et lui permettent de produire davantage d'hormones. Souvent, ces anticorps attaquent également les cellules de l'orbite - la soi-disant ophtalmopathie endocrinienne se produit. De telles maladies, lorsque les cellules du système immunitaire commencent à produire des substances qui attaquent leurs propres organes, sont appelées auto-immunes. La maladie de Graves est une maladie auto-immune.

La maladie peut survenir à tout âge, mais le plus souvent chez les jeunes de 20 à 40 ans.

B) Adénome toxique et goitre toxique multinodulaire.

La présence d'un nœud (nœuds) de la glande thyroïde, qui en excès produit des hormones thyroïdiennes. Normalement, la production excessive d'hormones thyroïdiennes est supprimée par les hormones hormonales pituitaires (TSH). Les adénomes toxiques et les goitres toxiques multinodulaires fonctionnent de manière autonome, c’est-à-dire qu’un excès d’hormones thyroïdiennes n’est pas inhibé par l’hormone hypophysaire (TSH). Cette maladie est plus fréquente chez les personnes âgées.

B) Le thyrotropinome est la formation de l'hypophyse, qui synthétise un excès d'hormone stimulant la thyroïde (TSH), qui stimule le fonctionnement de la glande thyroïde. Maladie très rare. Il procède à la clinique de la thyrotoxicose.

2. Maladies associées à la destruction (destruction) du tissu thyroïdien et à la libération d'hormones thyroïdiennes dans le sang.

Ces maladies comprennent la thyroïdite destructive (thyroïdite subaiguë, thyrotoxicose dans la thyroïdite auto-immune, thyroïdite post-partum, thyroïdite indolore).

La thyrotoxicose induite par le cordarone (induite par l'amiodarone) peut également être attribuée à ce groupe de maladies. Il s'agit d'une thyrotoxicose, qui résulte d'un traitement par des médicaments antiarythmiques contenant de l'iode (Amiodarone, Kordaron). La prise de médicaments entraîne la destruction (destruction) des cellules thyroïdiennes et la libération d'hormones dans le sang.

3. Thyrotoxicose iatrogène - thyrotoxicose provoquée par un surdosage de médicaments à base d'hormones thyroïdiennes (L-thyroxine, Eutirox - médicaments destinés au traitement de l'hypothyroïdie - une maladie associée à une diminution de la production d'hormones thyroïdiennes).

Ce sont les principales causes de thyrotoxicose.

Symptômes de thyrotoxicose

Si vous vous sentez récemment irritable, émotif, remarquez des changements d'humeur fréquents, des larmoiements, une transpiration accrue, une sensation de chaleur, des battements de coeur, une sensation d'insuffisance cardiaque, une perte de poids - c'est une excuse pour consulter un médecin et subir un test de dépistage des hormones thyroïdiennes. Ce sont des symptômes de thyrotoxicose.

Les autres symptômes de la thyréotoxicose comprennent notamment: augmentation de la pression artérielle, selles molles, faiblesse, présence de fractures, intolérance à un climat chaud, perte de cheveux accrue, troubles menstruels, diminution de la libido (désir sexuel), érection altérée.

Avec une augmentation de la taille de la glande thyroïde peuvent apparaître des plaintes de violation de la déglutition, une augmentation du volume du cou.

Pour le goitre toxique diffus (maladie de Graves) se caractérise également par la présence d'une ophtalmopathie infiltrante - larmoiement, photophobie, sensation de pression et "sable" dans les yeux, il peut y avoir un doublement, il peut diminuer la vision. L'exophtalmie attire l'attention - «saillie» des globes oculaires.

Diagnostic de la thyréotoxicose

Si vous remarquez des symptômes similaires en vous, vous devez passer des tests hormonaux pour exclure ou confirmer la présence de thyrotoxicose.

1. Test sanguin hormonal:

- Sang sur TSH, T3 gratuit, T4 gratuit.

La principale étude prouvant la présence de thyrotoxicose.

La thyrotoxicose est caractérisée par une diminution de la TSH dans le sang (hormone hypophysaire, qui réduit la production d'hormones thyroïdiennes), une augmentation de T3cb et une augmentation de T4cb - des hormones thyroïdiennes.

2. Détermination des anticorps - confirmation de la nature auto-immune de la maladie.

- Anticorps dirigés contre les récepteurs de la TSH (augmentation de l'AT du récepteur de la TSH - prouve la présence de la maladie de Graves)

- Anticorps anti-TPO (augmentation dans la maladie de Basedow, thyroïdite auto-immune).

3. Effectuer une échographie de la glande thyroïde.

Pour le goitre toxique diffus (maladie de Graves), en tant que cause la plus courante de thyrotoxicose, est caractérisé par:

- une augmentation de la taille et du volume de la glande thyroïde (une augmentation du volume de la glande thyroïde de plus de 18 cm de cube chez les femmes et de plus de 25 cm chez les hommes est appelée goitre),

- accélération, augmentation du flux sanguin dans la glande thyroïde.

Pour d'autres causes de thyrotoxicose, ces symptômes ne sont pas caractéristiques. Dans les processus destructeurs, une diminution du débit sanguin dans la glande thyroïde est déterminée.

