L’hypophyse sécrète trois types d’hormones sexuelles: l’hormone folliculo-stimulante (FSH), l’hormone lutéinisante (LH), la prolactine. Dans cet article, nous verrons ce qu'est l'hormone lutéinisante, à quel point elle devrait être dans le corps et comment agit l'hormone LH.

Hormone de LH

L'hormone lutéinisante assure le bon fonctionnement des glandes sexuelles, ainsi que la production d'hormones sexuelles - féminines (progestérone) et masculines (testostérone). La glande pituitaire produit cette hormone chez les femmes et les hommes.

Si une femme a un taux sanguin élevé de LH, c'est un signe d'ovulation. Chez les femmes, cette hormone est libérée en une quantité accrue de 12 à 16 jours environ après le début de la menstruation (phase lutéale du cycle).

Chez les hommes, sa concentration est constante. Dans le corps des hommes, cette hormone augmente le niveau de testostérone, responsable de la maturation du sperme.

Les tests d'ovulation sont basés sur un principe simple: ils estiment la quantité d'hormone dans l'urine. Lorsque le niveau d'hormone lutéinisante augmente, cela signifie que vous êtes sur le point de commencer ou que vous avez déjà commencé l'ovulation. Si vous planifiez un bébé, c'est le bon moment pour concevoir.

Hormone lutéinisante: la norme chez les femmes

Après la puberté chez les hommes en bonne santé, l'hormone LH reste à un niveau constant, la norme chez la femme varie tout au long du cycle. Si l'hormone lutéinisante est sécrétée dans le corps en quantité suffisante, son taux devrait être le suivant:

  • phase folliculaire du cycle (du 1er jour du mois jusqu'au 12-14) - 2-14 mU / l;
  • phase d'ovulation du cycle (du 12ème au 16ème jour) - 24–150 mU / l;
  • La phase lutéale du cycle (du 15 au 16e jour et avant le début de la prochaine période menstruelle) est de 2 à 17 mU / l.

La norme pour les hommes est comprise entre 0,5 et 10 mU / l.

Rappelez-vous, en passant l'analyse: la norme chez les femmes peut fluctuer non seulement à différents jours du cycle, mais également à différentes périodes de la vie.

Hormone LH: la norme chez les femmes à différentes périodes de la vie

La valeur de l'hormone folliculo-stimulante et lutéinisante chez la femme, ses normes

Les hormones gonadotropes sont appelées hormones et sont produites par le placenta (gonadotrophine chorionique) et l'hypophyse antérieure - stimulant le follicule et lutéinisante. Chacun d'entre eux est responsable de la survie de l'espèce et, par conséquent, toute infraction liée à son développement peut avoir les conséquences les plus graves.

Hormone folliculo-stimulante

L'hormone folliculo-stimulante (abréviation internationale FSH) est directement liée à la maturation des follicules chez la femme et à la formation de sperme dans les testicules masculins.

De quoi est responsable FSH?

Les hormones folliculostimulantes et lutéinisantes sont responsables de la santé reproductive de l'homme

Dans le corps féminin est responsable de:

  • croissance folliculaire;
  • conversion en oestrogène testostérone;
  • production d'œstrogènes.

Le niveau d'hormone folliculo-stimulante change en fonction des phases du cycle menstruel.

  1. La phase folliculaire dure du premier au douzième jour. Pendant cette période, la FSH stimule la formation dans l'ovaire du follicule et la maturation de l'œuf. En même temps, il commence le processus de production d’œstradiol et de transformation de la testostérone en estradiol.
  2. L'ovulation se produit au milieu du cycle (12-16 jours). Ce temps est caractérisé par la libération maximale de FSH, après quoi son montant diminue. Dans le même temps, le niveau d'hormone lutéinisante augmente, permettant ainsi à un ovule prêt pour la fécondation de sortir du follicule en éclat.
  3. Phase lutéale (à partir du jour 16). Le follicule à partir duquel l'oeuf est libéré est transformé en corps jaune, qui produit de la progestérone, qui bloque la synthèse des hormones hypophysaires. Si la fécondation ne se produit pas, le corps jaune est détruit. Dans le même temps, le niveau de progestérone diminue également - et par conséquent, l'hypophyse sécrète à nouveau une hormone et un nouveau cycle commence.

Un mécanisme d'action différent de l'hormone chez l'homme. Ses fonctions principales sont les suivantes:

  • augmentation de la spermatogenèse;
  • développement des semences;
  • androgènes liant la production de protéines;
  • transfert de testostérone à l'épididyme.

Ainsi, l'hormone folliculo-stimulante est l'une des substances les plus importantes qui affectent la capacité de continuer à vivre dans le genre et la préservation de la fonction de reproduction.

Normes FSH chez les femmes et les hommes

Le niveau d'hormones dans le sang dépend de la phase du cycle, ainsi l'analyse est donnée certains jours.

Le niveau d'hormones dans le corps de la femme dépend de la phase du cycle. Les normes internationales acceptées sont les suivantes (IU / L):

  1. Dans la phase folliculaire: de 2,8 à 11,3.
  2. Dans la phase ovulatoire: de 5,8 à 21.
  3. Dans la phase lutéale: de 1,2 à 9.

Pour les hommes, les chiffres compris entre 1,37 et 13,58 sont considérés comme normaux.

La FSH élevée peut survenir dans les cas suivants:

  • syndrome d'appauvrissement ovarien, dans lequel le corps, essayant de trouver une compensation pour le manque d'hormones féminines, produit intensivement la FSH;
  • kystes d'endométriose;
  • sous-développement des organes responsables de la reproduction (testicules ou ovaires);
  • adénome hypophysaire;
  • maladies oncologiques;
  • saignement dysfonctionnel: le follicule ne libère pas d'ovule pendant l'ovulation;
  • l'approche de la ménopause;
  • orchite;
  • insuffisance rénale;
  • l'alcoolisme;
  • prendre certains médicaments.

Les niveaux d'hormones peuvent être abaissés pour les raisons suivantes:

  • hypothalamus ou hypofonction hypophysaire;
  • manque de sperme dans le sperme;
  • SOPK;
  • hyperprolactinémie;
  • pathologie de l'hypophyse (syndrome de Sheehan, Simmonds);
  • maladies génétiques (syndrome de Denny-Marfan);
  • l'obésité;
  • prendre des drogues.

Pendant la ménopause, le taux de FSH est toujours élevé, tandis que pendant la grossesse, il est abaissé, ce qui est considéré comme normal.

Hormone lutéinisante

L'hormone lutéinisante, comme la FSH, est synthétisée par l'hypophyse et régule le fonctionnement des glandes sexuelles, responsables de la santé génésique de l'homme.

Valeur LH

Dans le corps de la femme, les niveaux de LH varient avec la phase du cycle. Dans la phase folliculaire, lorsque les follicules se développent sous l'influence de la FSH, son niveau est minimal. Au moment où le follicule mûrit, le niveau d'estradiol devient aussi élevé que possible (il grossit environ 10 fois). Cette augmentation dure environ un jour; Il stimule la libération active de LH par l'hypophyse et l'apparition de l'ovulation.

Avec l'ovulation, l'œuf est libéré et le follicule résiduel se transforme en un corps jaune, qui commence à produire de la progestérone et prépare ainsi l'endomètre à l'implantation. L'hormone lutéinisante maintient le corps jaune pendant environ deux semaines.

