La glande thyroïde est sensible à tous les facteurs négatifs. Et pour un fonctionnement normal, il nécessite de l'iode, qu'une personne reçoit de l'eau et de la nourriture. Avec sa carence, la glande thyroïde cherche à reconstituer les réserves de toutes les sources possibles, à la suite de quoi ses cellules commencent à se développer.

Le goitre colloïdal de la glande thyroïde est l'une des variétés de cette pathologie, qui survient dans la plupart des populations de la planète. Cette formation est considérée comme sans danger pour la santé jusqu'à ce qu'elle commence à se développer et à comprimer les organes voisins.

Par conséquent, il est nécessaire de comprendre ce qu'est un goitre colloïdal, quel danger il représente et quel traitement sera le plus efficace.

Goitre colloïdal - l'ennemi ou l'état habituel

Le tissu thyroïdien est constitué de follicules dont la taille ne dépasse pas 1 mm. Le colloïde est stocké dans les follicules - une substance semblable à un gel contenant des acides aminés, de l'iode et de la thyroglobuline. C'est à partir du colloïde que sont produites les hormones T3 et T4. Le développement du goitre colloïdal est associé à une diminution de la sortie du colloïde par les follicules.

Quel est le danger du goitre colloïdal et est-il dangereux du tout? Le cytogramme d'un goitre colloïdal aide à traiter ce problème, à partir duquel on peut voir qu'il y a des cellules, du sang et une masse colloïdale dans sa structure. Et ce sont les composants qui constituent un tissu thyroïdien sain. Par conséquent, il est possible de juger de la nature bénigne de cette formation, qui se produit dans 80% de la population mondiale.

La prolifération du tissu thyroïdien est asymptomatique. En règle générale, une personne peut ne rien remarquer du tout. Les seules exceptions sont les cas où le goitre nodulaire diffus prend des tailles supérieures à 1 cm de diamètre. Ensuite, il commence à presser les organes environnants et provoque des difficultés à avaler, un essoufflement et un enrouement.

Types de goitre colloïde

Il existe trois types de goitre colloïdal.

  • Diffuse Une caractéristique de cette pathologie est la prolifération uniforme du tissu thyroïdien sans la présence de nodules. Le plus souvent, ce type de goitre affecte les personnes de moins de 40 ans. Et la raison d'aller chez le médecin est une augmentation significative de la thyroïde.
  • Le goitre colloïdal nodulaire peut se développer sous forme de formations simples ou multiples. En même temps, un goitre multinodulaire est diagnostiqué s'il y a plus de deux nœuds. Et puisque c'est cette forme de la maladie qui est la plus sujette à la progression, on parle de goitre en prolifération. Une maladie concomitante chez la femme se transforme souvent en fibromes utérins.
  • Un goitre kysto-colloïdal est dit si une formation creuse apparaît dans le tissu thyroïdien, protégé par une membrane dense. Le liquide colloïdal s'accumule dans la cavité du kyste. Cette pathologie est également appelée goitre colloïdal avec dégénérescence kystique.

Bien que cette pathologie soit la plus sûre parmi toutes les maladies de la glande thyroïde, les signes externes et internes de la formation de colloïdes sont similaires au processus tumoral. Par conséquent, il est très important de consulter un médecin le plus tôt possible afin d’exclure la présence d’oncologie.

Les causes de la maladie

La principale cause du développement de cette maladie est la carence en iode dans les aliments et l’eau consommés par les humains. Il y a des régions séparées où le sol est pauvre en iode. Les résidents de ces régions souffrent souvent de maladies de la glande thyroïde.

Si une quantité insuffisante d'iode pénètre dans le corps, la glande thyroïde cherche à saisir cet élément du sang. Cela conduit à la reproduction active des cellules, à la prolifération des tissus et à une augmentation de la taille de l'organe. Dans le même temps, la thyroïde augmente la production de colloïde.

D'autres facteurs affectant l'élargissement de la thyroïde comprennent les facteurs suivants.

  • Âge supérieur à 40 ans. À cette époque, la plupart des cellules de la glande thyroïde s'usent, ce qui entraîne leur mort. Ce processus provoque l'activation de l'activité des follicules individuels, à la suite de laquelle des cavités sont formées dans ceux-ci, où le colloïde s'accumule.
  • Sexe féminin Au cours de la vie, les hormones fluctuent dans le corps de la femme, en raison de la grossesse, de l'accouchement, de l'allaitement, de la ménopause et même de l'avortement. Tout cela conduit à une violation de la sortie du colloïde, qui s'accumule avec le temps dans la glande thyroïde.
  • Les radiations, les radiations et une mauvaise écologie provoquent des mutations dans les cellules de la glande thyroïde. Cependant, des mutations peuvent être causées par l'utilisation fréquente de produits contenant des nitrates.
  • Prédisposition héréditaire. Les scientifiques ont montré que le goitre colloïdal se développe le plus souvent chez les personnes dont les proches souffrent de cette maladie.
  • Intoxication du corps. L'empoisonnement peut être obtenu au travail s'il est associé à l'utilisation de substances nocives. L'intoxication est possible à cause de la fumée de tabac ou d'émissions nocives dans l'atmosphère. Bien que ce facteur ait un effet négatif sur tous les organes internes, la glande thyroïde y réagit avec plus de sensibilité.
  • Situation psychologique grave. Les personnes modernes vivent dans un état de stress chronique, qui devient souvent une cause de dysfonctionnement de la glande thyroïde.
  • Les maladies infectieuses et virales réduisent les fonctions de protection du corps. Par conséquent, les cellules immunitaires ne sont pas en mesure de faire face aux microorganismes nuisibles qui provoquent des modifications de la structure de la glande thyroïde.
  • L'hypothermie provoque un vasospasme, ce qui empêche la sortie du colloïde par les follicules. L'hypothermie est souvent la cause du goitre.

Caractéristiques

Si la formation dans la glande thyroïde est petite, cela ne cause pas de gêne et n'altère pas la qualité de vie du patient.

Dans le cas où le goitre aurait augmenté de manière significative en taille, mais ne ferait pas preuve d'activité et ne synthétiserait pas les hormones dans un mode amélioré, l'évolution de la maladie pourrait s'accompagner des symptômes suivants.

  • Dans la région de la glande thyroïde, la circonférence du cou augmente considérablement en raison d'un goitre nodulaire diffus qui se reflète dans l'apparence d'une personne.
  • Étant donné que l'organe agrandi serre l'œsophage, le larynx et les fibres nerveuses, le patient se sent constamment grumeleux et chatouilleux dans la gorge. Il lui est difficile d'avaler, et sa voix devient rauque.
  • La condition est aggravée par une toux sèche aggravée.

Si la formation dans la glande thyroïde produit activement des hormones, la personne présentera des signes caractéristiques de la thyréotoxicose. Si la dystrophie cellulaire empêche la production normale d'hormones, cette maladie sera accompagnée de signes d'hypothyroïdie.

Diagnostic de la maladie

L'examen initial du patient est effectué par un endocrinologue. Le médecin traitant effectue la palpation de la thyroïde sur la base de laquelle un diagnostic préliminaire est établi. Pour le confirmer, le patient est envoyé pour une recherche supplémentaire sur le matériel de la glande thyroïde, ce qui aide également à déterminer comment traiter la maladie.

Tout d'abord, on prescrit au patient une échographie de la glande thyroïde qui, selon les signes du goitre colloïdal, produit les résultats suivants.