4. Dans certains cas, le médecin peut prescrire une étude - scintigraphie thyroïdienne. Cette étude montre comment la glande thyroïde peut capter l'iode et d'autres substances (technétium). Cette étude est autorisée à clarifier la cause de la thyrotoxicose.

La maladie de Basedow se caractérise par une capture intensive accrue du produit radiopharmaceutique.

Pour la thyréotoxicose due à la destruction (destruction) du tissu thyroïdien se caractérise par une diminution de la capture ou de l'absence d'iode (technétium).

5. En présence d'une ophtalmopathie endocrinienne, une exophtalmie est réalisée par ultrasons de l'orbite ou par résonance magnétique ou par tomodensitométrie de la région orbitale.

Traitement de la thyréotoxicose

Pour déterminer la tactique de traitement, vous devez d’abord déterminer la cause de la thyrotoxicose. La cause la plus fréquente de thyrotoxicose est la maladie de Graves.

Il existe trois méthodes de traitement de la maladie de Graves: les médicaments, le traitement chirurgical et la thérapie à l'iode radioactif. Le traitement médicamenteux est la nomination de médicaments thyréostatiques (médicaments qui réduisent la formation d'hormones thyroïdiennes). Il existe deux médicaments de ce type: le tiamazol (tyrosol, mercazolil, métizol) et le propylthiouracile (propitsil). Initialement, le médicament est prescrit à une dose d'environ 30 mg par jour, après la normalisation des hormones thyroïdiennes, passer à une dose d'entretien de 5-15 mg par jour. La durée du traitement par thyréostatique est généralement de 1-1,5 ans.

Le traitement des processus destructeurs de la glande thyroïde (thyrotoxicose associée à la destruction des cellules thyroïdiennes et à la libération dans le sang d'un excès d'hormones thyroïdiennes) est réalisé par les hormones glucocorticostéroïdes (prednisone). Ces médicaments réduisent le processus de destruction des cellules thyroïdiennes. La posologie et la durée du traitement sont choisis individuellement.

Le traitement chirurgical de la thyroïde avec thyréotoxicose est effectué uniquement après un traitement par thyréostatique lorsque la normalisation des hormones thyroïdiennes est atteinte.

Quel genre de vie devrions-nous mener pour favoriser le rétablissement?

Pour favoriser la récupération, vous devez prendre régulièrement les médicaments que votre médecin vous a prescrits et vous soumettre à un test de contrôle hormonal.

De plus, il convient de garder à l’esprit que la probabilité d’une rémission stable est plus élevée pour les non-fumeurs. Si vous fumez, la probabilité de récurrence de la thyréotoxicose après la fin du traitement thyréostatique est plus élevée. Par conséquent, si vous fumez, cesser de fumer augmentera vos chances de guérison.

Traitement des remèdes populaires de thyrotoxicose

Il convient de le mettre en garde contre le traitement des remèdes populaires. La thyrotoxicose est une maladie grave qui, sans traitement adéquat en temps voulu, peut entraîner des complications graves, principalement du côté du système cardiovasculaire (par exemple, des arythmies graves).

Par conséquent, la thyréotoxicose identifiée nécessite un traitement médicamenteux obligatoire. Le traitement de divers remèdes populaires «à partir de la glande thyroïde», que vos voisins vous conseilleront très probablement, non seulement ne vous aidera pas, mais vous fera également du tort, car une thyréotoxicose sans traitement peut entraîner de graves complications.

En plus du traitement principal, vous pouvez recommander une bonne nutrition, manger plus de fruits et de légumes. Peut-être la nomination de complexes multivitaminiques (Vitrum, Centrum et autres) ou une nomination supplémentaire à la thérapie principale des vitamines du groupe B (Milgamma, Neuromultivitis).

Complications de Thyrotoxicose

En fin de traitement, un traitement inadéquat développe des complications de la thyrotoxicose, telles que la fibrillation auriculaire, l'hypertension artérielle (augmentation de la pression artérielle), la thyrotoxicose contribue au développement et à la détérioration de la maladie coronarienne. Des lésions du système nerveux central peuvent conduire à une psychose thyréotoxique. Ces complications sont associées à l'effet cardiotoxique d'un excès d'hormones thyroïdiennes (c'est-à-dire qu'une quantité accrue d'hormones thyroïdiennes aggrave l'état du système cardiovasculaire: conduit à un métabolisme accéléré dans les cellules du myocarde, augmente la fréquence cardiaque à la suite de laquelle des complications se développent).

Une complication aiguë est la crise thyréotoxique - une complication grave qui survient après avoir subi un stress, avec une intervention chirurgicale sur la glande thyroïde sur fond de thyréotoxicose. C'est une condition mortelle. Les principaux symptômes sont une fièvre allant jusqu'à 38-40 °, des palpitations prononcées allant jusqu'à 120-200 battements par minute, des troubles du rythme cardiaque, des troubles du système nerveux central.

Pour prévenir ces complications, un diagnostic et un traitement opportuns de la thyréotoxicose sont nécessaires. Par conséquent, il est impératif que, lorsque des signes de thyréotoxicose apparaissent, il convient de consulter un médecin et de subir un examen hormonal.