Le mécanisme d'action des tests d'ovulation repose sur la réaction à une forte augmentation des taux de LH. Environ 1 à 1,5 jour avant l'ovulation, la concentration d'hormone lutéinisante dans l'urine augmente considérablement et ce temps peut être utilisé pour la conception.

Il convient de rappeler que l'augmentation de PH est de courte durée. Si le test a été effectué le matin, son niveau peut déjà diminuer considérablement le soir.

Chez l'homme, l'hormone stimule l'activité des cellules de Leydig, qui synthétisent la testostérone. En raison de son taux sanguin élevé, les spermatozoïdes mûrissent. Contrairement au corps féminin, le niveau de LH est relativement constant chez les hommes.

Chiffres LH normaux

Chez la femme, les niveaux d'hormone lutéinisante varient en fonction de plusieurs facteurs. Comme mentionné précédemment, il s’agit tout d’abord de la phase du cycle. Les indicateurs suivants sont considérés comme normaux (en miel / l):

  1. Stade folliculaire: 2-14.
  2. Stade d'ovulation: 24-150.
  3. Stade lutéal: 2-17.

Le deuxième facteur qui affecte le niveau de l'hormone est l'âge de la femme. Les chiffres augmentent plusieurs mois après la naissance, puis diminuent vers 7-8 ans. A partir de maintenant, il y a une augmentation progressive de la concentration de l'hormone jusqu'à la puberté.

Chez l'homme, le niveau est relativement constant tout au long de la vie. les valeurs comprises entre 0,5 et 10 sont considérées comme normales. La concentration à l'âge adulte peut être quelque peu élevée.

Pendant la grossesse, la LH est abaissée et ses valeurs élevées sont fixées pendant la ménopause.

L'hormone lutéinisante peut être supérieure à la normale dans les cas suivants:

  • SOPK;
  • l'épuisement précoce des ovaires, lorsqu'ils cessent de produire des hormones sexuelles, et que la glande pituitaire, en les stimulant, libère davantage de LH dans le sang;
  • tumeurs hypophysaires;
  • la féminisation testiculaire est une maladie masculine dans laquelle la testostérone cesse d'inhiber l'hypophyse;
  • atrophie testiculaire (par exemple, après les oreillons);
  • insuffisance rénale, car dans ce cas, la LH n'est pas excrétée dans les urines;
  • prendre certains médicaments;
  • l'endométriose;
  • aliments crus, végétarisme, famine;
  • entraînement sportif intense;
  • stress

Faible LH est un symptôme des pathologies et conditions suivantes:

  • aménorrhée secondaire (absence de menstruation) due à une diminution de la fonction hypophysaire;
  • l'hypogonadisme gonadotrope est une pathologie caractérisée par une diminution de l'utérus et d'autres organes génitaux féminins en raison d'un manque d'hormones hypophysaires;
  • SOPK;
  • troubles génétiques de l'hypophyse;
  • surpoids;
  • prendre certains médicaments;
  • fumer;
  • hyperprolactinémie (augmentation de la quantité de prolactine dans le sang);
  • stress fréquent.

Le ratio hormones folliculo-stimulantes et lutéinisantes

Taux de FSH et de LH en fonction des phases du cycle menstruel

Dans la pratique médicale, non seulement le niveau d'hormones est augmenté ou diminué, mais également leur rapport, puisque la FSH et la LH participent toutes deux à la préparation du corps pour la conception. Le coefficient exprimant ce rapport dépend de l'âge de la femme.

  1. Chez un enfant (avant la puberté), le rapport est normalement de 1 à 1.
  2. Un an après la première menstruation: 1,5 à 1.
  3. 2 ans après la première menstruation et jusqu'à la ménopause: 1,5-2 à 1.

Si le rapport est compris entre 2,5 et 1, le médecin peut suggérer une déplétion précoce des ovaires, leurs tumeurs polykystiques ou hypophysaires.

Quand faut-il des tests?

L'analyse des hormones hypophysaires n'est pas attribuée à chaque femme, mais uniquement dans les cas où le médecin a des raisons de suspecter la présence d'une pathologie. Celles-ci peuvent être les situations suivantes:

  1. Manque de règles. On peut détecter l'aménorrhée dite hypergonadotrope, dans laquelle la fonction ovarienne diminue et, dans le même temps, la synthèse d'hormones par l'hypophyse augmente.
  2. Mensuel court (moins de trois jours) avec peu de pertes.
  3. Infertilité (féminine et masculine).
  4. Fausses couches répétées.
  5. Retard de développement physique.
  6. Endométriose. Une des causes courantes du développement de cette maladie est une violation du ratio hormones stéroïdiennes, dans lequel le niveau de LH, de prolactine et de FSH est augmenté, tandis que la progestérone, au contraire, est réduite.
  7. Déviations dans le timing du développement sexuel. Un développement trop précoce s'accompagne d'une quantité excessive d'hormones ralentie, au contraire réduite.
  8. Désir sexuel réduit.
  9. La nécessité de déterminer avec précision le moment de l'ovulation.
  10. Hirsutisme (croissance excessive des cheveux chez les femmes).
  11. Syndrome des ovaires polykystiques.

L'analyse des hormones gonadotropes est obligatoire en vue de la procédure de fécondation in vitro.

Qu'est-ce qui influence les résultats?

Comme avec la plupart des autres tests sanguins, les résultats du test hormonal peuvent changer sous l’influence de facteurs externes. Parmi eux peut être:

  • prise de nourriture avant de servir;
  • consommation d'alcool;
  • activité physique;
  • certains médicaments (par exemple, anabolisants, contraceptifs, moyens pour réduire le niveau de sucre);
  • certains types de recherche (rayons X, imagerie par résonance magnétique);
  • grossesse, ménopause;
  • l'âge

Pour éliminer cet effet, vous devez savoir comment passer ces tests:

  1. À remettre le matin, seulement l'estomac vide.
  2. À la veille de ne pas boire d'alcool, limitez la charge.
  3. Ne fumez pas pendant une heure avant l'analyse.
  4. Réception des préparations et examens instrumentaux à discuter avec le médecin.
  5. Le jour où vous souhaitez passer les tests est désigné par le médecin, en fonction du but de l’étude. Chez la femme, il s’agit généralement de 3 à 5 jours, mais si l’objet de l’analyse est d’étudier la possibilité de croissance folliculaire, il est recommandé de donner du sang dans 5 à 8 jours.

Entretien sur FSH avec Norbert Glacher, directeur du Center for Human Reproduction à New York

Hormone lutéinisante chez la femme: la norme d'âge et les raisons de cette augmentation

L'hormone lutéinisante est une hormone hypophysaire qui contrôle et soutient le fonctionnement normal du système de reproduction chez l'homme et chez la femme. Pour beaucoup de femmes, le nom de cette hormone sera familier à partir de la phase lutéale du cycle, qui est précédée par une forte augmentation du niveau de cette hormone dans le sang. Il joue un rôle important dans les fonctions vitales du corps et toute anomalie dans des conditions normales peut entraîner des complications graves.

Hormone lutéinisante: fonctions et prescription pour analyse

Caractéristiques et rôle de l'hormone dans le corps féminin

Bien qu'ils parlent plus souvent du niveau d'hormone lutéinisante chez les femmes, celui-ci contrôle également les fonctions sexuelles des hommes et contribue à maintenir des niveaux normaux de progestérone et de testostérone. L'hormone lutéinisante est élevée chez les femmes pendant l'ovulation, lorsque la conception devient le plus possible.

