Les maladies endocriniennes s'accompagnent d'une défaillance du fonctionnement normal des glandes endocrines. Ils sécrètent des hormones qui affectent le corps et contrôlent le travail de tous les organes et systèmes. Le dysfonctionnement du système endocrinien est caractérisé par un dysfonctionnement, un hyper ou un hypofonction. Les composants les plus importants de ce système sont l'hypophyse, la pinéale, le pancréas, la thyroïde, le thymus et les glandes surrénales. Chez les femmes, ils incluent également les ovaires, chez les hommes - les testicules.

Pourquoi des maladies basées sur un déficit hormonal se développent-elles?

Les causes des pathologies endocriniennes, qui se forment dans le contexte d’un manque de certaines hormones, sont les suivantes:

  • dommages aux glandes endocrines dus à des maladies infectieuses (par exemple, tuberculose);
  • pathologies congénitales qui causent une hypoplasie (sous-développement). En conséquence, ces glandes endocrines ne sont pas en mesure de produire une quantité suffisante des substances nécessaires;
  • hémorragie dans les tissus ou, à l'inverse, apport sanguin insuffisant aux organes responsables de la production de gomons;
  • processus inflammatoires affectant le dysfonctionnement du système endocrinien;
  • la présence de lésions auto-immunes;
  • tumeurs des glandes endocrines;
  • problèmes nutritionnels lorsqu'une quantité insuffisante de substances pénètre dans l'organisme pour la production de certaines hormones;
  • effets négatifs des substances toxiques, des rayonnements;
  • causes iatrogènes et autres.

Pourquoi des maladies causées par une surproduction d'hormones surviennent-elles?

Causes de pathologies endocriniennes, responsables de la production excessive d'hormones:

  • stimulation excessive des glandes endocrines provoquée par des facteurs naturels ou par toute pathologie, y compris congénitale;
  • la production de substances hormonales par des tissus qui n'en sont pas responsables chez une personne ordinaire;
  • la formation d'hormones à la périphérie de leurs prédécesseurs, qui se trouvent dans le sang humain. Par exemple, le tissu adipeux est capable de produire des œstrogènes;
  • causes iatrogènes.

Pourquoi des pathologies de nature différente apparaissent-elles?

Le dernier rapport de scientifiques étrangers contient des informations selon lesquelles des maladies du système endocrinien surviennent souvent dans le contexte d'une perturbation du transport des hormones ou au cours de leur métabolisme anormal. Les causes les plus courantes de ce phénomène sont les pathologies du foie, la grossesse et d’autres.

Aussi souvent les maladies hormonales qui sont causées par une mutation dans les gènes. Dans ce cas, on observe la production d’hormones anormales inhabituelles pour le corps humain. Cette condition est assez rare.

De plus, dans certains cas, des maladies endocriniennes sont associées à la résistance aux hormones. La cause de ce phénomène est considérée comme un facteur héréditaire. Dans cette condition, des pathologies des récepteurs hormonaux sont observées. Les substances actives produites par les glandes endocrines en quantité suffisante ne peuvent pas pénétrer dans les bonnes parties du corps, où elles doivent remplir leur fonction.

Symptômes de troubles hormonaux

Les maladies du système endocrinien se caractérisent souvent par un large éventail de troubles connexes. Les perturbations dans le travail du corps proviennent du fait que les hormones affectent de nombreuses fonctions des divers organes et systèmes. Leur excès ou leur carence dans tous les cas affecte négativement la personne.

Les symptômes des troubles du système endocrinien sont les suivants:

  • perte ou, au contraire, prise de poids excessive;
  • inhabituel pour l'homme des interruptions du travail du coeur;
  • augmentation déraisonnable du rythme cardiaque;
  • fièvre et sensation de chaleur constante;
  • transpiration excessive;
  • diarrhée chronique;
  • l'hyperexcitabilité;
  • l'apparition de maux de tête, qui sont le plus souvent causés par l'hypertension artérielle;
  • faiblesse grave, faiblesse musculaire;
  • l'incapacité de se concentrer sur une chose;
  • somnolence;
  • douleur dans les membres, crampes;
  • altération importante de la mémoire;
  • soif inexpliquée;
  • augmenter la miction, et d'autres.

Des signes spécifiques indiquant la présence d'une certaine maladie endocrinienne associée à des hormones indiquent un excès, ou vice versa - leur carence.

Diagnostic des violations

Pour déterminer la perturbation endocrinienne spécifique, plusieurs études sont conduites pour déterminer le nombre et le type d'hormones manquantes:

  • Etude radioimmunologique avec l'utilisation d'iode 131. Un diagnostic est effectué, qui permet de déterminer la présence de pathologies dans la glande thyroïde. Cela se produit sur la base de l'intensité avec laquelle il absorbe une partie de la particule d'iode;
  • examen aux rayons x. Il aide à déterminer la présence de modifications dans le tissu osseux, caractéristiques de certaines maladies.
  • imagerie par résonance magnétique et calculée. Il vise un diagnostic complet des glandes endocrines.
  • diagnostics par ultrasons. L'état de certaines glandes - la thyroïde, les ovaires, les glandes surrénales;
  • test sanguin. Détermine la concentration d'hormones, la quantité de sucre dans le sang et d'autres indicateurs importants pour la définition d'un indicateur.

Prévention des maladies

Afin de prévenir le développement de maladies associées au système endocrinien, il est recommandé de respecter les règles suivantes:

  • nutrition rationnelle. L’inscription d’une quantité suffisante de nutriments peut prévenir l’apparition de pathologies graves de localisation différente;
  • se battre avec des kilos en trop. L'obésité provoque de nombreux troubles qui ne peuvent être éliminés qu'après une perte de poids;
  • exclusion des effets négatifs sur le corps des substances toxiques, des radiations;
  • traitement en temps opportun chez le médecin. Après avoir identifié les premiers signes de toute maladie, une personne devrait consulter un spécialiste (endocrinologue). Au début, la plupart des maladies répondent bien au traitement.

Maladies courantes associées à un dysfonctionnement de l'hypophyse

Maladies endocriniennes associées à des troubles de l'hypophyse:

  • gigantisme hypophysaire. La manifestation principale est une croissance excessive de la personne pouvant dépasser 2 m. On observe une augmentation de la taille des organes internes. Dans ce contexte, d'autres troubles apparaissent: dysfonctionnement du cœur, du foie, du diabète sucré, des organes génitaux sous-développés et autres;
  • acromégalie. Il y a une croissance anormale (disproportionnée) des parties du corps;
  • syndrome de la puberté prématurée. Caractérisé par l'apparition de caractéristiques sexuelles secondaires à un âge précoce (8 à 9 ans), mais par l'absence d'un développement psycho-émotionnel correspondant;
  • Maladie d'Itsenko-Cushing. Apparaît sur le fond de la production excessive de corticotropine, l'hyperfonctionnement surrénalien. Se manifeste par l'obésité, les processus trophiques sur la peau, l'augmentation de la pression artérielle, la dysfonction sexuelle, les troubles mentaux;
  • cachexie hypophysaire. Il existe un dysfonctionnement aigu de l'adénohypophyse, entraînant une perturbation grave de tous les types de métabolisme dans le corps et un épuisement ultérieur;
  • nanisme hypophysaire. Observé avec une diminution de la production de somatotropine. Une telle personne a une petite taille, une peau sèche, lâche, ridée, une fonction sexuelle altérée;
  • hypogonadisme hypophysaire. Le dysfonctionnement endocrinien est causé par une production insuffisante d'hormones sexuelles chez les deux sexes. Il y a une perte de la fonction de reproduction, le développement du corps par le type du sexe opposé et d'autres troubles;
  • diabète insipide. Accompagné de la libération d'une énorme quantité d'urine (de 4 à 40 litres par jour), ce qui entraîne une déshydratation, une soif insupportable.

Pathologie surrénale

Maladies endocriniennes associées à une perturbation des glandes surrénales:

  • Maladie d'Addison. Accompagné d'un manque total d'hormones produites par les glandes surrénales. En conséquence, de nombreux organes et systèmes sont perturbés, ce qui se traduit par une hypotension artérielle, une polyurie, une faiblesse musculaire, une hyperpigmentation de la peau et d'autres signes;
  • hyperaldostéronisme primaire. Il y a une production accrue d'aldostérone. Dans le contexte d’une telle violation, des pathologies graves se produisent - hypernatrémie, hypokaliémie, alcalose, hypertension, œdème, faiblesse musculaire, insuffisance rénale, etc.
  • tumeurs hormono-actives des glandes surrénales. Caractérisé par l'apparition de néoplasmes (bénins et malins), qui provoquent des perturbations dans le processus de production de certaines hormones.