Prévention de la thyréotoxicose

Il convient de rappeler qu’il existe une prédisposition génétique aux maladies de la glande thyroïde. Si vos proches ont des maladies de la glande thyroïde, il vous est également conseillé de réaliser périodiquement des ultrasons thyroïdiens et des études hormonales.

Si vous avez remarqué des symptômes de thyrotoxicose, vous devez étudier les hormones thyroïdiennes.

Si l'hypothyroïdie a déjà été identifiée pour prévenir les complications de la thyrotoxicose, il est nécessaire de commencer le traitement rapidement.

Consultation de médecin sur la thyrotoxicose

Question: Lors du traitement des thyréostatiques, combien de fois faut-il effectuer des tests hormonaux?
Réponse: Si vous suivez un traitement médicamenteux contre la thyrotoxicose, la première étude sur les hormones thyroïdiennes (sans T3 ni T4) après le début du traitement par thyréostatique doit être effectuée un mois après le début du traitement. De plus, dans le contexte de la réduction de la dose de thyrostatiques, il est nécessaire de réaliser l’étude plusieurs fois à un intervalle de 1 mois. L’étude de la TSH doit être réalisée au plus tôt 3 mois après le début du traitement par thyréostatique, car elle reste faible pendant longtemps. Après le choix d'une dose d'entretien de thyrostatiques, une étude hormonale peut être réalisée une fois tous les 2-3 mois.

Question: Quelles sont les limites du fond recevant une thyréostatique?
Réponse: jusqu'à ce que le niveau d'hormones thyroïdiennes soit normalisé, il est recommandé de réduire l'activité physique. Après la normalisation des hormones (atteinte de l'euthyroïdisme), il est possible d'augmenter le niveau d'activité physique.

Question: Quel est le risque de rémission après un traitement thyrostatique?
Réponse: Le traitement thyréostatique dure généralement entre 12 et 18 mois. Après cela, des études sont menées afin de vérifier la possibilité de rémission (une échographie de la glande thyroïde est effectuée, l’étude des anticorps anti-récepteur de la TSH est réalisée). Après cette thérapie est terminée. Cependant, la probabilité de récurrence de la maladie dépasse parfois 50%. La rechute survient généralement au cours de la première année après l’arrêt du traitement par thyréostatique. En cas d'échec du traitement, l'ablation chirurgicale de la glande thyroïde ou un traitement à l'iode radioactif est indiquée.

Des recommandations plus spécifiques peuvent vous donner une consultation chez le médecin. Vous bénisse!

Médecin Endocrinologue Artemieva Marina Sergeyevna

Traitement de la thyréotoxicose (hyperthyroïdie) de la glande thyroïde

Les personnes souffrant de thyréotoxicose doivent subir périodiquement un test sanguin de recherche de T3, TSH et T4.

Le traitement de l'hyperfonctionnement de la glande thyroïde est très long, car avec cette maladie, tous les systèmes et organes d'une personne subissent des modifications. Il est particulièrement difficile de traiter la maladie chez les enfants. La thyréotoxicose est lourde de dommages anatomiques aux tissus des organes voisins et nécessite souvent un traitement supplémentaire. Dans les cas graves, les effets des modifications d'organes anatomiques ne sont pas complètement éliminés.

Les traitements les plus courants pour l'hypothyroïdie sont:

  • tonique (visant à une alimentation complète et équilibrée, à la paix physique et psychologique);
  • physique (y compris la galvanisation de la glande thyroïde, le port de perles d'ambre, la visite d'installations hydropathiques, les bains à quatre chambres);
  • les bibloquants médicinaux et le tyrosol (nommés en tenant compte des tests sanguins pour les hormones, sont surveillés en permanence par le médecin traitant, suivent un certain schéma thérapeutique);
  • traitement à l'iode radioactif (destiné à supprimer la production d'hormones, lourde de conséquences des radiations);
  • opérationnel (la décision de procéder à une intervention chirurgicale est prise dans des situations difficiles, le plus souvent aux derniers stades de la maladie);
  • non conventionnel (a pour but de maintenir la production normale d'hormones thyroïdiennes après un traitement prolongé);
  • Thérapie thermale (recommandée comme prophylaxie pour les symptômes de la maladie subsistant après le traitement thérapeutique).

Tyrosol en tant que remède dans le traitement de l'hyperthyroïdie

Tyrosol est un médicament qui normalise la quantité d’hormones thyroïdiennes en détruisant leur synthèse. Assigné, corrigé et annulé uniquement par le médecin traitant en fonction de l'augmentation ou de la diminution des hormones.

Le traitement au tyrosol n’est efficace qu’au stade initial de la maladie.

Ce médicament est dangereux lors de réactions allergiques aux composants, ainsi que la consommation incontrôlée. De fortes doses du médicament peuvent provoquer une hypothyroïdie chez un patient. Dans ce cas, le patient devra prendre des médicaments toute sa vie avec le contenu d'analogues d'hormones thyroïdiennes. Si vous annulez le médicament spontanément, une rechute est possible.

Le traitement au tyrosol dure environ 1,5 à 2 ans. Le médicament n'est pas annulé avec des analyses normales et la stabilisation de la production d'hormones par la glande. Le but d’une longue période de traitement est d’accoutumer la thyroïde à la synthèse normale des hormones. En outre, des vitamines spéciales sont prescrites au patient pour maintenir les niveaux hormonaux après le traitement.