C'est une protéine complexe constituée de divers acides aminés. On l'appelle aussi l'hormone jaune.

La fonction principale de l'hormone est de stimuler la maturation appropriée et rapide des spermatozoïdes et des ovules.

En conséquence, si la production de cette hormone est altérée dans l'hypophyse, des problèmes de fonction de reproduction ne peuvent être évités.

Chez la femme, une analyse sanguine de l'hormone lutéinisante est prescrite dans les cas suivants:

  • En l'absence de menstruation et d'aménorrhée. Ces symptômes peuvent être des signes d'infertilité, souvent associés à l'hormone lutéinisante, responsable de l'ovulation chez la femme.
  • Fausse couche habituelle. Plusieurs fausses couches consécutives indiquent un échec dans le contexte hormonal.
  • Développement sexuel lent ou trop rapide. L’apparition précoce de la menstruation, la croissance rapide du sein ou, au contraire, une maturation lente sont des signes d’échec de la glande pituitaire. Cela peut également inclure une faible croissance (nanisme).
  • Saignements utérins. Ils causent toujours de l'anxiété chez une femme et obligent à consulter un médecin. Les raisons peuvent être différentes: hormone, polype de l'endomètre, tumeurs, kystes, etc. Cependant, avec ce symptôme, le médecin doit prescrire un test sanguin pour les hormones.
  • Détermination de l'ovulation. Pour ce faire, il existe des tests d'ovulation, qui indiquent le niveau de cette hormone dans les urines. Cependant, ces tests ne sont pas assez précis, ils peuvent être positifs plusieurs jours avant et après l'ovulation. Par conséquent, les femmes qui rêvent d'une grossesse sont plus susceptibles de se soumettre à un test sanguin.
  • L'hirsutisme. Cette maladie provoque la croissance active de cheveux durs chez les femmes sur le visage, le dos, le ventre, la poitrine. Il est associé à des hormones, mais les violations peuvent être de nature différente. Parfois, cela est dû à des anomalies génétiques. Mais une analyse de sang pour les hormones doit être prise dans tous les cas.

Décryptage

Décodage: la norme par âge. Baisse des niveaux d'hormones

Seul un médecin devrait déchiffrer les résultats de l'analyse, car la norme de l'hormone lutéinisante est très large et même avec quelques écarts par rapport à la norme, cela peut constituer une explication inoffensive.

Chez les hommes, le niveau d'hormone dans le sang est toujours à peu près le même. Mais chez la femme, la quantité d’hormone lutéinisante change non seulement au cours du cycle, mais aussi avec l’âge. Dans le même temps, il change spasmodiquement, augmentant puis diminuant au cours de la vie.

Le niveau maximal de l'hormone dans le sang est détecté pendant l'ovulation. Il se lève des dizaines de fois, et cela est considéré comme la norme.

Hormone normale dans le sang des femmes:

  • Chez les filles nouveau-nées au cours des deux premières semaines de vie, tout indicateur jusqu’à 0,7 mU / l est considéré comme la norme.
  • À 3 ans, le niveau passe à 0,9-1,9 mU / l.
  • En période de croissance active et de puberté, ce niveau augmente. Ainsi, par exemple, à l'âge de 13 ans, 0,4 à 4,6 mU / l est considéré comme la norme, à 15 ans, de 0,5 à 16 mU / l.
  • À l'âge de 18 à 19 ans, un taux relativement constant de 2,3 à 11 mU / l est établi.
  • Pendant la ménopause, le taux de l’hormone lutéinisante dans le sang de la femme augmente de manière significative et peut atteindre 14-52 mU / l.

Vidéo - hormones féminines: types et fonctions.

Si l'hypophyse produit une quantité insuffisante d'hormones, la gestation commence à la puberté, les menstruations tardent et, à maturité, elles peuvent entraîner une infertilité. La perte de poids peut affecter votre taux d'hormones. Les personnes obèses ont généralement de faibles taux d'hormone lutéinisante dans le sang. Les gros fumeurs diminuent également les niveaux d'hormones.

Le symptôme d'un manque d'hormone peut constituer un long retard de la menstruation en l'absence de grossesse ou de l'absence complète de menstruation pendant une longue période.

Chez les filles, en plus du retard de la puberté, la croissance ralentit. Pour les faibles niveaux d'hormone lutéinisante, il peut y avoir une bonne raison, telle que la grossesse. À ce stade, le taux d'hormone lutéinisante diminue et le taux de prolactine, responsable de la lactation, augmente.

Parfois, la carence en hormone dans le sang est due à la maladie de Simmond, accompagnée d’une insuffisance hypophysaire, et à divers troubles sexuels et maladies vasculaires.

Raisons pour élever

Niveaux hormonaux élevés - maladies possibles

L'augmentation du taux d'hormones dans le sang peut être motivée par de nombreuses raisons. Le plus commun est l'ovulation. Si le niveau est élevé, l'ovulation se produira le lendemain ou un peu plus tôt (un niveau d'hormone élevé dure quelque temps après l'ovulation).

Pas assez de tests sanguins pour déterminer la cause. Le médecin procédera à un examen supplémentaire et établira un diagnostic en tenant compte de toutes les informations.

Les causes courantes de l'augmentation de l'hormone lutéinisante:

  1. Ovaire polykystique. Cette maladie survient lorsque le déséquilibre des hormones dans le corps. Le corps de la femme commence à produire de la testostérone en excès, ce qui entraîne la non-maturation des œufs et l'absence d'ovulation. Les follicules à partir desquels les œufs doivent apparaître doivent se remplir de liquide et se transformer en kystes. Une femme a des saignements ou une absence prolongée de règles, il peut y avoir une douleur dans le bas de l'abdomen.
  2. Tumeur hypophysaire. Avec les tumeurs hypophysaires, bénignes et malignes, la production d'hormones est perturbée, et donc le travail de l'organisme entier. L'hypophyse produit une grande quantité d'hormones et contrôle presque tout le système endocrinien.
  3. Insuffisance rénale. C'est une maladie dans laquelle le tissu rénal meurt et les reins sont perturbés. Le plus souvent, il est provoqué par de graves troubles des processus métaboliques, ainsi que par des perturbations hormonales, l'hérédité. Malgré la variété des raisons, l'essence de cette maladie est réduite au fait que les reins ne peuvent pas éliminer les substances toxiques du corps, de sorte que le corps devient empoisonné et d'autres complications. Une personne se sent nauséeuse, fatiguée, souffre de maux de tête et de douleurs musculaires.
  4. Le jeûne et le stress. Avec des régimes prolongés, une mauvaise alimentation, un stress prolongé et intense, ainsi que des efforts physiques épuisants, le niveau de l'hormone dans le sang augmente pour maintenir le corps.
  5. Endométriose. Il s'agit d'une maladie courante chez les femmes en âge de procréer, dans laquelle l'endomètre se développe au-delà de l'utérus. Les cellules de l'endomètre sont très sensibles aux hormones. Par conséquent, cette maladie est le plus souvent traitée par un traitement hormonal. La maladie s'accompagne de douleurs dans le bas de l'abdomen, de gêne et de douleurs pendant les rapports sexuels et de pertes sanguines.

Normaliser les niveaux d'hormones

Moyens de réduire le niveau d'hormones dans le sang

Pour normaliser le taux d'hormone lutéinisante dans le sang, il est nécessaire de détecter et d'éliminer la cause de son écart par rapport à la norme.