Dysfonctionnement thyroïdien

Maladies endocriniennes affectant la glande thyroïde:

  • goitre (association avec la croissance du tissu glandulaire). Il existe plusieurs types de goitre - endémique, sporadique, diffus, nodulaire, colloïdal, parenchymateux. A partir du type de troubles endocriniens chez les femmes ou les hommes, une liste de problèmes émergents est déterminée;
  • l'hyperthyroïdie. Ce syndrome survient dans le contexte de l'hyperfonctionnement des glandes;
  • hypothyroïdie. Associée à une carence persistante en hormones produites par la glande thyroïde. Avec une déficience prononcée chez les adultes développe une maladie telle que le myxoedème, chez les enfants - le crétinisme.

Autres maladies de nature endocrine

Maladies endocriniennes associées au pancréas, aux ovaires:

  • diabète sucré. Une maladie accompagnée d'un déficit en insuline (hormone pancréatique);
  • syndrome d'ovaire appauvri. Il se caractérise par une ménopause précoce;
  • syndrome ovarien résistant. Il se caractérise par l'insensibilité du système reproducteur à la stimulation gonadotrope, aménorrhée secondaire après 35 ans;
  • syndrome des ovaires polykystiques. Accompagné par une perturbation des ovaires due à la formation de multiples kystes, un dysfonctionnement du pancréas, des glandes surrénales, de l'hypophyse;
  • syndrome prémenstruel. Elle survient pour différentes raisons et se manifeste par des symptômes différents plusieurs jours avant la menstruation.

Le système endocrinien humain comprend de nombreux éléments qui fonctionnent comme un complexe unique. Les corps des hommes et des femmes sont également sensibles aux maladies dans cette région. Les étudiants des instituts de médecine étudient cette question depuis plus d'un an. Pour ce faire, ils utilisent diverses sources d’information, puis établissent un plan de messages pour lequel ils rédigent des rapports et des articles scientifiques.

Maladies endocriniennes

Les maladies endocriniennes, nutritionnelles et métaboliques comprennent:
[su_list icon = "icon: check"]

  • l'obésité et d'autres types de nutrition excessive;
  • la malnutrition et d'autres types de celle-ci;
  • diabète sucré et autres troubles de la sécrétion interne du pancréas et de la régulation du glucose;
  • maladie de la thyroïde.
[/ su_list]

Causes des maladies du système endocrinien

Le développement de maladies du système endocrinien a plusieurs causes:
[su_list icon = "icon: check"]

  • violation simultanée de certains systèmes hormonaux;
  • perturber le rythme de la sécrétion, du métabolisme ou de la délivrance d'hormones;
  • résistance aux hormones;
  • la production d'une glande hormonale anormale;
  • excès d'une certaine hormone;
  • échec d'une des hormones.
[/ su_list]

Symptômes de maladies du système endocrinien

Les symptômes les plus courants accompagnant les maladies endocriniennes sont les suivants: augmentation persistante des mictions (avec diabète insipide), soif accrue (avec diabète sucré), perte de mémoire, somnolence, perte d'attention, grave adynamie musculaire et faiblesse (avec insuffisance surrénalienne chronique), maux de tête, causée par une augmentation de la pression artérielle (avec phéochromocytome, hypercorticisme), une diarrhée avec goitre toxique diffus, une excitabilité accrue, une sensation de chaleur, de la fièvre, des interruptions de travail palpitations cardiaques ou cardiaques, prise de poids ou perte de poids, etc.

Dans l'apparition de maladies telles que les maladies auto-immunes des glandes, le diabète insipide, l'obésité, le goitre toxique diffus, le diabète sucré, la prédisposition héréditaire joue un rôle important. Le lieu de résidence du patient peut également être sain dans certains cas (faible teneur en iode dans l'environnement).

Les signes de maladies endocriniennes sont

Diagnostic des maladies endocriniennes

Déterminer la présence de maladies endocriniennes permet l’utilisation de certaines méthodes de recherche instrumentale et de laboratoire:
[su_list icon = "icon: check"]

  • méthodes radioimmunologiques, immunofermentaires et non isotopiques;
  • test sanguin pour le sucre;
  • recherche sur les radio-isotopes;
  • examen aux rayons x;
  • résonance magnétique et tomodensitométrie;
  • échographie.
[/ su_list]

Maladies endocriniennes

Au cœur de toute maladie de ce système, il existe une ou plusieurs raisons principales:

1) l'échec d'une hormone;
2) un excès d'une hormone;
3) la production d'hormone anormale (anormale) par la glande;
4) résistance à l'action de l'hormone;
5) perturbation de la délivrance, du métabolisme ou du rythme de sa sécrétion;
6) violation simultanée d'un certain nombre de systèmes hormonaux.

Et à cause de ce qui se passe dans la plupart des cas, on ne le sait pas toujours. Dans d'autres cas, cela peut se produire pour les raisons suivantes.

Les causes du déficit hormonal (congénital ou acquis) sont connues dans la plupart des cas. Ceux-ci incluent

  • lésions infectieuses des glandes endocrines (faibles taux de cortisol dans la tuberculose surrénalienne),
  • hypoplasie congénitale de ces glandes (hypothyroïdie congénitale),
  • hémorragie dans la glande ou apport sanguin insuffisant (hypopituitarisme postpartum),
  • inflammation (diabète dû à une pancréatite),
  • lésions auto-immunes (thyroïdite auto-immune entraînant une hypothyroïdie), tumeurs (adénomes hypophysaires),
  • apport insuffisant en substances nécessaires à la production d'hormones (hypothyroïdie par déficit en iode),
  • l'influence de diverses substances toxiques et des radiations sur les glandes endocrines,
  • causes iatrogènes (élimination des glandes parathyroïdes dans le traitement de la maladie de Graves).

Les causes de la surproduction d'hormones sont le plus souvent

  • stimulation excessive de la glande endocrine par des facteurs physiologiques ou pathologiques, entraînant une augmentation de la production d'hormones (hypercorticisme dans la maladie d'Itsenko-Cushing),
  • la production d'hormones par des tissus qui normalement ne les produisent pas (syndrome de Itsenko-Cushing),
  • augmentation de la formation d'hormones dans les tissus périphériques à partir de précurseurs présents dans le sang (en cas de lésion du foie, où l'androsténédione est détruite, son excès pénètre dans le tissu adipeux et se transforme en œstrogène),
  • causes iatrogènes (dans le traitement de toute maladie avec des hormones).

Les causes de troubles du transport et du métabolisme des hormones sont souvent la présence d'une pathologie hépatique, mais cela peut également se produire dans certaines conditions physiologiques, par exemple pendant la grossesse.

La production d'hormones anormales est assez rare, elle peut être provoquée par la mutation d'un seul gène (molécule d'insuline modifiée).

La résistance aux hormones a souvent une origine héréditaire, mais elle survient le plus souvent en raison de la pathologie des récepteurs hormonaux, de sorte que l'hormone n'entre pas dans les tissus et cellules désirés et ne remplit pas la fonction appropriée (hypothyroïdie due à la formation d'autoanticorps bloquant le récepteur de l'hormone stimulant la thyroïde).

Troubles multiples des fonctions endocriniennes, il est connu que les hormones de nombreuses glandes endocrines sont impliquées dans la régulation des processus physiologiques et que les glandes endocrines elles-mêmes sont sujettes à des effets hormonaux. Par conséquent, l'activité de plusieurs autres glandes peut changer avec toute pathologie endocrine et, en conséquence, le niveau des autres hormones change également.. Par exemple, le panhypopituitarisme (pathologie de l'hypophyse) perturbe la fonction de la glande thyroïde, des glandes surrénales et de plusieurs autres glandes.

Symptômes de maladies endocriniennes.

Les plaintes de patients souffrant de maladies endocriniennes peuvent être très diverses. Perte de poids ou au contraire gain de poids, plaintes de palpitations cardiaques et interruptions de la fonction cardiaque, fièvre, bouffées de chaleur, transpiration excessive, irritabilité, diarrhée (avec goitre toxique diffus), maux de tête associés à une augmentation pression artérielle (avec hypercorticisme, phéochromocytome), faiblesse sévère et faiblesse musculaire (avec insuffisance surrénalienne chronique), diminution de l'attention, somnolence, perte de mémoire (avec hypothyroïdisme), soif accrue (avec diabète sucré), cent une augmentation de la miction (avec le diabète insipide) et bien d'autres.