Tyrosol est un médicament qui normalise la quantité d’hormones thyroïdiennes en détruisant leur synthèse. Assigné, corrigé et annulé uniquement par le médecin traitant en fonction de l'augmentation ou de la diminution des hormones.

Traitement de l'hyperthyroïdie avec d'autres médicaments

Il est souvent conseillé aux patients de prendre des bêta-bloquants avec du tyrosol. Étant donné que le rythme cardiaque des patients atteints de thyrotoxicose est accéléré, les médicaments contenant des bêta-bloquants réduisent la fréquence des contractions cardiaques.

Si les patients atteints d'hyperthyroïdie ont un dysfonctionnement du système nerveux, on leur attribue des sédatifs. Le stress et le stress émotionnel nuisent à la récupération.

Les problèmes de vision résultant d'une augmentation du niveau d'hormones thyroïdiennes disparaissent après la normalisation du fond hormonal. Avec un symptôme tel qu'une saillie prononcée du globe oculaire, il est traité.

Le traitement de la thyrotoxicose par des médicaments antithyroïdiens repose sur l'utilisation de mercazolil, de thionamides et de propylthiouracile. Ces médicaments interfèrent avec la production d'hormones thyroïdiennes en retardant l'iode peroxydase dans le corps. Vous pouvez utiliser le propylthiouracile en tant que médicament inhibant la conversion de la thyroxine (T4) en triiodothyronine (T3).

Le propranolol bêta-bloquant réduit la quantité de triiodothyronine et bloque les récepteurs bêta-adrénergiques, améliorant ainsi la santé des patients lourds. L'acceptation des bêta-bloquants élimine les symptômes tels que le tremblement de toutes les parties du corps, les perturbations de la fréquence cardiaque, l'hyperhidrose et les troubles mentaux (en particulier chez les femmes).

Le propranolol bêta-bloquant réduit la quantité de triiodothyronine et bloque les récepteurs bêta-adrénergiques, améliorant ainsi la santé des patients lourds.

Les glucocorticoïdes peuvent être prescrits dans des conditions sévères. Le médicament le plus couramment prescrit parmi les glucocorticoïdes est la dexaméthasone, qui inhibe la conversion de T4 en T3.

Les iodures peuvent également être traités chez les patients souffrant d'hyperthyroïdie, mais en tenant compte du phénomène de "glissement". Il existe des cas où le traitement à l'iodure de potassium une semaine après le début de l'application donnait un résultat négatif en raison de la reprise de la maladie.

L'iode radioactif en tant que méthode moderne de traitement de l'hyperthyroïdie

L'essence de cette méthode de traitement est réduite à la réception de capsules selon un schéma spécifique. Le traitement de la thyréotoxicose à l'iode radioactif présente plusieurs inconvénients. L'iode, absorbé par la glande thyroïde, irradie les tissus de l'organe, détruisant les cellules et les néoplasmes, s'il en existe.

L'utilisation à long terme d'iode radioactif conduit au développement d'une hypothyroïdie, dont le pronostic est décevant - l'administration d'hormones à vie.

L’essence de l’effet de l’iode radioactif sur la glande consiste en la destruction des cellules de l’épithélium folliculaire par la concentration d’une dose pré-administrée d’iode par rayonnement bêta. Initialement, après le déroulement de la procédure, il n’ya pas eu de changement positif de l’état de santé du patient, mais après deux semaines, les premiers symptômes positifs ont commencé à apparaître.

L'utilisation à long terme d'iode radioactif conduit au développement d'une hypothyroïdie, dont le pronostic est décevant - l'administration d'hormones à vie.

Les premières améliorations peuvent être observées après un mois de traitement pour les raisons suivantes:

  • diminution de la fréquence cardiaque;
  • prise de poids progressive;
  • réduction de la taille du goitre;
  • l'absence d'hyperhidrose (souvent observée chez les femmes);
  • une sensation de force dans les muscles;
  • la secousse cesse.

Un symptôme tel que le «gonflement» de l'œil disparaît complètement environ 3 mois après le début du traitement par l'iode radioactif.

Les avantages de ce type de traitement sont:

  • la simplicité;
  • la disponibilité;
  • la sécurité;
  • la commodité d'un traitement ambulatoire (seuls les cas graves caractérisés par un gonflement de la gorge et des problèmes cardiaques nécessitent une hospitalisation du patient).

Les avantages de ce type de traitement sont la sécurité. Les fonctions de la glande thyroïde sont progressivement restaurées.

Si nous considérons la thyrotoxicose diffuse, le traitement avec une dose standard d'iode est la principale méthode efficace, car la forme nodulaire du goitre, dont les symptômes sont significativement différents de la diffuse, nécessitera une augmentation des doses (environ 2 fois). Les inconvénients de cette méthode incluent son inefficacité dans certaines formes de la maladie.

Les contre-indications pour le traitement à l'iode radioactif incluent:

  • la grossesse
  • un gros goitre s'étendant au-delà du sternum ou recouvrant partiellement la trachée;
  • lactation chez les femmes allaitantes;
  • état de l'adénome.