Le plus souvent, le problème réside dans le travail de l'hypophyse, trop active ou produisant insuffisamment cette hormone. Ceci est également corrigé à l'aide d'une hormonothérapie. Différentes hormones peuvent être prescrites: progestérone, œstrogène, androgène. Tout dépend de la maladie et des besoins du corps. La posologie et le médicament lui-même sont prescrits par le médecin.

Certaines maladies nécessitent une intervention chirurgicale. Ceci s’applique aux maladies tumorales de l’hypophyse, un ovaire polykystique. Le traitement chirurgical, en règle générale, combiné avec le médicament.

Dans le traitement de l'endométriose repose sur un long traitement hormonal, allant jusqu'à six mois. Au moment de prendre des hormones, l’état peut se normaliser, mais reprend ensuite si vos propres hormones sont perturbées en raison du fonctionnement de la glande pituitaire. L'acceptation des médicaments hormonaux est presque toujours accompagnée d'effets secondaires. En règle générale, les médicaments contenant des œstrogènes et des progestatifs inhibent la croissance de l'endomètre.

L'efficacité du traitement est vérifiée par échographie et test sanguin de recherche de l'hormone lutéinisante.

Dans le cas des ovaires polykystiques, des contraceptifs oraux à effet androgène sont souvent prescrits. Ils sont saouls à un certain cycle pendant 3 mois, après quoi ils font une pause. Les médicaments ne doivent pas être annulés sans l'autorisation du médecin, car les perturbations hormonales dans le corps ne peuvent qu'augmenter. S'il n'y a pas d'effet, recourir à la chirurgie.

La cause de l'échec hormonal peut être un adénome hypophysaire bénin. Cela perturbe la production d'hormones. Les symptômes n'apparaissent que lorsque sa taille augmente. Pour ramener les hormones à la normale, la tumeur est retirée chirurgicalement. Après cela, fixez un cours de radiothérapie et d’hormonothérapie. Aucune thérapie hormonale ne dure tout le temps. Elle est réalisée par cours, puis l’efficacité du traitement est vérifiée à l’aide de tests sanguins, IRM, ultrasons, etc.

Hormone lutéinisante - seul dans le domaine n'est pas un guerrier, mais même sans elle

Les hormones sont des produits chimiques universels capables de se lier aux cellules sensibles et de réguler leur métabolisme. Dans le corps humain, quels que soient le sexe et l'âge, les mêmes hormones sont produites. Chez les hommes, il existe des hormones féminines et chez les femmes - les hommes. Mais ils ont différents points d'application. Par exemple, chez les hommes, l'hormone lutéinisante ne vise pas la formation du corps jaune, mais la production de testostérone et est donc à concentration constante. Chez les femmes, sa sécrétion a un caractère spécial.

Comment l'hormone lutéinisante est produite

La lyutropine, ou LH, est une hormone à structure glycoprotéique. Il est constitué de deux sous-unités α et β. Chacun d'entre eux comprend des oligosaccharides et une centaine de résidus d'acides aminés. Pour la lutropine, les hormones thyrotropes et stimulantes du follicule et l’hCG, la structure de la sous-unité α est presque identique. Tous diffèrent les uns des autres sous-unité β. Mais il a des similitudes dans la structure de hCG et LH. Les différences de 24 résidus d’acides aminés déterminent la période d’action biologique de chacun d’eux. La LH reste active pendant 20 minutes et la HCG jusqu'à 24 heures. De plus, ces deux hormones sont capables d’agir sur les mêmes récepteurs. Cette propriété est utilisée par les médecins dans la procédure de FIV.

L'hormone lutéinisante est produite dans le lobe antérieur de l'hypophyse par des cellules spéciales. Par le sang, la LH pénètre dans le tissu ovarien chez la femme ou dans le testicule chez l’homme. La responsabilité de LH dépend du sexe:

  • Chez les hommes, il agit sur les cellules de Leydig dans les testicules, stimule la production de testostérone dans celles-ci. Ce dernier affecte la spermatogenèse.
  • Chez les femmes, la LH stimule l'ovulation, mais le mécanisme est plus complexe.

Pour que LH fonctionne, il est nécessaire d'avoir un follicule mature. Cela est dû à la sécrétion de l'hormone folliculostimulante (FSH) au cours de la première phase du cycle. La maturation du follicule dominant est accompagnée par la division cellulaire de la couche granulaire, les récepteurs de la LH y sont exprimés et les cellules elles-mêmes synthétisent l'œstriol. La libération accrue d'œstrogènes stimule la glande pituitaire sur la base d'une rétroaction, une grande quantité de FSH et de LH est libérée dans le sang. La libération d'hormones hypothalamiques conduit à l'ovulation.

Simultanément, l'hormone lutéinisante stimule le processus de lutéinisation des résidus du follicule, le pigment de lutéine s'accumule dans ses cellules et le follicule lui-même se transforme en corps jaune. Maintenant, ses cellules ne synthétisent pas d'œstrogène, mais une grande quantité de progestérone. La LH est nécessaire pendant 14 jours pour soutenir la fonction du corps jaune.

En cas de fécondation de l'œuf, un trophoblaste - un organe germinal produisant de l'hCG - se forme en 2 semaines. Cette hormone viendra plus tard remplacer la LH, car elle est plus stable, et maintiendra la fonction du corps jaune jusqu'à la formation du placenta.

Si nous excluons LH de cette chaîne, il devient alors évident que:

  • l'ovulation ne se produira pas;
  • un corps jaune ne se formera pas;
  • dans l'endomètre au cours de la deuxième phase, il n'y aura aucun changement nécessaire pour l'implantation de l'embryon;
  • la grossesse ne viendra pas ou sera interrompue au début de la période.

Pour que tous les processus du cycle menstruel se déroulent dans le bon ordre, il est nécessaire que la concentration de chacune des kinines actives soit dans les limites de la norme d'âge.

Comment prendre une analyse

Pour évaluer l’état de l’appareil reproducteur, le médecin peut vous prescrire une analyse de sang visant à détecter la LH. Mais l'étude d'une seule hormone est non informative, généralement l'analyse est prescrite pour plusieurs hormones sexuelles à la fois:

Selon les témoignages, ils pourraient être attribués à d'autres études, par exemple, la testostérone, le cortisol, la TSH, l'hCG.

Les états où il est nécessaire de prendre une analyse sur PH sont les suivants:

  • infertilité masculine et féminine;
  • l'aménorrhée;
  • périodes courtes et rares;
  • saignements utérins;
  • fausses couches;
  • violation de la puberté;
  • retard de croissance;
  • diminution de la libido;
  • établir le jour de l'ovulation;
  • syndrome des ovaires polykystiques;
  • l'endométriose;
  • préparation à la FIV;
  • surveiller l'efficacité du traitement.

Il a été établi à quels jours du cycle l’analyse devait être informative:

  • pour les hommes - tous les jours, parce que ils ont un niveau de sécrétion stable;
  • chez les femmes en âge de procréer - pendant 3 à 8 jours, pendant la période d'ovulation supposée (12 à 14 ans) ou après celle-ci pendant 19 à 21 jours;
  • chez les femmes pendant la ménopause - un jour donné.