En bref, il est difficile de nommer les organes et systèmes dont le dysfonctionnement ne surviendrait pas dans les maladies du système endocrinien. Il est également très important d’identifier ici les maladies transmises par le médecin qui peuvent ultérieurement conduire à des maladies des glandes endocrines. Par exemple, l’insuffisance surrénale chronique est souvent le résultat de la tuberculose. L'hypothyroïdie peut se développer après l'opération de résection sous-totale de la glande thyroïde en raison d'un goitre toxique diffus. Une inflammation de la glande thyroïde (thyroïdite) peut survenir à la suite d'une pneumonie, d'une amygdalite aiguë ou d'une sinusite.

La clarification des antécédents familiaux revêt une grande importance. Les prédispositions héréditaires jouent un rôle important dans l'apparition de maladies telles que le diabète, le goitre toxique diffus, l'obésité, le diabète insipide, les maladies auto-immunes des glandes.

Dans certains cas, peut affecter la santé du lieu de résidence du patient. Ainsi, le développement d'un goitre endémique conduit à une faible teneur en iode dans l'environnement.

Lors de l'examen d'un patient, divers symptômes sont révélés qui permettent de suspecter immédiatement une maladie particulière. Lorsque la glande thyroïde est endommagée, des modifications de l'expression du visage sont détectées: un regard effrayé ou en colère combiné à un certain nombre de symptômes oculaires (augmentation de la brillance de l'œil, dilatation de la fissure palpébrale, clignotement rare, affaiblissement de la convergence, hyperpigmentation des paupières) sont typiques chez les patients présentant un goitre toxique diffus, un masque semblable à un masque et amorphe. le visage est chez les patients atteints d'hypothyroïdie. Une augmentation de la taille du nez, des lèvres et des oreilles se retrouve avec l'acromégalie. À l'examen, le cou peut révéler des changements dans sa configuration, ce qui est caractéristique d'une augmentation marquée de la glande thyroïde.

En outre, dans certaines maladies, il existe certaines caractéristiques de la constitution des patients. Ainsi, avec les stress hypophysaires, il existe une croissance très faible (hommes de moins de 130 cm, femmes de moins de 120 cm) avec une conservation des proportions corporelles typiques de l’enfance. Au gigantisme, au contraire, très grands - hommes de plus de 200 cm, femmes de plus de 190 cm.

Souvent, avec une pathologie endocrinienne, la peau est affectée. Par exemple, l'hyperpigmentation de la peau et des muqueuses avec augmentation des dépôts de mélanine dans la zone des lignes palmaires, la circonférence du mamelon est observée dans l'insuffisance surrénalienne chronique. De larges stries rouge-violet sur l'abdomen et les cuisses se retrouvent chez les patients atteints du syndrome d'Itsenko-Cushing. La peau pâle et froide est caractéristique des patients atteints d'hypothyroïdie, chaude et très élastique avec un goitre toxique diffus. Le diabète sucré a tendance à causer des lésions cutanées pustuleuses et fongiques. L'hypothyroïdie entraîne une peau sèche, une fragilité et une perte de cheveux.

Dans un certain nombre de maladies, on note également des modifications de la pilosité normale, le type féminin se produisant chez les hommes atteints d’eunuchoïdisme, au contraire, le type masculin chez les femmes se manifeste dans le syndrome d’Iselenko-Cushing.

Même avec certaines maladies, on observe souvent des changements dans la répartition de la couche adipeuse sous-cutanée. Par exemple, dans le syndrome d'Itsenko-Cushing, il y a une accumulation excessive de graisse dans le cou, le torse, l'abdomen et le visage. On observe une perte de poids chez les patients atteints d’hyperthyroïdie, de thyroïdite auto-immune et de diabète. Le gain de poids se produit rapidement avec l'hypothyroïdie.

Le système osseux change également, il peut y avoir une douleur osseuse et des fractures pathologiques dans l'hyperparathyroïdie.

La palpation est une méthode précieuse qui facilite le diagnostic des maladies de la glande thyroïde. Normalement, il ne palpe généralement pas. Les percussions peuvent révéler un goitre rétrosternal. Et avec l'auscultation de la glande thyroïde - goitre toxique diffus.

Méthodes de recherche instrumentales et de laboratoire sur les maladies endocriniennes.

Des méthodes de détermination des hormones peuvent déterminer la quantité d’une hormone et, sur cette base, nous pouvons tirer les conclusions appropriées, notamment la méthode de radioimmunoessai utilisant un matériau radioactif (tritium et iode 125), la méthode de dosage immunologique non isotopique, le dosage immunologique par fluorescence, la méthode de luminescence amplifiée, la méthode électrochimique dosage immunologique, dosage immunologique utilisant la numération des particules, détermination du contenu en iode associé aux protéines sériques, détermination du taux métabolique basal.

Le test sanguin de sucre est utilisé pour déterminer le diabète.

Les méthodes radio-isotopiques utilisant l'iode 131 et l'absorption de cet iode déterminent l'une ou l'autre pathologie. La numérisation permet non seulement de déterminer la présence de nœuds dans la glande thyroïde, mais également d’évaluer leur activité. Si vous suspectez une lésion maligne du scanner de la glande thyroïde, vous pouvez l'associer à la thermographie.

L’examen radiographique révèle une modification de la forme de la selle turque (avec tumeurs hypophysaires), un épaississement des os de la voûte crânienne, des mains et des pieds (avec acromégalie), de l’ostéoporose des os tubulaires et des vertèbres (avec hyperparathyroïdie, syndrome de Itsenko - Cushing).

La tomographie par ordinateur et l'imagerie par résonance magnétique sont également largement étudiées dans le diagnostic des maladies des glandes endocrines.

L'échographie est utilisée avec succès pour identifier les formes nodulaires du kyste du goitre et de la thyroïde et pour diagnostiquer les maladies de la glande surrénale. Sous contrôle échographique, une biopsie par ponction de la thyroïde (ses nœuds) est réalisée, suivie d'une étude histologique du matériel obtenu.

Prévention des maladies des glandes endocrines.

Traitement opportun des maladies infectieuses et autres de la nature, pouvant ensuite avoir un impact négatif sur le système endocrinien, en réduisant l’impact de facteurs environnementaux nocifs (composés chimiques divers, radiations), une alimentation équilibrée afin de prévenir tout excès ou défaut d’admission de substances nécessaires à la survie. production de certaines hormones.

Il est nécessaire de mentionner ici la visite opportune chez le médecin (endocrinologue) lorsque des symptômes caractéristiques des maladies du système endocrinien apparaissent afin de ne pas déclencher la maladie et «attendre» des complications. En cas de maladie, suivez scrupuleusement les instructions du médecin concernant le traitement en vue d'un prompt rétablissement ou, si la maladie dure toute la vie (diabète), d'améliorer la qualité de la vie et de prévenir les complications possibles avec cette maladie.

Maladies endocriniennes, nutritionnelles et métaboliques:

Maladies de la glande thyroïde
Le diabète
Autres dérèglements du glucose et sécrétion interne du pancréas Troubles d'autres glandes endocrines
Panne de courant
Autres types de malnutrition
Obésité et autres types de redondance
Troubles métaboliques

Maladies du système endocrinien (p. 1 de 2)

Maladies endocriniennes

Le système endocrinien comprend plusieurs glandes situées dans différentes parties du corps. Les produits de sécrétion de ces glandes pénètrent directement dans le sang et affectent diverses fonctions importantes du corps. Les hormones, produites par les glandes endocrines, remplissent la fonction de "messagers" chimiques du corps. L'équilibre délicat de ces hormones peut perturber le stress, les infections et certains autres facteurs.

Le système endocrinien joue un rôle clé dans l'exécution de fonctions corporelles importantes telles que la digestion, la reproduction et l'homéostasie des aliments (maintien d'un état optimal du corps). Les principales glandes du système endocrinien sont l’hypothalamus, l’hypophyse, la thyroïde, les glandes parathyroïdes, les glandes surrénales, l’épiphyse et les glandes sexuelles. La sécrétion endocrinienne contribue au fonctionnement normal des systèmes immunitaire et nerveux dans certaines situations. Les glandes endocrines produisent les principales hormones qui pénètrent directement dans le sang et se propagent ensuite dans tout l'organisme.

Hypothalamus - le centre des systèmes endocrinien et nerveux. Il régule l'hypophyse.