  • En présence de plusieurs formations, un goitre multinodulaire en prolifération est diagnostiqué.
  • Si la formation a des limites claires et une capsule sombre, et que son intérieur est homogène et ne possède pas de vaisseaux sanguins, on parle de dégénérescence kystique de la glande thyroïde.
  • Une thyroïde agrandie sans signe de formation nodulaire indique des modifications diffuses dans les tissus.
  • Si le nœud a une forme irrégulière à structure hétérogène et des dépôts de calcium visibles, cela peut indiquer une tumeur maligne.

Pour clarifier le diagnostic utilisé cytologie et biopsie du tissu thyroïdien.

Méthodes de traitement

En règle générale, le goitre présentant des modifications régressives ne nécessite pas de traitement médicamenteux, à condition que la taille des ganglions n'excède pas 1 cm et qu'il n'y ait aucune perturbation du flux sanguin. Leur correction est effectuée par des remèdes populaires, ce qui permet de restaurer la fonction de la glande thyroïde.

Le traitement conservateur consiste à mener les activités suivantes:

  • traitement médicamenteux;
  • procédures physiothérapeutiques.

La pharmacothérapie consiste à utiliser les médicaments suivants:

  • le traitement du goitre colloïdal avec la sécrétion normale d'hormones est effectué au moyen de médicaments contenant de l'iode et de remèdes populaires;
  • goitre colloïdal nodulaire avec une augmentation de la sécrétion d'hormones est traitée avec des médicaments qui réduisent l'activité de l'organe;
  • si le goitre proliférant colloïdal nodulaire, au contraire, contribue à réduire les fonctions de l'organe, des hormones synthétiques de la thyroïde sont prescrites;
  • Un traitement supplémentaire est également effectué pour éliminer les signes associés de la maladie, y compris les remèdes populaires.

Dans certains cas, une chirurgie est prescrite aux patients.

  • Une intervention chirurgicale est nécessaire lorsque de nombreux nœuds sont remplis de colloïde.
  • Si le goitre nodulaire ou kystique de la glande thyroïde a un diamètre supérieur à 3 cm.
  • Avec une détérioration de la qualité de vie du patient, causée par la formation de kystes, qui serre les organes environnants.
  • Si les formations kystiques de la glande thyroïde augmentent de taille.
  • Si des tumeurs malignes ont été trouvés dans les proches du patient.
  • Si dans les six mois, la drogue et le traitement des remèdes populaires n’apportaient pas les résultats souhaités.

Au cours de l'opération, on retire au patient la proportion de la glande thyroïde, remplie de colloïde. Avec plusieurs nœuds, les deux lobes peuvent être retirés.

Si le médecin réussit à diagnostiquer correctement et à prescrire un traitement efficace, le pronostic à vie est favorable. Après le retrait d'un ou des deux lobes de la glande thyroïde, un traitement hormonal substitutif est prescrit au patient.

Types de goitre thyroïdien et méthodes de traitement

Le goitre thyroïdien ou goitre sporadique est la prolifération des tissus d'organes avec une augmentation ultérieure de sa taille. Il existe un grand nombre de variétés de la maladie et l’OMS considère que cette pathologie est l’une des maladies endocriniennes les plus répandues dans le monde. Le goitre chez les enfants se produit à peu près aussi souvent que chez les adultes, mais les conséquences sont plus dangereuses.

Variétés par raison

Le goitre thyroïdien est divisé en plusieurs variétés en fonction de la cause de la maladie. L'un des types les plus courants est le type de pathologie auto-immune ou le goitre Hashimoto. Un goitre auto-immun se développe si l’immunité d’une personne commence à agir contre les cellules d’un organe.

La maladie peut être aiguë et chronique. Une maladie récurrente suggère que l’immunité humaine ne répond toujours pas correctement aux cellules thyroïdiennes. L'OMS considère que le type auto-immun de la maladie de type chronique ou le goitre de Hashimoto est assez rare, mais sa forme aiguë peut se développer après toute maladie infectieuse. De plus, l'OMS n'utilise pratiquement pas le nom de «goitre de Hashimoto». Le terme thyroïdite auto-immune chronique vient le remplacer dans la classification de l’OMS.

L'OMS n'alloue pas seulement le type auto-immun de la maladie. Le goitre polynodal est également distingué. Dans ce cas, le goitre sporadique chez les hommes et les femmes est formé en raison de la multitude de petits néoplasmes de type tumoral.

La pathologie, comme indiqué dans la classification du goitre, peut avoir une origine nodale diffuse. On dit ensuite que ce n'est pas un goitre auto-immun mais un goitre surrénalien qui s'est développé. Un autre nom pour cette déviation est le type folliculaire.

L’OMS souligne également les nombreuses formes nominales de la maladie. Par exemple, le goitre de Riedel, qui a un type chronique et une nature fibro-invasive. Dans certains cas, bien que très rarement, un goitre aberrant est diagnostiqué. Si la glande thyroïde supplémentaire est affectée par des modifications, cette pathologie peut alors être définie comme un goitre aberrant.

L'expansion de la thyroïde peut être intrathoracique ou rétrosternale. Le goitre rétinien est diagnostiqué si l'organe agrandi est situé très bas. Le goitre de Zagrudinny est souvent caractérisé par un pincement de gros vaisseaux et se manifeste par des symptômes de compression, dont les conséquences sont dangereuses pour le cerveau ainsi que pendant la grossesse.

Le goitre intrathoracique est une autre variation de la pathologie selon l’emplacement. Si un goitre intrathoracique est diagnostiqué, la glande thyroïde est située non seulement très bas, comme dans le cas où le goitre rétrosternal est déterminé, mais également dans le médiastin antérieur.

Variétés par type d'augmentation

L’OMS distingue plusieurs variétés de la maladie également par type d’augmentation. Le goitre sporadique peut être mélangé, adénomateux, parenchymateux.

Dans le cas où il y a une augmentation des tissus du parenchyme qui remplit la fonction principale de la glande, un goitre parenchymal se développe. Le goitre adénomateux se caractérise par le fait que le tissu se développe sous la forme d'un ensemble de nodules de forme arrondie et de consistance lisse.

Si une augmentation se produit en raison de kystes, le goitre kystique est déterminé. Dans ce cas, un grand nombre de formations creuses remplies de sécrétion liquide sont diagnostiquées. Le goitre kystique peut avoir un emplacement différent. Cela comprend le goitre kystique situé derrière le sternum, puis il est défini comme un goitre rétrosternal avec formations kystiques.

Un goitre mixte de la glande thyroïde est déterminé si, par exemple, un goitre kystique est associé à un autre. Un goitre mixte peut être progressif et s'accompagner de changements régressifs. Pas toujours dans le processus impliqué des cellules de travail de la glande thyroïde. Parfois, la composition cellulaire reste la même, et un organe élargi est déterminé chez les femmes et les hommes en raison de la croissance du stroma.

Les stromas sont également formés par des cellules, mais ils maintiennent la glande thyroïde à la forme et à la place voulues et ne produisent pas d'hormones. Si les cellules stromales se développent, le goitre sporadique ne se fait pas sentir longtemps chez les femmes et les hommes. Cependant, s’ils augmentent en nombre de cellules dans le tissu actif, cela conduit souvent à un dysfonctionnement de l’organe.

Il existe également un type d'endémie associé à la localité où une personne habite. Chez les hommes et les femmes, la maladie se manifeste lorsque, dans la région, l'iode est présent en quantité insuffisante dans l'alimentation.

Tous les types de pathologies peuvent être accompagnés d'une inflammation du goitre. Si une inflammation du goitre se développe, cela signifie que la glande thyroïde est impliquée dans le processus pathologique. Fait intéressant, l'inflammation du goitre conduit souvent au développement d'un processus auto-immun en raison du fait que la couverture de l'organe est affectée par les changements. Les conséquences de l'inflammation du goitre sont souvent plus prononcées que la simple évolution de la maladie.