Une préparation préliminaire spéciale n'est pas requise. Mais vous devez suivre les recommandations suivantes:

  1. 48 heures avant l'étude, vous devez arrêter de prendre des hormones stéroïdes et, si possible, des hormones thyroïdiennes.
  2. Pendant la journée, évitez le stress émotionnel et physique.
  3. Le dernier repas devrait être 12 heures avant l'analyse.
  4. Le moment optimal pour le don de sang est de 8 à 9 heures du matin.
  5. À la veille, vous n'avez pas besoin de manger des aliments gras.
  6. 3 heures avant le don de sang, arrêtez de fumer.

Le résultat peut être affecté par le diagnostic radioisotopique effectué la semaine précédente. Par conséquent, il est recommandé de séparer ces analyses pendant 7 jours.

Concentrations normales

Pour bien évaluer le résultat de l'analyse, vous devez faire attention aux unités. Chaque laboratoire peut utiliser ses propres méthodes de diagnostic, les normes seront donc également différentes. Le plus souvent, MDU / L est utilisé comme unité de mesure, mais parfois il s'agit de MMU / ml.

La lyutropine commence à se développer dès l'enfance. Chez un enfant, le 15e jour après la naissance, l’hémotest peut déjà déterminer jusqu’à 0,7 mU / l. Chez les enfants, le taux dépend de l'âge. Jusqu'à 9 ans, il est compris entre 0,7 et 2,0 mU / l. À l'avenir, les filles commencent une augmentation progressive de l'hormone, commencent le processus de la puberté.

Pour les filles âgées de 10 à 14 ans, des concentrations comprises entre 0,5 et 4,6 mU / l sont considérées comme normales. À un âge plus avancé de la période de formation du cycle menstruel, des valeurs de 0,4 à 16 mU / l sont autorisées. Pour les filles de plus de 18 ans, le taux est similaire à celui des femmes et se situe entre 2,2 et 11,2 mU / L.

Le taux d'hormone lutéinisante dépend du jour du cycle:

  • Dans la première phase, de 1 à 14 jours, la performance optimale est de 2-14 mU / l.
  • Avant l'ovulation du 14e au 16e jour du cycle, il atteint rapidement 24 à 150 mU / l.

On pense que la hausse de LH dans l'ovulation peut être enregistrée déjà 12 à 24 heures avant son apparition. À un niveau élevé, il persistera tout au long de la journée et atteindra une concentration 10 fois plus grande qu'avant la libération de l'œuf. Ensuite, il est également fortement réduit et reste au niveau de 2-17 UI / l jusqu'à la prochaine menstruation.

Il est important non seulement que les indicateurs normaux de LH, mais aussi sa relation avec FSH. Pour les filles avant le début de la menstruation, cet indicateur est 1. Après la ménarche, il est de 1-1,5 pour un an. Deux ans après la première menstruation et avant la ménopause, le rapport LH / FSH devrait être au niveau de 1,5-2.

L'hormone lutéinisante à la ménopause est significativement plus élevée que pendant la période de reproduction et se situe entre 14,2 et 52,3 mU / L. L'augmentation de la LH est due à l'inhibition de la fonction ovarienne pendant la période post-ménopausique. Mais le principe de la rétroaction continue de fonctionner. En réponse à une carence en œstrogènes, l'hypophyse tente de stimuler l'activité ovarienne en augmentant les kinines tropicales. Des processus similaires sont observés chez les hommes après 60 à 65 ans, lors de l'extinction de la fonction sexuelle. Avant cette période, le taux de LH pour les hommes était de 0,5 à 10 mU / l.

Avec l'augmentation des niveaux de LH dans le sang, il peut être déterminé dans les urines. Ce principe est utilisé dans les tests d'ovulation. Mais avec leur aide, vous pouvez uniquement détecter la présence de lutropine dans l'urine, mais pas pour déterminer sa concentration. Le test est utilisé pendant plusieurs jours avant l'heure estimée du début de l'ovulation. Un résultat positif suggère qu'une rupture du follicule se produira dans les 24 à 48 heures. Les couples envisageant une grossesse peuvent utiliser ce temps pour concevoir.

Mais ces tests ne peuvent pas être utilisés comme méthode de contraception. Il est impossible de prédire combien de temps le sperme sera actif, et l'ovule est capable de fécondation dans les 24 heures.

Déviations possibles et leurs causes

Les changements dans la lyutropine peuvent être soit en hausse ou en baisse. Dans certains cas, il s'agit d'anomalies physiologiques, mais dans la plupart des cas, il s'agit de pathologie.

Augmentation de la concentration

Comme mentionné ci-dessus, la croissance physiologique de la lutropine se produit pendant la ménopause. Si l'hormone lutéinisante est élevée chez un adolescent, cela peut être dû à la fonction instable de l'axe hypothalamo-hypophyso-ovarien. La formation du cycle menstruel chez les filles ne se produit pas immédiatement. Pendant la première année après la ménarche, des intervalles inégaux entre les règles sont possibles. On ne peut parler du cycle menstruel établi au plus tôt trois ans après la ménarche. Et pour certains, ce processus s’étend jusqu’à vingt ans.

Une LH supérieure à la norme peut être enregistrée dans les cas suivants:

  • syndrome des ovaires polykystiques;
  • ménopause prématurée;
  • hypoplasie congénitale des surrénales;
  • tumeurs hypophysaires;
  • la castration;
  • gonade dysginésique, syndrome de Turner;
  • hypofonction ovarienne;
  • Syndrome de Swayer;
  • stress

Mais pour établir la cause exacte de son amélioration, l'analyse ne suffit pas. Il est nécessaire de mener une enquête complète. Dans l’analyse, on trouve généralement des écarts et d’autres indicateurs hormonaux.

Chez les filles, on considère que l'âge normal de la puberté est d'au moins 9 ans. Pendant cette période, les premiers signes peuvent apparaître - croissance des poils pubiens, sous les aisselles, signes initiaux de la croissance des seins. Si de tels changements apparaissent à un âge plus précoce, on parle de puberté prématurée, ce qui sera reflété dans l'analyse sur l'HTP. Dans ce cas, l’écart par rapport à la norme sera relatif au groupe d’âge, mais ne dépassera pas les valeurs correspondant à l’âge de procréer.

Une augmentation de la lutropine chez les hommes peut être un signe de cryptorchidie, ainsi qu'une altération de la fonction sexuelle.

Décliner

Un taux réduit d'hormone lutéinisante peut entraîner le développement d'un hypogonadisme: les glandes sexuelles chez les hommes et les femmes ne recevront pas la stimulation nécessaire de la part de l'hypophyse, elles ne pourront donc pas remplir leur fonction. Pour les hommes, cela s'accompagne d'une diminution de la production de testostérone: la lutropine devrait normalement ouvrir des canaux cellulaires spéciaux par lesquels passe l'hormone mâle. La conséquence d'un manque de testostérone est une diminution de la libido, un dysfonctionnement érectile, des processus atrophiques dans les testicules et bien d'autres.

Un faible pH est observé dans les cas suivants:

  • tumeurs hypothalamiques;
  • lésion cérébrale;
  • maladies héréditaires - syndrome de Kallman et Prader-Willi;
  • hypopituitarisme;
  • carence nutritionnelle, hypovitaminose prononcée;
  • le stress;
  • hyperprolactinémie;
  • effort physique intense, par exemple chez les athlètes.

La réduction de la lutropine peut être provoquée par la prise de médicaments appartenant au groupe des agonistes ou antagonistes de la GnRH.