# L’hypophyse régule la sécrétion de toutes les autres glandes du système endocrinien. L’hypophyse produit des hormones aussi importantes que l’hormone de croissance, la prolactine, la corticotrophine, l’endorphine et la thyrotropine.

# Les hormones thyroïdiennes sont nécessaires au développement du cerveau et du système nerveux chez les enfants.

Les maladies du système endocrinien se développent à la suite d'une production excessive ou excessive d'hormones. Ces maladies peuvent entraîner une dysplasie, l'apparition d'une ostéoporose, un diabète, une augmentation du cholestérol et des triglycérol dans le sang et une perturbation de la glande thyroïde. Les maladies endocriniennes incluent: l'hyperthyroïdie, l'hypercalcémie, le déficit en hormone de croissance, la maladie d'Addison, le syndrome d'Itsenko-Cushing et l'hypothyroïdie (goitre endémique). Les déclencheurs de maladies du système endocrinien sont les tumeurs, les médicaments à base de stéroïdes ou les maladies auto-immunes. Les symptômes de telles maladies: changement de poids, sautes d'humeur, fatigue, soif constante ou envie d'uriner. Les maladies du système endocrinien sont causées par un dysfonctionnement des glandes endocrines. Dans certains cas, une glande produit trop d'hormones, alors que d'autres ne produisent pas assez d'hormones. La sécrétion irrégulière des glandes endocrines (hypofonction) peut être causée par un néoplasme, une maladie ou une blessure. Une activité excessive de la glande (hyperfonctionnement) est généralement causée par des tumeurs glandulaires ou des réactions auto-immunes du corps. Pour le traitement des maladies endocriniennes (en cas d'activité insuffisante de la glande), un traitement hormonal substitutif est utilisé. Avec une activité excessive des glandes, les tissus anormaux sont enlevés.

Déficit en hormone de croissance - si l’enfant souffre d’un déficit en hormone de croissance, il a un visage de bébé et une silhouette élancée. Dans le même temps, le taux de croissance ralentit. Le déficit en hormone de croissance peut être complet ou partiel. Cette maladie endocrinienne peut être diagnostiquée sur la base de tests sanguins qui mesurent les concentrations d'hormones et de rayons X des paumes et des poignets, qui aident à déterminer la croissance osseuse. Pour le traitement du déficit en hormone de croissance, des injections d'hormone de croissance sont utilisées. En règle générale, le traitement dure plusieurs années jusqu'à l'obtention d'un résultat acceptable.

L'hypopituitarisme (hypophyse d'hypophyse) est une maladie du système endocrinien parfois congénitale due à la pathologie de la formation de l'hypophyse ou de l'hypothalamus. L’hypopituitarisme peut être causé par une tumeur au cerveau ou par une infection du cerveau et des tissus environnants.

L'hypercalcémie est une maladie endocrinienne causée par une augmentation du taux de calcium dans le sang. Le calcium est maintenu par la vitamine D et l'hormone parathyroïdienne. Symptômes de l'hypercalcémie: douleurs osseuses, nausées, calculs rénaux et hypertension. Il est également possible courbure de la colonne vertébrale. L'irritabilité, l'atrophie musculaire et la perte d'appétit sont d'autres symptômes.

La maladie d'Addison est une maladie endocrinienne causée par une production insuffisante de cortisol, une hormone par les glandes surrénales. Symptômes de la maladie d'Addison: perte de poids considérable, perte d'appétit et fatigue. Une des complications importantes de cette maladie endocrinienne est l'hyperpigmentation, assombrissement de la couleur de la peau dans certaines parties du corps. Une carence en cortisol peut entraîner une irritabilité et une dépendance aux aliments salés.

Le syndrome d'Itsenko-Cushing est une maladie endocrinienne causée par une production excessive de cortisol. Les symptômes les plus courants de ce syndrome sont les suivants: obésité du haut du corps, fatigue, faiblesse musculaire et fragilité accrue des os. Le syndrome d'Itsenko-Cushing est l'opposé de la maladie d'Addison.

L'acromégalie est une maladie endocrinienne causée par une sécrétion excessive d'hormone de croissance. L'acromégalie est difficile à reconnaître et à diagnostiquer car elle est très lente chez les personnes d'âge moyen. Ses principaux symptômes sont une croissance anormale des paumes et des pieds. Cette pathologie de croissance se retrouve également dans les traits du visage, en particulier dans la ligne du menton, du nez et du front. Chez les patients atteints d'acromégalie, le foie, la rate et les reins sont hypertrophiés. Les complications courantes de cette maladie sont le diabète, l'hypertension et les maladies cardiaques.

Le goitre de Hashimoto (thyroïdite lymphomateuse chronique) est un type de thyroïdite chronique causé par la réaction du système immunitaire à l'activité thyroïdienne. Il s’agit d’une maladie héréditaire dont les symptômes sont un léger gain de poids, une résistance au froid, une peau sèche et une chute des cheveux. Chez la femme, la thyroïdite lymphomateuse chronique se manifeste par des menstruations abondantes et irrégulières.

Hypoparathyroïdie - Ce syndrome d’insuffisance fonctionnelle des glandes parathyroïdes est causé par un taux insuffisant de calcium dans le sang. Symptômes de l'hypoparathyroïdie: fourmillements aux mains et spasmes musculaires. Il faut généralement des années pour manifester cette maladie.

Le diabète sucré est une maladie du système endocrinien qui se caractérise par un niveau insuffisant dans le corps de l'hormone pancréatique - insuline et qui se développe sur le fond de cette violation du métabolisme des glucides, des protéines et des graisses. La perturbation du métabolisme des glucides entraîne une augmentation significative de la glycémie. Le principal danger du diabète est que le changement de métabolisme entraîne les désordres du système hormonal, de l'équilibre eau-sel, etc. Avec la progression de la maladie, des complications graves sont possibles dans divers organes et systèmes du corps humain.

Il existe un diabète vrai et symptomatique. Le diabète symptomatique est une maladie concomitante avec des lésions existantes des glandes endocrines. Au cours du traitement de la maladie sous-jacente, les manifestations du diabète sucré symptomatique disparaissent également pratiquement. Le vrai diabète est divisé en insulinodépendant ou type I et insulinodépendant ou type II.

Le diabète sucré insulino-dépendant est causé par la défaite des cellules bêta des îlots pancréatiques produisant de l'insuline, ce qui entraîne un manque aigu d'insuline chez les patients. Si un patient diabétique ne reçoit pas la quantité d'insuline requise, il provoque une hyperglycémie et conduit également au développement d'une acidocétose diabétique. Très souvent, une forme insulinodépendante de diabète sucré présente une prédisposition héréditaire et, dans ce cas, il s’agit d’une maladie auto-immune. Dans certains cas, le diabète sucré insulino-dépendant est détecté après avoir subi certaines maladies virales, qui entraînent la destruction des cellules bêta produisant de l'insuline. Le diabète sucré principalement insulino-dépendant se développe chez les jeunes de moins de 25 ans. On l'appelle aussi «juvénile».

En cas de diabète sucré insulino-dépendant, le travail des cellules bêta est préservé et une quantité d'insuline pratiquement suffisante est produite. Cependant, le problème est l'insensibilité des tissus à celle-ci. Très souvent, le diabète sucré de type II est associé à l'obésité et c'est le tissu adipeux qui bloque l'action de l'insuline. Travaillant dans un mode amélioré, les cellules bêta sont progressivement épuisées et un déficit en insuline se développe dans le corps. Le diabète sucré de type 2 ne devient pas insulinodépendant.

Des changements dans le métabolisme des glucides entraînent une augmentation de la teneur en sucre dans le sang et son excrétion active dans l'urine, ce qui conduit à la déshydratation des tissus. Un patient diabétique a constamment soif et consomme beaucoup de liquide. Avec l'augmentation de la quantité de liquide consommée, la quantité d'urine dont le sucre est éliminé augmente également. Le patient commence à ressentir une faiblesse générale, diminue sa capacité de travail et la résistance de son corps aux infections.

Pour prévenir les complications graves, la glycémie est réduite. En cas de diabète sucré insulino-dépendant, les patients reçoivent des injections quotidiennes d'insuline et, en cas de médicaments hypoglycémiants indépendants de l'insuline. Il prescrit également un régime strict, qui contribue à réduire considérablement le taux de sucre, à normaliser le bien-être et à prévenir le développement de diverses complications à l'avenir. Avec le strict respect de toutes les prescriptions du médecin, la maladie peut être contrôlée, ainsi que pour maintenir une capacité de travail normale et un niveau de vie à part entière. En plus des régimes amaigrissants, il est recommandé de faire un effort physique régulier, ce qui contribue également à réduire le taux de sucre en raison de l'oxydation active du glucose dans les tissus musculaires.