Les effets de l'inflammation du goitre touchent également les hommes et les femmes. Pour la femme, les effets de la pathologie sont particulièrement dangereux pendant la grossesse, car ils peuvent affecter le fœtus.

Raisons

Le goitre thyroïdien est une réaction qui peut se développer chez les hommes et les femmes, même au moment de la grossesse, pour diverses raisons. La cause la plus courante de développement de la maladie est la carence en iode. L'iode est une substance nécessaire à la production normale d'hormones de la glande.

Si l'iode pénètre dans le corps en quantités insuffisantes, la glande thyroïde peut augmenter la quantité de ses tissus pour augmenter la saisie de la substance par le sang. La thyroïde capte également l'iode qui pénètre dans le corps avec la nourriture; il est donc important qu'il soit suffisant dans la nourriture que consomme une personne. À cette fin, un régime alimentaire est souvent utilisé.

Ce n'est pas seulement le manque d'iode qui peut expliquer l'apparition de la maladie. La maladie peut être le résultat d'un processus auto-immun survenant dans le corps humain. Le goitre toxique diffus (DTZ) est un type de maladie qui se forme en réponse à un processus auto-immun. DTZ peut souvent être déterminé en laboratoire, car une personne ne semble pas toujours malade.

Il est possible d’arrêter DTZ dans le cou si vous consultez un médecin à temps et commencez à prendre des médicaments qui réduisent l’effet des hormones sur le corps. Étant donné que les médicaments nécessitent une approche prudente dans le choix de la posologie, avec DTZ, ils ne peuvent être bus qu'après avoir consulté un spécialiste.

La grossesse est une autre raison pour laquelle une maladie peut être déterminée. La grossesse chez les femmes provoque un certain nombre de changements hormonaux puissants qui affectent souvent la glande thyroïde. Si la grossesse débute par une pathologie, le corps peut tenter de la compenser en raison du travail accru de la thyroïde.

La grossesse est une raison fréquente pour laquelle les femmes, contrairement aux hommes, sont diagnostiquées avec une prolifération excessive de tissu thyroïdien. Si la grossesse est réalisée sous la surveillance d'un spécialiste, la croissance active du tissu peut être interrompue. Un régime peut être prescrit pour cela. En outre, les femmes peuvent boire des suppléments contenant de l'iode.

Diagnostic et solutions

Le diagnostic, et en particulier la biopsie au cou, est d’une grande importance pour la détermination de la maladie. C’est une chose si la maladie est provoquée simplement par la prolifération de tissus en réponse au fait qu’une personne, par exemple, consomme de l’iode en quantité insuffisante. Une autre chose est quand une biopsie aide à déterminer les signes d'une tumeur.

Une biopsie au cou est réalisée dans la plupart des cas lors du diagnostic de pathologie. L’utilisation d’une telle méthode comme biopsie permet d’exclure la nature tumorale de la maladie et de décider s’il est nécessaire de prélever un organe élargi chez l’homme ou chez la femme.

Les médecins essaient aujourd'hui de ne pas retirer l'organe, s'il est possible de l'éviter et de retirer la maladie sans intervention. Il faut garder à l'esprit que le complot contre le goitre est inefficace. Le refus de l'opération de prélèvement est lié à la politique de l'OMS visant à préserver le bon fonctionnement des organes.

La chirurgie pour enlever davantage nécessite l'utilisation constante d'hormones artificielles. L'opération d'enlèvement, si l'organe est agrandi, est nécessairement réalisée si le volume des hormones est également augmenté. Dans ce cas, une opération peut être effectuée pour prélever une partie d'un organe et, si nécessaire, une deuxième opération est possible pour prélever tout l'organe s'il est très agrandi.

L'inflammation du goitre n'est pas une raison pour l'opération. Pour arrêter l'inflammation du goitre, un spécialiste aime utiliser des médicaments spéciaux. Si vous buvez des médicaments à cette fin sans consultation, vous pouvez provoquer des conséquences imprévisibles et ne pas éliminer la maladie. L'iode en buvant n'en vaut pas la peine.

Si l'opération de retrait ne peut être effectuée, un traitement conservateur est sélectionné pour les patients. Pour ce régime, des suppléments spéciaux, comprenant de l'iode, peuvent être utilisés. On utilise des médicaments qui peuvent être utilisés pour réduire l'effet des hormones sur le corps, si leur niveau augmente, et les effets sont déjà très visibles. Si les hormones sont peu nombreuses, vous pouvez boire des substances artificielles sous forme de comprimés.

Commentaires (2 commentaires)

Je souhaite soutenir les personnes pour lesquelles la situation concernant le goitre de la glande thyroïde est dans une phase difficile et nécessite une intervention chirurgicale. Après avoir accouché, ma soeur est revenue du nord, où elle a vécu pendant 7 ans. Très probablement, l'absence de soleil, de vitamines et le flux naturel d'iode dans le sang l'ont affectée. Et nous connaissons tous la situation environnementale et la qualité des produits que nous avons dans le monde à présent. Le médecin a prescrit de très bons médicaments et divers médicaments. Mais ma sœur a rapidement perdu du poids, s'est affaiblie et le petit enfant a demandé beaucoup de force et de nerfs. Grâce à notre médecin, il nous a quand même persuadés de subir une opération. Très inquiet, je ne cacherai pas.. Mais maintenant, après 5 ans. Lorsque je vois ma sœur recouvrer la santé, je me souviens avec une profonde gratitude de notre médecin, qui a diagnostiqué la maladie à temps. Et nous a convaincu de la nécessité d'une intervention chirurgicale! Nous avons maintenant toutes les peurs derrière nous, mais ma sœur tente toujours de suivre un régime alimentaire spécial, ce que nous a recommandé le médecin et bien sûr, elle subit régulièrement des consultations et des tests. Tous ceux qui sont affectés par ce problème, n'abandonnez pas!

J'ai aussi eu des problèmes avec la glande thyroïde. En 20 ans, elle a fait une échographie de la thyroïde et a trouvé un nodule. Quel est le traitement. Ils ont dit de manger du chou marin. Pas de Yodomarin déchargée. Mais je suis aussi complet. 7 ans ont passé. J'ai fait une deuxième échographie et il n'y a pas de déviations. Don de sang pour les hormones thyroïdiennes. Tout est en ordre. Voici les merveilles. Mais le problème de l'excès de poids n'a pas été résolu. Personne ne peut vraiment rien dire. De plus, le poids augmente encore. C'est comme si je me sentais mieux en regardant la nourriture ou l'odeur.

Symptômes et traitement du goitre colloïdal

Si vous ne prenez pas les mesures appropriées pour éliminer ces facteurs négatifs et ne commencez pas le traitement approprié, les conséquences seront catastrophiques.

Le principe du développement du goitre colloïdal

La glande thyroïde humaine est constituée de follicules. Ce sont des structures qui ont une structure sacculaire et leurs parois sont alignées avec des cellules spécifiques. À l'intérieur des follicules se trouve un liquide visqueux semblable à du mucus, de nature protéique - un colloïde. Il contient plusieurs substances - l'iode, la protéine thyroglobuline. Ce dernier composant est utilisé par les cellules folliculaires pour produire des hormones thyroïdiennes qui affectent l'ensemble du corps humain.

Si, pour une raison quelconque, le volume du colloïde augmente ou si sa sortie est perturbée, un goitre colloïdal se développe. En présence de cette maladie, une augmentation de l'activité fonctionnelle de la glande thyroïde est rarement observée. Habituellement, le niveau de ses hormones reste normal. Dans ce cas, la taille de la glande thyroïde peut augmenter considérablement.