Intervention chirurgicale

La chirurgie est nécessaire lorsque le goitre est de grande taille, accompagné de réactions allergiques prononcées et d'un faible nombre de leucocytes. Il peut être effectué à un niveau normal d'hormones, soutenu par des médicaments. Sinon, le risque de développer une crise thyréotoxique est élevé.

La chirurgie est nécessaire lorsque le goitre est de grande taille, accompagné de réactions allergiques prononcées et d'un faible nombre de leucocytes.

La chirurgie est indiquée pour les patients dans les cas suivants:

  • compression mécanique du goitre trachéal;
  • forme aggravée de thyrotoxicose après un traitement infructueux, accompagnée d'une détérioration générale de l'état du patient;
  • la présence de ganglions (adénome) et de tumeurs dans la glande (symptômes de tumeurs bénignes et malignes).

Il a été démontré que les patients atteints de thyrotoxicose subissaient une intervention chirurgicale afin de prévenir l'apparition des effets indésirables d'une intoxication hormonale sur les organes et les tissus voisins. Lorsque le traitement par d'autres méthodes est inefficace, la chirurgie est le seul moyen d'aider une personne à faire face à la maladie.

Résection partielle et traitement combiné

Avec la thyréotoxicose nodale, la résection subtotale est une méthode de traitement efficace. Après l'opération, les problèmes endocriniens, cardiovasculaires et neurologiques cessent de perturber le patient. Le métabolisme est normalisé. Le patient prend du poids. Également amélioré les indicateurs d'analyse sanguine hormonale.

En cas d'hyperthyroïdie nodulaire grave, un traitement chirurgical est suggéré, car il n'est pas possible de guérir la maladie par d'autres moyens.

Le traitement combiné à long terme donne des résultats positifs. Les patients ont noté l'élimination de la transpiration excessive.

Le traitement combiné à long terme donne des résultats positifs. Chez les patients, les symptômes associés à la transpiration, aux tremblements, aux troubles métaboliques et au rythme cardiaque sont éliminés.

Traitement non conventionnel de la thyrotoxicose

La médecine alternative est endossée par les endocrinologues en rémission. Surtout quand la thyrotoxicose est un remède à base de noix, de miel et de citron.

5 citrons moyens non pelés et 0,4 kg de noix sont broyés, mélangés à 0,5 l de miel et pris pendant un mois et demi avec une dose unique de 1 cuillère à soupe. cuillère trois fois par jour.

Les composants entrant dans la composition ont des propriétés régénérantes et antitoxiques. Ils sont capables de renouveler les cellules immunitaires luttant activement contre la maladie.

En outre, les noix contiennent de l'iode, indispensable pour normaliser le processus de production d'hormones.

Comme la maladie thyroïdienne est le plus souvent causée par une prédisposition génétique, il est impossible de guérir l'hyperthyroïdie avec la médecine traditionnelle.

La médecine alternative est endossée par les endocrinologues en rémission. Surtout quand la thyrotoxicose est un remède à base de noix, de miel et de citron.

Traitement Spa

Il a lieu après le traitement principal pour rétablir la santé du patient. Le médecin traitant devrait se poser la question de la nécessité de réhabiliter les spas, car les visites indépendantes dans ces établissements sont source de complications.

En cas d’hyperthyroïdie, le rétablissement en station n’est indiqué que pour les formes les moins graves de la maladie. Une telle récupération est contre-indiquée pour les patients atteints de thyrotoxicose prononcée en raison du climat, en particulier dans les régions méridionales proches de la mer, où la concentration d'iode dans l'air est élevée (il est particulièrement indésirable de se rendre dans des sanatoriums l'été).

Parmi les procédures efficaces de sanatoriums peuvent être identifiés:

  • bains narzanny dosés (donnent de bons résultats, caractérisés par des améliorations des systèmes endocrinien et nerveux). Voici des stations de montagne et de forêts bien établies. Réduire la nervosité, la fatigue, le stress mental, le traitement dans les sanatoriums avec un air pur en montagne contribue à la récupération la plus rapide. En respectant les recommandations, en observant le schéma thérapeutique et en s’alimentant bien, l’état de santé des patients s’est considérablement amélioré. Il est important de savoir que l'insolation et toute autre procédure thermique, y compris la boue et la douche de Charcot, sont absolument contre-indiquées pour les personnes souffrant d'hyperthyroïdie.
  • douche fraîche;
  • 1 minute de douche avec de l'eau fraîche;
  • des enveloppements;
  • traitement avec des médicaments et des vitamines qui soutiennent des niveaux normaux d'hormones thyroïdiennes;
  • climatothérapie;
  • aliments diététiques;
  • repos et paix appropriés.

Lors de la sélection d'un patient pour un traitement préventif dans un sanatorium, il est important de prendre en compte son état de santé, les symptômes de la maladie après le traitement et les spécificités de la personne en matière de tolérance climatique. Beaucoup de patients ne correspondent pas à l'air de la montagne. Il y a des gens qui se plaignent de la chaleur et du mal des transports. Ces facteurs doivent être pris en compte chaque fois que vous choisissez un sanatorium individuellement pour chaque patient. Le choix doit être aussi rationnel et raisonnable que possible. Si vous devez encore choisir un sanatorium au bord de la mer, la période recommandée pour le visiter est le début du printemps ou l'automne.