Le traitement du diabète de tout type doit être effectué sous la stricte surveillance d'un médecin, ce qui vous permettra de développer un programme individuel d'activité physique et de calculer les calories journalières requises.

Littérature éducative médicale

Littérature médicale éducative, bibliothèque en ligne pour les étudiants des universités et les professionnels de la santé

Maladies endocriniennes

Le système endocrinien est un ensemble de glandes endocrines spécifiques (glandes endocrines) et de cellules endocrines.

  • l'hypophyse;
  • épiphyse (glande pinéale);
  • glande thyroïde;
  • les glandes parathyroïdes;
  • les glandes surrénales;
  • Système APUD, ou système diffus formé par des cellules hormonales dispersées dans divers organes et tissus du corps - cellules endocrines du tractus gastro-intestinal, produisant de la gastrine, du glucagon, de la somatostatine, etc.
  • cellules rénales interstitielles produisant, par exemple, la prostaglandine E2, érythropoïétine et cellules endocrines similaires de plusieurs autres organes.

Une cellule endocrine est une cellule qui synthétise et sécrète une hormone dans les fluides corporels - sang, lymphe, liquide extracellulaire, liquide céphalo-rachidien.

Une hormone est une substance biologiquement active qui circule dans les fluides corporels et a un effet spécifique sur certaines cellules cibles.

La structure chimique des hormones est différente. La plupart d'entre eux sont des peptides (protéines), des substances stéroïdiennes, des amines, des prostaglandines.

Une cellule cible pour une hormone est une cellule qui interagit spécifiquement avec l'aide du récepteur avec une hormone et y répond en modifiant son activité vitale et sa fonction.

PATHOLOGIE GÉNÉRALE DU SYSTÈME ENDOCRIN

Les troubles des glandes endocrines se manifestent sous deux formes principales: l'hyperfonctionnement (fonction excessive) et l'hypofonction (fonction insuffisante).

La principale pathogenèse initiale des troubles endocriniens peut être centrée, glandulaire primitive et post-ferrique.

Les troubles centrogènes sont causés par des mécanismes altérés de la régulation neurohumorale des glandes endocrines au niveau du cerveau et du complexe hypothalamo-hypophysaire. Les causes de ces troubles peuvent être des dommages au tissu cérébral résultant d’hémorragies, de la croissance tumorale, de l’action de toxines et d’agents infectieux, de réactions de stress prolongées, de psychoses, etc.

Les lésions cérébrales et le système hypothalamo-hypophysaire ont pour conséquence une altération de la formation des neurohormones hypothalamiques et des hormones hypophysaires, ainsi que des troubles des fonctions des glandes endocrines, qui sont régulés par ces hormones. Par exemple, une lésion neuropsychiatrique peut entraîner une perturbation du système nerveux central, ce qui entraîne une fonction thyroïdienne excessive et le développement d'une thyréotoxicose.

Les troubles glandulaires primaires sont causés par des troubles de la biosynthèse ou de la sécrétion d'hormones par les glandes endocrines périphériques à la suite d'une diminution ou d'une augmentation de la masse de la glande et, par conséquent, du niveau de l'hormone dans le sang.

Les causes de ces troubles peuvent être des tumeurs des glandes endocrines entraînant la synthèse d’un excès de l’hormone, une atrophie du tissu glandulaire, y compris une involution liée à l’âge, accompagnée d’une diminution des influences hormonales, ainsi que d’une pénurie de substrats pour la synthèse des hormones, par exemple l’iode, nécessaires à la formation des hormones thyroïdiennes, ou biosynthèse hormonale insuffisante.

Les troubles glandulaires primaires basés sur le retour d'informations peuvent affecter la fonction du cortex cérébral et du système hypothalamo-hypophysaire. Ainsi, une diminution de la fonction thyroïdienne (par exemple, une hypothyroïdie héréditaire) entraîne une perturbation de l'activité du système nerveux central et le développement d'une démence (crétinisme de type thyroïdien).

Les troubles post-fer sont causés par des perturbations dans le transport des hormones jusqu’à leur réception, c’est-à-dire une violation de l’interaction de l’hormone avec le récepteur spécifique de la cellule et du tissu et le métamorphisme des hormones, ce qui constitue une violation de leurs réactions biochimiques, de leurs interactions et de leur destruction.

MALADIES DU SYSTÈME ENDOCRIN

MALADIES DE L’HYPOPHYSE

L'hypophyse est un organe endocrinien reliant les systèmes nerveux et endocrinien, assurant l'unité de la régulation neurohumorale du corps.

L'hypophyse est composée d'adénohypophyse et de neurohypophyse.

Les principales fonctions de l'hypophyse.

L'adénohypophyse produit des hormones:

  • la follitropine (anciennement appelée hormone folliculostimulante, FSH);
  • la lutropine (anciennement hormone lutéinisante, LH);
  • la prolactine (anciennement hormone luteammamatropique, LTG);
  • corticotropine (auparavant hormone adrénocorticotrope, ACTH);
  • thyrotropine (anciennement hormone stimulant la thyroïde. TSH) et plusieurs autres hormones.

La neurohypophyse sécrète deux hormones dans le sang: l'antidiurétique et l'ocytocine.

L'hormone antidiurétique (ADH), ou arginine-vasopressine, améliore la réabsorption d'eau dans les tubes rénaux et, à des concentrations élevées, provoque des contractions des artérioles glomérulaires et une augmentation de leur pression artérielle.

L'ocytocine régule les processus physiologiques dans le système reproducteur féminin, augmente la fonction contractile de l'utérus enceinte.

Maladies associées à l'hyperfonctionnement de l'adénohypophyse

L'hypervitration est un excès du contenu ou des effets d'une ou de plusieurs hormones de l'adénohypophyse.

Les raisons Dans la plupart des cas, l'hyperpituitarisme résulte d'une tumeur de l'adénohypophyse ou de ses lésions au cours d'une intoxication ou d'une infection.

Le gigantisme hypophile se manifeste par une augmentation excessive de la croissance et des organes internes. Dans le même temps, la croissance est généralement supérieure à 200 cm chez l’homme et à 190 cm chez la femme, la taille et la masse des organes internes ne correspondant pas à la taille du corps, les organes sont également plus gros, moins souvent - relativement réduits par rapport à une croissance importante.

Fig. 76. Acromégalie. À droite - en bonne santé, à gauche - un patient atteint d'acromégalie.

À cet égard, le développement d'une insuffisance fonctionnelle du cœur et du foie est possible. En règle générale, on observe une hyperglycémie, souvent un diabète sucré; sous-développement marqué des organes génitaux (hypogénitalisme). souvent l'infertilité; troubles mentaux - instabilité émotionnelle, irritabilité, troubles du sommeil, retard mental, psychasthénie.

L'acromégalie est une maladie caractérisée par une augmentation disproportionnée de la taille de différentes parties du corps (généralement les mains et les pieds), les traits du visage se grossissant en augmentant la mâchoire inférieure, le nez, les sourcils et les pommettes (Fig. 76).

Ces changements sont associés à une altération du fonctionnement du corps et au développement progressif de défaillances multiples.

Le syndrome de développement sexuel prématuré est caractérisé par le développement accéléré des glandes sexuelles, l'apparition de caractères sexuels secondaires et, dans certains cas, le début de la puberté chez les filles de moins de 8 ans et les garçons jusqu'à 9 ans, ce qui s'accompagne toutefois d'un sous-développement mental.

L'hypercortisolisme hypophysaire (maladie de Itsenko-Cushing) survient en cas de production excessive de corticotropine, ce qui entraîne une hyperfonction du cortex surrénalien. Sur le plan clinique, la maladie d’Itsenko-Cushing se manifeste par l’obésité, des changements cutanés trophiques, une hypertension artérielle, le développement d’une cardiomyopathie, une ostéoporose, une altération de la fonction sexuelle, une hyperpigmentation de la peau, des troubles mentaux.

MALADIES ASSOCIEES A L’HYPOFONCTIONNEMENT DE L’ADENHYPOPHYLYSE

L'hypopituitarisme est une déficience du contenu en hormones hypophysaires.

Les raisons

Une hypofonction de l'adénohypophyse peut se développer après une méningite ou une encéphalite, des troubles circulatoires de l'hypophyse (thrombose, embolie, hémorragie), un traumatisme crânien et une privation de protéines.