Formes de goitre colloïdal

Le goitre colloïdal de la glande thyroïde peut se présenter sous différentes formes:

  • goitre proliférant colloïdal, qui est une forme de goitre nodulaire. Lorsque cette maladie dans la glande thyroïde isolée localisée séparément a augmenté dans les zones de taille. Cette forme de goitre se caractérise par une progression rapide;
  • goitre colloïdal avec dégénérescence kystique, qui s'accompagne de la formation de kystes dans la glande thyroïde. Ils sont remplis de colloïdes, ce qui les distingue des autres espèces. Dystrophie du corps, intervention chirurgicale dans la région du cou, etc.
  • goitre diffus colloïde, lorsqu’une accumulation excessive de colloïde se produit simultanément dans tous les tissus thyroïdiens.

Causes de la maladie

Les facteurs négatifs qui conduisent au développement d'un goitre colloïdal avec des changements régressifs ou d'une autre forme de la maladie incluent:

  • apport insuffisant en iode provenant d'aliments ou d'eau. La glande thyroïde tente de compenser cette carence en prenant cet élément dans le sang. Dans ce cas, non seulement la croissance de la glande est observée, mais également une augmentation du volume du colloïde;
  • changements d'âge. Après 40 ans, pour de nombreuses personnes, le fonctionnement de certains follicules est particulièrement actif. En conséquence, leurs cellules s'usent et meurent plus rapidement. Dans le contexte de ce processus, des cavités sont formées dans les follicules, qui sont remplis de colloïde;
  • sexe féminin. La belle moitié de l'humanité est sujette aux changements hormonaux du corps. Cela est dû aux particularités du cycle menstruel, de la grossesse, de l'accouchement et de la lactation. En raison des fluctuations constantes du fond hormonal, la sortie du colloïde peut être perturbée, entraînant une dégénérescence kystique de la glande thyroïde ou d’autres pathologies similaires;
  • prédisposition génétique. Si les parents ont reçu un diagnostic de cette maladie, il est très probable qu’elle apparaisse chez leurs enfants. Cela est dû à la transmission de gènes défectueux.
  • effets négatifs du rayonnement ou de facteurs environnementaux. Ils conduisent à la dégénérescence de cellules saines ou à la perturbation de leur fonctionnement;
  • intoxication du corps avec des substances toxiques, y compris la fumée de tabac. Les facteurs de risque incluent également le travail dans des industries dangereuses;
  • violation du travail d'autres glandes endocrines - les ovaires, l'hypophyse, les glandes surrénales, ce qui entraîne un déséquilibre hormonal;
  • état psycho-émotionnel instable, stress, surmenage;
  • infections fréquentes, processus inflammatoires entraînant un affaiblissement des fonctions de protection du corps et perturbant le fonctionnement normal de nombreux organes et systèmes;
  • hypothermie Provoque un spasme des vaisseaux sanguins, qui est la cause des violations de la sortie du colloïde par les follicules.

Symptômes d'un goitre colloïdal au stade initial

Le goitre kystique colloïdal de la glande thyroïde ou une autre forme de cette maladie est généralement accompagné des mêmes symptômes. Cela est particulièrement vrai au stade initial où de tels signes de pathologie en développement sont observés:

  • il y a une sensation de constriction dans le cou;
  • peut avoir de la difficulté à avaler. Une personne a l'impression d'avoir une boule dans la gorge;
  • la voix devient rauque;
  • dans la région de la glande thyroïde, une sensation de chatouillement provoque la toux du malade;
  • plaintes fréquentes - maux de tête et vertiges. Cela est dû au clampage des vaisseaux et des terminaisons nerveuses;
  • si un goitre colloïdal se développe, il existe une forte probabilité de douleur dans la région du nœud. Le degré d'inconfort dépend de la taille de la formation, de la présence de processus inflammatoires et d'autres complications.

Symptômes de goitre colloïdal avec augmentation de l'activité hormonale

Si les modifications pathologiques de la glande thyroïde, caractéristiques du goitre colloïdal, entraînent une augmentation de la production d'hormones, les symptômes suivants sont observés:

  • instabilité émotionnelle, pleurs, irritabilité;
  • perte de poids sans cause;
  • diminution du désir sexuel;
  • accélération du rythme cardiaque;
  • fatigue, diminution de la capacité de travail;
  • augmentation de température déraisonnable;
  • l'insomnie

Symptômes de la maladie avec réduction de la production d'hormones

Si un goitre colloïdal entraîne une diminution de l'activité fonctionnelle de la thyroïde, les symptômes suivants sont observés:

  • le poids augmente sans raison;
  • il y a léthargie, léthargie;
  • la peau devient léthargique et sèche;
  • un gonflement apparaît (principalement sur les membres et le visage);
  • une dépression persistante se développe;
  • diminution de l'appétit;
  • une personne souffre de constipation chronique.

Diagnostic du goitre colloïdal

Examen du patient effectue endocrinologue. À la réception, il effectue une palpation du cou, où il détermine l'augmentation de la taille de la glande thyroïde. Pour un diagnostic plus précis, le médecin vous oriente vers un examen supplémentaire, qui est le suivant:

  • échographie de la thyroïde en mode Doppler. Cette procédure de diagnostic permet non seulement de déterminer la taille de la glande, mais également la présence dans sa structure de nœuds ou de kystes;
  • un test sanguin pour les niveaux d'hormones thyroïdiennes;
  • si des nœuds ou des kystes de plus de 1 cm sont trouvés, leur biopsie en fines bandes est montrée. Il vous permet d'identifier cette éducation bénigne ou maligne;
  • balayage radioactif du corps, permettant d'identifier les zones où l'activité hormonale est augmentée ou diminuée;
  • tomographie. Nommé dans certains cas lorsqu'il y a des difficultés avec le diagnostic correct.

Traitement conservateur

La méthode de traitement du goitre colloïdal dépend de sa forme, de l'âge du patient, de l'apparition de conditions pathologiques concomitantes et de la présence de modifications de la production d'hormones thyroïdiennes.

Si la maladie évolue sans perturbation grave du fonctionnement de l'organe, le médecin surveille simplement l'état du patient. Dans de nombreux cas, des préparations d'iode sont prescrites pour réduire la carence en cet élément.

Si le niveau d'hormones thyroïdiennes est modifié, il est alors impossible de se passer d'un traitement spécifique. Avec une augmentation de leur niveau, des agents thyréostatiques sont prescrits. Si le fonctionnement de la glande est réduit, des analogues synthétiques de ses hormones sont pris. Ils ont également souvent recours à une thérapie visant à rétablir le fonctionnement normal d'autres organes et à éliminer les pathologies apparaissant dans le contexte de cette maladie.

Traitement chirurgical

Le traitement chirurgical en présence de goitre colloïdal est utilisé dans les cas graves:

  • la présence de nombreux nœuds remplis de colloïde;
  • apparition d'un kyste ou d'un nœud d'un diamètre de 3 cm;
  • si cette pathologie a entraîné une compression des organes environnants et une perturbation de leur fonctionnement;
  • lorsque l'apparition de l'éducation dans la glande thyroïde se caractérise par une croissance rapide;
  • lorsqu'un patient a des parents atteints d'un cancer, quel qu'il soit;
  • si le fonctionnement de la glande thyroïde est altéré et que ces modifications négatives ne peuvent être éliminées par un traitement médicamenteux avant six mois.