Pendant la grossesse, l'hormone lutéinisante doit normalement être faible. Cet effet se développe sous l'action d'un taux élevé d'œstrogènes, qui, par principe de rétroaction, bloque la libération de lyutropine dans l'hypophyse. Après avoir donné naissance à une femme, les œstrogènes ont légèrement diminué, mais la prolactine a augmenté, ce qui entraîne un manque de LH. Par conséquent, chez la plupart des mères allaitantes, l'ovulation ne se produit pas et il n'y a pas de menstruation.

Correction des violations

Avec une pénurie

Le choix de la manière d'augmenter le niveau d'hormone lutéinisante dépend de la pathologie ayant conduit à sa diminution. Habituellement, ces conditions sont accompagnées d'anovulation et de stérilité. Il existe des médicaments LH, qui sont introduits par voie parentérale. Par exemple, Pergonal, Louveris.

La composition du premier comprend un complexe de LH et de FSH. Pour les femmes, ce médicament est utilisé pour stimuler la croissance et la maturation des follicules. Il stimule également la prolifération de l'endomètre, augmente le niveau d'œstrogène. Le médicament est prescrit aux hommes pour stimuler la spermatogenèse.

Pergonal est parfois associé à l'administration d'hCG. Le traitement est prescrit dans les 7 premiers jours du cycle. Plusieurs follicules mûrissent souvent sous son influence. Cela peut conduire à des grossesses multiples. Mais lors de la procédure de FIV, ce résultat est bénéfique et vous permet de sélectionner plusieurs œufs à la fois.

Le déficit en LH est compensé par le médicament Louveris, qui est une LH recombinante. Il est prescrit au milieu du cycle pour stimuler l'ovulation et pendant la période postovulatoire pour maintenir la fonction du corps jaune.

Ces médicaments doivent être utilisés avec prudence, ils sont contre-indiqués dans les ovaires polykystiques, l'hyperprolactinémie, les tumeurs de l'hypophyse, l'insuffisance ovarienne.

Parfois, au lieu de la LH, on utilise une HCG moins chère, de structure identique, capable de se lier aux mêmes récepteurs, mais ayant un effet plus long.

Avec un excès

Si l'hormone lutéinisante est élevée, vous pouvez la ramener à un niveau normal en utilisant des préparations d'œstrogènes, de progestérone et d'androgènes. Le traitement doit viser à éliminer la cause de cette affection. Pour les tumeurs hypophysaires, l'ablation chirurgicale de la lésion est nécessaire. Les ovaires polykystiques nécessitent également un traitement chirurgical - cautérisation des kystes. Après cela, une grossesse a lieu ou une femme prend des préparations hormonales pour corriger son état.

La ménopause prématurée, dans laquelle le processus de réduction de la fonction ovarienne commence avant l'âge de 45 ans, est presque impossible à arrêter. Habituellement, cela prend plus de temps et avec des symptômes plus prononcés du syndrome ménopausique que la ménopause dans le temps. Mais il est possible de réduire les manifestations désagréables, si prescrit par un médecin de recourir à un traitement hormonal substitutif. Si des signes de préménopause apparaissent spontanément, une supplémentation combinée en œstrogènes et en progestatifs est prescrite pour prévenir l'oncologie. Les femmes ménopausées ayant commencé à se développer après l'ablation chirurgicale de l'utérus et des ovaires, il est possible d'utiliser uniquement des œstrogènes naturels.

Niveau d'hormone lutéinisante

L'hormone lutéinisante (LH) est une substance biologiquement active (hormone gonadotrope), produite dans le lobe antérieur de la glande pituitaire. L'hypophyse est une glande endocrine à sécrétion interne située à proximité immédiate du cerveau. L'hormone lutéinisante chez la femme affecte principalement les glandes sexuelles. Le rôle principal de cette substance est de garantir pleinement la santé génésique des femmes et des hommes. L'hormone lutéinisante chez l'homme joue également un rôle. Dans les laboratoires modernes, il existe un équipement spécial et des marqueurs permettant de déterminer le niveau d'hormone lutéinisante avec une grande précision. L'hormone lutéinisante est déterminée à identifier les causes de l'infertilité lors de la planification d'une grossesse naturelle ou pour se préparer à un programme de fécondation in vitro.

Principales caractéristiques de l'hormone lutéinisante

L’hormone lutéinisante associée à une stimulation des follicules influence activement la production des hormones sexuelles mâles et femelles, qui aident à réaliser pleinement la fonction de reproduction, dans les quantités requises. Ainsi, c’est l’hormone lutéinisante chez la femme qui stimule la production de progestérone. Dans le même temps, l'hormone lutéinisante chez l'homme contrôle la production de testostérone. Une augmentation de l'hormone lutéinisante chez les femmes est diagnostiquée pendant la phase ovulatoire du cycle menstruel. Pour obtenir des informations complètes et fiables sur la concentration d'hormone lutéinisante, une femme doit passer un test sanguin veineux entre 12 et 15 jours du cycle menstruel. Selon de nombreuses études, le niveau maximal d'hormone lutéinisante est observé dans la phase lutéale du cycle menstruel.

L'hormone lutéinisante chez l'homme est normale

Dans le corps masculin, le niveau d'hormone lutéinisante ne change pas pendant la journée, le mois et toute la vie, car il est caractérisé par des valeurs constantes. Dans ce cas, l'hormone lutéinisante chez les hommes contribue à la production requise à part entière de l'hormone sexuelle masculine - la testostérone. La testostérone est une substance hormonale nécessaire pour contrôler la maturation du sperme.

Hormone lutéinisante - la norme chez les femmes varie en fonction de la phase du cycle. Ainsi, l'hormone lutéinisante est élevée pendant l'ovulation de l'œuf. À ce jour, pour déterminer le jour de l'ovulation, il existe des tests spéciaux basés sur la détection de l'hormone lutéinisante dans les urines. Si le niveau d'hormone lutéinisante est déterminé dans l'urine, vous pouvez penser à une rapide ou à une ovulation déjà survenue. Pour les couples qui planifient une grossesse, vous devez savoir qu’il s’agit de la meilleure période pour la conception. A cette époque, les conditions les plus favorables pour la progression des spermatozoïdes et leur rencontre avec un ovule ovulant se développent dans le corps de la femme. Ainsi, la LH (hormone lutéinisante) est la norme pendant la période d'ovulation assurant le début de la grossesse naturelle.

Normalement, l'hormone lutéinisante est rarement élevée chez les hommes. Il est généralement diagnostiqué au même niveau après le début de la puberté, alors que dans le corps de la femme, le niveau d'hormone lutéinisante peut varier considérablement, en fonction du jour du cycle menstruel.

L'hormone lutéinisante, la norme chez les femmes dans les phases du cycle menstruel:

  • La première phase (folliculaire) du cycle menstruel est comprise entre 5 et 13 mU / l;
  • La période d'ovulation est de 25–145 mU / l;
  • La phase lutéinisante du cycle est de 5 à 16 mU / L.

Hormone lutéinisante chez l'homme: la norme est d'environ 0,54 - 10 mU / l.

En outre, dans le corps féminin, la concentration de cette hormone peut varier en fonction de la période d'âge. Ainsi, les indicateurs de l’hormone lutéinisante au cours de la période ménopausique sont en moyenne de 14,8 à 53 mU / l. C'est-à-dire que pendant cette période on note une faible hormone lutéinisante. Ces données sont inexactes, car elles peuvent varier en fonction de la santé somatique et génésique des femmes. Ainsi, seuls les gynécologues et spécialistes de la reproduction expérimentés doivent déchiffrer les résultats obtenus pour l’hormone lutéinisante.