Thyrotoxicose. Traitement de la thyréotoxicose. L'hypothyroïdie. Thyroïdite auto-immune. Goitre nodulaire et diffus.

Quels sont les principes de traitement de la thyrotoxicose

La thyrotoxicose est une maladie causée par une surproduction d’hormones thyroïdiennes. Il peut se manifester sous différentes formes et à divers degrés. La forme la plus courante est le goitre toxique diffus, dont les principes de traitement d'un état thyréotoxique peuvent être pris en considération.

Le syndrome de thyrotoxicose est une affection provoquée par un excès d'hormones thyroïdiennes - la tyrosine (T4) et la triiodothyronine (T3). Les signes de thyréotoxicose chez l'homme et la femme sont déterminés par le degré d'action sur le corps des excès de T3 et de T4, produits par les cellules de la glande thyroïde. Les symptômes comprennent une augmentation du rythme cardiaque et de la température, une perte de poids, la transpiration, des manifestations oculaires. Diverses sources d’information: articles, résumés, livres peuvent aider à traiter les symptômes du syndrome de thyrotoxicose.

La thyréotoxicose subclinique est assez courante, ses symptômes ne sont pas très brillants - le pouls ne s'accélère pas, la température ne monte pas, la personne ne ressent pas la détérioration dont le diagnostic est difficile. Afin de ne pas provoquer d'hypothyroïdie, la thyrotoxicose infraclinique n'est pas soumise à une correction hormonale. Afin de déterminer si la thyrotoxicose peut être guérie et quel traitement la thyréotoxicose devrait avoir, il est nécessaire de traiter de ses formes cliniques.

La thyréotoxicose peut avoir plusieurs formes principales:

  1. Non associé à une augmentation de la production d'iodothyronines T3 et T4. Ce groupe de pathologies comprend le stade thyrotoxique de la thyroïdite auto-immune, virale, d'origine thyroïdienne après l'accouchement, ainsi que l'hyperthyroïdie artificielle et la pathologie iatrogène, pouvant être induite par endonorm).
  2. Causée par la surproduction d'iodothyronines T3 et T4 par les cellules de la glande thyroïde. Cette forme est subdivisée en hyperthyroïdie indépendante de TSH et dépendante de TSH. Les substances indépendantes de la TSH sont les suivantes: goitre toxique diffus de nature auto-immune, goitre nodulaire, adénome thyrotoxique, thyrotoxicose induite par l'iode, cancer de la thyroïde, thyrotoxicose chez la femme (gestationnelle), thyréotoxicose autosomique dominante de nature non immunogène. Le thyrotropinome et le syndrome de sécrétion insuffisante d'hormone stimulante de la thyroïde sont dépendants de la TSH.
  3. Causée par la formation d'iodothyronines T3 et T4 à l'extérieur de la glande thyroïde. Des métastases fonctionnelles du cancer de la thyroïde, pathologie du struma ovarii, peuvent être attribuées à ce groupe de maladies.

La classification est présentée en détail dans diverses sources, telles que des résumés, des articles, des monographies. Les conséquences de l'hyperthyroïdie chez les femmes et les hommes, dont le degré extrême est la thyrotoxicose, sont déterminées par le degré d'augmentation de T3 et de T4. Dans les cas extrêmes, le coma est possible et un traitement excessif peut entraîner une hypothyroïdie. En sachant ce qu’est une thyrotoxicose dangereuse, vous pouvez éviter ses conséquences.

La nature du traitement de la thyrotoxicose dépend du type de maladie. Chacun d'eux a ses propres raisons. Le plus répandu est le goitre toxique diffus. Il se manifeste dans 90% des cas d’états thyréotoxiques. Pour cette raison, il convient d'examiner la tactique de traitement de la thyrotoxicose sur l'exemple du goitre toxique diffus.

Le goitre toxique diffus chez les femmes et les hommes est une pathologie auto-immune de type héréditaire. Ce type de maladie auto-immune se caractérise par une surproduction d'iodothyronines T3 et T4 à divers degrés par les cellules thyroïdiennes. Cliniquement, le goitre toxique auto-immun se manifeste sous la forme d’un syndrome de thyrotoxicose. L'intensité de la pathologie aide à déterminer le diagnostic opportun. Les patients dans 50% des cas développent une ophtalmopathie par infiltration endocrinienne (manifestations oculaires).

Principes de thérapie

Les principes de traitement et ses schémas sont détaillés dans diverses sources d’information, notamment des articles, des résumés, des livres. Aujourd'hui, les médecins utilisent trois approches pour élaborer un traitement pour le syndrome thyrotoxique chez les femmes et les hommes. Le traitement de la thyréotoxicose se fait selon les approches suivantes:

  • traitement conservateur de la thyrotoxicose;
  • intervention chirurgicale;
  • radiothérapie à l'iode radioactif (traitement de l'état thyréotoxique à l'iode radioactif).

Le traitement de l'hyperthyroïdie doit être envisagé à l'exemple du goitre toxique diffus auto-immun. Lorsque cette pathologie est détectée, des méthodes conservatrices de traitement par thyréostatique sont prises pour réduire l'augmentation de T3 et de T4. Il est important de choisir le bon dosage afin de ne pas provoquer d'hypothyroïdie Dans certains cas, la thyréotoxicose est traitée chirurgicalement.