En traitement chirurgical, la proportion de la glande thyroïde où se trouve le nœud pathologique est généralement éliminée. Si le goitre colloïdal a touché tout l'organe (forme diffuse ou multinodulaire), procédez différemment. Dans ce cas, peut recourir à l'ablation de la totalité de la glande thyroïde.

Goitre colloïdal: caractéristiques de la manifestation et méthodes de traitement

Le goitre colloïdal nodulaire est une maladie de la glande thyroïde de nature saine. Il appartient aux formes les plus sûres de goitre et ne va presque jamais malin. Dans cette maladie, il existe une augmentation de la glande thyroïde en raison d'une accumulation excessive de colloïde dans les cellules glandulaires de l'organe. À la suite de la formation de nœuds, des modifications kystiques de l'organe affecté se développent.

Le goitre colloïdal nodulaire est une maladie qui touche le plus souvent 5% des patients adultes, alors que les femmes en souffrent 5 fois plus souvent que les hommes. Dans la structure globale de la maladie thyroïdienne, le goitre colloïdal représente 90% de tous les goitres.

Au cours des dernières décennies, cette maladie est de plus en plus courante chez les enfants et les adolescents, en raison du manque d'iode chez les jeunes corps.

La glande thyroïde est un organe de la sécrétion endocrine, composée de nombreux follicules dans lesquels se forment des hormones thyroïdiennes - thyroxine et triiodothyronine (T3 et T4). Dans le follicule, des cellules produisent une substance spéciale ressemblant à une gelée, appelée colloïde. Il remplit la lumière du follicule, puis il y a une synthèse directe d'hormones.

Accumulation de colloïdes dans le follicule

En cas de goitre colloïdal, une accumulation excessive de colloïde se produit et la prolifération (reproduction) des cellules glandulaires augmente.

Il existe plusieurs formes de la maladie, qui diffèrent par leur structure histologique et la prévalence du processus. Ils peuvent aller les uns aux autres, ce qui indique la progression du processus.

  1. 1. Le premier et le plus commun - forme nodale. En raison de la prolifération des cellules glandulaires, les follicules individuels commencent à se développer et des nœuds se forment, ce qui entraîne également une augmentation de la glande thyroïde. Au début, un noeud apparaît, puis leur nombre augmente et un goitre colloïdal multinodulaire se développe.
  2. 2. La forme suivante est le colloïde diffus. Il y a une augmentation du nombre de nœuds qui se répandent dans la structure.

Symptômes de l'hyperthyroïdie

Le résultat de la maladie peut être des changements régressifs dans la glande thyroïde et celle-ci cesse de remplir pleinement ses fonctions.

La présence d'une réponse immunitaire indique la présence de modifications inflammatoires dans les tissus de la glande et l'activité du processus.

Par taille, il existe trois degrés de goitre:

  1. 1. Au premier degré, l'élargissement de la glande thyroïde n'est pas visible, les nœuds ne sont détectés que par ultrasons.
  2. 2. Au deuxième degré, on remarque visuellement que la glande a grossi lorsque la tête a été inclinée vers l'arrière.
  3. 3. Au troisième degré, la glande thyroïde est si grosse qu'elle est visible à l'œil nu, même avec une tête verticale.

En modifiant la formation des hormones émettent:

  • Goitre avec hypofonction - diminue la quantité de thyroxine et de triiodothyronine dans le sang, il existe des signes cliniques d'hypothyroïdie.
  • En cas d'hyperfonctionnement, la production d'hormones thyroïdiennes augmente et des symptômes d'hyperthyroïdie apparaissent.
  • Un goitre colloïdal avec un taux normal d'hormones dans le sang s'appelle euthyroïdisme. Les symptômes ne se développent que lorsque le corps est grand et est associé à une compression mécanique des tissus environnants.

Nœud dans la glande thyroïde

Les causes du goitre colloïdal ne sont pas complètement connues. Mais il existe les facteurs prédisposants possibles suivants:

  • Apport insuffisant d'iode dans le corps avec de la nourriture - le soi-disant goitre endémique. En cas de carence en iode, la glande thyroïde tente d'éliminer cette carence et capte dans une plus grande mesure l'iode du sang qui circule librement. Et pour développer les hormones manquantes, il commence à synthétiser davantage de colloïdes et, pour cela, davantage de cellules glandulaires se forment et le fer augmente de taille. Aujourd'hui, c'est la théorie la plus courante de la formation du goitre colloïdal nodulaire.
  • Les facteurs héréditaires jouent un certain rôle, la présence de la maladie chez des parents proches augmente la probabilité de la maladie chez les enfants.
  • Âge - chez les personnes après 50 ans, l'incidence augmente considérablement, on pense que cela est dû à une violation des processus neurorégulateurs dans un corps vieillissant.
  • Le sexe féminin est plus sensible au développement du goitre colloïdal nodulaire. Chaque femme de plus de 50 ans sur deux a des nodules dans la glande thyroïde. Cela est dû au fait que les hormones thyroïdiennes et les hormones sexuelles féminines sont directement liées. Avec le début de la ménopause et une diminution des niveaux d'œstrogène et de progestérone, les femmes perdent l'équilibre entre ces hormones et le risque de maladies de la thyroïde augmente. Le même processus se produit pendant la grossesse, le cycle menstruel habituel est perturbé et le risque de pathologie thyroïdienne augmente.
  • Les facteurs externes tels que le stress, les mauvaises habitudes, les mauvaises conditions environnementales et les risques professionnels jouent un rôle important.

Le traitement de la maladie est réduit à plus symptomatique, pour déterminer son étiologie exacte n'est pas possible.

Dans les premiers stades de la maladie ne se manifeste pas. Au fur et à mesure que le processus avance et que la taille de la glande thyroïde augmente, des symptômes cliniques se développent également. Les manifestations de la maladie dépendront du type de goitre et de la capacité fonctionnelle de l'organe.

Lorsque les patients hyperfonctionnels sont préoccupés par les plaintes suivantes:

  • troubles de l'humeur;
  • palpitations cardiaques;
  • transpiration excessive;
  • parfois de la fièvre.

Les patients deviennent irritables, agressifs, ils se fatiguent rapidement. Face à l'augmentation de l'appétit, ils perdent du poids en raison de l'augmentation du métabolisme. Ils craignent les diarrhées fréquentes et les mictions.

Dans l'hypothyroïdie, lorsque la sécrétion d'hormones thyroïdiennes est réduite, les patients se plaignent de faiblesse, de troubles de la mémoire, d'attention et de pensée, de l'appétit diminue, mais les patients prennent du poids en raison d'un ralentissement du métabolisme, de la peau sèche, des peelings et de la transpiration diminuent également l'enflure des extrémités.

S'il n'y a pas de changement dans la quantité d'hormones dans le sang, les patients ne se plaignent que plus tard, quand la glande atteint une grande taille.

Les symptômes non spécifiques liés à tous les types de goitre incluent des manifestations de la maladie associées à une hypertrophie de la glande thyroïde. Avec sa taille, il exerce une pression sur les tissus environnants, ce qui entraîne les problèmes suivants:

  • Tout d’abord, c’est un problème d’esthétique, c’est comme si on gonflait le cou. C'est ce qui oblige de nombreux patients à subir une intervention chirurgicale.
  • Une grosse glande exerce une pression sur les voies respiratoires et les patients souffrent d'essoufflement, surtout en position horizontale.
  • La pression mécanique sur l'œsophage et le pharynx présente des difficultés à avaler et une sensation de nausée dans la gorge.
  • Le surpeuplement des vaisseaux et des nerfs adjacents entraîne un enrouement (défaite du nerf laryngé récurrent), des vertiges et des acouphènes.
  • Parfois, il y a une douleur dans le site du site, due à la progression rapide, à l'occurrence de la réponse immunitaire et au développement du processus inflammatoire.
  • S'il existe un grand nœud, supérieur à 1-1,5 cm, le patient peut le ressentir indépendamment.