Conditions pathologiques présentes dans le corps de la femme, dans lesquelles l'analyse de l'hormone lutéinisante est prescrite:

  • Aménorrhée prolongée;
  • Saignements abondants qui se produisent pendant la période de menstruation ne dépassant pas trois jours;
  • Infertilité primaire ou secondaire;
  • Fausse couche habituelle;
  • Dysplasie importante;
  • Retard partiel ou complet du développement sexuel ou de la puberté précoce;
  • Saignements dysfonctionnels de l'utérus;
  • Endométriose;
  • Diminution de la libido;
  • Diagnostic de la période d'ovulation;
  • Diagnostic avant la fécondation in vitro;
  • Observation de l'effet positif obtenu par l'hormonothérapie;
  • Augmentation de la croissance des cheveux chez les femmes dans les zones de type masculin;
  • Syndrome des ovaires polykystiques.

Délai de délivrance du sang veineux pour l'analyse de l'hormone lutéinisante

Beaucoup de femmes modernes qui subissent un dépistage de l'infertilité ou se préparent à l'avance pour la grossesse désirée sont intéressées par la question de savoir quand il est nécessaire de passer un test de dépistage de l'hormone lutéinisante. Lors de la consultation avec le médecin traitant, le beau sexe apprend que l'hormone lutéinisante est délivrée du cinquième au septième jour du cycle menstruel. Il convient de rappeler que tous les laboratoires procèdent à un prélèvement sanguin de cette hormone gonadotrope le matin à jeun, car c'est le moment le plus approprié pour obtenir un résultat précis et fiable. S'il y a une forte hormone lutéinisante, pensez à la phase ovulatoire d'urgence, qui peut survenir en un ou deux jours. L'augmentation maximale de l'hormone lutéinisante est caractéristique de l'ovulation en cours. Dans le même temps, ces indicateurs restent au niveau indiqué plusieurs jours après le début de l’ovulation.

L'indication principale pour clarifier la concentration en hormone lutéinisante est une suspicion d'absence d'ovulation (anovulation). Ainsi, cette hormone est incluse dans la liste obligatoire des hormones étudiées pour l'infertilité, résultat de l'anovulation. Ainsi, avec la détermination correcte et opportune de la quantité d’hormone lutéinisante dans le sang d’une femme, il est possible de traiter efficacement l’infertilité et de commencer à concevoir naturellement. En outre, la performance de cette hormone doit être déterminée par de fréquentes fausses couches spontanées, des perturbations du développement de la sphère sexuelle, des écoulements sanglants intermenstruels, ainsi que par toute violation du cycle menstruel. N'oubliez pas que le test sanguin pour le traitement à l'hormone lutéinisante permet un contrôle. En outre, l'analyse de l'hormone lutéinisante est obligatoire lors de l'examen des femmes qui se préparent à participer au cycle de FIV.

Caractéristiques de LH dans la phase préparatoire à la grossesse

En cas de planification préalable de la grossesse, un test sanguin pour l'hormone lutéinisante est administré en association avec une hormone folliculo-stimulante. Les médecins impliqués dans la préparation à la grossesse et son observation (spécialistes de la fertilité) conseillent simultanément d’identifier le niveau de ces hormones gonadotropes. Ces hormones contrôlent la croissance et le développement des follicules, participent à la formation du corps jaune dans les ovaires et contribuent au début de la phase d'ovulation. Ainsi, l'hormone lutéinisante chez les femmes est préférable de prendre en combinaison avec d'autres hormones.

Conditions pathologiques dans lesquelles l'hormone lutéinisante est élevée:

  • Syndrome des ovaires polykystiques;
  • Syndrome de dysfonctionnement ovarien précoce;
  • Maladie rénale chronique sévère;
  • Tumeurs de l'hypophyse antérieure;
  • Endométriose;
  • Dysfonctionnement des gonades;
  • Grand travail physique;
  • Perte de poids anormale;
  • Stress psycho-émotionnel fréquent.

La LH peut normalement être élevée chez les femmes et les hommes de plus de 60 ans.

Situations dans lesquelles il existe une faible hormone lutéinisante:

  • L'obésité;
  • L'échec de la deuxième phase du cycle menstruel;
  • Le tabagisme, la consommation de drogues et la toxicomanie;
  • Prendre certains médicaments;
  • Traitement chirurgical;
  • Absence de menstruation pendant plus de six mois;
  • Ovaires polykystiques;
  • Des conditions pathologiques telles que la maladie de Simmonds, le syndrome de Denny Morphan et Sheehan;
  • Stress long et fréquent;
  • Croissance osseuse insuffisante;
  • Pathologie sévère du système hypothalamo-hypophysaire;
  • Détermination pathologique de la prolactine dans le sang;
  • Aménorrhée secondaire;
  • La grossesse

Concentration insuffisante de LH

Normalement, une faible hormone lutéinisante est observée chez toutes les femmes enceintes. Ainsi, lors de la grossesse dans le sang veineux, des indicateurs réduits d'hormone lutéinisante et stimulante du follicule sont déterminés. Dans le même temps, une hyperprolactinémie est observée. En même temps, si l’hormone lutéinisante est diminuée chez les hommes, cela peut indiquer une violation de la spermatogenèse. La pathologie de la maturation du sperme entraîne le développement de l'infertilité masculine.

L'échec de la deuxième phase du cycle menstruel

Avec le développement d'un dysfonctionnement important des ovaires, on peut observer une insuffisance de la phase lutéale du cycle menstruel (NLF). Dans le même temps, la capacité fonctionnelle du corps jaune diminue, ce qui entraîne une diminution de la production de progestérone (une hormone qui soutient le déroulement de la grossesse). Cela conduit au fait que l'utérus n'est pas prêt à accepter l'embryon (il n'y a pas d'implantation de l'embryon dans l'endomètre).

En même temps, l'insuffisance de la phase lutéale est diagnostiquée non seulement à l'aide de divers tests, mais également à l'aide du graphique de température rectale. Ce graphique visualisera une diminution significative de la température de base par rapport à la première phase du cycle menstruel. Si une femme a une durée inférieure à 10 jours à la deuxième phase du cycle, il est impératif de demander conseil à un gynécologue. Le médecin recommandera à une femme de passer un test d'hormone lutéinisante pour le diagnostic final du déficit en phase lutéale. Cet état pathologique peut provoquer une infertilité et une fausse couche. Par conséquent, il est très important de déterminer le niveau d'hormone lutéinisante dans le temps.

Hormone lutéinisante

L'hormone lutéinisante est la gonadotrophine, une substance biologiquement active (peptide). L'hormone est synthétisée dans l'hypophyse et pénètre dans le sang. Les cibles pour les effets de cette substance sont les glandes sexuelles. Le rôle de l'hormone lutéinisante dans des conditions normales est extrêmement important pour le maintien de la capacité de reproduction dans les corps des hommes et des femmes.

Valeurs normales de l'hormone lutéinisante

Les concentrations normales d'hormone lutéinisante dépendent du sexe, de l'âge et chez la femme, ainsi que du jour spécifique du cycle menstruel ou de la durée de la grossesse.

Chez les enfants jusqu’à l’adolescence (jusqu’à 11 ans), la norme de l’hormone est de 0,03 à 3,9 mIU / ml. Pendant cette période, les différences entre les sexes n'affectent pas la sécrétion de cette substance.