L'hypofonction de l'adénohypophyse peut se manifester par une cachexie hypophysaire, un nanisme hypophysaire et un hypogonadisme hypophysaire.

La cachexie hypophysaire se développe avec l'hypofonction totale de l'adénohypophyse, se traduisant par une diminution de la formation de presque toutes les hormones, ce qui perturbe tous les types de métabolisme et entraîne un épuisement progressif.

Le nanisme hypophysaire, ou nanisme hypophysaire, se développe en cas de déficit en somatotrophine et se caractérise par un retard progressif de la croissance et du poids corporel (la croissance ne dépasse généralement pas 110 cm chez la femme et 130 cm chez l'homme) une peau lâche), une hypoplasie des gonades et des caractéristiques sexuelles secondaires, associées à une infertilité primaire. Dans la plupart des cas, l'intellect n'est pas brisé, mais des signes de perte de performance mentale et de mémoire sont souvent identifiés.

L'hypogonadisme hypophysaire se développe avec un manque d'hormones sexuelles, en raison de l'hypofonction de l'adénohypophyse. Cela se manifeste:

  • chez les hommes, eunuchoïdisme, caractérisé par un sous-développement des testicules et des organes génitaux externes, caractéristiques sexuelles secondaires légères, timbre aigu (efféminé) de la voix, stérilité, développement d'une silhouette féminine, obésité;
  • chez les femmes - infantilisme féminin, accompagné d'hypoplasie des glandes mammaires, de règles tardives, de troubles menstruels jusqu'à l'aménorrhée, d'infertilité, d'asthénisme physique et d'instabilité émotionnelle.

L’hypofonction de la neurohypophyse peut survenir à la suite du développement d’une tumeur, de processus inflammatoires, de lésions, qui se manifeste par un diabète insipide dû à une diminution de la formation d’ADH. Cette maladie se caractérise par la libération d'une grande quantité d'urine (de 4 à 40 l / jour) avec sa faible densité relative. La perte d'eau et l'augmentation de la pression osmotique du plasma sanguin s'accompagnent d'une soif indomptable (polydipsie), à ​​la suite de laquelle les patients boivent de grandes quantités d'eau.

Maladies des glandes surrénales

Glandes surrénales - paires de glandes endocrines, situées aux pôles supérieurs des reins et composées de corticale (cortex) et de médulla.

Les principales fonctions des glandes surrénales.

Dans le cortex surrénalien, 3 groupes d'hormones stéroïdiennes sont synthétisés: les glucocorticoïdes, les minéralocorticoïdes et les stéroïdes sexuels.

  • Les glucocorticoïdes affectent le métabolisme des glucides, ont des effets anti-inflammatoires et réduisent l'activité du système immunitaire.
  • Les minéralocorticoïdes (chez l'homme, principalement l'aldostérone) régulent les échanges d'électrolytes, principalement les ions sodium et potassium.
  • Les stéroïdes sexuels (androgènes et œstrogènes) déterminent le développement de caractéristiques sexuelles secondaires et stimulent également la synthèse des acides nucléiques et des protéines.
  • Les maladies causées par une hyperfonctionnement du cortex surrénalien (hypercorticisme) sont associées à une augmentation du contenu en corticostéroïdes dans le sang et se manifestent par un hyperaldostéronisme et le syndrome d'Itsenko-Cushing.
  • L'hyperaldostéronisme est généralement associé au développement d'un aldostome, une tumeur du cortex surrénalien. Caractérisé par une rétention sodique dans le plasma et une hypernatrémie. La pression artérielle augmente, des arythmies cardiaques apparaissent.
  • Le syndrome d'Itsenko-Cushing se développe généralement avec une tumeur de la substance corticale de la glande surrénale, accompagnée d'un excès de glucocorticoïdes. L'obésité est caractéristique avec le dépôt de graisse sur le visage, le cou et la ceinture scapulaire supérieure. Chez les patients présentant une pression artérielle élevée et une glycémie élevée, la température corporelle est souvent élevée. En raison de la dépression du système immunitaire, la résistance aux infections est réduite. Chez les garçons, le développement des caractéristiques sexuelles secondaires est accéléré et ne correspond pas à l'âge, mais les caractéristiques et comportements sexuels primaires sont en retard. Les filles apparaissent caractéristiques d'un physique masculin.

Maladies causées par une hypofonction du cortex surrénalien ou une insuffisance surrénalienne. Selon l'ampleur des dommages aux glandes surrénales, il existe 2 types d'insuffisance surrénalienne: totale et partielle.

L'insuffisance surrénale totale est provoquée par une déficience de toutes les hormones du cortex surrénalien, des corticoïdes gluco-minéralocorticoïdes et androgènes. Dans le même temps, il existe un niveau normal de catécholamines, qui sont produites par la médullosurrénale.

Insuffisance surrénale partielle - l'échec de toute classe d'hormones du cortex surrénalien, le plus souvent - de minéraux ou de glucocorticoïdes.

Selon la nature du flux, on distingue les insuffisances totales aiguës et chroniques du cortex surrénalien.

Insuffisance totale aiguë du cortex surrénalien.

Ses raisons:

  • L'interruption de l'introduction dans le corps de corticostéroïdes après une utilisation prolongée à des fins thérapeutiques. La condition en développement est appelée retrait des corticostéroïdes ou insuffisance surrénalienne iatrogène. Elle est causée par une inhibition prolongée de la fonction du système hypothalamo-hypophyso-surrénalien et par une atrophie du cortex surrénalien.
  • Dommages causés à l'écorce des deux glandes surrénales, par exemple lors d'une chute de grande taille, hémorragie bilatérale dans les tissus pendant le syndrome thrombohémorragique, apparition immédiate d'une septicémie.
  • Enlèvement de la glande surrénale touchée par une tumeur produisant des hormones. Cependant, l'échec ne se développe que lors d'une hypo- ou d'une atrophie du cortex de la deuxième glande surrénale.

Manifestations:

  • hypotension aiguë;
  • augmentation de l'insuffisance circulatoire due à une insuffisance cardiaque aiguë, diminution du tonus musculaire des vaisseaux artériels, diminution de la masse de sang en circulation en raison de son dépôt. En règle générale, une insuffisance circulatoire aiguë sévère est la cause du décès de la plupart des patients.

Insuffisance totale chronique du cortex surrénalien (maladie d’Associson).

La principale raison est la destruction du tissu corticosurrénalien à la suite d'une auto-agression immunitaire, de lésions de la tuberculose, de métastases de tumeurs, d'amylose.

  • faiblesse musculaire, fatigue;
  • l'hypotension;
  • polyurie;
  • hypohydratation du corps et hémoconcentration à la suite d'une diminution du volume de liquide dans le sang, entraînant une hypovolémie;
  • l'hypoglycémie;
  • hyperpigmentation de la peau et des muqueuses en raison de la sécrétion accrue d’ACTH et d’hormone stimulante pour les mélanocytes adénohypophyse, ces deux hormones stimulant la formation de mélanine. Caractérisé par une insuffisance surrénalienne primaire, dans laquelle l'hypophyse n'est pas affectée.

Maladies causées par l'hyperfonctionnement de la médullosurrénale.

Causes: tumeurs des cellules médullaires de la chromaffine - bénignes (phéochromocytomes) et moins souvent malignes (phéochromoblastomes). Les phéochromocytomes produisent un excès de catécholamines, principalement de la noradrénaline.

  • hypertension artérielle;
  • réactions hypotensives aiguës avec perte de conscience à court terme à la suite d'une ischémie cérébrale (syncope), se développant sur le fond d'une hypertension artérielle, pâleur, sudation, faiblesse musculaire, fatigue;
  • Crises hypertensives de catécholamines - périodes d’augmentation significative de la pression artérielle (pression systolique jusqu’à 200 mm de Hg. Art. Et au-dessus);
  • troubles du rythme cardiaque sous forme de tachycardie sinusale et d’extrasystoles;
  • hyperglycémie et hyperlipidémie.

L'insuffisance du niveau ou des effets des catécholamines des glandes surrénales en tant que forme indépendante de pathologie n'est pas observée, ce qui est dû à l'appariement des glandes surrénales et à leurs hautes capacités d'adaptation compensatoire.

Maladies de la glande thyroïde

La glande thyroïde est un composant du système hypothalamus-hypophyse-thyroïde. Le parenchyme de la glande thyroïde comprend trois types de cellules: les cellules A, B et C.