Le choix de l’option de traitement dépend du type de sécrétion hormonale de l’organe affecté et de la taille de la glande thyroïde. Au début, le goitre nodulaire est relativement sûr. Lors de l'identification de cette maladie, la conduite d'un traitement médicamenteux actif, et en particulier d'une intervention chirurgicale, n'est pas indiquée.

Les patients en phase initiale dépourvus de symptômes cliniques font l’objet d’un suivi chez l’endocrinologue et doivent subir une échographie deux fois par an pour suivre la dynamique du processus.

Ces patients reçoivent un traitement avec des préparations à base de plantes pour normaliser la fonction endocrinienne et suspendre la prolifération cellulaire. La principale plante médicinale utilisée à cette fin est le blanc à l'aspect argentin, qui fait partie de médicaments comme Zobofit et Alba.

S'il y a des écarts importants dans le niveau des hormones, prescrire des médicaments plus graves.

Dans l'hypothyroïdie, des préparations d'hormones thyroïdiennes (Eutirox, Thyroxin) sont utilisées pour compenser la pénurie de T3 et de T4.

L'hyperfonctionnement nécessite la nomination de médicaments antithyroïdiens inhibant la production de T3 et de T4 - Mercazolil, Tyrosol.

Si le sang contient une quantité normale d'hormones, utilisez des préparations à base d'iode - Iodomarine, iodure de potassium.

Une thérapie conservatrice n'a pas toujours l'effet escompté. Un traitement chirurgical est nécessaire dans plusieurs cas:

  • Si la glande exerce une pression sur les tissus environnants et empêche la déglutition et la respiration.
  • Lorsqu'un membre de la famille a un cancer de la thyroïde.
  • Hyperfonctionnement qui ne se prête pas à un traitement conservateur.
  • Si, dans peu de temps après le début de la maladie, l’état s’est considérablement détérioré et que les nœuds sont devenus supérieurs à 3 cm.

La médecine alternative utilise tout un arsenal de plantes médicinales pour lutter contre le goitre. Le traitement avec des remèdes populaires permet uniquement de suspendre le développement de la maladie et de mieux les utiliser en combinaison avec les méthodes traditionnelles.

Plantes médicinales pour le traitement du goitre:

  1. 1. L'écorce de cerise est indiquée à n'importe quel niveau d'hormones; une teinture à base d'alcool est préparée à partir de celle-ci et prise à la cuillère à soupe trois fois par jour.
  2. 2. La teinture à ajoncs est prescrite pour l'hypothyroïdie, la décoction est faite à partir d'herbe séchée et se prend dans une cuillère à soupe 2 fois par jour.
  3. 3. Le cinquefoil d'oie est utilisé avec un niveau élevé d'hormones. Faire une infusion, qui est consommée dans 100 ml trois fois par jour.
  4. 4. L'aronia noir, à l'exception du traitement de la glande thyroïde, est utilisé comme sédatif.
  5. 5. Utilisez des baies fraîches, moulues avec du sucre et conservées dans un endroit froid. Deux fois par jour, le thé en est fabriqué et consommé dans les 3 mois.

En plus de la médecine traditionnelle, quand une glande thyroïde est malade, il est recommandé d’appliquer une grille de solution d’iode à l’emplacement de l’organe malade.

Et un peu sur les secrets.

L'histoire d'une de nos lectrices, Irina Volodina:

Mes yeux étaient particulièrement frustrants, entourés de grosses rides, de cernes et de gonflements. Comment éliminer complètement les rides et les poches sous les yeux? Comment faire face à l'enflure et aux rougeurs? Mais rien n'est aussi vieux ou jeune homme que ses yeux.

Mais comment les rajeunir? Chirurgie plastique? J'ai reconnu - pas moins de 5 000 dollars. Procédures matérielles - photorajeunissement, pilling gaz-liquide, lifting par radio, lifting au laser? Un peu plus abordable - le cours coûte entre 1,5 et 2 000 dollars. Et quand trouver tout ce temps? Oui et toujours cher. Surtout maintenant. Par conséquent, pour moi-même, j'ai choisi une autre façon.

Qu'est-ce que la glande thyroïde de goitre colloïdal?

Le goitre colloïdal est une tumeur nodulaire d'une glande thyroïde bénigne.

Un nœud peut être simple ou multiple, il est formé lorsque la sortie d'un colloïde du follicule est perturbée.

Chaque nœud consiste en une substance spécifique - un colloïde, qui présente une structure ressemblant à une gelée et contient de la thyroglobuline, de l'iode et des acides aminés.

Cette maladie entraîne une croissance anormale de la glande thyroïde.

Raisons

Le tissu de la glande thyroïde se compose d’une multitude de follicules, qui sont des vésicules remplies d’un liquide homogène - un colloïde.

C'est dans ce fluide que sont synthétisées les hormones thyroïdiennes.

Le goitre colloïdal de la glande thyroïde se développe dans le contexte de deux processus pathologiques:

  • les follicules commencent à grossir sans contrôle;
  • le nombre de follicules augmente rapidement.

Ces processus peuvent se développer dans le contexte des facteurs défavorables suivants:

  1. Carence chronique en iode dans le corps.

La carence en iode perturbe les processus métaboliques dans les tissus de la glande thyroïde, qui, dans le but de combler le manque d'iode dans le tissu thyroïdien, commence à capturer l'iode dans le sang.

En conséquence, la synthèse d'une substance colloïdale augmente avec l'organe endocrinien lui-même.

Chez les personnes de plus de 40 ans, l'activité fonctionnelle de groupes individuels de follicules est activée dans le contexte de modifications liées à l'âge dans les tissus de la glande thyroïde.

Pendant le travail actif, les cellules de la thyroïde vieillissent plus rapidement et la plupart d'entre elles meurent.

En conséquence, une cavité peut se former dans la glande thyroïde, dans laquelle une substance colloïdale commence à s'accumuler.

Contrairement aux hommes, les corps des femmes sont plus souvent exposés à des déséquilibres hormonaux.

Ce fait est associé à la puberté, à l’émergence de la fonction menstruelle, à la grossesse, à l’accouchement, à la lactation, à l’avortement et à la ménopause.

Toutes ces poussées hormonales peuvent perturber l'écoulement du colloïde et son accumulation pathologique dans les tissus de la glande thyroïde.

  1. Mauvaises conditions environnementales.

Rayonnement, rayons ultraviolets, nitrates, pesticides, pollution de l'environnement, autant de facteurs qui entraînent souvent l'apparition de mutations dans le tissu thyroïdien.

Si un goitre colloïdal nodulaire a été diagnostiqué chez des parents de sang, la probabilité de son développement existe chez d'autres membres de la famille.

Ce facteur est associé à des mutations génétiques pouvant être transmises de génération en génération.

  1. Mauvaises habitudes, travail dans des industries dangereuses.

La nicotine, l'alcoolisme et le travail dans des conditions néfastes affectent l'état de l'organisme dans son ensemble, y compris l'état du système endocrinien.

La glande thyroïde est très sensible aux facteurs nocifs et à la perturbation des processus métaboliques dans le corps.

  1. Stress, stress psycho-émotionnel.

Les traumatismes psychologiques, le stress chronique, l'épuisement nerveux et la dépression peuvent déclencher des troubles pathologiques de la glande thyroïde.