Le goitre toxique diffus auto-immune est considéré comme une pathologie totalement curable. Les préparations de thiourée sont utilisées comme moyen de traitement pathogénique du goitre toxique diffus auto-immun. Ceux-ci incluent le mercaptoimidazole et le propiothiouracile.

Schéma de traitement conservateur

  • aux stades initiaux, la dose de thiamazole (également appelé tyrosol) est de 20 à 40 mg par jour et le propycil 200 à 400 avant l'atteinte de l'état euthyroïdien;
  • dans la semaine qui suit, la dose de thiamazole est réduite de 5 mg et celle de propicile de 50, jusqu'à atteindre une posologie de 5-10 mg et de 50-100 mg de thiamazole et de propitsil;
  • une fois atteinte de l’état euthyroïdien, on ajoute au traitement de la lévothyroxine à une dose de 50 à 100 mg, ce qui aide à prévenir l’hypothyroïdie induite par le médicament et l’effet strumogénique des thyréostatiques. Parfois, il est possible d’ajouter au cours thérapeutique du complément alimentaire Endonorm. Un outil tel que Endonorm stabilise la fonction de l'organe.

En l'absence d'indication chirurgicale, la durée du traitement par tyrosol, propitsil et lévothyroxine est d'un à un an et demi.

Les effets secondaires du traitement thyréotoxique se manifestent par la suppression de l'hématopoïèse avant le développement de la leucopénie, jusqu'à l'agranulocytose. Les symptômes de cette affection peuvent être maux de gorge, diarrhée, fièvre. Les complications du traitement sont les symptômes allergiques de la peau et les nausées. Il est important de calculer correctement le dosage afin que le traitement ne provoque pas d'hypothyroïdie.

Les bêta-bloquants sont utilisés pour corriger les symptômes nécessaires à la normalisation du pouls. Ils sont également capables d’éliminer la transpiration, les tremblements et de réduire le niveau d’anxiété.

En tant que mesures de surveillance avec traitement conservateur, les règles suivantes s'appliquent:

  1. Il est nécessaire de contrôler la concentration de T4 et de T3 une fois par mois.
  2. La concentration d'hormone stimulant la thyroïde est mesurée tous les trois mois.
  3. Tous les six mois, une échographie de la glande thyroïde.
  4. Le contrôle du niveau de plaquettes et de leucocytes dans le sang - hebdomadaire le premier mois, puis une fois par mois.

Dans le traitement de l'hyperthyroïdie, des erreurs peuvent être commises:

  • traitement intermittent;
  • mesures de contrôle inadéquates;
  • répéter un long traitement thyréostatique après la fin du premier traitement lors de la réapparition d'un état thyréotoxique.

Jusqu'à présent, il n'existe pas de schéma idéal pour la correction thérapeutique de l'hyperthyroïdie. Le traitement de la thyréotoxicose est assez compliqué. Nécessaire pour établir la surveillance, la combinaison du traitement à l'hôpital et à la maison, l'approbation de la dose minimale, la prévention de l'hypothyroïdie pendant la correction

Indications pour la chirurgie

Selon les données fournies par diverses sources, telles que résumés, livres et articles, il existe les indications suivantes pour la chirurgie:

  1. La formation de nodules sur le fond de goitre toxique.
  2. L'augmentation du volume de la glande dépasse 45 ml.
  3. Compression des tissus et des organes environnants.
  4. Localisation rétinienne du goitre.
  5. Goitre toxique diffus récurrent après un traitement.
  6. Intolérance aux médicaments thyrotoxiques.
  7. Agranulocytose.

Pour permettre l'opération, il est nécessaire d'obtenir un état euthyroïdien (T3 et T4 dans la norme) à l'aide d'une thyréostatique. Le sous-total enlèvement de la glande thyroïde est effectué après.

Radiothérapie à l'iode radioactif

Le traitement à l'iode radioactif se caractérise par une sécurité comparée et un rendement élevé. Mais dans la plupart des cas, un traitement par hypothyroïdie iodée radioactive se développe, qui doit être corrigé.

Le traitement de la thyréotoxicose à l'iode radioactif est caractérisé par le sens de l'action. La méthode de traitement à l'iode est un effet ponctuel sur le tissu de la glande thyroïde. Le traitement à l'iode radioactif permet de stopper l'hyperthyroïdie. Mais l'hypothyroïdie devient une complication assez fréquente de cette technique.

Après un traitement à l'iode radioactif, des mesures sont nécessaires pour corriger une éventuelle hypothyroïdie.

Adénome toxique

L'adénome toxique est la deuxième cause de thyrotoxicité. Elle se caractérise par des symptômes de goitre toxique diffus, associés à des lésions du cœur et des vaisseaux sanguins et à une myopathie. Dans le même temps, on n'observe pas d'ophtalmopathie endocrinienne (symptômes oculaires). Dans ce cas, le traitement est effectué par chirurgie ou par radiothérapie à l'iode radioactif.