  • Les cellules A, ou folliculaires, produisent des hormones contenant de l'iode. Ils constituent l'essentiel de la masse de la glande.
  • Les cellules B produisent des amines biogènes (par exemple, la sérotonine).
  • Les cellules C synthétisent l'hormone calcitonine et certains autres peptides.

L'unité structurelle de la glande thyroïde est le follicule - une cavité bordée de cellules A et C et remplie d'un colloïde.

La glande thyroïde produit des hormones iodées et peptidiques qui régulent le développement physique, mental et sexuel du corps.

Hormones contenant de l'iode - triiodothyronine et thyroxine. Les récepteurs des hormones thyroïdiennes sont présents dans presque toutes les cellules du corps.

Les hormones peptidiques (calcitonine, katakaltsine, etc.) sont synthétisées par les cellules C. L'augmentation du contenu sanguin de la calcitonine se produit dans les tumeurs de la glande thyroïde et dans l'insuffisance rénale, accompagnée d'une violation de la réabsorption du calcium dans les tubules des reins.

Fig. 77. Goitre.

De nombreuses maladies de la thyroïde caractérisées par des modifications du niveau ou des effets d'hormones contenant de l'iode sont regroupées en deux groupes: l'hyperthyroïdie et l'hypothyroïdie.

L'hyperthyroïdie, ou thyrotoxicose, est caractérisée par un excès d'effets des hormones iodées sur l'organisme. Avec le développement de l'hypothyroïdie, il y a un manque d'effets de ces hormones.

Maladies de la glande thyroïde, accompagnées d'hyperthyroïdie.

Ces maladies surviennent en violation de l'activité de la glande elle-même ou à la suite de troubles de l'hypophyse ou de l'hypothalamus. Les plus importantes parmi ces maladies sont le goitre (struma) et les tumeurs.

Goitre (struma) - croissance nodulaire ou diffuse du tissu thyroïdien (Fig. 77).

Types de goitre.

Par prévalence:

  • goitre endémique causé par une carence en eau et en nourriture en iode dans certaines régions (dans notre pays, plusieurs régions de l'Oural et de la Sibérie);
  • goitre sporadique qui se produit chez les résidents des zones non endémiques.

Par morphologie:

  • goitre diffus caractérisé par une prolifération uniforme du tissu glandulaire;
  • goitre nodulaire, dans lequel le tissu glandulaire en expansion forme des formations nodulaires denses de différentes tailles;
  • goitre colloïdal, qui se caractérise par l'accumulation de colloïde dans les follicules;
  • goitre parenchymal, qui se caractérise par la prolifération de l'épithélium des follicules avec une absence presque complète de colloïde.

Le goitre toxique diffus (maladie de Graves) représente plus de 80% des cas d'hyperthyroïdie. Il survient généralement après 20 à 50 ans. les femmes souffrent 5 à 7 fois plus souvent que les hommes.

Causes:

  • prédisposition génétique;
  • traumatisme mental récurrent (stress), provoquant l'activation de l'hypothalamus et du système sympathique-surrénalien, ce qui conduit à la formation intensive d'hormones thyroïdiennes.

Pathogenèse.

Le lien initial dans la pathogenèse est un défaut génétique héréditaire des lymphocytes, ce qui amène les plasmocytes à synthétiser un grand nombre d'immunoglobulines «auto-agressives». La particularité de ces immunoglobulines réside dans leur capacité à interagir spécifiquement avec les récepteurs de la TSH situés sur les cellules A de l'épithélium du follicule, afin de stimuler leur formation et leur accroissement dans le sang, dont une quantité excessive provoque une hyperthyroïdie ou même une thyréotoxicose. Les immunoglobulines sanguines plus auto-agressives, la thyrotoxicose plus sévère, caractérisée par un changement important du métabolisme: augmentation du niveau des processus oxydatifs, du métabolisme basal et de la température corporelle, entraînant une forte augmentation de la sensibilité du corps à l'hypoxie. La dégradation du glycogène, des protéines et des graisses est intensifiée, une hyperglycémie se produit et le métabolisme de l'eau est perturbé.

Morphologie.

Le goitre est généralement diffus, parfois nodulaire. Histologiquement, il est caractérisé par une prolifération papillaire de l'épithélium des follicules et une infiltration stromale lymphoplasmocytaire. Il y a très peu de colloïde dans les follicules.

En raison de la perturbation du métabolisme de l'eau, la dystrophie vacuolaire se développe dans le muscle cardiaque, le cœur grossit; un œdème séreux est observé dans le foie et plus tard - la sclérose en plaques; changements dystrophiques fréquents dans les tissus nerveux, y compris le cerveau (encéphalite thyrotoxique). Les perturbations du système nerveux et des muscles sont causées par le déficit émergent en ATP, l'épuisement des réserves de glycogène dans les muscles et d'autres troubles métaboliques.

Le tableau clinique.

Les patients présentent une triade caractéristique: le goitre, la straigaptose (exophtalmie) et la tachycardie. Les patients maigrissent, ils sont facilement excitables, agités; caractérisé par un changement rapide d'humeur, agitation, fatigue, doigts tremblants, réflexes accrus. La tachycardie est associée à l'activation du système sympathique-surrénalien. Les patients ont un essoufflement, une augmentation de la pression artérielle systolique, une polyurie.

Les états hypothyroïdiens (hypothyroïdie) sont caractérisés par l’insuffisance des effets des hormones contenant de l’iode dans le corps. Trouvé dans 0,5-1% de la population, y compris les nouveau-nés.

Les raisons

L’hypothyroïdie peut être provoquée par divers facteurs étiologiques, agissant directement sur la glande thyroïde, les centres hypophysaires, hypothalamiques ou réduisant la sensibilité des cellules cibles aux hormones thyroïdiennes.

Le crétinisme et le myxoedème sont parmi les maladies les plus courantes basées sur l'hypothyroïdie.

Crétinisme - une forme d'hypothyroïdie, observée chez les nouveau-nés et dans la petite enfance.

La pathogenèse de la maladie est associée à une déficience des hormones triiodothyronine et thyroxine.

Les principales manifestations: le retard des jeunes enfants dans le développement physique et mental. Chez les patients présentant une croissance naine, traits du visage grossiers, dus au gonflement des tissus mous; une grande langue qui souvent ne rentre pas dans la bouche; un nez large et plat, "carré", avec un renfoncement de dos: yeux écartés; gros abdomen, souvent accompagné d'une hernie ombilicale, ce qui indique une faiblesse musculaire.

Myxoedème - une forme grave d'hypothyroïdie, qui se développe généralement chez l'adulte, ainsi que chez l'enfant plus âgé.

Le myxoedème se caractérise par un gonflement de la peau et des tissus sous-cutanés, dans lequel, après appui sur le tissu, aucune fosse (œdème muqueux) ne se forme.

La cause du myxoedème est l'insuffisance des effets des hormones thyroïdiennes résultant d'une lésion primaire de la glande thyroïde (dans 90% des cas), moins souvent secondaire (traumatisme, ablation chirurgicale de la majeure partie de la glande, administration de médicaments qui violent la synthèse des hormones, carence en iode, etc.). en violation de la fonction de l'adénohypophyse et de l'hypothalamus.

Pathogenèse.

L’oedème muqueux caractéristique de la maladie réside essentiellement dans l’accumulation d’eau non seulement dans l’environnement extracellulaire, mais également dans l’environnement intracellulaire, en raison des modifications des propriétés des protéines de la peau et du tissu adipeux sous-cutané. En l'absence d'hormones thyroïdiennes, les protéines se transforment en une substance semblable à la mucine présentant un fort pouvoir hydrophile. Le développement de l'œdème contribue à la rétention d'eau dans le corps en raison de la réabsorption accrue dans les tubules rénaux avec un manque d'hormones thyroïdiennes.

Les patients ont une fréquence cardiaque et une pression artérielle systolique réduites. Les processus oxydatifs sont affaiblis, le métabolisme principal et la température corporelle sont abaissés. Diminution du glycogène, des protéines et des graisses; l'hypoglycémie est notée dans le sang. Le développement de l’athérosclérose et de l’insuffisance coronaire dû à l’affaiblissement de la dégradation des graisses, en particulier du cholestérol, s’accélère et s’accélère.

Le tableau clinique.

Caractérisé par l'aspect et le comportement du patient: visage bouffi, peau sèche, froide au toucher, paupières enflées, fissures palpébrales rétrécies. Léthargie typique, apathie, somnolence, manque d'intérêt pour l'environnement, affaiblissement de la mémoire. Le tonus musculaire est réduit, les réflexes sont affaiblis, les patients se fatiguent rapidement. Tous ces changements sont associés à l’affaiblissement des processus excitateurs du système nerveux central et des troubles métaboliques.