  1. Rhumes et maladies infectieuses fréquents.

Les processus inflammatoires dans le corps d'un cours aigu ou chronique nuisent au fonctionnement du système immunitaire et rendent la glande thyroïde moins résistante aux effets agressifs des virus et des toxines qui pénètrent dans le corps de l'extérieur.

Un refroidissement excessif du corps entraîne un spasme des vaisseaux sanguins dans tout le corps.

Cela peut également entraîner des problèmes avec l'écoulement de substance colloïdale, sa stagnation dans le tissu thyroïdien, ce qui conduit au développement d'un goitre colloïdal.

Les symptômes

Au début de la maladie, le goitre colloïdal nodulaire ne présente presque aucun symptôme.

Habituellement, une personne s'adresse d'abord à un endocrinologue si elle remarque un élargissement de la glande thyroïde et des plaintes de la nature suivante:

  • sensation de pression dans le cou;
  • difficulté à avaler et à respirer, toux constante;
  • vertiges et migraines, bruit dans la tête, ce qui s'explique par la compression des terminaisons nerveuses et des vaisseaux sanguins;
  • douleur dans la région du nœud en croissance;
  • bosse dans la gorge;
  • le patient lui-même peut sentir le nœud colloïdal.

Le type d'hypothyroïdie, d'euthyroïdie et d'hyperthyroïdie peut altérer l'activité fonctionnelle de la glande thyroïde dans le diagnostic du goitre colloïdal.

Dans ce cas, les symptômes de la pathologie varient précisément selon les types de ces troubles:

Si le goitre hypertrophié remplace le tissu thyroïdien et les thyrocytes, les modifications se développent sous forme d'hypothyroïdie.

Dans ce cas, le patient se plaint d'une prise de poids, d'une détérioration du métabolisme, d'un gonflement, d'une faiblesse, d'une peau et de ses cheveux secs, d'une activité mentale altérée.

Si les follicules en raison de la violation de l'écoulement du colloïde commencent à synthétiser un grand nombre d'hormones thyroïdiennes, un goitre colloïde diffus se développe.

La personne commence à se plaindre d'irritabilité, de larmoiement, d'agressivité, de fatigue rapide, de perte de poids, de mictions fréquentes et de diarrhée.

Si la synthèse des hormones reste normale mais que la substance colloïdale s'accumule dans le tissu folliculaire, le patient commence alors à dilater la glande thyroïde et la maladie se développe sous la forme d'euthyroïdisme.

Les néoplasmes colloïdaux se développent simultanément avec la glande, comprimant les vaisseaux et les nerfs situés à proximité.

Cela conduit à des migraines et à des vertiges, à un essoufflement et à des problèmes liés aux actes physiologiques de respiration et de déglutition.

Types de goitre colloïde

La maladie est de trois types:

Goitre diffus caractérisé par une lésion uniforme du tissu thyroïdien sans formation de ganglions. En règle générale, le goitre diffus est diagnostiqué à un jeune âge et la glande grossit considérablement.

Goitre colloïdal nodulaire, caractérisé par la formation d'un ensemble de noeuds ou d'un seul grand noeud. Le plus souvent trouvé chez les femmes, généralement dans le contexte des fibromes utérins.

Goitre colloïdal kystique, dans lequel la substance colloïdale s'accumule dans les changements kystiques - kystes. Le kyste lui-même est entouré d'une membrane dense.

Le diagnostic et le traitement opportuns du goitre colloïdal permettent d’éviter la multitude de complications associées à son développement.

Traitement

Le traitement du goitre colloïdal dépend de la nature de la maladie, de l'âge du patient, de la présence de comorbidités.

Le traitement chirurgical des patients n’est pas indiqué dans tous les cas, puisqu’une telle maladie est généralement bénigne et qu’un traitement conservateur peut lui être appliqué.

Typiquement, le traitement des nœuds est réalisé par durcissement à l'éthanol par ponction.

Aussi souvent prescrit un traitement hormonal avec des médicaments contenant des hormones thyroïdiennes.

Le goitre diffus est traité avec des médicaments antithyroïdiens et de l'iode radioactif.

Le traitement chirurgical du goitre colloïdal est indiqué dans les cas suivants:

  • croissance tumorale rapide, accompagnée d'une destruction importante simultanée des tissus thyroïdiens;
  • déformation excessive du cou avec un défaut esthétique prononcé.

Au cours de l'opération, le médecin retire la partie de l'organe où se trouve le noeud colloïdal ou le groupe de noeuds.

Si la maladie a touché tout l'organe, la glande thyroïde est entièrement retirée.

Le tissu des glandes enlevé doit être envoyé pour un examen histologique afin d'exclure un processus malin.

La période postopératoire se déroule généralement sans complications.

Après l'opération, l'état hormonal de la glande thyroïde est stabilisé et les tissus détruits par le goitre colloïdal sont restaurés.

Un traitement précoce vous permet d’éviter les conséquences cliniques de la maladie.

À des fins prophylactiques, des médicaments contenant de l'iode et des compléments alimentaires enrichis en iode sont prescrits au patient.

Regardez une vidéo du professeur Fadeev Valentin Viktorovich dans laquelle vous trouverez de nombreuses informations utiles sur les maladies de la glande thyroïde:

Si la chirurgie est nécessaire pour le goitre colloïdal de la glande thyroïde: formes de la maladie et traitement

La glande thyroïde est constituée de cellules de forme sphérique: les follicules. Leurs cavités sont remplies de colloïde, qui est une masse visqueuse de type gelée. En l'absence de toute pathologie, il est homogène. Le colloïde est un vecteur d'hormones produites par la glande thyroïde. En cas de manifestation de processus pathologiques, les follicules changent. Avec l'augmentation de leur nombre et de leur taille, se développe une maladie de la glande thyroïde, appelée goitre colloïdal.

À l’heure actuelle, l’évolution de la science médicale pour découvrir pourquoi une telle maladie se manifeste et pour donner une réponse sans équivoque, les scientifiques ont échoué. Certains suggèrent que cela découle de changements liés à l'âge. Selon d'autres opinions, le principal responsable de la pathologie est le manque d'apport en iode dans l'organisme, à cause duquel les follicules se développent.

Manifestations du goitre colloïdal

Le goitre colloïdal survient en violation de la sortie d'une substance qui remplit le follicule. Cela crée des sceaux, appelés nœuds. Si une telle formation n'est pas unitaire, la maladie est alors diagnostiquée comme un goitre colloïdal multinodulaire. Les phoques peuvent avoir une taille et une structure différentes. Les gros nœuds commencent à toucher les tissus voisins, ainsi que les vaisseaux sanguins ou les terminaisons nerveuses. Dans de tels cas, l'évolution de la maladie peut être compliquée par des hémorragies ou une nécrose ischémique.

Au stade initial du développement de la maladie, les symptômes peuvent manifestement ne pas se manifester. Le plus souvent, une visite chez le médecin survient après le début d'une croissance intensive de la glande thyroïde. Dans ce cas, on dit que le goitre proliférant se développe. Cette maladie est détectée dans près de 90% des cas de formation de goitre colloïdal nodulaire.

Le goitre kystique colloïdal de la glande thyroïde peut être le résultat d'un vrai kyste en développement. Ces formations ont une capsule contenant un liquide. Et selon leur contenu, les kystes sont séreux ou colloïdaux. Et il est également possible que le processus de transformation du nœud thyroïdien existant en kyste se produise en cas de déficit d'approvisionnement en sang du centre du nœud. En même temps, il y a une cavité.