Chez les garçons de plus de 11 ans et les hommes, les valeurs normales d'hormone lutéinisante vont de 0,8 à 8,4 mIU / ml. Une caractéristique stable est une concentration stable de la substance dans le sang.

Chez la femme en âge de procréer, des fluctuations notables de l'hormone lutéinisante sont enregistrées en fonction du jour du cycle menstruel. Ainsi, au cours des 14 premiers jours du cycle (période folliculaire), la norme est comprise entre 1,1 et 8,7 mUI / ml. Le jour de l'ovulation, la concentration augmente considérablement pour atteindre 72 mUI / ml. Au cours de la période suivante (phase lutéale), l'hormone est normalement déterminée dans l'intervalle de 0,9 à 14,4 mIU / ml.

Ce qui est important, c'est non seulement la valeur même de l'hormone lutéinisante, mais également sa relation avec une autre gonadotrophine (stimulation du follicule). Normalement, le rapport LH / FSH est de 1,5–2 pour les femmes en âge de procréer. Chez les filles avant la première menstruation, le ratio d'hormones est de 1. Au cours des vingt-quatre mois suivant le début du cycle, cette proportion peut aller jusqu'à 1,5.

Le vieillissement du corps entraîne une extinction progressive de l'activité des glandes sexuelles. Ce processus s'accompagne d'une augmentation du taux d'hormone lutéinisante dans le sang.

Chez les femmes ménopausées, les modifications cycliques de la sécrétion de cette substance dans l'hypophyse disparaissent. Les concentrations sanguines sont stables et égales à un niveau normal de 18,6–72 mUI / ml.

Pour les hommes âgés de 60 à 65 ans, une augmentation progressive du taux d'hormone lutéinisante est caractéristique. La normale est la concentration d'une substance supérieure à 8,4 mUI / ml.

Effet biologique de l'hormone lutéinisante

L'hormone lutéinisante favorise la maturation des gamètes, c'est-à-dire des cellules germinales.

Chez les femmes, l'effet principal de cette substance

  • stimulation de la production d'œstrogènes;
  • ovulation (rupture du follicule et libération d'un ovule mature);
  • formation du corps jaune;
  • augmentation de la production de progestérone.

La concentration extrêmement élevée d'hormone lutéinisante après la phase folliculaire du cycle menstruel contribue non seulement à l'apparition d'un ovule prêt à être fécondé, mais affecte également le comportement sexuel de la femme.

Chez l'homme, l'effet biologique du peptide

  • augmentation du taux de testostérone dans le sang;
  • maturation du sperme.

Dans la vieillesse, l'effet biologique de la gonadotrophine est réduit. Sa concentration dans le plasma sanguin augmente, mais les glandes sexuelles perdent progressivement en sensibilité. Même à des niveaux extrêmement élevés d'hormone, il est impossible de provoquer l'ovulation chez une femme après la ménopause ou d'augmenter la testostérone chez l'homme après 60 ans.

L'industrie pharmacologique utilise les particularités de la sécrétion de peptides lutéinisants chez les personnes âgées. Les médicaments (gonadotrophines) sont obtenus à partir du sang de femmes ménopausées. Ces médicaments peuvent être utilisés pour lutter contre l'infertilité.

Quand il faut passer l'analyse

La détermination de l'hormone lutéinisante est effectuée sur la recommandation d'un médecin. Le plus souvent, l'étude est prescrite par des gynécologues, des andrologues et des endocrinologues.

Indications pour l'analyse chez l'enfant

  • développement sexuel prématuré;
  • retard du développement sexuel;
  • retard de croissance.

L'indication d'analyse chez la femme est

  • manque de menstruation;
  • maigres périodes courtes (jusqu'à 3 jours);
  • saignements utérins;
  • infertilité;
  • avortement spontané;
  • l'endométriose;
  • ovaires polykystiques;
  • excès de poils sur le visage et le corps.

Chez les hommes, un test sanguin est recommandé lorsque

  • diminution du désir sexuel;
  • infertilité

De plus, le contrôle du peptide lutéinisant est nécessaire pendant la fécondation in vitro (FIV) pour déterminer le jour de l'ovulation.

Valeurs élevées de gonadotrophines

L'hormone lutéinisante peut être augmentée dans les maladies de divers organes et systèmes.

Du côté du système reproducteur chez les femmes, des concentrations excessives provoquent une endométriose, une maladie ovarienne polykystique et le syndrome d'épuisement prématuré des ovaires. Toutes ces maladies sont caractérisées par l'absence d'ovulation régulière.

Chez les hommes, l'hormone lutéinisante peut être augmentée en raison de lésions testiculaires causées par la varicocèle et d'autres maladies.

La raison de la concentration élevée de gonadotrophine est l'hypogonadisme primaire, c'est-à-dire la défaillance des glandes sexuelles.

Cette condition se développe lorsque:

  • absence congénitale des testicules ou des ovaires;
  • la cryptorchidie;
  • Syndrome de Klinefelter (vrai et faux);
  • Syndrome de Shereshevsky-Turner;
  • syndrome de del castillo;
  • syndrome de féminisation testiculaire;
  • auto-immune, rayonnement, infection du tissu glandulaire;
  • ablation chirurgicale des testicules ou des ovaires.

De plus, le peptide lutéinisant peut être élevé avec une tumeur hypophysaire (adénome), une insuffisance rénale, un stress, un jeûne, un exercice excessif.

Faibles valeurs

Chez les femmes, l'hormone lutéinisante est réduite pendant la grossesse et l'allaitement de l'enfant. Pendant ces périodes de la vie, la maturation des ovules dans les ovaires est temporairement suspendue.

Causes pathologiques de l'insuffisance lutéinisante en gonadotrophine:

  • l'obésité;
  • Syndrome de Sheehan;
  • Syndrome de Marfan;
  • La maladie de Simmonds;
  • le nanisme;
  • pathologie de l'hypophyse et de l'hypothalamus (tumeur, hémorragie, rayonnement ou lésions auto-immunes);
  • hyperprolactinémie.

Le tabagisme, l'alcoolisme, certaines drogues peuvent également provoquer une diminution du taux de gonadotrophine lutéinisante dans le sang.

L'échec du corps jaune est un problème courant chez les femmes souffrant d'infertilité ou d'irrégularités menstruelles. Cette condition est caractérisée par un manque de niveaux d'hormone lutéinisante pendant et après l'ovulation.

Correction des violations

Si un niveau faible ou élevé de peptide lutéinisant est détecté au cours d'une analyse de sang, un traitement approprié est nécessaire.

Médicaments hormonaux prescrits pour restaurer la fonction de reproduction. Ces médicaments peuvent être nécessaires chez les femmes présentant des ovaires polykystiques, ainsi que pendant le protocole de FIV. Les gonadotropines sont prescrites aux hommes lors du traitement de la spermatogenèse avec facultés affaiblies.

Dans de nombreuses autres situations, l'administration d'œstrogènes, de progestérone ou d'androgènes est justifiée. Ces substances normalisent l'activité du système reproducteur et affectent le métabolisme.

Lorsque l'hyperprolactinémie est efficace, le traitement par l'ergot (cabergoline et bromocriptine).

En outre, un traitement chirurgical peut parfois être nécessaire. De telles interventions sont recommandées pour les adénomes hypophysaires, les ovaires polykystiques et la cryptorchidie.

Les méthodes de traitement sont choisies par le médecin traitant, en tenant compte de la cause spécifique des troubles et des maladies associées.

Vous Pouvez, Comme Pro Hormones