Exode Le résultat d'un myxoedème, extrêmement grave, souvent fatal, est une hypothyroïde ou un coma de myxoedème. Ce peut être le stade final de tout type d'hypothyroïdie avec un traitement inadéquat ou chez des patients non traités.

Maladies du pancréas

Le pancréas remplit, en plus de l'excrétion, une fonction endcrétoire importante, assurant le déroulement normal du métabolisme dans les tissus. L'hormone glucagon est produite dans les cellules a du pancréas et l'insuline est produite dans les cellules p de l'appareil insulaire.

  • L'insuline est produite de manière intensive en augmentant le taux de glucose dans le sang, augmente l'utilisation de glucose dans les tissus et, en même temps, augmente l'apport de sources d'énergie sous forme de glycogène et de graisse. L'insuline fournit un processus actif pour le transport du glucose du milieu extracellulaire dans la cellule. Dans la cellule elle-même, il augmente l'activité d'une enzyme importante, l'hexokinase, ce qui entraîne la formation de glucose-6-phosphate à partir de glucose. C'est sous cette forme que le glucose entre dans diverses transformations métaboliques de la cellule. L'insuline stimule la synthèse du glycogène et inhibe sa dégradation, augmentant l'apport de glycogène dans les tissus, en particulier dans le foie et les muscles.
  • Le glucagon appartient au groupe des hormones contrinsulaires: il stimule la dégradation du glycogène, inhibe sa synthèse et provoque une hyperglycémie.

Maladies accompagnées d'hyperfonctionnement de l'îlot pancréatique

Une augmentation du niveau d'insuline dans le corps se produit lorsque la tumeur productrice d'hormone des cellules P pancréatiques est l'insulome; surdosage d'insuline utilisée pour traiter le diabète; avec des tumeurs au cerveau. Cette affection se manifeste par une hypoglycémie, allant jusqu’à l’apparition d’un coma hypoglycémique.

Allouer l'insuffisance absolue et relative de l'appareil à îlots. En cas d’insuffisance absolue, le pancréas ne produit pas ou produit peu d’insuline. Le corps a un déficit de cette hormone. En cas de déficit relatif, la quantité d’insuline produite est normale.

Le diabète sucré est une maladie chronique causée par un déficit absolu ou relatif d'insuline, entraînant une perturbation de tous les types de métabolisme (principalement les glucides, une hyperglycémie), des lésions vasculaires (angiopathie), du système nerveux (neuropathie) et des modifications pathologiques de divers organes et tissus.

Plus de 200 millions de personnes souffrent de diabète dans le monde et l'incidence de cette maladie augmente de 6% à 10%, en particulier dans les pays industrialisés. En Russie, au cours des 15 dernières années, le nombre de patients diabétiques a été multiplié par 2 et atteint 4% de la population totale dans certaines régions. Il dépasse même 10% chez les personnes de plus de 70 ans.

Classification du diabète.

  • Le diabète sucré de type 1 est insulino-dépendant, il se développe principalement chez les enfants et les adolescents (diabète juvénile) et est causé par la mort des cellules p des îlots de Langerhans.
  • Le diabète sucré de type II, indépendant de l'insuline, se développe chez l'adulte, plus souvent après 40 ans, en raison de l'absence de fonction des cellules p. et résistance à l'insuline (résistance à l'insuline) des tissus.

Causes de la maladie: l'infériorité héréditaire des cellules P des îlots, souvent aussi des modifications sclérotiques du pancréas, se développant avec le vieillissement de la personne, parfois - un traumatisme mental. Le développement du diabète sucré peut contribuer à un apport excessif en glucides. Les modifications des propriétés antigéniques de l'insuline au cours de son activité physiologique normale peuvent être significatives. Dans ce cas, des anticorps se forment dans le corps qui se lient à l'insuline et l'empêchent de pénétrer dans les tissus. Il peut être important d'augmenter l'inactivation de l'insuline sous l'influence de l'enzyme insulinase, qui est activée par la GH hypophysaire.

Le diabète sucré peut survenir avec une augmentation significative des hormones réduisant l'effet de l'insuline et provoquant une hyperglycémie. Avec un excès prolongé d'hormones anti-insuline, un déficit relatif en insuline peut devenir absolu en raison de l'épuisement des cellules p des îlots sous l'influence de l'hyperglycémie.

Pathogenèse. Le diabète est caractérisé par une augmentation de la glycémie (hyperglycémie), pouvant atteindre 22 mmol / l et davantage à un taux de 4,2 à 6,4 mmol / l.

L’hyperglycémie est causée par une violation de l’absorption du glucose dans les cellules, un affaiblissement de son utilisation par les tissus, une diminution de la synthèse et une augmentation de la dégradation du glycogène et une augmentation de la synthèse du glucose à partir de protéines et de graisses. Dans des conditions normales, la réabsorption complète du glucose dans le sang se produit dans les tubules rénaux. La concentration maximale de glucose dans le plasma sanguin et l'urine primaire, à laquelle il est complètement réabsorbé, est comprise entre 10,0 et 11,1 mmol / l. À des concentrations supérieures à ce niveau (seuil d'élimination du glucose), son excès est excrété dans l'urine. Ce phénomène s'appelle "glycosurie". La glucosurie est associée non seulement à l'hyperglycémie, mais également à une diminution du seuil d'excrétion rénale, le processus de réabsorption du glucose ne pouvant se produire normalement que lorsqu'il est transformé en épithélium des tubules rénaux en glucose-6-phosphate. Dans le diabète, ce processus est perturbé. En raison de la décomposition améliorée des graisses, des acides cétoniques se forment; avec leur accumulation dans le sang, une hypercétonémie se développe chez les patients. Le diabète est également caractérisé par une augmentation du taux de cholestérol dans le sang.

L’hyperglycémie entraîne une augmentation de la pression osmotique du plasma sanguin, ce qui entraîne une perte d’eau par les tissus (déshydratation); ceci s'accompagne d'une soif, d'une augmentation de la consommation d'eau et, par conséquent, d'une polyurie. L'augmentation du taux de glucose dans l'urine secondaire et de sa pression osmotique réduit la réabsorption d'eau dans les tubules, entraînant une diurèse accrue. L'hypercétémie contribue à l'apparition d'acidose et d'intoxication du corps.

Anatomie pathologique.

Les changements morphologiques du diabète sucré sont présentés de manière assez claire. Le pancréas est quelque peu réduit en taille, sclérosé. Une partie de l'appareil à îlots est atrophiée et sclérosée, les îlots préservés subissent une hypertrophie.

La pathologie vasculaire est associée à une altération du métabolisme des glucides, des protéines et des graisses. Des modifications athéroscléreuses se développent dans les grandes artères et dans les vaisseaux de la microvasculaire, les membranes des membranes basales sont endommagées et une prolifération de l'endothélium et du périthélium se produit. Tous ces changements se terminent par la sclérose des vaisseaux de tout le système microvasculaire - la microangiopathie. Il provoque des dommages au cerveau, au tube digestif, à la rétine et au système nerveux périphérique. La microangiopathie provoque les modifications les plus profondes des reins. En raison de dommages aux membranes basales et de la perméabilité accrue des capillaires des glomérules sur les boucles capillaires, la fibrine tombe, ce qui entraîne une hyalinose des glomérules. La glomérulosclérose diabétique se développe. Cliniquement, il se caractérise par une protéinurie et un œdème, une hypertension. Le foie du diabète sucré est agrandi, le glycogène est absent des hépatocytes et leur dégénérescence graisseuse se développe. L'infiltration de lipides est également notée dans la rate, les ganglions lymphatiques.

Variantes du cours et complications du diabète.

Chez les personnes d'âges différents, le diabète a ses propres caractéristiques et évolue de différentes manières. Chez les jeunes, la maladie se caractérise par une évolution maligne chez les personnes âgées - relativement bénignes. Avec le diabète, il existe une variété de complications. Développement possible du coma diabétique. La glomérulosclérose diabétique complique le diabète sucré avec le développement de l'urémie. La macroangiopathie peut provoquer une thrombose des vaisseaux des extrémités et une gangrène. Une résistance corporelle réduite se manifeste souvent par l'activation d'une infection purulente sous forme de furoncles, de pyodermite, de pneumonie et parfois de septicémie. Ces complications du diabète sont les causes de décès les plus courantes chez les patients.

Vous Pouvez, Comme Pro Hormones