La plupart des nœuds de phoques formés dans la glande thyroïde sont des formations cystiques intrinsèques. Une telle tumeur ronde et creuse peut apparaître sur les sites d'hémorragie, d'hyperplasie (formation excessive d'éléments tissulaires) ou de dystrophie thyroïdienne. Le goitre colloïdal avec formation de kyste peut se comporter différemment: pendant plusieurs années, il ne se manifeste pas et reste stable, mais son augmentation de taille plutôt rapide est également possible.

Dans le même temps, la production d'hormones peut changer dans le sens d'une augmentation significative, ainsi que d'une diminution significative. Ainsi, dans le cas d'un diagnostic de «goitre colloïdal avec dégénérescence kystique», l'hypothyroïdie se développe en raison de la destruction de cellules productives. Vous pouvez déterminer l'élargissement de la glande thyroïde en sondant. Cette possibilité apparaît après que la croissance du nœud ait commencé à dépasser 1 cm. Il est à noter que cette formation devient plus douce, plus elle augmente. La nature maligne des formations kystiques est assez rare. Le diagnostic d'une tumeur maligne avec des cellules de Gyurtle ne se produit que dans 5% des cas de toutes les formes de cancer de la thyroïde.

Symptômes de la maladie

Une hypertrophie de la glande thyroïde commence à agir de manière mécanique sur des tissus et des organes situés à proximité. Les symptômes suivants se produisent:

  • il y a une pression sur le devant du cou;
  • difficulté à avaler commence à apparaître;
  • le son de la voix devient enroué;
  • une sensation de mal de gorge vous fait tousser périodiquement;
  • en relation avec la compression des terminaisons nerveuses et des vaisseaux sanguins, il peut y avoir un bruit dans la tête et des vertiges;
  • avec la croissance rapide du nœud en raison de processus inflammatoires ou des hémorragies peuvent causer des maux de tête;
  • il y a un sentiment constant d'avoir une boule dans la gorge.

Les autres symptômes du goitre colloïdal dépendent des fonctions altérées de la glande thyroïde. Dans ce cas, les signes peuvent être les suivants:

  • Les symptômes de l'hypothyroïdie surviennent lorsque les thyrocytes sont remplacés par un colloïde envahi par la végétation. Dans le même temps, le patient peut ressentir une perte d'appétit avec prise de poids simultanée, faiblesse, poches et sécheresse de la peau, ralentissant les processus de pensée et de métabolisme.
  • Lorsque vous produisez une quantité excessive d'hormones, des symptômes d'hyperthyroïdie apparaissent. Dans ce cas, le patient apparaît fatigue, irritabilité et même agressivité. La dyspepsie et les mictions fréquentes commencent à perturber. Peut-être un sentiment constant de faim et une augmentation de l'appétit, cependant, alors que cela se produit perte de poids. La fréquence cardiaque et la température corporelle peuvent augmenter.
  • Peut-être le développement du processus d'accumulation dans les follicules d'un colloïde avec la production normale d'hormones. Lorsque cela se produit, une augmentation de la taille de la glande thyroïde. Dans les cas où les kystes colloïdaux affectent les terminaisons nerveuses et les vaisseaux voisins, des vertiges, un essoufflement, une difficulté à avaler peuvent survenir.

Causes du goitre colloïdal

La raison pour laquelle le goitre colloïdal nodulaire se développe n'est pas encore complètement connue. Il est fort probable que la maladie soit une conséquence du développement pathologique de la totalité de la glande thyroïde. Cependant, des facteurs connus affectent suffisamment le développement de la pathologie:

  • Manque d'iode. La carence en iode prédispose au développement de la maladie. Cependant, dans les régions où la consommation de cet élément est normale, la prévalence du goitre colloïdal est également significative.
  • Transformations de l'âge de la glande thyroïde. Après le quarantième anniversaire, les cellules s'usent plus rapidement et ensuite, leur élément essentiel s'éteint. Une grande cavité est formée dans le follicule, ce qui conduit à l'accumulation d'un colloïde.
  • Les pics hormonaux chez les femmes. Ils surviennent pendant la grossesse, l'allaitement, la ménopause et l'avortement. Dans ce cas, le processus de sortie du colloïde, qui s'accumule dans la glande, peut présenter des défaillances.
  • Écologie. Lorsqu'elles sont exposées à des radiations, des mutations dans les cellules thyroïdiennes sont possibles. L'exposition aux nitrates affecte également le fonctionnement de l'organe.
  • Conditions néfastes au travail ou en cours de radiothérapie.
  • Facteur héréditaire.
  • Épuisement nerveux. Un stress constant peut entraîner le développement pathologique de tout organe, y compris de la glande thyroïde.
  • Infections fréquentes ou inflammations. De tels processus dans le corps entraînent un affaiblissement du système immunitaire. La glande thyroïde devient vulnérable aux virus ou aux bactéries.
  • L'hypothermie Dans le même temps, le processus de sortie du colloïde est perturbé et stagne dans les follicules.

Diagnostics

La prescription d'un traitement n'est possible qu'après un examen approfondi. Lors du diagnostic primaire, l’endocrinologue effectue la palpation de l’organe touché. Pour confirmer le diagnostic, on procède à une échographie et à un prélèvement sanguin en vue d'une analyse biochimique et d'un dosage des niveaux hormonaux.

En fonction des résultats de l'échographie, le médecin vous indiquera ce qu'est un goitre colloïdal et quels symptômes cette maladie diffère selon le type de goitre. Dans un goitre multinodulaire, plusieurs formations peuvent être suivies et une tumeur maligne présente une forme irrégulière et une structure hétérogène. Le kyste montrera des limites claires et une capsule sombre.

Dans les cas où les formations ont une taille de plus de 1 cm, une ponction est nécessaire en utilisant la méthode de la biopsie à l'aiguille fine. De plus, la radiographie, la scintigraphie, l'IRM et la tomodensitométrie sont utilisées comme diagnostic auxiliaire.

Traitement

Les rendez-vous prescrits par l'endocrinologue dépendent du fait que les hormones soient perturbées dans le corps. Avec le fonctionnement normal de la thyroïde, le traitement peut ne pas être prescrit, ce qui est possible avec la stabilité de la pathologie. Dans un tel cas, une observation dynamique est requise. Pour ce faire, vous devez consulter régulièrement l’endocrinologue.

Avec le développement de l'hypothyroïdie, il est possible d'utiliser des médicaments hormonaux pour corriger l'équilibre de fond. En cas d'hyperthyroïdie, la suppression de l'activité excessive des nœuds est nécessaire.

Initialement utilisé des traitements conservateurs. En l'absence de résultats positifs, il est possible de recourir à la chirurgie. Comme alternative - l’utilisation du traitement par isotopes de l’iode radioactif.

Après la détection de la maladie nécessite un ajustement de la nutrition, en fonction du diagnostic. L'augmentation de la quantité d'hormones nécessite un menu riche en calories et un apport accru en vitamines. L'hypothyroïdie suggère une nutrition avec une teneur accrue en aliments protéiques, légumes et fruits.

Étant donné que vous lisez actuellement cet article, on peut en conclure que cette maladie ne vous donne toujours pas le repos.

Vous avez probablement aussi visité l'idée d'une intervention chirurgicale. C'est clair, car la glande thyroïde est l'un des organes les plus importants dont dépendent votre bien-être et votre santé. Et l'essoufflement, la fatigue constante, l'irritabilité et d'autres symptômes interfèrent clairement avec votre plaisir de vivre.

Mais voyez-vous, il est plus correct de traiter la cause et non l'effet. Nous vous recommandons de lire l'histoire d'Irina Savenkova sur la manière dont elle a guéri la thyroïde.

Vous Pouvez, Comme Pro Hormones