Thyrotoxicose subclinique

Le traitement de la thyréotoxicose infraclinique avec des hormones n’est pas effectué, sauf s’il entraîne une détérioration de l’état du patient et des symptômes vifs de la pathologie - pouls accru, ophtalmopathie et fièvre. La thyrotoxicose infraclinique n'est pas traitée chez les femmes enceintes, après l'accouchement. En outre, la thyrotoxicose infraclinique n’a pas besoin de traitement si elle a un caractère auto-immunitaire. Dans la thyroïdite subaiguë, la correction du statut hormonal n’est pas nécessaire non plus. La thyrotoxicose infraclinique, également appelée thyrotoxicose manifeste, est bénigne et ne peut pas causer de symptômes. Le traitement par quelque moyen que ce soit, y compris les remèdes populaires, n’est pas pratiqué, en particulier pendant la grossesse et après l’accouchement

Thyroïdite

La thyroïdite peut être causée par diverses raisons: une lésion auto-immune, une attaque virale ou l’état de santé de la femme après l’accouchement. Si la phase thyréotoxique de la thyroïdite de nature auto-immune se développe ou après l'accouchement, un traitement par un bêta-bloquant est utilisé pour éliminer les symptômes. En même temps, les thyréostatiques ne sont pas utilisés - après la naissance, ils sont contre-indiqués. En cas de thyroïdite de nature virale, le traitement par prednisone est effectué conformément au schéma. Traitement interdit des remèdes populaires, en particulier pendant la grossesse et après l'accouchement.

Thyrotoxicose iatrogène

Si certains médicaments pénètrent dans le corps humain, tels que l'amiodarone (cordarone), une consommation incorrecte peut provoquer un état thyréotoxique. L'amiodarone (cordarone) est un médicament qui contient beaucoup d'iode. La prise excessive d'amiodarone (cordarone) provoque les pathologies suivantes:

  • état thyrotoxique de type 1 induit par l'amiodarone (provoqué par un excès d'iode dans la cordarone);
  • état thyrotoxique de type 2 induit par l'amiodarone (provoqué par l'effet toxique de la cordarone sur les cellules thyroïdiennes).

Si le patient se voit prescrire de l'amiodarone (cordarone), un diagnostic de l'état de la glande thyroïde tous les six mois est nécessaire, même si l'amiodarone (cordarone) est annulée. Pour déterminer le type de pathologie causée par un apport excessif d’amiodarone (cordarone), un diagnostic par scintigraphie est effectué. Il est important de choisir le bon moyen de remplacer l'amiodarone (cordarone).

Des pathologies de type iatrogène peuvent être provoquées par d'autres raisons, par exemple un complément alimentaire biologiquement actif comme Endonorm, qui a un effet stimulant sur la thyroïde. Un excès d'Endonorm peut entraîner une augmentation du taux d'hormones, c'est-à-dire une thyrotoxicose.

Traitement d'autres formes de thyrotoxicose

Si la maladie est causée par un apport excessif d’iode dans le corps (hyperthyroïdie induite par l’iode), le médicament contenant le contenu de cet oligo-élément est arrêté. L'opération est nécessaire dans la forme nodulaire du goitre, dans le cas d'un adénome toxique et d'une thyrotropinomie.

Si un cancer hautement différencié est détecté, une préparation préopératoire est réalisée - réalisation de l'état euthyroïdien à l'aide de la thyréostatique. Ensuite, une opération est effectuée et une radiothérapie est prescrite.

Si une thyréotoxicose non immunogène autosomique dominante est détectée, une extirpation de la glande thyroïde est prescrite, un traitement de substitution par la lévothyroxine est nécessaire.

Le traitement d'un état thyréotoxique avec des remèdes populaires n'est pas recommandé. Cela peut entraîner une aggravation de la maladie, surtout si le traitement conservateur est négligé. Le traitement avec des remèdes populaires peut être extrêmement rare et seulement après avoir consulté un médecin.

Recommandations pour le traitement de la thyrotoxicose

La nutrition pour la thyrotoxicose est un facteur important. Il est nécessaire de consulter sur le changement de régime avec un médecin. Le régime alimentaire pour la thyréotoxicose est important pour tous les patients, il permet de réduire la gravité des symptômes. Si la thyrotoxicose se manifeste chez l’enfant, la nutrition et le schéma thérapeutique de base sont ajustés - les posologies et la gamme des indications de la chirurgie diffèrent de celles de l’adulte. Cependant, le régime alimentaire pour la thyréotoxicose chez l'adulte et l'enfant a des principes similaires. Pendant le traitement, il est nécessaire de respecter les doses prescrites pour ne pas provoquer d'hypothyroïdie.

Des précautions doivent être prises lors de la correction de l'hyperfonctionnement de la glande thyroïde après l'accouchement. Un traitement médicamenteux avec une augmentation des niveaux d'hormones après la naissance devrait être minime.

Il n'est pas nécessaire de traiter l'état thyréotoxique des remèdes populaires, surtout sans recommandations. Le traitement de la thyréotoxicose avec des remèdes populaires peut aggraver la situation et exacerber les symptômes, en particulier chez les enfants, pendant la grossesse et après l'accouchement. Toutes les méthodes de traitement, y compris le traitement à l'iode radioactif, ne doivent commencer qu'après une consultation détaillée avec le médecin, le diagnostic et la détermination de l'évolution thérapeutique. Le traitement de la thyréotoxicose est difficile, vous devez donc vous conformer strictement aux recommandations.

Vous Pouvez, Comme Pro Hormones